Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

3. Expériences individuelles et familiales de la folie

Lettres grises, lettres mortes. Les militaires internés à l’asile de Ville-Évrard pendant la Grande Guerre1

Corinne Benestroff

À Jean-Luc Garrigou

Texte intégral

Tous mes remerciements à Anne-Pascale Saliou, responsable du Service des Archives de l’EPS de Ville-Évrard, Richard Lefeuvre, Pierre-Brice Lebrun, Anne Furigo.

  • 1 Tous mes remerciements à Anne-Pascale Saliou, responsable du Service des Archives de l’EPS de Vill (...)
  • 2 Arch. de Ville-Évrard/DM. 334. L’orthographe des lettres a été conservée.

« Croit être venu ici parce qu’un camarade de sa compagnie aurait trouvé des lettres dans sa musette ne lui appartenant pas […] on va le faire passer au conseil de guerre pour le fusiller. » D. 18 août 19152.

1En 1918, Sigmund Freud s’inquiétant du sort de son fils Martin écrit à Sandor Ferenczi :

  • 3 Freud S., Ferenczi S., Correspondance, t. 2, 1914-1919, Paris, Calmann-Levy, 1996, p. 321.

« Pendant huit jours, nous n’avons eu aucune nouvelle de Martin. Comme nous savions qu’il participait à l’offensive, nous nous faisions du mauvais sang3. »

2À l’instar de millions d’autres, il attend fébrile des nouvelles du front. S’il est désemparé, il travaille à la question des névroses de guerre :

  • 4 Op. cit., lettre du 27 octobre 1918.

« J’ai, en ce moment, le plus souvent la tête vide de pensée. […] La dernière, relative aux névroses de guerre traumatiques, je la mets à votre disposition […] Il s’agit d’un conflit entre deux Idéaux du Moi, l’habituel et celui que la guerre a imposé4. »

  • 5 Davoine F., Gaudilliere J.-M., (2004), Histoire et trauma. La folie des guerres, Paris, Stock, 200 (...)
  • 6 « Je ne me suis jamais remis d’avoir survécu à la bataille d’Amiens », écrira Wilfred Ruprecht Bio (...)

3La guerre induit en effet un remaniement de la théorie freudienne qui culminera avec le texte Au-delà du principe de plaisir (1920). Au-delà, écrit Freud en cartographe de la psyché, on se perd, sur les terres de l’effroi, dans les « aires de catastrophe5 », on perd parfois la raison6.

4L’expérience de cette dévastation fera brèche, chamboulant les représentations, les productions intellectuelles et artistiques, l’organisation du corps social. Cette onde de choc court aussi du front à l’asile. Que faire de tous ces mutilés, gueules cassées, commotionnés ? Qu’ont-ils donc à trembler, crier dans leur sommeil ? Sont-ils de vrais malades, des simulateurs, des embusqués ? De quels secrets sont-ils les dépositaires, les destinataires ? Que confient-ils donc fiévreusement au papier ?

  • 7 Bureau de censure créé par Louis xiii qui a fonctionné jusqu’en 1888.

5Du soldat comme de la lettre, on dit qu’il est expédié, réexpédié, envoyé, posté. L’on verra que l’asile devient parfois un cabinet noir7, une poste restante, un réseau de relais, de correspondance, entre le public et l’intime, entre les lettres grises et les lettres mortes.

6L’étude de ces correspondances parcellaires s’inscrit dans une analyse relevant de la micro-histoire mettant à jour les effets de la guerre à l’asile pour les praticiens et les malades. La traque des détails surgissant dans ces écrits officiels et intimes révèle les représentations émergentes sur la guerre, l’asile, les soins et la famille. L’on verra que l’écrit acquiert un nouveau statut diagnostique et thérapeutique.

Les lettres et la guerre

  • 8 Trévisan C., « Lettres de guerre », Revue d’Histoire Littéraire de la France, vol. 103, 2003, p. 1
  • 9 Ibid.
  • 10 Apollinaire G., Lettres à Madeleine, Paris, Gallimard, 2005, p. 451.
  • 11 Ibid., p. 343.

7Arrachés à leurs foyers, les soldats mobilisés cherchent à retisser l’ordinaire des jours, à retrouver la singularité face à « l’étreinte mortelle du collectif » dont parle Carine Trevisan8. Les combattants écrivent une lettre par jour en moyenne9. Blessé, le soldat écrit ou fait écrire, tel Guillaume Apollinaire : « Ne t’inquiète pas mais je ne dois pas écrire encore je ferai écrire demain. Je t’aime10. » Le poète, futur censeur, ne peut s’empêcher de collectionner les écrits trouvés sur le champ de bataille : « Mon amour, ci-inclus une lettre boche, c’est une femme nommée Rosa qui écrit à son mari, tu y verras que les Allemands voudraient la paix11. »

8Ainsi, les lettres du front mêlent description du quotidien et toute une palette de sentiments : ivresse du combat, ennui des heures d’attente, effroi de la mort. Véritable baromètre, elles décrivent le moral des troupes et intéressent le contrôle postal aux armées instauré début 1915. Il établit pour ses censeurs une grille d’analyse de contenus. On traque toute violation du secret militaire bien sûr, mais aussi les émergences critiques à l’égard du commandement. Les soldats le savent et continuent pourtant à écrire. Cette censure se poursuivra à l’hôpital, exercée cette fois par l’autorité médicale.

  • 12 À partir de 1915, une partie de l’établissement accueillera à nouveau des pensionnaires payants.
  • 13 Bieser H., Les Militaires aliénés à l’Asile de Ville-Évrard – mai 1915 – 5 décembre 1918, Mémoire (...)
  • 14 Fondée en 1986.
  • 15 Dossiers médicaux communicables 120 ans à partir de la date de naissance du patient.
  • 16 Bieser H., op. cit., p. 4.

9L’asile de Ville-Évrard (Neuilly-sur-Marne) réquisitionné en septembre 1914 accueille les militaires blessés de la bataille de la Marne, puis de mai 1915 à 1918 les militaires aliénés12. Hubert Bieser13 propose une radiographie de cette population à partir du fonds collecté par la Société d’Études et de Recherches Historiques en Psychiatrie14, (1 332 soldats hospitalisés). Son échantillon met en évidence la recherche d’un diagnostic plus fin. La partition de l’hôpital en deux sections tente la mise en ordre des pathologies du désordre. Notre étude est construite à partir d’un échantillon de 128 dossiers médicaux15 et de documents administratifs du Service des Archives de Ville-Évrard. Comme Hubert Bieser, nous avons été frappée par les lettres dans les dossiers : « enveloppes closes adressées à des destinataires qui ne les auront jamais reçues : d’autres, ouvertes […] qui ne justifiaient sans doute pas une telle rétention », écrit-il16. Lettres gardées, perdues, détournées, lues, relues et censurées, postées et réexpédiées, retournées à un autre…

Lettres grises

  • 17 Lettre du préfet de la Seine au Directeur de l’Asile de Ville-Évrard, 29 juin 1915, « Attribution (...)
  • 18 Arch. de Ville-Évrard. AD 44 – 75M/15.
  • 19 Rapport sur le Services des Aliénés du Département de la Seine pendant 1914. Paris, Imprimerie Nou (...)

10Une volumineuse correspondance s’instaure donc entre les autorités médicale et militaire. Les militaires restent d’abord des militaires, ils ne peuvent par exemple prétendre à une rétribution pour leurs travaux (épandage, jardinage) ; seuls les militaires aliénés sous le régime de la loi du 30 juin 1838 le peuvent17. Il est souvent question d’argent - soldes, reversement des frais d’hospitalisation, frais d’obsèques, etc18 – mais le Rapport sur le Service des Aliénés du Département de la Seine de 1914 laisse transparaître des considérations souvent plus personnelles19.

  • 20 Rapport du docteur Toulouse A., de Villejuif, « on pouvait redouter que des espions ne s’attaquent (...)
  • 21 Docteur Rogues de Fursac, « Asile de Ville-Évrard », Rapport sur le Service des Aliénés, ibid., p. (...)
  • 22 Rapport du docteur Toulouse, op. cit., p. 147.
  • 23 Rapport du docteur Lwoff – Minute au préfet. Arch. de Ville-Évrard. AD 44 – 75/M/15.

11Les Médecins des Asiles de Villejuif, Vaucluse et Ville-Évrard insistent tous sur les difficultés de réorganisation des services (évacuations, réaménagement des sections, mobilisation du personnel, instauration de nouvelles règles de sécurité)20. Dans ce contexte de restriction générale, des changements de perception sur la population des asiles et la validité de l’internement se dessinent. Le docteur Rogues de Fursac à Ville-Evrard déplore le nombre croissant de vieillards « ni délirants, ni dangereux21 ». Le docteur Toulouse évoque sans le préciser un projet d’étude sur « l’influence des évènements de la guerre sur les maladies mentales des femmes22 ». En 1915, le docteur Lwoffà Ville-Évrard, constate que le traitement des confus peut se faire sans internement23.

  • 24 Rapport du docteur Toulouse, op. cit., p. 148.
  • 25 Rapport du docteur, Rogues de Fursac, op. cit., p. 120.

12L’arrivée du personnel féminin dans les services de malades dangereux ébranle la notion même de dangerosité. Le véritable bouleversement des représentations s’opère par l’arrivée des femmes. Infirmières et auxiliaires embauchées sur le tas accomplissent désormais le travail habituellement dévolu aux hommes, en particulier auprès des malades dits dangereux : « Les femmes ont sans appréhension soigné des malades aliénés », écrit étonné le docteur Toulouse24. Même satisfecit décerné par le docteur Rogues de Fursac : les malades conserveraient des sentiments durables. « Le sentiment, qui dans la société fait accorder à la femme des égards par l’homme, joue à l’asile comme hors de l’asile25 », note-t-il.

  • 26 Rapport du docteur Toulouse, op. cit., p. 148 ; Le docteur Lwoff propose la présence d’un couple d (...)
  • 27 Rapport du docteur Rogues de Fursac, op. cit., p. 120.
  • 28 Ibid., p. 148.
  • 29 Montorgueil G., « Trahisons à l’arrière », L’Éclair, 26 février 1916, cité par J.-Y. Le Naour, Mis (...)

13Il s’agit bien d’une dilution des frontières entre le dedans et le dehors, l’asile et le monde ordinaire, la répartition sexuée des tâches. C’est comme à regret que les Drs. Toulouse et Lwoff envisagent à l’avenir un service mixte26. Cette irruption du féminin là où on ne l’attendait pas est explicitée par le diktat de la nécessité « cette expérience imposée par les circonstances27 », car le mélange des sexes reste prohibé. Certaines infirmières ont hésité, craignant « de déplaire à leurs maris mobilisés28 ». On peut lire en filigrane l’émergence d’un imaginaire du féminin décorseté, comme si les femmes échappant à la tutelle de leurs pères et maris se débridaient au contact des hommes malades. Jusqu’où ira donc le dévouement de ces femmes esseulées ? Quelles consolations leur prodigueront-elles ? C’est en creux qu’est évoquée la question du corps et du sexe échappant au contrôle social pendant la guerre, car l’infidélité est « plus qu’une trahison envers l’individu : c’en est une envers le pays », écrit Georges Montorgueil dans L’Éclair29.

  • 30 Rapport du docteur Blin, Asile de Vaucluse, op. cit., p. 95.
  • 31 Ibid., p. 159.
  • 32 Ibid., p. 105.

14Enfin, les rapports au préfet sont émaillés de considérations générales sur la guerre mêlant dévouement, devoir, sacrifice, héroïsme. Le devoir accompli rassemble soldats et personnel soignant dans un même combat contre l’envahisseur : cet « ennemi préparé depuis longtemps à l’agression brutale », écrit le docteur Blin30. Cette symétrie est renforcée par l’exaltation du sacrifice et de l’héroïsme. La bravoure des combattants, le sang des morts au champ d’honneur rejaillit sur l’ensemble de la profession, bravoure qui touche aussi les femmes infirmières car « certains des leurs ont été tués, blessés ou prisonniers31 ». L’hommage est générique sous la plume du docteur Vigouroux : « Tous se sont bien conduits32. »

Lettres cliniques

  • 33 Ibid., p. 118.
  • 34 Ibid., p. 95.
  • 35 Idem.
  • 36 Ibid., p. 181.
  • 37 Ibid. Le Dr Lwoff note dans son rapport de 1915 que l’internement a pu être évité selon les vœux d (...)
  • 38 Docteur Blin, op. cit., p. 95.

15Mais que disent-ils de leurs nouveaux patients ? Très peu de choses au demeurant. Le docteur Martinier, déchargé de ses fonctions à l’Asile de Vaucluse prête dès le 5 août 1914 assistance au Comité de secours aux blessés des maxillaires et de la face. Organisant la formation des chirurgiens et les soins, il permet à « ces malheureux mutilés de continuer à vivre de leur travail après la guerre33 ». L’idée d’une prédisposition héréditaire aux troubles mentaux est confirmée par le docteur Blin qui constate que « les troubles mentaux atteignirent surtout des soldats prédisposés et surmenés34 ». Il évoque le succès des thérapeutiques en ces termes : « La plupart d’entre eux, placés dans de bonnes conditions d’hygiène et reposés, purent reprendre rapidement leurs services35. » Le docteur Colin, de l’asile de Villejuif, propose quant à lui la création d’une « section militaire spéciale36 » sans jamais évoquer la spécificité des troubles de ces patients, il souhaiterait leur éviter la tare de l’internement car écrit-il : « l’internement dans un asile d’aliénés constitue une tare sociale37. » Ainsi, à la lecture de ces rapports les lignes suivantes se dégagent : les médecins commentent la guerre en patriotes arguant de la légitimité du conflit « contre l’ennemi que l’histoire aura à juger38 », la nation toute entière fait front.

16À l’invasion du territoire correspond d’une certaine manière, l’invasion des militaires à l’asile, brouillant les frontières des classifications du champ nosographique et du champ civil. Aussi, le questionnement sur la légitimité de l’internement se pose avec acuité pour les vieillards, les malades incurables et pour les militaires. Dans le champ civil, une nouvelle perception de la femme se profile. Si elle reste parée des vertus traditionnelles : fragilité, dévouement, elle prouve ses compétences là ou on ne l’imaginait pas et devient malgré elle un nouvel objet clinique.

  • 39 Dossier médical Édouard S., Arch. Ville-Evrard. Document sans cote (DM002).

17Mais la spécificité des effets de la guerre sur les symptômes n’apparaît pas explicitement, alors que les comptes rendus d’entretien retracent souvent le parcours de ces combattants et que le patient établit le lien de causalité : « J’ai étais malade depuis le juin et la en allant dans la tranche a Arras j’ai eu Beaucoup Chaut [sic]39. »

Contrôle et censure

  • 40 Arch. de Ville-Évrard. Document sans cote.
  • 41 Note relative aux malades qui travaillent en dehors des quartiers. 6 mai 1916. Arch. de Ville-Évra (...)
  • 42 Avis du 23 06 17. Arch. de Ville-Évrard. Document sans cote.

18L’organisation de l’asile régit toute l’existence des malades. L’administration s’intéresse aussi à la correspondance. On apprend par une lettre du directeur des Postes qu’une boîte aux lettres supplémentaire a été installée (elle va être déplacée)40. Le docteur Rogues de Fursac rappelle qu’il a demandé la suppression de la boîte aux lettres située à l’entrée du bâtiment pour éviter la circulation des malades41. En 1917, le directeur M. Blanchier redit aux militaires l’obligation de mentionner le régiment auquel ils appartiennent pour bénéficier de la franchise postale non attribuée aux réformés : « À défaut de cette mention les lettres qui leur seront envoyées seront l’objet d’une taxe de 0,30 cts42. »

  • 43 Arch. de Ville-Évrard. Jurisprudence sur la correspondance des malades. Document sans cote.
  • 44 Ibid., p. 2.
  • 45 Loi du 24 aout 1790 et 10 et 20 juillet 1791 déclarent que « Le secret des lettres est inviolable (...)

19Une note non datée émanant des services de la Préfecture de la Seine fait état de la jurisprudence sur la correspondance des malades : « Les directeurs ont le droit de supprimer ou retenir les lettres, mais le moins souvent possible43 », ceci engage leur seule responsabilité. L’auteur insiste sur le subtil distinguo entre retenue arbitraire « des lettres privées de l’aliéné » et droit et devoir « d’examiner dans chaque hypothèse » la nécessité « que la lettre ne soit pas envoyée à sa destination ou qu’elle soit confiée à l’examen des médecins. Ces lettres retenues doivent être jointes au dossier44 » pour pouvoir être produites en cas de protestation. L’inviolabilité du secret de la correspondance devient caduque pour l’aliéné45. La censure s’exerce donc en toute légitimité et on ignore le plus souvent la fonction et l’identité du censeur pour chaque patient.

  • 46 « Article 47. Le courrier », Règlement intérieur de l’EPS de Ville-Evrard, INST – MEA – RI 268 – v (...)

20Aujourd’hui encore, le patient hospitalisé à l’EPS de Ville-Évrard a la possibilité d’expédier « sauf contre indication médicale » son courrier affranchi. Mais, il peut voir ce droit restreint : « Les limitations à ce droit ne peuvent être que temporaires et motivées par un certificat médical circonstancié46. »

Lettres mortes

21Sur les 128 dossiers étudiés, 29 contiennent des lettres adressées aux médecins, à la parentèle, aux amis, aux autorités, à des tiers imaginaires. Dans les lettres écrites par les militaires, la pudeur domine, les émotions affleurent au détour de considérations générales ou factuelles. L’état actuel, parfois l’état antérieur et quelques projections dans l’avenir se retrouvent.

Émotions

  • 47 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).
  • 48 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.
  • 49 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote. Prénom inconnu.

22De la description de l’état actuel s’élèvent quelques plaintes : incompréhension de l’enfermement (Jean V.47) mais surtout omniprésence de la douleur : maux de tête envahissants (Charles B.48, G.49), « tourbillon de douleur » (G.).

  • 50 Arch. de Ville-Évrard. DM 334.
  • 51 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.
  • 52 Arch. De Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

23Une mélancolie sourde se dégage des textes qui dépeignent : « les jours de tristesse » (Charles B.) C’est brièvement que les images « flash-back », cauchemars récurrents dirait-on aujourd’hui sont évoqués : « toujours les morts pourtant je suis las de les voir dans mon sommeil » (G.). On note aussi le sentiment de dépossession et de déshonneur : « Mon honneur est en dangé car on m’a tout pris ma santé, mon bonheur » (Alfred D.50), des idées de suicide : « quitter tous le monde » (Charles B.) et de rares évocations de l’état antérieur à l’hospitalisation dans des lettres adressées au médecin. Certaines lettres montrent une véritable tentative d’introspection sur laquelle nous reviendrons. La vie avant guerre, le séjour au front sont décrits de façon allusive (Vincent C.51, Gustave D.52).

  • 53 Arch. de Ville-Évrard. DM 334.
  • 54 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.

24Dans la clôture de l’asile, les militaires s’interrogent aussi sur leur avenir. Quel horizon pour ces militaires ? Retour au régiment ? Réforme ? L’avenir semble bien incertain. Les militaires semblent hors-espace, où est désormais leur place ? « Pas là », comme l’écrit Joseph D.53. Pourtant, Ernest R.54 craint de rechuter dans son « milieu normal » et Charles B. ne veut plus rentrer chez lui.

Commentaires

  • 55 Arch. de Ville-Evrard. DM 450.
  • 56 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.
  • 57 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).
  • 58 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

25Ces évocations côtoient des commentaires sur la guerre et sur l’hospitalisation qui prennent parfois la forme d’émergences délirantes. On ignore si les malades craignent l’emprise de la censure militaire, en tout cas, les commentaires sur la guerre sont rares. Pourtant, la guerre reste présente en filigrane : « nous sommes sacrifié » écrit Charles B.55. Si l’on retrouve un patriotisme intact chez Théodore N.56, Jean B.57 « vive la France » disent-ils. Le désenchantement se sent chez Joseph D.58 qui affirme « je ne suis plus pour la guerre ».

  • 59 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.
  • 60 Arch. de Ville-Évrard. DM 334.
  • 61 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.
  • 62 Arch. De Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).
  • 63 Arch. de Ville-Evrard DM 450.

26Là encore, après l’abrasement des affects, la sobriété des propos frappe. Trois lettres sur quatre commentent l’hospitalisation et expriment des critiques franches. Vincent C.59, Auguste F.60, Henri P.61 et Jean V.62 protestent et arguent de leur bonne santé mentale. Seul Ernest R.63 dont les écrits à Rogues de Fursac laissent supposer de bonnes relations médecin-malade (on parlerait aujourd’hui de transfert positif) vante la qualité des soins et des repas.

  • 64 Jean V. : condamné à 2 ans de prison pour refus d’obéissance à Verdun le 14 mars 1915. Puis à 5 an (...)

27L’explication donnée aux malades quant aux motifs de leur hospitalisation reste inconnue. En tout cas, l’indignation pousse Jean V.64 à écrire au procureur de la République. On peut aussi considérer les émergences manifestement délirantes comme autant de commentaires sur la guerre et l’hospitalisation exprimés sous cette forme très personnelle.

  • 65 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).
  • 66 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.
  • 67 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).
  • 68 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.

28Si ces idées délirantes peuvent paraître banales dans un asile, il est frappant de constater qu’elles mettent la guerre au cœur du discours sur le mode persécutif ou exalté : « Les espions étaient habillés de toutes manières même en soldats » (Jules D.65), « les policiers font de mauvais rapports… on cherche de me vendre la terre que j’ai » (Henri P.66). Jean B.67 propose « l’invention » d’une solution et Antonin G.68 rêve de la légion d’honneur. Le délire dit donc ce qu’on ne peut ordinairement exprimer.

Trajets

29L’analyse de contenus nous donne des indices sur le circuit des correspondances qui font parfois de curieux aller-retour – front-domicile-asile, asile-domicile-asile – ou du sur place – courriers non expédiés, enveloppes vides. Ces trajets circonscrivent une zone franche marquée par la dépossession. Les militaires en ont conscience et l’évoquent explicitement.

  • 69 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.
  • 70 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.
  • 71 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

Charles B.69
« Ai reçu ton courrier – voudrais bien que tu réécrives, pas tout le temps au Dr. »
Auguste F.70
« Je désire de tout mon cœur que ma lettre vous trouve tout de même. »
Charles M.71
« J’ai passé deux visites de mon médecin et une comission de Major militaire et c’est pour ça qu’on ouvrait toutes mes lettres » – « Tu mettras la lettre dans une enveloppe sans adresse et tu adresseras à Mme. Lamy chez le Dr Blanchier. »

Allusions à la censure dans quelques lettres

30Les tentatives de préservation du secret de la correspondance buttent sur la demande faite aux familles de transmettre les lettres reçues du front et de l’asile. Obéissant à l’injonction médicale, ces dernières se défont des lettres reçues souvent à l’insu du principal intéressé, évacué de la chaîne de transmission des informations. Là aussi, ces lettres du temps d’avant viennent compléter l’anamnèse.

Les lettres des familles

  • 72 Carnet de guerre du soldat Armand. Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Cote provisoire 5 (...)
  • 73 Arch. de Ville-Évrard, DM 450.
  • 74 Arch. de Ville-Évrard, DM 450.

31La lettre, seul moyen de communication entre le front et l’arrière, condense dans sa fragile matérialité, tous les possibles, craintes et menaces. De la lettre de mobilisation sonnant comme un arrêt de mort au « pli secret à décacheter en cas de mobilisation72 », de l’annonce d’un internement à l’avis de décès, tout un réseau serré d’interrogations anxieuses rassemble les familles séparées. C’est sous le poids de cette angoisse que les familles livrent l’intime à l’exploration médicale. Certaines lettres « commandées » retracent le parcours des militaires : Mme. Eugénie B.73 raconte que son mari transféré « est devenu furieux » et Mme. C.74 décrit la brutalité de son époux.

32Les lettres spontanées, quand elles ne concernent pas des demandes pratiques (bons de visite, de transport etc.) sont marquées par l’inquiétude : inquiétude d’être sans nouvelles, incompréhension devant ce qui est perçu comme une différence de traitement : « Les autres familles ont toutes les semaines une carte moi seule en suis privée. »

  • 75 Arch. de Ville-Évrard, DM 334.
  • 76 L’étrangeté du revenant est illustrée par l’exemple de Ludwig Wittgenstein renonçant à son héritag (...)

33Que faire à présent de ces hommes frappés de folie ? D’un fils « atteint d’une maladie de ce genre » ou d’un mari violent dont on ne veut plus : « Je refuse absolument de le recevoir […] sa folie actuelle ne peut qu’avoir amplifié cette brutalité. » Le retour au foyer – permissions, convalescence – est souvent difficile ; le proche est devenu étrangement inquiétant : « il n’ais [sic] plus le même », constate Mme B. dont l’époux veut démissionner. Il « ne tient pas en place, bouleverse tout, ne mange pas. Il s’ensauve et en veut à tout le monde », décrit Mme L.75 qui ne reconnait pas son mari76.

  • 77 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.

34Les dossiers contiennent aussi des lettres soucieuses adressées aux militaires. La parentèle craint une dégradation de la santé et du moral des internés : « Si la convalescence t’étais refuser [sic] ne fait pas de bêtises », écrit le père de Charles B.77 alarmé par les menaces de suicide de son fils.

  • 78 Arch. de Ville-Évrard, Sans cote.

35Pour les familles, le lien d’une causalité directe entre la guerre et l’état actuel de leurs proches est généralement établi. Plus tard, en 1932, le frère de Philippe D.78 ré-hospitalisé réclame un certificat, une « pièce à conviction » attestant « qui la contracté cette maladie sur le front [sic] ». Il recevra une fin de non recevoir. La Patrie n’est pas toujours reconnaissante envers ceux qui n’ont pas trouvé la belle mort au champ d’honneur. Le saccage de la guerre a transformé le négociant Philippe D. en interné incapable de gérer ses affaires. Il faudrait bien sûr reconstituer le parcours de chacun de ces militaires et dresser l’inventaire des dommages.

Fonctions des correspondances

36Ces conversations avec l’absent montrent en plus de leur aspect documentaire sur le quotidien, les émotions, les idées des différents protagonistes, une double fonctionnalité : de seuils et d’infiltrations. Seuils entre le monde de l’asile et l’extérieur et infiltrations, au sens où le médecin accède grâce à la lecture de ces lettres à la vie privée des malades.

  • 79 Genette G., Seuils, Paris Seuil, 1987, p. 8.

37En considérant les comptes rendus médicaux comme un texte, texte princeps décrivant le parcours et l’état actuel du sujet, les lettres peuvent être lues comme un paratexte dont Gérard Genette propose la définition suivante : « Plus que d’une limite ou d’une frontière étanche, il s’agit ici d’un Seuil, ou – mot de Borges à propos d’une préface – d’un “vestibule” qui offre à tout un chacun la possibilité d’entrer, ou rebrousser chemin. “Zone indécise” entre le dedans et le dehors, elle-même sans limite rigoureuse79. »

Seuils

38Ces lettres fonctionnent comme un appareil textuel faisant seuil, interface entre l’intime et le public, l’asile et l’au dehors, l’avant guerre et l’après. Les dossiers étant muets sur le traitement, les lettres nous donnent quelques indices : « interrogatoire », bain, repos, travail, on en saura pas plus. Aucun écho à Ville-Évrard d’un traitement psychanalytique.

39Si scripteurs et destinataires sont clairement identifiés, l’impact du tiers lecteur, censeur au front comme à l’asile a nécessairement des effets inhibiteurs ou d’ajustement sur l’expression. Mais dans l’ensemble, les correspondances suggèrent, disent ce que l’écrit principal tait ; le « Je » de l’énonciation autorisant l’expression de l’intime. Cependant, dans la plupart des cas, s’appropriant l’interdit de parler, les militaires s’autocensurent. Les évocations explicites de la guerre, des combats sont rares. Ces « dits de souffrance », selon la formule d’Arlette Farge s’expriment en mineur. Il s’agit aussi de se réapproprier une certaine normalité tout en protégeant le destinataire. Taire le fracas de l’effroi, le mettre à distance participe de la cicatrisation, la lettre y contribue. Mais, dans un retour du refoulé, les lettres les plus banales présentent des craquées qu’il faudrait étudier plus précisément : variations du graphisme, ponctuation, utilisation des majuscules (« J’ai souffert Beaucoup »), mots soulignés (« Pendant 2 longs mois »).

  • 80 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote.
  • 81 Certificat du Major Leroy, 4 déc. 1915.
  • 82 Ibid., lettre du 25 mars 1915.

40Les lettres nous conduisent au seuil de la douleur éprouvée, allusions, ellipses, dépeignent en creux le vif de l’expérience guerrière, de la violence à l’œuvre. La longue lettre de G.80 échappe à cette constante, elle décrit les combats en Belgique : « Il faut rester à côté des morts sans pouvoir leur porter secours », « j’ai beaucoup pleuré tous les morts me reprochaient ceux que j’avais tués alors je voulais me suicidé [sic] pour ne plus les voir ». G. semble avoir décompensé à Arras : « Je disais des choses on se moquait de moi les camarades riaient je me suis mis en colère […] ils complotaient contre moi puis il y avait des nuées d’espions jour et nuit. » Atteint de « Psychose commotionnelle. Idées de suicide81 », il est touché par l’intérêt que lui porte Rogues de Fursac : « Vous me faites l’honneur de vous écrire mes impressions sur ma campagne de guerre et particulièrement la vie de tranchée82. » Cette lettre nous montre un médecin attentif et curieux de connaître son expérience de la guerre si rarement mentionnée dans les comptes rendus médicaux.

  • 83 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.
  • 84 Glissant E., Philosophie de la relation. Poésie en étendue, Paris, Gallimard, 2009, p. 36.
  • 85 Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, [1992] 1998.

41Un autre document très original dévoile sur le mode poétique les préoccupations des militaires. Le Caporal Emile C.83, arrivé à Ville-Évrard dans un état « d’excitation maniaque » y compose, semble-t-il, une farandole qui peut être lue comme un condensé de son état actuel ; comme « une racine folle […] une racine – en-allée84 », le poème traverse, relie les territoires de la folie et de la guerre. L’étymologie du mot farandole propose le mot provençal farandoulo, altération de barandello dérivé du verbe branda = remuer qui a la même racine que brandir : on pense à l’arme ou au drapeau. Remuante, chaloupée comme le propose aussi une autre étymologie : barandela = courir de travers85. Courir de travers, zigzaguer pour échapper aux balles ? Du plaisir à la mort, il n’y a qu’un pas. La fête des vendanges tourne court, le vin se transforme en sang. Suzon a trahi Claudinet en se donnant à un autre, le rival sera châtié :

« Ecoutez c’est la Farandole
Bruit d’épouvante et tragique refrain
Qui monte au ciel et qui s’envole
Jusqu’au matin le sang coule en ruisseau
Et toutes les femmes sont folles ! »

Figure 1. – Partition « La Farandole ». Caporal Émile C. (Arch. de Ville-Évrard. DM 280)

  • 86 Le Naour J.-Y., Misères et tourments de la chair…, op. cit., p. 233.
  • 87 C. Emile, Dossier médical Arch. de Ville-Evrard. DM 280.

42La métaphore des vendanges, l’ivresse du vin et du sang, la sexualité prohibée mettent côte à côte le front et l’arrière. L’infidélité des femmes fait partie en effet des obsessions des militaires, « La Farandole » (Fig. 1) met donc en scène la violence du désir et de l’agression. Peuvent s’y lire en filigrane, les histoires de retours violents des permissionnaires étudiées par Jean-Yves Le Naour86. La signature de la partition est très significative : dans l’arabesque qui souligne le nom, Emile C. inscrit son grade et son régiment suivi au dessous de ces précisions : « 5 séjours au front, 3 blessures, 2 citations…87 » Comme si, par un retour du refoulé, « La Farandole » devenait vraiment une chanson de guerre. Les textes de G. et Emile C. font donc effet de seuil, ils autorisent l’accès au territoire défendu de l’intime.

Infiltrations

  • 88 Morel B.-A., « Pathologie. Du délire panaphobique des aliénés gémisseurs », Annales médico-psychol (...)
  • 89 Esquirol M., « Exposé de l’état psychique d’une femme hypocondriaque ; extraits de lettres communi (...)
  • 90 Rogues de Fursac P.-É., Manuel de Psychiatrie, Paris, Alcan, 1903, p. 90.
  • 91 Cf. Choquard Ramalla F., « Le fou “nosognosique” sous le regard médical : Les lettres d’Eugènie No (...)
  • 92 Rogues de Fursac P.-É., Manuel de Psychiatrie, op. cit., p. 92.
  • 93 Ibid., p. 87.

43Nos aliénistes semblent avoir oublié les travaux psychiatriques des années 1870/1871. En 1871, le docteur Morel avait déjà décrit une psychose de guerre, des états de frayeur : « panophobie gémissante88 », touchant les populations civiles à l’approche des envahisseurs. Mais le souci de comprendre ces étranges patients dont les désordres sapent les assises des taxinomies établies, infiltre, comme on l’a vu, les lettres des médecins à leurs tutelles. Les lettres des patients deviennent alors un outil diagnostic et parfois une méthode thérapeutique. Dans son manuel de psychiatrie publié en 1903, le docteur Rogues de Fursac, suivant Esquirol qui avait posé un diagnostic d’hypocondrie d’après les lettres d’une malade89, note : « [l’écriture] nous renseigne non seulement sur l’état général de l’intelligence mais encore sur l’état des fonctions motrices (écriture tremblée irrégulière) et souvent sur les idées délirantes du sujet90. » On observe en effet à la fin du XIXe siècle un intérêt pour les écrits des aliénés91. Pour Rogues de Fursac, l’analyse des écrits permet de dépister la dissimulation : « Beaucoup d’aliénés réticents qui cachent leurs pensées dans la conversation, n’hésitent pas à les confier au papier92. » Les lettres servent donc à éclairer, vérifier les propos du malade. L’anamnèse se construit grâce aux lettres antérieures demandées aux familles car « une anamnèse aussi complète que possible est la condition indispensable de tout diagnostic exact93 ». Etablir l’hérédité de la dégénérescence annule un possible lien de causalité directe entre guerre et troubles psychiques. L’évaluation de la réforme et des pensions après décès dépend de ce critère.

44Au détour des questions de diagnostic se tissent pourtant des liens entre patients, familles et médecins. La demande d’écriture est perçue par certains comme une marque de sollicitude se poursuivant après leur sortie. On pourrait alors parler de lettres de transfert.

  • 94 [http://www.realwarriors.net], Aid Resilience by Writing.

45En encourageant les malades à écrire, les aliénistes ont-ils eu l’intuition des vertus thérapeutiques, auto calmantes de l’écriture, comme on le pense aujourd’hui ? L’armée américaine encourage en effet ses soldats rentrant du front à tenir un journal et à le partager avec leurs pairs dans le cadre d’un programme d’aide à la résilience94.

  • 95 Balzac H. de, Le Colonel Chabert, Paris, Librio, [1832] 2000, p. 30.
  • 96 Benjamin W., « Expérience et pauvreté », Œuvre II, Paris, Gallimard Folio, [1972] 2000, p. 368.

46Les lettres, voie d’accès à l’inconscient individuel et collectif donnent à voir le vacillement des identités, l’ébranlement de l’organisation du corps social. Les lettres grises questionnent le statut de l’aliéné, sa dangerosité, le sort des vieillards, la mixité du personnel. Aussi peut-on considérer ces bouleversements comme la matrice première des changements opérés après la Seconde Guerre mondiale ; « l’obusite » des militaires touche aussi la psychiatrie. Le refoulement arrivera avec la paix revenue, l’asile retrouvera alors son homéostasie, on oubliera les militaires internés ayant subi un double dépouillement d’identité, militaire et civil autorisant la violation de leur intimité. Les lettres mortes brossent le portrait de ces hommes « ne parlant pas, ou déraisonnant95 », « rendus plus pauvres en expérience communicable » comme l’écrit Walter Benjamin96. L’asile devient pour eux à la fois le symbole de la flétrissure de l’aliénation et le seul lieu d’accueil après l’expulsion du champ social.

  • 97 Lacan J., Séminaire sur La lettre volée, La Psychanalyse, no 2, 1957, p. 15-44.
  • 98 Coupures de presse données aux patients auxquels on demandait de barrer une même lettre (test non (...)
  • 99 Derrida J., La Carte postale de Socrate à Freud et au-delà, Paris, Flammarion, 1980.

47Si la littérature a fait entendre la voix des soldats traumatisés, des veuves errant sur les champs de bataille à la recherche d’une sépulture, des orphelins grandissant sous l’œil immobile d’un père en photographie, la science médicale a gelé l’expérience jusqu’à la guerre suivante. Demeurent dans les dossiers, Poste Restante, toute une série de lettres détournées, arraisonnées. Doit-on penser avec Jacques Lacan que « toute lettre arrive toujours à destination97 » ? Ou avec Jacques Derrida que ces lettres recelées sont comme les lettres barrées dans le test qu’on leur faisait passer98, des lettres dormantes luttant contre la disparition, attendant une autre destinée99 : le cachet de la poste faisant foi ?

Notes

1 Tous mes remerciements à Anne-Pascale Saliou, responsable du Service des Archives de l’EPS de Ville-Évrard, Richard Lefeuvre, Pierre-Brice Lebrun, Anne Furigo.

2 Arch. de Ville-Évrard/DM. 334. L’orthographe des lettres a été conservée.

3 Freud S., Ferenczi S., Correspondance, t. 2, 1914-1919, Paris, Calmann-Levy, 1996, p. 321.

4 Op. cit., lettre du 27 octobre 1918.

5 Davoine F., Gaudilliere J.-M., (2004), Histoire et trauma. La folie des guerres, Paris, Stock, 2006, p. 30.

6 « Je ne me suis jamais remis d’avoir survécu à la bataille d’Amiens », écrira Wilfred Ruprecht Bion, (1997), Mémoires de guerre, 1917-1919, L’Armor-Plage, Éditions du Hublot, 1999, p. 206.

7 Bureau de censure créé par Louis xiii qui a fonctionné jusqu’en 1888.

8 Trévisan C., « Lettres de guerre », Revue d’Histoire Littéraire de la France, vol. 103, 2003, p. 1.

9 Ibid.

10 Apollinaire G., Lettres à Madeleine, Paris, Gallimard, 2005, p. 451.

11 Ibid., p. 343.

12 À partir de 1915, une partie de l’établissement accueillera à nouveau des pensionnaires payants.

13 Bieser H., Les Militaires aliénés à l’Asile de Ville-Évrard – mai 1915 – 5 décembre 1918, Mémoire Université Paris XII – Val de Marne, non publié.

14 Fondée en 1986.

15 Dossiers médicaux communicables 120 ans à partir de la date de naissance du patient.

16 Bieser H., op. cit., p. 4.

17 Lettre du préfet de la Seine au Directeur de l’Asile de Ville-Évrard, 29 juin 1915, « Attribution d’une gratification aux militaires travailleurs », Arch. de Ville-Évrard. AD 63 – 75 M/26/75 m A. V.E.

18 Arch. de Ville-Évrard. AD 44 – 75M/15.

19 Rapport sur le Services des Aliénés du Département de la Seine pendant 1914. Paris, Imprimerie Nouvelle, Arch. de Ville-Évrard 1915 85/M/2 AD 30 B1.

20 Rapport du docteur Toulouse A., de Villejuif, « on pouvait redouter que des espions ne s’attaquent aux réserves d’eau », Rapport sur le Service des Aliénés… op. cit., p. 150.

21 Docteur Rogues de Fursac, « Asile de Ville-Évrard », Rapport sur le Service des Aliénés, ibid., p. 120.

22 Rapport du docteur Toulouse, op. cit., p. 147.

23 Rapport du docteur Lwoff – Minute au préfet. Arch. de Ville-Évrard. AD 44 – 75/M/15.

24 Rapport du docteur Toulouse, op. cit., p. 148.

25 Rapport du docteur, Rogues de Fursac, op. cit., p. 120.

26 Rapport du docteur Toulouse, op. cit., p. 148 ; Le docteur Lwoff propose la présence d’un couple de gardiens – Minute au préfet – Arch. de Ville-Évrard AD 44/75 M/15.

27 Rapport du docteur Rogues de Fursac, op. cit., p. 120.

28 Ibid., p. 148.

29 Montorgueil G., « Trahisons à l’arrière », L’Éclair, 26 février 1916, cité par J.-Y. Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre – les misères sexuelles des français 1914-1918, Paris, Aubier, 2002, p. 243.

30 Rapport du docteur Blin, Asile de Vaucluse, op. cit., p. 95.

31 Ibid., p. 159.

32 Ibid., p. 105.

33 Ibid., p. 118.

34 Ibid., p. 95.

35 Idem.

36 Ibid., p. 181.

37 Ibid. Le Dr Lwoff note dans son rapport de 1915 que l’internement a pu être évité selon les vœux du docteur Briand, Chef de service psychiatrique au Val de Grâce pour 9 % des militaires.

38 Docteur Blin, op. cit., p. 95.

39 Dossier médical Édouard S., Arch. Ville-Evrard. Document sans cote (DM002).

40 Arch. de Ville-Évrard. Document sans cote.

41 Note relative aux malades qui travaillent en dehors des quartiers. 6 mai 1916. Arch. de Ville-Évrard. Document sans cote.

42 Avis du 23 06 17. Arch. de Ville-Évrard. Document sans cote.

43 Arch. de Ville-Évrard. Jurisprudence sur la correspondance des malades. Document sans cote.

44 Ibid., p. 2.

45 Loi du 24 aout 1790 et 10 et 20 juillet 1791 déclarent que « Le secret des lettres est inviolable et que sous aucun prétexte il ne peut y être porté atteinte ni par les individus ni par les corps administratifs » ; Chauveau A., Faustin F., Théorie du code pénal, Méline, Cans et Compagnie, Bruxelles, 1845, p. 311.

46 « Article 47. Le courrier », Règlement intérieur de l’EPS de Ville-Evrard, INST – MEA – RI 268 – version 001. 09/01/2009, p. 54. Ces limitations ne peuvent concerner les correspondances avec le préfet de police, les juges du TI ou TGI, le Procureur de la République, et la commission départementale des hospitalisations psychiatriques (ART. L. 3211 – 3 Code de la santé publique).

47 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

48 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.

49 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote. Prénom inconnu.

50 Arch. de Ville-Évrard. DM 334.

51 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.

52 Arch. De Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

53 Arch. de Ville-Évrard. DM 334.

54 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.

55 Arch. de Ville-Evrard. DM 450.

56 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.

57 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

58 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

59 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.

60 Arch. de Ville-Évrard. DM 334.

61 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.

62 Arch. De Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

63 Arch. de Ville-Evrard DM 450.

64 Jean V. : condamné à 2 ans de prison pour refus d’obéissance à Verdun le 14 mars 1915. Puis à 5 ans de travaux publics pour abandon de poste « en présence de l’ennemi et dissipation d’effets ». 29 06 1916. Blessé en septembre 1916 à Verdun : Diagnostic « commotion cérébrale. Dépression ». Dossier médical Arch. de Ville-Evrard. Sans cote (DM002).

65 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

66 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.

67 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

68 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.

69 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.

70 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.

71 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote (DM 002).

72 Carnet de guerre du soldat Armand. Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Cote provisoire 54, 34, p. 2.

73 Arch. de Ville-Évrard, DM 450.

74 Arch. de Ville-Évrard, DM 450.

75 Arch. de Ville-Évrard, DM 334.

76 L’étrangeté du revenant est illustrée par l’exemple de Ludwig Wittgenstein renonçant à son héritage et portant l’uniforme bien après la guerre. Cf. Monk R., (1990), Wittgenstein, Paris, Flammarion, 2009, p. 173.

77 Arch. de Ville-Évrard. DM 450.

78 Arch. de Ville-Évrard, Sans cote.

79 Genette G., Seuils, Paris Seuil, 1987, p. 8.

80 Arch. de Ville-Évrard. Sans cote.

81 Certificat du Major Leroy, 4 déc. 1915.

82 Ibid., lettre du 25 mars 1915.

83 Arch. de Ville-Évrard. DM 280.

84 Glissant E., Philosophie de la relation. Poésie en étendue, Paris, Gallimard, 2009, p. 36.

85 Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, [1992] 1998.

86 Le Naour J.-Y., Misères et tourments de la chair…, op. cit., p. 233.

87 C. Emile, Dossier médical Arch. de Ville-Evrard. DM 280.

88 Morel B.-A., « Pathologie. Du délire panaphobique des aliénés gémisseurs », Annales médico-psychologiques, t. 6, nov. 1871, p. 243-367.

89 Esquirol M., « Exposé de l’état psychique d’une femme hypocondriaque ; extraits de lettres communiquées par M. Esquirol », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Paris, 1836, t. 16, p. 197-205.

90 Rogues de Fursac P.-É., Manuel de Psychiatrie, Paris, Alcan, 1903, p. 90.

91 Cf. Choquard Ramalla F., « Le fou “nosognosique” sous le regard médical : Les lettres d’Eugènie Nogarède adressées au docteur Hans Steck », Evolution Psychiatrique, 2004, p. 451-460.

92 Rogues de Fursac P.-É., Manuel de Psychiatrie, op. cit., p. 92.

93 Ibid., p. 87.

94 [http://www.realwarriors.net], Aid Resilience by Writing.

95 Balzac H. de, Le Colonel Chabert, Paris, Librio, [1832] 2000, p. 30.

96 Benjamin W., « Expérience et pauvreté », Œuvre II, Paris, Gallimard Folio, [1972] 2000, p. 368.

97 Lacan J., Séminaire sur La lettre volée, La Psychanalyse, no 2, 1957, p. 15-44.

98 Coupures de presse données aux patients auxquels on demandait de barrer une même lettre (test non identifié).

99 Derrida J., La Carte postale de Socrate à Freud et au-delà, Paris, Flammarion, 1980.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Partition « La Farandole ». Caporal Émile C. (Arch. de Ville-Évrard. DM 280)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

Auteur

Psychologue. Doctorante en Littérature française, Université Paris 8, Équipe de recherche Littérature et histoires.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540