Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

1. Expériences psychiatriques

La fonction du « bon patient » dans l’institution psychiatrique (1910-1970)

Hervé Guillemain

Texte intégral

  • 1 Sur la notion de bon patient en médecine, voir Crignon-de Oliveira C. et Gaille M., Qu’est-ce qu’u (...)
  • 2 Barrett R., La Traite des fous, La construction sociale de la schizophrénie, Paris, Les Empêcheurs (...)

1Qu’est ce qu’un « bon patient » en psychiatrie1 ? Un individu rapidement calmé ? Un travailleur ? Quelqu’un qui coopère avec le médecin afin d’établir une saine relation thérapeutique ? Celui qui reste tranquillement à l’hôpital ou bien celui qui n’y revient que rarement ? Cette appréciation morale autant que médicale et institutionnelle du « bon patient » change en réalité de signification au cours du XXe siècle. La transformation radicale du système de soin, qui s’est traduite surtout depuis les années 1970 par l’ouverture de structures extérieures à l’hôpital, a en effet engendré une modification de l’image des malades. Comme le montre l’anthropologue et psychiatre australien Robert Barrett, le bon patient en psychiatrie reste, comme au XIXe siècle, un individu calme pouvant établir un contact avec le réel et avec les thérapeutes. Cependant le mouvement de désinstitutionnalisation qui rompt avec l’hospitalocentrisme et réduit considérablement le temps de séjour des patients, influence la représentation institutionnelle de ces derniers. Le « bon patient » est désormais celui qui, en quittant rapidement l’institution, en signale en même temps l’efficacité. Sa figure tranche avec celle des « touristes hospitaliers », des patients « professionnels » ou « porte tournante » qui s’approprient l’hôpital comme une résidence plus que comme un lieu de « travail » thérapeutique2. Ces patients, que d’aucuns qualifient de « résistants », paraissent subvertir le système par leur connaissance parfaite des rouages institutionnels. Leur fusion avec le système de soin les assimile à des « manipulateurs » à une époque pendant laquelle il s’agit surtout d’apprendre à vivre sa maladie de manière autonome. On assiste en fait avec l’évolution du système de soin psychiatrique à une révolution de la conception du « bon patient », car si au début du XXe siècle, le « bon patient » est aussi un fin connaisseur du système asilaire, son omniprésence dans l’institution est loin de marquer l’échec d’une ambition thérapeutique. Le bon malade est certes un « incurable », selon les théories du temps mais en faisant corps avec l’institution, en travaillant en son sein, il en renforce la fonction asilaire, fonction essentielle depuis le XIXe siècle. La conception du « bon patient » apparaît donc comme un marqueur de l’évolution de l’institution psychiatrique.

  • 3 Le dossier de Félix comporte une énorme correspondance : des dizaines de lettres envoyées et reven (...)
  • 4 Ces récits sont tirés d’une enquête menée en 2010 auprès des soignants et anciens soignants du C.H (...)

2Cet article est consacré à l’histoire des bons « patients » de la première moitié du XXe siècle, avant que ne se produise la transformation institutionnelle évoquée plus haut. Deux d’entre eux – Félix et Charles – ont retenu notre attention car ils ont occupé des fonctions de secrétariat dans l’asile du Mans entre 1910 et 1970. Pourquoi ce choix ? Les récits professionnels les concernant étaient récurrents dans la mémoire soignante de l’institution, leur permanence les ayant en effet élevés au rang de figures incontournables de l’asile, au même titre que le surveillant chef et la mère supérieure. Avec les patients en charge de la brouette de linge sale des gâteux ou du ménage chez les médecins, ils participent au bon fonctionnement de l’institution, mais ceux-ci, en raison de leur fonction de secrétaires, laissent leurs propres traces. Leurs dossiers médicaux et administratifs sont inégalement riches mais ils permettent de reconstituer clairement leur parcours3. À partir de trois sources – dossiers médicaux des patients, écrits des patients et récits infirmiers4 – on dressera ici la figure du « bon malade » entre 1900 et les débuts de la réforme liée à la sectorisation.

La construction de la chronicité

  • 5 Registre d’entrée de l’asile du Mans, 1903, AD Sarthe, 1 X 610.

3Interné en 1903, Charles F. est né en 1886 dans un lieu-dit à l’Est de la ville du Mans. Orphelin, il a été adopté à l’âge de quatre ans par ses nouveaux parents tous les deux enfants naturels. Il devient un jeune homme lettré qui dès l’âge de 17 ans travaille comme clerc de notaire. On a peu d’informations sur les raisons de son internement. L’entrée à l’âge adulte se traduit par un mystérieux périple vers Paris et un séjour de quelques mois à l’hospice local pour troubles cérébraux. L’examen médical qu’il subit ne relève alors rien de significatif dans l’ordre moral et psychologique. Tout au plus – conformément aux préceptes aliénistes du temps – signale-t-on à son entrée les signes physiques de dégénérescence que porte son corps et le lourd héritage familial qui semble le sien dans une fratrie pourtant recomposée5. Félix L. est, quant à lui, interné vingt ans plus tard alors qu’il est âgé de quarante ans. Les raisons de son transfert de l’asile de Vaucluse à l’asile du Mans sont peu claires, mais à la différence de Charles, Félix est un parisien passé par l’infirmerie spéciale en 1923. Nés dans les années 1880, les deux hommes sont donc de la même génération et travaillent tous deux dans les bureaux avant leur hospitalisation.

  • 6 Il s’agit de l’électrochoc, de la cure de Sakel et du choc cardiazolique.
  • 7 En 1956 Félix prend du Serpasil à très faible dosage durant un mois. Rappelons que la diffusion de (...)
  • 8 Dossier de Charles F., AD Sarthe, 1413 W 54.

4À lire le contenu de leurs dossiers, il est difficile de savoir ce dont souffrent Charles et Félix. Ni l’un ni l’autre ne subissent de traitements de choc après que ces derniers soient mis en place dans l’institution dans les années 19406. Après la Seconde Guerre mondiale leur traitement repose essentiellement sur des neuroleptiques administrés à faible dose et temporairement7. Pour Charles le diagnostic porté est très variable. En 1915, il est considéré comme déprimé (il rit tout seul), en 1918 comme hystérique (en raison de ses syncopes et des manifestations somatiques), en 1938 le diagnostic devient des plus imprécis : « on a l’impression d’un fond de déséquilibre psychique8. » En 1947, le voici schizophrène. Pour les soignants qui l’ont connu, c’est un grand délirant qui parle tout le temps de « baleine ». Chez Félix le délire n’a pas changé de nature entre 1924 et 1964. Celui-ci est « exceptionnellement riche et actif », selon le docteur Schutzenberger qui examine ce patient en 1934. Dans les deux cas de figure l’existence d’un délire est affirmé mais il est bien difficile aux praticiens de déterminer précisément la pathologie dont souffrent ces patients aussi longtemps soient-ils hospitalisés.

  • 9 bueltzingsloewen I. von, « À propos de Henriette D. », Clio, no 26, 2007, p. 89-106.
  • 10 Sur la notion de chronicité, Lantéri-Laura G., « La chronicité dans la psychiatrie moderne françai (...)
  • 11 Dossier Félix L., AD Sarthe, 1413W81.

5L’internement au long cours, courant chez les femmes9, fut aussi une expérience masculine. Entré le 8 décembre 1903 à l’asile à l’âge de 17 ans et décédé dans le même hôpital en 1964 à l’âge de 78 ans, Charles aura passé l’essentiel de sa vie – plus de 60 ans – dans l’institution psychiatrique. Félix quant à lui décède deux ans plus tard après quarante années d’asile. La chronicité du patient se construit en premier lieu par la durée, par cet enracinement dans l’institution10. Pourquoi cette incrustation s’est-elle confirmée ? Dans ces deux cas de figure, l’insuffisance professionnelle ne pèse pas dans ce sens car les deux hommes sont des employés travailleurs qui, au moins dans le cas de Charles, peuvent occuper une fonction sociale à l’extérieur de l’institution. Le verdict de chronicité posé sur les deux hommes après douze à quinze ans d’internement relève en fait de deux phénomènes distincts. Pour Félix c’est la continuité d’un délire actif souligné par les praticiens successifs qui sous-tend le diagnostic : « chronicité » (le terme est posé en 1945) signifie « internement définitif » (le terme est posé en 194211). Pour Charles, interné au début du XXe siècle, ce qui joue ce rôle c’est une accumulation de circonstances sociales et familiales contemporaine de la Première Guerre mondiale. Quelques années après son entrée (1910), le docteur Victor Bourdin songe à le faire sortir, puis teste ses capacités d’adaptation en juillet 1915 en le confiant à des paysans de la région pour les moissons. Cette expérience de réinsertion par le travail est concluante. Charles est considéré comme amélioré en 1916, mais l’institution doit trouver un lieu d’accueil. Le dépôt de mendicité manque de place. L’armée réforme Charles en juin 1916 mais sa famille, frappée de plein fouet par la guerre – le père meurt en 1917, un frère est blessé au front – ne le reprend pas. Au sortir de la guerre, la question de la sortie ne se pose plus. Enfermé à double tour en raison du contexte social et des carences familiales, Charles est devenu un « chronique », quelle que soit la nature bien changeante du diagnostic porté sur lui.

La distinction du commun

  • 12 L’appréciation date de 1946, ce qui marque le début de la rédaction du dossier infirmier à l’hôpit (...)

6La désignation du « bon malade » résulte aujourd’hui comme hier d’une appréciation morale des soignants. On trouve dans le dossier infirmier de Charles et Félix les mêmes appréciations : « malade très propre et très poli envers tout le monde […] en un mot c’est un vieillard que nous aimons tous bien12. » Mais cette attitude ne suffit pas pour caractériser le bon patient asilaire. Celui-ci, par sa longévité dans l’institution, obtient une fonction officieuse permanente, quelques privilèges qui achèvent de le distinguer du commun des hospitalisés.

  • 13 Dossier de Charles F., AD Sarthe, 1413 W 54.

7Dans la hiérarchie asilaire informelle, le temps consolide les situations. Quelques bons malades secondent les infirmiers dans les pavillons, d’autres travaillent avec les artisans qui sont à demeure à l’asile. Charles, lui, travaille en tant que copiste au bureau de la direction dès la Noël 1903, c’est-à-dire immédiatement après son entrée à l’asile. Il s’agit d’une fonction réelle et utile dont le patient a conscience et dont l’institution profite. L’homme fait preuve d’initiative, se plaint d’une trop grande charge de travail et réussit en 1912 à obtenir une « indemnité » qui dépasse déjà le cadre du classique pécule (10 F par mois). La négociation se prolonge comme le montre cet extrait du dossier patient : « dans ses moments de lucidité le malade trouve que les services qu’il rend ne sont pas suffisamment rétribués. Dernièrement voulant abandonner son travail ce n’est que sur les instances du directeur qui, après avoir entendu ses revendications et lui avoir promis une rémunération plus élevée qu’il s’est décidé à reprendre son poste13. » Entre les deux guerres, Charles travaille à l’économat, puis prend la place d’un fonctionnaire parti à la retraite après que le préfet a décidé de supprimer l’emploi. La Seconde Guerre mondiale lui ayant fait perdre un temps sa position, l’homme envoie une lettre pour faire paraître une annonce dans La Sarthe (la lettre est restée dans son dossier), afin de candidater à un poste de caissier comptable : à l’appui de cette dernière il évoque son expérience de vingt ans à l’économat de l’asile. Après la guerre et jusque 1962 il travaille au bureau du surveillant chef à la retranscription des carnets de pavillons. En somme le « bon patient » contribue aux transmissions entre l’espace pavillonnaire et le médecin chef. Pour Félix le parcours institutionnel est un peu moins brillant mais finalement assez proche : il est occupé aux écritures depuis 1932 au bureau du surveillant puis au sein du pavillon des travailleurs ou il tient le tableau des entrées, remplit les cahiers de régime et procède au décompte du tabac.

  • 14 Ce dont témoignent les lettres de Félix et les témoignages des anciens infirmiers.
  • 15 Lettre de Félix L. au médecin chef, 8 oct. 1961, AD Sarthe, 1413W81.

8Ces patients faisant fonction de secrétaires possèdent des privilèges non négligeables qui brouillent les repères sociologiques de l’institution. L’asile du Mans, comme beaucoup d’autres, est structuré sur une ségrégation sociale et spatiale entre d’une part des pensionnats qui accueillent de riches pensionnaires dans un régime de domesticité bourgeoise, au sein de bâtiments comportant des chambres individuelles et, d’autre part, des pavillons pour les indigents. Ces « bons malades » transgressent ce clivage. Félix et Charles ont tous les deux une chambre individuelle au sein du 10e pavillon et de la 7e section des hommes, celle des travailleurs : comme le montre le plan [Fig. 1], il s’agit d’une chambre attenante au dortoir du bas et a priori réservée aux gardiens. Or, la chambre est un privilège remarquable dans des espaces marqués par la promiscuité et l’encombrement (le pavillon des travailleurs compte entre 70 et 100 malades en moyenne), qui participe parfois d’une stratégie d’évitement des rapports homosexuels omniprésents14. Elle apparaît aussi comme une contrepartie légitime pour la fonction occupée dans l’institution. Dès l’instant où il occupe cette fonction Charles réclame une chambre particulière, dont la conservation devient un enjeu. En 1941 Félix est remis au dortoir en guise de punition ; en 1961, alors que la structure pavillonnaire est modifiée dans l’institution, Félix demande à conserver sa chambre et refuse d’aller dans les baraquements provisoires : « je suis certain que vous trouverez que j’ai droit à quelques égards vu le travail que j’ai fait jusqu’à ce jour15. »

Figure 1. Plan d’une partie du rez-de-chaussée du pavillon des travailleurs de l’asile du Mans, 7e section des hommes, années 1930. (Arch. C.H.S. de la Sarthe)

9Le « bon patient » réussit aussi à se distinguer physiquement de l’ensemble des malades indigents vêtus avec les habits de l’hôpital [fig. 2]. Comme le rappellent les anciens soignants, Félix est un personnage haut en couleur qui se promène dans l’institution avec costume, chapeau, serviette sous le bras, parapluie. Son dossier infirmier évoque un « malade toujours habillé avec soins [sic] et coquetterie », souvent avec les effets de pensionnaires décédés à l’asile. L’institution lui constitue un trousseau personnel avec chemises, caleçons, mouchoirs et un linge de corps marqué à son nom. Au même titre que la chambre, cette individualisation de l’apparence revendiquée par Félix et intégrée par l’institution, marque reconnaissance d’un statut informel mais spécifique du « bon patient ».

Figure 2. Les malades de l’H.P. du Mans en uniforme de travail. (Arch. C.H.S. de la Sarthe)

10Dans une institution uniformisée, ségrégée et isolée, c’est aussi un privilège que de pouvoir circuler librement dans les différents espaces qui la composent. En raison de leur hospitalisation continue durant un demi-siècle, Charles et Félix ont connaissance de tous les pavillons de l’asile [Fig. 3]. Résident du pavillon 10 (section 7 sur le plan) la plupart du temps, Charles démarre au pavillon 9 (l’ancien pavillon des travailleurs tranquilles), est muté du 1 au 5 en 1949, puis passe au 7 et au 2 en 1957. Félix a lui connu les déplacements punitifs temporaires au pavillon 4, celui des agités et des médico-légaux, mais il a été aussi sur la fin de sa vie hospitalisé au service ouvert et au pensionnat des hommes. À eux deux Charles et Félix ont connu tous les pavillons sauf le 3, qui est réservé aux patients arriérés. Leur statut et leur ancienneté dans l’institution leur donnent aussi comme à la plupart des malades travailleurs une liberté de circulation assez large. Félix, qui fait quelques travaux pour les sœurs a accès au côté des femmes. Il obtient aussi du médecin-directeur catholique un droit de permission permanent pour sortir à la messe. Les bons malades par leur fonction et la durée de leur internement réussissent donc à se distinguer du commun, physiquement, socialement, spatialement. Cela n’est pas sans conséquences : on note dans son dossier que Charles reste sans aucune camaraderie dans le service dans les années 1950. Cependant la contrepartie est importante : les deux hommes jouissent d’une reconnaissance officielle dans le cadre de la réforme de l’Hôpital Psychiatrique de l’après-guerre.

Figure 3. L’espace psychiatrique et ses ségrégations dans les années 1950. (Arch. C.H.S. de la Sarthe)

Une fonction de « représentation » dans la réforme institutionnelle de l’hôpital des années 1950-1960

  • 16 Bueltzingsloewen von I., L’hécatombe des fous. La famine dans les hôpitaux psychiatriques français (...)
  • 17 Lettre de Félix L., 31 août 1953, AD Sarthe, 1413W81.

11Comme de nombreux autres hôpitaux psychiatriques, celui du Mans fait l’objet d’une réforme après la Seconde Guerre mondiale16. En 1946, sous l’impulsion du médecin directeur est alors ouvert un service libre permettant l’hospitalisation sans internement, tandis que se met en place une sociothérapie fondée sur le sport et les activités de loisirs appuyées par l’arrivée d’une nouvelle génération d’infirmiers mieux formés. C’est dans ce cadre – stable jusqu’au début des années 1970 – que sont créés les statuts officiels de délégués de pavillon et de président de l’association des malades. Cette fonction de représentation des hommes de l’institution n’a rien de démocratique mais relève de l’esprit de patronage qui inspire le réformisme hospitalier du moment. À cette place on retrouve logiquement Félix qui à l’âge de 70 ans cumule les fonctions de président de l’association des malades, de caissier du patronage et de délégué de la section 7 des hommes17. L’homme est en fait depuis plusieurs décennies un malade « représentatif » pour l’institution. En 1936, il est présenté par le médecin à deux visiteurs officiels de l’asile. Dans les années 1950, son cas permet aux anciens infirmiers de montrer un grand délirant aux jeunes recrutés. Cette distinction officielle du commun – et non plus seulement officieuse – renforce l’autoreprésentation du « bon malade ». C’est sur celle-ci que Félix se fonde pour demander un supplément de nourriture en 1941. Cette représentation est entretenue par le malade qui envoie notamment des cartes postales de « bon souvenir » à son médecin, depuis le domicile de son fils où il est en permission.

  • 18 Ce type de lettres qui dénoncent les conditions asilaires est assez courant comme le montre l’étud (...)

12La création de ces fonctions de « représentation » n’est pas seulement honorifique, elle assure parfois un débouché aux modestes revendications (alimentation, tabac le plus souvent) des malades des pavillons. Ces hommes de l’écrit que sont Félix et Charles écrivent quotidiennement aux autorités qu’elles soient administratives ou médicales, au sein de l’hôpital ou à l’extérieur. Parfois ils mettent cette plume au service d’autres malades. Dès 1906, soit deux ans après son arrivée, Charles prend la tête d’une fronde anti-asilaire. Il réussit à faire parvenir une lettre au ministre de l’intérieur dans laquelle il attaque les religieuses, prétend parler au nom de 90 femmes internées, dénonce les pratiques médicales et s’en prend à un infirmier (parti par la suite)18. L’institution du délégué de pavillons dévolu au « bon patient » qui connaît l’ensemble des rouages institutionnels apparaît multidimensionnelle. Elle officialise la place singulière de certains patients, elle offre un exutoire aux revendications matérielles des patients hospitalisés, elle permet aussi parfois de relayer les revendications infirmières : ces « seconds » de surveillant, ces « aides pavillonnaires », dépendants des infirmiers pour leurs petits avantages, apparaissent en effet comme des chambres d’écho de la parole infirmière.

Un bon patient en dehors de l’hôpital ?

13Charles et Félix décèdent dans les années 1960. Avec eux paraît disparaître le système du « bon malade » en psychiatrie. Certes il existe toujours des patients travailleurs pour quelques temps encore, mais dès les années 1970, les patients « chroniques » les plus âgés sortent massivement de l’hôpital, le plus souvent pour aller dans les hospices et les maisons de retraite. La multiplication des emplois administratifs et surtout l’arrivée des A. S. H. (adjoint de service hospitalier), désormais en charge de l’essentiel des tâches ménagères, réduit l’espace institutionnel des bons patients. Voyant leur monde s’effondrer, aussi restreint soit-il, certains patients hospitalisés de longue date réagirent vivement à ce mouvement perçu comme une remise en cause de leur fonction de « représentation ».

  • 19 En 1978, dans son ouvrage On Your Own, Judi Chamberlin lance un appel pour le rassemblement des pa (...)
  • 20 Il en existe plusieurs types : les pairs-aidants communautaires sont salariés par une association (...)
  • 21 Baillon G., « Les bons malades seraient-ils de retour ? », Médiapart, février 2010 : [http://www.me (...)

14Le modèle du « bon malade » correspond à la phase de croissance de l’asile entre la 2e moitié du XIXe siècle et les années 1960. Au modèle du « convers » – un malade travailleur revient travailler comme ouvrier dans l’asile – fréquent au XIXe siècle, succède ce modèle du « bon patient » qui correspond à un allongement du temps d’internement. Ces secrétaires ou délégués fréquentent les centres de pouvoirs institutionnels (la direction, le surveillant chef, l’économe) et font fonction (de plus en plus officielle) d’interface entre les soignants, l’administration et les autres malades. Ce modèle se disloque logiquement avec la réduction des durées d’hospitalisation perceptible dans les années 1970 et 1980. Cette évolution signifie-t-elle cependant la fin du « bon patient » en psychiatrie ? On peut considérer qu’aujourd’hui celle-ci peut se déplacer en s’appuyant sur l’expérience anglo-saxonne des pairs-aidants, inscrite dans le sillage du mouvement des usagers19. En effet, en Amérique du Nord notamment, certains patients sur le chemin du rétablissement se voient dotés d’une fonction nouvelle : rémunérés, ces malades workers assurent une fonction d’entraide auprès de patients dont la pathologie est similaire : redonner espoir, appuyer la résilience, apporter une forme d’expertise aux équipes psychiatriques20. Le modèle semble se développer depuis quelque temps en France. « Les bons malades seraient-ils de retour ? », s’interroge le psychiatre Guy Baillon21. La question mérite en effet d’être posée.

Notes

1 Sur la notion de bon patient en médecine, voir Crignon-de Oliveira C. et Gaille M., Qu’est-ce qu’un bon patient ? Qu’est-ce qu’un bon médecin ? Réflexions critiques, analyses en contexte et perspectives historiques, Paris, Editions Seli Arslan, 2010.

2 Barrett R., La Traite des fous, La construction sociale de la schizophrénie, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, [1996] 1998, p. 169-179.

3 Le dossier de Félix comporte une énorme correspondance : des dizaines de lettres envoyées et revenues ou non parties, des lettres écrites serrées et dans les marges avec une belle écriture violette sur papiers à carreaux. Une parole pléthorique donc et a priori répétitive. L’exploitation de ce dossier pose particulièrement la question du statut de la lettre de patient pour l’historien. Le dossier de Charles est plus conventionnel mais pose tout autant question car il est alimenté par d’autres écritures que la sienne : celle du dossier infirmier et celle du dossier médical très régulièrement renseignées.

4 Ces récits sont tirés d’une enquête menée en 2010 auprès des soignants et anciens soignants du C.H.S. de la Sarthe. On trouvera une partie de sa substance dans H. Guillemain, Chronique de la psychiatrie ordinaire. Patients, soignants et institutions en Sarthe, XIXe-XXIe siècles, Le Mans, La Reinette, 2010 et quelques extraits dans l’exposition virtuelle Scènes de la psychiatrie ordinaire consultable à l’adresse suivante : [http://histoire-psy.univ-lemans.fr/histoire_psychiatrie/].

5 Registre d’entrée de l’asile du Mans, 1903, AD Sarthe, 1 X 610.

6 Il s’agit de l’électrochoc, de la cure de Sakel et du choc cardiazolique.

7 En 1956 Félix prend du Serpasil à très faible dosage durant un mois. Rappelons que la diffusion des premières molécules ne date que de 1952-1953.

8 Dossier de Charles F., AD Sarthe, 1413 W 54.

9 bueltzingsloewen I. von, « À propos de Henriette D. », Clio, no 26, 2007, p. 89-106.

10 Sur la notion de chronicité, Lantéri-Laura G., « La chronicité dans la psychiatrie moderne française. Note d’histoire théorique et sociale », Annales E.S.C., 1972, no 3, p. 548-568 ; Lanteri-Laura G., La Chronicité en psychiatrie, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 1997 ; Delion P., La chronicité en psychiatrie aujourd’hui, historicité et institution, Paris, ERES, 2004.

11 Dossier Félix L., AD Sarthe, 1413W81.

12 L’appréciation date de 1946, ce qui marque le début de la rédaction du dossier infirmier à l’hôpital psychiatrique du Mans.

13 Dossier de Charles F., AD Sarthe, 1413 W 54.

14 Ce dont témoignent les lettres de Félix et les témoignages des anciens infirmiers.

15 Lettre de Félix L. au médecin chef, 8 oct. 1961, AD Sarthe, 1413W81.

16 Bueltzingsloewen von I., L’hécatombe des fous. La famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’occupation, Paris, Aubier, 2007 ; Henckès N., Le nouveau monde de la psychiatrie française. Les psychiatres, l’É tat et la réforme des hôpitaux psychiatriques en France de l’après-guerre aux années 1970, Thèse de sociologie, E.H.E.S.S., 2007.

17 Lettre de Félix L., 31 août 1953, AD Sarthe, 1413W81.

18 Ce type de lettres qui dénoncent les conditions asilaires est assez courant comme le montre l’étude d’Aude Fauvel, Témoins aliénés et « bastilles modernes ». Une histoire politique, sociale et culturelle des asiles en France (1800-1914), Thèse d’histoire contemporaine, 3 vol., E.H.E.S.S., 2005.

19 En 1978, dans son ouvrage On Your Own, Judi Chamberlin lance un appel pour le rassemblement des pairs aidants. Une première expérience émerge en 1986 dans le cadre du programme Denver : une équipe intègre quinze usagers en tant qu’auxiliaires. L’Association Nationale des Directeurs de Programmes d’États pour la Santé Mentale reconnaît officiellement, en 1989, la contribution des usagers. En l’an 2000, 30 % des équipes de l’Ontario comprenaient au moins un « pair-aidant ». Depuis 2002, les programmes PACT (Program of Assertive Community Treatment) de suivi ambulatoire prévoient la présence d’au moins un pair-aidant par équipe.

20 Il en existe plusieurs types : les pairs-aidants communautaires sont salariés par une association indépendante tandis que les pairs-aidants institutionnels sont intégrés dans une équipe soignante du service public.

21 Baillon G., « Les bons malades seraient-ils de retour ? », Médiapart, février 2010 : [http://www.mediapart.fr/club/edition/contes-de-la-folie-ordinaire/article/100210/les-bons-malades-de-lasile-psychiatrique-se], consulté le 10 janvier 2011.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Plan d’une partie du rez-de-chaussée du pavillon des travailleurs de l’asile du Mans, 7e section des hommes, années 1930. (Arch. C.H.S. de la Sarthe)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure 2. Les malades de l’H.P. du Mans en uniforme de travail. (Arch. C.H.S. de la Sarthe)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 3. L’espace psychiatrique et ses ségrégations dans les années 1950. (Arch. C.H.S. de la Sarthe)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118728/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540