Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

2. Pratiques médicales et regards scientifiques sur les pathologies liées à la guerre

Pour la patrie et par la douleur. Le corps médical face aux psychonévroses de guerre

Jean-Yves Le Naour

Texte intégral

  • 1 « Les bienfaits de la guerre sur l’organisme des soldats français », Presse médicale, 24 juin 1915

1« La science n’a pas de patrie, mais le savant en a une. » Cette formule de Pasteur n’a jamais été aussi vraie qu’en 1914-1918, à l’heure où les maladies mentales sont présentées comme l’étalon de mesure de la résistance du pays. La guerre, en effet, c’est une question de nerfs, et il va de soi, au début du conflit, que les qualités viriles de la race française épargnent naturellement les soldats des affections nerveuses. Les poilus, à en croire La Presse médicale, « appartiennent à une race toujours puissante qui n’a pas fini d’étonner le monde1 », aussi les affections psychiques sont-elles tout simplement niées ou ignorées par les médecins : elles ne peuvent être que marginales, patriotisme oblige. La logique patriotique se confronte donc directement à celle, plus objective, de la médecine et interdit dans un premier temps de considérer que la guerre rend fou. Tout au contraire, cette guerre, dit-on, doit régénérer la nation, la magnifier par la victoire, la débarrasser de ses laideurs physiques et morales et la rendre plus forte encore. Comment donc accepter l’idée que les héros puissent être victimes d’hystérie, que les glorieux poilus soient dotés de constitutions faibles et débiles, en proie à des délires que l’on croit propres au genre féminin ? Aussi, les blessés nerveux, les hallucinés, les trembleurs et autres traumatisés de guerre ne sont pas traités comme les autres malades, parce que ces blessés sans blessures contredisent l’image que la France voudrait donner d’elle-même. D’un côté, les soldats atteints de troubles mentaux sont placés au cœur d’un enjeu moral qui les dépasse, de l’autre, les médecins cherchent à les remettre sur pied le plus rapidement possible et par tous les moyens, même les plus brutaux, ce qui les amène nécessairement à oublier leur éthique et leurs devoirs vis-à-vis d’hommes en souffrance pour ne plus connaître que l’impératif patriotique. Dès lors, tous les traitements deviennent possibles, même les plus violents, mêmes les plus dégradants, pourvu qu’ils soient efficaces. Entre servir l’humanité et servir le pays en guerre, le médecin doit choisir son camp.

Sur le front de la neurologie

  • 2 « Société médicale de Nancy », Presse Médicale, 30 décembre 1915.
  • 3 Sransky E., « Einiges zur Psychiatrie und Psychologie in Kriege », Wiener med. Wochenschrift, 1915 (...)
  • 4 Dumas G., Névroses et psychoses de guerre chez les Austro-allemands, Paris, Félix Alcan, 1918, 242 (...)
  • 5 Chaslin P., « Séance du 29 janvier 1917 », Annales médico-psychologiques, avril 1917, p. 242.
  • 6 Parant V., « Chronique », Annales médico-psychologiques, septembre-octobre 1915, p. 402-412.

2Le 21 juillet 1915, devant la société médicale de Nancy, le docteur Paris prétend que l’asile départemental de la Meurthe compte moins d’aliénés, au bout d’un an de guerre, qu’en 1913, preuve de la résistance des soldats français, ce qui n’est pas le cas des combattants allemands dont les nerfs sont manifestement plus fragiles : « Ces observations diffèrent très sensiblement de celles des psychiatres allemands qui déclarent que pendant la guerre actuelle les maladies mentales ont augmenté dans d’effrayantes proportions chez les soldats allemands2. » Au même moment, il se trouve quantité de spécialistes d’outre-Rhin pour affirmer que les Français, dont le caractère faible et inconstant est soi-disant bien connu3, ne pourront tenir les tranchées très longtemps étant donné « la prédisposition bien connue des Latins » pour les accidents névropathiques4. Les médecins allemands ne doutent donc pas que la « résistance nerveuse de la race allemande » l’emportera sur les Français, et peu importe si ceux-ci prétendent le contraire. En effet, ces derniers attribuent au peuple allemand, dans sa généralité, une « folie collective », une « hypertrophie excessive de leur moi » faite de « mégalomanie et d’orgueil pathologique5 ». Les scientifiques sont donc en guerre, eux aussi, et la neurologie est un front comme les autres. Au moins la guerre donne-t-elle l’occasion aux Français de se dégager de l’emprise de la psychiatrie allemande dont on considère qu’elle a trop dominé les débats. « Le moment n’est-il pas venu de couper court à l’invasion de la psychiatrie allemande et de revenir à la culture et à la psychiatrie française ? », interroge Victor Parant. « Elle est bien belle cette psychiatrie française, belle dans ses origines, belle dans ses développements, belle dans sa justesse, dans sa vérité, dans sa sincérité, jamais elle n’a donné lieu à rien qui ressemblât à l’anarchie née de la psychiatrie allemande. Son développement méthodique, sagement progressif, pendant un siècle, fécond en résultats heureux arrivait peu à peu à mettre partout autour de lui l’ordre et la lumière. Et ce n’est pas sans étonnement profond qu’on peut se demander par suite de quelle aberration on s’est mis subitement à l’abandonner, à l’oublier même, pour se précipiter tête baissée vers une piste inconnue6. »

  • 7 Sémelaigne R., « Proposition de radiation des membres associés étrangers de nationalité allemande (...)
  • 8 Ibid.

3Et pour se libérer symboliquement de « l’invasion de la psychiatrie allemande », rien de mieux qu’une bonne purge des sociétés savantes à l’égard de leurs membres allemands et austro-allemands. Tout commence à l’Académie de médecine qui, le 22 juin 1915, décide de radier ses membres ennemis. Puis, c’est au tour de la Société médico-psychologique d’éliminer ses correspondants ennemis par 34 voix contre 3. Parmi ces trois récalcitrants, le docteur Legrain ose affirmer que la patrie n’a rien à voir avec la science7. En voilà une drôle d’idée pour René Semelaigne qui lui réplique : « Nous en avons assez des rêveries humanitaires et pacifiques d’avant-guerre, nous en avons assez de la soi-disant fraternité des peuples, de ces utopies néfastes qui endormaient les vigilances et ont failli nous coûter notre indépendance nationale. […] Personne ne peut nous contester le droit de rompre les relations avec des gens dont la mentalité n’est pas la nôtre. […] Sur les terres arrosées par le sang des martyrs vient d’éclore la fleur du souvenir, et nous nous souviendrons. Tous là-bas sont solidaires, tous doivent endosser leur part de responsabilité. » Et le docteur Wittry d’ajouter : « Ce peuple me dégoute ; il ne vaut pas même qu’on lui crache à la figure8. » En temps de guerre, le patriotisme l’emporte donc sur toute autre considération scientifique, et l’appréhension des maladies mentales, sorte de thermomètre de la vigueur du sang national, n’échappe pas à la règle.

Émotion ou commotion ?

  • 9 Mairet A., Piéron H, « Le syndrome commotionnel au point de vue du mécanisme pathogénique et de l’ (...)
  • 10 Vachet P., Les troubles mentaux consécutifs au shock des explosifs modernes, Thèse de médecine, Un (...)

4La cause est entendue : la guerre est totale et se déroule aussi sur le champ de bataille scientifique. Aussi, pas question de reconnaître que la guerre rend fou. Les traumatisés, pourtant de plus en plus nombreux, sont des blessés physiques affirme-t-on les deux premières années du conflit. Les thèses mécaniques et organiques de la commotion, de l’obusite ou du shell shock, formule inventée en juin 1915 par le docteur Charles Myers et promise à un bel avenir, sont d’ailleurs là pour prouver que les médecins sont prêts à tout pour ne pas ouvrir les yeux. Ils cherchent en effet à prouver que les troubles mentaux sont de vraies blessures physiques, que le facteur psychique n’entre pas en ligne de compte. On voit ainsi ressurgir les vieilles lunes de l’époque napoléonienne sur le « vent du boulet » remplacé désormais par le « vent de l’obus ». Bien entendu, on ne soutient plus que le boulet se charge d’électricité avec la vitesse et laisse autour de lui un halo électrique qui foudroie les malheureux soldats se trouvant à sa portée, comme on le suggérait à l’époque napoléonienne, mais l’on défend l’idée que l’explosion de l’obus crée une compression puis une décompression brutale de la pression atmosphérique entraînant la dilatation des vaisseaux sanguins, un ébranlement du liquide céphalo-rachidien, des hémorragies cérébrales, sur le modèle des plongeurs qui remontent trop vite des profondeurs. Mairet et Piéron, qui inventent le mot de « syndrome commotionnel », parlent pour leur part d’un « ébranlement violent du cerveau ou de la moelle » et constatent, à l’autopsie, « des déchirures pulmonaires, des hémorragies vésicales ou rachidiennes ». En conséquence, ils parient que l’état d’« hébétude comateuse » est dû ni plus ni moins qu’à des hémorragies cérébrales temporaires9. Bref, les psycho-névrosés, ces blessés sans blessures, sont de vrais blessés physiques et n’ont rien de commun avec les hystériques. Cette affection que l’on croit typique des constitutions faibles et efféminées est d’ailleurs impossible à concevoir « chez des hommes qui s’étaient jusque-là conduits très bravement10 ». En conséquence, devant des paralysies hystériques, un poing fermé et incapable de s’ouvrir, un bras flasque ou au contraire collé le long du corps, deux jambes raides ou qui ne portent plus le poids du corps, certains médecins n’hésitent pas à pratiquer la chirurgie, handicapant totalement les malheureux qui passent entre leurs mains.

  • 11 Claude H., Lhermitte J., Loyez M elle, « Étude histologique d’un cas de commotion médullaire par é (...)

5L’ennui c’est qu’il n’y a pas le moindre commencement de preuve pour appuyer cette théorie du choc physique. Et ce ne sont pas les expériences menées par le professeur Mairet, au centre neurologique de Montpellier, qui sont là pour en apporter : les moutons qu’il place dans des cages à côté d’explosifs qu’il fait sauter ne révèlent rien, la majorité étant tués par des éclats tandis que les survivants ne peuvent pas vraiment témoigner de leur traumatisme. De même, sur les radios des malades victimes d’une paralysie sans blessure apparente, on ne voit absolument rien, ce qui n’empêche pas certains spécialistes d’émettre l’hypothèse d’une limaille de fer tellement microscopique qu’elle ne serait pas discernable à l’œil nu. Quand un commotionné meurt dans un hôpital, il est aussitôt autopsié afin d’identifier les lésions létales, et tant pis si l’on ne trouve aucune lésion particulière car on ne veut pas abandonner la thèse du choc physique. Ainsi, les docteurs Claude, Lhermitte et Loyez concluent à l’existence de « dégénérations » des fibres myéliniques aussi « diffuses » que « marginales » chez un patient qui vient de décéder et chez qui l’autopsie ne révèle rien de précis11.

6Les preuves manquent donc pour défendre la thèse physique, mais malheur à ceux qui osent la contredire dans les premiers mois de la guerre. Pour avoir émis l’hypothèse d’une « hypnose des batailles » dès septembre 1914, au constat des soldats hagards et confus qu’il rencontrait au front, le docteur Milian a été éreinté par ses confrères. Toutefois, à partir de 1915, les partisans du choc émotif reprennent l’avantage avant de triompher en 1916. Ils ont pour eux le constat de symptômes hystériques, le résultat négatif des ponctions lombaires, alors que l’ébranlement des vaisseaux sanguins devrait nécessairement laisser une trace sanguine dans le liquide céphalo-rachidien dans lequel baigne le cerveau. Il faut s’y résoudre, la guerre peut traumatiser les poilus, les rendre hystériques. Oui, la guerre rend fou.

Prédisposition ou simulation ?

  • 12 Dupouy R., « Notes statistiques sur les troubles neuropsychiatriques dans l’armée en temps de guer (...)
  • 13 Renaux J., Etats confusionnels consécutifs aux commotions des batailles, Thèse, Université de Pari (...)

7La théorie qui veut que la santé de la race soit le reflet de celle des soldats est rapidement confrontée à un dilemme : les soldats sont toujours plus nombreux à tomber malades, y compris de valeureux poilus courageux et décorés. On invoque alors la théorie de la prédisposition héréditaire pour affirmer qu’ils auraient de toute façon été victimes d’un dérèglement mental et que la guerre n’y est pour rien. « La majorité de nos malades sont des héréditaires ou des malades déjà traités pour leur affection nerveuse ou mentale, écrit l’aide-major Roger Dupouy. Ce sont des sujets dont le système nerveux est particulièrement fragile, qui ne résistent pas aux fatigues de toutes sortes imposées par la guerre12. » De même, Jules Renaux se livre en 1915 à une enquête auprès de ses patients pour conclure que les malades sont « pour la plupart des prédisposés nerveux13 ». Les psychoses de guerre n’existent donc pas, prétendent ainsi de nombreux spécialistes, tout juste l’émotion soulevée par les événements a-t-elle pu donner une couleur particulière aux psychoses du temps de paix, mais pas plus.

  • 14 Chauffard Pr., « La guerre et la santé de la race », Revue scientifique, 16 au 16 juillet 1915, p. (...)
  • 15 Dumesnil M., Délires de guerre. Influence de la guerre sur les formes des psychoses de guerre, Thè (...)
  • 16 Mallet R., « Etats confusionnels et anxieux chez le combattant », Annales médico-psychologiques, j (...)

8L’ennui, c’est que la thèse de la prédisposition héréditaire ne tient pas la longue durée. En effet, une fois passée l’épidémie des premières semaines et des premiers mois de la guerre, les esprits défaillants qui portent « en eux le germe latent de leur débilité nerveuse14 » devraient s’être tous révélés et le nombre de psychonévroses, par conséquent, devrait accuser une chute libre. Il ne devrait rester aux tranchées que la partie saine depuis que la partie malsaine a été subitement identifiée sous l’aiguillon de la tension produite par les événements. Or, ce n’est pas le cas. Les troubles mentaux observés chez les soldats sont sans cesse plus nombreux au fur et à mesure que le conflit se prolonge. Il faut donc considérer que l’hérédité ne fait pas tout et trouver une autre explication. Qui cherche trouve : on invoquera l’intoxication par alcoolisme, et l’on finira par accepter de tenir compte des circonstances, à savoir la fatigue, le manque de sommeil et le surmenage jusqu’à parler de « prédisposition acquise », une notion ahurissante que Marius Dumesnil définit comme l’acquisition d’une « fragilité spéciale » par l’individu sain « sous l’influence des fatigues » générées par la guerre15. Autrement dit, les médecins ne croient plus vraiment à la prédisposition et brûlent définitivement ce qu’ils ont adoré en 1917, quand Jean Lépine ou Raymond Mallet défendent l’idée que les états anxieux, par exemple, « surviennent sans aucun antécédent », c’est-à-dire sans prédisposition aucune16. Il était temps d’affronter la réalité : la guerre rend fou, même les plus robustes.

9Alors que les médecins ont établi les maladies nerveuses comme un étalon de la bonne santé nationale, ce genre de malades trahissant la faiblesse de la race ne sont pas toujours bien considérés mais regardés comme de potentiels embusqués. Les médecins sont en effet complètement démunis devant ces blessés sans blessures et leurs affections tellement variées : surdité, mutité, cécité, paralysie du pouce, du poing, du bras, des deux bras, des jambes, ou au contraire, jambes molles incapables de porter le corps, abrutissement, hallucinations, plicature… Ils ne peuvent alors s’empêcher de soupçonner les soldats de feindre un trouble mental pour pouvoir s’embusquer. Ce soupçon est d’autant plus fort qu’il est renforcé par la théorie dominante du pithiatisme (du grec persuader et guérir) forgée en 1901 par Joseph Babinski et qui prétend que la maladie est due à l’autosuggestion du sujet, qu’il est responsable de ce qui lui arrive, qu’il s’est monté la tête. En un mot, on n’est jamais hystérique par hasard, et les troubles mentaux sont toujours tributaires de l’intention du malade, même si, en l’occurrence, l’intention est inconsciente. Entre la maladie fondée sur l’intention consciente (le simulateur), et l’intention inconsciente (le pithiatique), la frontière est donc difficile à définir, si bien que tous les soldats malades sont regardés comme potentiellement des candidats à l’embuscage. La théorie du pithiatisme favorise donc un dangereux glissement sémantique qui finit par assimiler tous les malades à des lâches, les psycho-névrosés étant appelés « sursimulateurs », « métasimulateurs », « exagérateurs », « persévérateurs », et même « simulateurs inconscients » parce que l’on ne veut pas les dire malades. Fatalement, la thérapie devait être marquée par le poids de cette suspicion.

Soigner par la douleur

  • 17 « Neurologie de guerre », Revue neurologique, novembre-décembre 1915, p. 1248.

10Dans les premiers temps de la guerre, les commotionnés sont soumis à une cure de repos selon la méthode de psychothérapie douce en vigueur jusque-là : du sommeil, une nourriture roborative, des exercices de gymnastiques, des bains chauds, des séances de douches froides en jet, des massages, etc. Puis, dès 1915, leur situation se durcit, l’isolement disciplinaire leur est souvent imposé, avec interdiction d’écrire, de fumer, de recevoir des visites, de lire, un traitement sévère que le docteur Sicard, à Marseille, n’impose toutefois pas aux officiers ni aux détenteurs de la croix de guerre, preuve que l’attitude médicale relève plus du moral que du thérapeutique. La méfiance se lit également dans les prescriptions de la Société de neurologie qui, le 21 octobre 1915, dans un vœu adressé au sous-secrétaire d’État au service de santé, Justin Godart, attire l’attention des pouvoirs publics sur la nécessité de ne présenter, « en aucune circonstance, aucun militaire atteint de psychonévroses devant les commissions de réforme17 ». Réformer un malade de ce type, qui n’est responsable que d’une volonté défaillante, ce serait donner raison aux embusqués du cerveau, accorder une prime à la trouille, récompenser la lâcheté et pour tout dire commettre une injustice envers les poilus qui continuent de tenir courageusement à l’avant. Les malades affluent donc, envahissant les centres neurologiques qui sont très vite débordés. Certains médecins se décident alors, pour être plus efficaces, à adopter une psychothérapie plus rapide que la méthode douce mais aussi plus brutale, fondée sur l’électricité à haute dose. Entre l’efficacité, la nécessité de la rentabilité, celle du renvoi le plus vite possible aux tranchées des soldats remis sur pied, et l’humanité, le respect des malades et le souci de les guérir sans les tourmenter, des médecins énergiques ont tranché, au nom de la défense nationale.

  • 18 Giroire H., Clovis Vincent (1879-1947), Paris, Olivier Perrin, 1971, 195 p., p. 75.
  • 19 Dépositions de Clovis Vincent, Service historique de la défense (SHD), 10 J 820.
  • 20 « L’intervention obligatoire », Le Correspondant médical, septembre 1916.
  • 21 Janicot J., « A propos du refus par les militaires du refus de traitement ou d’opérations reconnue (...)
  • 22 Bianchon H., « L’habeas corpus du soldat », Le Figaro, 25 juin 1916.

11L’emploi de l’électricité, pour tout dire, n’est pas une nouveauté. Elle faisait partie, avant-guerre, de l’arsenal thérapeutique des maladies mentales mais dans une dimension « persuasive », cherchant à impressionner le malade en utilisant l’électricité statique par exemple qui soulevait poils et cheveux des patients. Il va de soi qu’on ne pense plus en 1914, comme un siècle auparavant, que l’électricité soigne, mais celle-ci peut en revanche prouver à un malade que sa paralysie est hystérique en faisant contracter les muscles sous l’action de l’électricité. C’est ce qu’on appelle de la psycho-électrisation. Ce qui change, fin 1915, c’est que le médecin-chef du centre neurologique de Tours, Clovis Vincent, décide d’administrer des doses élevées de courant dans le but de faire mal pour que ses patients comprennent que l’état de fuite du réel lui est plus douloureux que l’état de conscience. Cette méthode, Vincent la nomme le « torpillage », un mot terrifiant qui vient des malades passés entre ses mains : « ça vous retourne comme une torpille18. » Avec Vincent, la douleur est devenue la raison d’être de sa méthode de soin et tant pis si la médecine se renie en oubliant qu’elle doit apaiser les souffrances plutôt que de les provoquer. Mais la patrie n’attend pas, la fin justifie les moyens. Et comme cette méthode donne d’excellents résultats, Vincent est très vite imité par tous ses confrères qui se mettent à pratiquer le torpillage. La question déontologique – peut-on, doit-on traiter un malade par la douleur ? – est très vite écartée aux noms des impératifs patriotiques : le médecin a le droit et le devoir de faire mal à son patient puisque la douleur guérit. Que les bonnes âmes ne viennent pas s’émouvoir et faire la leçon aux spécialistes qui savent ce qu’ils font. « C’est bien de proclamer les droits de l’individu, écrit Vincent en juin 1916, mais il y a ceux de là-bas, ceux de la ligne de feu qui attendent sous un ouragan de mitraille qu’on vienne les relever. […] Ce sont les hommes du front qui souffrent dans des conditions horribles de notre sensiblerie et de notre lâcheté. […] Je dis que quand un homme qui peut guérir par un effort de volonté est depuis un an à l’intérieur, il est grand temps qu’il fasse ce qu’il faut pour aller remplacer là-bas ceux qui souffrent tant. […] Pensons aux hommes de l’intérieur, mais pensons surtout au pays qui se bat pour ne pas mourir19. » L’heure n’est pas à la compassion : « Nous sommes en guerre. Nos philosophes, fidèles serviteurs de l’humanitarisme, semblent trop souvent l’oublier20 », écrit Le Correspondant médical. « La liberté est une belle et grande chose, mais la patrie en est une plus belle et plus grande », renchérit Le Bulletin médical21. Et Le Figaro de s’interroger : « Tandis que devant Verdun tous les soldats de tous les régiments de France vont tour à tour prendre leur part de la plus splendide défense, […] va-t-on laisser des hommes qui n’ont rien que des apparences morbides, que des fantômes de paralysie ou de contracture, s’acagnarder douillettement au creux des lits de nos hôpitaux22 ? »

12Cette question de la douleur infligée aux malades pour les guérir, à vrai dire, les Français n’en auraient jamais entendu parler si un procès n’avait pas défrayé la chronique en 1916. Le 27 mai 1916, en effet, un patient de Clovis Vincent se rebelle et refuse d’être torpillé. Victime de plicature – c’est-à-dire qu’il est plié en deux et incapable de se redresser – depuis octobre 1914 et les effroyables combats sur l’Yser, le zouave Baptiste Deschamps a connu pas moins de huit établissements hospitaliers avant d’être évacué sur le centre neurologique où officie Vincent, et sa torpille miracle. Effrayé par les rumeurs qui courent l’hôpital, à savoir que le médecin-chef aurait tué plusieurs soldats, il se décide à refuser le traitement qu’on veut lui faire subir. Mais Vincent se moque des droits du blessé et considère que le médecin a le droit d’imposer un traitement, y compris douloureux, si c’est pour le bien du malade. Il entend donc le torpiller sans son consentement. S’ensuit un véritable pugilat, étant donné que Baptiste Deschamps ne se laisse pas faire, Vincent renonçant aux torpilles pour faire mal d’une façon plus classique, à coups de poings et de pieds. De plus, il dépose plainte devant la justice militaire pour voies de fait contre un supérieur. L’affaire est sérieuse car, selon le code de justice militaire, le zouave risque le peloton d’exécution. Il a cependant la chance d’être défendu par un avocat qui est aussi député, le républicain socialiste Paul Meunier dont la stratégie de médiatisation est payante. Au terme d’une grande campagne de presse, essentiellement portée par les journaux de gauche, le conseil de guerre rend un verdict modéré, le 3 août 1916 : six mois de prison avec sursis seulement pour le zouave qui a désobéi à son supérieur, très loin des douze balles dans la peau qu’il encourrait théoriquement. Les juges militaires ont donc voulu le condamner sur le plan formel tout en ne prenant pas parti sur le fond, semblant même se désolidariser avec un médecin pour qui la relation de confiance et l’autorité morale ont moins de valeur que le recours à la force. Après ce jugement qui bottait en touche, le débat devait donc se poursuivre dans la société civile, les sociétés savantes et les enceintes parlementaires. Si la Société des hôpitaux de Paris, dont Clovis Vincent est membre, se solidarise avec le médecin-chef du centre neurologique de Tours dès août 1916, tout comme l’Académie de médecine le mois suivant, les praticiens de base expriment dans des journaux comme Le Concours Médical et le Moniteur Médical un point de vue différent : en aucun cas le médecin ne doit forcer la volonté de son patient, c’est une question d’éthique. La Chambre des députés n’est pas de cet avis. Le 20 octobre 1916, saisie d’une interpellation de Paul Meunier, elle débat durant des heures du torpillage et de l’obligation de soin pour finalement conforter la position de Vincent par 352 voix contre 150. Parce que l’électricité est la méthode la plus expéditive pour rendre des hommes à l’armée, les députés ont conclu que la douleur importait peu. En Allemagne et en Autriche, des médecins qui pensent de même appliquent leurs électrodes sur les tétons et les testicules des pauvres soldats qui passent entre leurs mains. Entre l’efficacité et l’humanité, il fallait choisir. La fin patriotique justifiait les moyens.

Notes

1 « Les bienfaits de la guerre sur l’organisme des soldats français », Presse médicale, 24 juin 1915.

2 « Société médicale de Nancy », Presse Médicale, 30 décembre 1915.

3 Sransky E., « Einiges zur Psychiatrie und Psychologie in Kriege », Wiener med. Wochenschrift, 1915, no 27, cité par G. Dumas, Troubles mentaux et troubles nerveux de guerre, Paris, Félix Alcan, 1919, 227 p., p. 41.

4 Dumas G., Névroses et psychoses de guerre chez les Austro-allemands, Paris, Félix Alcan, 1918, 242 p., p. 31.

5 Chaslin P., « Séance du 29 janvier 1917 », Annales médico-psychologiques, avril 1917, p. 242.

6 Parant V., « Chronique », Annales médico-psychologiques, septembre-octobre 1915, p. 402-412.

7 Sémelaigne R., « Proposition de radiation des membres associés étrangers de nationalité allemande et autrichienne », Annales médico-psychologiques, janvier-mars 1917, p. 87-92.

8 Ibid.

9 Mairet A., Piéron H, « Le syndrome commotionnel au point de vue du mécanisme pathogénique et de l’évolution », Bulletin de l’Académie de médecine, séance du 22 juin 1915, p. 710-716., p. 711.

10 Vachet P., Les troubles mentaux consécutifs au shock des explosifs modernes, Thèse de médecine, Université de Paris, 1915, 52 p., p. 42.

11 Claude H., Lhermitte J., Loyez M elle, « Étude histologique d’un cas de commotion médullaire par éclatement d’obus », Bulletin et mémoires de la Société médicale des hôpitaux de Paris, séance du 30 juillet 1915, p. 680-687.

12 Dupouy R., « Notes statistiques sur les troubles neuropsychiatriques dans l’armée en temps de guerre », Annales médico-psychologiques, septembre-octobre 1915, p. 444-451, p. 444.

13 Renaux J., Etats confusionnels consécutifs aux commotions des batailles, Thèse, Université de Paris, 1915, 94 p., p. 71.

14 Chauffard Pr., « La guerre et la santé de la race », Revue scientifique, 16 au 16 juillet 1915, p. 18-25. Voir également La guerre et la vie de demain : conférences de l’Alliance d’hygiène sociale (1914-1916), Paris, Félix Alcan, 1916, 344 p., p 48.

15 Dumesnil M., Délires de guerre. Influence de la guerre sur les formes des psychoses de guerre, Thèse de médecine, Paris, 1916, 111 p., p. 46.

16 Mallet R., « Etats confusionnels et anxieux chez le combattant », Annales médico-psychologiques, janvier-mars 1917, p. 27-35, p. 34.

17 « Neurologie de guerre », Revue neurologique, novembre-décembre 1915, p. 1248.

18 Giroire H., Clovis Vincent (1879-1947), Paris, Olivier Perrin, 1971, 195 p., p. 75.

19 Dépositions de Clovis Vincent, Service historique de la défense (SHD), 10 J 820.

20 « L’intervention obligatoire », Le Correspondant médical, septembre 1916.

21 Janicot J., « A propos du refus par les militaires du refus de traitement ou d’opérations reconnues nécessaires », Bulletin Médical, 13 septembre 1916.

22 Bianchon H., « L’habeas corpus du soldat », Le Figaro, 25 juin 1916.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540