Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

2. L'institution en question

Quel(s) malade(s) pour quel asile ? Le débat sur l’internement psychiatrique dans la France de l’entre-deux-guerres

Isabelle von Bueltzingsloewen

Texte intégral

1Le 11 juillet 1922, les membres de la Société médico-psychologique, qui rassemble la fine fleur de la psychiatrie française, sont interpellés en ces termes par Paul Strauss, ministre de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale :

« J’ai été saisi de propositions tendant à autoriser l’installation dans quelques asiles, de services ouverts de “petits mentaux”. Je serais très reconnaissant de connaître l’avis de votre Société sur cette question et notamment sur la définition des malades petits mentaux qui seront hospitalisés éventuellement dans les services ouverts ; cette définition me paraît, en effet, devoir être tout d’abord précisée avec la plus grande rigueur et d’une façon strictement limitative puisqu’il s’agit d’une dérogation aux lois en vigueur. »

  • 1 L’entre-deux-guerres se caractérise en particulier par un boom du cinéma sanitaire.
  • 2 Pour une approche critique : Murard L., Zylberman P., « Mi-ignoré, mi-méprisé : le ministère de la (...)
  • 3 Sur le modèle des dispensaires d’hygiène sociale dans lesquels s’organise la lutte contre la tuber (...)
  • 4 Voir Rodiet A., Fribourg-Blanc A., La folie et la guerre 1914-1918, Paris, Alcan, 1930.
  • 5 Sur l’apparition des services libres voir M. Thomas G., « Open Psychiatric Services in Interwar Fr (...)
  • 6 Sur le modèle de la Ligue franco-anglo-américaine de lutte contre le cancer, créée deux ans plus t (...)
  • 7 Voir Huteau M., Psychologie, psychiatrie et société sous la Troisième république. La biocratie d’É (...)
  • 8 Voir Fauvel A., Témoins aliénés et “Bastilles modernes”. Une histoire politique, sociale et cultur (...)

2Cette requête ne peut se comprendre que rapportée à un contexte très spécifique. Les années qui suivent la Grande Guerre sont en effet marquées par une hantise du déclin nourrie par une forte inquiétude démographique et sanitaire qui conduit les pouvoirs publics à promouvoir une politique d’« hygiène sociale » ambitieuse, servie par des moyens modernes de propagande1. En témoignent, outre la création, en 1920, du ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale, les multiples initiatives, publiques et privées, visant à réduire la mortalité des enfants en bas âge et à lutter contre la tuberculose, les maladies vénériennes, le cancer, l’alcoolisme et l’aliénation mentale2. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’ouverture, en juin 1922, à grand renfort de publicité, du service de prophylaxie mentale de l’asile clinique Sainte Anne. Dirigé par le Docteur Édouard Toulouse, ce service comprend, outre des laboratoires, un dispensaire dédié au dépistage des « prédisposés3 », de plus en plus nombreux selon les promoteurs de l’hygiène mentale qui déplorent le contexte de désarroi psychique généralisé créé par la Grande Guerre4 et les difficultés économiques de l’après conflit. Il compte aussi un service dit « ouvert », dans lequel sont admis des malades en cure « libre » c’est-à-dire ne relevant pas du régime de l’internement organisé par la loi du 30 juin 18385. Ce service, qui devient autonome en 1924 et prend le nom d’hôpital Henri Rousselle en 1926, marque la concrétisation d’un projet porté conjointement par la Ligue d’hygiène mentale, créée en décembre 19206, la Société médicale des asiles de la Seine, le Comité d’hygiène mentale mis en place par le ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale et par le Conseil général de la Seine. Très marqué par la forte personnalité d’Édouard Toulouse7, il s’inscrit dans un mouvement de remise en cause de l’internement et de l’institution asilaire mobilisant, depuis les années 1860-1870, des publicistes, des hommes politiques mais aussi des aliénistes réclamant une révision de la loi de juin 1838 dénoncée comme liberticide8.

  • 9 Celle-ci est également consultée par le ministre à qui elle répond dès le mois de juillet.
  • 10 Qui à cette date n’édite pas de Bulletin.
  • 11 En particulier lors du Congrès de Quimper réuni en août 1922.
  • 12 André Antheaume est médecin-chef à l’asile de Charenton.

3La question de la légalisation et de la généralisation des services libres/ouverts, également débattue par la Société médicale des asiles de la Seine9, l’Amicale des aliénistes10, les participants aux Congrès des aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française11 et dans les colonnes de la revue L’Informateur des aliénistes et des neurologistes animée par un proche de Toulouse, André Antheaume12, tient la Société médico-psychologique en haleine pendant cinq mois. Le 24 juillet, après des échanges nourris, ses membres décident de nommer une commission chargée de réfléchir à la réponse à faire au ministre. Mais il faut attendre le 23 décembre pour qu’un compromis se dessine enfin sur un texte plusieurs fois amendé. La durée et la virulence des échanges témoignent de la multiplicité des enjeux (scientifiques, éthiques, juridiques, financiers mais aussi professionnels) soulevés par la question posée par Paul Strauss. Distinguer les malades relevant des services ouverts/libres des malades relevant des services fermés revient en effet à différencier les lieux et les modes de prise en charge de la maladie mentale mais, bien au-delà, à redéfinir le périmètre de l’assistance psychiatrique. Et donc à redessiner les frontières de la folie.

« Petit mental » versus « aliéné » ? Peut-on et faut-il distinguer les malades relevant des services ouverts/libres de ceux relevant de l’asile ?

  • 13 Ceux-ci sont souvent installés dans des asiles.
  • 14 Le terme d’aliéné reste en vigueur jusque dans les années 1950.
  • 15 Édouard Toulouse et les promoteurs de l’hygiène mentale dénoncent en effet les lacunes de l’assist (...)

4En recourant à l’expression « petit mental », dont la paternité revient non à Édouard Toulouse, comme on l’a souvent affirmé, mais à Marcel Briand, qui l’a forgée pendant la Grande Guerre pour désigner les soldats atteints de troubles mentaux soignés dans des centres neuro-psychiatriques militaires13, Paul Strauss laisse entendre que la vocation des services ouverts/libres, que l’on envisage de créer à destination de la population civile, est d’admettre des malades atteints de pathologies « légères ». Dans son esprit, « petit mental » s’oppose en effet à « grand mental » et « grand mental » s’apparente à « aliéné14 », les aliénés étant seuls concernés par la loi du 30 juin 1838 organisant l’internement psychiatrique dans le cadre des asiles. Ce que le ministre attend des aliénistes, c’est donc qu’ils établissent, « avec la plus grande rigueur » précise-t-il, des critères nosologiques permettant de distinguer les malades relevant de l’asile de ceux relevant d’un service ouvert/libre. Autrement dit qu’ils justifient, en recourant à des entités cliniques claires, la nécessité de créer une nouvelle structure dédiée à la prise en charge d’une population nécessitant des soins mais pour qui l’internement est jugé impossible ou inadapté15.

  • 16 Jusqu’ici c’est l’expertise de l’Académie de médecine qui était sollicitée en matière d’assistance (...)

5Même s’ils apprécient de voir leur expertise reconnue16, les membres de la Société médico-psychologique sont visiblement embarrassés par cette demande et par le recours à la catégorie de « petit mental » qu’ils rejettent quasi unanimement. Pour Maurice Legrain, médecin-chef à l’asile de Villejuif, celle-ci n’est qu’un trompe-l’œil destiné à dissimuler l’incertitude diagnostique à laquelle la plupart des médecins des asiles sont confrontés lorsqu’ils admettent un malade. « Notre science n’est faite que de relatif et d’empirique ; on ne peut lui demander autre chose. […] Notre Société doit avoir le courage de répondre au Ministre que le terme ne signifie rien […] L’aliéné non internable d’aujourd’hui sera l’aliéné internable de demain et cela avec le même diagnostic clinique », déclare-t-il lors de la séance du 24 juillet. Cette intervention fait écho aux propos d’André Antheaume qui, lors du premier Congrès d’hygiène mentale réuni à Paris quelques semaines plus tôt, avait affirmé :

  • 17 Cité dans les Annales médico-psychologiques (AMP), 1922, p. 182.

« Le psychopathe est le sujet qui souffre dans son psychisme, qui est atteint d’une affection mentale. L’aliéné est un malade à l’égard duquel ont été ou doivent être prises des mesures destinées à protéger l’ordre et la sécurité des personnes ou à qui il y a lieu d’imposer, dans son intérêt, un isolement contre lequel il proteste17. »

  • 18 On parlerait aujourd’hui d’adhésion ou de non adhésion aux soins.
  • 19 Ce dernier a été chargé de rédiger la réponse faite au ministre par la Société médicale des asiles (...)

6Ce n’est donc pas tant la nature ou la gravité de sa pathologie que le danger qu’il représente pour la société et pour lui-même, ainsi que sa bonne ou mauvaise volonté à se faire soigner18, qui déterminent si un malade relève d’un service ouvert/libre ou de l’asile. C’est d’ailleurs cette conception, très pragmatique, qui finit par l’emporter contre l’avis du Docteur Simon19 qui aurait voulu qu’en plus du comportement on prenne en compte le discernement, les « déments » et les « confus » n’ayant pas, selon lui, leur place dans un service ouvert.

7Le 23 décembre 1922, les membres de la Société médico-psychologique font la réponse suivante à Paul Strauss :

  • 20 AMP, 1923, compte-rendu de la séance du 23/12/1922, p. 57.

« Au sujet de la définition précise que vous voulez bien nous demander, des psychopathes à hospitaliser dans les services ouverts projetés, la SMP, en dehors de toute divergence doctrinale, est d’avis qu’une telle définition ne saurait être formulée au point de vue scientifique. Il ne paraît pas possible de fournir une liste définitive des affections mentales dont ces malades peuvent être atteints, car leur choix est bien moins d’ordre nosologique que sous la dépendance des réactions occasionnées par leurs troubles. En pareille matière, la sélection des cas à traiter est avant tout – et c’est là un principe fondamental – une question d’espèce, entièrement sous la dépendance d’une appréciation médicale compétente. Mais si une définition positive ne peut être rationnellement établie pour catégoriser les psychopathes à traiter dans un service ouvert – service d’observation et de traitement – une délimitation par exclusion des cas où doit jouer la loi de 1838 peut être utilement envisagée. C’est dans cet esprit que la SMP a adopté le texte suivant : 1) Les services ouverts peuvent recevoir en traitement tous les psychopathes dont l’état ne nécessite pas l’internement sous le régime de loi en vigueur des aliénés 2) Doivent donc être exclus de ces services les malades mentaux dont le placement s’impose soit par voie de placement d’office, soit par voie de placement volontaire20. »

8On peut postuler que cette réponse, qui laisse aux médecins des asiles toute latitude pour déterminer quel nombre et quels types de malades ils traiteront dans les services ouverts/libres, n’a pas satisfait les attentes du ministre.

La stratégie du camp Toulouse : démanteler l’asile sans attendre une (hypothétique) réforme de la loi de 1838

  • 21 Il a été élu président de la Société pour l’année 1922. C’est A. Antheaume qui lui succède à cette (...)
  • 22 La question se pose en effet de savoir qui doit prendre en charge le séjour des malades indigents (...)

9Comment interpréter le refus des membres de la Société médico-psychologique d’entériner l’existence d’une catégorie clairement identifiable de « psychopathes non aliénés », nécessitant une forme spécifique de prise en charge ? Traduit-il un rapport de force défavorable aux aliénistes engagés dans le mouvement d’hygiène mentale qui auraient échoué à convaincre leurs pairs de la nécessité de proposer une définition restrictive des malades relevant des services ouverts/libres afin d’obtenir leur légalisation rapide ? L’analyse des débats publiés dans le Bulletin de la Société médico-psychologique montre qu’il n’en est rien. Bien qu’occupant une position stratégique21, Édouard Toulouse ne propose à aucun moment, pour accélérer la reconnaissance du dispositif qu’il est en train d’expérimenter à l’asile Sainte-Anne, de satisfaire la requête du ministre et ne défend que mollement l’appellation de « petit mental » : « On a longuement discuté sur la signification du terme de “petits mentaux”. Je ne sais pas si ce vocable est bien ou mal choisi et je vous avouerai que je m’en soucie peu. Car je vois tous les jours des malades qui n’ont pas attendu de recevoir de nous un nom de baptême pour venir réclamer à Sainte-Anne assistance, soins et conseils », déclare-t-il le 30 octobre 1922. Lorsqu’on lui demande, le 27 mars 1922, quels types de malades il a l’intention d’admettre dans son futur service libre à Sainte-Anne, il élude la question en s’exclamant : « Je n’en sais rien, je vous le dirai dans un an, laissez-moi crédit. » Lors de la séance du 24 juillet, alors que la Société s’interroge sur la réponse à faire au ministre, il reste flou mais reconnaît avoir admis, à titre d’essai précise-t-il, des aliénés véritables, des paralytiques généraux et des toxicomanes qui se sont tous pliés au traitement. Le 30 octobre enfin, il concède que les critères d’admission dans son service sont très extensifs. Les malades qui y sont soignés représentent, dit-il, « tous les degrés des affections mentales, depuis la dépression simple, jusqu’aux psychopathies organiques les plus graves, comme la paralysie générale, en passant par ces états constitutionnels que sont les troubles de l’affectivité, les phobies, les obsessions et aussi les troubles du jugement ; comme les délires chroniques ». Surtout, il affirme que les services libres doivent également admettre des malades dangereux qui seront ensuite transférés dans un service fermé. Alors que Paul Strauss entend, pour des raisons juridiques mais aussi financières22, réserver l’accès aux services libres à une minorité de malades, Toulouse se montre donc hostile à toute « sélection », considérant qu’à quelques exceptions près tous les malades mentaux sont justifiables d’une hospitalisation dans un service libre. Ce qui revient à mettre en cause, dans une majorité de cas, la légitimité de l’internement et l’existence même des asiles sur lesquels les services libres sont appelés à prendre progressivement le pas. « Il y aura toujours des asiles mais leur organisation changera », déclare-t-il le 24 juillet.

10Tel est le point de vue que défend également Maurice Legrain, membre du Conseil supérieur de l’assistance publique surtout connu pour son investissement dans la lutte anti-alcoolique qui, dans un article publié dans les Annales médico-psychologiques de 1922, écrit :

  • 23 Legrain M., « La réforme de l’Inspection », AMP, 1922, p. 390-407, citation p. 390.

« Le but est d’interner le moins possible et de désinterner le plus possible […] il est clair que si l’on construisait des refuges et des établissements capables d’héberger nos pensionnaires qui ne sont rigoureusement pas à leur place dans les asiles, on serait surpris du vide qui se produirait dans ces derniers. Chacun de nous peut se livrer expérimentalement dans son service à ce petit travail de sélection […]23. »

  • 24 Legrain M., « Le projet Grinda et l’hygiène mentale », AMP, 1922, p. 298-319, p. 310.

11Et le médecin-chef de l’asile de Villejuif de synthétiser son projet de reconfiguration de l’assistance psychiatrique dans un schéma qui, avec le recul, apparaît étonnamment moderne (Fig. 1)24. L’asile est en effet relégué à la périphérie, sa seule vocation étant d’admettre des malades dangereux et des malades chroniques. Placés en observation par mesure de précaution, ces malades peuvent espérer un retour dans la société soit directement grâce à un congé de traitement soit par étapes après une période de convalescence qui peut prendre la forme d’une sortie d’essai surveillée, d’un placement dans un patronage, une famille, ou une colonie ou d’un séjour dans une clinique psychiatrique. Cette dernière, essentiellement vouée à la prise en charge de malades aigus ne nécessitant pas un internement, constitue désormais le centre du dispositif et comporte un service social et des consultations externes qui permettent des prises en charge ambulatoires ou à domicile.

Figure 1. L’assistance psychiatrique selon Maurice Legrain, Annales médico-psychologiques, 1922, p. 310.

La résistance des médecins du cadre des asiles

  • 25 À cette date H. Claude vient d’être nommé à la tête de la clinique universitaire de l’asile Sainte (...)

12Force est de constater que la réorganisation en profondeur de l’assistance psychiatrique envisagée par un Toulouse ou un Legrain est loin de faire l’unanimité parmi les aliénistes. En effet, bien que convaincus de l’utilité des services libres, la plupart d’entre eux se reconnaissent dans l’approche malthusienne défendue par leur ministre de tutelle. Le 24 juillet 1922, Henri Colin, rédacteur en chef des Annales médico-psychologiques, déclare ainsi : « Je ne vois pas sans une certaine appréhension le bénéfice des services ouverts étendu, comme le voudraient certains de nos collègues, aux paralytiques généraux, aux toxicomanes, aux mélancoliques, aux malades avec idées de suicide personnel ou collectif […]. » Mais c’est René Charpentier, membre tout comme Henri Colin, Julien Raynier, Édouard Toulouse, André Antheaume et Henri Claude, un autre proche de Toulouse25, de la commission chargée de rédiger la réponse à Paul Strauss, qui, lors de la même séance, met en lumière l’écart entre le projet radical porté par le camp Toulouse et les positions beaucoup plus réservées défendues par une majorité de médecins des asiles :

« M. Toulouse se place sur un terrain un peu différent, celui d’une réforme totale et dans l’hypothèse d’une nouvelle législation. Tandis que notre argumentation porte sur l’organisation actuelle des services ouverts dans le cadre ou plutôt à côté de la loi du 30 juin 1838, qui subsiste, ne l’oublions pas. »

  • 26 Charpentier R., « Chronique. L’hôpital psychiatrique », AMP, 1923, p. 5-11.

13Au cours de l’année 1923, les relations entre les deux camps se dégradent rapidement. En janvier, dans une chronique publiée dans les Annales médico-psychologiques26, René Charpentier fustige les pratiques de Toulouse qu’il accuse d’utiliser son service libre comme une souricière. André Antheaume vole aussitôt au secours du chef de file de l’hygiène mentale dans L’Informateur des aliénistes et des neurologistes. En décembre, toujours dans les colonnes des Annales médico-psychologiques, Charpentier crie alors au sectarisme :

  • 27 Charpentier R, « Chronique. L’hôpital Magnan », AMP, 1923, p. 193-102, p. 194.

« Est-ce un état d’esprit heureux […] que de traiter d’adversaire de l’hygiène mentale tous ceux qui diffèrent d’avis sur un point du programme ou même sur le choix d’un mot ? Voilà, si je ne m’y trompe, de la propagande à rebours. Ou bien faudrait-il considérer l’hygiène mentale, en France, comme une religion nouvelle, et accepter, sans discussion, comme des vérités révélées, tout ce que pourraient imaginer ceux qui seraient tentés de se considérer comme l’incarnation du Verbe27. »

  • 28 Un autre argument mis en avant est l’impossibilité de protéger les biens du malade en dehors du ré (...)
  • 29 Voir par exemple Prince A., « À propos du divorce pour cause d’aliénation mentale. Guérison de deu (...)

14À cette date, la rupture semble consommée. Le conflit se cristallise sur un point majeur : la séparation des malades aigus et des malades chroniques, considérés comme incurables28. Prônée par Toulouse et ses amis, celle-ci est repoussée avec véhémence par une majorité d’aliénistes au nom d’arguments éthiques, scientifiques et de la défense de la profession mais aussi au vu du phénomène des guérisons tardives mis en lumière dans plusieurs études de cas29. Dans sa chronique de mars 1923, René Charpentier s’interroge ainsi :

  • 30 Charpentier R., « Chronique. L’hôpital Magnan », op. cit., p. 200. On ne peut qu’être frappé par l (...)

« Est-il possible et désirable de séparer les malades internés en malades curables et en malades incurables ? […] Cela ne me paraît pas désirable. On aboutirait ainsi à la constitution de garderies d’incurables, de services de deuxième zone, pour lesquels on ne trouverait pas de médecins […] L’étude des malades chroniques incurables est indispensable aux progrès de la psychiatrie et c’est autant par les essais thérapeutiques que par les mesures prophylactiques qu’on peut espérer en réduire le nombre. Le but suprême du médecin n’est-il pas la lutte contre la maladie, lutte dans laquelle aucun découragement n’est permis […] Lorsque les asiles auront des médecins plus nombreux, moins chargés de malades, mieux outillés et mieux rétribués, le problème thérapeutique sera résolu30. »

  • 31 Leroy R., « Chronique. À propos de la séparation des aliénés aigus et chroniques dans les asiles d (...)
  • 32 À savoir les asiles de Ville-Evrard, Maison-Blanche, Villejuif, Perray-Vaucluse et Moisselles. Le (...)
  • 33 Voire aucun.
  • 34 D’autant que les promoteurs de l’hygiène mentale envisagent à plusieurs reprises de confier les se (...)

15Quelques mois plus tard, en décembre 192331, rejetant lui aussi l’assimilation entre chronicité et incurabilité, Raoul Leroy pointe avec insistance le fait que les malades chroniques ont besoin d’autant de soins que les malades aigus voire davantage. L’enjeu est alors de contrer le plan de restructuration élaboré par la Société médicale des asiles de la Seine qui prévoit de transformer les asiles de la périphérie de Paris32 en hospices de chroniques et d’affecter l’essentiel des moyens alloués par le département aux services d’aigus de l’asile Sainte-Anne. Peu envisageable ailleurs que dans la Seine, la plupart des départements français entretenant un seul asile33, la mise à l’écart des chroniques dans des structures peu médicalisées et faiblement dotées en moyens et en personnels se heurte à la résistance d’une majorité de médecins des asiles qui craignent que le démantèlement de l’institution asilaire n’entraine une dévalorisation de leur statut, déjà peu attractif34.

  • 35 Leroy R., « Chronique. À propos de la séparation des aliénés aigus et chroniques dans les asiles d (...)

« Lorsque la Société médicale a préconisé la création de services d’aigus à Ste-Anne, elle a voulu mettre une de nos maisons à la hauteur des progrès de la médecine, ouvrir des centres de recherche et de travail, installer des services avec toutes les ressources d’investigation et de thérapeutiques modernes, en un mot, “l’hôpital psychiatrique pour un traitement intensif, en faveur des affections les plus curables à évolution rapide”. Nous n’avons jamais eu l’idée que cette heureuse innovation pouvait être faite au détriment des asiles suburbains, transformés en nouvelles garderies et où tout foyer scientifique serait éteint. Défenseurs des aliénés, forts de nos connaissances techniques, nous ne donnerons jamais notre assentiment à un projet, qui veut traiter en parias l’immense majorité de nos malades. Nous ne laisserons pas écrire à la porte de nos asiles la sentence fatale : laissez ici toute espérance », s’indigne ainsi R. Leroy35.

  • 36 Car, dans les faits, la plupart des asiles comportent des pavillons dédiés aux malades aigus (pavi (...)
  • 37 Cette note a été publiée dans Raynier J. et Lauzier J., La construction et l’aménagement de l’hôpi (...)
  • 38 Il comporterait également une infirmerie où seront admis les malades souffrant d’une maladie inter (...)
  • 39 Ce pôle serait divisé entre des pavillons de malades tranquilles et travailleurs, des pavillons de (...)
  • 40 Les deux auteurs précisent prudemment : « Sous réserve de bâtiments entièrement distincts et sépar (...)

16Pour autant, sensibles aux arguments avancés par les promoteurs de l’hygiène mentale, les médecins des asiles d’aliénés ne sont pas hostiles à une réorganisation de l’asile qui permette de différencier, de façon plus systématique36, les modes de prise en charge des malades à l’intérieur même de l’asile tout en garantissant leur monopole sur le traitement de l’ensemble des malades mentaux. Dans leur Note sur les constructions asilaires, préparée dans le cadre d’un comité composé d’aliénistes et d’administrateurs de l’assistance37, Julien Raynier et Jean Lauzier suggèrent ainsi de restructurer le territoire des asiles autour d’une série de pôles (Fig. 2) : le pôle « hôpital » serait réservé aux malades aigus, aux convalescents mais aussi aux malades chroniques présentant un épisode aigu38, le pôle « hospice » serait dévolu aux malades chroniques39, alors que les aliénés « criminels, difficiles ou pervers » seraient internés dans le pôle « hospice de sûreté ». L’asile comprendrait enfin un pôle « libre », c’est-à-dire non soumis à la loi de juin 183840, qui comporterait outre un quartier de vieillards difficiles, un quartier d’enfants anormaux susceptible d’accueillir dans des sections distinctes des enfants éducables et des enfants inéducables et un quartier d’épileptiques non aliénés, un « hôpital pour psychopathes, service “ouvert” réservé aux affections mentales de symptomatologie fruste et présumées curables à bref délai, […] pour sujets consentants relevant de traitements spéciaux et dont l’état n’imposerait pas le recours au régime de l’internement et à ses dispositions protectrices ». Celui-ci pourrait être doté d’un dispensaire permettant prises en charge ambulatoires.

Figure 2. L’asile selon Julien Raynier et Jean Lauzier, 1935.

  • 41 Ce livre, réédité à plusieurs reprises, est devenu une référence en matière d’organisation de l’as (...)
  • 42 Cet appel à généraliser les placements volontaires gratuits est relayé, sans grand succès, par deu (...)

17Dans un mémoire couronné par l’Académie de médecine en 1922 et publié dans une version augmentée en 1930 sous le titre L’aliéné et les asiles d’aliénés au point de vue administratif et juridique41, le même Julien Raynier insiste par ailleurs sur le fait que la loi de juin 1838 contient des dispositions peu usitées susceptibles de pallier l’absence d’un service libre. À l’instar de nombre de médecins des asiles, il préconise ainsi de multiplier les sorties d’essai et de généraliser, au lieu des placements d’office, les placements volontaires gratuits, plus faciles à lever et moins stigmatisants pour les malades et pour leur famille mais que les départements réservent pour la plupart aux malades payants42.

*

  • 43 Débat qui croise à maintes reprises le débat sur la réforme de la loi de juin 1838.
  • 44 Rappelons que par un décret d’avril 1937, les asiles ont pris le nom d’hôpitaux psychiatriques.

18L’analyse du débat qui, dans l’entre-deux-guerres, a mobilisé la petite communauté des médecins des asiles autour de la question des services libres/ouverts43, conduit à proposer une relecture de la circulaire Marc Rucart du 13 octobre 1937 « relative à l’organisation de l’assistance aux malades mentaux dans le cadre départemental ». En effet, même si celle-ci encourage les préfets à acclimater dans leur département les formes de prise en charge expérimentées depuis 1922 à l’hôpital Henri Rousselle – le service libre, les consultations externes, le service social –, elle marque non pas, comme on l’a souvent dit, le triomphe du camp Toulouse mais la victoire des médecins des asiles. Ces derniers parviennent en effet à « détourner » ces innovations au profit d’une entreprise de « requalification » et de « remédicalisation » des asiles, voués à la disparition par les chefs de file du mouvement d’hygiène mentale44.

  • 45 La circulaire sur la prophylaxie mentale adressée par le secrétaire d’État à la Famille et à la Sa (...)

19Reste que les retombées de la circulaire Rucart sont pour le moins limitées. Dans la seconde moitié des années 1930, la réforme de l’assistance psychiatrique n’est plus une priorité. Confrontés à une crise économique sans précédent et à une montée en charge des dépenses d’assistance, la plupart des conseils généraux choisissent donc d’ignorer les préconisations du ministre de la Santé et, en dépit des efforts déployés par le gouvernement de Vichy45, celles-ci restent lettre morte jusqu’à la Libération. En outre, dès la fin de la guerre, dans un contexte marqué par la volonté de reconfigurer l’assistance psychiatrique, le débat sur la séparation des aigus et des chroniques, serpent de mer de l’histoire des modes de prise en charge des malades mentaux, resurgit, divisant une nouvelle fois les psychiatres.

Notes

1 L’entre-deux-guerres se caractérise en particulier par un boom du cinéma sanitaire.

2 Pour une approche critique : Murard L., Zylberman P., « Mi-ignoré, mi-méprisé : le ministère de la santé publique 1920-1945 », Les Tribunes de la santé, 2003, 1, p. 19-33.

3 Sur le modèle des dispensaires d’hygiène sociale dans lesquels s’organise la lutte contre la tuberculose et les maladies vénériennes.

4 Voir Rodiet A., Fribourg-Blanc A., La folie et la guerre 1914-1918, Paris, Alcan, 1930.

5 Sur l’apparition des services libres voir M. Thomas G., « Open Psychiatric Services in Interwar France », History of Psychiatry, 15, 2, p. 131-153.

6 Sur le modèle de la Ligue franco-anglo-américaine de lutte contre le cancer, créée deux ans plus tôt.

7 Voir Huteau M., Psychologie, psychiatrie et société sous la Troisième république. La biocratie d’É douard Toulouse, Paris, L’Harmattan, 2002.

8 Voir Fauvel A., Témoins aliénés et “Bastilles modernes”. Une histoire politique, sociale et culturelle des asiles en France (1800-1914), thèse de doctorat d’histoire soutenue en 2005 à l’École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Jacqueline Carroy. Dans l’entre-deux-guerres, le débat sur la réforme de la loi de juin 1838 est plusieurs fois relancé à l’Assemblée et au Sénat.

9 Celle-ci est également consultée par le ministre à qui elle répond dès le mois de juillet.

10 Qui à cette date n’édite pas de Bulletin.

11 En particulier lors du Congrès de Quimper réuni en août 1922.

12 André Antheaume est médecin-chef à l’asile de Charenton.

13 Ceux-ci sont souvent installés dans des asiles.

14 Le terme d’aliéné reste en vigueur jusque dans les années 1950.

15 Édouard Toulouse et les promoteurs de l’hygiène mentale dénoncent en effet les lacunes de l’assistance psychiatrique qui abandonne à leur sort les très nombreux « psychopathes » dont les asiles et les hôpitaux généraux ne veulent pas et qui n’ont pas les moyens de séjourner en maison de santé. Lorsqu’ils sont finalement internés, la gravité de leur état ne permet plus de les guérir.

16 Jusqu’ici c’est l’expertise de l’Académie de médecine qui était sollicitée en matière d’assistance psychiatrique.

17 Cité dans les Annales médico-psychologiques (AMP), 1922, p. 182.

18 On parlerait aujourd’hui d’adhésion ou de non adhésion aux soins.

19 Ce dernier a été chargé de rédiger la réponse faite au ministre par la Société médicale des asiles de la Seine.

20 AMP, 1923, compte-rendu de la séance du 23/12/1922, p. 57.

21 Il a été élu président de la Société pour l’année 1922. C’est A. Antheaume qui lui succède à cette fonction en 1923.

22 La question se pose en effet de savoir qui doit prendre en charge le séjour des malades indigents traités dans un service libre. En effet, ceux-ci ne relèvent pas de la loi de juin 1838, financée principalement par les départements, mais de l’AMG (Assistance médicale gratuite), financée principalement par les communes.

23 Legrain M., « La réforme de l’Inspection », AMP, 1922, p. 390-407, citation p. 390.

24 Legrain M., « Le projet Grinda et l’hygiène mentale », AMP, 1922, p. 298-319, p. 310.

25 À cette date H. Claude vient d’être nommé à la tête de la clinique universitaire de l’asile Sainte-Anne et s’apprête à ouvrir un petit service libre.

26 Charpentier R., « Chronique. L’hôpital psychiatrique », AMP, 1923, p. 5-11.

27 Charpentier R, « Chronique. L’hôpital Magnan », AMP, 1923, p. 193-102, p. 194.

28 Un autre argument mis en avant est l’impossibilité de protéger les biens du malade en dehors du régime de l’internement.

29 Voir par exemple Prince A., « À propos du divorce pour cause d’aliénation mentale. Guérison de deux cas de “Schizophrénie” de longue durée », AMP, 1923, p. 314-330. Le phénomène des guérisons tardives motive le refus des aliénistes de fixer un délai au-delà duquel le divorce pourrait être consenti au conjoint d’un aliéné.

30 Charpentier R., « Chronique. L’hôpital Magnan », op. cit., p. 200. On ne peut qu’être frappé par l’optimisme qui se dégage de ces propos, à un moment où l’arsenal thérapeutique dont disposent les aliénistes est pour le moins limité même si la diffusion de la malaria-thérapie a inauguré l’ère des thérapeutiques biologiques.

31 Leroy R., « Chronique. À propos de la séparation des aliénés aigus et chroniques dans les asiles d’aliénés de la Seine », AMP, 1923, p. 385-397.

32 À savoir les asiles de Ville-Evrard, Maison-Blanche, Villejuif, Perray-Vaucluse et Moisselles. Le département possède en outre deux colonies familiales et un asile agricole explicitement dévolus aux malades chroniques. Un grand nombre de malades chroniques issus de la Seine sont par ailleurs placés dans des asiles de province où les prix de journée sont moins élevés.

33 Voire aucun.

34 D’autant que les promoteurs de l’hygiène mentale envisagent à plusieurs reprises de confier les services de malades aigus à des médecins extérieurs au cadre des asiles.

35 Leroy R., « Chronique. À propos de la séparation des aliénés aigus et chroniques dans les asiles d’aliénés de la Seine », op. cit., p. 397.

36 Car, dans les faits, la plupart des asiles comportent des pavillons dédiés aux malades aigus (pavillons d’entrants). Dans les asiles installés dans une ville universitaire, les aigus sont traités dans le service clinique.

37 Cette note a été publiée dans Raynier J. et Lauzier J., La construction et l’aménagement de l’hôpital psychiatrique et de l’asile d’aliénés, Paris, Éditions de L’Aliéniste français, 1935.

38 Il comporterait également une infirmerie où seront admis les malades souffrant d’une maladie intercurrente, contagieuse ou non.

39 Ce pôle serait divisé entre des pavillons de malades tranquilles et travailleurs, des pavillons de malades gâteux et affaiblis, des pavillons de malades agités et des pavillons d’épileptiques aliénés.

40 Les deux auteurs précisent prudemment : « Sous réserve de bâtiments entièrement distincts et séparés, d’autorisation ministérielle préalable et d’approbation ministérielle du règlement particulier du service intérieur. »

41 Ce livre, réédité à plusieurs reprises, est devenu une référence en matière d’organisation de l’assistance psychiatrique.

42 Cet appel à généraliser les placements volontaires gratuits est relayé, sans grand succès, par deux circulaires ministérielles de 1930 et 1938. Craignant une augmentation du nombre des malades internés, la plupart des départements y sont hostiles.

43 Débat qui croise à maintes reprises le débat sur la réforme de la loi de juin 1838.

44 Rappelons que par un décret d’avril 1937, les asiles ont pris le nom d’hôpitaux psychiatriques.

45 La circulaire sur la prophylaxie mentale adressée par le secrétaire d’État à la Famille et à la Santé, Serge Huard, aux directeurs régionaux de la Santé et de l’Assistance en date du 6 juin 1941 s’inscrit dans la continuité revendiquée de la circulaire Rucart.

Table des illustrations

Légende Figure 1. L’assistance psychiatrique selon Maurice Legrain, Annales médico-psychologiques, 1922, p. 310.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 2. L’asile selon Julien Raynier et Jean Lauzier, 1935.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118740/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540