Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

2. Pratiques médicales et regards scientifiques sur les pathologies liées à la guerre

La lutte contre l’alcoolisme dans l’armée pendant la Grande Guerre. Principes, méthodes et résultats

Thierry Fillaut

Texte intégral

1Au cours de la Première Guerre mondiale, l’antialcoolisme bat son plein. De l’interdiction de la vente de l’absinthe par circulaire télégraphique du 16 août 1914 au rappel des grands principes de la lutte antialcoolique par Georges Clemenceau le 18 septembre 1918 en passant par la loi du 16 mars 1915 avalisant la prohibition de l’absinthe, la réforme du régime fiscal de l’alcool (juillet 1916), l’introduction de mesures antialcooliques dans le Code du travail (mars 1917) ou bien encore la loi du 1er octobre 1917 sur l’ivresse publique et la police des débits, une quinzaine de textes législatifs et réglementaires sont édictés en ce domaine, ce qui ne s’était jamais vu auparavant. Les objectifs sont clairs : réduire les conduites d’alcoolisation excessive (lutte contre l’ivresse publique), limiter autant que faire se peut l’accès à l’agent responsable du fléau (lutte contre l’absinthe et les spiritueux, réglementation de la vente des boissons). Les militaires, aussi bien sur le Front qu’à l’arrière, seront évidemment tout particulièrement visés.

  • 1 Legrain M., Les grands narcotiques sociaux, Maloine, 1925, p. 137.

2Pour autant, au sortir de la guerre, tous les antialcooliques n’étaient pas, tant s’en faut, convaincus par l’action qui avait été menée par les Pouvoirs publics, tel Maurice Legrain, médecin-chef des asiles d’aliénés de la Seine et membre du Conseil supérieur de l’assistance publique, qui tenait les Académies qui l’avaient appuyée « responsables de la marée alcoolique qu’elles laissèrent en leur nom déferler sur le pays1 ».

3Force est de constater, avec le recul, qu’ils n’avaient pas totalement tort. Engagée sur des bases erronées, mais qui se justifiaient au regard des connaissances alcoologiques de l’époque, la guerre totale lancée dès les premières semaines du conflit et jusqu’à la fin de celui-ci pour bouter l’alcool hors du pays (« hors de France, alcool maudit ! ») n’eut pas tous les effets escomptés : après quelques années d’accalmie, l’alcoolisme allait de nouveau défrayer la chronique médicale (une victoire en demi-teinte).

« Hors de France, alcool maudit2 ! »

  • 2 « Hors de France, alcool maudit ! », affiche de l’Union des Françaises contre l’alcool, Paris (ass (...)
  • 3 « L’alarme contre l’alcoolisme : aux Françaises et aux jeunes Français », affiche texte illustrée (...)
  • 4 Landouzy L., « Le vin dans la ration du soldat, moyen de lutte contre l’alcoolisme », Bulletin de (...)

4Les diverses mesures prises par les Pouvoirs publics au cours de la Première Guerre mondiale constituent un programme d’action antialcoolique sans précédent dont la logique, pertinente pour l’époque, repose sur une identification des problèmes et des facteurs en cause : l’alcoolisme, c’est-à-dire la consommation excessive de boissons spiritueuses, est facteur de dégénérescence et, de ce fait, menace la société entière. Il faut donc éradiquer cet « ennemi aussi redoutable que l’Allemagne3 », et détourner les consommateurs des dangers de l’alcool grâce notamment au « pur vin de France », « l’une des meilleures armes que la France puisse opposer à l’alcoolisme » tout en trouvant le « moyen de servir la Défense nationale4 ». En fait, la guerre à l’alcool se mène sur plusieurs fronts : surveiller, punir et éduquer en sont les moyens.

L’alcool : un « ennemi aussi redoutable que l’Allemagne »

  • 5 Dumas J.-B., « Discours prononcé lors de la séance solennelle de la SFT le 21 mars 1875 », La temp (...)

5C’est sur les cendres de la défaite de 1870 et de la Commune de 1871 que se structure le premier antialcoolisme français autour de quelques idées force qui visent non seulement à prévenir les risques d’une alcoolisation excessive des individus, mais aussi, et parfois davantage, à normaliser leurs comportements. Pour les initiateurs des premiers mouvements, « il ne suffit pas de proscrire les poisons tels que l’absinthe ; de combattre l’abus des liqueurs perfides, telles que l’eau-de-vie ; il faut encore, il faut surtout réveiller chez l’homme le sentiment de la responsabilité morale, le respect de lui-même, l’amour de la famille, l’idée de la patrie5 ».

  • 6 Legrain M., Dégénérescence sociale et alcoolisme, Paris, Carré, 1895, p. 45 sq.
  • 7 Tallon, capitaine, La campagne antialcoolique dans l’armée. Rôle de l’officier, Paris, Berger-Levr (...)

6Ce qui est alors dénoncé, c’est le double danger que représente l’alcool, car, comme l’écrivait Maurice Legrain, « l’empoisonnement alcoolique » conduit d’une part à l’abrutissement, lent, mais fatal, de l’individu et d’autre part à la « stérilisation intellectuelle et physique de la race » et à la « dépopulation6 ». Évoquant le rôle de l’officier dans la lutte antialcoolique à l’armée, le capitaine Paul Tallon n’hésitait d’ailleurs pas à écrire en 1903 que « l’alcoolisme a produit de tels ravages… qu’avant dix ans, la France n’aura plus qu’une recrue à opposer à deux recrues allemandes7 ».

  • 8 Romain, capitaine, Pour nos soldats : essai d’éducation morale, Paris, Berger-Levrault, 1906, p. 8 (...)

7Face à un tel danger, l’armée se devait de réagir. D’abord, en interdisant par une circulaire du 3 mai 1900 la consommation d’alcool à l’intérieur des casernes, camps et dans les cantines. Ensuite, « en développant judicieusement l’éducation morale » comme le précise une circulaire du 31 octobre 1905 du ministère de la Guerre, et en leur inculquant les « qualités fondamentales du soldat, celles qui constituent la base même de l’honneur militaire : l’honnêteté ; le patriotisme ; le courage ; la discipline » et d’autres comme « la tempérance ». Enfin, en punissant les récalcitrants et en rappelant aux jeunes recrues que « la grande majorité des soldats qu’on envoie aux bataillons d’Afrique, pour y expier des crimes ou des fautes contre l’honneur, sont des alcooliques8 ».

8Surtout, l’armée va faire sien l’un des moyens d’action alors reconnus pour lutter contre l’alcoolisme, à savoir favoriser la consommation alimentaire du vin. Le fait est que les premiers grands travaux statistiques sur le sujet mettaient en relief des tendances lourdes, à savoir que tout opposait la France du Nord, buveuse d’alcool et marquée du sceau de l’alcoolisme (aliénation mentale, criminalité…), à la France du Sud, acquise au vin et manifestement tempérante.

  • 9 Cf. Fillaut T., « De l’allié d’hier à l’ennemi d’aujourd’hui. Les antialcooliques et le vin en Fra (...)
  • 10 Cazeneuve P., « Le vin et l’hygiène alimentaire du soldat », Annuaire international du vin, 1932, (...)

9L’analyse allait déboucher sur un compromis : prôner l’usage des boissons « hygiéniques », et tout particulièrement du vin, pour en faire un rempart contre l’alcoolisme9. Le « quart de vin » du soldat, préconisé par une commission de révision de l’alimentation des troupes nommée le 20 avril 1907, s’inscrit dans cette perspective. Pour la commission, présidée par Armand Gautier, professeur de chimie à la faculté de Médecine de Paris, et constituée pour partie de sénateurs (Auguste Calvet, docteur Léon Labbé) et députés (professeurs Paul Cazeneuve et Émile Fleurent), l’attribution d’une ration de vin « chaque jour au soldat à son principal repas en sus de sa ration alimentaire habituelle » présentait en effet de « grands avantages… au point de vue de la santé et de la résistance du soldat à la fatigue10 ».

10Ce sera chose faite en novembre 1914. Dans la zone des armées, une ration d’un quart de litre sera attribuée quotidiennement aux soldats de l’avant et six fois par mois à ceux de l’arrière. Puis, ce quart deviendra cinquante centilitres en 1916. Mieux, le ministre du Ravitaillement s’engagera à approvisionner les armées à partir du 1er janvier 1918 à hauteur d’un litre par jour et par homme, dont le demi obligatoire fourni à titre gratuit et le reste vendu à un prix inférieur à celui du commerce. En outre, à la fin de 1917, l’on distribuera du vin chaud (25 centilitres de vin + 10 g de sucre) aux soldats avant les offensives, à l’instar de ce qui se pratiquait déjà dans la Marine depuis quelques mois à bord des navires patrouillant dans les régions froides ou humides.

  • 11 Cf. Bulletin de l’Académie de médecine, 1915, 3e série, t. 73 et t. 74 pour l’intégralité du débat (...)

11Nul ne s’opposait à cette augmentation, pas même l’Académie de médecine. Pendant l’été 1915, des sommités médicales prirent position en faveur d’une telle mesure à l’instar du professeur Armand Gautier qui, données scientifiques à l’appui, démontra que « donner du vin… à la dose modérée de 60 à 75 centilitres par jour, dans les conditions souvent très dures où ils combattent », ce serait « éviter » aux soldats « bien des maux : refroidissements, bronchites, pneumonies, angines, diarrhées, rhumatismes, gelures » et un excellent moyen pour « entretenir leurs forces et leur entrain » et « les détourner de l’abus de l’alcool ». Un avis que partageait le professeur Adolphe Pinard, ardent promoteur de la puériculture, selon lequel « en permettant à tous nos soldats sous les drapeaux de boire à chaque repas, le pur vin de France, on réagira puissamment, et bien que cela semble paradoxal contre l’alcoolisme ». Au demeurant, augmenter la ration de vin, c’était aussi faire acte de patriotisme. Rien à voir en effet entre le vin, « boisson nationale la plus généreuse », et l’alcool frelaté des « Boches hambourgeois11 ».

Surveiller, punir et éduquer

  • 12 Typologie proposée par Cochet F., « 1914-1918 : l’alcool aux armées. Représentations et essai de t (...)
  • 13 Bach A., Fusillés pour l’exemple, 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003, p. 474 [cité par F. Cochet].
  • 14 Ibid., p. 476.

12Si toutes les forces vives de la Nation étaient potentiellement visées par la lutte contre l’alcoolisme, ce sont évidemment les militaires qui étaient les premiers concernés. Aucun n’était à l’abri de cet ennemi de l’intérieur, ni les combattants pour lequel l’alcool jouait un rôle de compensation et de désinhibition, ni les permissionnaires et les blessés ou encore les troupes de l’arrière-front confrontées au risque d’un éthylisme d’ennui12. Il est vrai que les débordements sont nombreux. Ainsi, selon la statistique du greffe du Conseil de guerre de la 29e Division d’infanterie, « 50 % des militaires condamnés étaient en état d’ivresse quand ils ont commis des fautes qui les ont conduits devant la justice militaire ». Dès lors, sur le front, il fallait aux gradés et officiers surveiller « de près la consommation des boissons au cantonnement surtout » et punir « sévèrement tout abus13 ». Il leur fallait surtout porter une attention particulière aux motifs de ces ivresses, car « un militaire qui s’enivre en vue de se mettre dans l’impossibilité d’être maintenu utilement à son poste commet le crime ou le délit d’abandon de poste14 ».

  • 15 AD Loire-Atlantique, 1M1198 – Police des débits de boissons (1854-1929).
  • 16 AD Finistère, 4M313 – Débits de boissons, demandes d’autorisations.

13D’un bout à l’autre du pays, dans la moindre garnison, les autorités militaires ne badineront donc pas avec la surveillance des débits de boissons et les commandants des places militaires multiplieront les interventions pour limiter le nombre des débits ou leurs heures d’ouverture aux troupes. Le 7 avril 1915 par exemple, le préfet de Loire-Inférieure, après avis du général commandant la 11e Région territoriale, prend un arrêté dont l’article 5 prévoit que : « les sous-officiers, caporaux, brigadiers et soldats devront avoir évacué les débits de boissons à 9 heures du soir, dimanche et jours de fêtes compris » et qu’ils « ne pourront y être reçus avant 5 heures du soir, et 10 heures du matin le dimanche15 ». Et lorsque les débits contreviennent à la loi, la hiérarchie militaire n’hésite pas à en demander la fermeture administrative, tel le Colonel Saint-Etienne, commandant la place de Quimper, qui, en juin 1915, fera fermer par le préfet 18 débits de sa circonscription en moins de trois semaines pour invariablement les mêmes motifs : ouverture et vente de boissons alcooliques à des militaires à des heures interdites16.

  • 17 « Discussion du rapport de M. Letulle sur la distribution dans l’Armée d’une notice sur les danger (...)

14Mais surveiller et punir ne suffisent pas, il faut aussi informer et éduquer les soldats. C’est ainsi que dans sa séance du 25 janvier 1916, l’Académie de médecine avalise le texte d’une notice destinée aux troupes au titre explicite (« soldats, méfiez-vous de l’alcool… ») dans laquelle sont démontées les erreurs les plus répandues (l’alcool donne des forces, l’alcool réchauffe, l’alcool ouvre l’appétit, l’alcool facilite la digestion). La ligne de conduite à suivre est explicite : « L’alcool est entièrement nuisible. Le petit verre, après le repas, ne doit être pris qu’à titre exceptionnel. Quant aux boissons fermentées, elles peuvent être consommées à la double condition expresse de n’être prises qu’en quantités modérées qui, pour le vin ne doit jamais dépasser un litre par vingt-quatre heures, et uniquement en mangeant17. »

  • 18 L’Étoile bleue, sept.-oct. 1917, 41e année, no 9-10.

15La propagande passe aussi par l’affiche, dont près de 50 000 exemplaires, commandés par le ministre de la Guerre à la Ligue nationale contre l’alcoolisme, seront placardés dans les différents commandements, dépôts, casernements et hôpitaux militaires du pays. Séances de cinéma et conférences viennent compléter cette propagande, par exemple le 1er août 1917 à Remiremont, puis le 3 à Gérardmer, ou encore le 16 à Loches-sur-Ourte, séances au cours desquelles le conférencier, pour impressionner son auditoire, donnera « lecture des condamnations infligées à des ivrognes par le conseil de guerre de la région18 ».

  • 19 Cochet F., Genet-Delacroix M.-Cl., Trocmé H. (dir.), Les Américains et la France. 1917-1947. Engag (...)

16Enfin, cette éducation s’appuie sur des relais efficaces comme les Foyers du Soldat qui prennent leur essor après que le ministre de la Guerre ait reconnu en janvier 1916 le travail accompli par ces établissements, gérés par des civils, « pour protéger les jeunes recrues des dangers de l’alcoolisme et des maladies vénériennes » en leur « offrant des distractions saines et des boissons hygiéniques19 ». À l’été 1917, 78 foyers fonctionnaient dans la zone des Armées et à l’intérieur.

  • 20 Cf. Moreau L., Vinet E., « Les vins de France sur le front », La Revue de viticulture, 1917, t. 46 (...)

17Ceci dit, on peut se demander ce que valaient ces mesures compte tenu des conditions de vie des soldats et de l’approvisionnement en « pinard » et « gnole » des troupes. La Revue de viticulture en montre les limites quand, dans sa rubrique commerciale, elle révèle combien le Front est devenu un marché porteur aussi bien pour les vins de consommation courante du Midi que pour les meilleurs crus, en particulier le champagne, dont « assurément, il n’est pas de meilleur moyen d’étendre, à bon compte, leur renommée20 ».

Une victoire en demi-teinte

18D’évidence, au sortir de la Guerre, les hygiénistes avaient des motifs de se réjouir. L’alcoolisme avait régressé et tous les indicateurs semblaient le confirmer. Mais s’ils avaient gagné une bataille contre l’alcool, ils n’avaient pas gagné la guerre contre l’alcoolisme : dès le milieu des années vingt, un nouveau cri d’alarme est lancé car l’alcoolisme en recrudescence a changé de visage.

L’apparente défaite de l’alcool

  • 21 Compte général de l’administration de la justice criminelle pendant l’année 1920, Imp. Nationale, (...)

19De prime abord, les résultats de la guerre à l’alcool menée par les Pouvoirs publics, aussi bien en direction des militaires que des civils, sont patents. Ainsi, la consommation individuelle de spiritueux qui s’élevait à 3,36 litres par habitant en 1914, tombe-t-elle en 1915 à 3,08 litres puis à 2,32 litres en 1916 pour enfin se réduire à 1,87 litre en 1917. De même, le renforcement des mesures de police semble avoir produit des effets positifs, du moins si l’on s’en tient à la lecture des statistiques du ministère de la Justice sur la nature des contraventions principales infligées au niveau des tribunaux de simple police21. En 1913, 4,15 % des contraventions relevaient de la police des cabarets (ouvertures à des heures indues, etc.) et 13,99 % de la loi sur l’ivresse publique. En 1919, le pourcentage de contraventions prises en application de la police des cabarets a augmenté sensiblement (6,36 %), ce qui confirme le mouvement de sévérité des Pouvoirs publics. Par contre, celui des contraventions pour ivresse chute : il passe à 7,74 %, alors que le nombre de contraventions diminue quant à lui de 69 % (79 338 contraventions en 1913 et 24 849 en 1919).

  • 22 « L’alcoolisme est-il en décroissance dans la population ouvrière ? », Bulletin du ministère du Tr (...)
  • 23 Ibid., Enquête dans la région parisienne, bull. 1-2-3, p. 41 sq. et bull. 4-5-6, p. 117 sq., Régio (...)

20Cinq ans après la fin du conflit, la grande enquête lancée par le ministère du Travail pour savoir si « l’alcoolisme » est « en décroissance dans la population ouvrière » conforte cette impression. D’un bout à l’autre du pays, « les témoignages recueillis au cours de l’enquête et que corroborent les statistiques fiscales et judiciaires attestent un recul très net de l’alcoolisme dans la population ouvrière, et ce recul est particulièrement net depuis la guerre22 ». Que ce soit à Paris, « où il apparaît que, dans les professions visées, l’alcoolisme a diminué dans de très grandes proportions », dans le Calaisis où les fabricants de tulles et dentelles « ont tous déclaré qu’actuellement la situation est complètement changée » et que « les ouvriers “faisant le lundi” constituent de rares exceptions », chacun s’accorde à souligner les progrès, y compris dans les régions déjà considérées comme tempérantes, comme autour de la Méditerranée « où l’alcoolisme n’a jamais fait de ravages importants, [et où] la prohibition de l’absinthe, le prix élevé des vins et spiritueux, le développement des sports, l’éducation antialcoolique ont eu d’heureux effets pour la tempérance et la régularité dans le travail23 ». Et à l’appui de ces témoignages, les enquêteurs fournissent des chiffres de consommation glanés auprès des contributions indirectes et qui permettent ainsi de constater qu’à Paris, la consommation des alcools aurait diminué de 20 % par rapport à l’avant-guerre et celle de vin de 23 %.

  • 24 Rapport du docteur Briand, Archives du Service de santé des armées (Val de Grâce), Carton A 73, ci (...)
  • 25 Sur ce sujet, voir Quétel C., Simon J.-Y., « L’aliénation alcoolique en France (XIXe et 1ère moiti (...)

21Pour les aliénistes, en tous les cas, tout semble concorder pour affirmer la stabilisation, sinon le recul, du fléau alcoolique. Sans doute, l’alcoolisme demeure-t-il une cause majeure des internements comme le note le docteur Briand dans un rapport adressé au ministre de la Guerre où il précise que sur 3 832 soldats soignés dans le service des psychoses du camp retranché de Paris au cours de l’année 1916, 653 (20 %) sont considérés comme des « alcooliques avancés24 ». Mais de tels taux d’admission n’ont rien d’exceptionnel au regard de ceux constatés dans certains asiles d’aliénés à la fin du XIXe et au début du XXe siècle : à Sainte-Anne, selon le docteur Legrain, la folie alcoolique concernait de 24 à 28 % des internés masculins de 1887 à 1890 ; au Bon-Sauveur de Caen, 25 % des admis de 1899 à 1908 l’étaient pour alcoolisme et pire, à l’asile de Quatre-Mares en Seine-Inférieure, les alcooliques représentaient même 40 % des internés en 188525.

  • 26 Rodiet A. et Fribourg-Blanc A., « Influence de la guerre sur l’aliénation mentale à Paris », Annal (...)
  • 27 Charpentier R., « Notes sur l’assistance psychiatrique de guerre », Annales médico-psychologiques, (...)

22De fait, pour certains aliénistes, l’alcoolisme marque le pas. C’est ce que constatent par exemple le docteur A. Rodiet et le professeur Fribourg-Blanc. Pour eux, en effet, « la loi de prohibition de la vente de l’absinthe et les restrictions de la vente des boissons alcooliques, édictées dès le début de la guerre, ont diminué les cas d’alcoolisme aigu dans la population parisienne, au cours des hostilités, et évité ainsi beaucoup d’arrestations pour ivresse délirante, et d’examens psychiatriques à l’Infirmerie spéciale26 ». C’était déjà l’avis du docteur René Charpentier, qui, analysant les statistiques d’entrées d’avril à juin 1917 du centre de psychiatrie qu’il commandait, constatait « la rareté de l’alcoolisme et particulièrement de l’alcoolisme aigu et subaigu » et estimait que c’était la preuve de « l’efficacité des mesures prises par le commandement dans la zone des armées contre l’alcool », « un résultat remarquable et qui contraste heureusement avec les faits observés pendant la période initiale de la guerre27 ».

  • 28 Gatian de clérambault, « Diminution et modification des délires alcooliques à la suite des mesures (...)

23D’autres constateront ces heureux effets à leur retour dans leurs services après l’Armistice, tel le docteur de Clérambault, médecin en chef de l’infirmerie spéciale, « immédiatement frappé par la diminution du nombre des délires alcooliques et leur moindre gravité ». Chiffres de 1911, 1913 et des 8 premiers mois de 1920 à l’appui, il montre qu’avant 1914, « le nombre des délires alcooliques allait continuellement croissant » avec un taux d’augmentation annuel de l’ordre de 10 % alors que « pour les 8 premiers mois de 1920, le chiffre des alcooliques accuse, par rapport au chiffre de 1913, une diminution de plus de moitié » et qu’au total, « les alcooliques ne figurent plus, en 1920, que dans la proportion de 1/6 (un sixième) ». Et le docteur de Clérambault, d’insister sur le fait que cette « diminution n’est pas qu’apparente », mais qu’elle est bien réelle, car « les conditions observation, d’enregistrement et de recensement ont été rigoureusement les mêmes » et que « les chiffres des psychoses autres qu’alcooliques, dans notre service, n’ont varié que dans des proportions insignifiantes28 ». Et pour lui, la meilleure preuve de l’impact des mesures législatives et administratives édictées pendant la guerre et depuis la guerre est sans doute que la diminution est plus accusée du côté des hommes que chez les femmes, moins grandes consommatrices de boissons spiritueuses à essence.

La montée de l’œnilisme

  • 29 Lépine J., « La légende du vin », Bulletin de l’Académie de médecine, 1925, 3e série, t. 94 [séanc (...)

24L’apparente réussite de l’antialcoolisme sera toutefois de courte durée. Au lendemain de la guerre, l’ambiance est en effet plus à la libéralisation du marché des boissons, qu’à la prévention de l’alcoolisme. Dès 1925, l’Académie de médecine s’inquiète de la recrudescence de l’alcoolisme et un nouveau danger est pointé. Les spiritueux ne sont plus les seuls sur la sellette ; le vin, dont la consommation excessive s’étend, est également incriminé. Certains médecins demandent même à l’Académie d’avertir le public des risques qu’il encourt à abuser de cette boisson et de contrer cette « légende » du vin rempart contre l’alcool alors que « celui-ci se présente de plus en plus devant l’opinion comme un aliment et aussi comme une sorte de spécifique de l’alcoolisme29 ».

  • 30 Cazeneuve P., « Sur les vraies causes de la recrudescence de l’alcoolisme », in Bulletin de l’Acad (...)
  • 31 Labbé M., « Revue des revues », Vers la santé, 1927, vol. 8, no 5, p. 186.

25Nombre de ceux qui avaient défendu la distribution du vin aux soldats l’admettront difficilement et même ceux qui dénoncent l’essor de l’œnilisme le font avec précaution. « Si nos collègues incriminent l’abus du vin, déclare par exemple Paul Cazeneuve à l’Académie, il serait désirable de bien établir la part qui doit revenir, dans les accidents constatés, à l’abus des apéritifs et en particulier des simili-absinthes. » Car d’après lui, « ce ne sont pas les aveux toujours pleins de réticence des malades interrogés sur cette consommation simultanée des vins et des apéritifs qui nous éclaireront sur la part qui revient à chacune de ces boissons alcooliques, dont les effets s’accumulent fatalement30 ». Et pourtant, comme l’explique chiffres à l’appui le professeur Marcel Labbé, c’est bien « l’alcool fourni par le vin qui présente la principale source de l’intoxication alcoolique en France » puisqu’« environ 80 % » de la consommation d’alcool « sont absorbés à l’état de vin31 ».

  • 32 Huot L. et Voivenel P., La psychologie du soldat, Paris, La Renaissance du livre, 1918, 164 p.

26Ainsi « le pinard aura été [peut-être] un des facteurs primordiaux de la résistance des poilus et de la victoire32 », comme l’écrivaient en 1918 les médecins-majors Huot et Voivenel, mais il sera aussi facteur d’alcoolisation. On ne peut en effet douter que la distribution de vin aux soldats contribuera à développer le goût de cette boisson dans la population masculine, notamment chez les mobilisés originaires des régions qui en étaient traditionnellement faibles consommatrices (en 1913, un département sur cinq a une consommation moyenne inférieure ou égale à 50 litres par habitant ; en 1918, la ration réglementaire représente 180 litres par individu).

  • 33 Dauzat A., L’argot de la Guerre, d’après une enquête auprès des officiers et des soldats, Paris, A (...)

27D’évidence, le vin occupe une place essentielle dans le quotidien du soldat, même si c’est peut-être souvent autant en parole qu’en acte. Albert Dauzat33 recense ainsi plus d’une vingtaine de termes argotiques différents appliqués au vin. Le plus célèbre de tous est bien évidemment « pinard », mais c’est un terme générique qui recouvre une réalité multiple : il y a le « pinard à la redresse », c’est-à-dire le vin fin, le « pinard de luxe », celui que l’on peut se procurer lors des relèves à l’arrière du front hors des circuits de l’ordinaire. Et le vin porte d’autres noms : « moral », « gros bleu », « pive » ou « pif », « sanguin » ou encore « saute-barrières » ; « Aramon » pour le vin rouge, « casse-pattes » ou « électrique » pour le vin blanc. Les manières de le boire ont aussi leurs expressions : on « se blinde » (s’enivre), « on prend une muflée » ou une « muraille » ; on « fait un pompier au bidon » (boire au bidon) ; on est « rondard », « noir », « gelé » (ivre), ou pire « morsif » (ivre mort). Et mieux vaut ne pas se faire prendre à « téléphoner », c’est-à-dire percer un tonneau de vin et y boire à l’aide d’un tuyau en caoutchouc : une telle action est passible du conseil de guerre. Des termes spécifiques existent pour chaque contenant. Le quart, c’est le « moque », ou le « que-rop », ce dernier mot désignant aussi le verre à boire autrement appelé « glass » avec l’influence des corps anglais. Le verre à vin, c’est le « canon » ; la bouteille de vin, la « grenade » ; et un litre de vin, « kile » ou « kilo ».

  • 34 Témoignage rapporté par Jean Norton Cru, Témoins – Essai d’analyse et de critique des souvenirs de (...)
  • 35 Truffau P., cité par Meyer J., La vie quotidienne des soldats pendant la Grande Guerre, Paris, Hach (...)
  • 36 Harel A., Mémoires d’un poilu breton, Langon, chez l’auteur, non daté, 333 p.

28Pourtant si, comme l’écrit l’abbé Lissorgues, « le soldat parle beaucoup plus du pinard qu’il n’en boit34 », il semble bien que nombre de « pauvres bougres, sobres avant 1914… à force d’avoir soif et faim sous la mitraille, ont perdu le nord, en essayant de puiser l’oubli au fond du bidon de pinard ou du quart de gnôle35 ». En permission, avant de remonter au front, voire dans les tranchées, le « pinard » en aide en effet beaucoup à surmonter l’âpreté de leur condition et l’omniprésence de la mort. Dans ses Mémoires d’un poilu breton, Ambroise Harel, originaire de Langon (Ille-et-Vilaine), l’évoque à de nombreuses reprises. Il cite le cas de ces « poilus [qui] avaient fait des économies forcées » pendant l’offensive de Champagne et qui, à peine relevés, s’apprêtaient à repartir vers Lemmes (Meuse) en octobre 1915 : « dès qu’il fit jour, ils firent furieusement la chasse au pinard ; en quelques heures, avec l’état d’épuisement où ils étaient, quelques-uns étaient presque ivres morts ! De tous les cantonnements s’élevait un bruit infernal ! » Il montre aussi les limites de l’approvisionnement dans les tranchées, lors des attaques notamment, comme ce fut le cas le 14 avril 1917 alors que se prépare l’offensive du Chemin des Dames lancée par le général Nivelle : « l’on nous dota chacun d’un second bidon d’une contenance de deux litres ; nous reçûmes des vivres à profusion, le vin et l’eau-de-vie emplissaient tous nos récipients… Dans l’après-midi, on nous apprit que l’attaque était retardée… et qu’en conséquence nous pourrions boire le vin et l’eau-de-vie », liquidation immédiate qui « échauffa la tête à pas mal de poilus36 ».

  • 37 Déclaration faite à l’assemblée le 20 septembre 1917 par Olivier Deguise, député socialiste de l’A (...)
  • 38 Reinach J., « L’action sociale contre l’alcoolisme », in La Revue hebdomadaire, juillet 1915, p. 4 (...)

29Enfin, il convient de rappeler que, malgré les discours virulents contre l’alcool, on distribuait au soldat « à chaque attaque une mixture alcoolique37 », la fameuse gnôle que l’argot de guerre désignait sous des vocables variés et explicites : « pousse-au-crime », « casse-pattes », « barbelé », « arrache-bide », « uppercut », le « traîne-par-terre » ou encore « remonte-moi le moral ». Car, même si des antialcooliques convaincus comme Joseph Reinach reconnaissaient qu’un « verre d’alcool n’a pas été inutile pour accroître jusqu’aux extrêmes limites la tension nerveuse qu’exigeait l’immense effort que le chef allait demander aux soldats » et n’hésitaient pas à louer la sagesse de Joffre qui avait su faire la part « entre l’usage opportun, médicalement stratégique… de l’alcool » et l’abus de l’alcool « qui fait de l’homme une brute38 », force est de reconnaître qu’entre une réglementation qui prévoyait en théorie de ne distribuer que telle ou telle quantité d’eau-de-vie ou de vin, et la réalité du terrain, il y avait un énorme fossé.

30Finalement, loin d’être une victoire pour l’antialcoolisme, la guerre se soldera par un semi-échec. L’on comprend alors le désenchantement des militants antialcooliques les plus rigoristes qui n’hésiteront pas, quelques années plus tard, à vouer les Pouvoirs publics aux gémonies.

  • 39 Legrain M., Les grands narcotiques sociaux, op. cit., p. 136-137.

« Il fallait être envoûté jusqu’aux moelles, écrira par exemple Maurice Legrain, par les fallacieuses promesses de l’alcool, et consentir par suite à fournir la démonstration que la toxi-endémie ne fait plus qu’une avec nous-mêmes, pour tolérer la distribution officielle de l’eau-de-vie aux troupes, pour accepter les présents intéressés du commerce, pour laisser circuler librement le poison sous toutes ses formes ; pour souscrire à des simulacres de réglementation qui jetaient de la poudre aux yeux et dont la seule excuse fut l’ignorance indélébile de leurs auteurs ; pour laisser se propager l’alcoolisme de la femme ; pour laisser abreuver nos blessés et nos malades par des substances qui n’avaient de généreuses que le nom, mais qui contribuèrent à entretenir un appétit maladif contracté au front par des hommes souvent restés très sobres jusque-là39 ! »

Notes

1 Legrain M., Les grands narcotiques sociaux, Maloine, 1925, p. 137.

2 « Hors de France, alcool maudit ! », affiche de l’Union des Françaises contre l’alcool, Paris (association créée en 1916).

3 « L’alarme contre l’alcoolisme : aux Françaises et aux jeunes Français », affiche texte illustrée d’un dessin d’Abel Faivre, 1916 ( ?), Éditions de l’Alarme, Société française d’action contre l’alcoolisme. Paris.

4 Landouzy L., « Le vin dans la ration du soldat, moyen de lutte contre l’alcoolisme », Bulletin de l’Académie de médecine, 1915, 3e série, t. 74, p. 57.

5 Dumas J.-B., « Discours prononcé lors de la séance solennelle de la SFT le 21 mars 1875 », La tempérance, 1875, t. 3/2, p. 135

6 Legrain M., Dégénérescence sociale et alcoolisme, Paris, Carré, 1895, p. 45 sq.

7 Tallon, capitaine, La campagne antialcoolique dans l’armée. Rôle de l’officier, Paris, Berger-Levrault, 1903, p. 27.

8 Romain, capitaine, Pour nos soldats : essai d’éducation morale, Paris, Berger-Levrault, 1906, p. 8 et passim.

9 Cf. Fillaut T., « De l’allié d’hier à l’ennemi d’aujourd’hui. Les antialcooliques et le vin en France de la Belle Époque à nos jours », p. 159-170 in Pitou F. et Sainclivier J. (dir.), Les affrontements. Usages, discours et rituels, Rennes, PUR, 2008, 266 p.

10 Cazeneuve P., « Le vin et l’hygiène alimentaire du soldat », Annuaire international du vin, 1932, p. 649-654.

11 Cf. Bulletin de l’Académie de médecine, 1915, 3e série, t. 73 et t. 74 pour l’intégralité du débat dont sont extraites ces citations.

12 Typologie proposée par Cochet F., « 1914-1918 : l’alcool aux armées. Représentations et essai de typologie », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2006/2 - no 222, p. 19-32.

13 Bach A., Fusillés pour l’exemple, 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003, p. 474 [cité par F. Cochet].

14 Ibid., p. 476.

15 AD Loire-Atlantique, 1M1198 – Police des débits de boissons (1854-1929).

16 AD Finistère, 4M313 – Débits de boissons, demandes d’autorisations.

17 « Discussion du rapport de M. Letulle sur la distribution dans l’Armée d’une notice sur les dangers de l’alcoolisme », Bulletin de l’Académie de médecine, 1916, 3e série, t. 75 [séance du 25 janvier], p. 101.

18 L’Étoile bleue, sept.-oct. 1917, 41e année, no 9-10.

19 Cochet F., Genet-Delacroix M.-Cl., Trocmé H. (dir.), Les Américains et la France. 1917-1947. Engagements et représentations, Maisonneuve et Larose, 1999, p. 9 et passim.

20 Cf. Moreau L., Vinet E., « Les vins de France sur le front », La Revue de viticulture, 1917, t. 46, p. 173-175.

21 Compte général de l’administration de la justice criminelle pendant l’année 1920, Imp. Nationale, 1926, Rapport, p. 8.

22 « L’alcoolisme est-il en décroissance dans la population ouvrière ? », Bulletin du ministère du Travail, Janvier-mars 1923, bull. 1-2-3, p. 39.

23 Ibid., Enquête dans la région parisienne, bull. 1-2-3, p. 41 sq. et bull. 4-5-6, p. 117 sq., Région du nord, bull. 4-5-6, p. 120 sq. Région du midi, bull. 7-8-9, p. 253 sq.

24 Rapport du docteur Briand, Archives du Service de santé des armées (Val de Grâce), Carton A 73, cité par Darmon P., Vivre à Paris pendant la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2002, 448 p.

25 Sur ce sujet, voir Quétel C., Simon J.-Y., « L’aliénation alcoolique en France (XIXe et 1ère moitié du XXe siècle) », Histoire, économie et société, 1988, 7e année, no 4, p. 507-533.

26 Rodiet A. et Fribourg-Blanc A., « Influence de la guerre sur l’aliénation mentale à Paris », Annales médico-psychologiques, 1930, 12e série, t 1, janvier, p. 23.

27 Charpentier R., « Notes sur l’assistance psychiatrique de guerre », Annales médico-psychologiques, 1919, 10e série, t. 2, mai 1919, p. 197.

28 Gatian de clérambault, « Diminution et modification des délires alcooliques à la suite des mesures législatives et administratives prises pendant la guerre », Annales médico-psychologiques, 1921, 11e série, t. 1, janvier 1921, p. 45 et passim.

29 Lépine J., « La légende du vin », Bulletin de l’Académie de médecine, 1925, 3e série, t. 94 [séance du 24 novembre], p. 1056.

30 Cazeneuve P., « Sur les vraies causes de la recrudescence de l’alcoolisme », in Bulletin de l’Académie de médecine, 1925, 3e série, t. 94 [séance du 22 décembre], p. 1261 et passim.

31 Labbé M., « Revue des revues », Vers la santé, 1927, vol. 8, no 5, p. 186.

32 Huot L. et Voivenel P., La psychologie du soldat, Paris, La Renaissance du livre, 1918, 164 p.

33 Dauzat A., L’argot de la Guerre, d’après une enquête auprès des officiers et des soldats, Paris, A. Colin, 1919, 293 p.

34 Témoignage rapporté par Jean Norton Cru, Témoins – Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en français de 1915 à 1928, Paris, les Étincelles, 1929, 727 p.

35 Truffau P., cité par Meyer J., La vie quotidienne des soldats pendant la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1967, p. 96.

36 Harel A., Mémoires d’un poilu breton, Langon, chez l’auteur, non daté, 333 p.

37 Déclaration faite à l’assemblée le 20 septembre 1917 par Olivier Deguise, député socialiste de l’Aisne, citée par Jean Finot, Le roi alcool, Paris, Édition de l’Alarme, non daté, p. 54.

38 Reinach J., « L’action sociale contre l’alcoolisme », in La Revue hebdomadaire, juillet 1915, p. 432-445.

39 Legrain M., Les grands narcotiques sociaux, op. cit., p. 136-137.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540