Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

3. Expériences individuelles et familiales de la folie

Les mutilations volontaires au cours de la Grande Guerre : un geste impensable ?

Emmanuel Saint-Fuscien

Texte intégral

1Le rapprochement entre mutilations volontaires et folie ne va pas de soi, pour plusieurs raisons. Avant tout parce que les contemporains du conflit eux-mêmes, dans leur immense majorité, ne firent pas le lien entre le geste volontaire de mutilation en temps de guerre et la folie. Il n’y n’eut en effet aucun discours diffusé qui, à notre connaissance, plaça au cours de la guerre, la mutilation comme un signe de pathologie ou de dysfonctionnement nerveux, fonctionnel, ou psychique pour reprendre les grandes catégories de la médecine psychiatrique d’avant-guerre.

  • 1 Pour une approche contemporaine de la mutilation en temps de paix, du point de vue des sciences de (...)
  • 2 Japrisot S., Un long dimanche de fiançailles, Paris, Denoël, 1991, 367 p.

2Pourtant, il semble que les outils de la psychologie savante ou de la psychiatrie sont dès 1914, mobilisables pour analyser et comprendre ce geste ou ces gestes. Mais cette impression naît peut-être d’une lecture anachronique de l’histoire de la psychiatrie. Elle serait surtout fille du temps présent1, comme l’illustre par exemple le roman de Sébastien Japrisot Un long dimanche de fiançailles. La clé de voûte du roman publié en 1991 tient en effet dans le parcours de Manech, personnage qui ouvre le roman par une mutilation volontaire et qui le ferme, en quelque sorte, par sa présence dans un hôpital psychiatrique de l’arrière2.

3Notre première question est donc de savoir si des liens, implicites ou explicites, entre mutilation volontaire et folie sont décelables entre 1914 et 1918. Ensuite, s’ils le sont, quels enseignements apportent-ils à la compréhension du geste de mutilation en temps de guerre et, par jeu de miroir, comment éclairent-ils les postures psychiatriques ou psychologiques du temps de guerre ? L’objectif est ici de montrer que les représentations des mutilations volontaires véhiculées par les autorités militaires et médicales renseignent davantage sur celles-ci et notamment sur les médecins et « spécialistes de la psyché », que sur les mutilations elles-mêmes.

  • 3 Janet P., L’automatisme psychologique, Paris, Félix Alcan, 1903, 496 p.
  • 4 Par exemple : Ribot T., L’hérédité psychologique, Paris, Félix Alcan, 1906, 419 p.
  • 5 Tarde G., Les lois de l’imitation, étude sociologique, Paris, Félix Alcan, 1904, 428 p.
  • 6 Le bon G., Psychologie des Foules, [1895], Paris, PUF, 1963, 130 p.
  • 7 Voir sur cette question P. Marquis, 1914-1918, une « guerre des nerfs ». Médecins et combattants f (...)

4Précisons dès lors ce que nous entendons par « spécialistes de la psyché ». L’expression désigne ici ceux qui, au sein de l’armée, produisirent un discours à prétention savante moins sur la blessure que sur le mutilé lui-même, son caractère, sa « moralité » ou son environnement au moment du geste de mutilation réelle ou présumée. En simplifiant, il est possible de distinguer trois groupes. D’abord des médecins intéressés par la psychologie savante qui émerge vers la fin du XIXe siècle, celle de Pierre Janet3 ou de Théodule Ribot4, mais aussi la psychologie collective de Tarde5 ou Le Bon6. Ensuite des neurologues spécialistes des troubles nerveux et fonctionnels et enfin des psychiatres qui pensent plus ou moins fermement que les chocs ou commotions de guerre, doivent se lire en termes de troubles psychiques et non pas fonctionnels. Inutile ici de souligner, qu’au cours de la Première Guerre mondiale, ces trois catégories dessinent des territoires savants aux frontières particulièrement mouvantes7.

5Avant d’en arriver au discours proprement dit, il importe de s’intéresser d’abord aux pratiques elles-mêmes. Elles seront l’objet de la première partie qui présente les gestes de mutilation volontaire comme une violence marginale faite à son propre corps. Puis nous analyserons les représentations de ces gestes au cours de la guerre par les autorités militaires, judiciaires et médicales. Enfin, au sein du médical, il convient d’analyser la spécificité des lectures psychologiques ou psychiatriques des mutilations volontaires au cours de la guerre et de la sortie de guerre.

Les mutilations volontaires : une violence marginale faite à son propre corps…

  • 8 Delaporte S., Les médecins dans la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2003, 223 p.
  • 9 Bach A., Fusillés pour l’exemple 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003, 617 p.

6Rappelons les aspects saillants d’un phénomène connu et étudié notamment du point de vue de l’histoire médicale8 ou judiciaire9. Dès la fin du mois d’août 1914, l’état-major évoque une « vague » de mutilation volontaire qui semble, de son point de vue, menacer la cohésion militaire de certaines troupes presque exclusivement d’infanterie. Celles du premier temps de la guerre sont des mutilations de l’avant, des mutilations de fantassins, auto-infligées essentiellement par balles, aux extrémités digitales des mains ou des pieds. Puis, courant 1915, se substituent à ces mutilations, d’autres blessures ou maladies provoquées par l’ingérence de produits nocifs ou par surinfection d’une plaie avec des substances toxiques. La première forme la plus pratiquée selon les archives de la justice militaire semble l’absorption d’acide picrique en vue d’entraîner un ictère (sorte de jaunisse). La seconde est le fait d’imbiber une plaie avec du pétrole ce qui infecte, dans tous les cas, l’ensemble de la jambe et provoque un phlegmon autour de la blessure. Ce sont les plus pratiquées, car les plus pratiques. L’acide picrique se trouve facilement, étant le composant principal de la mélinite utilisée comme explosif, et le pétrole se trouve dorénavant en grande quantité sur le front d’une armée de plus en plus mécanisée.

7La question du nombre de ces mutilations restera probablement insoluble. Néanmoins il faut l’évoquer, ne serait-ce que pour donner à la mutilation volontaire sa juste place dans les stratégies de contournement, de refus, et plus largement dans une histoire des comportements de l’homme en guerre. S’il est certain que les mutilations volontaires représentent au début de la guerre une obsession des hautes autorités, renforcées par le désarroi des retraites de la fin du mois d’août, il n’est pas sûr que cette crainte s’adosse à des pratiques répandues à l’échelle de l’armée combattante entre août et novembre 1914. Loin de là, même. Nous avons par exemple traqué les décisions de justice pour mutilation volontaire à l’échelle d’une division d’infanterie représentative du front de l’Ouest entre août 1914 et novembre 1918. Sur l’ensemble de cette période et pour cette seule division d’infanterie, 1 329 décisions de justice ont été rendues : sur ces 1329, seize concernent des suspicions de mutilations volontaires soit 1,2 %. Nous présentons ici le tableau qui résume ces cas de mutilations volontaires suspectées ou avérées au sein de la 3e Division :

Tableau 2. – Tableau des conseils de Guerre de la 3e Division d’infanterie (DI) pour « mutilations volontaires », réalisé d’après les minutes de jugement de la division. (Service Historique de la Défense)

8Sa lecture apporte un premier enseignement : les types de mutilation se transforment avec la guerre. Aux mutilations exclusivement par balles, à l’avant, en première ligne, se substituent dès septembre 1915, des mutilations par empoisonnement, à l’arrière-front, ou en dehors de la zone des armées, dans les dépôts. Les pratiques se transforment pour plusieurs raisons. L’une d’elles tient très probablement au travail de dépistage systématique mené par les autorités, notamment médicales. Un contrôle renforcé à partir d’octobre 1914, rend en effet tout type de blessures aux extrémités suspectes, du point de vue des officiers. Une autre tient probablement aux moments de la guerre. La mutilation de l’avant est une réponse à la violence nouvelle, moderne, paroxystique et particulièrement létale, des combats de l’été 14, à laquelle il devient impératif après les avoir supportés un certain temps, d’échapper définitivement. La mutilation de l’arrière est provoquée davantage par la durée de la guerre et la volonté non plus de s’en retirer définitivement mais d’obtenir ou de prolonger des convalescences ou des permissions par une maladie infligée.

  • 10 Service historique de la Défense (SHD), 11 J 389, CG 02/09/1916, 272e Régiment d’infanterie (RI).
  • 11 SHD, 11 J 385, CG 13/09/1915, Paul Fourdrinier, 3e Régiment du Génie (RG).
  • 12 Ibid.
  • 13 SHD, 11 J 390, CG 19/10/1916, Octave Petit, 272e RI.

9Le second point que notre tableau renseigne imparfaitement est la très grande violence du geste, la très grande violence faite à son propre corps. Sa spécificité tient probablement dans l’anticipation de la blessure qu’accompagne le fait de poser la main sur le canon du fusil et d’appuyer soi-même sur la gâchette. Cette violence se traduit par des atteintes corporelles souvent conséquentes : déchirure des tissus, éclatements osseux, ablation des doigts, risques d’amputation du pied ou de la main, entraînés par un geste toujours approximatif, tant il est effrayant. Les mutilations de l’arrière ou de l’arrière-front, si elles semblent moins violentes dans les gestes qu’elles mobilisent, sont pourtant plus vulnérantes si on s’en tient par exemple aux durées d’hospitalisation. L’injection de pétrole, devenue la forme privilégiée, provoque des souffrances particulièrement aigües et longues à guérir dont témoignent les dossiers médicaux. Le maçon picard Paul Fourdrinier âgé de 25 ans passe ainsi sept mois à l’hôpital10. Le certificat de visite de Marcel Garnier du 28 juillet 1915, soit 18 jours après que le soldat se soit « imprégné une plaie artificielle avec un chiffon imbibé d’essence11 » mentionne encore « une région du genou fortement augmentée de volume et des tissus infiltrés […], ainsi qu’une plaie linéaire largement ouverte de 8 cm en dedans du bord interne de la rotule, et deux eschares noires, adhérentes […] qui recouvre la peau12 ». Le certificat médical d’Octave Petit laisse aussi entrevoir la souffrance. Les incisions pratiquées douze jours après son injection, laissent encore apparaître « un liquide sanglant, légèrement purulent sur toute la face du genou droit13 ». Le tout s’accompagne d’une forte fièvre, puisque du 2 au 12 février, la courbe de température de Petit oscille entre 39 et 40° C14. L’épreuve infligée au corps est donc sévère au point de représenter probablement le premier rempart contre la contagion de l’exemple tant redoutée par l’état-major. Des deux types de mutilations, mutilations de l’avant et mutilations de l’arrière, ce sont surtout les premières qui furent impensables pour les autorités de 1914.

… impensée par les autorités en 1914

  • 14 Ibid.
  • 15 Suétone, Œuvres complètes, Paris, Garnier Frères, 1893, p. 24.
  • 16 Voir Keegan J., Anatomie de la bataille, Paris, Robert Laffont, p. 252 notamment.
  • 17 Voir par exemple : Kalifa D., Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 20 (...)
  • 18 Voir Keegan J., Anatomie de la bataille, op. cit.
  • 19 Becker J. -J., L’année 14, Paris, Armand Colin, 2004, 319 p.
  • 20 Contamine H., La victoire de la Marne, 9 septembre 1914, Paris, Gallimard, 461 p.

10En effet, ces mutilations sont particulièrement intéressantes du point de vue de leurs représentations militaires, judiciaires ou médicales. Ici, le respect de la chronologie fine est nécessaire. Bien entendu, elles vont devenir objets de pensée, de préoccupation, d’obsession même, mais à partir de la fin du mois de septembre 1914 et plus encore d’octobre14 Car lors des premières semaines de la guerre, le geste n’est pas pensé et demeure sans doute impensable. En effet, les mutilations étaient alors considérées par les officiers supérieurs comme un geste de civils voulant éviter l’enrôlement, en amont de la conscription. Cette représentation plonge ses racines dans la vision antique du combat. Suétone par exemple relate qu’Auguste fit vendre comme esclave un chevalier qui avait coupé le pouce à ses fils pour les exempter de service15. Cette vision antique de l’évitement du combat ressurgit lors des grandes levées républicaines ou napoléoniennes16 ou encore au sein de la lutte pour une conscription générale efficace dans la France de l’après 187117. L’auto-mutilation étant perçue en France comme ailleurs comme une pratique de civil voulant éviter toute incorporation dans l’armée18, il est probable que la mobilisation générale d’août 1914, sans heurts, sans insoumission ou presque, à la surprise même de l’état-major19, n’ait pas préparé ce dernier à anticiper ni même imaginer les gestes de mutilation volontaire, au front. D’où la panique entrainée en son sein par les quelques gestes avérés et son incapacité à les comprendre. Rappelons que le choc de la violence des combats d’août 1914, était lui-même en partie impensable au début de l’été : du 20 au 23 août, l’armée française perd entre 30 000 et 40 000 hommes et le 22 août demeure sans doute le jour le plus sanglant de l’histoire militaire française avec 27 000 morts20. De ce point de vue, ces mutilations peuvent être lues comme une réaction au franchissement brutal du seuil de violence que connaît la communauté combattante, lors des premières semaines de combat.

  • 21 C’est par exemple le cas de Joël Thiery qui a participé aux combats de la Marne et de l’Argonne en (...)
  • 22 SHD, 11 J 390, CG 19/10/1916, Octave Petit, 272e RI, Notice individuelle, sans date.
  • 23 SHD, 11 J 3188, CGS 18/01/1915, Arthur Gantois, 51e RI, Rapport du lieutenant commandant la 10e Ci (...)
  • 24 SHD, 11 J 385, CG 05/11/1915, Thiery Joël, 51e RI, Rapport du capitaine commandant la Cie, 20 sept (...)
  • 25 SHD, 11 J 390, CG 08/10/1916, Louis Hardy, 128e RI, Rapport du lieutenant commandant la 5e Cie sur (...)

11Tout se passe comme si après avoir supporté une certaine quantité de terreur, des hommes obéissants, parfois volontaires pour s’exposer en première ligne21, n’aient pu imaginer d’autres issues que la mutilation pour échapper vivants à la violence effrayante des combats. Ce que confirment les archives judiciaires, qui laissent apparaître le portrait de « bons soldats » parmi les mutilés. Dans la plupart des rapports et des témoignages, le profil du mutilé contraste en effet avec celui du « mauvais sujet », du réfractaire : le dossier d’Octave Petit révèle par exemple un homme n’ayant subi aucune condamnation, de religion catholique, « qui ne s’adonne pas à l’ivrognerie et qui ne vit pas en concubinage22 ». C’est le plus souvent un soldat « discipliné » et courageux dont on ne s’explique pas le geste : « Le soldat Gantois nouvellement arrivé au front était considéré comme bon soldat par ses chefs23 », tout comme Joël Thiery dont la « conduite en campagne n’a jamais laissé à désirer24 ». Ce sont aussi des soldats discrets qui ne se font pas remarquer, comme Louis Hardy qui « ne s’est jamais attiré d’observation pendant le temps qu’il a passé à la compagnie25 ». Bref, contrairement à ce que laissent entendre les autorités militaires, ou médicales on va le voir, les soldats qui se sont mutilés n’étaient pas des « mauvais soldats », ni des « lâches ».

  • 26 Voir Bach A., Fusillés pour l’exemple, op. cit. p. 398-399.
  • 27 Nous nous permettons de renvoyer à nos travaux sur la justice militaire notamment Emmanuel Saint-F (...)

12Impensés par les officiers, les gestes de mutilation au front étaient logiquement impensés par les autorités judiciaires. Demeurant dans l’imaginaire, une pratique de non-militaires, ils dépendaient depuis la loi du 27 juillet 1872 des tribunaux de droit commun. Ce délit ou crime militaire n’en était pas un « juridiquement » étant tout simplement absent du Code de Justice militaire en cours entre 1914 et 1918. La mutilation volontaire fut dès lors assimilée à deux crimes militaires pourtant très différents l’un de l’autre : l’abandon de poste ou le refus d’obéissance26. Cette approximation dans la qualification du geste et l’hésitation entre deux catégories du droit militaire que tout oppose27 est signifiante selon nous de la difficulté à penser ce geste.

  • 28 Voir Notamment Réau R.-G., Les crimes des Conseils de Guerre, Paris, Editions du “progrès civique” (...)
  • 29 Ibidem. Cette affaire est également retracée dans André Bach, Fusillés pour l’exemple, op. cit.

13Enfin, aux premières semaines de la guerre, les mutilations volontaires demeurent un impensé médical. Les médecins-majors semblent, dans un premier temps, multiplier les erreurs d’appréciation. Plus grave du point de vue de cette très haute autorité du temps de guerre, les erreurs bénéficient au cours des premiers mois du conflit d’une grande publicité au sein même de la hiérarchie militaire. L’erreur judiciaire, devenue célèbre après-guerre, des « mutilés de Verdun28 », qui entraina l’exécution de deux soldats et la condamnation à mort de quatre autres en septembre 1914, fut en effet provoquée par une erreur de diagnostic médical. Les chefs supérieurs, dont Joffre lui-même, durent conclure à une erreur judiciaire, qui entraina la première annulation d’une condamnation d’un conseil de guerre aux armées, par la cour de cassation le 14 mars 191529. Des autorités, émanent alors rapports ou manuels d’expertise médicale, des méthodes pour déceler les mutilations volontaires. Il s’agit le plus souvent de traités à prétention scientifique ou savante qui entendent produire une vérité indéniable sur la nature de la blessure. Ces rapports circulent à partir d’octobre 1914, ce qui tend à prouver que ce n’était pas jusqu’ici une spécialité des médecins-majors.

  • 30 Voir par exemple Carroy J., Ohayon A., Plas R., Histoire de la psychologie en France, XIXe-XXesièc (...)

14Largement impensés en 1914, ces gestes évoquent néanmoins des questions très familières à la psychologie savante et à la psychiatrie du début du XXe siècle : la contagion de l’exemple, l’effet des émotions, les maladies de la volonté, l’étude des sentiments, toutes ces questions qui traversent la représentation des gestes de mutilation au sein des archives judiciaires30. Il était donc légitime de s’attendre à trouver un discours psychologique ou psychiatrique, du temps de guerre, sur les mutilations volontaires.

Les spécialistes de la psyché face aux mutilations volontaires

  • 31 Par exemple, Chavigny P., Les mutilations volontaires par armes à feu. Étude médico légale au cour (...)
  • 32 Chavigny P., Diagnostic des maladies simulées dans les accidents du travail et devant les conseils (...)
  • 33 C’est l’objet de la préface du livre de Chavigny rédigée par A. Pierret, professeur de clinique de (...)
  • 34 Voir par exemple Boisseau E., Considérations sur les maladies simulées, dans l’armée en particulie (...)

15Un discours « psycho-médical » existe bien sur les mutilations avant la guerre. Il existe d’abord dans le monde du travail et particulièrement dans le milieu industriel, suite à la loi sociale accordant des pensions pour les accidents du travail, en 1898. Le médecin psychologue Paul Chavigny, qu’on retrouve comme spécialiste des mutilations entre 1914 et 191831, rédige en 1906 son Diagnostic des maladies simulées dans les accidents du travail et devant les conseils de révision32. Par ailleurs, la psychiatrie militaire n’ignorait pas, avant 1914, la question de la mutilation ou plutôt d’ailleurs de la simulation, les deux questions étant finalement rapprochées33. Par exemple, la simulation de l’ictère ou des plaies infectieuses, est en même temps simulation et mutilation comme la mutilation par balle qui, si elle est vraie blessure, demeure simulation d’une blessure accidentelle ou d’une blessure infligée par l’ennemi34.

  • 35 SHD, 22 N 39, 2e corps d’armée, 1er bureau, Rapport du Médecin Major Ménard, Médecin Chef de l’amb (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.

16Or, cet aspect, cette proximité entre mutilation, maladie simulée intentionnellement et maladie simulée inconsciemment, disparaît au cours de la guerre. Entre 1914 et 1918, les mutilés ne rencontrent pas de neurologues ni de psychiatres, encore moins des psychologues, alors même que certains manuels médicaux du temps de guerre recommandent, précisément, l’expertise mentale du mutilé. Le médecin-major Ménard dans un rapport daté du 7 octobre 1914 et intitulé « Au sujet des mutilations volontaires et les moyens médicaux de les reconnaître », préconise ainsi une « enquête sur le blessé35 », sur son « caractère36 » et sa « dépression morale37 ».

17En règle générale, ce type d’enquête concernant les mutilés volontaires n’a pas eu lieu. Par exemple, aucun des seize prévenus de la 3e division d’infanterie jugé pour mutilation ne fait l’objet d’une expertise psychiatrique ni même d’un examen mental. On ne trouve aucune trace de discours psychologique ou psychiatrique dans leur dossier médical ou seules apparaissent les descriptions de leurs blessures. La mutilation volontaire ne fut pas considérée au cours de la guerre comme un symptôme, ou une conséquence de troubles nerveux ou psychiques, alors que les sujets eux mêmes évoquèrent au cours des enquêtes judiciaires, leur « épuisement », leur « lassitude », ou leur « égarement ». Les mutilés ne furent jamais traités en névrosés de guerre, ni même en victimes de la frayeur ou de l’épuisement psychique. Ils ne furent pas sujets de psychiatrie ni de neurologie.

  • 38 Roux P., Les Mutilations volontaires par coup de feu, Lyon, Rey, 1918, p. 13.
  • 39 Ibid., p. 40.

18Et pourtant, la mutilation volontaire n’est pas exclue, loin s’en faut, des traités de psychiatrie militaire qui vont être publiés et diffusés après le 11 novembre 1918. Ces traités dès le lendemain de l’armistice, rappellent les passerelles esquissées avant la guerre entre mutilations volontaires et troubles psychiatriques ou psychologiques. De ces textes émergent trois points principaux. Le premier est le rappel de la « nécessité de pratiquer un examen de l’état mental et psychique de l’inculpé38 ». Dès 1918, des médecins militaires reconnaissent et insistent sur cet examen pour tout soldat mutilé. L’aide-major d’un bataillon d’infanterie publie un mémoire – dédié par ailleurs au professeur de clinique psychologique et psychiatrique Jean Lépine – dans lequel il insiste sur ce point : « L’examen mental sera pratiqué et les résultats consignés, dans chaque cas d’expertise, pour mutilation présumée volontaire. Il est indispensable. Les cas d’aliénation mentale sont actuellement plus fréquents qu’on ne le pense dans l’armée […]39. »

  • 40 Weisselfisch M.-D., Contribution à l’étude des mutilations volontaires et de quelques maladies sim (...)
  • 41 Roux P., Les Mutilations volontaires par coup de feu, op. cit.
  • 42 Voir Stora-Lamarre A., La République des faibles, Paris, Armand Colin, 2005, 219 p.

19Le deuxième axe est la thèse de la prédisposition. Enoncée de façon récurrente, l’hypothèse est à peu près unanime dans l’essentiel des discours psychiatriques sur les mutilations. La prédisposition du sujet est en effet présentée comme un facteur décisif du geste de la mutilation. Le mutilé peut appartenir à deux types de prédisposés, légèrement différents l’un de l’autre. Le premier type correspond au profil du « faible », du « débile mental », du « persécuté », du « mélancolique », profil qui recouvre la figure militaire du mauvais soldat au sens de combattant lâche, peureux. Étiologie rétrospectivement surprenante pour qui songe à la volonté nécessaire et à la forme de courage qu’il faut pour se tirer une balle dans le corps. L’autre profil du prédisposé le rapproche plutôt de l’anormal, au sens du subversif, du menteur, de « l’exagérateur40 », de l’alcoolique41. C’est la figure du « mauvais sujet » d’avant 1914 et sa version du temps de guerre, vision militarisée de « l’incapable civique42 ». Même si certains médecins-majors admettent que la guerre de 14-18, s’est montrée favorable, par sa violence, à l’éclosion de troubles mentaux, il s’agit donc d’éclosion chez des sujets toujours fragiles, faibles ou anormaux. Davantage encore chez le mutilé, dont le geste est déjà tricherie avérée. Pierre Roux donne un excellent aperçu de cette conviction qui domine toute la psychiatrie de guerre :

  • 43 Roux P., Les Mutilations volontaires par coups de feu, op. cit., p. 12.

« Un soldat d’esprit faible, de volonté infirme, ignorant le but à atteindre… se laissera aller à une dépression psychique certaine, peu à peu et à son insu […]. Imaginez alors, au milieu du fracas de la bataille, livrés à eux-mêmes, des individus anormaux, névrosés psychiques (mélancoliques, déséquilibrés etc.) qui, s’ils n’ont pas une idée nette de leurs obligations morales, ont tout au moins la perception exacte du danger qui les menace et vous pourrez vous faire une idée de ce qu’est la mentalité de ce soldat qui se mutile43. »

  • 44 Voir à ce sujet les textes écrits entre 1914 et 1918 et récemment réédités in Freud S., Ferenczi S (...)

20Après l’impératif de l’examen mental en cas de mutilation et la centralité de la prédisposition dans le discours psycho-médical, le dernier grand thème remis en avant par une lecture psychiatrique des mutilations volontaires est la simulation. Cette lecture renoue ainsi avec les approches d’avant 1914, tout en s’insérant parfaitement dans la culture de guerre de la médecine militaire en général, de la psychiatrie en particulier et à laquelle n’échappe pas la jeune psychanalyse44. L’obsession pour la simulation permet en effet de contourner une réflexion sur les effets psychiques de la violence de guerre. La mutilation est déplacée fermement vers la simulation, et la simulation vers l’hystérie ce qui rapproche, de fait, la mutilation volontaire de l’hystérie.

  • 45 Weisselfisch M.-D., Contribution à l’étude des mutilations volontaires et de quelques maladies sim (...)

21Ainsi, David Weisselfisch, dans une thèse de médecine qu’il soutient et publie en 1921 sur les mutilations volontaires45, en dresse une typologie. Le premier type est la mutilation par armes proprement dites, considérée comme une « blessure de guerre simulée ». À l’exact opposé de cette simulation volontaire, se trouve la simulation involontaire, simulation malgré elle, celle des « éclopés mentaux » qui selon le docteur, ne présentent aucun trouble fonctionnel ou nerveux, mais « simulent » inconsciemment ces troubles, suite à une émotion, un choc. À côté de ces « simulateurs malgré-eux » se trouvent, troisième catégorie, des simulateurs de mauvaise foi, qui exagèrent ou qui miment les pathologies nerveuses (crises, hurlements, tremblements, etc.). Enfin, ceux qui absorbent de l’acide picrique ou qui s’imprègnent les plaies d’essence sont classés dans un quatrième groupe : les simulateurs « des maladies internes ou externes ». Ainsi les mutilés sont agrégés au vaste groupe des défaillants, qui se soustraient au combat sans blessures « apparentes », et que la psychiatrie de guerre mit du temps à considérer comme des soldats normaux, des combattants ordinaires, victimes à un moment de leur guerre, d’une véritable et profonde blessure psychique.

22Les trois quarts des dossiers des prévenus jugés pour mutilations volontaires au sein de la 3e division d’infanterie, révèlent des parcours combattants « exemplaires » de bons soldats, courageux, calmes et ne se faisant pas remarquer. Or, le discours psychiatrique ne l’énonce pas, ne peut pas l’énoncer, dans une période où les représentations des médecins militaires sont conditionnées par l’acceptation de la guerre et de sa culture. La psychologie et la psychiatrie de guerre n’échappent pas à la réduction des interprétations médicales, toutes tendues vers le maintien sous le feu d’une armée citoyenne. Cette préoccupation empêche d’accorder à l’environnement – effroyable – du mutilé une intention soutenue de crainte, sans doute, d’en faire une circonstance atténuante. Quoi qu’il en soit, le mutilé volontaire apparaît moins comme un « mauvais soldat » ou un indiscipliné que son contraire : un « bon soldat » incapable de désobéir et qui trouvait dans ce geste impensable une issue aux tensions d’un combat dont il avait supporté la frayeur jusqu’à son extrême limite.

23Ainsi la psychiatrie et la psychologie, comme toutes disciplines savantes, demeurent soumises aux représentations sociales, politiques et culturelles plus vastes dans lesquelles elles évoluent et se développent. La figure de l’incapable juridique et médical forgée avant la guerre, puis la culture de guerre tournée vers l’adhésion à l’effort de guerre entre 1914 et 1918, expliquent peut-être les différences entre les figures dépréciées du mutilé que proposent ces disciplines au cours de la guerre et les qualités tangibles qui émanent des dossiers militaires des mutilés volontaires.

Notes

1 Pour une approche contemporaine de la mutilation en temps de paix, du point de vue des sciences de la psyché voir Morelle C., Le corps blessé. Automutilation, psychiatrie et psychanalyse, Paris, Milan, Barcelone, Masson, 1995, 182 p.

2 Japrisot S., Un long dimanche de fiançailles, Paris, Denoël, 1991, 367 p.

3 Janet P., L’automatisme psychologique, Paris, Félix Alcan, 1903, 496 p.

4 Par exemple : Ribot T., L’hérédité psychologique, Paris, Félix Alcan, 1906, 419 p.

5 Tarde G., Les lois de l’imitation, étude sociologique, Paris, Félix Alcan, 1904, 428 p.

6 Le bon G., Psychologie des Foules, [1895], Paris, PUF, 1963, 130 p.

7 Voir sur cette question P. Marquis, 1914-1918, une « guerre des nerfs ». Médecins et combattants français face aux troubles « psychiques » et « nerveux » de la Grande Guerre (1914-1918), Piketty G. (dir.), IEP de Paris, 2010, 295 p.

8 Delaporte S., Les médecins dans la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2003, 223 p.

9 Bach A., Fusillés pour l’exemple 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003, 617 p.

10 Service historique de la Défense (SHD), 11 J 389, CG 02/09/1916, 272e Régiment d’infanterie (RI).

11 SHD, 11 J 385, CG 13/09/1915, Paul Fourdrinier, 3e Régiment du Génie (RG).

12 Ibid.

13 SHD, 11 J 390, CG 19/10/1916, Octave Petit, 272e RI.

14 Ibid.

15 Suétone, Œuvres complètes, Paris, Garnier Frères, 1893, p. 24.

16 Voir Keegan J., Anatomie de la bataille, Paris, Robert Laffont, p. 252 notamment.

17 Voir par exemple : Kalifa D., Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2009, p. 200 notamment.

18 Voir Keegan J., Anatomie de la bataille, op. cit.

19 Becker J. -J., L’année 14, Paris, Armand Colin, 2004, 319 p.

20 Contamine H., La victoire de la Marne, 9 septembre 1914, Paris, Gallimard, 461 p.

21 C’est par exemple le cas de Joël Thiery qui a participé aux combats de la Marne et de l’Argonne en 1914. Puis s’est fait remarquer par ses officiers comme un soldat « qui ne ménage pas sa peine ». Blessé d’une balle dans la jambe en février 1915, il est hospitalisé quatre mois avant de demander son affectation en première ligne, dans une unité de pionniers : SHD, 11 J 385, Joël Thiery, 51e RI.

22 SHD, 11 J 390, CG 19/10/1916, Octave Petit, 272e RI, Notice individuelle, sans date.

23 SHD, 11 J 3188, CGS 18/01/1915, Arthur Gantois, 51e RI, Rapport du lieutenant commandant la 10e Cie du 51e RI, 9 janvier 1915.

24 SHD, 11 J 385, CG 05/11/1915, Thiery Joël, 51e RI, Rapport du capitaine commandant la Cie, 20 septembre 1915.

25 SHD, 11 J 390, CG 08/10/1916, Louis Hardy, 128e RI, Rapport du lieutenant commandant la 5e Cie sur les actes reprochés au soldat Hardy Louis, sans date.

26 Voir Bach A., Fusillés pour l’exemple, op. cit. p. 398-399.

27 Nous nous permettons de renvoyer à nos travaux sur la justice militaire notamment Emmanuel Saint-Fuscien, « Les prévenus des conseils de guerre de la Première Guerre mondiale : « mauvais soldats » ou combattants ordinaires ? » in Prochasson C. et Turcanu F. (dir.) La Grande Guerre. Histoire et mémoire collective en France et en Roumanie, Bucarest, New Europe College ed., 2010, p. 23-43.

28 Voir Notamment Réau R.-G., Les crimes des Conseils de Guerre, Paris, Editions du “progrès civique”, 1925, 335 p.

29 Ibidem. Cette affaire est également retracée dans André Bach, Fusillés pour l’exemple, op. cit.

30 Voir par exemple Carroy J., Ohayon A., Plas R., Histoire de la psychologie en France, XIXe-XXe siècles, Paris, La découverte, 2006, 269 p.

31 Par exemple, Chavigny P., Les mutilations volontaires par armes à feu. Étude médico légale au cours de la guerre européenne de 1914, travail écrit en 1916 et publié en 1924, cité par Sophie Delaporte, Les médecins dans la Grande Guerre, op. cit.

32 Chavigny P., Diagnostic des maladies simulées dans les accidents du travail et devant les conseils de révision et de réforme de l’armée et de la marine, Paris, Librairie Baillière, 1906, 509 p.

33 C’est l’objet de la préface du livre de Chavigny rédigée par A. Pierret, professeur de clinique des maladies mentales à la faculté de médecine de l’université de Lyon, in Chavigny P., ibid.

34 Voir par exemple Boisseau E., Considérations sur les maladies simulées, dans l’armée en particulier, Paris, 1869, Baillière et Fils, 343 p. et Dr Huguet, Médecin-major de deuxième classe, Recherches sur les maladies simulées et mutilations volontaires observées de 1859 à 1896 à la 4e compagnie de discipline, Paris, Charles-Lavauzelle, 1900, 280 p.

35 SHD, 22 N 39, 2e corps d’armée, 1er bureau, Rapport du Médecin Major Ménard, Médecin Chef de l’ambulance no 1 du Corps d’Armée « G » au sujet de mutilations volontaires, 7 octobre 1914.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Roux P., Les Mutilations volontaires par coup de feu, Lyon, Rey, 1918, p. 13.

39 Ibid., p. 40.

40 Weisselfisch M.-D., Contribution à l’étude des mutilations volontaires et de quelques maladies simulées pendant la guerre 1914-1918, thèse pour le doctorat en médecine, Paris, Librairie Aernette, 1921, p. 32.

41 Roux P., Les Mutilations volontaires par coup de feu, op. cit.

42 Voir Stora-Lamarre A., La République des faibles, Paris, Armand Colin, 2005, 219 p.

43 Roux P., Les Mutilations volontaires par coups de feu, op. cit., p. 12.

44 Voir à ce sujet les textes écrits entre 1914 et 1918 et récemment réédités in Freud S., Ferenczi S., Abraham K., Sur les névroses de guerre, Paris, Payot, 2010, 134 p.

45 Weisselfisch M.-D., Contribution à l’étude des mutilations volontaires et de quelques maladies simulées pendant la guerre 1914-1918, op. cit.

Table des illustrations

Légende Tableau 2. – Tableau des conseils de Guerre de la 3e Division d’infanterie (DI) pour « mutilations volontaires », réalisé d’après les minutes de jugement de la division. (Service Historique de la Défense)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 486k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540