Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

2. L'institution en question

Les malades face à la sectorisation à l’hôpital psychiatrique de Sainte-Gemmes-sur-Loire (1971-1977)

Vincent Guérin

Texte intégral

  • 1 Circulaire du 15 mars 1960 relative au programme d’organisation et d’équipement des départements e (...)
  • 2 AC (Archives du Centre de Santé Mentale Angevin – CESAME), L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1 (...)

1Il nous a semblé que si nous devions parler des malades dans l’institution psychiatrique au XXe siècle et aborder une transition, un intervalle de temps dans lequel se produit un changement institutionnel qui fait rupture et qui modifie en profondeur la vie du malade, une chose s’imposait : la sectorisation. Souhaitée par les médecins des hôpitaux psychiatriques, elle reçoit une caution officielle avec la circulaire du 15 mars 19601. On peut la définir sommairement comme un découpage départemental en secteurs géo-démographiques (un lieu, une population) dans lesquels un malade est pris en charge dans son lieu de vie, le plus précocement possible, par une même équipe médico-sociale (soins et réadaptation/réinsertion sociale2), au travers de structures extrahospitalières (dispensaires, hôpitaux de jour/de nuit, foyers de post-cure, appartements thérapeutiques, etc.) formant une chaîne de soin articulée avec l’hôpital psychiatrique.

  • 3 Baraer J., La Psychiatrie dans le Maine-et-Loire. Mise en place de la sectorisation, Mémoire pour (...)
  • 4 Ibid., p. 66.
  • 5 Ibid., p. 68.

2Notre étude portera sur un temps court, qui va d’octobre 1971 – naissance effective de la sectorisation en Maine-et-Loire – à octobre 1977 – date d’une transition dans le dispositif avec la création à Cholet d’un quartier psychiatrique de 50 lits (dont la moitié sera occupée par des malades transférés de Sainte-Gemmes3). Pendant cette période où la sectorisation se met tout juste en place, des structures extrahospitalières commencent à apparaître. La sectorisation fonctionne dans un maillage qui articule l’hôpital psychiatrique, le CHU d’Angers (un service de consultations psychiatriques), « la clinique de Bel-Air » qui est un service universitaire installé à l’extérieur de l’hôpital4, les dispensaires d’hygiène mentale et des structures non sectorisées (les malades qui y séjournent se font suivre par un médecin de leur choix). Parmi ces dernières il faut compter les hôpitaux ruraux, les hospices, les maisons de retraite, mais aussi les structures extrahospitalières privées comme le Centre d’Aide par le Travail d’Angers ouvert en 1974, deux Ateliers Protégés – un à Cholet et l’autre à Angers (Saint-Barthélemy) qui datent aussi de 1974 –, un Centre d’Aide et de Soins à Chemillé ouvert en 1977. En 1976, à initiative de deux psychiatres de l’hôpital, un foyer de post cure est créé aux Ponts-de-Cé. Il est géré par l’association départementale Croix Marine d’Anjou. Par convention, l’hôpital psychiatrique met à disposition le personnel nécessaire à son fonctionnement5. Notre objectif, restreint, consiste à observer l’impact immédiat de la sectorisation sur les malades dans l’hôpital de Sainte-Gemmes-sur-Loire.

Une admission par secteur, bi-sexualisée (bi-sexuée)

  • 6 Ibid., p. 52.
  • 7 Si le malade souhaite récuser l’équipe sectorielle, les textes lui garantissent le libre choix du (...)
  • 8 Le terme de bi-sexualisation renvoie, au sens strict, à une double sexualité. Aujourd’hui on parle (...)

3C’est en 1968 que le directeur de la Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale de Maine-et-Loire propose une première mouture de la sectorisation en Maine-et-Loire. Elle est acceptée par le Conseil général après un délai de réflexion de trois ans et sur la base d’un découpage imposé par le ministère de la Santé publique et de la Sécurité sociale6. En effet, la sectorisation apparaît pour le conseil général comme une « Boite de Pandore ». Son principe même pose problème : l’appréhension se cristallise autour de la liberté de choix du malade et de la famille7, le mélange des pathologies, ainsi qu’autour de la « bisexualisation8 » des entrées, c'est-à-dire l’accueil des hommes et des femmes dans un même secteur, auquel ne se prête pas l’organisation architecturale.

  • 9 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1971, p. 20.
  • 10 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1970, p. 17.
  • 11 Baraer J., op. cit., p. 66.

4À partir d’octobre 1971, sept secteurs, sur les douze prévus, se mettent progressivement en place dans l’hôpital (six pour adultes et un pour enfants9). Si auparavant une ligne de partage séparait la division des hommes de celle des femmes (recoupées en trois services chacunes10), on assiste maintenant à un redécoupage de l’espace en secteurs avec leurs pavillons (3 à 411). Chaque secteur représente une entité distincte avec son histoire. Certains gardent une organisation classique en ayant un pavillon pour les admissions et les hospitalisations brèves et un autre pour les séjours prolongés. Dans d’autres secteurs les pavillons mélangent les pathologies plus largement. Ces mélanges sont cependant relatifs : les « pavillons de force » restent en place.

  • 12 Ibid., p. 65.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.

5En revanche, dans tous les secteurs, les malades hommes et femmes sont accueillis dans des pavillons distincts. Si pour les premières admissions l’affectation du secteur ne pose pas de problème, ce n’est pas le cas pour les réadmissions et les malades déjà hospitalisés. Un principe est admis : « tout malade sorti même pour un jour est dirigé vers son secteur12. » Jean Baraer, un interne, note : « Fait pour le moins curieux, les courts séjours au CHR se multipliaient13. » Des malades sont « échangés » entre secteurs. Reste le hors secteur, le SDF, qui pose problème pour la continuité des soins14.

Mixité du personnel soignant

  • 15 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1973, p. 65.
  • 16 De très nombreux postes seront créés entre 1971 et 1977 : les médecins-chefs passent de 7 à 11, le (...)
  • 17 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1972, p. 60.
  • 18 Ibid.

6En 1972, dans certains secteurs, et dans un contexte d’instabilité chronique du personnel, la mixité des soignants s’instaure progressivement15. En effet la mise en place des secteurs nécessite du personnel supplémentaire16. En janvier, le personnel s’était mis en grève pour demander l’augmentation des effectifs17. Durant cette même année, si un recrutement important est réalisé (172), la défection est aussi très grande (104)18.

  • 19 A. Jolie, Infirmier (1969-1996), entretien réalisé le 1er juin 2004.
  • 20 C. Ménard, Infirmière, puis cadre (1970-1992), entretien enregistré par l’Unité A1 « Genres et ter (...)
  • 21 M. Prod’homme, Aide soignante (1945-1979), entretien réalisé le 1er juin 2004 et A. Jolie, op. cit

7Jusqu’alors, la mixité du personnel avait été réalisée durant les Première et Deuxième Guerres mondiales, pendant lesquelles les recrutements de personnel féminin avaient permis de pallier à un manque ponctuel de personnel masculin du fait de la mobilisation. En 1958 et 1960, des infirmières avaient aussi été envoyées dans les services des hommes des docteurs Conseil et Henry : ces expériences s’étaient soldées par des échecs, en partie alimentés par le fantasme. En 1972, des réticences sont formulées par des soignants. Certains infirmiers redoutent de faire des toilettes aux femmes ; les infirmières craignent les agressions physiques de la part des malades hommes19. Cette mise en place s’appuie sur le renouvellement du personnel induit par le recrutement massif de jeunes infirmiers et infirmières entre 1968 et 197020. Du côté des malades, certaines femmes âgées redoutent l’arrivée des infirmiers21.

  • 22 Y. Guilloteau, Infirmier (1969-1996), entretien réalisé par l’Unité A1 « Genres et territoire » (E (...)
  • 23 M. Prod’homme, op. cit.
  • 24 Y. Guilloteau, op. cit.
  • 25 Ibid.

8La mixité des soignants, par l’hétéro-sociabilité qu’elle induit dans les services, offre aux malades une continuité sociale avec l’extérieur. L’arrivée d’infirmières dans les services d’hommes et d’infirmiers chez les femmes se fait, dans un premier temps, sur la base du volontariat22. Par leur complémentarité, les infirmiers et infirmières diversifient la pratique des services et contribuent à les pacifier. Ainsi, si les infirmières considèrent que les hommes ne sont pas assez « pointilleux » dans la façon de faire les lits et les toilettes, elles apprécient l’aide musculaire pour porter les malades et gérer les situations de violence23. De leur côté, si les infirmiers perçoivent les infirmières comme « tatillonnes », ils apprécient l’aide pour le ménage et le maternage24. Cependant, certains infirmiers estiment que, chez les femmes, ils ne peuvent rien faire : selon eux tout est géré par la surveillante. Il s’agit, toujours selon eux, de la persistance du système des religieuses25 qui n’ont rompu leur contrat qu’en 1969 pour des raisons d’effectifs.

Mixité des malades

  • 26 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1972, p. 61.
  • 27 Ibid., p. 67.

9En 1972, dans le cadre d’une uniformisation des structures hospitalières, l’hôpital psychiatrique départemental devient un établissement public autonome placé dans la catégorie des Centres Hospitaliers Spécialisés. La commission de surveillance, instituée par la loi de 1838, est remplacée par un conseil d’administration26. En octobre 1973, ce nouvel organisme médico-administratif accepte de réaliser la mixité des malades pour des raisons thérapeutiques, mais aussi matérielles : avec l’augmentation du nombre des secteurs, le nombre de pavillons affectés à chaque médecin diminue27.

  • 28 Baguenier-Desormeaux A., A Propos d’une expérience de camping dans le cadre d’un service de psycho (...)
  • 29 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1975, p. 67.

10C’est en 1975 que la mixité des malades commence progressivement dans certains secteurs. Pour le patient, il s’agit du passage dans le pavillon d’une homo-sociabilité à une hétéro-sociabilité jusqu’ici réalisée par la présence de soignants de l’autre sexe et d’activités très ponctuelles comme une sortie camping28. Les femmes âgées et certaines familles appréhendent cette « promiscuité » avec les hommes29.

  • 30 Guérin V., « L’Evolution des rapports hommes/femmes : Ste-Gemmes-sur-Loire 1950-1970 », in Arveill (...)
  • 31 A. Jolie, Infirmier (1969-1996), op. cit.

11La mixité des malades induit une acceptation implicite d’une hétérosexualité qui était jusqu’alors refusée aux malades. Dans les entretiens avec les infirmiers/infirmières, l’homosexualité présente dans les services était perçue jusqu’alors comme une perversité, rempart entre le pathologique et le normal, qui se diluait dans le paysage de la folie. Cependant l’étanchéité entre les sexes était toute relative, il existait une vie infra-réglementaire, « clandestine », avec des « adaptions secondaires » durant lesquelles hommes et femmes se rencontraient30. Avec la mixité, des couples se forment. C’est surtout la sexualité des femmes et la gestion de la contraception qui pose problème. Selon les infirmiers/infirmières, la mixité des malades permet d’adoucir les mœurs dans les pavillons et de diminuer la violence. Cette mixité est pourtant limitée. Si les malades sont mélangés dans la journée, la nuit ils sont séparés : les femmes et les hommes logent aux deux extrémités d’un pavillon31.

La Diminution des journées d’hospitalisation

  • 32 Pour cette analyse, nous nous sommes appuyés sur la thèse de doctorat en médecine d’Hélène Michot (...)

12Les données statistiques permettent de compléter l’éclairage de la période32. Entre 1971 et 1977, les journées d’hospitalisations passent de 684 525 à 429 162 soit – 37 %. Cette régression du nombre de journées est doublée d’une modification de leur répartition entre l’internement (en placement d’office et placement volontaire) et le service libre. Alors qu’en 1971 l’internement, placement d’office et placement volontaire confondus, représentait 61 % contre 39 % pour le service libre ; en 1977, l’internement ne représente plus que 31 % contre 69 % pour le service libre. Le service libre existe à Sainte-Gemmes pour les adultes depuis 1962 (les enfants l’avaient l’inauguré dès 1959). Dans le détail, alors que le nombre des journées en placement d’office reste stable en valeur relative, c’est le nombre de journées en placement volontaire qui régresse au profit du service libre. L’utilisation de la loi de 1838 devient l’exception. De surcroît, avec le service libre, les malades gardent leurs effets personnels. La relation entre les malades et le personnel change.

  • 33 Ibid., p. 20.
  • 34 La durée moyenne réelle est plus importante du fait des réadmissions par mutation, des changements (...)

13Si on observe les premières admissions, l’usage du service libre par rapport à l’internement devient majoritaire en 1970. Par la suite, les premières admissions en placement libre vont s’accentuer pour représenter 95 % en 197733. Corrélativement, le déclin de l’internement au profit du service libre contribue à diminuer le nombre de journées d’hospitalisation en réduisant la durée des séjours. Si on calcule la durée moyenne de séjour (nombre de journées d’hospitalisation/nombre de malades traitées), qui est un indicateur tout relatif mais qui donne une tendance, on constate qu’elle passe de 161 jours à 115 jours entre 1971 et 197734 : la présence dans l’hôpital devient transitoire dans l’histoire du malade.

  • 35 Les chiffres pour 1977 sont manquants.
  • 36 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1974, p. 63.

14Parallèlement à ce phénomène, on assiste à une amplification des réadmissions à moins de six mois, qui supposent une rechute. C’est le début du « syndrome de la porte à tambour ». Alors que les retours dans un délai inférieur à six mois représentaient environ 50 % des réadmissions en 1971, en 1976, ils en représentent 60 %35 : les malades restent peu de temps, mais ils reviennent plus souvent. Deux psychiatres de Clermont, Porot et Planche déclaraient que « les malades les mieux suivis sont ceux qui ont rechuté le plus ». La nécessité de créer des unités de soin restreintes de 25 lits conçus pour « un service intensif à rotation accélérée » se fait sentir36.

  • 37 Michot H., op. cit., p. 43

15Du point de vue épidémiologique, entre 1971 et 1977, on constate une diminution des psychoses maniaco-dépressives (grâce sans doute aux médicaments antidépresseurs qui peuvent être prescrits par des médecins non psychiatres), des pathologies liées à l’alcoolisme, mais une relative stabilité des psychoses et une amplification des névroses37.

  • 38 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1974, p. 63.
  • 39 Ibid.
  • 40 Baraer J., op. cit., p. 92.

16Le transfert de « chroniques » et de convalescents vers des maisons de retraite, des hôpitaux ruraux et des hospices entre 1971 et 1973 contribue aussi à la diminution du nombre de journées et de la durée des séjours38. La « sédimentation » est exportée dans d’autres structures, qui sont saturés dès 197439. Des élus se manifestent pour s’opposer à ce qu’ils considèrent comme une « psychiatrisation » de certaines institutions40.

  • 41 Ibid., p. 68.
  • 42 Ibid., p. 100.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid., p. 90.

17D’autres lieux prennent le relais de l’hôpital psychiatrique comme le Centre d’Aide et de Soins qui héberge 95 adultes en 1977, et le Centre d’Aide par le Travail qui héberge 40 personnes41. Un réseau extra sectoriel, parallèle, commence à se développer au travers des cliniques privées et du service universitaire42. Le préjugé sur l’asile, comme lieu d’enfermement, persiste pourtant43. Le soin précoce, dans les dispensaires notamment, dans lesquels les consultations individuelles augmentent de façon très importante, contribue également à diminuer les hospitalisations. Ces consultations passent entre 1970 et 1977 de 6 008 à 16 58444.

  • 45 Ibid., p. 58.
  • 46 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1973, p. 63.
  • 47 Ibid., p. 64.
  • 48 Ibid., p. 63.

18À partir de 1973, on assiste au développement d’une prise en charge partielle avec l’apparition d’une hospitalisation de jour et de nuit. La caisse régionale de sécurité sociale avait donné son accord de principe en 197145. Cette prise en charge est encore embryonnaire en 1977 : elle ne représente que 4,5 % du total des journées d’hospitalisation. Les malades qui sont hospitalisés de nuit ont une activité professionnelle dans la journée. Ce sont d’anciens malades internés pour lesquels des essais de remise au travail sont tentés auprès de maraîchers locaux46 (Sainte-Gemmes-sur-Loire avait cette réputation d’être la « ville du chou et du fou »). Cette innovation crée une tension entre les malades bénéficiaires du SMIC, qui travaillent à l’extérieur, et ceux qui travaillent à l’intérieur de l’hôpital et qui ne bénéficient que du pécule47. Quant aux malades hospitalisés dans la journée, ils retournent dans leurs familles le soir. Cette hospitalisation de jour est peu développée : la localisation de l’hôpital, loin de la ville, vestige de l’histoire l’asilaire, pose un problème de transport aux familles48. La création en 1976, à l’initiative des psychiatres, d’un foyer post-cure aux Ponts-de-Cé, complète ce dispositif.

Diminution du nombre de malades

19En calculant la moyenne journalière des malades hospitalisées (nombre de journées d’hospitalisation de l’année/365) on remarque une diminution de l’effectif moyen journalier qui passe de 1 875 en 1971 à 1 261 en 1977. L’hôpital héberge de moins en moins de malades. Si on étudie la population présente au 1er janvier de chaque année, on constate que celle-ci, après avoir atteint son acmé en 1969 avec 2 110 malades, diminue chaque année en passant de 1 859 malades en 1971 à 1 409 en 1977.

  • 49 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1975, p. 72.
  • 50 Baraer J., op. cit., p. 66.

20Cette diminution de la population pourrait signifier pour les soignants moins d’encombrement, et pour les malades moins de promiscuité. Seulement, dans le même temps, l’aménagement de l’espace en secteurs, la rénovation qui permet le passage du dortoir à la chambre collective à quatre, et qui donne plus de confort et d’intimité aux malades (le maximum autorisé étant de 6 lits49) réduit la capacité d’accueil de l’hôpital50.

  • 51 Le financement de l’hospitalier et de l’extra-hospitalier est dual. La Sécurité sociale prend en c (...)
  • 52 Foucault M., « Des Espaces autres » (conférence au Cercle d’étude architecturale, 14 mars 1967), D (...)
  • 53 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1975, p. 73.

21Sur ce temps court qui va de 1971 à 1977, la sectorisation a modifié la vie du malade. Le système asilaire fondé sur l’association folie/danger, et la crainte de la contamination qui se traduisait pour le malade par l’internement et les ségrégations dans l’institution en fonction du sexe et du comportement, s’effacent. La continuité sociale est favorisée par le service libre et la mixité. Si la durée d’hospitalisation régresse du fait du passage de l’internement au service libre et aussi, il est vrai, par les transferts de malades (chroniques, convalescents) vers d’autres structures (maisons de retraite, etc.), il ne se fait pas encore, de façon décisive, au travers des structures extrahospitalières encore embryonnaires et privées51 (les 1res admissions restent stables). Si l’hôpital psychiatrique reste un lieu autre, « une hétérotopie52 », sur ce laps de temps semble s’esquisser un rêve partagé par de nombreux psychiatres, qui souhaitent, dès le milieu du XIXe siècle, transformer l’asile en un hôpital. Voici comment, en 1975, le directeur de l’hôpital actualisait ce vœu : « Ne plus être un monde à part et s’intégrer pleinement dans les structures sanitaires et sociales53. »

Notes

1 Circulaire du 15 mars 1960 relative au programme d’organisation et d’équipement des départements en matière de lutte contre les maladies mentales.

2 AC (Archives du Centre de Santé Mentale Angevin – CESAME), L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1975, p. 68.

3 Baraer J., La Psychiatrie dans le Maine-et-Loire. Mise en place de la sectorisation, Mémoire pour le Certificat d’Etudes Spéciales de psychiatrie, Université d’Angers, 1979, p. 67.

4 Ibid., p. 66.

5 Ibid., p. 68.

6 Ibid., p. 52.

7 Si le malade souhaite récuser l’équipe sectorielle, les textes lui garantissent le libre choix du médecin traitant. Cf. AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1975, p. 67.

8 Le terme de bi-sexualisation renvoie, au sens strict, à une double sexualité. Aujourd’hui on parlerait de bi-sexuation.

9 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1971, p. 20.

10 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1970, p. 17.

11 Baraer J., op. cit., p. 66.

12 Ibid., p. 65.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1973, p. 65.

16 De très nombreux postes seront créés entre 1971 et 1977 : les médecins-chefs passent de 7 à 11, les internes de 21 à 34, les psychologues de 2 à 5. Les agents soignants passent de 751 à 1 059. Cf. Baraer J., op. cit., p. 70.

17 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1972, p. 60.

18 Ibid.

19 A. Jolie, Infirmier (1969-1996), entretien réalisé le 1er juin 2004.

20 C. Ménard, Infirmière, puis cadre (1970-1992), entretien enregistré par l’Unité A1 « Genres et territoire » (Eléonore Lafond, Benjamin Brovelli, Patrick Martin-Mattera et Vincent Guérin), le 4 mai 2005.

21 M. Prod’homme, Aide soignante (1945-1979), entretien réalisé le 1er juin 2004 et A. Jolie, op. cit.

22 Y. Guilloteau, Infirmier (1969-1996), entretien réalisé par l’Unité A1 « Genres et territoire » (Eléonore Lafond, Benjamin Brovelli, Patrick Martin-Mattera et Vincent Guérin), le 30 mai 2005.

23 M. Prod’homme, op. cit.

24 Y. Guilloteau, op. cit.

25 Ibid.

26 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1972, p. 61.

27 Ibid., p. 67.

28 Baguenier-Desormeaux A., A Propos d’une expérience de camping dans le cadre d’un service de psychothérapie institutionnelle, Thèse de doctorat en médecine, Université d’Angers, 1980.

29 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1975, p. 67.

30 Guérin V., « L’Evolution des rapports hommes/femmes : Ste-Gemmes-sur-Loire 1950-1970 », in Arveiller J. (dir.), Psychiatries dans l’histoire, Caen, PUC, 2008, p. 289-300.

31 A. Jolie, Infirmier (1969-1996), op. cit.

32 Pour cette analyse, nous nous sommes appuyés sur la thèse de doctorat en médecine d’Hélène Michot intitulée Approche épidémiologique en psychiatrie, Thèse de doctorat en médecine, Université d’Angers, 1982.

33 Ibid., p. 20.

34 La durée moyenne réelle est plus importante du fait des réadmissions par mutation, des changements de secteur sans modification du nombre de malades.

35 Les chiffres pour 1977 sont manquants.

36 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1974, p. 63.

37 Michot H., op. cit., p. 43

38 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1974, p. 63.

39 Ibid.

40 Baraer J., op. cit., p. 92.

41 Ibid., p. 68.

42 Ibid., p. 100.

43 Ibid.

44 Ibid., p. 90.

45 Ibid., p. 58.

46 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1973, p. 63.

47 Ibid., p. 64.

48 Ibid., p. 63.

49 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1975, p. 72.

50 Baraer J., op. cit., p. 66.

51 Le financement de l’hospitalier et de l’extra-hospitalier est dual. La Sécurité sociale prend en charge le financement de l’hospitalier (l’intra) qu’elle considère comme du soin. Par contre, l’activité extra-hospitalière qualifiée de dépistage, de prévention et de postcure, relève de l’État à 83 % et des départements pour le restant. Cf. Jaeger M., La Psychiatrie en France, Paris, Syros, 1991, p. 23.

52 Foucault M., « Des Espaces autres » (conférence au Cercle d’étude architecturale, 14 mars 1967), Dits et écrits, t. 2, 1976-1984, Paris, Quarto/Gallimard, 2001, p. 1571-1581.

53 AC, L 33 bis, Rapports de fonctionnement, 1975, p. 73.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540