Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

3. La résurgence de la parole des patients et de leurs familles

Entre thérapie et oblation. Le discours de l’UNAFAM sur les familles de malades mentaux (1963-1980)

Nicolas Henckes

Texte intégral

  • 1 Anonyme, Je suis un schizophrène, Toulouse, Privat, 1966.

1En 1966 paraît aux éditions Privat, dans une nouvelle collection intitulée « Documents santé mentale » et dirigée par la Ligue d’Hygiène Mentale, un ouvrage anonyme au titre choc : Je suis un schizophrène…1 Préfacé par le psychiatre Lucien Bonnafé, le texte est présenté en quatrième de couverture comme le témoignage d’un « schizophrène à rémission » recueilli et mis en forme par son père. C’est un récit sobre mais poignant d’une centaine de pages, rédigé entièrement à la première personne et sans aucune mention des conditions de sa rédaction autre que celles figurant dans le paratexte. Il retrace les étapes de l’évolution de la vie intérieure d’un jeune homme atteint d’une pathologie dont, en dehors du titre de l’ouvrage, le nom n’est jamais mentionné, de la première crise survenue au cours de son service militaire, jusqu’à la situation précaire à laquelle il parvient après plusieurs années d’errance lorsqu’il s’installe dans une vieille grange aménagée, propriété de ses parents dans l’Yonne. Rédigé comme une longue confession, l’ouvrage n’épargne rien des idées délirantes, des espoirs déçus, des frustrations accumulées et des compromis concédés par le jeune homme au cours du temps.

  • 2 Le prix Albert Schweitzer, décerné par la Confédération générale des aveugles, sourds, grands infi (...)
  • 3 Voir l’hommage qui lui est rendu à sa mort par Lucien Bonnafé : « Après la mort de Monsieur G. Bru (...)

2Bien qu’il connaisse trois éditions jusqu’au début des années 1970 et qu’il soit couronné par un prix2, l’ouvrage paraît avoir un retentissement relativement limité, si ce n’est au sein de la principale association d’usagers de la psychiatrie de l’époque, l’Union Nationale des Familles et Amis de Malades Mentaux (UNAFAM) : celle-ci, qui obtient le bénéfice des droits d’auteur et de la somme d’argent attribuée avec le prix, en fait dans la seconde moitié des années 1960 l’un des principaux éléments de sa communication, achetant des stocks de l’ouvrage pour les distribuer et faisant sa publicité dans son bulletin et dans les instances où elle est amenée à intervenir. De fait, il apparaît rapidement que son auteur est Georges Brunel, l’une des chevilles ouvrières de l’association depuis sa création et son président de 1967 à la veille de sa mort en 1971, et que le récit est celui de la maladie de son fils3.

  • 4 Cf. Fauvel A., Témoins aliénés et « nouvelles Bastille ». Une histoire politique, sociale et cultu (...)

3Je suis un schizophrène est loin d’être un texte isolé. Son modèle n’est cependant pas à rechercher dans les écrits de patients ou d’anciens patients témoignant sur leurs conditions de réclusion dans les asiles, dont on a montré l’importance tout au long de l’histoire de la psychiatrie4. L’ouvrage ne développe aucune dénonciation du système psychiatrique. Il n’est pas non plus une théorie de la maladie mentale vue de l’intérieur. Il ne vise pas à faire la preuve de la part de raison maintenue par son narrateur au cours de sa maladie. Au contraire, c’est une vérité et une authenticité de la maladie qu’il cherche à exposer, dans l’espoir de restituer la cohérence de comportements suscitant généralement l’incompréhension. Plus exactement, c’est la cohérence que peut construire un parent dans la pathologie de son proche : l’effacement du texte de son auteur véritable – le père, Georges Brunel, président de l’UNAFAM – démontre que Je suis un schizophrène se veut avant tout un exercice d’écoute et de compréhension fidèle.

  • 5 Séchehaye M., Journal d’une schizophrène, Paris, PUF, [1950] 2000.

4En cela, son modèle se trouve plutôt dans un nouveau genre d’écriture médicale qui prospère depuis l’après-guerre et dont le Journal d’une schizophrène de la psychanalyste suisse Marguerite Séchehaye est probablement l’exemple le plus abouti5 : la reconstitution par un thérapeute de la vie intérieure de son patient dans une perspective phénoménologique. Je suis un schizophrène témoigne de la tentative d’inspirer à ses lecteurs une attitude nouvelle de compréhension de la pathologie mentale décalquée de celle prônée depuis l’après-guerre par les psychiatres pour eux-mêmes et pour leurs auxiliaires. Le livre reflète par là un projet plus général de former les usagers de la psychiatrie à un rôle nouveau au sein de la psychiatrie.

  • 6 Cet article donne quelques résultats d’un travail en cours sur l’histoire de l’UNAFAM. Il s’appuie (...)

5C’est à ce projet et à ses limites que cet article est consacré. À partir d’une analyse du discours développé par les membres de l’UNAFAM sur la maladie mentale dans Je suis un schizophrène et les autres publications de l’association, je voudrais développer une réflexion plus générale sur l’émergence de nouveaux mouvements d’usagers dans le cours du deuxième tiers du XXe siècle en médecine et en psychiatrie en particulier. La question que je pose concerne spécifiquement la parenté de genre entre le discours des usagers de l’UNAFAM et celui des psychiatres et par là le mode de constitution du discours des usagers par le discours médical6.

La constitution par la psychiatrie d’un discours des familles

  • 7 Arney W. R., Bergen B. J., « The anomaly, the chronic patient and the play of medical power », Soc (...)
  • 8 La bibliographie est maintenant abondante sur les mouvements d’usagers de la santé. Voir en partic (...)
  • 9 Rabinow P., « Artifices et Lumières : de la sociobiologie à la biosocialité », in Ehrenberg A. et (...)

6Ce questionnement n’est pas absolument nouveau. Au début des années 1980, les analyses de sociologues d’inspiration foucaldienne ont suggéré que e le milieu du XXe siècle avait vu l’émergence d’une construction nouvelle de la personne en médecine, reflet d’un changement d’épistémè comparable en ampleur à celui qui avait présidé à la naissance de la clinique au tournant du XIXe siècle7. Reposant sur un intérêt nouveau pour la parole du malade et non plus seulement pour le bruit de ses organes, ce mouvement conduisait aussi à prôner pour celui-ci un rôle renouvelé dans le travail médical, en l’engageant à développer une attitude de coopération avec le corps soignant et à intégrer ce qui était désormais décrit comme une équipe alliée contre la maladie. Les mouvements d’usagers de la santé qui se développaient au même moment dans un certain nombre de pays sont rapidement apparus comme un prolongement de ces transformations8. Ces analyses ont ainsi suggéré que loin d’être un moteur de l’expansion de l’individualisme dans les sociétés contemporaines, la médecine et la science pouvaient nourrir des identités personnelles et collectives. Les mouvements d’usagers témoignaient de l’émergence de ce que, prolongeant une analyse de Paul Rabinow, on a qualifié de biosocialité, de formes de sociabilités fondées sur un discours biologique et médical9.

  • 10 Dans les grandes associations d’usagers de la santé et du médico-social, l’Association Française d (...)
  • 11 Notamment la Commission des Maladies Mentales, recréée en 1971, et les instances consultatives du (...)

7Ces analyses éclairent de toute évidence l’apparition sur la scène psychiatrique française de l’UNAFAM. Première et longtemps seule association d’usagers en psychiatrie adulte, celle-ci est fondée à Paris en 1963, dans un contexte marqué par la création les années précédentes d’une série d’organisations similaires œuvrant dans le champ médical et médicosocial selon un même mode d’action10. Un groupe est formé simultanément à Lyon puis d’autres sont installés à un rythme plus ou moins rapide dans les autres départements français. Malgré ses débuts encourageants, la rotation rapide des cadres au cours des premières années et la modicité des ressources financières de l’association, renforcées par la priorité donnée au bénévolat plutôt qu’à la professionnalisation et par la centralisation des moyens et de la légitimité dans les mains du siège parisien, sont quelques éléments qui contribuent à un sentiment de précarité chez ses membres tout au long de son existence. Le nombre d’adhérents croît jusqu’à 5 000 en une décennie pour se stabiliser ensuite à ce niveau jusqu’à la fin des années 1990, chiffre dont les responsables de l’association déplorent régulièrement la faiblesse au regard des 400 000 personnes concernées selon eux par la maladie mentale en France. Ce sentiment de précarité n’empêche cependant pas la représentativité de l’association d’être rapidement reconnue si ce n’est par les acteurs locaux de la psychiatrie, du moins par les instances de l’Etat : l’association est reconnue d’utilité publique en 1968, dès le milieu des années 1960 ses responsables sont consultés sur les textes officiels en cours d’élaboration et à partir de la fin des années 1960 ils sont admis à siéger dans les principales instances consultatives traitant de leurs problèmes11.

  • 12 La psychiatrie de secteur est depuis le début des années 1960 le projet à travers lequel un segmen (...)

8La mémoire des acteurs et les archives conservées par l’association donnent peu d’indications sur les conditions précises de sa création. Mais il paraît certain que quelques psychiatres y ont joué un rôle important, notamment parmi les plus engagés dans le développement de la psychiatrie de secteur12. Jusqu’en 1974, l’association est hébergée par la Ligue d’Hygiène Mentale qui lui fournit également un secrétariat et dont le principal animateur depuis l’après-guerre, Paul Sivadon, est aujourd’hui encore célébré pour le rôle décisif qu’il a joué en encourageant ses pionniers. L’un de ses adjoints à la Ligue, Claude Veil, est membre du conseil d’administration. Dès sa création, l’association se dote par ailleurs d’un comité médical, constitué de certains des protagonistes les plus en vue de la psychiatrie de secteur. Dans bon nombre de sections de province les psychiatres jouent un rôle peut-être plus décisif encore, allant jusqu’à choisir les présidents délégués qui sont ensuite nommés par le siège.

  • 13 Par exemple sur la recherche (Congrès 1965), la politique de secteur (Congrès 1972), certains thèm (...)
  • 14 « Malades, familles soignants. Conférence faite à l’UNAFAM par madame le docteur Gherab-Blanc. Le (...)

9Il ne faut certes pas exagérer la place des psychiatres dans le fonctionnement quotidien de l’association. Le comité médical paraît en fait rarement consulté et, souvent absents, les médecins interviennent peu en conseil d’administration. Les décisions stratégiques paraissent être prises pour l’essentiel par les familles. Les relations sont du reste loin d’être simples avec le corps psychiatrique en général : les difficultés de communication, quand ce ne sont pas l’indifférence et la maltraitance rencontrées par les familles dans leurs interactions avec les services psychiatriques, sont un sujet de discussion majeur dans l’ensemble des instances de l’association. Mais certains psychiatres jouent bien un rôle essentiel dans la formation du discours de l’UNAFAM. Jusqu’au milieu des années 1970, ce sont eux qui apportent la matière principale des réflexions développées aux Congrès annuels de l’association, où ils viennent non seulement exposer les derniers développements de leur discipline13, mais aussi et surtout délivrer un discours prescriptif sur l’expérience de la maladie telle qu’elle doit être abordée par les familles. Les familles de l’UNAFAM attendent au demeurant cette expertise : à une psychiatre invitée en 1971 à parler sur le thème « malades, familles, soignants », et qui répond en ces termes à une interpellation sur des conseils à donner aux familles : « Je n’ai pas répondu parce que toutes ces questions semblaient vouloir être posées à un médecin qui savait tout et allait pouvoir vous transmettre ce savoir », l’assistance rétorque : « Ne niez pas le savoir médical. C’est le redressement des erreurs familiales14. »

  • 15 Par exemple dans le dispositif de psychiatrie de secteur pionnier du treizième arrondissement de P (...)

10De ces interventions émerge un discours nouveau sur la famille non seulement comme terrain d’intervention de la psychiatrie mais aussi comme acteur du travail psychiatrique, qui va de pair avec l’essor dans quelques services de pratiques nouvelles en leur direction : consultations, groupes de paroles, voire thérapies familiales15. Une conférence de Paul Sivadon au congrès de l’association de 1966 sur « Le malade mental et sa famille », expose les principaux thèmes de ce discours. Sivadon suggère : « Je voudrais me demander avec vous si l’action que vous menez ne pourrait pas avoir un autre effet : celui de favoriser la guérison de vos malades, de nos malades. » Le point de départ de la réflexion est la prise de conscience du caractère relationnel de la maladie mentale : « Ce n’est pas la maladie d’un individu ; c’est la maladie de cet individu dans sa relation avec les objets et avec les personnes. Et d’abord avec les personnes. » Or, si la psychiatrie a les outils pour aborder dans ce cadre les pathologies psychiatriques à l’hôpital, « le problème de « l’après », c’est-à-dire après la sortie, reste négligé. Et Sivadon d’expliquer que cet après doit être géré avec les familles et que certaines techniques existent pour y faire face auxquelles on peut former ces dernières.

  • 16 « Entretiens au coin... de nos communes difficultés. II. D’une autre forme d’agressivité », Bull., (...)
  • 17 La rubrique disparaît du bulletin après la mort de Brunel pour être recréée momentanément de 1974 (...)

11Ce discours psychiatrique est pour ainsi dire directement mis en œuvre dans les outils que les animateurs de l’UNAFAM diffusent auprès de leurs adhérents pour faire face à ce qu’ils tendent eux-mêmes à appeler le « métier de parents16 », et en particulier dans une rubrique intitulée « Entretiens au coin… de nos communes difficultés », publiée par George Brunel dans la quasi-totalité des numéros du bulletin de 1965 à 197117. Longue d’une à trois pages, la rubrique se présente comme une réflexion sur les problèmes auxquels les parents doivent faire face dans une relation avec un enfant malade, du comportement à tenir au moment de la sortie de l’hôpital (Bull. 1965, 2, 3), au « problème sexuel » (1968, 4), en passant par la gestion du trousseau de clef (1966, 1), la question des médicaments (1968, 1) ou encore le problème général de l’autorité (1969, 1) et de l’agressivité (1969, 2). L’ensemble de ces questions est dominé par celle, essentielle, de la cohabitation avec un malade de retour dans le foyer familial après un long séjour à l’hôpital. Prolongeant l’exploration du comportement d’un malade développée dans Je suis un schizophrène, la rubrique explore à chaque fois la signification que prend le problème pour le malade et ses proches en soulignant les tensions qu’il génère et en donnant des conseils pratiques pour y faire face. Les familles sont ainsi invitées à adopter une forme de neutralité bienveillante à l’égard de leur enfant : ne pas montrer trop ouvertement sa joie lorsque le malade revient au foyer familial ; ne pas développer de position trop normative à l’égard de ses comportements dérangeants. En dernière analyse les parents doivent construire une relation sécurisante qui permette à leur enfant de développer librement leur personnalité.

  • 18 « Après la mort de Monsieur G. Brunel », Bull., 1971, 2, p. 1.

12Dans la nécrologie qu’il rédige après le décès de Georges Brunel, Bonnafé écrit de celui-ci qu’« il fut en vérité un extraordinaire thérapeute18 ». De fait, plus généralement, la famille apparaît bien dans les « Entretiens… » comme un relais du travail médical, invitée à importer dans le foyer un certain savoir-faire élaboré d’abord par la psychiatrie, en accord avec le projet développé par Sivadon. Une expression utilisée au début des années 1960 est celle de « réadaptation familiale » : si on peut l’entendre comme la réadaptation du malade et de sa famille au retour à la vie commune, on peut aussi l’entendre comme le travail de réadaptation que les familles mettent en œuvre avec le malade, sur le même modèle que celui développé par les psychiatres.

La permanence d’un discours moral

13À travers ce discours, c’est donc un rôle nouveau qui est décrit pour les familles dans la prise en charge des malades et dans le fonctionnement du dispositif de santé mentale. Dans la suite de cet article, je voudrais cependant suggérer que ce discours inspiré par la médecine, implicite dans Je suis un schizophrène et explicite dans les « Entretiens… », ne constitue les adhérents de l’UNAFAM que de manière incomplète. Il ne sature pas le propos de l’association sur la maladie et sur le rôle que doivent adopter les familles à son égard. La lecture du Bulletin de l’association révèle en effet un autre discours ressortissant à un autre registre moral, fondé sur le constat du caractère irréductible de la souffrance vécue par les proches d’une personne malade que seul le don de soi peut permettre de dépasser.

  • 19 « Les raisons profondes de l’UNAFAM et ses objectifs. (Rapport présenté par M. Bour à l’assemblée (...)

14Une autre analyse est en effet développée dans les colonnes du bulletin de l’association lorsqu’il s’agit de rendre compte des motivations de ses militants à se réunir. Ainsi, dès 1964, un récit des origines est créé par les membres de l’UNAFAM pour rendre compte des circonstances de sa création19. Comme d’autres associations, l’UNAFAM est présentée comme le fruit d’une rencontre entre les besoins d’une communauté latente, la conscience de leaders et des circonstances facilitatrices. Davantage peut-être que d’autres récits, celui-ci insiste sur les difficultés qu’il a fallu dépasser pour créer un mouvement. Et l’auteur de formuler ainsi le but des pionniers de l’association :

  • 20 Ibid.

« Notre premier objectif sera donc de sortir les familles de leur isolement, de leur réserve excessive, de les affranchir de leur sentiment de culpabilité, de leurs préjugés et de leurs complexes en proclamant au grand jour que la maladie mentale n’est pas une maladie honteuse qu’elle est seulement plus grave que les autres, parce qu’elle enlève aux malades atteints entièrement ou partiellement, les facultés essentielles de l’homme20. »

  • 21 Bonnafé L., « Le personnage du psychiatre », Évolution Psychiatrique, no 3, 1948, p. 38.
  • 22 « Congrès de l’UNAFAM Reims les 3, 4, 5 septembre 1976. Séance de clôture », Bull., 1976, 4, p. 23
  • 23 Allocution du président, « Cinquième assemblée générale de l’UNAFAM », Bull., 1967, 4, p. 1.
  • 24 Lettre adressée le 19 août 1967 par G. Brunel au premier ministre et à différents membres du gouve (...)

15La lutte contre l’isolement est un thème présent dans l’ensemble des associations de malades mais il prend de toute évidence une signification particulière en psychiatrie dont on sait à quel point l’histoire a été marquée par ce concept. En 1948, le psychiatre Lucien Bonnafé en était ainsi venu à écrire dans un texte retentissant, que « c’est le phénomène de l’isolement qui caractérise centralement le personnage du psychiatre dans la société21 ». Dans les nombreuses citations sur ce thème dans les publications de l’UNAFAM, l’isolement apparaît comme un enchaînement de conséquences sur plusieurs niveaux. À un premier niveau, il découle directement de l’atterrement provoqué par la maladie d’un proche. Les témoignages publiés dans la revue signalent l’ampleur du désarroi des familles face à la maladie mentale et la sidération dans laquelle elle peut les plonger. Ce désarroi est cependant abordé sur un plan strictement moral : au congrès de 1976 un psychiatre qui suggère que les familles doivent consulter de leur côté pour faire face à leurs propres difficultés suscite la réprobation22. À un second niveau, l’isolement est aussi une conséquence de ce que la maladie défait les liens familiaux et amicaux. Lorsque la maladie d’un fils ou d’une fille se confirme, les relations avec les proches se distendent : « Nombre d’entre nous ont connu ou connaissent les difficultés rencontrées au sein même des familles et aussi auprès d’amis que l’on croyait plus sûrs et qui se sont révélés réticents, prenant peu à peu leurs distances. L’approche d’un malade mental indispose et rend maladroit23. » Si ce n’est l’éloignement, c’est l’incompréhension des proches, qui peuvent se révéler blessants, même involontairement, par leurs maladresses ou leur indifférence. Et finalement, à un dernier niveau, l’indifférence débouche sur le manque de considération et l’humiliation imposée à la famille. Dans une lettre de 1967 au premier ministre, Georges Brunel demande : « Le premier acte éminemment souhaitable serait d’accorder aux malades mentaux la même considération que l’on accorde volontiers aux autres catégories de malades ; d’abandonner du même coup la regrettable habitude de les considérer comme des sous-malades soignés par des sous-médecins24. »

  • 25 « VIIe Assemblée générale de l’UNAFAM. Allocution du Président », Bull., 1970, 2, p. 3.

16Pour les militants de l’UNAFAM, l’isolement est ainsi une épreuve supplémentaire infligée aux familles en plus de celle de la maladie de leur proche même. Il est plus précisément la part inacceptable de l’expérience de la maladie mentale telle que celles-ci la vivent. Dans une intervention à l’assemblée générale de l’association en 1970, le président souligne : « Nous acceptons notre épreuve, disaient nos pionniers, car nous ne pouvons rien actuellement pour en changer le cours, mais ce que nous n’acceptons pas, c’est l’humiliation qu’on nous fait subir injustement. Ce sentiment de rejet que nous partageons avec nos malades. Ce droit qui n’était pas reconnu aux familles d’élever la voix25. »

  • 26 « Cinquième Assemblée Générale de l’UNAFAM. Exposé de M. Castiaux », Bull., 1967, 4, p. 16.

17Ce discours traduit bien la manière dont les familles de l’UNAFAM envisagent les difficultés auxquelles elles font face. Si l’association vise à briser l’isolement, l’épreuve de la maladie en tant que telle reste pour les parents un irréductible, à laquelle aucune réponse n’est véritablement envisageable, si ce n’est sur un plan quasi eschatologique de l’« espoir » ou de l’« espérance » : ce terme, qui est utilisé à partir de la fin des années 1960 pour nommer les organisations créées autour des sections de l’UNAFAM afin de gérer les structures qu’elles initient, revient en effet constamment dans le discours de l’association. Un militant écrit ainsi à propos de la participation aux réunions de l’association : « Nous y assistons – c’est sous cet angle que je veux voir la chose – comme à une grande réunion de familles éprouvées. C’est une occasion de mettre en commun notre commune souffrance ; c’est l’occasion de raviver des espérances souvent remises en question26. » L’espoir apparaît dans ces écrits comme une vertu à entretenir entre soi, pour soi, et dans l’entretien de laquelle la psychiatrie n’a que peu de part. Elle est projection dans l’avenir, mais dans un avenir que la rhétorique de l’association n’explicite pas : l’espoir est mobilisé comme un substantif sans attribut, sans ouverture.

  • 27 Bull., 1982, 1, p. 26.

18Cette rhétorique va de pair avec l’insistance sur le don de soi, l’esprit de sacrifice et l’amour du prochain – qu’il s’agisse de son malade ou de l’ensemble des personnes affligées par le malheur – comme manière de sublimer cette souffrance. Au début des années 1980, le bulletin ouvre ainsi une rubrique intitulée « Et si nous partagions », où les éditeurs appellent les lecteurs à publier leurs solutions, trucs, ou encore adresses trouvées au cours de leur cheminement avec la maladie27. La rubrique, qui paraît pendant deux années en 1982 et 1983, rassemble en fait des aphorismes, des encouragements ou éventuellement des conseils rédigés par des lecteurs anonymes. La forme contraste tant avec les « entretiens… », parus une décennie et demie plus tôt sous la plume de Georges Brunel, qu’avec certains témoignages plus longs publiés sporadiquement tout au long des premières années de l’association, qui eux rapportent des histoires singulières, le plus souvent sans jugement, parfois sur un ton critique ou revendicatif, pour dénoncer les dysfonctionnements du système de prise en charge. « Et si nous partagions » donne à lire des leçons de vie mises en scène sous une forme souvent poétique ou onirique, qui peuvent être comprises à la fois comme des encouragements à méditer pour soi et comme un rappel de certaines valeurs partagées au sein de l’association, dominées par l’amour de l’autre comme clé du dépassement de sa douleur :

  • 28 Ibid.

« Qu’y a-t-il de plus beau que de s’aimer, de s’entr’aider, de vivre avec ceux qui souffrent ? Ensemble il faut essayer de créer des liens d’amitié afin d’apporter un peu de joie de vivre à ceux que la vie semble avoir abandonnés28. »

  • 29 Bull., 1982, 2, p. 45.

« Nous ne pouvons pas tout garder pour nous, et je crois qu’il faut crier aux autres notre souffrance, notre mal de vivre, comme on chante aussi notre joie au matin de Pâques29. »

19D’autres prennent davantage la forme d’une exhortation à apporter soutien aux malades et aux familles :

  • 30 Ibid., p. 46.

« Pour la famille, la maladie de l’un de ses membres est toujours une épreuve. Il faut reconnaître que la maladie, si elle n’est pas facile à vivre, n’est pas plus facile à comprendre. Cela provoque des tensions à l’intérieur de la famille. Il est certain que le malade, ainsi que son entourage familial ont besoin d’être soutenus moralement30. »

  • 31 Ibid.

« “Si vous êtes malades, c’est la faute de vos parents”. Cette affirmation peut entraîner un antagonisme plus ou moins violent contre les parents ; elle peut même briser le soutien familial sans le remplacer. Or le malade a plutôt besoin d’amour et d’amitié. Qui peut donner plus d’amour aux enfants, même adultes, que ses parents31 ? »

  • 32 Henckes N., « Reshaping chronicity. Neuroleptics and the changing meaning of therapy in French psy (...)
  • 33 Henckes N., L’émergence du handicap psychique. Rapport de recherche dans le cadre du programme Han (...)

20Ces rhétoriques de l’espoir et du don de soi manifestent un certain dolorisme qui révèle de toute évidence le fond chrétien de l’association, en dépit de son caractère apolitique et laïc revendiqué. Je veux cependant suggérer que ce discours traduit aussi les difficultés des familles face aux limites du discours médical sur la chronicité des maladies mentales dans le courant des années 1960 et 1970. Dans des conditions où les familles doivent faire face le plus souvent seules, et sans l’appui des professionnels, à la maladie mentale lorsque leur proche revient chez eux, et où la chronicité pour n’être plus synonyme de réclusion indéfinie à l’asile est néanmoins marquée par l’imprévisibilité de la maladie et l’absence de perspective qui en découle, le discours des adhérents de l’UNAFAM reflète leur difficulté à donner un sens à cette expérience ; il traduit leur désarroi face à la temporalité que la maladie mentale a acquise depuis le début des années 196032. Les tentatives puis l’échec à faire reconnaître la nécessité de dispositifs spécifiques en direction des malades mentaux chroniques dans le cadre de la loi de 1975 sur le handicap sont d’autres manifestations de ces difficultés qu’il n’est pas possible de développer dans cet article33. Loin de constituer entièrement les familles de l’UNAFAM, le discours médical ouvre ainsi sur la nécessité pour elles de développer un autre discours d’ordre proprement moral pour donner une forme à leur motivation. On peut penser que la conjonction de ces deux discours marque la spécificité de l’expérience de la chronicité psychiatrique au tournant des années 1960 et 1970.

Notes

1 Anonyme, Je suis un schizophrène, Toulouse, Privat, 1966.

2 Le prix Albert Schweitzer, décerné par la Confédération générale des aveugles, sourds, grands infirmes et personnes âgées.

3 Voir l’hommage qui lui est rendu à sa mort par Lucien Bonnafé : « Après la mort de Monsieur G. Brunel », Bulletin de liaison de l’UNAFAM, 1971, 2, p. 1-2. Ci-après, le Bulletin de liaison de l’UNA-FAM est abrégé en Bull. Pour ce qui est de son identification comme auteur de Je suis un schizophrène, voir « L’UNAFAM en deuil. Monsieur Saint Germès », Bull., 1979, 2, p. 3.

4 Cf. Fauvel A., Témoins aliénés et « nouvelles Bastille ». Une histoire politique, sociale et culturelle des asiles en France (1800-1914), Thèse d’histoire, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2005 ; Porter R., A social history of madness : stories of the insane, London, Weidenfeld and Nicolson, 1987 ; Rigoli J., Lire le délire : aliénisme, rhétorique et littérature en France au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2001.

5 Séchehaye M., Journal d’une schizophrène, Paris, PUF, [1950] 2000.

6 Cet article donne quelques résultats d’un travail en cours sur l’histoire de l’UNAFAM. Il s’appuie sur le dépouillement des archives conservées au siège de l’association et de ses publications ainsi que sur une série d’entretiens avec certains de ses acteurs. Il a été rendu possible par un financement obtenu dans le cadre de l’appel à projet de recherche « Handicap psychique, autonomie, vie sociale », ouvert en 2008 par la DREES-MiRe et la CNSA.

7 Arney W. R., Bergen B. J., « The anomaly, the chronic patient and the play of medical power », Sociology of Health and Illness, 5, no 1, 1983, p. 1-24 ; Armstrong D., « The patient’s view », Social sciences and Medicine, 18, no 9, 1984, p. 737-744.

8 La bibliographie est maintenant abondante sur les mouvements d’usagers de la santé. Voir en particulier Brown P. et al., « Embodied health movements : new approaches to social movements in health », Sociology of Health & Illness, 26, no 1, 2004, p. 50-80 ; Klawiter M., The Biopolitics of Breast Cancer : Changing Cultures of Disease and Activism, University of Minnesota Press, 2008 ; et pour la santé mentale, Crossley N., Contesting psychiatry : social movements in mental health, Abingdon, Oxfordshire, New York, NY, Routledge, 2006.

9 Rabinow P., « Artifices et Lumières : de la sociobiologie à la biosocialité », in Ehrenberg A. et Lovell A.-M. (dir.), La maladie mentale en mutation. Psychiatrie et société, Paris, Odile Jacob, 2001.

10 Dans les grandes associations d’usagers de la santé et du médico-social, l’Association Française des Hémophiles est créée en 1955, l’Association Française pour la Myopathie en 1958, l’UNAPEI en 1960, l’APAJH en 1962, l’Association Française de Lutte contre la Mucoviscidose en 1965. Voir Barral C. et al. (dir.), L’institution du handicap. Le rôle des associations, Rennes, PUR, 2000.

11 Notamment la Commission des Maladies Mentales, recréée en 1971, et les instances consultatives du handicap à partir du début de la décennie 1970.

12 La psychiatrie de secteur est depuis le début des années 1960 le projet à travers lequel un segment dominant du groupe des médecins des hôpitaux psychiatriques voire de la psychiatrie dans son ensemble pense l’avenir de sa discipline. Elle repose à la fois sur l’idée d’une redéfinition du mandat de la psychiatrie en tant que discipline et sur une réorganisation de ses lieux d’exercice dans les territoires. Sur ce projet, cf. Henckes N., Le nouveau monde de la psychiatrie française. Les psychiatres, l’État et la réforme des hôpitaux psychiatriques de l’après-guerre aux années 1970, Thèse de sociologie, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2007.

13 Par exemple sur la recherche (Congrès 1965), la politique de secteur (Congrès 1972), certains thèmes spécifiques des politiques de santé mentale comme la remise au travail du malade (Congrès 1968) ou la prise en charge des malades adolescents (Congrès 1973) ou encore à partir de la fin des années 1970 les développements de la recherche en neurosciences.

14 « Malades, familles soignants. Conférence faite à l’UNAFAM par madame le docteur Gherab-Blanc. Le mardi 9 février 1971 », Bull. 1971, 4, p. 7.

15 Par exemple dans le dispositif de psychiatrie de secteur pionnier du treizième arrondissement de Paris : cf. Henckes N., Réformer la psychiatrie, organiser les pratiques de secteur. La construction de la psychiatrie de secteur dans « L’expérience du treizième arrondissement », Rapport pour le programme Sciences biomédicales, Santé, Société, MiRe/INSERM/CNRS, 2005.

16 « Entretiens au coin... de nos communes difficultés. II. D’une autre forme d’agressivité », Bull., 1969, 3-4, p. 3.

17 La rubrique disparaît du bulletin après la mort de Brunel pour être recréée momentanément de 1974 à 1977. Elle a alors une fonction différente d’éditorial.

18 « Après la mort de Monsieur G. Brunel », Bull., 1971, 2, p. 1.

19 « Les raisons profondes de l’UNAFAM et ses objectifs. (Rapport présenté par M. Bour à l’assemblée de la section de Lyon du 6 juin) », Bull., 1964, 3 [non paginé].

20 Ibid.

21 Bonnafé L., « Le personnage du psychiatre », Évolution Psychiatrique, no 3, 1948, p. 38.

22 « Congrès de l’UNAFAM Reims les 3, 4, 5 septembre 1976. Séance de clôture », Bull., 1976, 4, p. 23.

23 Allocution du président, « Cinquième assemblée générale de l’UNAFAM », Bull., 1967, 4, p. 1.

24 Lettre adressée le 19 août 1967 par G. Brunel au premier ministre et à différents membres du gouvernement in « Démarches de l’UNAFAM auprès des pouvoirs publics », Bull., 1967, 4, p. 23.

25 « VIIe Assemblée générale de l’UNAFAM. Allocution du Président », Bull., 1970, 2, p. 3.

26 « Cinquième Assemblée Générale de l’UNAFAM. Exposé de M. Castiaux », Bull., 1967, 4, p. 16.

27 Bull., 1982, 1, p. 26.

28 Ibid.

29 Bull., 1982, 2, p. 45.

30 Ibid., p. 46.

31 Ibid.

32 Henckes N., « Reshaping chronicity. Neuroleptics and the changing meaning of therapy in French psychiatry, 1950-1975 », Studies in History and Philosophy of Science Part C: Studies in History and Philosophy of Biological and Biomedical Sciences, à paraître.

33 Henckes N., L’émergence du handicap psychique. Rapport de recherche dans le cadre du programme Handicap psychique, autonomie, vie sociale, DREES-MiRe/CNSA, Villejuif, CERMES3, 2011.

Auteur

Sociologue. Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540