Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

Troisième partie. Les malades dans l'institution hospitalière au XXe siècle

Introduction

Texte intégral

1Au début du XXe siècle, les fondements de l’institution hospitalière psychiatrique sont simples. La loi de 1838 régit la totalité de son fonctionnement et l’asile est le principal lieu de soin des aliénés. La réforme législative ayant fait long feu avant la Grande Guerre, le débat ressurgit au début des années vingt, une fois posée de manière aiguë la question de la prise en charge massive des soldats atteints de troubles mentaux. Dans ce nouveau contexte, quel asile faut-il et pour quels malades ? Comme le montre Isabelle von Bueltzingsloewen, la redéfinition du périmètre de l’assistance psychiatrique est un enjeu important dans les débats qui animent à cette époque le milieu des aliénistes. Le pouvoir sollicite la réflexion des médecins dans le cadre plus global de la mise en place d’une politique d’hygiène sociale incluant notamment la lutte contre la tuberculose et contre les maladies vénériennes. La controverse se focalise sur la nature et la finalité des services dits « libres » et « ouverts » dont un premier modèle fonctionne de manière autonome à Sainte-Anne en 1924. La vocation de ces services est-elle d’accueillir une nouvelle population atteinte de troubles légers et par là de favoriser l’extension du champ de la psychiatrie publique ? Ou bien représentent-ils un cheval de Troie destiné à remettre en cause l’institution asilaire à la française ? La première option supposerait une sélection scientifique des individus en fonction de la gravité de leurs pathologies. La seconde supposerait au contraire l’extension à tous les aliénés des bénéfices de l’admission en service libre à l’exception des malades les plus dangereux ou des incurables. À travers ces discussions se profile certes le débat portant sur la séparation des malades aigus et des malades chroniques, mais quelque chose bouge dans l’histoire de l’institution psychiatrique. L’entre-deux-guerres marque à l’évidence la victoire des aliénistes conservateurs qui arrivent à préserver l’asile dans sa forme canonique en proposant sa « médicalisation » comme levier de la modernité. Loin d’apparaître comme une victoire du mouvement progressiste de l’hygiène mentale, les textes adoptés par le Front Populaire sont plutôt une défaite du camp réformateur selon la relecture proposée par Isabelle von Bueltzingsloewen.

2Ce statu quo favorise à n’en pas douter l’enkystement asilaire des patients internés au début du siècle, ce dont témoigne le parcours de deux d’entre eux exposé dans la contribution d’Hervé Guillemain. Présents dans l’asile du Mans durant plus d’un demi-siècle entre 1910 et 1970, deux hommes deviennent parmi les malades des figures clés de la mémoire et du fonctionnement de l’institution. La vie de ces « bons patients » dit à la fois l’échec de la psychiatrie et la permanence de la fonction d’accueil de l’asile. En quelques années, la « chronicité » des deux sujets est établie par la conjonction de leurs conditions sociales et du regard médical. Leur diagnostic est incertain et la thérapie mise en place peu active, mais ce qui définit leur condition d’incurable, c’est au fond d’être là durablement dans l’institution hospitalière. S’il signe l’exclusion sociale et familiale des deux patients, l’enracinement asilaire débouche aussi sur un bénéfice secondaire. L’un et l’autre trouvent une place à travers une fonction noble dans cette institution : ils deviennent secrétaires de l’asile puis représentants des malades. Cette fonction durable autorise l’octroi de privilèges importants : chambre individuelle, droit de circulation, distinction vestimentaire. Dans l’hôpital réformé des années 1950-1960, cette reconnaissance relève certes le plus souvent de l’esprit de patronage – ces malades étant les plus respectueux du pouvoir médical – mais elle débouche sur une distinction symbolique – la délégation de pavillon – et exceptionnellement sur une position revendicatrice au nom du collectif. La longue durée d’internement, la reconnaissance unanime de la fonction institutionnelle du sujet, les privilèges obtenus en contrepartie de cette dernière, cristallisent l’image du « bon » patient dont le statut même devrait signifier l’échec de l’institution hospitalière. À partir des années 1970, ce statut officieux disparaît logiquement. Les patients travailleurs les plus âgés sortent de l’hôpital pour l’hospice ou sont marginalisés par l’arrivée de professionnels qui prennent leur place dans les pavillons. Le « bon patient » est désormais celui qui, en quittant rapidement l’institution, en signale en même temps l’efficacité. Celui qui s’approprie l’hôpital comme une résidence et non comme un lieu de « travail » thérapeutique est désormais déconsidéré.

3Comme elle génère de la chronicité, l’institution produit-elle aussi de la violence chez les patients ? Jean-Christophe Coffin revient sur cette problématique à partir de deux faits divers français et italien contemporains (1967-1968) et des réactions médicales qui s’ensuivirent. À l’automne 1967, le psychiatre Yves Bertherat est tué par un patient ; en septembre 1968, un patient suivi à l’hôpital de Gorizia tue sa mère. Dans quelle mesure l’institution psychiatrique est-elle responsable de ces actes meurtriers ? En Italie, Basaglia, auteur de L’institution en négation (1968), est fragilisé par l’événement mais il prolonge sa réflexion sur la violence psychiatrique. Dans son livre, alors que les patients évoquent la violence de l’asile, Basaglia lui pense la violence du psychiatre. Pour lui, le meurtre est une conséquence logique, bien que dramatique, de la violence vécue et affrontée par les malades. Rien de tel en France. Si Henri Ey, le pape de la psychiatrie française, parle d’échec, ce n’est pas pour critiquer l’institution en tant que telle. La remise en perspective historique jusqu’à nos jours de cette question de la violence des patients ne doit cependant pas réduire l’histoire des patients psychiatriques à leur inclusion dans une institution totalitaire, ce que montre à l’évidence la contribution suivante de ce volume.

4En contrepoint de cette vision disciplinaire totale de l’asile et inspiré par la démarche certalienne, Emmanuel Delille propose une relecture de la vie quotidienne dans l’hôpital psychiatrique de l’après-guerre. S’appuyant sur la collection du Bon sens, une revue rédigée par les femmes de l’Hôpital Psychiatrique de Bonneval (Eure-et-Loir), où exerce Henri Ey entre 1949 et 1974, l’auteur détaille les ruses déployées par les patientes pour mettre en avant leur préférence culturelle dans le champ des nouveaux biens de consommation du temps : tsf, cinéma, télévision. Cette liberté relative s’exerce néanmoins dans un cadre respectueux des autorités médicales et religieuses du lieu, peu soucieuse des événements politiques et nullement critiques envers les pratiques psychiatriques (le journal comporte par exemple des publicités pour les neuroleptiques). En cela, Le Bon sens apparaît comme une version rurale, catholique et conformiste du journal hospitalier tel qu’il est envisagé par les réformateurs de l’après-guerre. D’autres journaux parmi ceux recensés par Delille s’avèrent plus en prise avec l’actualité psychiatrique et politique. Le départ du patron Henri Ey ne laisse survivre le journal que quelques années et le ton irrévérencieux du début des années 1970 ne sera qu’éphémère. Le Bon sens disparait en 1974 car l’heure est à la mixité, à l’éclatement institutionnel du secteur, au déclin de l’ergothérapie cadre de production des écrits des patients.

5À la suite de cette étude, Vincent Guérin revient sur ce moment dense de transformation de l’hôpital que fut le passage à une sectorisation fondée sur la prise en charge au plus près du domicile des patients. En étudiant l’impact de cette réforme sur les malades dans l’hôpital de Sainte-Gemmes sur Loire (Maine-et-Loire) entre 1971 et 1977, il met en valeur deux changements fondamentaux. La mixité intervient dans les services en 1975. La séparation des sexes était certes imparfaite dans l’institution avant cette date et une vie sexuelle clandestine homo ou hétérosexuelle transgressait les espaces et les règlements. Mais désormais avec cette évolution, l’institution doit ouvertement faire face à de nouveaux défis : celui de la contraception féminine et celui de la vie de couple. Comme le montre bien Vincent Guérin, cette réforme n’est cependant pas radicale puisque les malades sont séparés la nuit. Seconde mutation importante et lourde de conséquences à terme : l’époque voit se réduire rapidement la durée d’hospitalisation des patients. Les chiffres exposés sont édifiants : l’effectif moyen journalier passe de 1 875 en 1971 à 1 261 en 1977 ; le nombre moyen de journées d’hospitalisation par malade est réduit d’un tiers durant la même période. Significativement, le retournement entre placements forcés et placements libres a lieu dans la même période. L’expérience psychiatrique se transforme donc nettement : les patients font des séjours plus courts dans des hôpitaux moins peuplés, en chambres plus qu’en dortoirs, mais aussi des séjours plus nombreux. Avec la tendance à la psychiatrisation des hospices consécutive au transfert massif des vieux psychotiques, cette transformation de la durée de séjour est certainement la plus forte du moment.

6Durant cette période de mutation de l’institution asilaire, comprise entre les réformes de l’après-guerre et celles des années 1970, les patients peuvent-ils exprimer leur expérience psychiatrique de manière autonome ? À partir des dossiers de patients d’une institution bruxelloise, Benoit Majerus rappelle que le passage en hôpital psychiatrique ne s’apparente pas à un simple séjour hospitalier. Il s’agit bien d’une expérience individuelle qui transforme l’image de soi. Comment les patients parlent-ils de cette expérience ? Cette expression individuelle de la folie subit le plus souvent l’influence du langage médical et infirmier mais elle s’inspire aussi des sources populaires qui délivrent une forme vulgarisée de ces savoirs. Le texte de Majerus montre que les patient(e)s réinscrivent souvent leur hospitalisation dans une dimension sociale, soit pour dénoncer l’arbitraire de l’internement, soit pour contrecarrer la stigmatisation de leur état. Dans cette dernière optique les patients hospitalisés élaborent des stratégies discursives consistant à revendiquer une autre maladie (non psychiatrique) ou à échapper à l’entrée dans la chronicité. À partir des années 1950 cette expression de la folie s’enrichit de termes provenant du langage médical et infirmier : terminologie scientifique des pathologies, dénomination des médicaments, vocabulaire psychologisant, mais l’autodiagnostic des patients emprunte toujours à diverses sources – dont quelques-unes sont le fruit de la médiatisation croissante des questions médicales. Peut-on dès lors réellement parler d’autonomie de l’expression des sujets internés ? Dans ce cadre, quelques patients familiers des gestes thérapeutiques répétitifs arrivent par exemple à suggérer aux soignants le rythme de leur propre cure. Le modèle médical de plus en plus influent dans la parole des malades ne fait pas disparaître l’interprétation sociale de la folie qui reste, pour un sujet, le moyen le plus évident de normaliser sa pathologie.

7En développant l’histoire des hearing voicers, Clément Fromentin prolonge ce questionnement pour la fin du XXe siècle. Comment les patients se réapproprient-ils la fonction diagnostic attribuée aux médecins ? Comment contribuent-ils à modifier la représentation sociale de leur pathologie ? Ce mouvement international né dans les années 1990 en Europe du Nord relève d’une approche révolutionnaire de la conception de la folie tendue vers la réhabilitation de l’expérience du sujet. Sans ossature idéologique homogène, mais appuyé par des médias audiovisuels et un réseau internet dynamique où circulent notamment des récits autobiographiques, le mouvement des hearing voicers remet en cause la frontière entre folie et normalité. Dans cette optique, la schizophrénie n’est plus une maladie mais une identité sociale qu’il s’agit d’affirmer par un coming out militant. Ce désir d’émancipation sociale s’inscrit dans le contexte de l’essor d’associations revendiquant un rôle accru dans leur thérapie et vient contredire l’autorité du psychiatre sur un point central de la théorie du délire. Les hearing voicers acceptent les voix qu’ils entendent et leur donnent une interprétation non médicale, positive, surnaturelle, parapsychologique. Cette valorisation des voix, soutenue ailleurs par la mystique ou la psychanalyse, illustre l’existence d’un mouvement récent mais inégalement développé dans le mode d’autonomisation des patients dans la sphère psychiatrique.

8Le mouvement français des familles de malades fondé en 1963 est au contraire issu d’une collaboration étroite avec les psychiatres. C’est ce que montre Nicolas Henckès en étudiant les archives et les publications de l’Union Nationale des Familles et Amis de Malades Mentaux (UNAFAM). Cette création s’inscrit dans un contexte marqué par l’essor d’organisations similaires dans le champ médico-social depuis la fin des années 1950. L’association est rapidement reconnue d’utilité publique (1968) tandis que ses responsables deviennent des interlocuteurs légitimes dans l’élaboration des textes de loi portant sur la réorganisation de la psychiatrie publique. Un nouveau discours émerge qui fait de la famille du patient un acteur du travail psychiatrique à un moment ou les thérapies familiales se développent. Ce discours est ambigu vis-à-vis du pouvoir médical. Il affiche sa singularité par le biais notamment d’une rhétorique chrétienne axée sur le dolorisme et l’esprit de sacrifice, mais il apparaît comme très dépendant des psychiatres. Les liens avec le monde médical restent étroits comme le montrent par exemple le rôle du psychiatre Sivadon dans cette organisation et la place des psychiatres dans les sections de province. L’émergence d’une parole familiale autonome reste donc modeste dans les années 1970, période qui, au regard des contributions de ce volume, apparaît comme un moment clé dans l’histoire des patients hospitalisés en psychiatrie.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540