Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

3. Expériences individuelles et familiales de la folie

La démobilisation des fous dans les asiles de l’Ouest

Hervé Guillemain

Texte intégral

  • 1 Voir dans ce volume sa contribution intitulée « Quel(s) malade(s) pour quel asile ? Le débat sur l (...)
  • 2 Les travaux sur la Première Guerre mondiale (G. Thomas, J.-Y. Le Naour) se focalisent surtout sur (...)
  • 3 Guillemain H., Chronique de la psychiatrie ordinaire. Patients, soignants et institutions en Sarth (...)
  • 4 Sur la distinction existant avant-guerre entre services de patients en crise aigue et service de p (...)

1Dans la mémoire professionnelle et l’historiographie de la psychiatrie française, le second conflit mondial écrase les décennies précédentes. L’entre-deux-guerres est pourtant, comme le montre Isabelle von Bueltzingsloewen dans ce volume, un moment important de débat sur les modalités de prise en charge des aliénés1. En amont de cette période, la Grande Guerre aurait-elle laissé l’institution psychiatrique intacte ? Le faible nombre de travaux concernant l’histoire de la psychiatrie française sur cette période2 nous interdit toute remarque trop générale à propos de cet apparent statu quo institutionnel. Cependant l’observation d’une situation locale – celle de l’asile du Mans, dont l’histoire a été écrite ailleurs3 – donne le sentiment d’un d’élan réformateur avorté. L’institution asilaire est entrée dans une crise profonde dans les dernières années du XIXe siècle et dans celles qui précèdent le premier conflit mondial. L’institution sarthoise, qui a fait le choix du maintien en centre-ville, est désormais enfermée à double tour dans son quartier ferroviaire. Sur le plan thérapeutique aucune évolution majeure n’est venue bouleverser la désespérante médecine des aliénistes désormais habituée à penser ces sujets en terme de chronicité. Assez logiquement, à cette époque, le poste de médecin-chef n’est guère occupé de manière stable, ce qui fait obstacle à toute stratégie de long terme. La population asilaire enfle sous le double effet de l’enkystement institutionnel des chroniques et de la croissance des admissions : alcooliques, adultes atteints de paralysie générale, jeunes déments précoces. Pour loger les 950 patients présents avant-guerre, on ajoute donc des pavillons au plan d’origine. L’immédiat avant-guerre fait néanmoins émerger deux propositions de réformes institutionnelles. La première, fondée sur une séparation géographique des aigus et des chroniques, donne lieu à la production d’un projet de transfert des travailleurs dans l’espace rural4. La seconde – beaucoup plus originale – passe par la création d’une commission spéciale destinée à auditionner régulièrement les aliénés afin de décider de leur mise en liberté. Alors que cette dernière réforme fonctionne encore après-guerre, la première est avortée en raison des évolutions démographiques de l’institution durant le conflit : la surmortalité exponentielle de la fin de guerre a en effet tempéré radicalement le problème de l’encombrement asilaire. En fin de compte, l’institution paraît immuable jusqu’à l’avènement des thérapies de choc et l’ouverture de premières consultations extrahospitalières à la fin des années 1930. La remise en cause de cette représentation mérite cependant d’être envisagée en prenant appui sur le fonctionnement asilaire du temps de guerre et en utilisant les dossiers de militaires internés.

  • 5 Registre d’admission, juin 1914 - août 1915, AD Sarthe - 1X 972.

2L’arrivée massive des militaires dans les asiles de l’Ouest (Le Mans et Alençon) peut paraître surprenante puisque ces asiles de province sont situés loin du front. Elle est cependant clairement quantifiable : pour Le Mans ce flux représente un malade sur deux entrants au deuxième semestre 1914 et un quart des nouveaux internés entre août 2014 et décembre 19155. Comme on le verra, les flux de sorties sont encore plus surprenants car ils rompent avec les usages en cours dans les asiles. Il apparaît que le passage par l’asile assure une démobilisation massive et rapide des internés à un moment ou le nouveau processus d’attribution des pensions paraît donner aux familles un rôle accru dans le système. Cet article évoquera donc la manière dont le contexte de guerre influence les modalités de prise en charge des hommes dans l’asile et permet l’intervention de nouveaux acteurs dans la construction du diagnostic.

L’asile, machine à réformer

  • 6 La statistique est établie sur 273 entrées à l’asile du Mans entre août 1914 et décembre 1915. Sur (...)
  • 7 À titre d’exemple, voir Guérin V., « L’impact de la grippe espagnole dans un asile psychiatrique f (...)
  • 8 On trouvera quelques itinéraires de ce type dans Bueltzingsloewen I. von, L’Hécatombe des fous. La (...)
  • 9 On parle ici de sorties et non de transferts vers un autre asile. Ces cas ne sont pas comptabilisé (...)
  • 10 On peut repérer cependant des cas de mort que l’on pourrait qualifier de « subite », consécutive à (...)
  • 11 Une majorité de soldats restent internés moins de six mois. Chiffres communiqués par Stéphane Tiso (...)

3L’exploitation quantitative des dossiers de militaires internés débouche sur un premier constat. Le mouvement de sortie massive et rapide de ces soldats tranche fortement avec les procédures usuelles d’internement qui entraînent pour une proportion importante des admis un long temps d’hospitalisation. Comme le montrent les graphiques 1, 2 et 3, la différence se marque nettement sur ce point entre les femmes, les hommes civils et les militaires6. Une majorité de civils, femmes ou hommes, connaissent un long internement de plusieurs années et décèdent à l’asile. Beaucoup meurent durant les derniers mois de la guerre ou juste après celle-ci durant la phase de diffusion de la grippe espagnole7. Quelques-uns sont restés dans cet asile jusqu’à la guerre suivante8. Les soldats de la Grande Guerre, atteints de pathologie mentale ou traumatisés par les conditions du conflit, sont eux sortis massivement (60 %) après quelques semaines ou quelques mois seulement de séjour9. Ils ne sont que très rarement l’objet d’un long internement et très peu sont morts dans l’institution10. Si la durée d’internement paraît s’allonger au fur et à mesure de la guerre, cette première tendance perdure néanmoins. En 1917 on compte encore 50 % d’internements brefs parmi cette population militaire. Un travail similaire sur deux autres asiles de l’Ouest confirme ce constat statistique. À l’asile d’Alençon, sur la trentaine de soldats internés en 1915, on compte seulement deux décès et trois internements longs (c’est-à-dire jusqu’à la fin de la guerre) : les 5/6e des séjours sont des internements courts qui oscillent entre quelques jours et quelques mois. On constate exactement le même phénomène en Mayenne sur l’ensemble de la guerre11. À partir de ce simple constat, deux questions se posent : comment expliquer cet afflux de soldats dès les premiers moments du conflit ? Pourquoi les soldats n’ont-ils pas été soumis au même régime d’internement que les autres aliénés ?

Graphique 1. – Sortie des femmes internées entre août 1914 et décembre 1915.

Graphique 2. – Sortie des civils hommes internés entre août 1914 et décembre 1915.

Graphique 3. – Sortie des soldats internés entre août 1914 et décembre 1915.

La mobilisation des fous

  • 12 Dossier du soldat Victor P. (1915-1941), Archives médicales du C.P.O. d’Alençon.

4Il n’est pas question dans le cadre de cet article de dresser le tableau complet des causes d’internement durant la Grande Guerre. On pourra néanmoins tenter d’esquisser une explication historique à l’afflux brutal et massif de soldats dans les asiles de l’Ouest dans les premiers mois du conflit. « Il est impossible d’avoir fait d’un fou un soldat », est-il mentionné dans le dossier du soldat Victor P. interné à Alençon12. L’homme qui appartient à la classe 1896 a été mobilisé le 3 août 1914. Il est évacué vers l’arrière sans jamais avoir combattu. Lors de son passage au Val-de-Grâce en novembre 1914, le sujet présente un discours mystique et guerrier que les médecins jugent constitutif d’une forme de psychose hallucinatoire liée à un état ancien de débilité mentale congénitale. L’enquête de gendarmerie diligentée pour établir l’état mental du sujet avant la guerre montre que Victor souffrait bien de troubles psychiques dans les années qui précèdent le conflit. Or son cas est loin d’être isolé puisqu’en 1914, l’armée française mobilise massivement sans clairement distinguer l’état de santé mentale des appelés.

  • 13 La bibliographie est très dense sur le sujet. Une des références les plus citées par les auteurs d (...)
  • 14 Le taux d’aliénés est considéré comme plus élevé chez les engagés et dans les troupes coloniales. (...)
  • 15 Simonin J., « L’expertise psychiatrique dans l’armée. Sa réglementation officielle récente », L’en (...)
  • 16 Dossier du soldat Pierre G. (1915-1941), Archives médicales du C.P.O. d’Alençon.
  • 17 Adam, Dr., « Les maladies mentales dans l’armée », Annales médico-psychologiques, 1910.
  • 18 Dossier du soldat Gustave L., AD Sarthe, 1 X 619.
  • 19 Sur le fonctionnement de cette institution, voir Roynette O., Bons pour le service. L’expérience d (...)

5Il existe pourtant durant ces années une prose médicale portant sur la nécessité d’opérer un tri des soldats selon des critères psychiatriques13. En 1909, le congrès des aliénistes réuni à Nantes réfléchit aux formes d’aliénation présentes dans l’armée et identifie des formations particulièrement peuplées de sujets fragiles14. Les médecins esquissent alors quelques pistes scientifiques de dépistage de ces individus qui ne connaissent guère d’appli15. L’ensemble de ces textes pointent deux phénomènes importants. Le premier est celui de la moindre sélection des déficients dans l’armée française (notamment par rapport aux usages de l’armée allemande). Cette carence de l’expertise psychiatrique militaire provoque des parcours catastrophiques à l’image de celui de Pierre G. qui à partir de son évacuation dans l’Aisne en août 1915 est reconnu par tous les médecins comme l’archétype du sujet « débile » incapable de rendre service au front. « Les obus faisaient sonner la tête » de cet homme qui présente d’emblée tous les signes physiques de la dégénérescence telle qu’envisagée par les aliénistes depuis la fin du XIXe siècle : « un goitre, un cou puissant, des yeux bridés, une tête carrée16. » Après avoir été mobilisé sur le front alors que toutes les théories scientifiques de l’époque auraient dû conclure à son incapacité, Pierre G. est évacué sur l’asile d’Alençon, réformé puis rendu à sa famille moins de deux mois après le début de son internement. Tout aussi problématique est la mobilisation des déments précoces. Ces psychotiques, que l’on nommera bientôt schizophrènes (cette dernière appellation qui s’applique au même type de patients est récente et se diffuse en France dans l’entre-deux-guerres), voient souvent leurs troubles se déclencher au moment du service militaire. Cette démence acquise du jeune adulte, totalement incompatible avec les conditions du combat, est très fréquente dans l’armée du début du siècle. Elle est, après la paralysie générale – conséquence ultime de l’invasion syphilitique –, la deuxième maladie mentale identifiée dans les bataillons par les aliénistes17. Dans notre corpus de dossiers de patients militaires, nombreux sont ces sujets déments précoces internés à plusieurs reprises avant-guerre qui sont mobilisés dans les premiers mois du conflit. Gustave L. diagnostiqué comme débile avec tendance à la démence précoce est interné à trois reprises au Mans, en 1907, en 1916 après sa mobilisation et à nouveau en 1918 : il décédera dans l’asile avant la fin de la guerre18. L’expérience de l’internement avant-guerre ne dispense donc pas de la mobilisation en 1914. S’il existe depuis 1898 un système de réforme temporaire, le qualificatif de « temporaire » indique bien qu’être hors de l’hôpital au moment du conseil de révision suffit à être mobilisé19. Armand C. a été admis à l’asile du Mans en 1909 en état d’agitation aigue. Lorsqu’il présente les mêmes symptômes maniaco-dépressifs au moment de la mobilisation, la crise est replacée par le docteur Bourdin dans une longue succession historique depuis un épisode initial, celui de son mariage en 1908. À son retour à l’asile au début de la guerre le sujet très violent hurle et ne dort plus. Après une phase de convalescence en famille, Armand est pourtant renvoyé sur le front et reviendra rapidement à l’asile en état de totale confusion mentale. À côté de la figure bien connue du soldat « shoqué » dans les tranchées il faudrait faire une place à celle du psychotique envoyé au front dans ce moment de mobilisation générale, figure qui ne peut surgir que d’une étude précise des dossiers de patients et de la remise en perspective de l’entrée en guerre dans l’histoire du sujet. Le soldat Eugène P., interné à Alençon en 1917, a certes été victime d’une commotion due à une explosion d’obus près d’Arras mais c’est aussi un baroudeur de la coloniale victime d’un « coup de chaleur » lors de la campagne du Tonkin - épisode qui lui vaut une réforme pour « troubles mentaux » en 1913 –, c’est aussi un soldat de l’armée d’Orient ayant contracté le paludisme en 1917 en Serbie. Durant la guerre on a donc démobilisé très rapidement des malades qui n’auraient jamais dû être mobilisés selon les canons scientifiques de l’époque et un constat dressé à partir des travaux menés sur la guerre russo-japonaise quelques années auparavant : la majeure partie des malades pouvait être considérée comme des « récidivistes », les troubles mentaux ayant été aggravés chez certains d’entre eux par le passage aux colonies. Dans ce processus de réforme massive, les psychiatres d’asile, à l’inverse de leurs collègues neurologues, ne débusquent que très peu de simulateurs. Au Mans le docteur Victor Bourdin, confronté aux rappels systématiques des bureaux de recrutement en 1915 et 1916 (qui précisément veulent s’assurer de l’absence de simulation de sujets internés), se refuse à risquer tout renvoi d’un malade vers le front. Pour toutes ces raisons, l’asile fonctionne comme une grande machine à réformer et donc potentiellement à renvoyer les soldats dans les familles. On peut aussi expliquer cette démobilisation massive et rapide par un phénomène institutionnel dont la nouveauté découle de la réforme du système de pension durant la guerre.

Une pression extérieure liée au contexte de guerre

  • 20 Sur ce point voir le 3e chapitre de l’ouvrage de Thomas G., Treating the Trauma of the Great War…, (...)
  • 21 Le système de réforme militaire est transformé en 1915 mais cela ne modifie pas une partition issu (...)
  • 22 Note de la direction de l’asile du Mans, AD Sarthe, 1 X 952.

6Quelle institution finance le séjour de ces soldats internés ? La question est importante pour comprendre la manière dont l’asile gère in fine l’hospitalisation de ces soldats. Le premier cas de figure concerne les soldats hospitalisés sur une longue durée qui bénéficient au terme de la réforme de 1919 d’une pension militaire accordée par l’Etat20. Ces malades, très intéressants pour les finances de l’asile puisqu’ils permettent dans l’institution le fonctionnement d ‘ un pensionnat de patients aisés, sont assez peu nombreux dans l’Ouest. À l’asile d’Alençon ils représentent un sixième des militaires internés, beaucoup moins dans l’asile du Mans. L’écrasante majorité des soldats est hospitalisée sans que le lien entre leur état et la guerre n’ait été clairement démontré. Ils sont conformément au texte de 1875 considérés comme des réformés no 2, un statut qui n’ouvre pas droit à une pension21. Une fois réformés, ces soldats ne sont logiquement plus à la charge du ministère de la guerre. Ils viennent donc grossir les rangs des patients dont le séjour est à la charge des familles ou le plus souvent à la charge de leur département d’origine. Comme l’indique une note de service de l’asile du Mans contemporaine du conflit : « en cas de réforme la famille se substitue à la guerre pour le paiement de la pension, le jour de la réforme est du à l’asile par la famille22. » Cet afflux massif de soldat entraine donc une surcharge financière pour l’asile dont la direction réclame une rallonge budgétaire à son autorité de tutelle. Cette nouvelle donne peut assez logiquement favoriser une sortie rapide des militaires.

  • 23 Dossier du soldat Victor M., AD Sarthe, 1 X 627.
  • 24 Dossier du maréchal des logis Auguste L., AD Sarthe, 1 X 653.

7Le contexte de guerre et les nouvelles procédures de réforme et de pensions favorisent aussi l’intervention de nouveaux acteurs dans une institution dont le fonctionnement est plutôt autocratique. Si l’armée tente d’influencer le retour aux armes de certains patients, comme en témoignent les requêtes récurrentes des autorités militaires auprès de la direction de l’asile, les anciens combattants veulent de leur côté s’approprier un droit de regard sur l’hospitalisation des leurs qui s’exprime notamment dans la presse d’après-guerre. Cette pression sociale est d’autant plus forte sur l’institution qu’elle prend place à une époque de carence de la main d’œuvre masculine. Plusieurs dossiers de soldats comportent des lettres d’embauches venant de l’extérieur. Victor M., la quarantaine, arrivé en pleine confusion mentale en octobre 1916, reçoit 2 lettres, en 1917 et 1918, d’un agriculteur de Champagné qui a perdu plusieurs fils au front et affirme vouloir reprendre à son service celui qu’il a déjà employé avant-guerre23. Auguste L., militaire de la coloniale mobilisé dans l’artillerie à partir de 1914 a déjà été interné avant-guerre. Il est violemment « shoqué » en 1916, erre d’hôpital en hôpital en 1917, paraît totalement halluciné et persécuté. La proposition d’emploi d’une blanchisserie de Cachan puis d’un établissement de peinture à St Brieuc joue de manière évidente un rôle dans sa sortie24. Dans le même ordre d’idées on peut rappeler que la Grande Guerre est l’occasion pour le docteur Bourdin, médecin-chef de l’asile du Mans, d’innover en matière de sortie d’essai : celui-ci forme en 1915 des équipes de malades travailleurs encadrés par des infirmiers pour accomplir les moissons aux alentours de l’asile du Mans.

La contestation de l’institution par les familles des soldats

  • 25 Lettre de la sœur du patient au directeur, 10/07/1917, Dossier du soldat Léopold L., AD Sarthe, 1 (...)

8À cette pression militaire et économique extérieure s’ajoute celle des familles de patients dont on peut évoquer le rôle à partir d’une étude des correspondances échangées avec les médecins et la direction des asiles. Partons d’une constatation : la plupart des soldats internés, quel que soit leur état, sont retirés par leur famille, le plus souvent leur femme ou leur mère. Comment expliquer ce phénomène ? L’accumulation de deuils familiaux joue dans un premier cas de figure en faveur de la sortie des soldats. La sœur de Léopold L., un canonnier de la classe 1898 atteint de paralysie générale et interné au Mans en juillet 1917, écrit dans une lettre au directeur de l’institution : « Quel est donc encore ce grand malheur qui selon vos dires doit encore nous échoir… il est donc arrivé à faire presque ces trois ans sur le front sans aucune maladie pour finir aussi tragiquement. Nous avons déjà perdu quelqu’un qui fut blessé à Douaumont et mort à Bar le duc et un autre prisonnier25. » La singularité de la situation familiale et du temps de guerre débouche sur une contestation familiale de l’institution psychiatrique qui prend plusieurs formes : contestation du diagnostic médical – « dans ma famille, il n’y a jamais eu de cas de dérangement cérébraux » explique la sœur de Léopold – mais aussi mise en cause de la qualité des soins dans les départements de province.

9En conférant à la procédure de réforme et de pension une dimension nouvelle, à partir d’un questionnement sur l’antériorité des troubles, la Grande Guerre pousse les mères ou les femmes à construire leur propre discours sur la maladie des hommes. Dans le cas d’Albert A., interné au Mans après avoir servi trente-six mois sans interruption en France et en Orient depuis sa mobilisation en août 1914, la mère du soldat argumente énergiquement en faveur de l’octroi d’une pension :

  • 26 Lettre de la mère du soldat au directeur et au médecin chef, avril 1919, dossier Albert A., AD Sar (...)

« De deux choses l’une. Ou mon fils est toujours malade et dans ce cas il m’apparaît que ce n’est pas une réforme No 2 avec gratification qui lui convient mais bien une réforme avec pension, ou alors il est guéri et je m’oppose de la façon la plus formelle à son transfert dans un asile d’aliénés de mon département ou autre. Vous laissant toute la responsabilité d’une pareille décision et je ne crois pas que je sache que vos droits puissent aller jusqu’à permettre de l’interner sans mon consentement. Il me paraît étrange dans tous les cas que mon fils qui de par votre bulletin puisque vous voulez l’interner n’est point guéri soit réformé No 2 avec gratification alors que sa santé cérébrale ne lui permet pas d’accepter ou de refuser valablement quelque chose. Je proteste donc très énergiquement d’une réserve de faire toute réclamation utile auprès des autorités supérieures, la leur signalant par tous les moyens ce qu’à d’odieux à mes yeux le procédé employé à mon fils irresponsable. Ayant votre réponse reçue je prendrais toute mesure que je prévoirais utile pour sauvegarder le droit d’un soldat de la Grande Guerre (plusieurs mois au front)26. »

  • 27 Dossier du soldat Lucien C. (1917), Archives médicales du C.P.O. d’Alençon.

10Le soldat sortira deux mois après cette lettre revendicative. Dans le cas de Lucien C.27, cultivateur de l’Orne, devenu soldat au 103e Régiment d’infanterie, la revendication de l’épouse ne porte pas sur l’obtention d’une pension puisque son mari a déjà été interné avant-guerre. C’est dans un état de stupeur et de mutisme quasi complet qu’il arrive en mai 1917 à l’asile d’Alençon. L’homme qui vient de tenter de s’étrangler avec la sangle de sa musette apparaît mélancolique et délirant (dans ses poèmes il témoigne de ses inventions aux grands de ce monde). Il est pourtant retiré de l’institution par sa femme moins de deux mois après son entrée. Durant ce court séjour, la mère du soldat fait parvenir au médecin chef et au directeur deux longues lettres qui relèvent à la fois d’un réquisitoire contre les autorités médicales et militaires et d’une revendication du rôle des familles. Afin de négocier cette sortie avec l’autorité médicale, la mère du soldat s’approprie le langage psychiatrique – « symptômes », « dépression », « mélancolie » –, et élabore des hypothèses étiologiques – « le cerveau travaille toujours ». Si l’absence de lien entre les troubles et la guerre est évidente dans ce cas, la famille emploie l’argument du « mal sélectionné » des conseils de révision – « messieurs les majors qui l’ont passé en visite n’y auront pas attaché d’importance ». Pour la famille de Lucien, l’armée en envoyant au front des soldats aliénés a commis une faute qu’elle doit réparer. La famille est par ailleurs dans ces lettres investie d’une fonction thérapeutique supérieure à celle des soignants de l’asile qui selon l’expérience de visiteuse de cette mère se contentent de maintenir le malade attaché à longueur de journée.

11Les dossiers de patients qui témoignent de ce type de situation sont nombreux dans les archives des asiles de l’Ouest sur lesquelles nous nous sommes appuyés. Le contexte inédit de la Grande Guerre a transformé temporairement l’expérience psychiatrique masculine. L’hospitalisation massive et soudaine de cette population dans des institutions déjà fortement peuplées et soumises à des flux de patients exilés en provenance des zones en guerre ou occupées génère un choc auquel l’institution asilaire telle qu’elle fonctionne en 1914 ne peut répondre. Celle-ci est en effet affaiblie par le départ de ses personnels soignants et par les conditions d’hygiène et de ravitaillement dégradées du temps de guerre. Alors que les centres neuropsychiatriques, nés en 1915, sont pensés pour le renvoi au front et le tri des soldats en fonction de leur état pathologique, les asiles accueillent massivement cette nouvelle population sans adaptation. La pression des familles endeuillées, des entrepreneurs en manque de main d’œuvre, des administrations confrontées à un surcout lié à l’hospitalisation de soldats réformés, conduit les médecins et les directeurs à faire sortir rapidement cette population masculine. En parallèle de ce mouvement, de nombreux dossiers vont dans le sens d’une réévaluation du rôle des familles, d’une contestation des procédés militaires et médicaux et de l’émergence d’une forme de droit à la sortie par reconnaissance de l’effort patriotique, y compris pour ces recrues dont le passé psychiatrique lourd empêche ces soldats de bénéficier d’une pension. Cette souffrance psychique massive accueillie dans l’urgence est-elle dans les têtes des réformateurs de l’après-guerre ? Il reste peu de traces de cette période de l’institution asilaire, mais il est probable que la réflexion menée sur la création de nouveaux services libres ou sur l’extension de l’assistance familiale aux aliénés se sera nourrie de cette expérience collective éphémère.

Notes

1 Voir dans ce volume sa contribution intitulée « Quel(s) malade(s) pour quel asile ? Le débat sur l’internement psychiatrique dans la France de l’entre-deux-guerres ».

2 Les travaux sur la Première Guerre mondiale (G. Thomas, J.-Y. Le Naour) se focalisent surtout sur les centres neuropsychiatriques et n’abordent que marginalement l’étude des asiles et des soldats internés. On lira donc avec intérêt l’approche originale de P. Barham sur le cas anglais. Barham P., Forgotten Lunatics of the Great War, New Haven, Conn., Yale University Press, 2004 ; Thomas, G. M., Treating the Trauma of the Great War. Soldiers, Civilians and Psychiatry in France, 1914-1940, LSU Press, 2009 ; Le naour, Jean-Yves, Les Soldats de la honte, Paris, Perrin, 2011.

3 Guillemain H., Chronique de la psychiatrie ordinaire. Patients, soignants et institutions en Sarthe, XIXe-XXIe siècles, Paris, La Reinette, 2010.

4 Sur la distinction existant avant-guerre entre services de patients en crise aigue et service de patients chroniques, voir Trichet Y., L’entrée dans la psychose : Approches psychopathologiques, clinique et (auto-) traitements, P. U. R., 2011.

5 Registre d’admission, juin 1914 - août 1915, AD Sarthe - 1X 972.

6 La statistique est établie sur 273 entrées à l’asile du Mans entre août 1914 et décembre 1915. Sur ce total on compte 70 soldats.

7 À titre d’exemple, voir Guérin V., « L’impact de la grippe espagnole dans un asile psychiatrique français », Revue Piper, oct. 2010, consultable à cette adresse : [http://www.fiuc.org/PIPER/1/005/].

8 On trouvera quelques itinéraires de ce type dans Bueltzingsloewen I. von, L’Hécatombe des fous. La famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’occupation, Aubier, 2007.

9 On parle ici de sorties et non de transferts vers un autre asile. Ces cas ne sont pas comptabilisés dans cette statistique.

10 On peut repérer cependant des cas de mort que l’on pourrait qualifier de « subite », consécutive à des états de délirium tremens et de crise aiguë au moment de la mobilisation.

11 Une majorité de soldats restent internés moins de six mois. Chiffres communiqués par Stéphane Tison.

12 Dossier du soldat Victor P. (1915-1941), Archives médicales du C.P.O. d’Alençon.

13 La bibliographie est très dense sur le sujet. Une des références les plus citées par les auteurs de l’époque est la suivante : Antheaume A. et R. Mignot, Les maladies mentales dans l’armée française, Paris, Delorme, 1909.

14 Le taux d’aliénés est considéré comme plus élevé chez les engagés et dans les troupes coloniales. Il atteint un maximum dans les bataillons disciplinaires.

15 Simonin J., « L’expertise psychiatrique dans l’armée. Sa réglementation officielle récente », L’encéphale, juin 1913.

16 Dossier du soldat Pierre G. (1915-1941), Archives médicales du C.P.O. d’Alençon.

17 Adam, Dr., « Les maladies mentales dans l’armée », Annales médico-psychologiques, 1910.

18 Dossier du soldat Gustave L., AD Sarthe, 1 X 619.

19 Sur le fonctionnement de cette institution, voir Roynette O., Bons pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000.

20 Sur ce point voir le 3e chapitre de l’ouvrage de Thomas G., Treating the Trauma of the Great War…, op. cit., p. 95-123.

21 Le système de réforme militaire est transformé en 1915 mais cela ne modifie pas une partition issue d’une instruction ministérielle de 1875 qui distingue deux types de réformes : no 1 (blessure due à la guerre), no 2 (blessure non due à la guerre). Il est à noter qu’une loi (décembre 1916 suivie de la circulaire de mars 1917) accorde une allocation temporaire de quelques mois aux réformés no 2 mais avec des conditions draconiennes : deux mois minimum de service durant la guerre, infirmité aggravée par la guerre, invalidité supérieure à 40 %.

22 Note de la direction de l’asile du Mans, AD Sarthe, 1 X 952.

23 Dossier du soldat Victor M., AD Sarthe, 1 X 627.

24 Dossier du maréchal des logis Auguste L., AD Sarthe, 1 X 653.

25 Lettre de la sœur du patient au directeur, 10/07/1917, Dossier du soldat Léopold L., AD Sarthe, 1 X 616.

26 Lettre de la mère du soldat au directeur et au médecin chef, avril 1919, dossier Albert A., AD Sarthe, 1 X 624.

27 Dossier du soldat Lucien C. (1917), Archives médicales du C.P.O. d’Alençon.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Sortie des femmes internées entre août 1914 et décembre 1915.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Graphique 2. – Sortie des civils hommes internés entre août 1914 et décembre 1915.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Graphique 3. – Sortie des soldats internés entre août 1914 et décembre 1915.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118716/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540