Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

2. L'institution en question

Le psychiatre face à la violence du malade mental

Jean-Christophe Coffin

Texte intégral

1L’association entre maladie mentale et violence est constitutive du savoir psychiatrique. Certains pourraient en conclure que la violence est un fait de nature, une caractéristique essentielle et dominante de certaines pathologies mentales. Je me concentrerai sur les réactions professionnelles face à la violence du malade mental et les modalités de traitement proposées, notamment sur les réactions des psychiatres à la violence du malade mental. Choisir une perspective large – ce qui n’est pas nécessairement l’approche historienne traditionnelle – permet de mieux souligner les reformulations à l’œuvre sur un thème récurrent. Bien que « l’individu dangereux » parcourre le savoir psychiatrique depuis le XIXe siècle, il semble pertinent de s’arrêter sur les débats et les hésitations que cette figure a produit. La thématique de la violence est en effet très présente dans les écrits psychiatriques, mais elle ne doit pas pour autant être considérée comme une production nécessairement homogène et cohérente et moins encore comme fédératrice d’une profession dont les sujets de division sont nombreux. L’importance dans notre actualité contemporaine de la thématique de la violence du malade mental et celle encore plus nette de l’augmentation des comportements dangereux pourraient donner le sentiment au public profane que le traitement dont elles sont l’objet est une donnée parfaitement objective. La perspective offerte par l’approche historienne est de nature à modifier cette représentation.

2La violence au sein des pratiques psychiatriques constitue une thématique récurrente depuis le XIXe siècle. La loi de 1838 sur les asiles d’aliénés envisageait clairement que celui-ci puisse être dangereux pour lui-même comme pour les autres. Ce danger résidait dans les actes de violence que l’aliéné pouvait commettre avec plus ou moins de discernement. À la fin e du XIXe siècle, les rédacteurs de la revue fondatrice de la médecine mentale française, les Annales médico-psychologiques ouvraient une nouvelle rubrique intitulée « Martyrologie de la psychiatrie ». Celle-ci avait pour objectif de souligner les violences dont les membres du personnel soignant asilaire pouvaient être les victimes de la part des malades internés. Depuis plusieurs années, le débat autour de la création d’asiles spéciaux pour les malades mentaux également criminels ne cessait d’alimenter les pages des revues de médecine mentale. Un des arguments mis en avant par les partisans de ces structures nouvelles était de souligner la violence souvent récurrente des aliénés criminels venant perturber gravement l’organisation asilaire et menaçant les pensionnaires moins sujets à des actes de violence. Un nombre significatif de psychiatres pointait du doigt les rapports parfois ténus entre certaines pathologies et des actes violents. L’exemple du « fou moral », personnage incontrôlable, inattendu dans ses actes appartenait à cette catégorie d’individus. Il venait confirmer, auprès de ceux qui auraient pu encore en douter, que bien des malades mentaux sont des êtres dangereux parce que leur violence se déclare subitement, parce que ces individus n’entretiennent pas avec le monde réel un rapport bien ferme. L’optimisme thérapeutique qui accompagnait la construction d’asiles pour ces malades d’infortune fut largement tempéré par la présence de ce nouvel acteur : l’aliéné violent, une des figures des malades difficiles, entité mal définie cliniquement mais révélatrice des perceptions nouvelles.

3Il est aisé d’identifier dans les années 1950 plusieurs psychiatres abordant la problématique de la violence du malade dans une perspective qui tranche par rapport à celle de leurs aînés. Plutôt que d’affirmer une hypothétique violence naturelle du malade mental, ceux-ci cherchaient plus volontiers à s’interroger sur les causes de la violence. On s’écartait d’une approche exclusivement biologique du comportement violent au profit d’une approche qui privilégie le contexte. C’est par exemple le sens des propos de Georges Daumézon (1912-1979). Il appartient à une génération qui a pris ses fonctions hospitalières dans les années 1930 et ils étaient plusieurs comme lui à avoir connu des débuts sinon difficiles au moins perturbés par ce qu’ils découvraient dans les institutions dont ils avaient désormais la responsabilité. Ces jeunes médecins découvraient tout un ensemble d’éléments, tout un mode de fonctionnement qui ne pouvait que ralentir la mise en place d’une culture du soin. Georges Daumézon fait aussi partie de ce groupe de psychiatres que la très nette dégradation de la situation des internés pendant les années d’Occupation avait profondément déstabilisé. Il en résulta pour lui comme pour d’autres médecins-chefs, Louis Le Guillant (1900-1968) par exemple, le sentiment que l’institution pouvait couvrir des faits de violence dont les principales victimes étaient d’abord les malades. C’est pourquoi dans ces années d’après-guerre, plusieurs psychiatres portèrent leurs réflexions sur le rôle de l’institution dans les faits de violence. Il s’agissait pour reprendre un raccourci emprunté à Daumézon lui-même de soigner l’institution avant de s’interroger sur les soins à apporter au malade. Cette affirmation énoncée à partir de son expérience et sans édifice théorique très élaboré constituait un tournant dans l’abord de la violence du malade. Avant que le malade se mette en danger à travers sa propre violence, il pouvait être exposé à une autre violence sur laquelle il ne pouvait agir et qui avait de ce fait des conséquences désastreuses sur sa santé et son devenir. La thématique de la violence du malade se transforma alors en une problématique plus générale autour de la violence dans les pratiques psychiatriques ; elle avait le mérite de mettre en lumière la complexité des phénomènes de violence et d’écarter les explications sommaires ou les hypothèses exclusivement déterministes qui, si elles existent toujours dans les années 1960, ne constituent pas le trait le plus caractéristique des discussions. Cette période est, on le sait, le point de démarrage d’une critique de la psychiatrie sans véritable précédent. Les critiques sur l’asile n’avaient pas attendu l’après-guerre pour se faire entendre mais le nombre de psychiatres qui dans les années 1960 expriment un scepticisme sur les vertus de l’hôpital psychiatrique est croissant. Les questions de violence ne sont pas niées car les situations délicates auxquelles sont confrontés les psychiatres existent naturellement mais les incidents de la pratique sont l’occasion de réflexions dignes d’intérêt.

  • 1 Ey H., « Dossier Berthelat », Archives H. Ey, 7S 300, Perpignan (66). Ce thème a été abordé précéd (...)

4À l’automne 1967, le psychiatre Yves Bertherat est tué par un patient, qui se suicide peu de temps après son acte. Henri Ey (1900-1977), alors grand maître de la psychiatrie française, prononce un long discours à l’occasion de l’enterrement. Il voit dans cet événement qui a provoqué une grande émotion le reflet terrible du drame de la folie. Ce meurtre est ressenti comme un échec, comme l’illustration d’une parole qui n’est pas parvenue à se faire entendre. Si Ey parle d’échec, ce n’est pas pour critiquer l’institution en tant que telle mais pour rappeler que le psychiatre a fait un pacte avec la souffrance, ce qui interdit toute stigmatisation du malade1. Grandiose mais terrible mission qui ne peut s’exercer sans une morale de l’engagement qui dépasse de loin le simple respect de la loi et de la déontologie professionnelle. Ey, comme d’ailleurs le disait de son vivant également Bertherat, rappelle que ce type d’événement est rarissime. L’émotion légitime qu’il engendre ne doit pas être utilisée pour faire croire que la violence atteint couramment de tels degrés d’extrémité.

  • 2 Ongaro-Basaglia F., « La nave che affonda », in Ongaro-Basaglia F. (dir), La nave che affonda. Il (...)

5Un an plus tard, en septembre 1968, un autre meurtre est commis, cette fois-ci dans la petite localité italienne de Gorizia. Le patient Alberto suivi par l’hôpital psychiatrique local depuis plus de 10 ans est allé rendre visite à sa famille à l’occasion d’une nouvelle autorisation de sortie. Cette fois-ci il se dispute avec sa mère et la tue. Dans cette ville reculée et à la frontière avec la Yougoslavie d’alors, l’émoi est immense. L’équipe médicale est consternée et la médiatisation de l’événement déstabilise jusqu’aux patients qui étaient de plus en plus nombreux à bénéficier de ces autorisations : « Il y avait une angoisse terrible, chaque malade se sentait responsable, coupable du geste d’Alberto » se souvient Franca Ongaro (1928-2005), l’épouse du médecin chef2. La population locale s’inquiète brutalement devant un tel geste. L’effervescence qui fait suite à cet événement tient en partie à ce que l’hôpital dont est issu ce patient est piloté par Franco Basaglia (1924-1980) qui est devenu le trublion de la psychiatrie italienne.

6Atterré par les conditions d’existence des patients, il a rapidement introduit tout un ensemble de mesures, s’inspirant de la psychothérapie institutionnelle et de la communauté thérapeutique de Maxwell Jones. Tous les éléments de contention des malades ont été supprimés, les conditions d’hospitalisation sont revisitées, l’équipe médicale est réorganisée et l’ouverture des pavillons a été réalisée dans la ferme intention de transformer à terme l’hôpital psychiatrique en une sorte d’hôpital de jour. Tout au long de ces années, Basaglia s’est beaucoup exprimé, a fait venir la presse pour qu’elle témoigne de l’indignité réservée au patient et de la violence exercée sur eux sans aucune légitimité. Dans son livre paru en 1968, L’institution en négation, il a donné la parole aux patients qui racontent eux-mêmes ce qu’ils ont éprouvé et quelle a été leur vie jusque-là. Point de violence du patient mais bien la violence de l’institution, tel est le credo de Basaglia auquel il va progressivement ajouter une nouvelle thématique : la violence du psychiatre. Le débat autour de la violence se décline désormais selon plusieurs axes : la nature violente de certains troubles mentaux, l’impact des contextes dans l’éclosion des comportements violents et enfin le patient comme victime de la violence d’un projet psychiatrique qui, tel qu’il fonctionne, serait loin du geste bienfaisant qu’on lui prête depuis l’époque des fondateurs au tout début du XIXe siècle.

  • 3 Basaglia F., L’istituzione negata. Rapporto da un ospedale psichiatrico, Turin, Einaudi, 1968, p.  (...)

7Quelle est la portée de l’accident – en l’occurrence du meurtre – dans la pensée de Basaglia ? N’a-t-il pas eu devant lui cette réalité indépassable que serait la violence du malade ? Basaglia paraît avant tout déstabilisé par les réactions sociales qu’il suscite et plus encore par l’utilisation qui en est faite. Il n’est pas déstabilisé par l’événement car, d’une certaine manière, il l’avait annoncé. Le meurtre est une conséquence logique, bien que dramatique, de la violence vécue et affrontée par les malades. Les situations de violence sont telles que la probabilité pour qu’elles engendrent de nouvelles réactions de violence est très élevée. « Un malade qui se trouve rejeté, écrit-il, par sa famille, rejeté d’un emploi, rejeté par les amis, rejeté d’une réalité qui le repousse car il est en trop, que peut-il faire si ce n’est se tuer lui-même ou tuer quiconque associée selon lui à cette violence dont il est l’objet ? Face à ce processus qui peut honnêtement parler exclusivement de maladie3 ? »

  • 4 Ey H., « Discours à l’enterrement de Y. Bertherat », Archives H. Ey, 7S 300, Perpignan (66).

8Par contre, il n’avait peut-être pas prévu les réactions en chaîne et sans doute n’avait-il pas non plus imaginé de se retrouver dans un tribunal, accusé d’être indirectement responsable du meurtre commis par son ancien patient. Il en tire la conclusion que son départ est préférable, ce qu’il fait dès que l’opportunité se présente, en l’occurrence quelques mois plus tard (1969). Toutefois il ne fait pas disparaître cet événement de sa mémoire ; il lui fait au contraire comprendre combien son projet est très ambitieux car la question de la violence touche tout un ensemble d’acteurs et de forces sociales qu’il faudrait idéalement faire travailler en même temps. Par conséquent la violence institutionnelle ne peut être isolée d’une problématique plus générale qu’on pourrait résumer par le regard du corps social sur l’interné. C’est pourquoi il va insister plus qu’il ne l’avait fait dans les années précédentes sur la fonction sociale de la psychiatrie et aborder frontalement la question de la violence du psychiatre. Dans cette perspective, il convient aussi de s’interroger sur les modes d’élaboration du savoir psychiatrique dont l’utilisation repose souvent, selon lui, sur des fins idéologiques. Ce qu’il reproche au psychiatre traditionnel c’est d’être au service d’une idéologie de la défense sociale. Le malade vit plusieurs exclusions et si le psychiatre ne peut pas tout faire, il doit au moins intervenir sur le mépris social dans lequel sont placés les malades et ne pas utiliser un savoir basé sur de fausses notions ou à tout le moins trop liés aux représentations sociales. Lorsque devant la tombe d’Yves Bertherat en 67, Henri Ey déclarait que le médecin et le patient sont égaux devant la souffrance4, Basaglia considère, pour sa part, que cette égalité n’est pas possible dans l’état des choses. Le rapport de force entre le psychiatre et le patient est trop prononcé pour ne pas devoir être, au préalable, déconstruit.

  • 5 Ayme J., « Violence et psychiatrie », in Verdiglione A. (dir.), La violence, Actes du colloque de (...)

9Basaglia revient à plusieurs reprises dans ses textes sur ce qu’il avait nommé l’institution de la violence dans son ouvrage de 1968, précédemment cité. On ne peut prétendre que l’orientation du psychiatre italien sur ce thème soit représentative de l’état d’esprit de ses confrères. Mais il est cependant évident que les années 1970 sont une décennie au cours de laquelle les propos sur la violence dans la psychiatrie sont nombreux. À l’occasion d’un congrès de psychanalyse à Milan sur ce sujet, on mesure combien cette thématique mobilise les professionnels et en même temps on mesure aisément la diversité des positions des congressistes. Le français Jean Ayme, figure importante du mouvement de psychothérapie institutionnelle, est à la fois soucieux de porter un regard critique sur les pratiques psychiatriques sans toutefois prolonger le credo de Franco Basaglia. Il s’interroge sur la violence de la psychiatrie mais finit par souligner qu’une psychiatrie non violente apparaît un tantinet chimérique dans la mesure où l’absence de violence de la part du malade mental est inconcevable5.

10La clinique de l’acte violent surmonte difficilement une dimension hétérogène en dépit des efforts pour stabiliser quelques vérités sur la question. La complexité est accentuée par la place d’un autre acteur, si l’on peut dire : le regard social qui détermine la manière dont les malades mentaux sont perçus, les mots avec lesquels ils sont labellisés. Basaglia avait bien identifié cet élément lors de l’affaire de Gorizia. La crainte ou au contraire le soutien de la population lui apparaissait jouer un rôle important voire déterminant dans le déroulement des émotions après l’accident. Par conséquent, si la population manifestait des craintes fortes à l’égard des malades mentaux, le projet thérapeutique qui consistait, par exemple, à les laisser hors de l’hôpital ne pourrait aisément aboutir.

  • 6 Clément P., La forteresse psychiatrique, Paris, Flammarion-Aubier, 2001.
  • 7 La liste ne prétend pas à l’exhaustivité.
  • 8 Clery-Melin P., Pascal J.-Ch., Kovess V., Aux racines de la violence. Rapport remis au Ministre de (...)
  • 9 La loi 2008-174 du 25 février confère une nouvelle validité à la notion de dangerosité. C’est une (...)
  • 10 Kaluszynski M., « Le retour de l’homme dangereux. Réflexions sur la notion de dangerosité et ses u (...)

11Au début de notre siècle, on annonçait la mutation de la maladie mentale. Il y avait bien des raisons pour justifier une telle annonce. Cependant, paraissait parallèlement La forteresse psychiatrique rappelant brutalement que les mutations ou les recompositions n’empêchaient peut-être pas quelques permanences6. On y décrivait les petites violences au quotidien, les abus de pouvoir médico-administratif et les stigmatisations banales dont étaient l’objet les patients hospitalisés. L’impact d’un livre est sans doute peu de choses au regard d’une préoccupation sociale qui se fait jours depuis les années 1990 et qui tend à se focaliser plus volontiers sur la violence d’un nombre croissant d’individus. Violence des jeunes, des mineurs délinquants, des auteurs d’agression sexuelle et enfin des malades mentaux à travers plus particulièrement la figure du schizophrène7 prédominent nettement sur les aspects institutionnels de la violence. Les comportements violents sont devenus en effet des sujets d’autant plus d’actualité8 qu’ils sont, à l’occasion, mis en évidence par la rhétorique d’un discours politique qui table sur la mise en lumière de ces problèmes pour se donner une légitimité. Dans ce contexte, la violence du malade mental n’a pas été laissée de côté, bien au contraire. La dangerosité du malade mental et la dangerosité de comportements totalement inadaptés aux règles sociales sont des notions en pleine expansion dans le discours des professionnels tout comme des autorités sanitaires et politiques. Quelques événements dramatiques (meurtres au conseil municipal de Nanterre, agression du maire de Paris, meurtres à l’hôpital de Pau, évasion de l’hôpital psychiatrique d’Isère) ont permis à certaines voix de replacer l’équation malade mental égale violence au premier plan et d’enraciner dans le langage public les thématiques de l’obligation de soins et celle de rétention de sûreté9. Certaines voix, telle celle de l’historienne Martine Kaluszynski décrivent notre époque comme plutôt marquée par le retour de thématiques anciennes10.

  • 11 Velpry L., From Asylum to « Secteur » and beyond the Rhetoric of the « Psychiatric Crisis » in Fra (...)

12Contrairement à ce qui se passait il y a plus d’un siècle, toute une partie de la communauté professionnelle intervenant dans le champ de la santé mentale préfère monter au créneau pour mettre en avant, par exemple la souffrance psychique des malades plutôt que pour disserter sur leur violence et sur l’état de menace dans lequel la majorité des professionnels exercerait leur métier. En d’autres termes, on mesure à nouveau que les représentants de la santé mentale n’expriment pas une position homogène sur les manières de traiter ces actes de violence et sur les façons de répondre au traitement médiatique et politique qui en est fait. Des travaux en cours sur les unités pour malades difficiles attestent, par ailleurs, de permanences dans cet univers de la violence pathologique qui semble, parfois, résister aux volontés les plus réformatrices11. Les professionnels impliqués dans de telles institutions balancent entre attitudes anciennes et volontés novatrices et nous rappellent la difficulté de leur métier.

  • 12 Anguis M., « La perception des problèmes de santé mentale. Les résultats d’une enquête sur neuf si (...)
  • 13 Santé mentale. Images et réalités, 2001-2005 ; cf. Roelandt J.-L. & Caria A., « La santé mentale e (...)

13De son côté, le regard social présente peut-être plus de permanences. La montée en puissance de la victime dans l’espace public entraîne une mobilisation d’une autre nature. La violence du malade et la violence à autrui constituent la thématique première et l’emportent nettement sur les discussions autour de la violence institutionnelle ou de la violence du psychiatre. On oublie ainsi que les malades sont souvent des victimes et non pas des auteurs d’agression. Mais cette statistique ne semble guère changer la perception sociale quant à la violence du malade mental. Beaucoup de professionnels se lamentent de la manière dont certaines affaires – celles évoquées ci-dessus par exemple – sont traitées dans les médias. On mesure bien que l’événement de l’acte violent posé par le malade mental suscite depuis longtemps des réactions sociales fortes. Il est quelque peu paradoxal sans doute que l’émotion éprouvée par l’opinion publique s’appuie sur le discours des psychiatres d’hier plutôt que sur celui de professionnels contemporains. En effet, l’opinion publique associe assez spontanément maladie mentale et violence, si l’on en croit une enquête pilotée au début de ce siècle12. De la même manière qu’il a été invoqué un « populisme pénal », on pourrait faire l’hypothèse de la montée en puissance d’un populisme psychiatrique. Toutefois, prétendre parler au nom de l’opinion publique lorsque des accidents surviennent dans des hôpitaux psychiatriques ou commis par des malades mentaux dans l’espace public est probablement plus délicat que d’appliquer un tel label. L’enquête diligentée par l’Organisation Mondiale de la Santé mentale13 présente des résultats plus contrastés prouvant que l’association entre violence et maladie mentale ne se décline pas toujours de la même manière ni selon une fréquence identique suivant les populations interrogées. En d’autres termes le malade mental ne suscite pas une réaction prédéterminée. On mesure bien l’impact que peut avoir, en conséquence, le discours des professionnels ou des responsables politiques et des médias. Tout comme, on peut méditer l’observation de Basaglia lorsqu’il constatait que les réformes profondes qu’il appelait de ses vœux ne pouvaient être menées correctement sans un minimum d’adhésion de la communauté de population vivant sur le territoire de l’hôpital psychiatrique.

14Un autre élément caractéristique de notre âge contemporain est ce que l’on pourrait appeler le retour en grâce de l’hypothèse naturaliste de la violence du malade mental. Elle s’inscrit dans un changement de paradigme beaucoup plus général qui remet en cause l’autonomie du psychique au profit d’une connaissance de l’organisme cérébral, lieu de la vérité de nos comportements. Cette orientation scientifique ne devrait pas cesser de prendre de l’ampleur tant elle engage actuellement des équipes de chercheurs. On ne peut ici s’autoriser à préjuger des résultats. Force est d’observer une certaine tonalité scientiste parmi certains de leurs membres. Plus nette encore est cette manière de mettre en exergue un comportement dangereux aboutissant à une sorte d’essentialisation de la violence pathologique. Il n’est pas certain cependant que l’impact de ces productions soit direct ou immédiat sur l’opinion. En revanche, l’introduction de la problématique des soins sans consentements dans notre législation de santé publique devrait accentuer l’idée qu’en psychiatrie, le consentement n’est pas possible car la population à soigner demeure trop spécifique. Cette validation du refus du consentement n’entraîne-t-elle pas la reconnaissance que le malade mental est décidément un individu à risques ?

Notes

1 Ey H., « Dossier Berthelat », Archives H. Ey, 7S 300, Perpignan (66). Ce thème a été abordé précédemment par H. Ey dans plusieurs de ses récits autour de la morale du psychiatre.

2 Ongaro-Basaglia F., « La nave che affonda », in Ongaro-Basaglia F. (dir), La nave che affonda. Il dibattito, Milan, Raffaele Cortina, 2008, p. 111 (La première édition date de 1978, l’auteur de ces propos remémore donc les évènements de Gorizia).

3 Basaglia F., L’istituzione negata. Rapporto da un ospedale psichiatrico, Turin, Einaudi, 1968, p. 369, (trad. fr. : L’institution en négation, Paris, Le Seuil, 1970).

4 Ey H., « Discours à l’enterrement de Y. Bertherat », Archives H. Ey, 7S 300, Perpignan (66).

5 Ayme J., « Violence et psychiatrie », in Verdiglione A. (dir.), La violence, Actes du colloque de Milan, Paris, 10/18, 1977, vol. 1, p. 29-44.

6 Clément P., La forteresse psychiatrique, Paris, Flammarion-Aubier, 2001.

7 La liste ne prétend pas à l’exhaustivité.

8 Clery-Melin P., Pascal J.-Ch., Kovess V., Aux racines de la violence. Rapport remis au Ministre de la santé, de la famille, des Personnes handicapées, Paris, mars 2003.

9 La loi 2008-174 du 25 février confère une nouvelle validité à la notion de dangerosité. C’est une loi sur la rétention de sûreté et sur la déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental. Ce texte aurait-il satisfait ceux qui au XIXe siècle demandaient une séquestration permanente des malades dangereux, à l’instar du docteur Jean-Baptiste Cazauvielh ? voir son ouvrage : Du suicide, de l’aliénation mentale et des crimes contre les personnes comparés dans leurs rapports réciproques, Paris, Baillière, 1840, 295 p.

10 Kaluszynski M., « Le retour de l’homme dangereux. Réflexions sur la notion de dangerosité et ses usages », Champ Pénal/Penal Field, nouvelle revue internationale de criminologie, V, 2008, [http://champpenal.revues.org/6183].

11 Velpry L., From Asylum to « Secteur » and beyond the Rhetoric of the « Psychiatric Crisis » in France and the Case of « Units for Difficult Patients », Papier lu à la European Association of Social Anthropologists, Maynooth (IRL.), août 2010 ; Fau-Vincenti V., Le quartier de sécurité de l’asile de Villejuif, une section pas tout à fait ordinaire, 1910-1965, thèse de doctorat d’histoire (en cours) ; les propos rapportés par ces deux auteures sur le fonctionnement de cette institution sont frappants par leur similitude tout comme certains des propos des professionnels de ces lieux, parfois oubliés de la pratique psychiatrique.

12 Anguis M., « La perception des problèmes de santé mentale. Les résultats d’une enquête sur neuf sites », Etudes et résultats, no 116, mars 2001. Ministère de l’Emploi et de la Solidarité nationale-Drees.

13 Santé mentale. Images et réalités, 2001-2005 ; cf. Roelandt J.-L. & Caria A., « La santé mentale en population. Images et réalités. Présentation de l’enquête », L’Information psychiatrique, 2000, vol. 76, no 3, p. 279-292. Depuis le démarrage de l’enquête, une décennie s’est écoulée et on peut dès lors faire l’hypothèse que sur certains aspects, les plus émotionnels notamment, les perceptions connaissent auprès de la population une évolution importante.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540