Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe en conflits

 | 
Wolfgang Kaiser

Deuxième partie. Les théâtres d’affrontements multiples

Au contact de l’Infidèle. Les îles de la Méditerranée occidentale aux confins de l’Europe

Natividad Planas

Texte intégral

1Au XVIe et au XVIIe siècle, l’idée de croisade est très présente dans la littérature populaire ainsi que dans le discours politique. Même si la création d’une Sainte Ligue chrétienne capable de s’emparer de Jérusalem ou de Constantinople demeure une utopie pontificale en raison des fortes dissensions qui opposent les princes chrétiens entre eux (Poumarède, G., 2004), des prophéties circulent en Europe sur l’effondrement de l’Empire ottoman dont le roi de France et le roi d’Espagne, finalement alliés dans la lutte contre le Turc, seraient les artifices (Haran, A.Y., 2000). Ces prédictions ainsi que les victoires chrétiennes qui se déroulent en Europe centrale ou sur le front méditerranéen font l’objet de récits (lesquels sont parfois même traduits en plusieurs langues), imprimés sous la forme d’opuscules ou de feuillets volants, qui sont vendus sur les places publiques. Tandis que l’Europe rêve de la ruine imminente de l’ennemi musulman (sans que cela révèle toujours une volonté d’engagement de la part des acteurs politiques ou sociaux), qu’en est-il des affrontements au quotidien dans les zones de frontière ? Ou plutôt, de quoi est fait le voisinage des limes chrétiens avec la terre d’islam à l’époque moderne ?

2Dès la Renaissance, les isolari (atlas apparus au XVe siècle faisant l’inventaire des îles de Méditerranée et, parfois, d’autres mers du globe) véhiculent l’idée d’une ambivalence insulaire (Lestringant, F., 2002). À la fois creuset de mémoire, celle de l’Antiquité classique pour l’archipel égéen, et espace fragile pouvant être aisément dévasté, les îles semblent être des lieux hors du temps ou bien des territoires où le temps s’est arrêté à la suite d’un bouleversement. L’expansion ottomane apparaît chez certains auteurs, comme Olfert Dapper, auteur de la Description exacte des Isles de l’Archipel (Dapper, O., 1703) comme une sorte de ras de marée ayant été à l’origine du dépeuplement des îles de la mer Égée dont, pour certaines, il ne resterait que le nom. Il est vrai que dans la bataille que se livrent chrétiens et musulmans en Méditerranée au XVIe et XVIIe siècle, les îles se situent en première ligne. Elles font partie d’un large front qui lie l’Europe centrale à la Méditerranée, zone de frontière fluctuante où Venise, les Habsbourg d’Autriche et d’Espagne, la papauté et Gênes (tantôt alliés, tantôt faisant cavalier seul) livrent bataille aux Ottomans, de manière intermittente, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Ces derniers s’étant rendus maîtres des îles de la mer Égée, de Rhodes où étaient installés les chevaliers de Saint-Jean (1522), de la plupart des possessions insulaires vénitiennes (Chypre en 1571, la Crète en 1659, les îles Ioniennes…) et du dernier territoire de l’empire maritime génois (Chio en 1566), le bassin oriental de la Méditerranée devient progressivement un lac ottoman (Vatin, N., et Veinstein, G., 2004). Quant aux îles de Méditerranée occidentale, souvent razziées mais jamais conquises, elles sont ponctuellement menacées par la flotte ottomane, et le plus souvent harcelées par les corsaires maghrébins dont les bases sont Alger, Tunis et Tripoli (Julien, Ch.-A., 1994).

3Toutefois, en raison de leur position frontalière, aux confins de la Chrétienté, les grandes îles espagnoles (l’archipel Baléare, la Sardaigne, la Sicile), la Corse génoise et Malte constituent un excellent observatoire des dynamiques méditerranéennes. Grandes et petites îles (voire même les îles d’Atlantique, se trouvant dans la zone d’influence de la Méditerranée comme les îles Canaries, Anaya Hernandez, L.A., 2006) sont des lieux de tension, mais aussi des espaces de circulation et de croisements, ainsi que des espaces de coexistence entre populations « ennemies ». Alors que le dialogue des religions (les controverses entre juifs, chrétiens et musulmans telles que les pratiquaient au XIIIe siècle des théologiens comme le Majorquin Raymond Llull) n’est plus de mise et que s’impose progressivement, au cours du XVIe siècle, le cujus regio ejus religio dans une très grande partie de l’Europe (Planas, N., et Ruiz Ibanez, J.J., 2008), les grandes îles de Méditerranée occidentale trouvent leur équilibre dans une ambivalence peu conforme aux idéologies politiques et religieuse de leur temps. De quelle manière se construit cet équilibre ? Celui-ci induit-il pour ces marges d’Europe une mise à distance des tensions politiques et religieuses qui secouent le continent ?

Des territoires menacés

4Sur la frontière méditerranéenne, les phases les plus aiguës du conflit entre chrétiens et musulmans se jouent au XVIe siècle. Dès l’avènement du sultan Selim Ier (1512-1520), la conquête des rives de la Méditerranée est en œuvre (Syrie, Palestine, Égypte) ; elle se poursuit au cours du XVIe siècle, période pendant laquelle la rive sud du bassin occidental (les régences d’Alger, de Tunis et de Tripoli dites régences barbaresques) et l’ensemble du bassin oriental entrent dans le giron ottoman. Face à cet empire conquérant se trouve un autre empire bien implanté en Méditerranée occidentale, celui de l’Espagne dont les souverains se veulent les défenseurs de la chrétienté en Europe. Les îles les plus exposées à l’onde de choc ottomane sont d’ailleurs sous leur protection : la Sicile qui fait partie de l’héritage aragonais des souverains espagnols et Malte que l’empereur Charles Quint, également roi d’Espagne, cède en mars 1530 aux chevaliers hospitaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Vassal de l’empereur et sous l’autorité spirituelle du pape, l’Ordre avait pour mission de combattre l’Infidèle à partir de ce nouveau lieu d’implantation, particulièrement exigu (246 km2) et totalement dépendant de la Sicile en termes de ravitaillement, mais bénéficiant d’une position stratégique de grand intérêt, au cœur même de la Méditerranée (Brogini, A., 2006). Chassés de Jérusalem en 1187 par les armés de Saladin, les chevaliers rétrocèdent face à la poussée ottomane (installés d’abord à Tripoli de Syrie, puis à Chypre en 1271, à Rhodes en 1310) jusqu’à se voir expulsés du Levant. À partir de leur installation à Malte, même si l’idée de croisade est toujours vivace au sein de l’Ordre (du moins en termes de discours), celle de reprendre Jérusalem s’est estompée. Faire de Malte un « rempart de la chrétienté » est l’objectif que se fixent les chevaliers qui continuent de lutter contre les musulmans en organisant des caravanes (convois de galères organisés annuellement par l’Ordre pour combattre l’Infidèle) et en pratiquant le corso (guerre de course).

5À peine distante d’une centaine de kilomètres, la Sicile se distingue en tout point de sa voisine. Sa taille (un petit continent à elle seule avec ses 25 460 km2), sa capacité de ravitaillement qui en fait une importante zone d’exportation céréalière (le grenier à blé de la Méditerranée), le nombre de ses villes côtières (Palerme, Messine, Catane, Syracuse, Augusta, Trapani) et ses revenus dont le roi d’Espagne bénéficie en partie font de cette île un territoire convoité. Elle possède en outre, la plus importante place maritime de la Méditerranée occidentale : le port de Messine, relativement à l’abri dans le détroit qui l’unit au continent, a la capacité d’abriter un grand nombre de galères, d’accueillir des troupes et de gérer des stocks importants de ravitaillement. Toutefois, la position centrale de cette île en Méditerranée en fait une excellente proie pour la flotte ottomane venant de l’est et pour les corsaires d’Afrique du Nord venant du Sud-ouest, d’où que ses côtes soient en permanence infestées de corsaires (Braudel, F., 1966).

6Plus éloignées du front levantin, la Corse, la Sardaigne et l’archipel Baléare ont plus souvent affaire aux attaques des corsaires barbaresques qu’à la flotte ottomane elle-même. Dès l’installation des frères Barberousse à Alger en 1516, les raids corsaires contre ces îles deviennent fréquents. Mais c’est à partir de 1529, date à laquelle les Espagnols sont expulsés par Khayr al-Dīn Barberousse du Peñon d’Alger (ensemble d’îlots situés à l’entrée même du port où les Espagnols étaient installés depuis 1510), que la ville est en mesure de devenir une véritable place corsaire. Une autre étape dans l’essor barbaresque est marquée par l’installation du corsaire Turgut Ra’īs dit Dragut en Europe dans le sud tunisien à Djerba 1550, puis à Tripoli de Libye en 1551.

7Il y a lieu de croire que la période où les agressions corsaires à l’encontre des côtes chrétiennes sont les plus violentes est celle qui va de 1530 à 1570. Les archives de la Corse, proie favorite des corsaires barbaresques, en témoignent. En 1529, Pietro Giovanni Salvago, gouverneur du Cap Corse (région la plus active de l’île d’un point de vue commercial) fait état aux autorités génoises des actions perpétrées par les corsaires du Maghreb et de l’appauvrissement des habitants devant sans cesse payer des rançons pour la libération des prisonniers capturés lors des raids. D’autres zones sont régulièrement pillées : sur la côte est, Moriani l’est en 1534 par Sinan Pacha, puis en 1544 par Barberousse (Vergé-Franceschi, M., et Graziani, A.-M., 1999). La Sardaigne, en dépit de son aspect massif (23 834 km²), apparemment moins fragile que sa voisine la Corse (8 681 km2), reçoit également la visite des corsaires musulmans, en particulier la côte sud et la côte ouest, beaucoup plus urbanisées que le reste du territoire. La ville d’Oristano et la forteresse de Castelaragonese, ainsi que les minuscules îles littorales de Saint Antioche et Asinara font l’objet d’attaques dès 1520. En 1552, les Barbaresques se rapprochent dangereusement de Cagliari, ville « capitale » du royaume de Sardaigne et au cours des années suivantes, ils perpètrent des attaques, sans succès, contre les côtes de la région de Sassari, seconde ville du royaume. Les îles Baléares (Majorque, Minorque, Ibiza, Formentera et Cabrera) sont aussi très exposées au cours de cette période-là. Les corsaires musulmans stationnent longuement dans les eaux de l’archipel, s’installant parfois même à demeure dans les zones les plus isolées. En 1531, par exemple, une flotte vraisemblablement commandée par Barberousse rôde autour de Majorque sans que personne n’ose la déloger : elle fait halte pendant plusieurs jours à Sa Dragonera (petite île inhabitée le long de la côte ouest de Majorque) d’où elle intercepte des navires en provenance de la péninsule Ibérique et d’Italie, elle se rend ensuite à Cabrera (îlot situé au large de la pointe sud de Majorque) dont elle détruit la forteresse, puis longeant l’île par l’est s’attaque aux villes côtières (Santanyi, Pollença). Mais l’attaque la plus dévastatrice perpétrée par les corsaires barbaresques contre l’archipel est celle dont est victime Minorque en 1535 : la ville de Mahon est entièrement saccagée par Barberousse qui enlève huit cent captifs (après cela Mahon sera abandonnée jusqu’à la construction de nouvelles structures défensives au milieu du XVIe siècle, CasasnovasCamps, M.A., 1998). Pour chacune de ces îles, les populations les plus isolées sont évidemment les plus vulnérables : monastères extra-muros et fermes situées à proximité du littoral. Certains de ces bâtiments sont fortifiés ou bien disposent d’une tour à proximité, dans laquelle se réfugient les habitants à l’occasion des attaques ennemies.

8Au cours de la première moitié du XVIe siècle, la flotte ottomane s’aventure parfois dans le bassin occidental de la Méditerranée, au-delà du détroit de Sicile. Les ports français et algérois sont alors pour elle des postes de ravitaillement, voire même des havres (la flotte ottomane hiverne à Toulon en 1543-1544). La collaboration française n’est pas uniquement de nature logistique. Le roi de France et le sultan se prêtent mutuellement soutien, dans le cadre d’opérations militaires à l’encontre de leurs adversaires communs, c’est-à-dire l’Espagne et ses alliés. Le premier soutien la flotte du second, lorsqu’elle s’attaque à des cibles espagnoles (Ibiza en 1536, Ciudadela dans l’île de Minorque en 1558, attaque au cours de laquelle la quasi-totalité de la population est enlevée et conduite en esclavage à Istanbul) et, de son côté, le roi de France met à profit son alliance avec le sultan, pour solliciter son aide, ainsi que celle de ses vassaux maghrébins, lorsqu’il s’en prend aux possessions du duc de Savoie (siège de Nice, 1543) ou qu’il tente de soustraire la Corse aux Génois, alliés de l’Espagne depuis 1528. En 1553, une flotte franco-turque de plus d’une centaine de bâtiments commandée par Turgut Ra’īs et des officiers de la marine française s’empare des principales places de l’île avec l’assentiment d’une partie de la population, désireuse de mettre un terme à la domination génoise. Sampiero d’Ornano (dit Sampiero Corso), condottiere corse au service du roi de France est à l’origine de cette entreprise, qui fait de la Corse une île française jusqu’en 1559. L’aide apportée par les forces musulmanes à la cause corse a toutefois un prix : Turgut Ra’īs exige le trésor des églises de Bonifacio, ville conquise par ses troupes, lequel lui est octroyé par acte notarié en guise de prise de guerre (Vergé-Franceschi, M., 1996).

9Ainsi, plus que les appartenances religieuses, les rivalités politiques et les intérêts économiques, déterminent les alliances entre les princes chrétiens. Celle des rois de France avec les sultans d’Istanbul (première ambassade permanente à Istanbul en 1535), motivée par le combat que mènent ces derniers contre l’hégémonie de l’Espagne en Europe (voire dans le monde) s’avère durable et moins exceptionnelle qu’on ne l’eût imaginé. Les négociations menées en 1536 par l’ambassadeur Jean de La Forêt, sont suivies en 1569 de Capitulations réglant le commerce de la France avec le Levant et permettant l’établissement de consulats à Alexandrie, Tripoli de Syrie, Tunis et Alger ainsi qu’une ambassade à Istanbul. L’exemple de la France sera suivi par l’Angleterre (1580, 1583) et les Provinces-Unies (1612) qui visent, par ce biais, les marchés du Levant et l’expansion de leurs réseaux commerciaux en Méditerranée. Dès lors, les îles constituent un carrefour de fronts et de routes commerciales inextricable. Menacées par les flottes corsaires des puissances atlantiques avec lesquelles le roi d’Espagne est en conflit à différentes reprises au cours du XVIe et du XVIIe siècle (la guerre avec les Provinces-Unies dure jusqu’en 1648, avec une trêve de 1609 à 1621), les îles du roi d’Espagne n’en accueillent pas moins les navires de commerce anglais et hollandais avec lesquels traitent les négociants insulaires. Ainsi sont écoulées des productions locales, telles que le sel d’Ibiza, majoritairement acquis par les Néerlandais.

« Remparts de la chrétienté »

10Poursuivant leur lutte contre les ennemis de la foi après la prise de Grenade (1492), les Rois Catholiques s’étaient emparés d’un certain nombre de villes côtières sur les rives musulmanes de la Méditerranée (les présides du Maghreb), censées servir de tête de pont à une entreprise de grande envergure destinée à « restaurer » le christianisme en Afrique du Nord et affaiblir, voire même, faire disparaître les Infidèles de la rive sud de la Méditerranée. Les élites insulaires majorquines s’étaient engagées activement dans cette forme de croisade, en participant activement à la prise et à la défense de Bougie (1510 et 1515) ou en défendant héroïquement la forteresse du Peñon d’Alger (1529). Par la suite, l’archipel Baléare et la Sardaigne avaient servi de point de rassemblement aux galères des expéditions de Tunis (1535) et d’Alger (1541) et le port de Messine avait abrité les deux cent galères de la Sainte Ligue à la veille de la bataille de Lépante (1571), la Sicile fournissant une bonne partie de l’équipage des trente-six galères du roi d’Espagne pour cette expédition. Ce royaume, qui ne fut pas seulement une plate-forme militaire, joua d’ailleurs un rôle exceptionnel dans le financement de la politique méditerranéenne du roi d’Espagne, en particulier dans le ravitaillement du préside de La Goulette et dans la tentative de reprendre Tripoli en 1551 (Favarò, V., 2007a). En outre, dès le milieu du XVIe siècle, la Sicile (tout comme le royaume de Naples) dispose d’une escadre de galères de douze à vingt unités, qui participe activement aux expéditions hispaniques en Méditerranée (Favarò, V., 2007b). Militant pour la défense de la chrétienté toute entière, Malte est, quant à elle, toujours sur le pied de guerre. Les galères de l’Ordre de Malte, au nombre de cinq (auxquelles s’ajoutent caraques et galions, remplacés par les navires ronds venus d’Atlantique au début du XVIIe siècle), soutiennent les grandes entreprises militaires du roi d’Espagne contre les Infidèles – elles participent à l’expédition dirigée par Charles Quint contre Alger en 1541, à la prise de Monastir et de Mahdia (repaires de Turgut Ra’īs dans le sud de la Tunisie) commandée pas Andrea Doria en 1550, à la Sainte Ligue en 1571… – et patrouillent dans le bassin oriental de la Méditerranée, attaquant les navires ottomans qui relient Tunis à Alexandrie, poursuivant les corsaires turcs qui agissent sur les côtes siciliennes ou dans le débouché de l’Adriatique, et font parfois des incursions en Méditerranée occidentale.

11L’enthousiasme mystique créé par l’ensemble de ces expéditions et les manifestations d’attachement à la chrétienté qu’elles suscitaient en Europe ne résolvaient pas le problème de la défense des littoraux car les actions en mer des flottes chrétiennes ne vinrent à bout de la puissance maritime ottomane (pas même Lépante, Hess, A.C., 1972), pas plus qu’elles ne mirent un terme aux agressions des corsaires des régences. Dès la troisième décennie du XVIe siècle, la nécessité de procéder à la mise à neuf des structures défensives des villes et des littoraux était devenue une évidence pour les gouvernements, alertés par les autorités des territoires maritimes qui dénonçaient les carences des systèmes défensifs en place devenus obsolètes. Ainsi, pour la Couronne d’Espagne, la croisade devint aussi une activité défensive, d’où qu’il lui sembla légitime d’investir une partie du produit de la bulle de la croisade (aumônes obtenues au bénéfice de la Croisade par la concession d’indulgences, cédées par la papauté aux souverains espagnols en échange de la poursuite de la lutte contre les musulmans) dans le financement de certains des chantiers de fortification qu’elle mit mis en branle à partir des années 1530-1540. Faisant appel aux meilleurs spécialistes d’architecture militaire, formés dans les écoles de Milan et de Flandres, la Couronne d’Espagne s’investit activement dans la mise en œuvre d’un système de défense perfectionné pour ses territoires. Une telle opération, qui n’était pas exclusivement méditerranéenne, s’inscrivait dans une politique de restructuration du système défensif de l’ensemble de la Monarchie, qui allait des îles de Méditerranée aux immenses littoraux américains en passant par les frontières terrestres (Cámara, A., 1998). Au service de l’empereur puis de son fils Philippe II, Gianbattista Calvi fut le premier ingénieur à envisager la défense des territoires méridionaux de l’Espagne dans leur ensemble (territoires ibériques, territoires italiens, présides africains et îles). La réfection de la défense du front oriental (royaume de Naples et royaume de Sicile) constitua une urgence après la victoire de la flotte du sultan contre Prévéza, au sud de Corfou, en 1538. De nouvelles structures de défense furent opérationnelles dès 1558 en Italie méridionale (Braudel, F., 1966). On œuvra également avec célérité à Minorque pour la construction du fort San Felipe (le chantier débute en 1554), destiné à protéger l’immense baie de Mahon capable d’héberger plusieurs escadres de galères, ainsi que pour la puissante forteresse d’Ibiza (1556-1585). La construction des nouvelles murailles de la ville principale de l’archipel, Ciutat de Mallorca, dont s’occupa Giacomo Palearo, surnommé il Fratin, évolua plus lentement. En Sardaigne, la fortification des villes de Cagliari et Alghero fut conçue par ce même ingénieur (1573). Au service de Gênes avant d’être sollicité par le roi d’Espagne, il Fratin avait également établi les plans de la fortification de Saint Florent et d’Ajaccio, en Corse, en 1563.

12Sur les littoraux des grandes îles de Méditerranée occidentale, les anciennes tours de guet furent intégrées dans des réseaux plus denses, constitués par de nouvelles tours érigées au cours du XVIe siècle, qui permettaient d’alerter les milices urbaines de la présence de navires ennemis sur les côtes. Par ailleurs, dans certaines possessions méditerranéennes du roi d’Espagne, on créa aussi des milices territoriales (sans pour autant supprimer les institutions urbaines) pour une meilleure coordination du système défensif. En 1548, le vice-roi de Sicile, craignant de ne pouvoir disposer d’effectifs suffisants pour affronter une attaque ottomane qui semblait imminente, projeta la création de la Nuova Milizia.

13Les principaux projets de mise en conformité des systèmes de défense, menés en collaboration avec les autorités des territoires insulaires, furent opérationnels au cours du dernier tiers du XVIe siècle. Cette collaboration (qui n’alla pas sans heurts en ce qui concerne le partage des charges financières que ces travaux occasionnaient) se poursuivit au cours du XVIIe siècle, car, d’une part, les fortifications des villes constituaient des chantiers interminables et, d’autre part, une fois que les principaux espaces urbanisés furent protégés, on implanta des ouvrages défensifs dans les zones inhabitées pour combler les béances du littoral (dans les ports naturels de Fornells, à Minorque, et de Porto Petra à Majorque entre 1625 et 1626, par exemple). Aspect le plus visible, ainsi que le plus linéaire de la morphologie frontalière, la ligne de défense que constituaient les tours de guet, les forteresses côtières et les fortifications des îles semblaient dresser un mur comme l’avait souhaité l’ingénieur Juan-Bautista Antonelli en 1569. Mais, plus qu’aucune autre, La Valette (la nouvelle ville des chevaliers de Malte construite à la suite du siège de 1565) et ses fortifications imprenables devinrent l’emblème de la lutte contre l’ennemi de la foi. Cependant, au cours du XVIIe siècle, l’affaiblissement de la pression ottomane – Istanbul s’occupe de la défense de ses frontières orientales et se tourne vers le front persan – et l’intérêt que les corsaires algérois et marocains (Maziane, L., 2007) portèrent à l’Atlantique où le trafic commercial avec l’Amérique s’intensifiait firent que les rivages chrétiens soient moins menacés qu’ils ne l’étaient naguère par la flotte ottomane et les corsaires musulmans.

14Cependant, les fortifications érigées au cours du siècle précédent continuèrent d’être utiles. D’une part, les attaques musulmanes ne cessèrent pas totalement, elles étaient seulement moins puissantes et moins fréquentes (débarquement turc à Malte en 1614, razzias barbaresques en 1614 et 1620 contre Ibiza, en 1643 contre Andratx à Majorque…). D’autre part, dès la fin du XVIe siècle, les territoires méditerranéens du roi d’Espagne sont sérieusement menacés par les navires corsaires et les flottes de guerre de la France (1635-1659, 1667-1668, 1673-1679, 1683-1684, 1688-1698), de l’Angleterre (1587-1604, 1625, 1654-1659) et des Provinces-Unies (1568-1609/1621-1648), puissances avec lesquelles le roi d’Espagne est en guerre à plusieurs reprises jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Au cours de la guerre de Trente Ans, les agressions françaises contre les îles sont nombreuses : la flotte française s’empare d’Oristano, sur la côte ouest de la Sardaigne, en 1637 et fait plusieurs tentatives de débarquement dans l’archipel Baléare (en 1638, 1684 et 1691). C’est à la suite de tels événements que la Sardaigne se dote d’une escadre de galères qui ne sera toutefois pas aussi puissante que celle de Sicile (le projet prévoyait une huitaine de bâtiments, mais il n’y en eut jamais plus de trois, áNatra, B., et Matone, A., 1989).

15Pour faire face à ces menaces multiples en dépit des difficultés financières qu’elle rencontre, la Couronne d’Espagne impulse le développement de la course dans ses territoires maritimes en promulguant, en 1621, des Ordenanzas de corso qu’elle actualise à diverses reprises au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle. L’activité corsaire étant une activité privée, le financement des navires armés en course est réalisé par des armateurs ou par les capitaines eux-mêmes à qui le pouvoir royal délivre des patentes les autorisant à attaquer les ennemis de la Couronne. La course, qui existait déjà dans les territoires chrétiens, acquiert ainsi une nouvelle légitimité et constitue pour ceux qui y participent un moyen rapide de s’enrichir. Ainsi, au XVIIe siècle, l’activité corsaire s’impose sur les deux rives de la Méditerranée, impulsée par le modèle barbaresque ou par la présence croissante d’Anglais et de Néerlandais (dès 1580) dans cette aire, lesquels ont une longue expérience de la course en Atlantique, qu’ils pratiquent en particulier en eaux américaines depuis le milieu du XVIe siècle. À Majorque, il faut attendre la deuxième moitié du XVIIe siècle pour voir se constituer une escadre corsaire dont les expéditions auront pour théâtre l’ensemble de la Méditerranée. Mais auparavant une course moins organisée, mais non moins active, se développe dès la deuxième ou la troisième décennie du XVIIe siècle. La course maltaise prend son essor bien plus tôt, la course publique (organisée par l’Ordre) et la course privée (dont les patentes étaient octroyées par l’Ordre à des personnes privées, Maltais ou étrangers attirés par cette activité très lucrative) sont en pleine activité dès les premières années du XVIIe siècle. Mais, là encore, même si l’ennemi avoué est le musulman, les corsaires maltais arraisonnent les navires chargés de blé sortant des ports siciliens (fin du XVIe siècle-début du XVIIe siècle) et les navires de commerce vénitiens naviguant en Méditerranée orientale sous prétexte qu’ils se trouvent en eaux d’Infideles (Brogini, A., 2000). Ainsi, à Majorque comme à Malte, la figure de l’ennemi est double : il y a celle qui est mise en avant dans les récits des exploits corsaires, unique et stéréotypée, collant au portrait de l’ennemi de la foi, et la pluralité de figures que donne à voir la documentation administrative, qui évolue au gré du contexte.

Circulation, médiation et négociation

16Les chroniqueurs qui composent, au XVIe et au XVIIe, l’histoire officielle des îles du roi d’Espagne reprennent à l’envi l’idée selon laquelle le courage et la foi des habitants des confins de la Chrétienté auraient crû au rythme des affrontements avec l’Infidèle, pour lesquels ces derniers auraient conçu une haine féroce. L’engagement des insulaires dans les entreprises militaires organisées par la Couronne ainsi que dans la course chrétienne à partir de la fin du XVIe siècle pourrait le laisser penser. Pourtant, de telles versions de l’expérience frontalière passent sous silence le parcours de ceux que les razzias barbaresques et les hasards de la guerre de course conduisirent en terre d’Islam où ils se convertirent à la foi de l’ennemi. Les violences de la guerre entre chrétiens et musulmans provoquèrent en effet la circulation voulue ou forcée de populations qui s’intégrèrent parfois dans la « société ennemie », sans nécessairement couper les liens avec leur communauté d’origine.

17La présence nombreuse, dans les régences barbaresques et ailleurs dans l’Empire ottoman ainsi qu’au Maroc, d’Européens (captifs, renégats et marchands circulant librement) est attestée par les récits de captivité (Mascarenhas, J., 1993 ; Aranda, E. d’, 1662), les nombreuses relations de religieux en mission pour le rachat de captifs (Dan, P., 1637) et par les archives de l’Inquisition espagnole (Bennassar, B., et Bennassar, L., 1989). Les Corses, les Majorquins, les Siciliens et les Maltais constituèrent une part importante de ces contingents. Combien étaient-ils à Alger en 1581, lorsque le bénédictin Diego de Haëdo estime à 25 000, les esclaves chrétiens de toutes les nationalités et dit des renégats qu’ils sont, eux et leurs enfants, « plus nombreux que les autres habitants maures, turcs et juifs » (Haëdo, D. de, 1999) ? Les sources ne permettent pas d’apporter des réponses chiffrées, mais leur présence dans la ville devait être suffisamment évidente pour que Haëdo ressente la nécessité de les faire figurer séparément dans la liste des « nationalités qui composent l’incroyable peuple d’Alger » (Bennassar, B., et Bennassar, L., 1989).

18La présence de musulmans dans les limes de l’Europe, voire même à l’intérieur de celle-ci, est le pendant du même phénomène. Prisonniers de guerre appréhendés lors de razzias en terres musulmanes ou sur mer lors d’affrontements entre navires corsaires, les musulmans que le sort jette sur les rives chrétiennes de la Méditerranée ont-ils été aussi nombreux que les chrétiens en terre d’Islam ? Peut-être pas. Il n’en demeure pas moins qu’à diverses reprises, les souverains espagnols tentent, sans succès, d’en limiter le nombre dans les zones de frontière (à Ibiza en 1623). Vendus à l’encan sous le statut d’esclaves, comme le sont les prisonniers chrétiens en terre d’Islam, ils exercent le plus souvent des tâches domestiques ou servent de main d’œuvre gratuite dans les exploitations rurales (Stella, A., 2000). Captifs rachetés retournant en Islam ou affranchis convertis demeurant en chrétienté, le devenir de ces populations, ainsi que leur insertion dans les sociétés européennes sont peu connus.

19Pour ce qui est des chrétiens ayant renié leur foi en Islam, l’intégration dans un corps de métier, dans la milice des janissaires, dans l’activité corsaire ou dans les structures de gouvernement fut pour certains la voie de l’ascension sociale. Dans la régence d’Alger, les gouverneurs de province en poste en 1581 sont des insulaires : deux sont Corses (Djafar et ‘Alī Pitchinino), deux originaires des Baléares (Mourad d’Ibiza et Djafar de Majorque) et un est le fils d’un renégat sarde (Mourad Tchelebi) (Haëdo, D. de, 1999). Certains atteignirent même les plus hautes sphères du pouvoir : parmi les trente et un pachas qui gouvernèrent Alger au cours du XVIe siècle, il y eut deux Corses (Hasan corso et Māmī corso) et un Sarde (Rabadan pacha, en poste de 1574 à 1577) (Haëdo, D. de, 1998). Mais c’est dans la course que les insulaires furent les plus nombreux. Des quarante renégats majorquins ayant vécu à Alger, identifiés grâce aux archives de l’Inquisition pour le XVIe et le XVIIe siècle, la moitié s’engagea dans la course et cinq d’entre eux occupèrent même des postes de responsabilité. Gregorio Truyol (Soliman ou Süleyman de son nom musulman), charpentier originaire de Mahon, devint un important ra’Īs de la flotte corsaire algéroise et mourut au combat, ce qui lui valut d’être enterré avec tous les honneurs dus à son rang. Mais tous les chrétiens convertis ne s’intégrèrent pas de la même manière, certains connurent des destins plus ordinaires et d’autres n’obtinrent pas la liberté qu’ils espéraient grâce à la conversion. D’autres, beaucoup plus rares, se repentirent publiquement d’avoir abandonné la foi chrétienne et furent exécutés, comme le Majorquin Pedro Borguny en 1654.

20La conversion à l’islam et la réussite sociale n’empêchaient pas le maintien de sociabilités entre convertis et non convertis de même origine. À Alger, les Majorquins (mais ils ne furent pas les seuls), qu’ils fussent captifs de religion chrétienne ou des affranchis convertis à la religion musulmane, entretinrent entre eux des liens de sociabilité forts. Certains captifs n’hésitèrent pas à avouer devant l’Inquisition, lors de leur retour en chrétienté, qu’ils étaient restés en contact avec leurs compatriotes devenus renégats, au nom d’une vieille amitié. Parler sa langue d’origine en public, l’enseigner à ses enfants (fruit du mariage ou du remariage de ces renégats avec des femmes autochtones ou des filles de renégats) et entretenir des rapports d’amitié ou de patronage avec des captifs chrétiens provenant de sa propre région d’origine, voire même avec sa famille demeurée en chrétienté n’étaient nullement tenus pour des manquements à la fidélité due à l’islam de la part des nouveaux convertis (Planas, N., 2004). Les actes de la chancellerie du Consulat de France à Tunis (qui enregistrait les actes notariés passés par les chrétiens ou les juifs avec des musulmans) témoignent même des affaires fructueuses que certains renégats insulaires, spécialisés dans le prêt d’argent aux esclaves en cours de rachat, faisaient avec leurs parents chrétiens. C’est ainsi que des liens personnels et contractuels se tissaient d’une rive à l’autre, facilitant la communication et l’échange en dépit des appartenances religieuses des uns et des autres.

21Les renégats ne furent pas les seuls médiateurs entre les deux rives, les patrons de navires chrétiens jouèrent aussi un rôle de premier plan. Ayant parfois eux-mêmes réalisé un ou plusieurs séjours en captivité, ils faisaient le lien entre les commanditaires chrétiens et les partenaires musulmans. Convoyant marchandises, lettres à l’attention des esclaves et des renégats, mais aussi rançons destinées à la libération de captifs, leur activité liait étroitement le commerce des hommes et le commerce des biens et concurrençait parfois les ordres religieux comme les Mercédaires et les Trinitaires qui avaient pour mission de recueillir des aumônes et d’organiser des missions dans le but de libérer des esclaves chrétiens. Les difficultés rencontrées par ces ordres, en quête de bailleurs de fonds lors de leurs missions (Kaiser, W., 2008b), laissent penser que les réseaux relationnels des médiateurs « privés » (renégats, patrons de navire ou captifs eux-mêmes) furent, en raison de leur connaissance du terrain, d’une grande efficacité.

Face au pouvoir

22Quelle était l’attitude des gouvernements à l’égard de ce trafic incessant qui semble parfois échapper à tout contrôle ? Les capitulations signées par les souverains français avec le sultan ottoman permettaient la libre circulation, dans l’Empire ottoman, des sujets du roi de France et des marchandises en provenance ou à destination de ses ports. Les Corses de Marseille, dont les réseaux nord-africains et levantins étaient bien enracinés, furent à l’origine de l’implantation de compagnies « françaises » dans les régences, facilitant, par exemple, la création, en 1550, du Bastion de France situé dans le golfe de Stora, spécialisé dans l’extraction du corail (Vergé-Franceschi, M., et Graziani, A.-M., 1999). L’Espagne quant à elle, a priori hostile aux contacts entre ses sujets et les Infidèles, avait en réalité une position ambiguë. Elle invoquait la bulle In coena domini pour interdire aux institutions de gouvernement de ces territoires insulaires ou des côtes du Levant ibérique de se pourvoir en céréales au Maghreb, mais établissait un impôt dit de « 10 % et contrebande » portant sur les marchandes en provenance des territoires ennemis, dont celles venues de terre d’Islam (Martín Corrales, E., 2001). Les autorités insulaires, en particulier le Gran i General Consell du royaume de Majorque, tirèrent partie des contradictions du pouvoir royal, obtenant fréquemment des autorisations « exceptionnelles » qui permettaient aux négociants locaux de commercer avec les Infidèles. Ces négociants surent également acquérir la complicité des plus hautes autorités (le vice-roi lui-même en certaines occasions) pour contourner les interdictions les plus absolues (Planas, N., 2001).

23Ces va-et-vient frontaliers ainsi que la présence de populations musulmanes (majoritairement ancillaire) sur les îles inquiétaient-ils l’Inquisition ? Chargés de la défense de la pureté de la foi, les tribunaux de Sicile et de Majorque furent établis dans ces îles une dizaine d’années après la fondation de l’Inquisition espagnole (1478) – le processus de mise en place du réseau des tribunaux dans la péninsule Ibérique fut beaucoup plus lent – pour contrôler des communautés de conversos (descendants de juifs convertis au christianisme) que l’on soupçonnait de judaïser. Quant à l’Inquisition de Malte, qui relevait de l’Inquisition romaine, elle fut instaurée en 1561, à la suite de la tentative de diffusion des idées luthériennes par un prêtre français au service de l’Ordre. Pour ces deux institutions, la circulation transfrontalière entre Chrétienté et Islam ne devint une réelle préoccupation qu’à la fin du XVIe siècle. Comme dans les villes portuaires de la péninsule Ibérique, les tribunaux de Majorque, de Sicile et de Sardaigne procédaient au contrôle (visites) des navires, interrogeaient les captifs chrétiens de retour en Chrétienté afin qu’ils dénoncent ceux qui, demeurés en Islam, avaient apostasié et surveillaient de près les esclaves musulmans convertis au catholicisme pour qu’ils ne retournent pas à leur ancienne foi. Dès 1609, il en alla de même avec le tribunal maltais à qui Rome ordonna, de surveiller toutes les entrées et les sorties des personnes étrangères et d’en rendre compte régulièrement au Saint-Office romain.

24À Malte, de la fin du XVIe au dernier tiers du XVIIe siècle, quasiment la moitié (43,8 %) des procès réalisés par l’Inquisition furent des condamnations pour apostasie à l’encontre d’individus s’étant converti à l’islam. À lui seul, le tribunal maltais condamna presque autant d’apostats (922 individus) que les trois tribunaux insulaires espagnols (965 individus). Toutefois, au XVIIe siècle, la crainte de la diffusion du protestantisme demeure vivace pour les institutions religieuses de l’ensemble des îles étudiées. À Majorque, on condamne des hérétiques hollandais au cours d’un autodafé public qui se déroule en 1645 et à Malte on brûle les ouvrages de Luther et des Bibles en langue anglaise (1625 et 1640). Les grandes îles de Méditerranée occidentale seraient-elles devenues des remparts de la catholicité ?

*

25Aux confins méridionaux de l’Europe, archipels et grandes îles longtemps tenus pour des espaces fragiles en raison de leur intimité avec la mer, se révèlent à l’analyse des espaces poreux affirmant toutefois leur appartenance politique et religieuse au monde chrétien. Bastions de l’Europe catholique, les îles de Méditerranée occidentale n’en sont pas moins pénétrées par l’islam voisin, lui-même fort perméable. La tension qui lie cette chrétienté de frontière à son voisin musulman passe par l’engagement militant pour la défense de la foi, ce qui n’est pas systématiquement vécu comme un déchirement. Découlent de cette ambivalence des compatibilités a priori impensables : celle du commerce et de la course, celle des liens qui lient les insulaires islamisés et leurs familles d’Europe… Transcender les antagonismes religieux en tissant des liens de continuité entre les rives de la Méditerranée est l’une des principales habiletés insulaires.

Chronologie

1099

Le royaume de Jérusalem est créé lors de la croisade des chevaliers menée par Godefroi de Bouillon.

1310

Prise de Rhodes par les Hospitaliers de Saint Jean.

1453

Prise de Constantinople par les Turcs.

1478

Création de l’Inquisition espagnole.

1497

Prise de Melilla, premier préside espagnol en Afrique du Nord.

1492

Prise de Grenade par les Rois Catholiques.

1503

Les frères Barberousse (‘Arūj et Khayr al-Dīn) à Djerba.

1505

Prise de Mers el-Kebir (port d’Oran) par Diego Fernández de Córdoba.

1509-1510

Pedro de Navarro enlève Oran (1509), Bougie (1510), Tripoli (1510) et les îlots d’Alger où il construit une forteresse. Les souverains de Tunis et le cheik d’Alger font acte de soumission au roi Ferdinand le Catholique.

1511

Les souverains de Tlemcen, de Dellys, de Mostaganem, de Cherchell font acte de soumission au roi Ferdinand.

1515

Bougie, attaquée par ‘Arūj Barberousse, est défendue par le vice-roi de Majorque Miguel de Gurrea à la tête de troupes majorquines.

1516

‘Arūj Barberousse s’installe à Alger.

1617

‘Arūj Barberousse prend Tlemcen.

1516-1517

Conquête de l’Égypte par les Ottomans.

1516

Mort de ‘Arūj Barberousse.

1519

Khayr al-Dīn offre la suzeraineté d’Alger au sultan Selim Ier.

1520

Avènement de Soliman Ier le Magnifique.

1521

Khayr al-Dīn prend Constantine.

1522

Prise de Rhodes par les Turcs.

1525

Première ambassade française à Istanbul.

1526

Occupation du royaume de Hongrie par les Turcs.

1528

Andrea Doria quitte François Ier pour servir Charles Quint.

1529

Prise du Peñon d’Alger par Khayr al-Dīn Barberousse. Siège de Vienne par les Turcs.

1530

Les chevaliers de Saint-Jean s’installent à Malte.

1534

Barberousse s’empare de Tunis, de Kairouan et des villes de la côte.

1535

Tunis et La Goulette reprises par Charles Quint, le souverain Hafside déchu est remis sur le trône par l’empereur.

1535

Razzia de Mahon (Minorque) par Barberousse.

1536

Signature des Capitulations franco-turques.

1538

Défaite à Prévéza de la flotte de la Ligue chrétienne (Espagne, Venise et le pape Paul III).

1538

Ligue de Nice contre les Ottomans (Charles Quint, le pape Paul III, Venise).

1541

Échec de l’expédition impériale contre Alger.

1543

Siège de Nice par Barberousse et le comte d’Enghien, collaboration franco-ottomane.

1543-1544

La flotte ottomane hiverne à Toulon.

1551

Prise de Tunis par Sinan Pacha.

1555

Bougie prise par les Turcs.

1556

Turgut Ra’īs (Dragut) s’installe à Tripoli.

1558

Razzia de Ciudadela (Minorque).

1559

Traité de Cateau-Cambrésis, dévolution de la Corse à Gênes.

1560

Défaite espagnole à Djerba infligée par le grand amiral turc, Piali Pacha et le corsaire Turgut Ra’īs.

1565

Siège de Malte par la flotte turque.

1566

Prise de Chio par les Ottomans.

1568-1609 et 1621-1648

Guerre de Quatre-Vingts Ans entre l’Espagne et les Provinces-Unies.

1569

Kiliç Ali Pacha (‘Eulj ‘Alī ou Occhiali), beylerbey d’Alger, chasse le roi Hamida (dynastie des Hafsides) de Tunis.

1570

Débarquement turc à Chypre.

1571

25 mai, création de la Sainte Ligue. 4 août, capitulation de Chypre. 7 octobre, bataille de Lépante. Victoire de la Sainte Ligue. (le pape Pie V, l’Espagne, Gênes, et Venise) contre les Ottomans.

1573

Reprise de Tunis et La Goulette par les Espagnols.

1574

Kiliç Ali Pacha et Sinan Pacha chassent les Espagnols de La Goulette et de Tunis.

1578

En août, bataille d’Alcazarquivir et mort du roi Sébastien du Portugal.

1581

Trêve entre le sultan d’Istanbul et le roi d’Espagne.

1586

Attaque de Francis Drake contre Cadix.

1587-1604

Guerre entre l’Espagne et l’Angleterre.

1596

Attaque du comte d’Essex contre Cadix.

1610-1630

Apogée de la course tunisienne.

1612

Le marquis de Santa-Cruz brûle plusieurs navires à La Goulette.

1613

Série d’expéditions contre Turcs et Barbaresques commencées par le duc d’Osuna, vice-roi de Sicile, et continuées par Octavio de Aragón et Francisco Ribera.

1614

Débarquement turc à Malte. Échec de l’expédition.

1625

Guerre entre l’Espagne et l’Angleterre.

1635-1659

L’Espagne est en guerre avec la France au cours de la guerre de Trente Ans.

1654-1659

Guerre entre l’Espagne et l’Angleterre.

1664

Victoire chrétienne de Saint-Gothard contre les Turcs, avec participation française.

1669

Chute de Candie et fin de la conquête de la Crète par les Ottomans sur les Vénitiens (1645-1669).

1683

Dernier échec des Ottomans devant Vienne.

Bibliographie

Bibliographie

Ánatra, B., et Matone, A., Storia dei Sardi e della Sardegna, vol. 3 : L’età moderna dagli aragonesi alla fine del dominio spagnolo, Milan, Jaca Book, 1989.

Anaya Hernandez, L.A., Moros en la costa. Dos siglos de corsarismo berberisco en las Islas Canarias (1569-1749), Las Palmas, UNED, 2006.

Aranda, E. d’, Relation de la captivité & Liberté du sieur Emanuel d’Aranda, jadis esclave à Alger, Bruxelles, impr. Jean Mommart, 1662.

Bennassar, B., et Bennassar, L., Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats (XVIe-XVIIe), Paris, Perrin, 1989.

Bono, S., I corsari nel mediterraneo. Cristiani e musulmani fra guerra, schiavitú e commercio, Milan, Mondadori, 1993.

Bono, S., I corsari nel mediterraneo. Cristiani e musulmani fra guerra, schiavitú e commercio, Milan, Mondadori, 1993.

Braudel, F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1966, 2 vol. 

Brogini, A., Malte, frontière de Chrétienté (1530-1670), Rome, École Française de Rome, 2006.

Cámara, A., Fortificación y ciudad en los reinos de Felipe II, Madrid, Nerea, 1998.

Casasnovas Camps, M.À., Història de les illes Balears, Palma de Majorque, Moll, 1998.

Dan, P., Histoire de Barbarie et ses corsaires, Paris, Pierre Rocolet, 1637.

Dapper, O., Description exacte des Isles de l’Archipel et de quelques autres adjacentes, Amsterdam, G. Gallet, 1703.

Escandell Bonet, B., 1995, Ibiza y Formentera en la Corona de Aragón (Siglos XIV-XVI), t. II, Palma de Majorque, Lleonard Muntaner, 1995.

Favarò, V., « Monitioni, vettovaglie et dinari. Il contributo della Sicilia alla politica mediterranea di Filippo II », Mediterranea. Ricerche storiche, 2007(a), p. 437-456.

Favarò, V., « La escuadra de galeras di Sicilia : costruzione, armamento, amministrazione (XVI secolo) », Rossela Cancila (éd.), Mediterraneo in armi (secc. XV-XVIII), Palermo, Mediterranea, 2007(b), t. I., p. 289-313.

Fisher, G., The Barbary Legend. War, Trade and Piracy in North Africa (1515-1830), Oxford, Clarendon Press, 1957.

Groot, A.H. de, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A History of the Earliest Relations 1616-1630, Leyde/Istanbul, Nederlands Historisch-archaelogisch Institut, 1978.

Haëdo, D. de, Topographie et histoire générale d’Alger, traduction française, J. Dakhlia (éd.), Paris, Bouchène, 1999 (1re éd. espagnole Valladolid, 1612).

Haëdo, D. de, Histoire des Rois d’Alger, traduction française, J. Dakhlia (éd.), Paris, Bouchène, 1998 (1re éd. espagnole Valladolid, 1612).

Haran, A.Y., Le lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux XVIe et XVIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2000.

Hess, A.C., « The battle of Lepanto and its place in Mediterranean History », Past and Present, no 57, 1972, p. 53-73.

Hess, A.C., The Forgotten Frontier. A History of the Sixteenth-Century Ibero-African Frontier, Chicago/Londres, The University of Chicago Press, 1978.

Julien, Ch.-A., Histoire de l’Afrique du Nord, Paris, Payot, 1994 (1re éd. 1951).

Kaiser, W. (éd.), Le commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat de prisonniers en Méditerranée, XVe-XVIIIe siècles, Rome, École Française de Rome, 2008(a).

Kaiser, W., « Négocier avec l’ennemi. Le rachat de captifs à Alger au XVIe siècle », dans Planas, N., et Ruiz Ibáñez, J.J., Vivre avec l’ennemi.[…], 2008(b), p. 43-54.

Lestringant, F., Le livre des îles. Atlas et récits insulaires de la genèse à Jules Verne, Genève, Droz, 2002.

López Nadal, G., El corsarisme mallorquí a la Mediterrània occidental, 1652-1698, un comerç forçat, Palma de Majorque, Olañeta, 1986.

Mantran, R. (éd.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989.

Martín Corrales E., Comercio de Cataluña con el Mediterráneo musulmán (siglos XVI-XVIII), Barcelona, Bellaterra, 2001.

Mascarenhas, J., Esclave à Alger. Récit de captivité de João Mascarenhas (1621-1626), P. Teyssier (trad. et éd.), Paris, Chandaigne, 1993 (1re éd. Lisbonne, Antonio Alvarez, 1627).

Masson, P., Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique barbaresque (1560-1793). Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Maroc, Paris, Hachette, 1903.

Maziane, L., Salé et ses corsaires (1666-1727). Un port de course marocain au XVIIe siècle, Caen, Presses universitaires de Caen, 2007.

Pardo Molero, J.F., La defensa del imperio. Carlos V, Valencia y el Mediterráneo, Madrid, Sociedad Estatal para la Commemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001.

Planas, N. et Ruiz Ibáñez, J.J., « Vivre avec l’ennemi. La cohabitation de communautés hétérogènes du 16e au 19e siècle », no 26 de Siècles. Cahiers du Centre d’Histoire Espaces et Cultures, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2008.

Planas, N., « La frontière franchissable : normes et pratiques dans les échanges entre le royaume de Majorque et les terres d’Islam au XVIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 48-2/3, 2001.

Planas, N., « L’usage des langues en Méditerranée à l’époque moderne, d’après des sources espagnoles », Dakhlia, J. (éd.), Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 241-257.

Poumarède, G., Pour en finir avec la Croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUF, 2004.

Ruiz Ibáñez, J.J., et Montojo Montojo, V., Entre el lucro y la defensa. Las relaciones entre la Monarquía y la sociedad mercantil en Cartagena (comerciantes y corsarios en el siglo XVII), Murcia, Real Academia Alfonso X el Sabio, 1998.

Sebag, P., Tunis au XVIIe siècle. Une cité barbaresque au temps de la course, Paris, L’Harmattan, 1989.

Smith, D.M., Storia della Sicilia medievale e moderna, Rome, Laterza, 1990.

Stella, A., Histoire d’esclaves dans la Péninsule ibérique, Paris, EHESS, 2000.

Vatin, N., et Veinstein, G., Insularités ottomanes, Paris, Maisonneuve & Larose et Istanbul, Institut Français d’Études Anatoliennes, 2004.

Vergé-Franceschi, M., Graziani, A.-M. (éd.), La guerre de course en Méditerranée (1515-1830), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1999.

Vergé-Franceschi, M., Histoire de Corse. Des origines au XVIIe siècle, Paris, Félin, 1996.

Auteur

Maître de conférences d’histoire moderne.
Centre d’histoire « Espaces et cultures ».
Université Clermont-Ferrand II, département d’histoire, 29, boulevard de Gergovia, 63037 Clermont-Ferrand Cedex.
nplanas@club-internet.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter