Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

1. Expériences psychiatriques

Le Bon Sens, revue de l’Entr’Aide psycho-sociale féminine d’Eure-et-Loir (1949-1974). Contribution à l’histoire de la vie quotidienne en hôpital psychiatrique

Emmanuel Delille

Texte intégral

  • 1 Les sources de cet article sont les suivantes : Le Bon Sens,revue trimestrielle de l’Entr’Aide Psy (...)

1Le Bon Sens est une revue confectionnée par les patientes et les ergothérapeutes du service des femmes de l’Hôpital Psychiatrique de Bonneval (Eure-et-Loir) entre 1949 et 19741. Les ergothérapeutes aident à la rééducation par des activités centrées sur la vie quotidienne, souvent à l’aide de techniques artisanales ou artistiques. La réalisation d’une revue, qui offre la possibilité de parler de soi et/ou de rendre publique la vie des services psychiatriques au-delà des murs de l’établissement, est l’une des activités les plus répandues. Je ne parlerai pas ici de l’histoire des écrits d’aliénés qui suscitaient déjà l’intérêt au XIXe siècle, mais on trouvera en annexe une liste indicative de revues d’hôpitaux psychiatriques pour la période considérée, beaucoup moins bien documentée par les historiens contemporanéistes.

  • 2 Pérec G., « Approches de quoi ? » (1973), L’Infra-ordinaire, Paris, Le Seuil, 1989, p. 11.
  • 3 Certeau M. de, L’invention du quotidien. 1 Arts de faire, Paris, Gallimard, [1980] 1990 (nouvelle (...)

2Mon approche du document est celle de l’histoire de la vie quotidienne : une revue comme Le Bon Sens est l’envers des journaux que l’on achète en kiosque et qui vendent du sensationnel. En effet, son contenu fait plutôt penser à ce que l’écrivain Georges Perec (1936-1982) appelait l’infra-ordinaire : « les journaux parlent de tout, sauf du journalier [...] ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est-il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire2 ? » À partir des concepts élaborés par les historiens Michel de Certeau et Luce Giard, je souhaite prendre le contre-pied de l’image de l’hôpital comme lieu de consommation culturelle où les usagers sont « supposés voués à la passivité et à la discipline3 ».

Rénovation de l’hôpital psychiatrique et ergothérapie après 1945

  • 4 Cf. Ey H., Rappard-Berchtold R., Igert C., « Le Centre de Traitement et de Réadaptation Sociale de (...)
  • 5 La question de l’opportunité de Sociétés de Patronage pour les aliénés sortis guéris ou améliorés (...)
  • 6 Voir par exemple Diebolt E., De la quarantaine au quarantenaire : histoire du foyer de postcure ps (...)

3L’Entr’Aide Psycho-sociale Féminine d’Eure-et-Loir (association loi 1901) et Le Bon Sens ont été lancés en 1949 par Henri Ey (1900-1977), médecin chef du service des femmes de Bonneval, qui venait d’obtenir de l’État et de la nouvelle Caisse Régionale de la Sécurité Sociale les fonds nécessaires pour moderniser son service, sous la forme d’un Centre de Traitement et de Réadaptation Sociale (C.T.R.S.). Un crédit de 48 millions de francs4 est accordé pour l’exécution des travaux de rénovation et la création d’un service libre. Après l’expérience de la guerre, la réhabilitation des internés et la lutte contre la chronicité des maladies mentales sont au cœur du projet médical. Certes, l’idée de créer des clubs thérapeutiques n’est pas nouvelle, elle remonte au XIXe siècle5. Mais plus précisément, Henri Ey s’inspire des innovations introduites par Georges Daumézon, François Tosquelles, Louis Le Guillant, Lucien Bonnafé ou Paul Sivadon dans leurs services respectifs6. Le Bon Sens atteste à de nombreuses reprises que le service de Daumézon à Fleury-les-Aubrais (près d’Orléans) est un lieu visité à titre d’exemple, par les soignants comme par les soignés de Bonneval. La modernisation des infrastructures va de pair avec la formation d’un personnel infirmier laïque (création d’une école et d’un diplôme à Bonneval). Les besoins sont importants, car l’équipe soignante se compose d’une centaine d’infirmières, un chiffre qui comprend encore les religieuses de la Communauté Saint-Paul de Chartres (les infirmières laïques se substituent progressivement à elles, la dernière Mère Supérieure quitte le service en même temps qu’Henri Ey en 1970), et six monitrices d’ergothérapie nouvellement formées, auxquelles il faut ajouter quatre internes pour le seul service des femmes dirigé par Henri Ey, un médecin assistant et des médecins stagiaires étrangers. Il y a six sections classiques dans ce service : le service des agitées, la Clinique (service d’admission, anciennement Infirmerie), le Service libre, le Pensionnat (supprimé en 1962), le service des travailleuses (service composé en principe d’arriérées à qui sont confiés des travaux agricoles et qui bénéficient d’un repas plus riche en calories), l’Hospice (vieillards). Avant l’application de la sectorisation (l’aménagement des soins par secteur de 50 000 habitants est mis en œuvre en 1970), le service des femmes gère 377 lits en 1966 (environ 300 lits sont utilisés pour plus de 400 entrées).

4Selon ses statuts, l’association est ouverte à toutes les bonnes volontés. On y trouve notamment des conseillers municipaux de Bonneval et des notables des villes alentour. La revue n’est pas dirigée par les médecins, mais conjointement par les infirmières et les patientes – qui conservent leur droit d’association dans le cadre de la loi. Les ergothérapeutes, surveillantes ou infirmières nouvellement formées, font fonction d’animatrice de groupes thérapeutiques. L’assistante sociale appointée par l’association, dotée d’une voiture 2 CV, est le pivot des projets de sortie temporaire, de réinsertion professionnelle et de placement familial.

5Les ateliers d’ergothérapie sont principalement la reliure, la vannerie et le raphia (objets ménagers que l’on tisse avec des feuilles), le tri des haricots (par exemple pour les patientes atteintes d’arriération mentale), une école ménagère, l’imprimerie, un groupe culturel (axé sur la lecture et la visite de monuments historiques), la couture et la confection de jouets pour enfants – en fonction des capacités de chacun. Le cultuel n’est pas séparé du culturel : les pèlerinages religieux, conçus pour une population fortement rurale et catholique, entrent dans la série des activités ordinaires organisées par l’Entr’Aide.

Monotonie versus tactiques de la vie quotidienne

  • 7 On peut épiloguer sur le titre qu’Henri Ey a certainement choisi en personne pour la revue, pourta (...)

6En lançant Le Bon Sens7 le projet d’Henri Ey est très pragmatique : il indique dans ses premiers éditoriaux qu’il ne faut pas que les patientes restent inoccupées, mais au contraire qu’elles se divertissent, se stimulent mutuellement en s’occupant les unes des autres et en prenant en charge ensemble leur retour à la vie en société. La ligne éditoriale sera maintenue jusqu’aux années 1970. Le médecin chef ne lit Le Bon Sens qu’après son impression à l’hôpital, piquant alors éventuellement une colère, mais sans intervenir davantage : ce n’est pas nécessaire, son autorité est d’autant plus respectée qu’elle est fortement intériorisée dans ce milieu rural. C’est une donnée importante : en comparant Le Bon Sens à d’autres revues similaires, issues de services de femmes ou mixtes, la variable rural/urbain semble la plus pertinente pour apprécier la différence de ton des usagers des services et pour rendre compte de la diversité des sujets abordés. J’y reviendrai plus loin à partir d’exemples.

  • 8 Aïach P., Cèbe D., Cresson G. et Philippe C. (dir.), Femmes et hommes dans le champ de la santé. A (...)

7Les internes et les médecins assistants décident à quel moment une malade est prête à aller à l’ergothérapie. Aucune section du service n’était privilégiée. Mais une autre actrice doit être prise en compte dans le processus de prise de décision, dont l’action est plus difficile à évaluer alors qu’elle s’inscrit précisément dans le quotidien : la communauté religieuse. Elle participe au Bon Sens et aux activités de l’Entr’Aide, mais elle est mal différenciée des infirmières et des patientes dans le corpus. Les articles sont l’expression de cette communauté féminine globale, encore très catholique, et dans laquelle il est parfois difficile de distinguer soignantes et soignées, qui écrivent ensemble, mais signent rarement. Cette indistinction n’est pas seulement à comprendre selon un rapport de domination (les soignées dominées par les soignantes, les soignées et soignantes dominées par un pouvoir médical masculin), mais encore à replacer dans le cadre des réflexions sur le care (soin), qui rappellent que les femmes produisent « la majeure partie de ces soins dans la plus grande discrétion8 ».

  • 9 Cf. Certeau M. de, op. cit., p. 109.

8Comment se présente le document ? C’est un petit format obtenu par des feuilles de format A4 pliées et reliées en leur milieu, dénué de pagination, recouvert d’une couverture cartonnée représentant l’entrée de l’Abbaye Saint-Florentin qui abrite l’hôpital. On trouve des récits, des poèmes et des témoignages de patientes récemment entrées ou nouvellement sorties, des informations sur la vie des services, en particulier leur rénovation et les mouvements du personnel, une description renouvelée des ateliers d’ergothérapie, quelques éditoriaux ou notes de médecins sur les thérapeutiques psychiatriques, le rapport moral et financier de l’Entr’Aide, des récits de fêtes (kermesse annuelle) et de sorties, très prisées par les usagers du service, toujours l’occasion d’une petite histoire à raconter. Les histoires fournissent aux pratiques quotidiennes l’écrin d’une narrativité9, un intermédiaire entre l’ordinaire et la fiction. J’ajouterai qu’il n’est pas ou peu question des maladies auxquelles sont assignées les malades par le pouvoir médical : le diagnostic ne fait pas l’objet de réappropriations dans la revue. L’absence d’une revue pour le service des hommes ne permet pas d’apprécier si cette donnée est à comprendre par rapport au genre, d’autant plus que presqu’aucune information ne filtre sur l’autre service de Bonneval dans Le Bon Sens.

9On trouve aussi à partir des années 1950-60 de la réclame pour les commerçants de Bonneval et des publicités de firmes pharmaceutiques pour neuroleptiques, une manne pour l’Association, qui apprend à gérer des appartements, des soutiens financiers de réinsertion et tout un dispositif inventif de postcure. Beaucoup de remerciements sont alternativement adressés au médecin chef, à la Préfecture et à l’Église… à côté des annonces de naissances, mariages et décès, etc. Les rubriques suivent inlassablement le rythme monotone des saisons et des jours de fête du calendrier.

  • 10 Ibidem, p. 24. Michel de Certeau et Luce Giard mettent l’accent sur la culture commune et quotidie (...)

10En construisant mon document historique à partir de ce matériau a priori banal, je souhaite maintenant montrer que Le Bon Sens participe aux tactiques de la vie quotidienne au sens de Michel de Certeau et de Luce Giard, qui réfutaient les « thèses communes sur la passivité des consommateurs et la massification des conduites10 », à partir de l’analyse d’actes de réappropriation des pratiques culturelles.

Écarts et ruses de la raison

11Mon idée directrice est donc de ne pas faire du Bon Sens une illustration de la pratique psychiatrique d’Henri Ey, mais d’observer les ruses que les auteures de cette revue déploient dans la vie quotidienne pour faire valoir leurs préférences, choisir leurs activités culturelles selon leurs manières de faire. Comment les patientes d’un service psychiatrique créaient-elles un écart entre les activités envisagées par leur association, le plus souvent marquées du sceau de la routine, et les pratiques dont elles se font vraiment actrices ? Premièrement en s’étonnant de l’ordinaire là où il a cessé de nous surprendre : en interrogeant la matière dont est fait le banal dans un service psychiatrique, ou encore les nouveaux objets de consommation apportés par la modernité dans le contexte spécifique de l’hospitalisation.

  • 11 Anonyme, « La tête des nôtres », Le Bon Sens, no 13-14, novembre 1953-février 1954.
  • 12 Le groupe Culturel, « Re-naissance à l’hôpital psychiatrique », Le Bon Sens, no 36, 3e trimestre 1 (...)

12Voici le premier d’une série d’exemples : si les patientes de Bonneval témoignent de leur émerveillement après les séances de cinématographe qui ont lieu à l’hôpital, cela ne les empêche pas de critiquer la programmation ; dans l’un des premiers numéros de 1949, une voix s’élève contre la projection trop convenue de vieux films coupés par des actualités comme on le faisait à l’époque, « actualités » qui ne l’étaient plus. Autre écart inattendu, lors des fêtes, les patientes organisent souvent de petites pièces de théâtre, des concerts, et des chants. Des saynètes récréatives sont parfois improvisées, des femmes travesties en hommes (pour mardi-gras) viennent rappeler la non-mixité de l’hôpital, mais les sujets choisis révèlent aussi des surprises : par exemple, s’il n’existe pas de texte dans Le Bon Sens qui témoigne d’une rupture dans les traitements psychiatriques après l’introduction des premiers neuroleptiques (1952), leur nom fait soudain irruption dans la vie festive de Bonneval, à l’occasion du pot de départ d’un médecin argentin en stage en 1954, trois patientes jouant dans une saynète « Miss Largactil, Miss Phénergan et Miss Eunoctal11 », du nom de trois médicaments ! Un dernier exemple d’écart entre l’offre de consommation et les pratiques culturelles inventées pour faire le lien entre l’intérieur et l’extérieur de l’établissement nous est offert par la lecture et l’appropriation de l’œuvre de Proust. En effet l’Entr’Aide, qui connaît des vicissitudes au fur et à mesure des entrées et des sorties des pensionnaires, décide d’utiliser Proust pour briser la glace avec les nouvelles patientes, et d’aller visiter la ville d’Illiers, le fameux modèle de Combray de La Recherche du temps perdu… qui se trouve du côté de Bonneval12.

S’étonner, interroger l’habituel : pas de rénovation du service sans poste de T.S.F.

  • 13 Lüdtke A. (dir.), Histoire du quotidien, Paris, Édition de la Maison des Sciences de l’Homme, [198 (...)
  • 14 Anonyme, « La vie du service. Le réveillon », Le Bon Sens, no 8, avril 1952.
  • 15 M. A., « Le 14 juillet », Le Bon Sens, no 8, août 1952.
  • 16 H. S et L. C., « Fête présentée par la Grève », « Fête des Rives », « Fête de l’Hospice », « Fête (...)
  • 17 G. D., « Dimanche 9 novembre 1952 », ibid., février 1953.
  • 18 Anonyme, « Ambiance & Ustensiles », Le Bon Sens, no 17, 4e trimestre 1954.
  • 19 Cf. Anonyme, « La vie des sections », Le Bon Sens, no 28, 3e trimestre 1957. Le docteur Barte mett (...)
  • 20 Les ouvrières de l’atelier de raphia, « Un rêve réalisé », Le Bon Sens, no 31, 2e trimestre 1858.

13Selon l’historien allemand Alf Lüdtke, la routine « décharge les individus de l’incertitude ou des doutes permanents13 ». Certes, mais comment fut vécue cette routine par les usagers d’un service psychiatrique ? En dépouillant le fonds du Bon Sens je me suis aperçu que l’une des requêtes le plus souvent formulées pour accompagner les activités routinières était l’achat d’un poste de T.S.F. La radio, le piano mécanique et le cinéma sont souvent associés. Voici une nouvelle série d’exemples : en 1952 un texte d’Henri Ey intitulé « La modification du service » est suivi d’un autre texte de patiente intitulé « La vie du service14 », qui met en avant la gaîté apportée par le poste de T.S.F. un soir de Noël, associé au goût des mandarines (un luxe à l’époque). La même année, une patiente se plaint à propos de la fête du 14 juillet15 que le son du « phono » sur lequel elle a dansé était trop faible, mais garde le souvenir d’un jour de liberté. En 1953, les demandes s’intensifient : un pick-up16 est prêté pour deux fêtes, aux services de la Grève et des Colonnes ; un autre service, les Rives, se plaint de l’absence de musique lors d’autres festivités – l’objet reproducteur de musique étant visiblement un objet de rivalité entre les services. Une autre patiente évoque la même année une autre fête sur un ton chagrin, mais surtout elle regrette ne pas pouvoir écouter la radio à l’ergothérapie17. En 1954, un texte intitulé « Ambiance & Ustensiles18 » – témoignage d’une patiente sur son premier repas à l’hôpital –, raconte sa surprise de la convivialité qui règne dans le service, parle de viande, de vin et de T.S.F. Comme à l’extérieur de l’hôpital, la musique est associée à l’alcool, qui est accessible librement à la cafétéria gérée par l’association19. Un texte de 1958, qui relate l’achat d’un poste de radio, s’intitule « Un rêve réalisé20 », tandis que l’École ménagère du service réclame un poste de T.S.F. en 1959 pour se mettre en relation avec le monde extérieur :

  • 21 Groupe de l’Ecole Ménagère, Le Bon Sens, no 37, 4e trimestre, 1959. À noter que le bilan financier (...)

« En ce moment, le petit groupe s’entend très bien et la gaieté y règne, mais ce serait plus intéressant si nous avions un poste de T.S.F. qui nous mettrait davantage en relation avec le monde extérieur. Nous espérons en avoir bientôt un et il sera le bienvenu21. »

14La vie extérieure est aussi au premier plan des impressions des premières téléspectatrices de l’hôpital. La télévision arrive en 1960 au service payant du pensionnat :

  • 22 Le Pensionnat, Le Bon Sens, no 41, 4e trimestre 1960.

« Le clou du Pensionnat : la “télévision”. Comme toutes sont silencieuses & intéressées par ce spectacle nouveau. Le programme en est varié : le Dimanche matin, grand’messe. Puis sports, variétés, quelques films et le journal parlé avec ses reportages en direct qui nous donne un aperçu de vie extérieure. Pour toutes je dis « Hourra ! » Merci pour la Télé22. »

  • 23 Je suis en désaccord sur ce point avec Michel de Certeau et Luce Giard, qui définissaient (il y a (...)

15La messe à la télévision : la vie culturelle à l’hôpital est un lieu d’acculturation comme les autres, hybride entre les traditions et les nouvelles pratiques de consommation de masse23. À noter que le Général de Gaulle arrive aussi à Bonneval par la télévision : il fait sa première apparition dans Le Bon Sens avec le petit écran, alors que ni les événements qui provoquèrent la chute de la IVe République (1958), ni les événements de mai 1968 n’y figurent ! Cela signifie aussi que, si la vie politique ne fait pas ou peu partie des événements qui rythment la vie d’un hôpital psychiatrique rural, les médias de masse participent néanmoins à leur réappropriation.

Saisir les occasions, voyager, braconner

  • 24 H. S., « Les Kermesses. Visite à la capitale », Le Bon Sens, no 10, février 1953.

16Les sorties sont aussi un thème fondamental qui s’invite au détour des rubriques. On comprend aisément pourquoi : même s’il s’agit en règle générale de sorties d’un jour, « sortie » signifie aussi guérison et départ de l’hôpital. C’est un mot surdéterminé, très investi émotionnellement. Par exemple, en 1953 une patiente détourne la rubrique « Kermesse » pour décrire la capitale visitée où elle est partie acheter des objets, sans parler de la fête24.

  • 25 Voir par exemple Josette F., « Exposition et expédition », Le Bon Sens, no 29, 4e trimestre 1957.

17Outre les promenades en autocar, la visite des châteaux de la Loire et les pèlerinages comme Lisieux, les soignantes et les soignées vont aussi ensemble sur les routes pour aller visiter d’autres services psychiatriques en cours de rénovation. Une grande exposition des ateliers d’ergothérapie des hôpitaux psychiatriques français eut lieu du 15 au 25 octobre 1957 à l’Hôtel de Ville de Paris. Henri Ey fit réaliser des panneaux explicatifs, accompagnés de photographies ; d’autres services présentèrent des objets produits dans leurs ateliers, brièvement décrits dans Le Bon Sens. À cette occasion, les descriptions émerveillées de Paris ne manquent pas25, mais elles sont à mettre en regard avec d’autres récits plus critiques. Dans un article de 1961, intitulé « Voyage à Paris », le dépaysement se transforme en procès des grands ensembles des faubourgs de Paris : le monde extérieur en mutation est aussi une source d’inquiétude, et l’origine rurale des auteures joue ici certainement un rôle, quand l’une d’entre elles projette la représentation d’une maladie grave sur cet environnement urbain étranger :

  • 26 Sophie, « Voyage à Paris », Le Bon Sens, no 44, 3e trimestre 1961.

« La seule chose qui nous a attristées c’est de voir ces nombreuses termitières qui se construisent maintenant dans Paris & ses environs. Ces maisons aux nombreux étages, ces casernes, nous paraissent lugubres, surtout pour ceux qui habitent les rez-de-chaussée, les étages du dessous. Quand ces bâtiments sont serrés les uns contre les autres, comme c’est le cas dans Paris il doit y avoir très peu d’air. Ces rez-de-chaussée parisiens nous semblent insalubres des nids à tuberculose semble-t-il26. »

18Je citerai un dernier texte, où la traditionnelle sortie à Versailles se finit par un tour à Orly, à la demande des patientes, qui se montrent manifestement plus intéressées par le nouvel aéroport que par la visite convenue du château ! :

  • 27 J. F., « Promenade à Versailles », Le Bon Sens, no 49, 4e trimestre, 1962.

« Nous avons quitté Versailles pour Orly ; cette nouvelle gare d’aviation nous avait attirées. Quel monument spacieux et éclatant de modernisme ! Nous sommes passées devant la gare aérienne. Puis, nous avons vu les géants de l’air ; nous les admirions d’une terrasse. Il y a six terrasses superposées au-dessus de la gare ; dans l’une d’elles, il y a un restaurant spacieux. Au-dessus, un petit bar où nous nous sommes régalées de crêpes. Puis nous avons regardé les Boeings prendre leur vol vers New York : un P.A.A., un TWA et un Boeing Air France. Nous avons vu l’arrivée d’un avion avec son commandant, la jolie hôtesse de l’air aidant un infirme à débarquer. C’est superbe ! Sublime même, quand on assiste à l’envol de ces magnifiques vaisseaux aériens. Nous sommes rentrées le soir vers huit heures ; voyage sans incident, tout s’est bien passé. Nous sommes ravies de cette longue journée et prêtes à repartir27. »

Épilogue

  • 28 Aïach P., Cèbe D., Cresson G. et Philippe C.,op. cit., 2001.

19Au terme de cette analyse je ne voudrais pas donner l’impression qu’une revue comme Le Bon Sens est pleinement représentative de la vie institutionnelle. Il n’y est jamais question des conflits par exemple et, selon les chercheurs en sciences sociales qui travaillent sur les rapports sociaux de sexe28, la négation de la violence et la psychologisation systématique vont de pair avec le déni de la violence faite aux femmes. Je ne voudrais pas non plus faire croire qu’elles sortent toujours victorieuses de l’organisation du service hospitalier, de leur maladie et de leur désocialisation. Au contraire, le thème de la fuite du temps est central dans la revue.

  • 29 Bibliographie indicative des revues (francophones) de patients dans les services psychiatriques 19 (...)
  • 30 J. L., « Les journaux ! », Le Tremplin, no 14, mai 1949, p. 4-5.
  • 31 Roumieux A., Ville-Évrard. Murs, destins et histoire d’un hôpital psychiatrique, Paris, L’Harmatta (...)
  • 32 Géraud G., « À propos d’un film : À bout de souffle. Analogie sous forme d’introduction », La vie (...)
  • 33 Garnet J., « Un homme et une femme », La vie de l’Élan, 15 sept. 66, p. 5-7.
  • 34 Tamisier, Fiorèse, « Table ronde : la guerre du Vietnam », La vie de l’Élan, 22 et 29 septembre 19 (...)

20Si on compare Le Bon Sens à d’autres revues hospitalières à la même époque29, mais en milieu urbain, on constate que le ton est beaucoup plus vif en ville, et que les sujets abordés sont davantage orientés vers le monde extérieur. Par exemple dans Le Tremplin (C.T.R.S. de Ville-Évrard, L’Élan Retrouvé), on trouve des textes sur le rôle crucial des journaux dans l’univers de la réclusion psychiatrique : « Nous tous ici, qui vivons en marge si loin de la vie, attendons ce mince trait d’union qui nous relie avec cette agitation que nous sentons confusément naître et grandir par-delà nos murailles30. » Des titres terribles aussi, comme « Toujours l’Enfer Concentrationnaire », après un double fait divers qui a eu lieu dans un service psychiatrique parisien ; ce type de tribune libre est introuvable dans Le Bon Sens, toujours très policé, alors que le contenu du Tremplin était pourtant contrôlé par un moniteur qui veillait à éviter tout dérapage visant l’autorité médicale31. Dans les années 1960, la revue de l’Élan bat au rythme de la vie culturelle parisienne : une critique du film À bout de souffle de Jean-Luc Godard, rédigée par une femme qui se présente comme vivant en hôpital psychiatrique, propose une réflexion sur l’absurdité de la vie et sur la difficulté de discerner ce qui est réel et ce qui est un décor pour elle32. Une autre critique écrite par une autre femme parle du film Un homme et une femme de Claude Lelouch, de l’amour, de la révolte et du deuil33. Le même numéro évoque des tables rondes qui ont lieu sur la guerre du Vietnam34. Sans multiplier les exemples, le contraste montre le fossé qu’il y a entre la revue d’un hôpital des champs et celle d’un hôpital des villes.

21Si Le Bon Sens peut laisser croire qu’il ne s’est rien passé en mai 1968 à Bonneval, parce qu’il n’enregistre aucun événement qui sorte de l’ordinaire pour les patientes cette année-là, ce n’est pas une réalité partagée. Au cours d’un entretien, effectué pour recueillir des témoignages sur l’Entr’Aide, une ancienne assistante sociale qui était alors syndiquée s’est souvenue qu’il y avait eu des piquets de grève à l’hôpital. Seulement, le changement viendra dans une temporalité décalée, après le départ d’Henri Ey. On trouve un ton plus irrévérencieux dans les années 1970, et des textes détonants, par exemple des manifestes mi-poétiques, mi-politiques, écrits par un nouveau médecin chef aux tendances maoïstes et lui aussi opposé à la guerre du Vietnam. Mais ce type d’article arrive avec la fin de la revue.

22En effet, après le tournant des années 1970 Le Bons Sens devient l’organe de l’Entraide Psycho-Sociale des Secteurs d’Eure-et-Loir. La revue se modernise et change de format pour paraître sur papier glacé, en vain. Elle disparaît en 1974, alors que l’association de l’Entr’Aide perdure sous la forme d’une Société Croix Marine. Selon les témoignages, les nouveaux médecins ne s’intéressaient plus beaucoup aux ateliers d’ergothérapie, jugés vieillots, archaïques et démodés. La nouvelle mixité est aussi un des facteurs explicatifs de l’abandon : les hommes choisissent d’autres vecteurs d’expression que l’écrit en ergothérapie. Enfin, le site de Bonneval devenait secondaire dans le plan de la sectorisation par rapport aux autres villes du département (Châteaudun, Chartres, Dreux et Nogent), l’expérience ne se transmettait plus et ne correspondait plus au projet d’une sociabilité à retrouver, mais exprimait de plus en plus des revendications de liberté individuelle, les derniers articles étant le plus souvent signés.

Notes

1 Les sources de cet article sont les suivantes : Le Bon Sens,revue trimestrielle de l’Entr’Aide Psycho-sociale Féminine d’Eure-et-Loir, 93 numéros parus, Bonneval, 1949-1974 ; Le Tremplin, revue du C.T.R.S. de Ville-Évrard ; devient par la suite La vie de l’Élan. Choix de fascicules consultés des années 1940 aux années 1970, en regard d’autres revues hospitalières. Des entretiens ont été réalisés en février 2010 avec Madame Mauricette Grosse (infirmière au service des femmes, puis surveillante) ; Madame Simone van der Stuyft (infirmière au service des femmes, puis ergothérapeute) et Madame Lucette Barbarin (assistante sociale au compte de l’Entr’Aide Psycho-sociale Féminine d’Eure-et-Loir). Pour un témoignage médical, cf. Rappard D., « Henry Ey et les clubs thérapeutiques : l’entraide psychosociale féminine d’Eure et Loir », Pratiques en santé mentale, vol. 45, no 3, 1999, p. 5-10. Ce travail sur Le Bon Sens entre dans le cadre d’une monographie à venir sur l’hôpital de Bonneval. Je remercie Monsieur Hervé Lanoë, directeur du Centre Hospitalier Henri Ey, ainsi que le réseau des documentalistes et archivistes ASCODOCPSY.

2 Pérec G., « Approches de quoi ? » (1973), L’Infra-ordinaire, Paris, Le Seuil, 1989, p. 11.

3 Certeau M. de, L’invention du quotidien. 1 Arts de faire, Paris, Gallimard, [1980] 1990 (nouvelle édition de Luce Giard), p. 35.

4 Cf. Ey H., Rappard-Berchtold R., Igert C., « Le Centre de Traitement et de Réadaptation Sociale de l’Hôpital Psychiatrique de Bonneval », Notes et Documents, 3-4, Paris, FNOSS, 1960.

5 La question de l’opportunité de Sociétés de Patronage pour les aliénés sortis guéris ou améliorés des asiles a été posée lors du congrès de médecine mentale de 1893 (rapport du Dr Giraud). Des clubs psychothérapeutiques furent créés en 1938 en Angleterre par l’Américain Clifford W. Beer, dans le but de réintégrer les malades dans la vie sociale normale en leur laissant prendre des initiatives. Les Sociétés d’Hygiène Mentale de Croix-Marine (1947, sur le modèle de la Croix Rouge) incarnent un projet similaire en France ; l’Entr’Aide Psycho-sociale Féminine d’Eure-et-Loir y adhère en 1962. Cf. Arveiller J.-P. (dir.), Pour une psychiatrie sociale, Paris, Ères, 2002.

6 Voir par exemple Diebolt E., De la quarantaine au quarantenaire : histoire du foyer de postcure psychiatrique de l’Élan, Paris, L’Elan Retrouvé, 1997.

7 On peut épiloguer sur le titre qu’Henri Ey a certainement choisi en personne pour la revue, pourtant un rapide coup d’œil sur l’annexe permet de constater que la plupart des revues similaires choisissent des noms drôles ou ambigus. Le lectorat visé est le monde extérieur, mais il ne dépasse certainement pas beaucoup les familles de malades, les habitants de Bonneval et les autres journaux de services psychiatriques sur le territoire français, qui forment déjà un réseau actif en 1949.

8 Aïach P., Cèbe D., Cresson G. et Philippe C. (dir.), Femmes et hommes dans le champ de la santé. Approches sociologiques, Rennes, éditions de l’ENSP, 2001, p. 14. Sur la notion de care, voir Molinier P., Laugier S. et Paperman P., Qu’est-ce que le care ? Souci des autres,sensibilité,responsabilité, Paris, Payot et Rivages, 2009.

9 Cf. Certeau M. de, op. cit., p. 109.

10 Ibidem, p. 24. Michel de Certeau et Luce Giard mettent l’accent sur la culture commune et quotidienne en tant qu’elle est appropriation (ou réappropriation), sur la consommation ou réception considérée comme une manière de pratiquer.

11 Anonyme, « La tête des nôtres », Le Bon Sens, no 13-14, novembre 1953-février 1954.

12 Le groupe Culturel, « Re-naissance à l’hôpital psychiatrique », Le Bon Sens, no 36, 3e trimestre 1959.

13 Lüdtke A. (dir.), Histoire du quotidien, Paris, Édition de la Maison des Sciences de l’Homme, [1989] 1994, p. 4.

14 Anonyme, « La vie du service. Le réveillon », Le Bon Sens, no 8, avril 1952.

15 M. A., « Le 14 juillet », Le Bon Sens, no 8, août 1952.

16 H. S et L. C., « Fête présentée par la Grève », « Fête des Rives », « Fête de l’Hospice », « Fête des Colonnes », Le Bon Sens, no 10, février 1953.

17 G. D., « Dimanche 9 novembre 1952 », ibid., février 1953.

18 Anonyme, « Ambiance & Ustensiles », Le Bon Sens, no 17, 4e trimestre 1954.

19 Cf. Anonyme, « La vie des sections », Le Bon Sens, no 28, 3e trimestre 1957. Le docteur Barte mettra un terme au « vin d’asile » et fera installer une machine à limonade dans les années 1970.

20 Les ouvrières de l’atelier de raphia, « Un rêve réalisé », Le Bon Sens, no 31, 2e trimestre 1858.

21 Groupe de l’Ecole Ménagère, Le Bon Sens, no 37, 4e trimestre, 1959. À noter que le bilan financier de 1960 fait état d’achats importants d’électrophone et de transistors. Cf. Le Bon Sens, no 43, 2e trimestre 1961.

22 Le Pensionnat, Le Bon Sens, no 41, 4e trimestre 1960.

23 Je suis en désaccord sur ce point avec Michel de Certeau et Luce Giard, qui définissaient (il y a déjà 30 ans) la culture ordinaire par opposition à la culture de masse. Cf. Certeau M. de, Giard L. et Mayol P., L’invention du quotidien. 2 Habiter,cuisiner, Paris, Gallimard, [1980] 1994 (nouvelle édition de Luce Giard), p. 360.

24 H. S., « Les Kermesses. Visite à la capitale », Le Bon Sens, no 10, février 1953.

25 Voir par exemple Josette F., « Exposition et expédition », Le Bon Sens, no 29, 4e trimestre 1957.

26 Sophie, « Voyage à Paris », Le Bon Sens, no 44, 3e trimestre 1961.

27 J. F., « Promenade à Versailles », Le Bon Sens, no 49, 4e trimestre, 1962.

28 Aïach P., Cèbe D., Cresson G. et Philippe C.,op. cit., 2001.

29 Bibliographie indicative des revues (francophones) de patients dans les services psychiatriques 1945-1975 : 1. L’Écho des bruyères (H. P. de Fleury-les-Aubrais). 2. Le Tremplin (H. P. de Ville-Évrard, C. T. R. S.) ; service du Dr Sivadon. 3. L’Écho colonial (Colonie familiale d’Ainay le Château). 4. Le Chemin & le trait d’union (H. P. de Saint-Alban, Lozère) ; service du Dr Tosquelles. 5. La voix des hêtres ; anciennement L’Aurore (H. P. de Leyme). 6. Les nouvelles de la chartreuse (H. P. de Dijon). 7. Regain (H. P. de Rouen). 8. L’Effort (H. P. de Vieille Église). 9. Minerve (H. P. de Lannemezan). 10. Le bon sens (H. P. Bonneval). 11. Le moulin de Vauclaire (H. P. de Vauclaire). 12. L’étincelle (H. P. de Clermont de l’Oise). 13. Le nouvelliste méconnu (H. P. de Bassens). 14. L’Écho de l’Odet (H. P. de Quimper). 15. L’Information ; anciennement Le chantier (H. P. du Vinatier, Lyon). 16. L’Élan (H. P. Gérard Marchand, Toulouse). 17. Le Messager (H. P. de Maison Blanche) ; service du Dr Daumezon, 3e section Femmes. 18. Le Renouveau (H. P. de Cadillac), depuis 1953. 19. Le Rayon (H. P. Saint Jean de Dieu, Montréal, Québec). 20. La chaînette (H. P. d’Auxerre). 21. L’Essor (H. P. de Naugeat-Limoges). 22. Entre-nous (H. P. de Léhan-Dinan). 23. Le Phare (H. P. de Pau). 24. À l’ombre du Mont (H. P. de Pontorson). 25. Mon petit Perrin (H. P. de Montperrin, Aix-en-Provence). 26. Le Flambeau de Mont de Vergues (Vaucluse). 27. Les dernières nouvelles (H. P. de Stephansfeld, Strasbourg). 28. Entre amis, (Cour-Cheverny, Loir-et-Cher). 29. Le Relais (H. P. Les marronniers, Tournai, Belgique). 30. Notre Canard (H. P. De Lorquin, Moselle). 31. Arc en ciel (Le Puy). 32. Le Flambeau (H. P. de Saint-Maurice). 33. Les Nouvelles (la Chartreuse). 34. Le flambeau (Avignon). 35. Le Messager de Touraine. 36. L’Espoir de Colson (Martinique). 37. L’Écho (H. P. les Tilleuls de Bourges). 38. L’Éveil (St Joseph de Cluny). 39. Actual Hop (H. P. de Rennes).

30 J. L., « Les journaux ! », Le Tremplin, no 14, mai 1949, p. 4-5.

31 Roumieux A., Ville-Évrard. Murs, destins et histoire d’un hôpital psychiatrique, Paris, L’Harmattan, 2008.

32 Géraud G., « À propos d’un film : À bout de souffle. Analogie sous forme d’introduction », La vie de l’Élan, mai 1966, p. 7-12.

33 Garnet J., « Un homme et une femme », La vie de l’Élan, 15 sept. 66, p. 5-7.

34 Tamisier, Fiorèse, « Table ronde : la guerre du Vietnam », La vie de l’Élan, 22 et 29 septembre 1966, p. 20-23.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540