Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

1. L'impact de la guerre sur l'institution psychiatrique et les dispositifs de soin

Entre désorganisation et adaptation : L’asile d’aliénés du Rhône pendant le premier conflit mondial

Isabelle von Bueltzingsloewen

Texte intégral

  • 1 Curieusement la Première Guerre mondiale est absente des histoires de Lyon, y compris de celles ré (...)
  • 2 En l’occurrence le Rhône, l’Isère, la Drôme, la Savoie, la Haute-Savoie et les Hautes-Alpes.
  • 3 À la veille de la Grande Guerre, Lyon compte plusieurs hôpitaux de grande capacité (l’Hôtel-Dieu, (...)

1Même si l’absence d’enquêtes consacrées à Lyon durant la Grande Guerre ne permet pas de prendre la mesure exacte du phénomène1, on sait que la 14e Région militaire, qui regroupe six départements2, a joué un rôle important dans la mobilisation économique et sanitaire de la France. À la fin du conflit, la capitale des Gaules, située sur l’axe majeur du PLM, est devenue le deuxième centre de traitement des blessés de l’arrière après Paris. C’est également à Lyon qu’arrivent, via la Suisse, les soldats prisonniers rapatriés d’Allemagne ou d’Autriche pour raisons sanitaires. Les blessés et les malades sont accueillis dans des établissements hospitaliers pérennes3 ou dans des structures temporaires aux statuts divers – hôpitaux annexes, hôpitaux complémentaires, hôpitaux auxiliaires… – installés dans des institutions religieuses, très nombreuses dans cette ville très catholique, dans des écoles, des lycées, des salles de spectacles, des salles de jeux, des hôtels et pensions de famille ou encore des maisons privées.

  • 4 Ce dispositif est décrit par Jean Lépine dans Troubles mentaux de guerre paru en 1917. Il fait éga (...)
  • 5 Ce service est installé dans l’École de santé militaire.
  • 6 Ce service est complété par 170 lits situés dans l’Isère et répartis entre l’hôpital militaire de (...)

2Parmi ces malades et ces blessés figurent des soldats atteints de troubles mentaux dont la prise en charge s’organise, à partir de 1915, dans le cadre d’un dispositif spécifique, le Service central de psychiatrie, dirigé par le Professeur Jean Lépine, titulaire, depuis 1911, de la chaire de clinique des maladies nerveuses et mentales de la faculté de médecine de Lyon4. En 1918, ce service dispose de 1 400 lits, répartis entre un hôpital complémentaire (service central) qui fait office de centre de triage5, plusieurs annexes destinées aux soldats peu atteints ou en instance de réforme, des lits de l’hôpital militaire Desgenettes dévolus aux soldats passibles de sanctions, et un service d’aliénés internés qui occupe plusieurs pavillons de l’asile d’aliénés départemental de Bron6.

  • 7 Ouvert en 1876 aux portes de Lyon, l’asile départemental d’aliénés du Rhône est, avec ses plus de (...)
  • 8 L’asile a en effet changé de nom en 1936.
  • 9 Voir Bueltzingsloewen I. von, « Morts sans ordonnance. Les aliénés et la faim à l’hôpital psychiat (...)
  • 10 Le fonds H-Dépot Vinatier a fait l’objet d’un répertoire publié en 2002. D’autres versements ont é (...)

3Comment cette institution7, très encombrée à la veille de la Grande Guerre, est-elle parvenue à s’adapter, non sans difficultés, aux conditions nouvelles créées par une situation de crise extrême ? Même si la famine qui a frappé l’hôpital psychiatrique du Vinatier8 pendant la Seconde Guerre mondiale, faisant près de 2 000 victimes parmi les malades internés9, a relégué le souvenir de la Première Guerre mondiale dans un oubli quasi-total, le dépouillement des archives de l’asile, conservées aux Archives départementales du Rhône10, montre que ce conflit a profondément et durablement affecté cet établissement pourtant situé très à l’arrière du front.

Les conséquences des difficultés de ravitaillement et des restrictions alimentaires : la hausse de la mortalité

4L’irruption de la guerre, en août 1914, place l’asile de Bron devant des difficultés de ravitaillement que rencontrent toutes les collectivités. L’intendance militaire ayant d’immenses besoins, qu’elle satisfait en grande partie par le recours aux réquisitions, les fournisseurs habituels de l’établissement ne peuvent plus honorer leurs marchés et, faute de chevaux, ne peuvent plus livrer leurs marchandises. Pendant toute la durée du conflit, l’asile doit donc assurer le camionnage de ses approvisionnements ce qui conduit l’économe à renoncer à certains achats. Le système d’adjudications qui, en temps de paix, garantissait à l’asile des prix bas, grâce à la mise en concurrence des marchands de gros, vole rapidement en éclat. Craignant d’être en rupture de marchandises, les fournisseurs hésitent d’autant plus à conclure des marchés – semestriels, annuels voire pluriannuels – qu’ils peuvent espérer faire des bénéfices plus importants en vendant leurs produits en plus petites quantités à d’autres acheteurs ou en renégociant régulièrement leurs tarifs avec l’asile. Aussi, au mois de novembre 1914, la préfecture autorise-t-elle la conclusion de marchés de gré à gré. L’économe n’a pas pour autant la possibilité de faire des stocks – tout au moins au-delà de certaines limites – ni d’acheter des marchandises au-delà d’un certain prix. Or les prix s’envolent du fait des pénuries qui frappent la plupart des denrées alimentaires et des produits manufacturés.

  • 11 Celle-ci n’a cependant jamais suffi à nourrir les malades et souffre d’un manque chronique de main (...)
  • 12 À partir de la fin de l’année 1915, les malades ne reçoivent plus de vin que deux fois par semaine (...)
  • 13 Ce produit de remplacement a été homologué par l’Académie de médecine.

5Ces pénuries sont certes beaucoup moins sévères que celles qui frappent l’établissement entre 1940 et 1945 mais leurs effets se font néanmoins sentir sur la vie des internés. Ainsi l’asile manque-t-il cruellement de paille, indispensable au couchage des très nombreux malades « gâteux » qui voient leurs conditions d’hygiène se dégrader d’autant qu’il a par ailleurs été décidé, afin d’économiser le charbon, de diminuer le nombre de bains de propreté. Bien que l’asile dispose d’une ferme importante11, le régime alimentaire des aliénés est également affecté par les pénuries et par l’augmentation des prix alimentaires. Une diminution de la ration est envisagée dès le mois de septembre 1914. Mais, à l’exception du vin12, le rationnement n’est introduit qu’au début de l’année 1917. Le 5 février, le directeur de l’asile informe ainsi les membres de la commission de surveillance que la viande a été supprimée à tous les repas du soir et remplacée par un plat de légumes. Les desserts ont également été supprimés de même que les œufs destinés aux malades ne pouvant mastiquer qui reçoivent à la place un potage concentré ou des pâtes. Enfin le café du matin a été remplacé par une soupe. Cette mesure suscite une fronde des malades « travailleuses » qui menacent de cesser le travail, obligeant la direction à faire machine arrière. En outre, à la fin de l’année 1917, le sucre est remplacé par de la saccharine13. Enfin, en février 1918, la ration journalière de pain est portée à 300 grammes conformément aux instructions ministérielles. Le directeur de l’asile promet alors que la diminution de la ration de pain sera compensée par une augmentation de la ration de pommes de terre et de légumes, les légumes secs (haricots secs, pois chiches, riz, lentilles) étant introuvables sur le marché et trop coûteux. Or quelques semaines plus tard, les membres de la commission de surveillance s’émeuvent du fait que, pendant trois semaines, les malades n’ont pas reçu de pommes de terre alors que celles-ci étaient disponibles en grande quantité sur le marché. Sommé de s’expliquer, l’économe fait valoir qu’il ne lui a pas été possible d’en acheter car elles étaient vendues à un prix supérieur à la taxation.

  • 14 Les chiffres publiés par la Statistique annuelle des institutions d’assistance font défaut pour le (...)
  • 15 Surtout si l’on prend en compte le cas des asiles situés dans les départements occupés ou celui de (...)
  • 16 Les données figurant dans ces registres sont en principe synthétisées dans le rapport moral et adm (...)
  • 17 Afin de tenir compte des entrées et des sorties particulièrement nombreuses pendant les années de (...)
  • 18 Comme l’année 1918, l’année 1919 est concernée par l’épidémie de grippe espagnole.
  • 19 Un sondage a cependant permis de montrer que, comme on pouvait s’y attendre, le taux de mortalité (...)

6Combinées à la dégradation des conditions d’hygiène et aux effets de la surpopulation, ces restrictions alimentaires ont-elles entrainé une hausse de la mortalité ? En l’absence de données nationales14 et même si on peut faire l’hypothèse que, comme lors de la Seconde Guerre mondiale, la situation a pu varier considérablement d’un asile à l’autre15, l’approche monographique est la seule pertinente pour répondre à cette question. À l’asile d’aliénés de Bron, il faut attendre le 3 octobre 1918 pour que le directeur fasse état, de façon très elliptique, d’une augmentation inquiétante du nombre des décès. Au cours de l’année 1916, les membres de la commission avaient d’ores et déjà été informés de la nécessité d’agrandir le cimetière de l’établissement du fait de la multiplication des décès mais celle-ci avait été justifiée par l’augmentation de l’effectif de malades. Grâce aux livres de la loi et aux registres de décès16, on connait le nombre de décès intervenus chaque année à l’asile. En rapportant ce nombre à la population moyenne internée17, on peut donc reconstituer le taux de mortalité annuelle. Celui-ci passe de 12,7 % en 1913 à 15,1 % en 1914, 14,1 % en 1915, 15,8 % en 1916, 20,1 % en 1917 et 27,9 % en 1918. La surmortalité concerne donc principalement les années 1917 et surtout 1918 c’est-à-dire celles durant lesquelles les malades ont subi des restrictions alimentaires. Même si le reflux est d’ores et déjà amorcé, on enregistre encore, en 191918, un taux de mortalité annuelle proche de celui de 1917 et il faut attendre 1921-1922 pour retrouver les valeurs d’avant-guerre. Pour évaluer le nombre des victimes de la sous-alimentation, on aurait pu procéder à un calcul de surmortalité en comparant les taux de mortalité enregistrés pendant les cinq années du conflit à ceux des cinq années qui l’ont précédé. Mais, dans la mesure où, du fait de l’internement de nombreux soldats rapatriés du front ou des camps de prisonniers allemands et autrichiens, le profil de la population masculine internée change du tout au tout pendant les années de guerre, le recours à ce type de construction statistique paraît discutable sauf à prendre en considération le seul groupe des malades civils ce qui n’a pas été possible à ce stade de l’enquête19.

Un défi difficile à relever : la prise en charge des aliénés militaires

  • 20 En 1915, l’asile accueille également, dans les bâtiments du pensionnat vidé de ses malades payants (...)

7Outre les problèmes de ravitaillement, l’asile départemental du Rhône est confronté à une pénurie aiguë de personnel, la plupart des infirmiers, employés et ouvriers de l’établissement étant mobilisés pendant toute la durée du conflit. Surtout, il doit relever un défi auquel il n’était absolument pas préparé : prendre en charge un nombre exponentiel de soldats atteints de troubles mentaux20.

  • 21 Les relations entre l’asile et l’autorité militaire sont régies par une convention signée en mars (...)
  • 22 Cet établissement, destiné à des malades payants, peut admettre des aliénés sous le régime de la l (...)
  • 23 Les entrées de soldats représentent ainsi 8,8 % de la totalité des entrées en 1914 (17 % des entré (...)
  • 24 Ce phénomène, déjà constaté pendant la guerre de 1870, est encore plus marqué pendant la Seconde G (...)
  • 25 Pour autant il ne semble pas avoir été envisagé de l’évacuer de ses malades civils.
  • 26 Ce qui représente une transgression du sacro-saint principe de séparation des sexes qui structure (...)

8N’ayant pas fait l’objet d’une réquisition de la part de l’autorité militaire21, l’établissement n’est que progressivement « envahi » par les aliénés militaires, simples soldats, caporaux, brigadiers et sous-officiers, les officiers étant pour leur part internés à la Maison de santé de Champvert22. Le nombre des entrées de soldats passe ainsi de 59 en 1914, à 178 en 1915, 428 en 1916, 560 en 1917 et 860 en 1918 soit un total de 2 085 entrées en cinq ans23. Le nombre total d’admissions (hommes, femmes, civils et militaires confondus), qui passe de 674 en 1914 à 1 544 en 1918, est multiplié par 2,3 pendant le conflit alors que le nombre des internements s’effondre dans la plupart des asiles français24. L’augmentation du nombre des entrées annuelles, due à la prise en charge des aliénés militaires, se traduit par une augmentation notable de la population moyenne de l’asile qui passe de 2 026 malades en 1913 à 2 098 en 1914, 2 173 en 1915, 2 291 en 1916, 2 309 en 1917 et 2 240 en 1918. Déjà encombré à la veille de la guerre, l’asile de Bron frôle l’asphyxie25. Les malades femmes souffrent particulièrement de la promiscuité car ce sont dans des pavillons de femmes qu’ont été installés les militaires26.

  • 27 Ce qui ne veut pas forcément dire au front.
  • 28 Les médecins-chefs exhortent d’ailleurs les familles à faire pression sur l’autorité militaire pou (...)
  • 29 Voir Le Naour J.-Y., Le soldat inconnu vivant, Paris, Hachette Littératures, 2002. Un dossier épai (...)

9Reste que si l’établissement parvient, non sans mal, à absorber un tel flux de malades, c’est parce que les médecins-chefs s’efforcent de renvoyer au plus vite les militaires dans leur régiment27, dans leur famille ou dans l’asile de leur département d’origine. Autrement dit, l’augmentation du nombre des entrées s’accompagne d’une augmentation du nombre des sorties qui permet si ce n’est d’empêcher du moins de freiner la progression du nombre des malades présents. Le nombre des sorties passe ainsi de 207 en 1914 à 343 en 1915, 461 en 1916, 892 en 1917 et 855 en 1918. C’est insuffisant selon le directeur et les médecins-chefs qui se plaignent des lenteurs de l’administration militaire qui obligent à « conserver » des malades qui n’ont plus besoin de soins ou qui, étant considérés comme aliénés, sont en attente de transfert dans un autre asile28. C’est cette nécessité d’évacuer au plus vite les soldats réformés, en attente de réforme ou en convalescence, généralement par convois, qui explique qu’Octave Monjoin, ce poilu amnésique rapatrié d’Allemagne dont le destin, à la fois tragique et rocambolesque, a été reconstitué par Jean-Yves Le Naour, ait été dirigé sur l’asile de Clermont-Ferrand après six semaines de séjour à l’asile de Bron, où il est arrivé le 1er février 1918, sur la foi d’une adresse fantaisiste qu’on n’avait pas eu le temps de vérifier29.

  • 30 Comme on pouvait s’y attendre, la part des femmes dans la population internée, qui était supérieur (...)
  • 31 En 1918, 37 % des sorties enregistrées (hors décès) sont en réalité des transferts.
  • 32 Qui prend également à sa charge les frais d’inhumation des militaires enterrés dans le cimetière d (...)
  • 33 À deux reprises, le préfet obtient une augmentation du prix de journée versé par l’autorité milita (...)
  • 34 À la veille de la guerre, ces derniers, répartis en plusieurs classes en fonction du montant de la (...)
  • 35 Ce qui n’est pas le cas des malades dirigés vers l’asile Saint-Jean de Dieu lorsque l’affluence au (...)
  • 36 Ou en attente de transfert, cette « attente » pouvant se prolonger pendant des années.
  • 37 En tout cas jusqu’à l’entrée en application de l’art. 55 de la loi du 31 mars 1919 sur les pension (...)

10L’admission de nombreux militaires atteints de troubles mentaux modifie non seulement la démographie asilaire30 mais aussi le cadre et la pratique de l’internement. Elle se traduit en particulier par une diminution de la durée moyenne des séjours, qui doit cependant être relativisée dans la mesure où nombre de militaires sont, au terme d’un séjour plus ou moins long, transférés dans d’autres asiles31, et par une augmentation de la part des placements volontaires, jusque-là réservés aux malades payants. Il est vrai que les frais de séjour des aliénés militaires ne sont pas supportés par le département et par les communes mais par le ministère de la Guerre32 ce qui représente un gain non négligeable pour le département même si le prix de journée versé pour chaque soldat interné est vite jugé insuffisant au regard des dépenses engagées et de l’inflation33. Les aliénés militaires ne sont pas mélangés aux autres internés mais, à l’instar des malades payants34, sont soignés dans des pavillons spécifiques. Pour autant ils relèvent bien de la loi du 30 juin 1838 : ils sont internés et non pas hospitalisés35. En cas de réforme pour aliénation mentale, ils sont soit transférés dans un autre asile soit, s’ils sont issus du département du Rhône ou en attente de transfert36, « placés d’office » à l’asile de Bron, c’est-à-dire transférés dans un service relevant du « régime commun », les frais occasionnés par leur séjour étant désormais pris en charge par leur département d’origine37. En 1917, ce ne sont pas moins de 150 poilus qui passent ainsi du statut de « placé volontaire » à celui, moins favorable sur le plan de l’hébergement et du régime alimentaire, de « placé d’office ».

  • 38 C’est également en 1917 que Gustave Roussy et Jean Lhermitte publient Psychonévroses de guerre.
  • 39 Chiffre tiré du rapport établi par Jean Lépine pour le deuxième trimestre 1918. Archives du servic (...)
  • 40 En réalité, d’après nos calculs, sur l’ensemble de la guerre, les rapatriés représentent un peu pl (...)

11L’arrivée massive de soldats modifie-t-elle le profil clinique des aliénés internés ? Les militaires présentent en effet des pathologies spécifiques qui intéressent vivement le Professeur Jean Lépine, médecin-chef à l’asile de Bron depuis 1905, qui, dès 1917, synthétise ses observations dans un livre intitulé Troubles mentaux de guerre38. Mais ces observations concernent pour l’essentiel les soldats non internés qui forment la grande majorité de la population prise en charge par le Service central de psychiatrie – 82 % des effectifs accueillis au cours des mois d’avril, mai et juin 191839. Soucieux de mettre en avant la curabilité des maladies mentales, Jean Lépine précise d’ailleurs dans son rapport de juin 1918 : « On remarquera le petit nombre des internements, surtout si l’on tient compte de ce fait que la plupart des militaires internés à l’asile de Bron sont des rapatriés d’Allemagne, déjà aliénés chroniques40. Ce petit nombre d’internements confirme les avantages du traitement précoce des troubles mentaux. » Cet optimisme ne vaut pas forcément pour les soldats internés à l’asile de Bron qui présentent pour la plupart des troubles graves déjà fixés ou en passe d’évoluer vers la chronicité. Même si les diagnostics de confusion, d’excitation et de mélancolie sont prédominants, nombre d’entre eux souffrent en effet de troubles au pronostic peu favorable (paralysie générale, démence, etc).

  • 41 En particulier de Madagascar, du Sénégal, de Guinée, d’Indochine, d’Algérie, de La Réunion. La plu (...)
  • 42 L’asile accueille de nombreux soldats serbes, belges, luxembourgois et quelques Russes.
  • 43 Pendant la Première Guerre mondiale, l’asile de Bron devient ainsi un creuset de nationalités.
  • 44 En particulier en cas de permission.
  • 45 Il n’y a pas de religieuses à l’asile de Bron. Les Sœurs de la charité du Verbe incarné ont en eff (...)
  • 46 L’âge n’est plus une condition discriminante : on recrute à partir de 15 ans (contre 18 ans en pri (...)

12De toute évidence, la présence à l’asile de Bron de nombreux militaires, issus de l’ensemble des départements français mais aussi des colonies41, des pays alliés42 et des pays ennemis43, met le fonctionnement de l’institution à rude épreuve. L’indiscipline de ces malades, qui ne maitrisent pas tous le français, est souvent dénoncée par le directeur et les médecins qui s’inquiètent de l’augmentation du nombre des évasions : très rares avant la guerre, elles sont au nombre de 18 en 1915 et de 27 en 1918. La négligence et le manque de compétences du personnel mis à la disposition de l’établissement par le service de Santé, qui peut être retiré à tout moment et n’est pas tenu par les obligations du service44, sont également régulièrement stigmatisés. Les dix-huit Annamites – accompagnés d’un traducteur – envoyés par la 14e section d’infirmiers à la fin de l’année 1916 sont renvoyés au bout de quelques semaines au motif qu’ils n’ont donné satisfaction ni dans les divisions de malades ni dans les services centraux. Mais, même si l’on déplore qu’ils soient souvent chétifs, sourds ou malvoyants, les infirmiers militaires, ainsi que les prisonniers de guerre allemands, employés comme manœuvres, permettent tant bien que mal de pallier le manque cruel de main d’œuvre civile. À l’asile comme ailleurs, les femmes sont désormais en première ligne d’autant qu’elles ont été autorisées par décret du 12 mai 1914 à travailler dans les quartiers de malades hommes qui leur étaient jusque là strictement interdits45. Un petit nombre d’entre elles accède même à des fonctions d’encadrement auxquelles elles n’auraient pu prétendre en temps normal. Mais en dépit d’un assouplissement des conditions d’embauche46 et des quelques avantages consentis, l’asile peine à recruter et surtout à stabiliser un personnel auxiliaire rebuté par des conditions de travail pénibles et des salaires beaucoup plus bas que ceux consentis dans les usines.

  • 47 Cité dans la revue Lyon médical, année 1917, p. 438-441.

13Le 1er août 1917, lors de la cérémonie organisée à la gare des Brotteaux pour fêter l’arrivée d’un convoi de blessés rapatriés d’Allemagne, le médecin-inspecteur Baratte, directeur du service de santé militaire de la 14e Région, s’adresse en ces termes aux soldats tout juste descendus du train : « Ravivez la haine que tout Français porte en son cœur contre l’Allemand […] Dès que vos santés seront rétablies, que vos forces seront revenues, il faudra vous mettre résolument au travail […] Après avoir versé votre sang, après avoir vaillamment combattu et défendu le sol de la patrie, faites produire à ce sol tout ce qu’il ne demande qu’à vous livrer. Reprenez, si possible, vos anciennes professions, travaillez activement et courageusement : vous rendrez ainsi la victoire encore plus complète et plus éclatante et vous aurez été de grands patriotes47. » Sorti d’un contexte marqué par l’intensification de la propagande nationaliste, ce discours, destiné à de grands blessés, peut paraître décalé voire choquant. Enfermés dans leurs douleurs physiques ou psychiques, ceux à qui il était destiné n’en ont probablement pas compris la signification.

  • 48 Ces poilus durablement internés dans les asiles français sont au cœur du projet de thèse mené par (...)
  • 49 Après un séjour d’un an et demi à l’asile de Pierrefeu dans le Var.
  • 50 Très chronicisés, les soldats internés avant ou après la Première Guerre mondiale sont nombreux à (...)

14De fait, à l’issue du conflit, nombre de blessés et de mutilés n’ont pu reprendre leur place dans la société. Parmi eux ces « mutilés du cerveau » qui sont restés durablement internés dans les asiles français48. Ainsi Pierre T., soldat au 7e Régiment d’artillerie, interné à l’asile de Bron le 16 décembre 191749 pour confusion mentale et hallucinations. Dans le certificat médical rédigé à destination du préfet le 12 avril 1918, Pierre T. est décrit comme un « mort vivant » : « Indifférent, apathique, conscience très réduite de sa situation, irritabilité et agitation par intervalles, impulsions. Affection sérieuse, pronostic très réservé. » En mai 1939, il fait partie des malades chroniques transférés à l’annexe de l’Argentière ouverte par le département pour désengorger l’hôpital du Vinatier. Il meurt d’un arrêt cardiaque quelques mois après son transfert, le 14 novembre 193950. Il a alors 50 ans et a passé près de 24 années à l’asile.

Notes

1 Curieusement la Première Guerre mondiale est absente des histoires de Lyon, y compris de celles rédigées par des universitaires.

2 En l’occurrence le Rhône, l’Isère, la Drôme, la Savoie, la Haute-Savoie et les Hautes-Alpes.

3 À la veille de la Grande Guerre, Lyon compte plusieurs hôpitaux de grande capacité (l’Hôtel-Dieu, l’hôpital de la Charité, l’hôpital de la Croix-Rousse, l’hôpital de l’Antiquaille, l’hôpital militaire Desgenettes, l’hôpital Debrousse, l’hôpital Sainte-Eugénie, l’hôpital du Perron) ainsi que des hôpitaux privés (l’Infirmerie protestante, l’hôpital Saint-Luc, l’hôpital Saint-Joseph, l’hôpital de Fourvière, etc.).

4 Ce dispositif est décrit par Jean Lépine dans Troubles mentaux de guerre paru en 1917. Il fait également l’objet de plusieurs rapports envoyés en mai 1915, janvier 1916 et juin 1918 au Service de santé des armées et conservés au Centre de documentation du Musée du Val de Grâce, carton A 75, Rapports des centres de psychiatrie de la 2nde à la 18e Région militaire.

5 Ce service est installé dans l’École de santé militaire.

6 Ce service est complété par 170 lits situés dans l’Isère et répartis entre l’hôpital militaire de la Tronche, un hôpital pour convalescents situé à Champenotte et l’asile d’aliénés Saint-Robert à Saint-Egrève.

7 Ouvert en 1876 aux portes de Lyon, l’asile départemental d’aliénés du Rhône est, avec ses plus de 2 000 malades internés, un des plus grands asiles de France.

8 L’asile a en effet changé de nom en 1936.

9 Voir Bueltzingsloewen I. von, « Morts sans ordonnance. Les aliénés et la faim à l’hôpital psychiatrique départemental du Rhône », in Bueltzingsloewen I. von (dir.), « Morts d’inanition ». Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, PUR, 2005, p. 51-63.

10 Le fonds H-Dépot Vinatier a fait l’objet d’un répertoire publié en 2002. D’autres versements ont été effectués depuis cette date.

11 Celle-ci n’a cependant jamais suffi à nourrir les malades et souffre d’un manque chronique de main d’œuvre. En outre, les restrictions alimentaires entrainent une réduction du cheptel (porcs et vaches), celui-ci se nourrissant pour une bonne part des restes laissés par les malades.

12 À partir de la fin de l’année 1915, les malades ne reçoivent plus de vin que deux fois par semaine, à l’exception de ceux qui travaillent.

13 Ce produit de remplacement a été homologué par l’Académie de médecine.

14 Les chiffres publiés par la Statistique annuelle des institutions d’assistance font défaut pour les années 1914 à 1918.

15 Surtout si l’on prend en compte le cas des asiles situés dans les départements occupés ou celui des asiles situés en Alsace-Lorraine annexée qui ont partagé le sort dramatique des asiles allemands dans lesquels la mortalité a atteint des niveaux très élevés. Voir H. Faulstich, Hungersterben in der Psychiatrie 1914-1949, Freiburg-in-Breisgau, Lambertus Verlag, 1998 et Docteur Prince, « Note sur la mortalité et la “maladie des œdèmes” à l’asile de Hoerdt (Bas-Rhin) pendant la guerre », L’Encéphale. Journal de neurologie et de psychiatrie, 1921, p. 526-532.

16 Les données figurant dans ces registres sont en principe synthétisées dans le rapport moral et administratif envoyé chaque année au préfet par le directeur de l’asile. Mais, signe de l’état de désorganisation profonde dans lequel se trouve l’établissement, ce rapport est manquant pour les années 1915, 1916 et 1917.

17 Afin de tenir compte des entrées et des sorties particulièrement nombreuses pendant les années de guerre.

18 Comme l’année 1918, l’année 1919 est concernée par l’épidémie de grippe espagnole.

19 Un sondage a cependant permis de montrer que, comme on pouvait s’y attendre, le taux de mortalité élevé des militaires pèse sur le taux de mortalité générale.

20 En 1915, l’asile accueille également, dans les bâtiments du pensionnat vidé de ses malades payants, 300 enfants réfugiés des hospices de Reims.

21 Les relations entre l’asile et l’autorité militaire sont régies par une convention signée en mars 1913.

22 Cet établissement, destiné à des malades payants, peut admettre des aliénés sous le régime de la loi de 1838. Faute d’accès à ses archives, on ne sait pas grand-chose sur son fonctionnement.

23 Les entrées de soldats représentent ainsi 8,8 % de la totalité des entrées en 1914 (17 % des entrées de malades hommes), 25,3 % en 1915 (44 % des entrées de malades hommes), 40,6 % en 1916 (62,6 % des entrées de malades hommes), 46,7 % en 1917 (57,6 % des entrées de malades hommes) et 55,7 % en 1918 (78,2 % des entrées de malades hommes).

24 Ce phénomène, déjà constaté pendant la guerre de 1870, est encore plus marqué pendant la Seconde Guerre mondiale. A l’asile de Bron, le nombre des entrées de malades femmes ne fléchit pas nettement pendant la Grande Guerre.

25 Pour autant il ne semble pas avoir été envisagé de l’évacuer de ses malades civils.

26 Ce qui représente une transgression du sacro-saint principe de séparation des sexes qui structure l’organisation asilaire.

27 Ce qui ne veut pas forcément dire au front.

28 Les médecins-chefs exhortent d’ailleurs les familles à faire pression sur l’autorité militaire pour hâter la sortie ou le transfert de « leur » malade.

29 Voir Le Naour J.-Y., Le soldat inconnu vivant, Paris, Hachette Littératures, 2002. Un dossier épais concernant Octave Monjoin alias Anthelme Mangin est conservé aux AD Rhône.

30 Comme on pouvait s’y attendre, la part des femmes dans la population internée, qui était supérieure à 50 % à la veille du conflit, recule de façon notable. En outre, l’âge moyen des internés diminue.

31 En 1918, 37 % des sorties enregistrées (hors décès) sont en réalité des transferts.

32 Qui prend également à sa charge les frais d’inhumation des militaires enterrés dans le cimetière de l’asile. En 1966, les tombes des soldats « morts pour la France » ont été transférées dans le carré D de la nécropole nationale de la Doua (Villeurbanne), inaugurée en 1954.

33 À deux reprises, le préfet obtient une augmentation du prix de journée versé par l’autorité militaire.

34 À la veille de la guerre, ces derniers, répartis en plusieurs classes en fonction du montant de la pension versée par leur famille, étaient hébergés au pensionnat. Celui-ci ayant été vidé en août 1914, ils sont transférés dans les services d’indigents. Jugé peu rentable, le pensionnat n’est pas rouvert après la guerre.

35 Ce qui n’est pas le cas des malades dirigés vers l’asile Saint-Jean de Dieu lorsque l’affluence au Service central de l’École de santé militaire est trop importante.

36 Ou en attente de transfert, cette « attente » pouvant se prolonger pendant des années.

37 En tout cas jusqu’à l’entrée en application de l’art. 55 de la loi du 31 mars 1919 sur les pensions militaires.

38 C’est également en 1917 que Gustave Roussy et Jean Lhermitte publient Psychonévroses de guerre.

39 Chiffre tiré du rapport établi par Jean Lépine pour le deuxième trimestre 1918. Archives du service de santé des armées, Centre de documentation du Musée du Val-de-Grâce, carton A 75, rapports des centres de psychiatrie de la 11e à la 18e Région militaire.

40 En réalité, d’après nos calculs, sur l’ensemble de la guerre, les rapatriés représentent un peu plus de 20 % des aliénés militaires internés. D’après Bruno Fouillet, ils constituent moins d’1 % des rapatriés ayant transité par Lyon. Voir Fouillet B., « La ville de Lyon au centre des échanges de prisonniers de guerre », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 86, avril-juin 2005, p. 25-42. Notons que des prisonniers de guerre en attente de rapatriement issus des pays de la Triplice, Allemands en majorité, sont également internés à l’asile de Bron.

41 En particulier de Madagascar, du Sénégal, de Guinée, d’Indochine, d’Algérie, de La Réunion. La plupart des « coloniaux » sont rapidement transférés dans les asiles de Marseille et d’Aix-en-Provence puis, à partir de 1918, vers d’autres asiles du Sud-Est et du Sud-Ouest. Aucune enquête n’a été consacrée à ce groupe particulier de soldats aliénés.

42 L’asile accueille de nombreux soldats serbes, belges, luxembourgois et quelques Russes.

43 Pendant la Première Guerre mondiale, l’asile de Bron devient ainsi un creuset de nationalités.

44 En particulier en cas de permission.

45 Il n’y a pas de religieuses à l’asile de Bron. Les Sœurs de la charité du Verbe incarné ont en effet été contraintes de quitter l’établissement deux ans après son ouverture.

46 L’âge n’est plus une condition discriminante : on recrute à partir de 15 ans (contre 18 ans en principe) et jusqu’à plus de 70 ans (contre 40 ans en principe). Faute de mieux on se rabat aussi sur des réfugiés et sur des forains qui ne donnent pas satisfaction.

47 Cité dans la revue Lyon médical, année 1917, p. 438-441.

48 Ces poilus durablement internés dans les asiles français sont au cœur du projet de thèse mené par Marie Derrien dans le cadre de l’Ecole doctorale Sciences sociales de Lyon.

49 Après un séjour d’un an et demi à l’asile de Pierrefeu dans le Var.

50 Très chronicisés, les soldats internés avant ou après la Première Guerre mondiale sont nombreux à mourir de faim pendant la Seconde Guerre mondiale.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540