Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

3. La résurgence de la parole des patients et de leurs familles

Le mouvement des Hearing-Voicers

Clément Fromentin

Texte intégral

  • 1 Au risque d’édulcorer une richesse sémantique que n’aurait pu transmettre la traduction, la plupar (...)
  • 2 Indications bibliographiques: Jaynes J., The origins of consciousness in the breakdown of the bica (...)

1Les hearing-voicers1 sont un collectif de malades réunis autour du trait d’identification constitué par le fait d’entendre des voix. Ce mouvement est né au début des années 1990 et est aujourd’hui particulièrement actif aux Pays-Bas et en Angleterre. Il propose une conception de la maladie mentale et des solutions thérapeutiques alternatives aux modèles princeps de la psychiatrie contemporaine. La thèse principale des hearing-voicers (HV) s’appuie sur l’idée que la disparition des hallucinations ne doit pas être la finalité de l’action thérapeutique, mais que cette entreprise doit au contraire passer par une certaine forme d’acceptation de celles-ci. Le succès rencontré auprès des malades a permis aux HV de se fédérer en associations qui ont essaimé un peu partout en Europe et dans le reste du monde. Elles tentent de valoriser des recours thérapeutiques qui font appel à d’autres systèmes d’interprétation des voix, en se référant notamment à une causalité traumatique, aux croyances surnaturelles et parapsychologiques. Ces HV sont aussi actifs sur le plan politique puisqu’ils ambitionnent de réhabiliter l’expérience de l’halluciné au sein de la cité et participer à la lutte contre la stigmatisation de la maladie mentale. Cet article entend présenter les principales caractéristiques de ce mouvement, encore peu connu en France2.

Historique

2Comme bon nombre de « découvertes » du champ psy, la naissance des hearing-voicers s’appuie sur un récit mythique de ses origines basé sur la rencontre entre un patient et son médecin. L’histoire débute au milieu des années 1980. Patsy Hage a une trentaine d’années lorsqu’elle fait connaissance du docteur Marius Romme, Professeur de psychiatrie sociale à Maastricht. Diagnostiquée schizophrène, elle subit depuis plusieurs années le déchaînement d’injonctions hallucinatoires qui l’envahissent sous forme d’insultes et de commandements à mettre fin à ses jours. P. Hage ne peut se résoudre aux explications qui lui indiquent qu’il s’agit de troubles psychotiques causés par un dysfonctionnement cérébral. Elle tolère mal les neuroleptiques qui abrasent sa vie psychique et reproche à son médecin de se borner à l’établissement d’un diagnostic sans lui apporter de solution concrète. Romme, quelque peu dépassé par l’inefficacité de ses recours thérapeutiques habituels, lui suggère la lecture d’un ouvrage du psychologue américain Julian Jaynes : The origins of consciousness in the breakdown of the bicameralmind. Dans ce livre anti-conventionnel, Jaynes fait valoir qu’entre 2 000 et 1 300 ans avant notre ère, tous les êtres humains étaient guidés par des commandements verbaux hallucinés ayant leur origine dans une déhiscence [rupture, note de l’éditeur] entre l’hémisphère droit et gauche du cerveau. Il appuie cette thèse sur une relecture de l’Iliade, dans lequel il constate que tout vocabulaire marquant une réflexivité de la conscience telle qu’on se la représente est absent. Homère décrit des héros grecs constamment visités par des dieux ou des déesses avec lesquels ils dialoguent et qui influencent leurs pensées et leurs actes. Jaynes y voit une vision poétique et métaphorique d’un état réel du psychisme, précédent l’apparition de la conscience et caractérisé par la permanence de l’intrusion des visions et des hallucinations. Les hallucinés d’aujourd’hui ne sont pas des malades mentaux, mais les traces rémanentes d’un état « primitif » de l’humanité, qui se trouve illustré par les figures de Socrate, Jésus ou Jeanne d’Arc.

3Le bénéfice de cette lecture est immédiat pour P. Hage. En prenant conscience que son expérience n’est pas isolée mais qu’elle renvoie à d’autres existences semblables, elle cesse de se vivre comme un être marginal. De plus, le livre de Jaynes agit comme un révélateur qui donne sens à ses perceptions. Ses voix cessent de lui apparaître comme des déformations de son esprit, elles acquièrent une réalité et une signification. Il ne s’agit plus de les faire disparaître, mais au contraire de se les approprier et de leur donner un sens.

4Romme est interpellé par ce dénouement qui remet en cause les acquis de sa formation. Au lieu de banaliser ce cas, il a l’intuition d’en faire l’exemple d’une stabilisation réalisée en dehors des présupposés du modèle médical classique et pense que l’histoire de Patsy Hage peut servir à d’autres. Avec son aide et celles de quelques patients partageant son expérience, ils vont s’employer à diffuser ce type de solutions thérapeutique. Leur participation à un talkshow à la télévision hollandaise en 1987 est l’occasion de lancer un appel à un public beaucoup plus large. Quatre-cent-cinquante personnes directement concernées par une expérience hallucinatoire vont leur répondre. Ensemble, ils créent la première fédération de « voices-hearers », nommée Stichting Weerklanl (« fondation résonnance »). Elle précède d’une année la fondation du premier groupe en Angleterre, qui devient en 1991 le Hearing Voices Network (HVN). Dans les années suivantes, d’autres groupes se développent dans les pays européens : en Italie, en Finlande, en Espagne, en Allemagne (1998), en Suisse (1999), au Danemark (2005), en Grèce (2010), et dans le reste du monde : Japon (1996), Etats-Unis (2006), Québec (2007), Australie, et même en Palestine. En 1997, HVN devient INTERVOICE pour the International Network for Training Education and Research into Hearing Voice, qui regroupe une quinzaine de pays. Le premier colloque international a lieu en 2006.

  • 3 Loriol M., « Faire exister une maladie controversée : les associations de malades du syndrome de f (...)

5Le mouvement des hearing-voicers n’est pas isolé : il s’inscrit dans un contexte social et historique qui participe à l’émergence d’une médecine orientée par une intervention de plus en plus active des patients. Elle va de pair avec le déclin d’une forme traditionnelle d’autorité médicale, obligée de composer avec les revendications de patients devenus de véritables consommateurs qui se regroupent en associations et en collectifs de soutien (self-help). Cette tendance à l’entraide mutuelle, qui s’est d’abord développée dans les années 1930 à partir des Alcooliques Anonymes, est aujourd’hui particulièrement forte pour les maladies chroniques ou celles dont l’existence est contestée3. Cette mobilisation des patients s’appuie notamment sur l’argument que les malades sont les mieux placés pour parler de leur maladie puisqu’elle implique une expérience irréductible au savoir objectivant de la médecine. Ce type d’organisation promeut le soutien mutuel, la promotion d’intérêts communs, ainsi que la production d’un savoir spécifique fondée sur l’écriture autobiographique. Elle offre aux patients la possibilité de revendiquer un pouvoir économique et décisionnaire qui leur permet de peser à la fois dans la définition de la maladie et dans le choix de leur prise en charge.

Thèses principales des Hearing-voicers

  • 4 Slade P. D., Bentall R. P., Sensory deception, Croom Helm Ltd, 1988.
  • 5 Leudaret I., Thomas P., Voices of Reason, Voices of Insanity, New York and London, Routledge, 2000

6Deux thèses fondamentales sont au principe du mouvement du HVN. La première repose sur la subversion de la frontière tracée par la médecine occidentale entre folie et normalité. Les Hearing-voicers revendiquent le fait que les patients psychiatriques ne soient pas les seuls à entendre des voix. Leur argumentaire s’appuie sur des études épidémiologiques qui montrent que les hallucinations sont largement répandues au sein de la population : elles concerneraient 2 à 4 % de la population générale de façon chronique, alors que les expériences hallucinatoires transitoires seraient encore plus communes4. La contestation de la valeur pathologique des hallucinations s’appuie également sur des études transculturelles qui établissent que le vécu de celles-ci reste étroitement dépendant des préjugés sociaux. Enfin, la référence à des figures illustres de la culture occidentale (Socrate, Jésus, Jeanne d’Arc, Michel Ange, Sainte-Thérése d’Avila, Pascal, James Joyce, etc.), figures manifestement connues pour avoir été hallucinées, est un autre argument qui permet de rompre avec les anciens repères5. Ces données permettent de banaliser les hallucinations tout en participant à la déconstruction des diagnostics psychiatriques qui font équivaloir hallucinations et pathologie mentale.

  • 6 Lazarus R., Folkman S., Stress, appraisal and coping. New York, Springer, 1984.

7La seconde thèse s’appuie sur la notion de coping telle qu’elle est développée par les cognitivistes d’inspiration transactionnelle ; elle correspond aux stratégies d’ajustement par lesquelles le sujet réagit aux conflits émotionnels et aux facteurs de stress de son environnement6. À la suite de l’émission de télévision qu’il réalise avec Patsy Hage en 1987, Romme est contacté par quatre cent cinquante hearing-voicers. Un tiers d’entre eux arrivent à vivre avec ces voix d’une façon satisfaisante, sans être perturbés dans leur existence, sans nécessité d’utiliser les soins psychiatriques ; ce sont des good-copers. Les deux autres tiers, les bad-copers, sont au contraire des patients psychiatriques qui ont recours à des médicaments et aux hospitalisations. En étudiant les stratégies développées par ces good-copers, Romme remarque qu’ils s’attribuent plus souvent l’origine des hallucinations et qu’ils arrivent à dialoguer avec elles. Mais surtout ils arrivent plus souvent à les ignorer, à leur poser des limites et à avoir une écoute sélective, en privilégiant leur contenu positif. De plus, ces voix possèdent un sens qui est interprété en lien avec l’histoire du sujet, notamment avec des traumatismes sexuels infantiles. Les bad-copers, au contraire, ne peuvent arriver à maîtriser ces voix, ni à les écouter de façon sélective. Ils privilégient des techniques de distraction (écouter de la musique, faire des activités manuelles) qui se révèlent peu efficaces.

8Ces deux arguments sont parfaitement cohérents. Les études épidémiologiques permettent d’une part de relativiser l’existence des hallucinations qui perdent leur charge de caractère aberrant une fois reconnu le fait qu’elles concernent une large part de la population dite « normale ». Les frontières du normal et du pathologique sont entièrement recomposées : les hallucinations ne reposent plus sur un consensus social mais sur les propres facultés de coping du sujet. Cette vision s’oppose donc directement à la légitimité de la psychiatrie qui voit son objet lui échapper. La maladie mentale au sens strict est donc celle qui se produit entièrement à l’insu du sujet et il s’agit de la rendre de nouveau accessible à son pouvoir d’investigation. Ce programme est parfaitement en phase avec le développement d’une médecine à destination du malade ; elle fait écho à sa demande de gestion autonome en le rendant responsable de sa propre dynamique de soin (notion d’empowerment).

9L’application de ce projet thérapeutique repose sur un certain nombre de dispositifs que nous allons maintenant aborder.

Les récits de good-copers

10Cet argumentaire s’appuie massivement sur le modèle des récits autobiographiques. À travers leur diversité, une même trame se dégage : celle d’existences tourmentées vécues dans la compagnie des voix, d’individus n’ayant jamais recours aux soins psychiatriques, et qui se font à la fois les témoins et les acteurs d’un processus de recovery qui trouve à donner sens à leurs perceptions hallucinatoires. Ces récits à la première personne forment la colonne vertébrale de cette promotion de la thèse du good-coping. Celle-ci se déploie sur différents types de support : à travers les brochures et les bulletins de l’association, dans de très nombreux ouvrages spécialisés ou à destination du grand public, mais aussi à travers cet espace protéiforme des innombrables forums et sites internet dédiés à cette médecine alternative. Ces récits se présentent comme des diy manuel, des manuels de bricolage, où chaque hearing-voicers expose sa façon d’affronter les voix, de les rendre moins envahissantes et moins violentes, mais aussi de bénéficier de leurs messages qui peuvent se révéler éclairants. Ces expériences exemplaires sont d’abord massivement diffusées à travers les grands médias (presse, télévision) qui leur accordent un accueil beaucoup plus favorable que celui du champ psychiatrique.

Les HV et les soins psychiatriques

11Ce mouvement ne tend pas qu’à fonder des groupes de hearing-voicers. Il a également développé un savoir-faire thérapeutique destiné aux patients déjà engagés dans les soins psychiatriques et vis-à-vis duquel il peut se révéler complémentaire. Soucieux de ne pas se couper radicalement des dispositifs de soins déjà existants, les thérapeutes se revendiquant des hearing-voicers ont su se plier à la rhétorique scientifique pour faire reconnaître la validité de leurs thèses, en les soumettant aux règles de validation contemporaines (publication dans des organes spécialisés, participation à des colloques, études de cohortes). Ils ont ainsi développé un ensemble de dispositifs de soins à même d’être reconnus et enseignés aux professionnels.

12Le principe thérapeutique qui les sous-tend reste gouverné par l’idée qu’il s’agit de faire émerger un sens à ces hallucinations, sens singulier à chaque sujet, mais qui permet à chaque fois d’en reprendre le contrôle.

Les groupes d’entraide : Self-Help group et Peer support group

13Cette modalité de traitement souligne l’importance de la dimension interpersonnelle des soins qui s’appuie sur la rencontre avec d’autres personnes hallucinées. Elle permet d’alléger le vécu de honte et de stigmatisation qui pèse sur l’existence d’individus que les hallucinations ont participé à isoler du reste de la communauté. Il existe ainsi aujourd’hui en Grande-Bretagne environ 180 groupes de parole qui se réclament du HVN. Ils se réunissent dans des lieux variés (services de soins médicaux, églises, locaux associatifs, prisons) et ils sont animés à chaque fois par quelqu'un qui entend des voix. Sandra Escher, psychologue et compagne de Romme s’est employée à les développer en direction des enfants et des adolescents avec le soutien de l’Anna Freud Center.

Le journal intime

14Les hearing-voicers sont encouragés à rédiger un journal conçu comme un lieu propre, intime où la critique sociale et la stigmatisation ne s’exercent pas. Il ne s’agit pas d’invalider la réalité de ces perceptions hallucinatoires – ce à quoi tend la psychiatrie « orthodoxe » – mais au contraire de développer leur connaissance et d’accéder à leur richesse grâce au support de l’écriture. Cette écriture autobiographique permet d’approfondir la signification de ses voix, en repérant leurs circonstances de survenue et en élucidant peu à peu leur message, comme s’il s’agissait d’un véritable locuteur. Ce support permet également de repérer les habiletés, propres à chacun, qui permettent d’y être moins assujetti. Il participe également à un « renforcement du moi » à partir des progrès accomplis chaque jour. Le journal est enfin un moyen de favoriser l’échange avec d’autres hearing-voicers au cours des séances d’entraide mutuelle et de soutenir les thérapies.

Technique de Focusing

  • 7 Bentall R. P., Haddock G., Slade P., « Cognitive behavior therapy for persistent auditory hallucin (...)

15Cette technique est directement issue des travaux d’inspiration cognitive et comportementale7. Elle se déroule cette fois-ci avec un thérapeute. Il s’agit de centrer la thérapie sur la plainte du patient, et non sur ce qui pose problème à son entourage familial ou social. Une série d’exercices est destinée à débarrasser les voix de leur étrangeté radicale. Cette altérité cherche à être résorbée grâce à un travail de description (il s’agit de préciser leur intensité, leur localisation, leur sonorité, leur genre, etc.), d’explicitation et d’association. Au lieu de rabattre les hallucinations sur leur signification médicale, le patient cherche à leur accorder une épaisseur de sens qui lui est propre, en éclairant le contenu des voix d’événements et de souvenirs personnels. Une des explications les plus significatives est celle qui relie le message des hallucinations à un traumatisme infantile. Ron Coleman a ainsi témoigné publiquement comment le contenu de ses voix vient témoigner de l’abus sexuel dont il a été victime lorsqu’il était enfant, abus qu’un clivage psychique avait effacé, et qui se trouve réactualisé, sous une forme métaphorique, par l’expression hallucinatoire d’insultes à caractère sexuel.

16Cette méthode permet de séparer le patient de son ancien système d’explication, non en le confrontant directement à son erreur de perception, mais par un jeu de questions et de réponses, de lui faire prendre conscience du caractère illogique de son interprétation en l’amenant à une compréhension de la valeur de ses voix. Il s’agit de faire accepter au patient la présence d’une influence hétérogène à sa propre conscience, tout en lui donnant les moyens de la surmonter.

Exemple de cure

  • 8 Cette thérapie a été conduite par la psychologue P. Chadwick. Voir Romme M., Escher S., Making Sen (...)

17Un exemple de ce travail thérapeutique permettra de le rendre plus parlant8. Il s’agit d’une patiente de 59 ans qui se plaint d’entendre des voix et d’avoir des visions depuis 20 ans. Ses voix lui ordonnent de se suicider et les médications n’ont eu jusqu’à présent aucun effet sur elles. Les voix s’annoncent comme étant celle de Dieu, elles lui donnent l’ordre de se suicider, de tuer sa famille et ses collègues de travail. Elle a des visions de sa sœur qui la supplie d’écouter la voix et de la rejoindre au paradis. Cette patiente est donc persuadée de trois choses à propos de ces voix : Dieu lui parle ; si elle refuse d’obéir, elle sera punie ; elle n’a aucun contrôle sur ces voix.

18Le travail de thérapie s’appuie sur les croyances religieuses de la patiente qui est une fervente catholique. Le thérapeute essaie d’entamer ces certitudes en interrogeant le contenu de ces voix à partir du dogme romain : « Comment Dieu peut-il ordonner à quelqu'un de se tuer ? » ; « Avez-vous déjà été punie pour n’avoir pas obéi ? » Cette manœuvre a pour but d’introduire une distance entre les voix et la conviction totale de cette patiente. Le thérapeute et la patiente s’appuient sur une étude conjointe du nouveau testament, pour savoir si les valeurs qui sont véhiculées par les voix sont vraiment celles qui sont inscrites dans le texte sacré. Il s’agit donc de prendre à la lettre le contenu de ces hallucinations et d’offrir au malade les moyens pour qu’il puisse s’y opposer et leur répondre à travers un questionnement de type socratique.

19Cette méthode s’appuie donc sur une psychologie spiritualiste qui essentialise ces voix, qui encourage le dialogue avec elles comme s’il s’agissait d’un interlocuteur réel, quitte à accentuer la division du psychisme en entités séparées. Aucune critique n’est portée sur la valeur de la construction qui donne sens à ces phénomènes, même si celle-ci fait appel à un système d’explication qui renvoie à la superstition, au spiritisme ou au surnaturel. L’essentiel est que ces hallucinations puissent s’intégrer à un système d’interprétation symbolique préexistant qui invalide leur nature de déviance pathologique.

20Ces principes thérapeutiques font la part belle à des emprunts théoriques d’horizons très divers : à la théorie freudienne des mécanismes de défense, à la vision d’un inconscient collectif de type jungien, à des références explicites de la théorie cognitive par l’utilisation du coping et du focusing, enfin à la psychiatrie sociale, qui voit dans la maladie mentale une réponse à des dérèglements sociaux. Cette hétérogénéité conceptuelle n’est pas problématisée, et ces visions antagonistes du psychisme sont rassemblées derrière une perspective pragmatique qui en appelle volontiers au « bon sens ». Bien que revendiquant une originalité et une identité incomparable, cette conception des troubles mentaux n’est pas attachée à un chef d’école, mais se veut d’abord comptable d’une élaboration collective, dont le pluriel est la marque.

Les HV et la psychiatrie contemporaine

  • 9 En Angleterre cependant, l’approche de la psychose par la TCC et les actions des HVN sont indépend (...)

21Ces thèses ont bien entendu soulevé l’ire des milieux psychiatriques. Après la guerre, il s’est formé un large consensus pour considérer que la psychanalyse pouvait s’appliquer au traitement des psychotiques. Depuis une trentaine d’années au contraire, une large majorité des praticiens notamment en Grande-Bretagne tendent à s’en éloigner, notamment au nom de l’argument que la psychanalyse a été responsable d’une culpabilisation des parents, les maintenant à l’écart du traitement, en isolant le malade de sa famille. Et le dogme biologique s’est largement imposé. Mais la permanence d’une forte tradition anti-psychiatrique et anti-médicament est aussi à l’origine de l’importance du développement des thérapies cognitives et comportementales, qui sont beaucoup plus développées pour le traitement des psychotiques en Grande-Bretagne qu’aux Etats-Unis9.

22Lorsque Romme en vient à porter son argumentaire du consentement aux hallucinations dans le milieu scientifique au début des années 1990, il déclenche une vive protestation dans les milieux les plus officiels de la psychiatrie et il doit subir les railleries et les critiques de la principale revue britannique The British Medical Journal pour lequel le principe d’accepter comme vraies des croyances délirantes, voir à les attribuer à des puissances surnaturelles, est une erreur grave, risquant de prolonger l’existence des délires et retarder la guérison de la schizophrénie.

23Cependant, les travaux des HV influencent un certain nombre de chercheurs en sciences sociales (Mary Boyle), de psychologues et de médecins, qui sont conquis non seulement par les applications cliniques des recherches de Romme mais par certains aspects de son militantisme politique. Il reçoit notamment le soutien de Richard Bentall, professeur de psychologie à Liverpool qui s’est fait une réputation d’adversaire des diagnostics psychiatriques traditionnels et de défenseur des thérapies orientées par le consommateur. Bentall a encouragé le premier groupe de HV à Liverpool et il a rejoint Romme en 2007 lors de la conférence de presse tenue pour lancer la campagne d’abolition de l’Étiquette schizophrène, présentée comme « le dernier grand mouvement pour les droits civiques ».

24Cette lutte contre la stigmatisation est devenue une dimension intégrante des soins, puisqu’il est maintenant clairement établi que l’opinion que les patients ont des hallucinations auditives a une influence directe sur leur croyance en leur malveillance. Depuis quelques années, ce mouvement tend à se politiser, à se radicaliser et à participer à une opération de renversement de la psychiatrie contemporaine, définie en termes d’oppression individuelle et culturelle. Ses membres qui se définissent comme des survivors, revendiquent une filiation directe avec les travaux antipsychiatriques de Laing, Cooper, Foucault, Deleuze et Guattari.

  • 10 Coleman R., Smith M., Victim to Victor: working with voices, Handsell, Gloucester, UK, 1997.

25Cette contestation est d’abord visible à travers un travail direct sur la langue. C’est d’abord l’emploi d’un vocabulaire qui connote la guérison en lui ajoutant une dimension d’affrontement et de combat. Le processus de recovery est compris comme une transformation subjective qui fait passer le sujet d’un statut de victime à celui de vainqueur10. D’autre part, exit les termes du vocabulaire du pouvoir psychiatrique : on emploie le terme de voix plutôt qu’hallucinations auditives ; « people », « hearers » (auditeurs) et jamais les mots de patients ou de malades. Mais il s’agit aussi de détourner des termes dont la valeur sémantique a été trop longtemps synonyme d’exclusion et d’injure. Les derniers colloques ayant eu lieu à Manchester fonctionnent comme des points de ralliement de la contestation. Ils ont été l’occasion de revendiquer à travers le signifiant hearing-voicers une identité de victime sur le modèle éprouvé de l’homosexualité. La date du 14 septembre a ainsi été décrétée « Journée internationale des entendeurs de voix » (World Hearing Voices Day) journée à laquelle 14 pays participèrent en 2006. Les membres sont invités à revendiquer leur différence à l’instar du coming-out des homosexuels. « Psychotic and proud » se font tatouer les militants : si les homosexuels ont été trop longtemps rejetés à cause de leur choix sexuels, il est temps que l’exclusion qui s’exerce sur les hallucinés soit combattue à l’aide des mêmes arguments. Les hallucinés ont besoin d’émancipation, non de guérison. Ils sont même encouragés à dialoguer librement dans les rues avec leurs voix en se moquant du qu’en dira-t-on. La parenté est sensible avec le détournement du stigmate permis par l’usage des termes de négritude ou d’identité queer. Il s’agit avant tout de se réapproprier une souveraineté en détournant l’acte d’assujettissement par une néo-nomination. La reconnaissance de ces différences n’est plus rapportée à l’objectivation d’une déviance par rapport à la norme mais comme les caractéristiques génériques de nouvelles formes d’identités sociales.

26Ce mouvement vient nous rappeler, si cela était nécessaire, que l’identité de la folie n’a aucun caractère immuable. Elle continue à exister dans un dialogue entre les malades et leurs médecins, à partir des productions de discours et de pratiques à travers lesquels elle est continument défaite et réinventée.

  • 11 Baggott R., Forster R., « Health consumer and patient’s organizations in Europe : towards a compar (...)

27Par leur participation au développement du mouvement des patients, les HV se situent au cœur des évolutions socioculturelles qui intéressent la médecine contemporaine. Leur identité spécifique, fondée sur une révision des repères les plus communs et les plus reçus de l’exercice médical, leur a permis de réussir une implantation internationale qui a su s’affranchir de particularismes locaux pourtant déterminants11.

28Ce succès ne manquera pas d’interroger l’observateur hexagonal. En effet, comment comprendre que plusieurs groupes de self-help d’hearing-voicers existent dans la bande de Gaza alors que ce mouvement commence tout juste à être appliqué en France ? Un des éléments de réponse tient sans doute à la permanence de la vivacité de la psychanalyse, puisque celle-ci défend une écoute du délire et des hallucinations, considérés comme des signifiants essentiels pour s’orienter dans la clinique, à rebours d’une psychiatrie neurobiologique qui ne les tient que pour des troubles de la perception.

29Pourtant, la radicalité des HV n’est pas épuisée par cette attention accordée au contenu pathologique. En conférant au patient les clefs de sa propre dynamique de guérison, en lui accordant la possibilité d’être lui-même un soignant pour d’autres sujets, les HV participent à une redéfinition de ce qu’est le soin. Ils affirment que ce qui guérit, ce n’est pas d’être l’objet de la guérison, mais d’en être l’entrepreneur, que cette guérison s’applique à soi-même ou à quelqu’un d’autre. Enfin, si leur vision est si nouvelle, c’est qu’elle ne prétend pas simplement proposer une conception alternative aux modèles de la maladie mentale mais qu’elle vient interroger ce qui fonde le lien social de nos sociétés.

Notes

1 Au risque d’édulcorer une richesse sémantique que n’aurait pu transmettre la traduction, la plupart des termes significatifs de ce mouvement trouveront ici leur place en langue anglaise.

2 Indications bibliographiques: Jaynes J., The origins of consciousness in the breakdown of the bicameral mind, Houghton Mifflin, Boston, 1976 ; Romme M., Escher S., Accepting Voices, Mind Publications, London, 1993; Romme M., Honig A., Noorthoorn E. O., Escher S., « Coping with hearing voices: An Emancipatory approach », British Journal of Psychiatry, 1992, 161, p. 99-103; Smith D. B., « Can you live with the voices in your head? », The New York Times, 25 mars 2007.

3 Loriol M., « Faire exister une maladie controversée : les associations de malades du syndrome de fatigue chronique et Internet », Science Sociale et Santé, vol. 21, 2003, no 4, p. 5-31.

4 Slade P. D., Bentall R. P., Sensory deception, Croom Helm Ltd, 1988.

5 Leudaret I., Thomas P., Voices of Reason, Voices of Insanity, New York and London, Routledge, 2000.

6 Lazarus R., Folkman S., Stress, appraisal and coping. New York, Springer, 1984.

7 Bentall R. P., Haddock G., Slade P., « Cognitive behavior therapy for persistent auditory hallucinations », Behavior Therapy, 1994, 25, p. 51-66.

8 Cette thérapie a été conduite par la psychologue P. Chadwick. Voir Romme M., Escher S., Making Sense of Voices. The mental health professional’s guide to working with voice-hearers, Mind Publications, London, 2004, p. 99.

9 En Angleterre cependant, l’approche de la psychose par la TCC et les actions des HVN sont indépendantes l’une de l’autre, voir en désaccord.

10 Coleman R., Smith M., Victim to Victor: working with voices, Handsell, Gloucester, UK, 1997.

11 Baggott R., Forster R., « Health consumer and patient’s organizations in Europe : towards a comparative analysis », Health Expectations, 2008, 11, p. 85-94.

Auteur

Psychiatre. Praticien Hospitalier à l’EPS Maison Blanche.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540