Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

2. Pratiques médicales et regards scientifiques sur les pathologies liées à la guerre

Thomas W. Salmon, les traumatismes de guerre et la société américaine

Bruno Cabanes

Texte intégral

1Les histoires de la psychiatrie pendant la Grande Guerre tendent à gommer l’originalité de la psychiatrie de guerre américaine. Ses grandes figures sont méconnues, ses modèles thérapeutiques ignorés. L’arrivée tardive des troupes américaines sur le théâtre des opérations en Europe, au printemps 1918, donne le sentiment que les médecins américains se sont contentés de suivre scrupuleusement les méthodes appliquées par leurs collègues européens, présents depuis plus longtemps sur les champs de bataille.

  • 1 Dean E. T., Shook Over Hell. Post Traumatic Stress, Vietnam and the Civil War, Cambridge, Mass., H (...)

2C’est oublier d’abord un peu rapidement que la psychiatrie de guerre américaine a elle-même une histoire, lointaine héritière de la guerre civile américaine, où de nombreux troubles psychiques sont relevés chez les combattants1. Par ailleurs, la Première Guerre mondiale favorise l’émergence de psychiatres militaires aux États-Unis, à une époque où la psychiatrie en général peine encore à acquérir la reconnaissance du milieu médical. Ce sont, en d’autres termes, les nécessités du moment qui favorisent la professionnalisation de la psychiatrie, par le biais d’une branche marginale : la psychiatrie de guerre.

  • 2 Cité dans Bond E. D., Thomas W. Salmon Psychiatrist, New York, Norton, 1950, p. 180-184.

3En étudiant le cas de Thomas Salmon, psychiatre en chef du corps expéditionnaire américain, nous voudrions souligner les enjeux de sa réflexion sur les traumatismes psychiques, non pas simplement dans le contexte de la Première Guerre mondiale, mais plus largement dans le cadre de la société américaine du premier vingtième siècle. Les travaux de Salmon s’inscrivent en effet dans une perspective spécifique, qui est celle de la santé publique : un champ d’activité organisé autour du Comité national d’Hygiène mentale, qu’il dirige à partir de 1912. À l’exception peut-être d’Adolf Meyer, qui enseigna à l’Université Cornell puis à Johns Hopkins avant la guerre – autre personnalité impliquée dans la création du Comité national d’Hygiène mentale, nul n’a œuvré plus que Salmon, dans la décennie 1910-1920, pour donner à la psychiatrie américaine un statut équivalent à celui des autres spécialités médicales. À la veille de la Grande Guerre, la psychiatrie est encore considérée comme une discipline relativement secondaire – une « Cendrillon de la médecine » pour reprendre le mot de Salmon2. Après la guerre, avec les succès de la psychiatrie de l’avant, cette image s’est peu à peu estompée.

4Né en 1876 dans une famille récemment immigrée d’Angleterre, Thomas Salmon fait des études de médecine au college d’Albany et devient médecin généraliste, avant d’accepter, pour des raisons financières, un poste de bactériologiste au département de la santé de l’Etat de New York. En 1904, il est affecté aux services de l’immigration sur Ellis Island. Il est chargé des expertises psychiatriques sur les nouveaux arrivants.

5Ses connaissances en psychiatrie reposent alors sur une brève expérience de terrain au Willard State Hospital de New York, qui ne le prépare pas, à proprement parler, à un travail d’expert. De toute façon, le rythme de travail est écrasant et ne laisse pas de temps pour une expertise approfondie. À l’époque, Ellis Island est l’une des principales portes d’entrée des immigrants sur la côte Est : un million d’étrangers y passent durant la seule année 1907. Il faut parfois que les psychiatres examinent jusqu’à 5 000 personnes par jour. L’immense majorité des immigrants ne parlant pas l’anglais, l’expertise psychiatrique repose donc sur la compétence d’armées de traducteurs, parmi lesquels Fiorello La Guardia, le futur maire de New York pendant la Seconde Guerre mondiale.

6Or pour Salmon, ces années passées à Ellis Island restent déterminantes à plus d’un titre. D’abord, à la différence de beaucoup de psychiatres de la Première Guerre mondiale issus du milieu hospitalier ou de l’enseignement supérieur (comme W. H. Rivers, le psychiatre de Sassoon à l’hôpital de Craiglockhart, qui avait enseigné la psychologie à Cambridge), Salmon a une expérience des groupes, de la logistique – une expérience de l’urgence aussi, qui lui sera utile dans le contexte de la guerre. Il sait qu’il faut ménager des sas de décompensation, permettant aux nouveaux arrivants de reprendre leurs esprits après un voyage épuisant, et il préconise la création de lieux de repos, à l’écart du hall encombré d’Ellis Island : les immigrants devront y rester quelques heures avant tout examen psychique. Dans l’idéal, expliquet-il, les immigrants devraient avoir une expertise psychiatrique dans leur pays d’origine, avant même d’embarquer pour les Etats-Unis.

  • 3 Grob G. N., Mental Illness and American Society, 1875-1940, Princeton NJ, Princeton University Pre (...)

7Par ailleurs, et c’est également un point important, les classifications mises en œuvre par Salmon sur Ellis Island anticipent les projets de classification des soldats dans l’armée américaine. En 1912, Salmon devient le directeur du Comité national d’Hygiène mentale, une organisation créée en 1909 qui vise justement la modernisation de la psychiatrie, la mise en place de programmes de prévention, et le lancement de recherches sur les causes des maladies mentales. Le Comité national d’Hygiène mentale (créé par Clifford Beers à partir d’une expérience menée à New Haven, dans le Connecticut en 1908) repose sur l’idée que les troubles mentaux résultent d’une mauvaise interaction des individus avec leur environnement. D’où la nécessité d’étudier les maladies mentales dans leur contexte social, et par ailleurs d’intervenir de manière précoce, à titre préventif3. Ces notions de groupe social (community) et de précocité joueront un rôle majeur dans les idées exprimées par Salmon pendant la Grande Guerre.

8La deuxième expérience décisive de Thomas Salmon se situe à la veille de l’entrée en guerre des Etats-Unis, lorsqu’il est envoyé à la frontière mexicaine par la Fondation Rockefeller, en 1916, pour une mission d’évaluation des troupes américaines qui stationnent dans la zone. L’objectif des soldats est de prévenir les raids de rebelles mexicains qui se livrent à une forme de guérilla contre les citoyens américains : destruction de maisons, vols, assassinats. Il s’agit donc d’un combat de faible intensité, dont la tension vient pour l’essentiel d’une situation d’attente, d’incertitude et du poids de l’ennui.

  • 4 Confidential Report from Salmon to Surgeon General William Gorgas, April 12, 1917 (Oskar Diethelm (...)

9De manière inattendue, les conclusions de Salmon mettent l’accent sur l’importance des troubles psychiques qui touchent ces soldats. Leurs conséquences dépassent même largement les moyens offerts par les hôpitaux psychiatriques de la région. « Les maladies mentales sont approximativement trois fois plus nombreuses au sein de nos troupes sur la frontière mexicaine que dans la population adulte de l’Etat de New York… », écrit-il. « Tout indique qu’une armée de 500 000 hommes fournit annuellement jusqu’à 1 500 patients souffrant de troubles psychiatriques en temps de paix et pas moins de 4 500 en temps de guerre. Quand on pense au fort impact sur les armées de désordres aussi sérieux et aussi invalidants que la folie, il est évident qu’il faut prendre des dispositions spéciales pour un diagnostic et un traitement de tels patients4. » Les plans dessinés par Salmon au moment de son retour de la frontière mexicaine servent donc d’esquisses pour ceux du corps expéditionnaire américain en Europe à partir de 1917.

10Mais pour qui s’intéresse aux troubles psychiques de guerre, le véritable terrain d’observation reste naturellement les champs de bataille européens. En mai 1917, Salmon obtient du ministère de la guerre une nouvelle mission d’enquête auprès des médecins du corps expéditionnaire britannique, dont proviennent régulièrement les descriptions de symptômes nouveaux et de nouvelles appellations, comme celle de « shell shock ». À son retour de Londres, il rédige un rapport, publié dans la revue médicale Mental Hygiene en octobre 1917, qui servira de fondement à la prise en charge des maladies nerveuses au sein du corps expéditionnaire américain (AEF).

11Quelles sont les principales conclusions de Salmon à l’automne 1917, alors même que les soldats américains n’ont pas encore pris part aux combats (il faut attendre le printemps 1918) et que ses observations portent donc exclusivement sur les soldats britanniques ?

  • 5 Pols H., Oak S., « War and Military Mental Health: the US Psychiatric Response in the 20th Century (...)
  • 6 Strecker E. A., « Military Psychiatry: World War I, 1917-1918 », in One Hundred Years of American (...)

12Tout d’abord, Salmon met en avant l’ampleur et le caractère spectaculaire des symptômes qu’il a pu observer : « Pleurs, tremblements, paralysie, stupeur, mutisme, surdité, cécité, crises d’angoisse, insomnie, amnésie, hallucinations, cauchemars, palpitations cardiaques, vomissements et problèmes intestinaux5. » « La guerre actuelle est le premier conflit dans lequel les maladies nerveuses fonctionnelles (“shell shock”) constituent un problème médical et militaire majeur. Comme tous les pays et toutes les races engagés dans le conflit souffrent de ces symptômes, il apparaît clairement que ce sont les nouvelles conditions de guerre qui sont principalement responsables de leur fréquence », écrit-il6.

  • 7 Mosse G. L., « Shell Shock as a Social Disease », Journal of Contemporary History, vol. 35, no 1 ( (...)
  • 8 Salmon T. W., The Care and Treatment of Mental Diseases and War Neuroses (« Shell shock ») in the (...)

13À la différence de beaucoup de ses contemporains, Salmon prend ensuite ses distances avec l’explication physique du « shell-shock » comme résultat du souffle et du bruit des explosions. Il émet aussi des doutes sur la thèse de la prédisposition naturelle de certains soldats, stigmatisés comme hystériques, à développer des troubles nerveux7. Pour Salmon, les troubles psychiques doivent être compris surtout comme un moyen d’« échapper à une réalité intolérable dans la vie réelle qui est rendue tolérable par la névrose… Non seulement la peur, mais l’horreur, la révulsion contre les tâches affreuses qu’ils doivent parfois accomplir, les troubles émotionnels résultant des conflits entre leur condition de soldat et leurs désirs personnels, tout cela joue un rôle et rend ce type d’échappatoire presque obligatoire ». Et Salmon prend soin, dans le même texte, de rejeter les accusations de simulation et de souligner le sens du « devoir, du patriotisme, et de l’honneur » de la plupart des patients8. En conséquence, il lui apparaît tout à fait possible de soigner les soldats atteints de troubles nerveux, pour peu que des hôpitaux spécialisés soient créés, à proximité du front, afin de pratiquer au plus vite les premiers traitements et servir de centre de triage (clearing station) pour les cas les plus lourds, nécessitant une hospitalisation de plus longue durée à l’arrière. À l’inverse, les Britanniques ont pris l’habitude de rapatrier leurs blessés psychiques en Angleterre.

14Salmon ajoute à son rapport une dernière recommandation : la mise en œuvre d’un examen psychiatrique préalable des nouvelles recrues (screening), destiné à ne pas envoyer en Europe les hommes les plus faibles psychiquement. L’armée américaine exclut environ 2 % de ses recrues au début du conflit – sans que le programme de screening, qui en est encore à ses débuts, soit pour autant évalué scientifiquement.

15Au total, les limites du système médical britannique viennent, selon Salmon, de la lenteur à poser des diagnostics et à traiter les névroses de guerre. Ce sont des défauts qu’il faudra corriger une fois que l’armée américaine sera engagée effectivement dans les hostilités.

16Les objectifs de Salmon sont doubles : la création d’une psychiatrie de l’avant plus efficace, qui permettra de réduire le nombre des pertes psychiques, et la restructuration de la psychiatrie de l’arrière aux Etats-Unis, pour soigner les blessés les plus atteints. C’est aussi l’une des originalités de l’œuvre de Salmon : repenser l’ensemble du système psychiatrique depuis la prise en charge des premiers jours jusqu’aux convalescences de longue durée.

17En ce qui concerne les premières étapes de la prise en charge, les propositions de Thomas Salmon passent par une hiérarchisation fine des structures de soins : un avant-poste médical, à proximité immédiate du front ; une structure hospitalière installée dans le camp de base ; et un camp de convalescence situé non loin des deux autres, la distance avec la ligne de front correspondant aussi, dans son projet, avec des degrés de gravité croissants dans les troubles psychiques. À cet effort initial de hiérarchisation s’ajoute un effort pour faciliter la circulation rapide des malades entre le front et les structures de soins, ou entre les structures de soins elles-mêmes.

  • 9 Strecker E. A., « Military Psychiatry: World War I, 1917-1918 », op. cit., p. 392.

18Les avant-postes médicaux disposent d’une trentaine de lits, où les soldats pourront boire une boisson chaude à leur arrivée, avoir trois repas par jour, se reposer, et être suivis dès les premières heures par un petit groupe de trois psychiatres ou neurologues. Il est prescrit au personnel médical de ne pas discuter avec le patient de ses symptômes, mais de le rassurer et de le calmer, de lui faire valoir l’importance de sa contribution personnelle à l’effort de guerre, la nécessité de ne pas abandonner ses camarades, et les avantages d’un retour rapide vers le front9.

19Au bout d’une semaine, si les symptômes persistent, les soldats doivent être évacués vers l’hôpital installé au camp de base, dont Salmon précise qu’il doit être situé à proximité d’une ligne ferroviaire. L’hôpital comptera au moins 500 lits, il sera entouré de 12 hectares de champs où les malades pourront pratiquer l’agriculture, faire des exercices physiques et profiter de la vie au grand air.

20En cas de nouvel échec, le soldat atteint de troubles psychiques est envoyé vers une structure plus éloignée du front, où il pourra séjourner jusqu’à six mois. Une nouvelle évaluation de l’état de santé du malade est alors décidée. Soit le malade est renvoyé vers le front, soit il est évacué vers les Etats-Unis pour y recevoir un traitement intensif.

  • 10 Crocq L., « Perspectives historiques sur le trauma », in De clercq M. et Lebigot F., (dir.), Les T (...)

21Les principes édictés par Salmon se résument donc à quatre ou cinq mots, immédiateté, proximité, espérance de guérison, simplicité (auxquels s’ajoute parfois la notion de centralité) : des principes qui rejoignent certaines intuitions déjà énoncées par les psychiatres français Chavigny, Roussy et Lhermitte en 1915, Granjux en 1916 et Laignel-Lavastine en 191710, mais qui le sont ici de manière plus poussée. Ces principes sont ceux de la psychiatrie de guerre de l’avant, utilisée depuis lors, notamment pendant la guerre de Corée et la guerre du Vietnam.

  • 11 Lerner P., Hysterical Men. War, Psychiatry and the Politics of Trauma in Germany, 1890-1930, Ithac (...)
  • 12 Salmon T. W., The Care and Treatment of Mental Diseases and War Neuroses (« Shell shock ») in the (...)

22Dans son rapport de la fin 1917, Salmon prend soin aussi de repenser le système de soins aux Etats-Unis. Pour lui, la principale erreur des Britanniques a été de démobiliser les soldats atteints de « shell shock » en leur donnant immédiatement une pension d’invalidité. À une époque où l’on soupçonne que la prise en charge financière des malades psychiques puisse alimenter ce que les Anglo-saxons appellent une « pension neurosis » et les Allemands Rentenneurose11, Salmon recommande la prudence. Il faudra attendre une année entière de traitement pour que les malades puissent être démobilisés avec une pension, explique-t-il12. En outre, Salmon préconise l’accroissement du nombre des médecins psychiatres et une meilleure hiérarchisation des hôpitaux psychiatriques à l’arrière, sur le modèle de ce qu’il veut introduire sur le front occidental.

23En décembre 1917, Salmon est nommé à la tête des services psychiatriques du corps expéditionnaire américain. Lorsqu’il arrive en Europe, il met rapidement en œuvre les recommandations de son rapport, et crée l’hôpital de base 117 à La Fauche, non loin de Neufchâteau, sur les contreforts des Vosges. L’hôpital est dirigé par Sidney Schwabe, professeur de neurologie à la Washington University de St Louis, Missouri. La proximité de cette structure avec le front a deux avantages : elle permet d’établir rapidement un diagnostic et de fournir des soins aux malades, tout en leur faisant comprendre que leur cas est parfaitement normal et curable, donc leur hospitalisation temporaire. C’est ce que Salmon appelle l’expectancy (espérance de guérison), les soldats doivent être maintenus dans l’idée qu’ils seront renvoyés vers le front dans les délais les plus courts possible.

24Le psychiatre américain participe aussi à la conception architecturale de l’hôpital : espace inscrit dans une circulation de flux entre le front et l’arrière, espace ouvert sur la campagne environnante et permettant donc de développer des activités physiques et manuelles à vertu thérapeutique : gymnastique, marche à pied, artisanat, jardinage, etc. En cela, il diffère par exemple de Myers, qui avait réussi à faire créer des hôpitaux spécialisés pour les soldats britanniques, atteints de troubles psychiques, mais n’était pas allé jusqu’à concevoir l’hôpital comme espace.

25En revanche, les écrits de Salmon, notamment son rapport de la fin 1917, attachent peu d’importance aux traitements eux-mêmes, sur lesquels le psychiatre américain ne donne aucune recommandation spécifique. On le sait globalement hostile aux traitements les plus durs (comme l’usage de l’électrothérapie) et convaincu que les méthodes de soin doivent s’adapter à chaque pathologie et à chaque malade. Par ailleurs, il convient surtout, selon lui, de garder l’esprit du malade occupé par une activité constante, qu’il s’agisse d’activités de plein air ou de l’artisanat d’intérieur comme la confection de paniers (une forme de thérapie assez fréquente, représentée notamment dans les célèbres films tournés à l’hôpital britannique de Netley en 1917).

  • 13 Personal communication from Salmon to his wife Helen, January 1918 (Oskar Diethelm Library Stacks, (...)

26Dans ses fonctions de psychiatre en chef de l’AEF, Salmon se plaint régulièrement de la nécessité de défendre, auprès de la hiérarchie militaire américaine, mais aussi auprès de beaucoup de ses confrères médecins, la réalité des pathologies dont souffrent ses patients de l’hôpital 117 et la nécessité de traitements précoces. Il s’en ouvre dans une lettre à sa femme, au mois de janvier 1918 : « Les choses vont bien mais je dois me battre sans cesse pour obtenir pour les malades psychiques ce dont ils ont besoin… Quelle satisfaction d’être un chirurgien, un hygiéniste ou un spécialiste de médecine interne et de ne pas avoir à démontrer que vos patients sont réellement malades13. » Outre la difficulté d’obtenir des fonds supplémentaires pour le fonctionnement de son service hospitalier, Salmon ne parvient pas à recruter suffisamment de psychiatres, et des psychiatres expérimentés. « Les meilleurs parmi les chirurgiens et les médecins américains sont ici, et les meilleurs neurologues que l’Angleterre possède travaillent pour l’armée britannique. Pourquoi diable leurs collègues américains ne nous ont-ils pas rejoints eux aussi ? Nous avons à peine une demi-douzaine de bons neurologues. », se désole-t-il.

  • 14 Strecker E. A., « Military Psychiatry: World War I, 1917-1918 », op. cit., p. 388.

27De fait, les étudiants américains sont peu nombreux à se spécialiser en psychiatrie, et l’enseignement de la psychiatrie n’occupe en moyenne qu’une trentaine d’heures dans la formation des cliniciens. Avant leur départ pour l’Europe Salmon leur propose donc une formation de six semaines à la médecine de guerre, dispensée principalement dans les hôpitaux psychiatriques de Boston et Ann Arbor, à l’Institut Neurologique de New York et à l’hôpital général de Philadelphie – une formation qui doit les défaire des idées reçues sur l’hystérie masculine et les entrainer à travailler dans un cadre militaire et dans l’urgence. Le nombre de psychiatres américains au moment de l’armistice de 1918 reste cependant modeste, 693 au total, dont 263 seulement se trouvent en Europe. Malgré l’effort de certaines structures académiques comme l’hôpital universitaire de Bloomingdale ou Smith college, le nombre d’infirmières psychiatriques est également très insuffisant14.

  • 15 Strecker E. A., « Experience in the Immediate Treatment of War Neuroses », American Journal of Ins (...)

28Cela dit, le système mis en place sur les recommandations de Salmon semble avoir bien fonctionné. Du simple point de vue de la circulation des soldats atteints de « shell shock » – circulation du front vers la chaîne de soins et inversement –, les chiffres fournis par l’armée américaine sont édifiants : approximativement 65 % des malades sont renvoyés vers la ligne de front après une période moyenne de traitement de quatre jours. On atteint même 75 % à la fin de l’offensive Meuse-Argonne (septembre-octobre 1918)15.

  • 16 Strecker E. A., « Military Psychiatry: World War I, 1917-1918 », op. cit., p. 397 sq.
  • 17 Shephard B., A War of Nerves: Soldiers and Psychiatrists, 1914-1994, London, Random House, 2000, p (...)

29L’évaluation qualitative des résultats est naturellement plus complexe. Selon une étude menée par Salmon après l’armistice, seulement 4 % des soldats renvoyés au front ont fait une rechute diagnostiquée. Certes, le psychiatre envisage que certains soldats aient été traités, en cas de rechute, par une autre commission de triage, donc qu’ils n’apparaissent pas dans les statistiques. Il reconnaît aussi que certains soldats déjà hospitalisés n’ont pas été renvoyés dans des unités combattantes16. Pour les autres, il faut enfin tenir compte du nombre de soldats tués parmi ceux qui ont déjà été traités pour troubles psychiques. L’autre indication chiffrée qui donne une tendance générale est le nombre de 4 039 évacués vers les Etats-Unis pour troubles psychiques pendant la Grande Guerre – sur deux millions de soldats présents en Europe à l’automne 1918, dont 1 200 000 ont effectivement pris part à des combats : on est loin des 24 000 soldats britanniques rapatriés dans les six premiers mois de 1916 seulement (donc avant la bataille de la Somme !) pour des cas de « shell shock »17.

30Au lendemain de l’armistice, Salmon avait suggéré que les soldats américains atteints de troubles psychiques importants restent en Europe pour une période de six mois, afin de poursuivre les traitements commencés pendant la guerre. Le ministère de la Guerre en décide autrement. Tous les combattants sont rapatriés, parfois dans des conditions pitoyables qui indignent le psychiatre. De nouveaux services psychiatriques sont créés à partir de novembre 1918, par exemple au sein de l’hôpital général de New York, qui accueille les blessés psychiques arrivés au port d’Hoboken, dans le New Jersey, ou au Saint Elizabeth’s Hospital de Washington DC. Mais dans la plupart des cas, les vétérans sont pris en charge dans des asiles d’aliénés inadaptés à leur état. Exaspéré par les luttes avec sa hiérarchie, Salmon, qui s’est fait le portevoix des anciens combattants américains, décide de quitter l’armée. Il occupe brièvement la présidence de l’American Psychiatric Association et réoriente ses travaux vers la prévention de la délinquance juvénile. À partir de 1919, il enseigne la psychiatrie à l’école de médecine de l’Université Columbia, où il exerce jusqu’à sa mort accidentelle, en 1927, à l’âge de 51 ans.

31Une remarque pour conclure, en forme de plaidoyer pour démilitariser l’histoire de la psychiatrie de guerre. Comment comprendre en effet les enjeux sociaux de la psychiatrie de guerre si l’on se limite à la séquence chronologique 1914-1918 ? De ce point de vue, l’œuvre de Thomas Salmon est exemplaire.

32En amont, il apparaît très clairement que les idées énoncées par Salmon pendant la Première Guerre mondiale résultent d’une réflexion plus large et plus ancienne sur le statut des malades mentaux dans la société américaine et sur celui de la psychiatrie dans la politique de santé publique. Les classifications de la population, la gestion des flux de personnes, la nécessité d’un diagnostic précoce, le rôle joué par les dynamiques de groupes sont des principes présents dès les années 1910 dans les travaux du Comité national d’Hygiène mentale, et dans le cas spécifique de Salmon, dans son expérience d’expert psychiatre à Ellis Island.

33En aval, le désenclavement chronologique s’impose tout autant. Pour Salmon, l’effort de restructuration engagé pendant la guerre doit se poursuivre après la guerre. Sur ce point toutefois, ses recommandations ont été négligées, et l’action en faveur des vétérans atteints de traumatismes est restée très insuffisante aux États-Unis. Plus que les psychiatres, les autorités politiques et la population civile américaine étaient pressées de tourner la page de la Grande Guerre.

Notes

1 Dean E. T., Shook Over Hell. Post Traumatic Stress, Vietnam and the Civil War, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1997.

2 Cité dans Bond E. D., Thomas W. Salmon Psychiatrist, New York, Norton, 1950, p. 180-184.

3 Grob G. N., Mental Illness and American Society, 1875-1940, Princeton NJ, Princeton University Press, 1983 (chapitre 6); Pols H., Managing the Mind: The Culture of American Mental Hygiene, 1910-1950, Philadelphia, University of Pennsylvania, 1997.

4 Confidential Report from Salmon to Surgeon General William Gorgas, April 12, 1917 (Oskar Diethelm Library Stacks, Salmon Archives, Box 2, Folder 7, 2-3).

5 Pols H., Oak S., « War and Military Mental Health: the US Psychiatric Response in the 20th Century », American Journal of Public Health, vol. 97, number 12 (December 2007), p. 2134.

6 Strecker E. A., « Military Psychiatry: World War I, 1917-1918 », in One Hundred Years of American Psychiatry, 1944, p. 385.

7 Mosse G. L., « Shell Shock as a Social Disease », Journal of Contemporary History, vol. 35, no 1 (janvier 2000), p. 101-108.

8 Salmon T. W., The Care and Treatment of Mental Diseases and War Neuroses (« Shell shock ») in the British Army, New York, War Work Committee of the National Committee for Mental Hygiene, 1917, p. 30.

9 Strecker E. A., « Military Psychiatry: World War I, 1917-1918 », op. cit., p. 392.

10 Crocq L., « Perspectives historiques sur le trauma », in De clercq M. et Lebigot F., (dir.), Les Traumatismes psychiques, Paris, Masson, 2001, p. 36.

11 Lerner P., Hysterical Men. War, Psychiatry and the Politics of Trauma in Germany, 1890-1930, Ithaca, Cornell University Press, 2003.

12 Salmon T. W., The Care and Treatment of Mental Diseases and War Neuroses (« Shell shock ») in the British Army, op. cit., p. 63.

13 Personal communication from Salmon to his wife Helen, January 1918 (Oskar Diethelm Library Stacks, Salmon archives, Weill-Cornell Medical School, Box 3, Folder 6).

14 Strecker E. A., « Military Psychiatry: World War I, 1917-1918 », op. cit., p. 388.

15 Strecker E. A., « Experience in the Immediate Treatment of War Neuroses », American Journal of Insanity, 1919, 76, p. 45-69.

16 Strecker E. A., « Military Psychiatry: World War I, 1917-1918 », op. cit., p. 397 sq.

17 Shephard B., A War of Nerves: Soldiers and Psychiatrists, 1914-1994, London, Random House, 2000, p. 73.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540