Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

1. L'impact de la guerre sur l'institution psychiatrique et les dispositifs de soin

Un service ouvert pour les militaires : Sainte-Gemmes-sur-Loire (1914-1919)

Vincent Guérin

Texte intégral

  • 1 Daumezon G., « Le Poids des structures », Esprit, no 12, décembre 1952, p. 935.

« Il faudrait entrer dans l’histoire de l’institution, conter les essais de réformes, leurs échecs1. »
Georges Daumézon

1En août 1914, alors que la Grande Guerre vient d’éclater, le docteur Baruk, médecin directeur de l’asile psychiatrique de Sainte-Gemmes-sur-Loire dans le Maine-et-Loire, décide de créer un service ouvert pour les militaires. L’objet de cet article est de réinscrire cette expérience institutionnelle dans les développements contemporains de la psychiatrie d’alors, de décrire l’existence éphémère de ce service de neuropsychiatrie, ses constats cliniques, puis d’observer, dans le contexte de l’après-guerre, les tentatives du docteur Baruk d’étendre cette expérience aux démobilisés malades et aux autres civils.

L’évolution de la psychiatrie entre le dernier quart du XIXe siècle et 19142

  • 2 Pour cette approche nous devons beaucoup au livre d’Anne-Laure Simonnot : Hygiénisme et eugénisme (...)

2Au préalable, revenons sur certains éléments bien connus mais nécessaires pour saisir l’enjeu du service ouvert dans l’avant-guerre. Dans le dernier quart du XIXe siècle, la loi fondatrice du 30 juin 1838 et l’asile font l’objet de critiques endogènes et exogènes à la psychiatrie. On reproche à la loi, au travers de l’internement, d’être arbitraire. La récusation princeps du judiciaire et son instrumentalisation supposée par le pouvoir politique (placement d’office) et les familles (placement volontaire) expliquent cette attaque. Certains psychiatres reprochent aussi à l’internement sa dimension monolithique par rapport à la pluralité de la folie. La critique de l’asile est plus complexe. Il est accusé de « fabriquer du chronique ». Sa gestion décentralisée, sa nature autarcique, son succès, favorisent un encombrement qui paralyse une action thérapeutique déjà limitée, et qui en retour alimente la chronicité et la stigmatisation du lieu.

  • 3 Ibid., p. 64-65.
  • 4 Ibid., p. 83.
  • 5 Ibid., p. 81.

3Au même moment, dans un contexte de « révolution biologique », la psychiatrie opère, avec la dégénérescence, un renversement conceptuel qui articule l’hérédité et le milieu dans une pente aggravante. Avec cette théorie, et notamment la version de Valentin Magnan (1835-1916), mais aussi le concept de l’hystérie comme maladie nerveuse avec Jean-Martin Charcot (1825-1893) qui donne corps au « demi fou/demi folle », certains psychiatres souhaitent opérer une double recomposition : faire de l’asile un lieu médical différencié et en sortir en développant des actions de prophylaxie dans la cité. Dans cette nouvelle perspective, à la fin du XIXe siècle, Edouard Toulouse imagine « un schéma médical sélectif » interne à l’asile, qui partage l’aigu/curable et le chronique/incurable3. De cette distinction entre le soin et l’assistance, une nouvelle division au sein de l’asile, voire un dédoublement de celui-ci, apparait : des services hospitaliers pour les aigus susceptibles d’une « remise en valeur » qui seraient traités par des moyens apparentés à la médecine générale et des services d’assistance ou hospices pour les chroniques4. Conjointement, dans le cadre global de l’hygiène sociale articulée à l’eugénisme qui visent les fléaux sociaux (syphilis, tuberculose, alcoolisme, etc.) Edouard Toulouse souhaite développer « une prophylaxie préservatrice ». Le service ouvert se trouve à la croisée de cette remise en perspective en favorisant d’une part une intervention précoce pour le malade aigu et d’autre part en évitant pour celui-ci l’internement, donc la chronicisation et subsidiairement la stigmatisation5. C’est le contexte spécifique de la Grande Guerre qui va autoriser cette innovation institutionnelle à l’asile de Sainte-Gemmes-sur-Loire.

Le Service de neuropsychiatrie (1914-1919)6

  • 6 Dans une autre perspective Cf. V. Guérin, « À l’épreuve du réel : la tare de l’internement et l’as (...)
  • 7 Baruk J., Bessiere R., Quelques considérations sur la neuropsychiatrie de guerre (Service de Saint (...)
  • 8 Ibid., p. 1-2.
  • 9 Duboille E., De l’évolution des idées dans l’assistance aux psychopathes (Essai médico-social), Li (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Baruk J., Bessiere R., op. cit., p. 11.
  • 12 Ibid., p. 5.
  • 13 La sérothérapie consiste à administrer à un patient un sérum (animal ou humain) pour lui procurer (...)
  • 14 Baruk J., Bessiere R., op. cit., p. 7.
  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid., p. 12.

4Le 9 août 1914, le docteur Jacques Baruk (1872-1975) « réalise », selon lui, « ce que beaucoup de psychiatres réclamaient avant 1914 », à savoir un service ouvert pour les militaires frappés de symptômes aigus7. Il fait référence aux travaux de psychiatres français comme Lunier sur « les événements de 1870-1871 » et russes comme Chaikowitch, Rynakoff, Jacoubowitch sur la guerre russo-japonaise (1904-1905). Il répond aussi au vœu du professeur Régis qui réclamait en temps de guerre la création de pavillons spéciaux pour « les psychopathes8 ». Ce n’est pas une initiative isolée : dans le même temps le docteur Colin ouvre un service similaire à Villejuif et le docteur Rayneau à Fleury-les-Aubrais9. En premier lieu limité à la place d’Angers, son usage, reconnu officiellement par le ministère de la Guerre après inspection, est étendu en 1915 à la 9e Région militaire (Maine-et-Loire, Indre et Loire, Deux-Sèvres et Vienne). Le service initial de 20 lits évolue progressivement à 30, 60 et enfin 80 lits10. En octobre 1917, avec la création d’un autre centre à Tours, le service de Sainte-Gemmes devient une succursale pour « les plus difficiles11 ». Ce service, indépendant de l’asile, n’est pas soumis à la loi de 1838 : en d’autres termes les malades ne sont pas internés, pas enfermés/isolés avec obligation de soins. Le passage du malade, qui reste attaché administrativement à l’hôpital d’Angers, doit rester confidentiel. Seul le malade devenu « chronique », interné à l’asile, devient officiel. Selon le docteur Baruk, cette pratique permet à l’armée de sauvegarder l’effectif de la troupe : un militaire interné étant réformé de suite, et permet au malade de bénéficier d’un traitement approprié tout en évitant la tare de l’internement. Topographiquement, les militaires sont séparés des quartiers d’aliénés. Le service est constitué d’une salle d’observation et de traitement et d’un pavillon pour les convalescents. Le traitement commence par un « triage » entre les malades mentaux et les autres (oreillons, tétanos, etc.), puis entre les aigus et les chroniques12. Après ce triage, une « thérapeutique moderne » est mise en œuvre : isolement, alitement, diète lactée ou régimes spéciaux, sérothérapie13, balnéation et utilisation de toniques et calmants14. « Une psychothérapie affective » pour les mélancoliques et « corrective » notamment pour les hystériques, est aussi pratiquée15. En février 1919, avec la démobilisation, Sainte-Gemmes redevient centre unique. Après cinq ans et cinq mois d’existence, le service ferme ses portes en décembre 191916.

Tableau 1. – Entrées des militaires dans le service de neuropsychiatrie.
Sources : J. Baruk et R. Bessière, op. cit., p. 13.

  • 17 Ibid., p. 19.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., p. 18.
  • 20 Ibid., p. 16.

5Le docteur Baruk constate que sur les 941 patients passés dans le service, près de la moitié (440) a été rendue à l’armée : 113 ont pu rejoindre directement leurs dépôts guéris et 327, passés par une convalescence, ont repris la vie de combattant. Une proportion jugée appréciable par le docteur Baruk compte tenu du fait « qu’il s’agit de psychopathies qui ont l’universelle réputation de ne pas guérir17 ». Sur la population restante, 258 ont été réformés. Incapables de rester dans l’armée, victimes d’une « récupération outrancière » selon le docteur Baruk, ils ont été rendus à la vie civile18. 135 autres ont été internés et 34 sont décédés19. Les militaires appartenaient à 94 % à l’armée française métropolitaine et à 77 % aux armes de l’infanterie et du génie20. Après cette première description, voyons quelques éléments concernant la clinique de guerre.

Clinique de guerre

  • 21 Ibid., p. 31.
  • 22 Becker A., « Guerre totale et troubles mentaux », Annales HSS, janvier-février 2000, no 1, p. 142.

6Dans le rapport de fonctionnement du service, le docteur Baruk distingue deux catégories de malades selon que la guerre a eu une action indirecte (80 %) ou une action directe (14 %). Dans le premier cas, l’action indirecte, la maladie peut préexister : la guerre colore les thèmes délirants d’un malade qui aurait déliré sans la guerre. Cette catégorie qui représente 62 % des cas, est largement considérée comme héréditaire. Elle est liée à une « prédisposition », une « constitution ». Le docteur Baruk considère que cette surreprésentation est en grande partie liée à « la récupération » de malades qui auraient dû échapper à l’enrôlement. Leur présence est liée au zèle « des conseils de révision et de réforme, dont l’élément extra médical était alors trop prépondérant21 ». Pour autant, le diagnostic passé par le filtre de la dégénérescence déplace l’impact de la guerre, même indirect, sur le terrain personnel22.

  • 23 Baruk J., Bessiere R., op. cit., p. 29.
  • 24 Ibid., p. 75.

7Toujours de façon indirecte, la guerre provoque des excitations passagères, des dépressions, des mélancolies, des neurasthénies par les fatigues, les surmenages et les changements que la guerre engendre (hygiène, habitudes, milieu et préoccupations)23. Dans ce nouvel ensemble qui représente 18 % des diagnostics, l’hérédité est secondaire24. Reste l’action directe, spécifique, de la guerre évaluée à 14 %.

  • 25 Lépine J., Troubles mentaux de guerre, Paris, Masson, 1917.
  • 26 Montembault É., Contribution à l’étude des maladies mentales chez les militaires pendant la guerre(...)
  • 27 Baruk J. et Bessiere R., op. cit., p. 29-30.
  • 28 Ibid., p. 102.
  • 29 Roudinesco É. et Plon M., Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, 2000, p. 91.
  • 30 Baruk J. et Bessiere R., op. cit., p. 103.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid., p. 104.

8Au sujet de la spécificité de la psychose de guerre, le docteur Baruk évoque l’évolution du diagnostic des psychiatres durant la guerre, sous l’influence de publications comme celles des Drs J. Lépine25 et E. Montembault26. Là encore le docteur Baruk distingue deux sous-classifications : le syndrome mental résiduel des commotionnés et blessés du crâne et l’hystérie. Il considère le premier comme « la véritable psychose de guerre ». Cela représente 43 cas soit 4,5 %. Ce syndrome agit directement sur le système nerveux par les visions d’horreurs mais aussi les émotions et commotions dues aux bombardements27. Quant aux hystériques, le docteur Baruk en diagnostique 83 cas soit 8,8 %28. Au sein de l’hystérie, il distingue la crise hystérique proprement dite décrite par Charcot et le pithiatisme défini par le neurologue Joseph Babinski (1857-1932)29. La première, qui représente 52 malades, soit 5,5 %, évolue suivant la symptomatologie observée par Charcot. Le pithiatisme, quant à lui, est caractérisé, là encore, par une « prédisposition » : « débilité intellectuelle, tendance au mensonge, à l’exagération des faits (mythomanie) qui fait que le malade accepte avec docilité et sans contrôle toutes les suggestions30. » Cette taxinomie représente 31 cas soit 3,2 %. Le malade peut être victime d’une auto-ou hétéro-suggestion/persuasion. L’hétéro-suggestion/persuasion peut provenir d’« un examen médical maladroit31 ». Le docteur Baruk développe quelques études de cas dans lesquels le malade a perdu l’usage de la parole, de ses jambes, etc. La thérapie utilisée est la contre-persuasion énergique32.

Des notions de psychiatrie pour les médecins et des services ouverts pour les malades

  • 33 Ibid., p. 117.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid., p. 118.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., p. 119.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid., p. 21.
  • 41 Ibid., p. 19.
  • 42 Ibid.

9En 1920, le docteur Baruk fait plusieurs constats de cette expérience. Il met d’abord l’accent sur la méconnaissance de la symptomatologie psychiatrique avec le préjugé médical et profane qui consiste à croire que « toute manifestation délirante est synonyme de folie ou d’aliénation mentale chronique », mais aussi l’ignorance de « la psychose aigüe curable33 ». À cet effet, il regrette que les médecins de ville considèrent les études psychiatriques comme un « luxe », « une métaphysique » inutiles34. Car en l’absence de connaissances, le médecin diagnostique un « mental », « un maniaque aigu » et « signe, sans arrière-pensée, un billet d’internement35 » ; les états confusionnels bruyants faisant négliger les autres symptômes36. Selon lui, la guerre, qui a multiplié les psychoses aiguës, n’a pas changé les façons d’agir37. De cela, il préconise deux mesures : primo, la nécessité pour les médecins d’avoir des notions de psychiatrie38 ; et secundo, l’utilité des services ouverts qui permettent aux malades frappés de psychose aigüe d’éviter la tare de l’internement39. Afin de tordre le cou aux critiques, il précise que sur l’effectif total du service de neuropsychiatrie, 66 % des sorties ont été effectuées dans les trois premiers mois40. Ces chiffres justifient à eux seuls, « la nécessité et l’utilité » de ce service ouvert41. Revenant sur la nature même de ce service, il précise que les évasions furent seulement au nombre de trois42. Observons maintenant, dans le contexte spécifique des années 1920, l’impact de la guerre dans le champ psychiatrique à l’échelle nationale et notamment dans le département innovant de la Seine.

La Ligue de prophylaxie et d’hygiène mentales et le service ouvert de Sainte-Anne

  • 43 Simonnot A.-L., op. cit., p. 83.
  • 44 Wojciechowski J.-B., Hygiène mentale et hygiène sociale : contribution à l’histoire de l’hygiénism (...)
  • 45 Ibid., p. 40.
  • 46 Toulouse É., Réorganisation de l’hospitalisation des aliénés dans les asiles de la Seine, Rapport (...)
  • 47 Wojciechowski J.-B., op. cit., p. 41.
  • 48 Toulouse É., op. cit., p. 1.
  • 49 Ibid.
  • 50 Agulhon M., La République (1880-1932). L’élan fondateur et la grande blessure. t. 1, Paris, Hachet (...)
  • 51 Huteau M., Psychologie, psychiatrie et société sous la Troisième République. La Biocratie d’Édouar (...)
  • 52 Toulouse É., op. cit., p. 22-31.
  • 53 Wojciechowski J.-B., op. cit., p. 43.
  • 54 Ibid., p. 45.
  • 55 Ibid., p. 46.
  • 56 Ibid., p. 46-47
  • 57 Wojciechowski J.-B., op. cit., p. 47.
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., p. 53-54.
  • 60 Toulouse É., « Le Programme de la Ligue d’Hygiène mentale », Bulletin de la Ligue d’Hygiène mental (...)
  • 61 Ibid., p. 1.
  • 62 Ibid.
  • 63 Cabanes B., La Victoire endeuillée. La Sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, S (...)

10Dans le contexte spécifique de l’après-guerre, l’hygiène mentale et la prophylaxie croisent et alimentent le questionnement de la réinscription sociale et de la sauvegarde de la race, qui en retour les légitiment en les rendant applicables43. Le 20 janvier 1920, Alexandre Millerand, président du Conseil, crée le ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance. Le 12 avril 1920, par arrêté, le nouveau ministre Jules-Louis Breton fonde le comité d’Hygiène mentale44. En 1918, la société médicale des Asiles de la Seine avait demandé au docteur Toulouse d’étudier les réformes qui s’imposaient dans les asiles après la guerre45. Dans ce rapport il dépeint la guerre comme « une sélection à rebours » avec les pertes humaines et le déficit de natalité induit46. Face à ce déficit de « capital humain », il faut, selon lui, « récupérer », le plus rapidement possible, les infirmes mais aussi les individus atteints de troubles psychiques47 : « Un aliéné guéri est plus valide qu’un tuberculeux amélioré et surtout qu’un mutilé ou un aveugle48. » Pour ce faire, il préconise d’employer des méthodes d’assistance et de traitement plus rationnelles et d’appliquer des procédés nouveaux de prophylaxie49. Selon lui « la guerre a causé et va causer des troubles mentaux » : alcoolisme, syphilis, enfants conçus pendant les privations, etc50. La société médicale des asiles de la Seine donne une légitimité aux idées réformatrices qu’Edouard Toulouse défend depuis plus de 20 ans51. Elle décide de réformer progressivement l’hospitalisation des aliénés de la Seine en les répartissant dans des lieux différenciés : un hôpital d’aigus spécifique à Sainte-Anne, des hôpitaux mixtes (pour les aiguës et chroniques) et des asiles proprement dits pour les infirmes et invalides mentaux qui, « en dehors des épisodes aigus, ne nécessitent pas une direction médicale ». Elle préconise aussi la création d’un comité d’hygiène mentale pour accompagner les différentes réformes et d’un office de prophylaxie mentale, c'est-à-dire un service ouvert52. L’arrêté du 12 avril 1920, qui fonde le Comité d’hygiène mentale, reprend les conclusions de Toulouse et consorts53. La Ligue de prophylaxie et d’hygiène mentales est créée en décembre 192054. Lors de la première séance, le conseil d’administration constate que l’assistance des « psychopathes » lucides et inoffensifs n’est pas assurée dans le département de la Seine par les services fermés régis par la loi de 183855. Pis, elle est qualifiée d’injuste pour les anciens militaires blessés du crâne56. Revenant sur l’expérience de la guerre et le succès des services ouverts, le conseil d’administration souhaite que cette nouvelle forme d’assistance, déjà pratiquée dans de nombreux pays, se développe57. Il argue qu’elle va dans le sens des intérêts du malade et de la volonté de prophylaxie du département de la Seine, en évitant d’une part le passage à la chronicité et d’autre part en procurant aux malades un soin spécialisé dans une institution qui se rapproche de l’hôpital ordinaire58. Le 16 juillet 1920, lors d’une séance à la Société médico-psychologique, les docteurs Toulouse et Génil-Perrin s’opposaient déjà à la présence de psychopathes dans les asiles à cause du préjugé d’incurabilité. Selon eux, la prophylaxie doit non seulement lutter contre la dégénérescence (facteur héréditaire ou congénital) et favoriser l’eugénisme (améliorer les générations futures) mais aussi lutter contre leurs causes occasionnelles comme les fatigues, les privations, les émotions59. En juillet 1921, Edouard Toulouse présente le programme de la Ligue60. Il part du principe que « l’intégrité psychique » est primordiale pour le rendement des individus et la prospérité nationale61. Or, la guerre, en contribuant à l’émergence de névropathies autant chez les civils que chez les militaires, pose un problème social62. Nous sommes dans la temporalité longue de la réinsertion sociale qui fait suite à la démobilisation63. Le 1er juin 1920, Justin Godart (1871-1956), président d’honneur de la Ligue, déclarait :

  • 64 Godart J., « Appel en faveur de l’hygiène mentale », Bulletin de la Ligue d’Hygiène mentale, no 1- (...)

« Les blessures de la guerre n’ont pas toutes été sanglantes. Il y en a eu d’innombrables, invisibles et profondes, qui ont affaibli, mutilé des volontés, privé des hommes de la maitrise de leurs corps et de leurs pensées, annihilé des consciences, mis la peur où était le courage, et fait de vaillants soldats, des déchets d’hôpitaux. De même, il est des blessures de la vie qui amoindrissent ou tarissent les sources de l’énergie, qui amènent une défiguration de l’individu, soit à la manière d’une caricature ou d’une usure de son caractère, soit en le rendant méconnaissable par l’irritabilité ou la veulerie64. »

  • 65 Toulouse É., « Le Programme de la Ligue d’Hygiène mentale », op. cit., p. 2.
  • 66 Ibid.
  • 67 Ibid., p. 5.
  • 68 Ibid.
  • 69 Wojciechowski J.-B., op. cit., p. 116.

11Selon Edouard Toulouse, l’augmentation de la criminalité et notamment de la délinquance juvénile, la débauche grandissante qui diffuse la syphilis - facteur de tare nerveuse - l’alcoolisme, le fléchissement au travail, sont les signes d’un « désarroi psychique profond »65. Dans ce contexte, il faut, non plus attendre que la maladie se développe, mais prévenir dans le cadre d’une prophylaxie66. La Ligue d’hygiène mentale a pour objet d’organiser cette lutte sociale contre la folie, d’« intéresser l’opinion à ces problèmes et de gagner la sympathie du public au psychopathe67 ». Il s’agit pour lui de « l’avenir de la race française68 ». En juillet 1921, le Conseil général de la Seine décide la création, dans l’enceinte de Sainte Anne, à titre d’essai, d’un service libre de prophylaxie mentale69.

Un serpent de mer

  • 70 AC (Archives du Centre de Santé Mentale Angevin – CESAME), L 36 bis, Rapport médical, compte moral (...)
  • 71 Ibid., p. 15-16.
  • 72 Ibid., p. 16.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid.
  • 75 Ibid.
  • 76 Ibid., p. 18.
  • 77 Ibid., p. 17.
  • 78 Ibid.
  • 79 Ibid., p. 16.
  • 80 BUA (Bibliothèque Universitaire d’Angers – Pôle Saint-Serge), JP43, Procès-verbaux des délibératio (...)
  • 81 BUA, JP43, Procès-verbaux des délibérations du conseil général, « Visite à l’asile de Sainte-Gemme (...)
  • 82 Ibid., p. 1558.
  • 83 BUA, JP43, Conseil général 1923, Compte moral et administratif de 1922, p. 130.
  • 84 Ibid.
  • 85 Ibid.
  • 86 BUA, JP43, Conseil général, 1923, Compte moral et administratif de 1922, p. 131.
  • 87 Ibid.
  • 88 BUA, JP43, Procès-verbaux des délibérations du conseil général, « Aliénation de terrain au profit (...)
  • 89 Ibid.
  • 90 Ibid.
  • 91 Ibid.
  • 92 BUA, JP43, Conseil général, 1928, Rapport moral et administratif, 1927, p. 153.
  • 93 Ibid., p. 151.
  • 94 Ibid., p. 152.
  • 95 BUA, JP43, Procès-verbaux des délibérations du conseil général, « Acquisition du terrain des Grill (...)
  • 96 Ibid.
  • 97 Ibid.
  • 98 BUA, JP43, Procès-verbaux des délibérations du conseil général, « Prophylaxie mentale – Assistance (...)
  • 99 Ibid.

12En 1921, le docteur Baruk attire l’attention du préfet de Maine-et-Loire et du Conseil général sur la fermeture du service ouvert qui laisse « les psychopathes de guerre » sans secours70. Il estime que la loi du 31 mars 1919, qui reconnait l’assistance aux démobilisés, est pratiquement inopérante car les hôpitaux ne les considèrent pas comme des malades et l’asile est réservé aux malades relevant de la loi de 183871. Faute de soins, le docteur Baruk craint que ces mêmes démobilisés ne puissent pas « se réadapter à une vie normale », ou se laissent « entrainer à des réactions antisociales », ce qui aurait pour conséquence de « diminuer la main-d’œuvre pour le pays72 ». Revenant sur la loi de 1838, il précise que le législateur, pour la défense de la société et des libertés individuelles, avait fait une distinction entre les formes inoffensives et les formes antisociales avec l’internement73. Il considère que la première est actuellement lésée : le préjugé assimilant l’aliénation à une déchéance retarde l’entrée du malade, ce qui compromet sa guérison74. Il finit sur « une vérité » qu’il qualifie de mathématique : « absence de soins précoces = chronicité75. » « Afin que les leçons du progrès […] ne soient pas perdues », il préconise de revenir à la pratique du service ouvert dans la vie civile76. Conscient de l’effort budgétaire que représente la construction d’un pavillon distinct, voire extérieur à l’enceinte, Jacques Baruk souhaite, afin de ne pas risquer l’ajournement d’une réalisation qui lui semble « particulièrement urgente77 », obtenir que l’un des pavillons existants soit « transformé et aménagé » pour l’« hospitalisation » et « le traitement libre » des « petits mentaux78 ». Précisant que la Ligue d’hygiène mentale a prévu la création de comités régionaux, il suggère au département d’en créer un79. Le 28 septembre 1921, le préfet se déclare favorable à la création d’un comité régional d’hygiène mentale en liaison avec la Ligue de prophylaxie mentale et invite le Conseil général à approuver cette suggestion80. En 1922, le projet est adopté81. Peut-être afin d’infléchir la décision du Conseil général, le rapporteur de Jumilly stipule que le service libre permet de faire intervenir l’Etat dans la dépense, les malades n’étant pas soumis à la loi de 1838 mais à celle du 15 juillet 1893 sur l’assistance médicale gratuite82. Pourtant, en 1923 l’autorisation ministérielle indispensable pour réaliser le service ouvert fait toujours défaut83. L’obstacle réside dans la localisation du bâtiment proposé. La présence de celui-ci dans l’enceinte de l’établissement et la trop grande proximité « des psychopathes libres » avec le bâtiment des « aliénés internés » pose problème84. Le docteur Baruk précise que le service ouvert à Sainte-Anne est situé dans l’enceinte de l’hôpital et que son bâtiment est contigu à ceux des aliénés de la clinique85. Il rappelle aussi que ce projet est provisoire. Si l’expérience est jugée concluante « une construction neuve » dans « la périphérie de l’asile », avec « une entrée spéciale distincte de l’établissement » devra être envisagée86. Pour réaliser cette construction, le docteur Baruk envisage, d’ores et déjà, l’achat d’un terrain communal87. En septembre 1923, des pourparlers commencent avec la commune de Sainte-Gemmes-sur-Loire sur un terrain contigu « au domaine départemental88 ». Le rapporteur rappelle que cette dépense sera à la charge du budget de l’asile89. Afin de convaincre les derniers sceptiques, il précise à ceux qui ne l’auraient pas compris que les malades traités dans ce service seront en partie à la charge de l’État90. Après cet argumentaire convaincant, le Conseil général décide d’autoriser l’asile à acheter la parcelle91. En 1927, le docteur Baruk soumet au préfet le projet de la construction d’un hôpital psychiatrique ouvert pour les malades non dangereux et non protestataires ainsi que pour les enfants et d’un asile d’aliénés pour les malades dangereux et incurables92. Ce projet ex nihilo permet de contourner les problèmes d’agrandissement de l’existant93. Dans l’hôpital, les malades seraient pris en charge par la loi du 15 juillet 1893, vue précédemment, et celle du 14 juillet 1905 relative à l’assistance obligatoire aux vieillards, aux infirmes et aux incurables privés de ressources, alors que les malades de l’asile resteraient sous par la loi de 183894. En 1931, le Conseil général décide de l’acquisition du terrain des Grillers qui sera affecté à l’agrandissement et l’amélioration de « la maison95 ». Abel Boutin-Desvignes, le nouveau rapporteur, constate à cet effet que par trois fois, en 1923, en 1929 et en 1930, le Conseil général s’était prononcé en faveur de l’acquisition de ce terrain qui appartenait à la commune de Sainte-Gemmes-sur-Loire96. Ce feuilleton entamé 10 ans auparavant semble clos97. Pourtant, en 1937, la proposition de la « circulaire Rucart » qui préconise, entre autres, la création de services ouverts, est rejetée par le Conseil général. Alors que le budget est marqué par l’augmentation du poste personnel liée aux lois sociales du Front Populaire, le Conseil général considère que les prescriptions du ministre demandent « des dépenses trop considérables98 ». Il propose « de renvoyer l’examen de ce dossier à une prochaine session99 ». Le service libre est une fois de plus repoussé.

  • 100 C. Forget, Attaché de direction (1960-1992), entretien réalisé et enregistré par l’Unité A1 « Genr (...)

13Née dans le dernier quart du XIXe siècle de l’échec de l’asile (encombrement, chronicisation et stigmatisation), au travers de nouveaux concepts comme la dégénérescence et l’hystérie, l’idée d’une prise en charge différenciée indexée à la pluralité de la folie fait son chemin et avec elle le service ouvert. Ce dernier se cristallise pour la première fois dans la temporalité extra-ordinaire de la Grande Guerre, via une stratégie de sauvegarde de la troupe et des individus. Dans l’immédiat après-guerre, l’élargissement du service ouvert des militaires aux civils, dans le cadre d’une politique interventionniste et de relèvement de la nation, apparait comme une formidable opportunité/enjeu, pour une psychiatrie réformatrice. Pour autant, à l’exception notoire du service libre de Sainte-Anne, dans de nombreux départements, comme dans le Maine-et-Loire, aucune suite n’est donnée. Plusieurs facteurs contribuent à cette inertie. Le plus apparent est l’aspect financier avec la nécessité d’avoir des bâtiments distincts. Cette résistance en masque d’autres qui sont d’ordres juridico-administratifs, pratiques et liés à la représentation même de la folie. Juridico-administratifs en premier lieu car le service libre fait cohabiter au sein de l’hôpital psychiatrique des malades de statuts différents. Dans la pratique ensuite car il induit des comportements, attitudes et usages proches de l’hôpital : liberté de mouvement, possibilité de refuser les traitements, de garder ses affaires privées : ce qui autorise un confort, une intimité. Enfin le service libre apporte une modification profonde de la relation entre le soignant et le soigné, « le eux/nous100 ». Au final, avec le service libre, ce sont les fondements de l’asile qui se brouillent. En cela, il préfigure le dispensaire et surtout la sectorisation. En 1959, dans le Maine-et-Loire, les enfants « éducables » dans un bâtiment distinct de l’hôpital et les enfants « inéducables » dans l’hôpital, inaugurent le service libre. En 1960, la commission de surveillance décide, malgré l’absence de bâtiment, d’ouvrir des pavillons pour les adultes. Le service libre est effectif le 1er janvier 1962.

Notes

1 Daumezon G., « Le Poids des structures », Esprit, no 12, décembre 1952, p. 935.

2 Pour cette approche nous devons beaucoup au livre d’Anne-Laure Simonnot : Hygiénisme et eugénisme au XIXe siècle à travers la psychiatrie française, Paris, Seli Arslan, 1999, 190 p.

3 Ibid., p. 64-65.

4 Ibid., p. 83.

5 Ibid., p. 81.

6 Dans une autre perspective Cf. V. Guérin, « À l’épreuve du réel : la tare de l’internement et l’asilisation », in P. Martin-Mattera (dir.), Réel et réalité. Question psychanalytique et perspectives, Paris, DDB, 2009, p. 273-279.

7 Baruk J., Bessiere R., Quelques considérations sur la neuropsychiatrie de guerre (Service de Sainte-Gemmes 1914-1919), Angers, Siraudeau, 1920, p. 3.

8 Ibid., p. 1-2.

9 Duboille E., De l’évolution des idées dans l’assistance aux psychopathes (Essai médico-social), Lille, Leblanc & Durant, 1922, p. 48.

10 Ibid.

11 Baruk J., Bessiere R., op. cit., p. 11.

12 Ibid., p. 5.

13 La sérothérapie consiste à administrer à un patient un sérum (animal ou humain) pour lui procurer des anticorps. C’est une immunisation artificielle, passive.

14 Baruk J., Bessiere R., op. cit., p. 7.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 12.

17 Ibid., p. 19.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 18.

20 Ibid., p. 16.

21 Ibid., p. 31.

22 Becker A., « Guerre totale et troubles mentaux », Annales HSS, janvier-février 2000, no 1, p. 142.

23 Baruk J., Bessiere R., op. cit., p. 29.

24 Ibid., p. 75.

25 Lépine J., Troubles mentaux de guerre, Paris, Masson, 1917.

26 Montembault É., Contribution à l’étude des maladies mentales chez les militaires pendant la guerre, Paris, Jouve, 1916.

27 Baruk J. et Bessiere R., op. cit., p. 29-30.

28 Ibid., p. 102.

29 Roudinesco É. et Plon M., Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, 2000, p. 91.

30 Baruk J. et Bessiere R., op. cit., p. 103.

31 Ibid.

32 Ibid., p. 104.

33 Ibid., p. 117.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 118.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 119.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 21.

41 Ibid., p. 19.

42 Ibid.

43 Simonnot A.-L., op. cit., p. 83.

44 Wojciechowski J.-B., Hygiène mentale et hygiène sociale : contribution à l’histoire de l’hygiénisme, t. 2, La Ligue d’hygiène et de prophylaxie mentales et l’action du docteur Edouard Toulouse (1865-1947) au cours de l’entre-deux-guerres, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 34.

45 Ibid., p. 40.

46 Toulouse É., Réorganisation de l’hospitalisation des aliénés dans les asiles de la Seine, Rapport présenté à la Société Médicale des asiles de la Seine, Paris, Imprimerie nouvelle (Association ouvrière), 1920, p. 1.

47 Wojciechowski J.-B., op. cit., p. 41.

48 Toulouse É., op. cit., p. 1.

49 Ibid.

50 Agulhon M., La République (1880-1932). L’élan fondateur et la grande blessure. t. 1, Paris, Hachette, 1990, p. 323.

51 Huteau M., Psychologie, psychiatrie et société sous la Troisième République. La Biocratie d’Édouard Toulouse (1865-1947), Paris, L’Harmattan, 2002, p. 196.

52 Toulouse É., op. cit., p. 22-31.

53 Wojciechowski J.-B., op. cit., p. 43.

54 Ibid., p. 45.

55 Ibid., p. 46.

56 Ibid., p. 46-47

57 Wojciechowski J.-B., op. cit., p. 47.

58 Ibid.

59 Ibid., p. 53-54.

60 Toulouse É., « Le Programme de la Ligue d’Hygiène mentale », Bulletin de la Ligue d’Hygiène mentale, no 1-2, Juillet-octobre 1921, Paris, A. Maloine et fils Editeurs, 1921, p. 1-5.

61 Ibid., p. 1.

62 Ibid.

63 Cabanes B., La Victoire endeuillée. La Sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004.

64 Godart J., « Appel en faveur de l’hygiène mentale », Bulletin de la Ligue d’Hygiène mentale, no 1-2, Juillet-octobre 1921, Paris, A. Maloine et fils Editeurs, 1921, p. 6.

65 Toulouse É., « Le Programme de la Ligue d’Hygiène mentale », op. cit., p. 2.

66 Ibid.

67 Ibid., p. 5.

68 Ibid.

69 Wojciechowski J.-B., op. cit., p. 116.

70 AC (Archives du Centre de Santé Mentale Angevin – CESAME), L 36 bis, Rapport médical, compte moral et administratif, 1920, p. 15.

71 Ibid., p. 15-16.

72 Ibid., p. 16.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Ibid.

76 Ibid., p. 18.

77 Ibid., p. 17.

78 Ibid.

79 Ibid., p. 16.

80 BUA (Bibliothèque Universitaire d’Angers – Pôle Saint-Serge), JP43, Procès-verbaux des délibérations du conseil général, « Projet de création d’un comité régional d’hygiène mentale », séance du 28 septembre 1921, p. 1353.

81 BUA, JP43, Procès-verbaux des délibérations du conseil général, « Visite à l’asile de Sainte-Gemmes », séance du 28 septembre 1922, p. 1559.

82 Ibid., p. 1558.

83 BUA, JP43, Conseil général 1923, Compte moral et administratif de 1922, p. 130.

84 Ibid.

85 Ibid.

86 BUA, JP43, Conseil général, 1923, Compte moral et administratif de 1922, p. 131.

87 Ibid.

88 BUA, JP43, Procès-verbaux des délibérations du conseil général, « Aliénation de terrain au profit de la maison de santé départementale », séance du 26 septembre 1923, p. 1431.

89 Ibid.

90 Ibid.

91 Ibid.

92 BUA, JP43, Conseil général, 1928, Rapport moral et administratif, 1927, p. 153.

93 Ibid., p. 151.

94 Ibid., p. 152.

95 BUA, JP43, Procès-verbaux des délibérations du conseil général, « Acquisition du terrain des Grillers », séance du 3 novembre 1931, p. 290.

96 Ibid.

97 Ibid.

98 BUA, JP43, Procès-verbaux des délibérations du conseil général, « Prophylaxie mentale – Assistance spéciale aux malades mentaux », séance du 27 octobre 1937, p. 425.

99 Ibid.

100 C. Forget, Attaché de direction (1960-1992), entretien réalisé et enregistré par l’Unité A1 « Genres et territoire » (Eléonore Lafond, Benjamin Brovelli, Patrick Martin-Mattera et Vincent Guérin), 2005.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Entrées des militaires dans le service de neuropsychiatrie.Sources : J. Baruk et R. Bessière, op. cit., p. 13.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540