Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

1. L'impact de la guerre sur l'institution psychiatrique et les dispositifs de soin

Des soldats à l’asile : étude prospective de la 4e Région militaire (Alençon, Le Mans, Mayenne)

Stéphane Tison

Texto completo

  • 1 Ferrandis J.-J., Larcan A., Le Service de santé aux armées pendant la Première Guerre mondiale, Pa (...)
  • 2 Delaporte S., « Le service de santé à la bataille pendant la Somme », in Nivet P. (dir.), La Batai (...)
  • 3 En 1914, les Hôpitaux d’origine d’étapes n’existent que sur le front (un par corps d’armée). A par (...)

1Le fonctionnement du Service de santé des armées, du front vers l’arrière, a donné lieu à quelques analyses fines au cours de ces dernières années. Outre l’ouvrage incontournable d’Alain Larcan et Jean-Jacques Ferrandis1, Sophie Delaporte a étudié le dispositif mis en place pour la bataille de la Somme, tandis que Vincent Viet s’est intéressé au fonctionnement du Service de santé lors de l’offensive du chemin des Dames2. Leur approche concerne principalement l’organisation ou la désorganisation de l’accueil des combattants blessés, que leur atteinte soit physique ou psychique, au moment d’une bataille d’envergure. Il s’agit là de saisir la réaction des autorités sanitaires aux prises avec la bataille, de la ligne de front au HOE (hôpital d’origines d’étapes ou hôpital d’évacuation)3, situé à une dizaine de kilomètres.

2Nous proposons ici de présenter le parcours de ces soldats blessés, choqués, du HOE vers les hôpitaux de l’arrière, et plus spécifiquement pour le cas des blessés psychiques, vers les asiles. Il s’agira d’analyser la façon dont s’est organisé l’accueil des blessés à l’arrière.

3L’étude d’une région militaire apparaît comme une possibilité de comprendre en partie le fonctionnement du Service de santé quant aux blessés psychiques sur plusieurs points : elle permet de saisir le cadre d’organisation à l’arrière, en facilitant une analyse par échelles mêlant les diverses structures : l’asile, les hôpitaux d’un département, inscrits dans une région militaire, et au-delà dans l’organisation nationale du soin.

4Ainsi peut-on approcher la logique du placement des soldats, celle des transferts des soldats du front vers l’asile, à partir des archives constituées dans les formations de l’arrière. Elle permet aussi d’aborder la question du tri au gré de l’évolution de l’organisation du Service de santé. En effet, en étudiant ce qui se passe à la fin de la chaîne d’évacuation, jusqu’au placement après l’hospitalisation, se dessinent des itinéraires qu’il faut reconstituer et comprendre. L’entrée des soldats à l’asile est ici au cœur de la réflexion, Hervé Guillemain, sur les mêmes sources s’attachant plus loin dans cet ouvrage aux sorties de ces soldats internés.

  • 4 L’ensemble des données a été recueilli par Hervé Guillemain, Florimond Givaudan-Bourlès, étudiant (...)

5Cette étude prospective dépend des sources accessibles pour la 4e Région militaire, celles-ci étant à la fois variées et lacunaires. Nous avons ainsi consulté les archives assez complètes de l’asile du Mans déposées aux Archives départementales de la Sarthe (registres de la loi, dossiers des patients en partie conservés), celles de l’asile d’Alençon dont les fonds sont semblables, mais conservés in situ. Les documents de l’asile de La Roche-Gandon à Mayenne sont plus lacunaires puisque ne subsistent sur place que les registres de la Loi et quelques épaves de dossiers de sortie, ainsi que divers dossiers contenant statistiques et correspondance administratives. Enfin, nous n’avons pu consulter les archives de l’asile de Bonneval en Eure-et-Loir, conservées également dans les locaux de l’actuel CHS. Pour compléter cet ensemble, les registres d’entrée de l’hôpital mixte du Mans conservés au Service historique du Service de Santé aux armées à Limoges ont également livré des données sérielles à peu près complètes pour l’ensemble du conflit4.

6Ainsi peut-on chercher à inscrire les formations sanitaires de la 4e Région militaire et les asiles qui s’y trouvent dans le dispositif de soin organisé par le Service de santé aux armées, puis chercher à retracer le parcours de soldats du front à l’asile, avant de décrire l’évolution des pathologies psychiques dont sont atteints ces soldats au cours de la guerre.

Les asiles de la 4e Région militaire dans le dispositif de soin français

7Afin de comprendre comment les asiles s’inscrivent dans le dispositif de soin, il faut rappeler la façon dont se constituent dans les premiers mois du conflit les structures d’accueil spécifique aux blessés neurologiques et psychiques.

L’évolution de l’assistance psychiatrique pendant la Grande Guerre

  • 5 Charpentier R., « Notes sur l’assistance psychiatrique de guerre », Annales médico-psychologiques, (...)

8Le docteur René Charpentier, psychiatre parisien, chef du centre psychiatrique de la 18e Région militaire en établit un historique très clair au lendemain de la guerre, en 1919, dans les Annales médico-psychologiques5. Son article présente une première chronologie de l’évolution des structures de soin.

  • 6 Il traite de cette question dans son Précis de psychiatrie publié en 1906.
  • 7 Lors du IVe Congrès international d’assistance aux aliénés à Berlin. Jacoby avait publié en 1904 u (...)

9Avant la Grande Guerre, les institutions militaires d’accueil des malades relevant de la psychiatrie sont embryonnaires. L’armée de terre ne dispose que d’un seul hôpital, au demeurant ancien puisqu’il fut créé avant la loi de 1838 : c’est la Maison nationale de Saint-Maurice (Seine) qui accueille les soldats de la garnison de Paris, à Charenton. Au début du siècle, plusieurs psychiatres préconisent l’organisation d’un service psychiatrique dans l’armée, tel le professeur Régis6, le professeur Jacoby en 19107, tenant compte des observations effectuées pendant la guerre russo-japonaise, ou encore le professeur Simonin du Val-de-Grâce en 1912. Les médecins, notamment ceux du Service de santé manifestent alors un intérêt grandissant pour la psychiatrie. C’est dans la Marine qu’un nouveau service psychiatrique est mis en place en 1910, en application de la circulaire du 23 décembre 1909. Il est situé à Rochefort.

  • 8 Estimation d’après le rapport Louis Marin qui compte 308 711 tués d’août à décembre. Ferrandis J.- (...)
  • 9 Jules Tinel (1879-1952). Issu d’une famille de médecins depuis plusieurs générations, il fait ses (...)

10Au moment de l’entrée en guerre, Il n’est donc pas surprenant que le 1er service réellement créé le soit par le professeur Régis, médecin principal de l’armée territoriale à Bordeaux (18e RM) dès le 20 août 1914 : il s’agit de l’hôpital militaire de Bordeaux et de deux sous-centres (La Rochelle et Lourdes) qui y sont rattachés. Après la bataille de la Marne, alors que les armées sont inscrites dans le mouvement de la course à la mer, le nombre de tués et de blessés est déjà considérable. Le Service de santé aux armées est en partie réorganisé à la suite de ce désastre sanitaire – plus de 200 000 tués et disparus en août et septembre 19148. L’afflux de soldats atteints psychiquement nécessite l’organisation de structures spécifiques : la circulaire du 9 octobre 1914, provenant de la 7e Direction du Ministère de la Guerre (Service de Santé) préconise l’organisation de tels services dans chaque région militaire, en lien dans certains cas à un service de neurologie et/ou de psychiatrie. Cette décision n’est pas immédiatement suivie d’effets. Il semble par exemple que le service de neurologie de la 4e Région militaire soit créé seulement en février-mars 1915 par Jules Tinel9. Cependant, des services spécifiques sont organisés à la fin de l’année 1914 dans les principales villes françaises : des services neurologiques spéciaux apparaissent à Bordeaux, Paris, Lyon, Nancy, Lille, Toulouse, Montpellier, Alger, tandis que sont créés des services psychiatriques distincts à Bordeaux, Paris, Lyon, Montpellier.

  • 10 La Presse médicale, 18 novembre 1915.

11En novembre 1914, le ministère désigne des experts psychiatriques devant les conseils de guerre ; les chefs de centre deviennent des experts officiels de chaque armée. Il est possible que la croissance des demandes d’expertises neuro-psychiatriques pour les conseils de guerre ait suscité la création des premières structures stables sur le front. C’est ce que laisse entendre Abadie, l’un des premiers à créer ce type de centre en janvier 191510.

  • 11 Damaye H., « Aperçu général sur la psychiatrie d’un service d’armée », Annales médico-psychologiqu (...)

12Le dispositif n’est complètement transformé qu’à partir du moment où des structures sanitaires spécialisées apparaissent tout près de la ligne de front. Or, en 1915, leur organisation dépend encore d’initiatives privées prises en particulier par des neurologues mobilisés. Les deux premiers services de psychiatrie sont en place en janvier 1915, à l’initiative du médecin-inspecteur Pauzat, à la demande du médecin-major de 1re classe Abadie (5e armée) : ils sont installés en Champagne, à 13 km du front, à Fismes et Epernay11. Ses collègues suivent l’exemple : le professeur Chavigny, au printemps 1915, premières unités de triage des blessés psychiques à l’avant ou encore Dumas dans la 6e armée et Guillain, pour la 10e armée. La désignation des centres neurologiques, psychiatriques, neuro-psychiatriques de l’arrière semble dépendre de la spécialité du médecin chargé de ce centre.

  • 12 Paul Camus, né à Nemours en 1877, fut élève d’Ernest Dupré (1862-1921). Interne des hôpitaux de Pa (...)
  • 13 AD Sarthe, 1 X 1017 et 1 X 1019. Du 27 mai au 26 juillet 1919, Camus signe : « médecin consultant (...)

13Les circulaires des 31 juillet 1915 et février 1916 institutionnalisent ces initiatives soutenues par la Société de neurologie qui, dans sa séance du 21 octobre 1915 en demande la généralisation. L’organisation et le fonctionnement des centres de neuro-psychiatrie aux armées sont fixés. Y est effectué un triage avant le traitement des troubles ne dépassant pas trois semaines. Ils sont associés à des centres spéciaux de chirurgie nerveuse. Ainsi est réalisé un premier triage dans un service avancé, tandis que le traitement commence dans un centre situé plus à l’arrière. La généralisation de ces centres neuro-psychiatriques est donc effective en 1916, année pendant laquelle les deux spécialités sont différenciées clairement par la création de salles distinctes. Il semble que cela soit le cas également dans la 4e Région militaire puisque tous les certificats médicaux demandant l’internement à l’asile du Mans sont signés par le docteur Paul Camus12 « médecin chef du service psychiatrique de la 4e Région militaire » du 20 avril 1916 au 7 avril 191913. Dès lors, à partir du printemps 1916 se distinguent un service neurologique dirigé par Tinel et un service psychiatrique dirigé par Camus.

L’accueil des soldats blessés psychiques et l’adaptation du fonctionnement des asiles de la 4e Région militaire

  • 14 La 4e RM est située pendant la plus grande partie de la guerre dans la zone de l’arrière (sauf au (...)

14Le dispositif d’accueil pour la 4e Région militaire repose d’abord sur le Centre neurologique créé par Jules Tinel en février-mars 1915, situé à l’hôpital mixte du Mans, dans les bâtiments de l’actuel centre hospitalier. Rappelons que la ville du Mans est alors une importante ville de garnison où siège le quartier général de la 4e Région militaire14. Cette ville dispose également d’une des rares gares de triage, opérationnelle à partir de 1916. Les soldats blessés psychiques sont conduits pour les cas les plus graves vers les asiles du Mans, de Mayenne (la Roche-Gandon), d’Alençon et de Bonneval (Eure-et-Loir). Quel rôle chaque établissement a-t-il joué dans la chaîne du triage, de l’évacuation et de l’hospitalisation ?

  • 15 AD Mayenne, dépôt de La Roche-Gandon, K 11.
  • 16 AD Sarthe, 1 X 969.

15Le fonctionnement des asiles s’avère particulièrement difficile au cours de la guerre pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’encadrement médical et infirmier se trouve notablement réduit du fait de la mobilisation. La situation de l’asile de La-Roche-Gandon est sur ce point révélatrice de la crise des asiles au cours du conflit. Le personnel était déjà en sous-effectif avant-guerre, de l’ordre de 8 %, avec 49 infirmiers sur un effectif idéal de 5315. Pendant la guerre, le sous-effectif s’accroît avec un taux de – 48 %, soit 33 infirmiers sur un effectif de 53. Au Mans, l’effectif est à peu près maintenu avec environ 40 infirmiers16.

  • 17 AD Mayenne, dépôt de La Roche-Gandon, L17 : Registre de correspondance du directeur. Lettre au pré (...)
  • 18 L’asile de Mayenne compte 705 patients au 1er janvier 1918 auxquels s’ajouteront les 100 malades d (...)

16La tension est encore accrue par le fait que le nombre de malades (et notamment de malades réfugiés) augmente, en particulier lors des épisodes de guerre de mouvement, avec l’avancée des troupes allemandes en 1914 et en 1918. À Mayenne, 51 malades d’Armentières sont dirigés sur La-Roche-Gandon le 2 novembre 1914. En 1918, ce sont 70 femmes évacuées de la Seine qui arrivent en avril, puis 100 malades provenant de Bailleul via Fontenay-le-Comte, en novembre17. De plus, l’asile subit un incendie en septembre 1916 et perd en capacité d’accueil. L’établissement compte près de 800 malades18 en 1918, soit 130 à 150 % d’occupation, pourcentage calculé par rapport au nombre de lits en 1914, sans tenir compte de leur réduction du fait de l’incendie de 1916.

17Les cadres subissent directement cette pression. Au Mans, l’un des deux internes est mobilisé. La situation est plus critique à Mayenne : le docteur Pain ne bénéficie plus de l’aide d’un directeur-adjoint depuis avril 1914 et cela jusqu’en juin 1918. Le surveillant-chef est mobilisé en mars 1915. Il est donc seul à assumer la charge de l’établissement et le suivi médical de 700 malades pendant un an et demi entre décembre 1916 et juin 1918. À plusieurs reprises, le docteur Pain réclame de l’aide au directeur du Service de santé du 4e Corps d’armée. Ainsi, le 18 décembre 1916, il rappelle son isolement : « Je suis absolument seul comme Directeur et comme Médecin pour une population de 800 malades. Mon service médical est en ce moment très chargé. » Comment se sont adaptés les soignants ?

  • 19 Lettre du docteur Pain au préfet du 9 sept. 1917. AD Mayenne, (dépôt de La Roche-Gandon, L 17).
  • 20 AD Sarthe, 1 X 929. Gestion du personnel : dossiers individuels, circulaires, XXe siècle. Peu d’in (...)

18Il s’agit d’abord de combler le manque d’effectif. De multiples expédients sont utilisés. Au Mans, fin 1914-début 1915, on recourt aux ouvriers d’usines de 45 à 60 ans. À Alençon, on fait appel à des prêtres. Des infirmiers militaires sont désignés dans tous les asiles. Ils sont maintenus mais leur nombre diminue au fil de la guerre. À Mayenne, ils sont tous retirés en juillet 1918, l’hôpital ne recevant plus de soldats aliénés. Le personnel affecté, constitué le plus souvent de soldats placés comme gardiens, est sans expérience et paraît désappointé pour effectuer un service auquel il n’est pas habitué. La plupart cherchent à quitter l’asile ou à obtenir une autre affectation. Le directeur a recours aux sœurs d’Évron qui remplacent les manques19. Un décret du 13 mai 1914 autorise en effet les asiles à employer les femmes et les sœurs dans les quartiers d’homme en raison de la mobilisation des infirmiers masculins. La recherche de civils, par la publication d’annonces dans la presse (Mayenne et Alençon) n’est guère fructueuse. Des réfugiés sont aussi recrutés en avril 1918. Le docteur Bourdin au Mans fait preuve d’innovation dans l’organisation même des équipes : il réunit ainsi des malades travailleurs encadrés par des infirmiers et des soldats pour faire la moisson en 1915. Pour remplacer les internes, il accueille au Mans une étudiante russe Léocadie Krongold (externe des hôpitaux de Paris) en décembre 1916. C’est alors une grande nouveauté car le nombre de femmes aliénistes est faible, comme le remarque la presse locale en 191620.

19Sans doute, face à cet afflux considérable de nouveaux patients, les directeurs ont-ils modifié leur stratégie d’accueil, facilitant vraisemblablement le retour dans les familles ou le déplacement vers d’autres formations sanitaires. Au Mans, le docteur Bourdin envisage en 1915 de déplacer une centaine de patients vers l’ancien petit séminaire de Précigné ; le projet est abandonné en 1916. Le nombre d’internés diminue cependant et passe de 950 à 600 entre 1914 et 1919. Même si une partie de cette diminution est due aux décès causés par la grippe espagnole, il faut considérer qu’elle est aussi la conséquence de cette stratégie. Tous les directeurs ne semblent pas avoir fait les mêmes choix dans la gestion des effectifs de patients.

Parcours de soldats du front à l’asile

20L’itinéraire des soldats n’est pas univoque, loin de là, ne serait-ce qu’en raison des évolutions de l’organisation du Service de santé, de l’adaptation progressive du triage aux nouvelles tactiques de combat.

Combien de soldats blessés psychiques, d’internés ?

  • 21 Cf. infra, note 4.
  • 22 Société historique et archéologique du Maine, archives Robert Triger.
  • 23 Service des Archives médicales et hospitalières des armées. Registres L 5008 à L 5022 (août 1914 à (...)
  • 24 D’après Janine Blot, en 1916, le département de la Sarthe compte ainsi 59 hôpitaux, dont 31 hôpita (...)
  • 25 Charpentier R., Régis E., « Les aliénés militaires du centre psychiatrique de Bordeaux », Le Caduc (...)
  • 26 Pour l’asile du Mans, d’après l’étude de Florimond Givaudan-Bourlès, 55 % des militaires internés (...)

21Grâce à divers documents provenant d’archives privées et aux recherches effectuées sur les asiles et le centre neuro-psychiatrique de l’hôpital mixte du Mans par Florimond Givaudan-Bourlès21, nous pouvons estimer le nombre de soldats blessés passés par la gare du Mans. Les notes de l’érudit sarthois Robert Triger, alors président de la Société historique et archéologique du Maine et chef des infirmiers de la gare du Mans, comportent le nombre exact de soldats blessés passés en gare du Mans pendant la durée du conflit. Triger en a répertorié 402 27022. Parmi ces hommes, il note que 30 582 sont descendus en gare du Mans soit 7,6 %. D’après le registre de la statistique médicale de l’hospice mixte du Mans, conservé au SAHMA à Limoges23, de l’été 1914 à mars 1919, 1 130 blessés psychiques ont été traités à l’hôpital mixte du Mans. En croisant ce chiffre avec celui des blessés descendus en gare du Mans, nous pouvons en déduire qu’environ 3,7 % des blessés le sont psychiquement, si l’ensemble des blessés est d’abord passé à l’hôpital mixte avant d’être dispersé dans les formations sanitaires complémentaires ou auxiliaires24. En raison de cette dispersion, difficile à reconstituer à partir des sources disponibles, il n’est pas possible d’avancer un pourcentage de soldats internés dans les asiles parmi l’ensemble des soldats blessés passés par la 4e Région militaire. Le professeur Régis et le docteur Charpentier, quant à eux, notent pour les premiers mois de la guerre que 0,86 % des blessés passés par les 9e, 12e et 18e Régions sont internés25. Selon eux, 26,6 % en moyenne des militaires souffrant de psychopathies pour ces trois régions militaires sont internés. Ainsi, dans les trois asiles étudiés (Le Mans, Alençon, Mayenne), 370 soldats ont été internés entre 1914 et 1920, parmi lesquels 314 pendant la période de la guerre, dont 284 Français et 30 soldats étrangers26.

Un afflux au gré des combats ?

22On peut penser que l’afflux de blessés suit les évolutions de la situation militaire, avec un décalage, le temps que les soldats soient identifiés et évacués vers l’arrière, puis déclarés aliénés. Or, l’évolution des entrées dans le temps s’avère complexe. Des différences importantes existent en effet entre chaque asile.

Graphique 1. – Les entrées de soldats au centre neuro-psychiatrique de l’hôpital mixte du Mans et dans les asiles du Mans, d’Alençon et de Mayenne.

Graphique 2. – Entrées de soldats au centre neuro-psychiatrique de l’hôpital mixte du Mans.

  • 27 Comme le décrit avec précision Louis Crocq : « Il arrive que le temps de latence soit assez court, (...)

23L’évolution globale de l’effectif des trois asiles indique la tendance suivante : une croissance des effectifs en 1914-1915 puis une chute sensible (graphique 1). Sans doute faut-il mettre ces évolutions en relation avec la mise en place de l’hôpital mixte (centre neurologique après 1915, puis vraisemblablement neuro-psychiatrique en 1916) qui récupère progressivement les cas plus légers et n’envoie vers les asiles de la région militaire que les patients les plus lourdement atteints. Ce serait là l’effet d’un triage plus efficient. On constate d’ailleurs (graphique 2) des pics d’entrée après les batailles majeures à partir de 1916 : le nombre d’admis atteint son maximum en mai 1916 avec 66 entrées, puis un autre pic est observable avec 52 admissions en juin 1917 et enfin un dernier afflux important en juillet 1918 avec 60 entrées. Remarquons que ces hausses interviennent en moyenne deux mois après le début des combats intenses, en raison du délai d’évacuation d’une part, et du caractère dilatoire de l’effet traumatique de l’expérience violente pour certaines pathologies27. Certains d’entre eux sont d’abord traités pour des blessures physiques avant que les blessures invisibles soient prises en compte.

Graphique 3. – Les entrées de soldats dans les asiles d’Alençon, Le Mans, Mayenne.

24En analysant les chiffres des trois asiles, certaines similitudes peuvent être observées (graphique 3). Pour tous, un pic apparaît lors de l’entrée en guerre, avant même les premiers combats. Puis, trois périodes se distinguent : en 1914, en 1916, en 1918. Tout d’abord, 20 % de l’ensemble des soldats aliénés sont internés d’août à octobre 1914, de l’entrée en guerre à la stabilisation du front. En 1916, la crise de Verdun apparaît davantage à l’asile d’Alençon, où sont effectués d’avril à juillet 1916 20 internements, soit 13 % du corpus étudié pour la période de guerre. Enfin, une dernière hausse apparaît en 1918 à la fois dans l’asile d’Alençon, dans celui du Mans avec 5 % du corpus peu après les offensives allemandes du printemps 1918 et 5,5 % lors de l’offensive de la victoire (de juillet à septembre 1918). En revanche, l’afflux s’avère relativement réduit en 1917 dans les asiles.

25Globalement, les évolutions perceptibles dans l’asile du chef lieu de la région militaire reflètent davantage les grandes évolutions de la situation militaire que dans les deux autres asiles. Celui d’Alençon semble être une structure de délestage au moment de l’offensive subie à Verdun en mai 1916. Sans document administratif, il est difficile de l’affirmer. Toutefois, d’après leur dossier, la quasi-totalité des soldats internés en 1916 proviennent d’unités qui combattent au même moment à Verdun. Quant à l’asile de Mayenne, son profil correspond davantage à une zone de l’arrière : 80 % des soldats internés viennent du dépôt ou sont des permissionnaires. Les effets de la réorganisation du triage et de l’accueil des combattants dans les centres neuro-psychiatriques ont des conséquences directes sur les institutions asilaires de l’arrière : après 1916, La Roche-Gandon ne reçoit plus que ponctuellement des soldats, notamment quelques prisonniers de guerre rapatriés en 1918 en raison de leur pathologie. La même évolution peut être observée à Alençon qui reçoit à partir de 1917 quelques prisonniers de guerre allemands, quelques soldats belges.

26Ainsi, le rôle de chaque asile évolue au fil de la guerre, notamment après l’apparition des centres neuro-psychiatriques créés spécifiquement. Ce rôle évolue aussi selon plusieurs autres critères : leur situation sur le réseau ferroviaire et selon l’organisation de l’évacuation des blessés, leur intégration dans les trajets d’évacuation.

Itinéraires du front à l’asile

27Existe-t-il une logique dans le transfert de soldats vers telle région militaire, tel asile ? Aucun des soldats ne parvient directement à l’asile sans être passé d’abord par un autre service médical du Service de santé aux armées, sur le front, ou à l’arrière, via les dépôts régimentaires. L’étude des effectifs de l’hôpital mixte du Mans montre que 57 % proviennent d’hôpitaux de la 4e Région militaire, 19 % de la 10e Région militaire, puis des régions limitrophes.

  • 28 AD Sarthe, 1 X 616.

28Le parcours des soldats internés n’est pas homogène, loin s’en faut. Certains suivent un trajet linéaire dans le dispositif d’évacuation, de centre en centre, du front vers l’arrière. C’est le cas d’Octave C., conducteur d’escadron de train, de la classe 1914. Atteint de « confusion mentale » selon le diagnostic inscrit à son entrée à l’asile du Mans, ce patient est pris en charge par le centre neuro-psychiatrique de la 3e armée en juillet 1918 où le médecin l’envoie au centre neuro-psychiatrique de l’hôpital complémentaire des armées HCA no 43 (Beauvais). Il est dès lors transféré sur l’hôpital mixte du Mans, puis à l’asile du Mans le 30 juillet28. Il est possible que les blessés de la 3e armée soient alors envoyés spécifiquement vers les hôpitaux de la 4e Région militaire. Ce type de parcours semble courant pour l’année 1918, le triage étant désormais mieux maîtrisé.

29Les services des maladies nerveuses et des maladies psychiatriques sont différents : sur l’enveloppe attachée aux blessés en transfert, apparait une lettre pour les affections psychiques (P) et une pour la neurologie (R). Les malades ne vont pas au même endroit. Dans certains cas, le blessé passe d’un service à l’autre, comme c’est le cas pour le soldat Jacques G. né en 1870. Arrivé le 26 juillet 1918 au centre neurologique du Mans (hôpital complémentaire HC no 16), le médecin aide-major Jules Tinel diagnostique une dépression neurasthénique, mais note aussi de la tachycardie. Il demande au médecin de secteur son avis. Le soldat G. entre le 1er août 1918 à l’hospice mixte du Mans. Le docteur Camus, médecin major chef du service central de psychiatrie de la 4e Région militaire le reçoit en consultation et décèle une dépression mélancolique avec anxiété et auto-accusation, un terrain suicidaire. Camus propose son envoi à l’asile. Le docteur Aubert, médecin chef du 2e secteur médical du Mans pense de son côté à une « tachycardie de guerre » ou à une artério-sclérose. À la suite de ces avis, le malade est versé en psychiatrie sans être pour le moment réformé.

  • 29 Puis viennent les autres armes ou fonctions : COA, commis ouvriers et administration (4,7 %), Serv (...)

30De quelle arme proviennent ces soldats ? Là encore, la situation particulière de chaque asile dans la Région militaire se révèle : la diversité des armes et services est plus grande au Mans qu’à Mayenne ou Alençon. 83 % des soldats internés à Alençon et 95 % à Mayenne proviennent de l’infanterie, chiffres qui confirment la relation importante de ce dernier établissement avec le dépôt. En revanche, au Mans, la diversité des armes est liée à la centralisation des malades sur le chef-lieu de la région militaire : l’hospice mixte du Mans compte 51,5 % de soldats d’infanterie, 9,4 % de l’artillerie29. Les pathologies dans ces armes sont vraisemblablement plus lourdes puisque 80 % des internés à l’asile du Mans en proviennent.

Une approche des pathologies des soldats au moment de l’internement

31Enfin, l’analyse des registres d’entrée donne une idée des pathologies les plus courantes, de leur évolution dans les trois asiles étudiés.

La question du diagnostic

32Les diagnostics inscrits dans les registres de la Loi lors des entrées ou dans les dossiers des patients donnent une idée des pathologies touchant les soldats dans les différents asiles. Ces diagnostics se recoupent et se réduisent à quelques catégories générales que l’on retrouve sous la plume de chacun des médecins-directeur : Confusion mentale ; Dépression/mélancolie ; Dégénéré/débile ; Excitation/délire ; Délire alcoolique ; paralysie générale. Au-delà de ces catégories, une plus grande diversité des désignations est observable au Mans, en particulier pour l’hôpital mixte. En revanche, les termes choisis par le docteur Pain à La Roche-Gandon (Mayenne) sont très proches de ces six catégories. Est-ce dû au temps plus réduit dont dispose ce dernier ? Est-ce le fait d’échanges plus courants entre médecins au Mans, neurologues comme Tinel, aliéniste comme Camus, ce qui n’est pas le cas à Mayenne ou Alençon ? Doit-on considérer que les pathologies sont différentes pour les soldats venant directement du front et ceux qui se situent à l’arrière ? Ce sont là des hypothèses. Il semble pour autant que la désignation des pathologies évolue davantage au Mans, à Alençon également qu’à Mayenne.

33Par comparaison, le docteur Charpentier, dans son article de 1919, tenant compte de travaux des professeurs Léri, Dupré, Logre, Régis, établit le classement suivant par ordre de prévalence des pathologies les plus courantes :

  1. Syndromes dépressifs, états mélancoliques, états asthéniques, avec ou sans anxiété » prédominent selon Charpentier, à l’avant comme à l’intérieur.
  2. Symptômes émotionnels » : confusion mentale (amnésie, hallucinations), apparentés à la psychose.
  3. Symptômes pithiatiques » : mutisme, tremblement, surdi-mutité, ambliopie, aphonie.

34Il souligne le petit nombre de démences précoces (que l’on assimile aujourd’hui à la schizophrénie), de même que la rareté de l’alcoolisme.

  • 30 Aucun à Alençon, ni à Mayenne, trois diagnostics en lien avec l’hystérie au Mans.

35Les deux premières catégories se retrouvent en effet dans les pathologies signalées pour les patients du Mans, Alençon, Mayenne. Quant aux cas de pithiatisme, ils semblent très rares30. En revanche, l’alcool apparaît comme un facteur aggravant dans de nombreux cas avec 14 % des cas au Mans, 18 % à Alençon et 43 % à Mayenne. Une fois encore, la situation de ce dernier asile, en dehors de la zone des armées, semble spécifique.

36La durée moyenne du séjour varie légèrement dans les trois asiles. Dans tous les cas, plus de la moitié des soldats internés restent moins de 6 mois et près de 90 % sont sortis avant 2 ans, sauf à Mayenne. En effet, à La Roche-Gandon, la part des aliénés maintenus au-delà de deux années est la plus importante, avec un taux de 30 % des admis contre 11 % au Mans et 8 % à Alençon. Ainsi garde-t-on plus longtemps les soldats dans cet asile de l’arrière. Les pratiques du temps de paix y sont-elles davantage appliquées ? Au Mans et Alençon, ces chiffres montrent au contraire une rupture par rapport aux internements de longue durée très courants avant-guerre.

Évolution des types de pathologies

37Au fil de la guerre, il apparaît que les pathologies des malades présents à l’asile et à l’hôpital mixte évoluent. À partir des diagnostics posés dans les dossiers des patients et dans les registres d’entrée quatre périodes différentes peuvent être distinguées, dans l’état actuel des recherches.

  • 31 CHS de Mayenne. Registre de la Loi (entrées), 17 août 1914. Arthur A. Décédé deux jours plus tard. (...)

38Le mois d’août 1914 doit être isolé, tant les pathologies sont à la fois brutales et létales : il s’agit le plus souvent de délires alcooliques aboutissant à des décès rapides dans les jours qui suivent l’internement. Ce caractère brutal et la rapidité du décès paraît surprendre le docteur Pain à Mayenne qui note sur une fiche d’entrée le 18 août : « il est à remarquer que tous les militaires aliénés depuis le commencement de la guerre sont tous morts de la même façon. Agitation sèche au début, puis quelques heures avant la mort, l’agitation redouble avec sueurs profuses, tremblement généralisé, mouvements convulsifs des globes oculaires, mort31. »

39En 1914-1915, les folies alcooliques restent nombreuses à l’arrière, tandis que l’on note entre 1915 et 1918 de plus nombreux cas de blessés psychiques provenant du front. Les pathologies de la fin du conflit, outre les maladies précédemment décrites toujours présentes, voient la multiplication des paralysies générales, stade final de la syphilis, ainsi que des cas de traumas différés notamment à la toute fin du conflit et dans les mois qui suivent l’armistice. L’accumulation de la fatigue des combats semble jouer un rôle dans l’accélération de ces pathologies.

40Ces observations ont valeur d’hypothèses, qui nécessitent une comparaison avec les dossiers de patients d’autres asiles. Plusieurs facteurs permettent de distinguer chaque institution. Tout d’abord, chaque asile joue un rôle spécifique selon la situation qu’il occupe dans l’organisation du Service de santé aux armées. Les conditions d’exercice liées au manque d’encadrement, suscitent des stratégies variables selon les types de service et selon les médecins. La position des établissements dans l’organisation du système de soin, les difficiles conditions d’exercice semblent déterminer peut-être la présence ou le diagnostic des pathologies : plus proche des affections du temps de paix dans un asile de l’arrière, plus proche de pathologies liées directement au combat à proximité des gares régulatrices. Enfin, l’adaptation des médecins, comme leurs diagnostics invitent à s’interroger sur les différentes cultures médicales, selon les générations de médecins, mais aussi selon la spécialité (neurologie ou psychiatrie). Les aliénistes dans les asiles se sont-ils autant investis que les neurologues plus présents dans le Service de santé des armées pour renvoyer au front ces soldats momentanément au durablement perdus ?

Notas

1 Ferrandis J.-J., Larcan A., Le Service de santé aux armées pendant la Première Guerre mondiale, Paris, op. cit. Voir en particulier la 2e partie.

2 Delaporte S., « Le service de santé à la bataille pendant la Somme », in Nivet P. (dir.), La Bataille en Picardie. Combattre de l’Antiquité au XXe siècle, Amiens, Encrage, 2000, p. 145-146 ; Viet V., « Le désastre sanitaire du Chemin des Dames, première affaire sanitaire systémique », La Lettre du Chemin des Dames, no 21, printemps 2011, p. 7-12.

3 En 1914, les Hôpitaux d’origine d’étapes n’existent que sur le front (un par corps d’armée). A partir de 1915, l’organisation est améliorée du fait de la stabilisation de la ligne de front : les HOE 1 (de première ligne, un par division) sont situés à 15-25 km des lignes ; les HOE 2 (de deuxième ligne) situés dans les gares importantes de la Zone des armées ; les HOE 3 sont installés dans les gares régulatrices. Leur situation évolua en 1918 avec la reprise de la guerre de mouvement.

4 L’ensemble des données a été recueilli par Hervé Guillemain, Florimond Givaudan-Bourlès, étudiant en Master 1 et 2 à l’Université du Maine (2008-2010) et moi-même. Je tiens à les remercier vivement de m’avoir confié leurs bases de données sur l’hôpital du Mans et l’asile du Mans. Voir leurs analyses dans les travaux suivants : Guillemain H., Chronique de la psychiatrie ordinaire. Patients, soignants et institutions en Sarthe du XIXe au XXIe siècle, Le Mans, éd. de la Reinette, 2010 ; Givaudan-Bourlès F., Folie et traumatisme en Sarthe pendant la Première Guerre mondiale, mémoire de Master 2, 2010, dir. S. Tison et H. Guillemain.

5 Charpentier R., « Notes sur l’assistance psychiatrique de guerre », Annales médico-psychologiques, no 11, 1919, p. 181-199.

6 Il traite de cette question dans son Précis de psychiatrie publié en 1906.

7 Lors du IVe Congrès international d’assistance aux aliénés à Berlin. Jacoby avait publié en 1904 un article sur « Les victimes oubliées de la guerre moderne » dans la revue des Archives anthropologiques criminelles du 15 juin 1904.

8 Estimation d’après le rapport Louis Marin qui compte 308 711 tués d’août à décembre. Ferrandis J.-J., Larcan A., Le Service de santé aux armées pendant la Première Guerre mondiale, op. cit., p. 61.

9 Jules Tinel (1879-1952). Issu d’une famille de médecins depuis plusieurs générations, il fait ses études de médecine à Rouen et effectue son internat à Paris, notamment avec Jules Déjerine qui le convainc de se spécialiser en neurologie. Docteur en médecine en 1910, il est chef de clinique en 1911 et chef de laboratoire à la Salpêtrière en 1913. Pendant la guerre, il publie un ouvrage sur Les blessures des nerfs : sémiologie des lésions nerveuses périphériques par blessures de guerre (Paris, Masson, 1916, 311 p.). Il y décrit une sensation de fourmillement lors de la percussion sur un nerf périphérique, indiquant une lésion ou une régénérescence de ce nerf, facilitant la décision de conserver ou d’opérer le membre atteint. Le « signe de Tinel » est toujours recherché aujourd’hui pour un diagnostic mais est considéré comme aléatoire. Hannigan W., « The Development of Military Medical Care for Peripherical Nerve Injuries during World War I », Neurosurg Focus, 28 (5), mai 2010, p. 4-5.

10 La Presse médicale, 18 novembre 1915.

11 Damaye H., « Aperçu général sur la psychiatrie d’un service d’armée », Annales médico-psychologiques, no 9, 1918, p. 90.

12 Paul Camus, né à Nemours en 1877, fut élève d’Ernest Dupré (1862-1921). Interne des hôpitaux de Paris en 1907, il publie un ouvrage sur La psychose maniaco-dépressive (Paris, Baillière). En octobre 1912 et octobre 1913, il signe un état des lieux de la psychiatrie dans la revue Paris médical. Il est l’un des premiers aliénistes à réfléchir sur la psychanalyse dans l’article suivant : « Quelques considérations sur la psycho-analyse et la doctrine de Freud » (Paris médical, no 49, 8 novembre 1913). Ses deux frères sont également médecins : Lucien Camus (1867- ?) et Jean Camus (1872-1924). Ce dernier, élève de Déjerine à la Salpêtrière soutient en 1904 une thèse avec Philippe Pagniez : Isolement et psychothérapie. Traitement de l’hystérie et de la neurasthénie. Pratique de rééducation morale et physique (Prix de l’Académie des Sciences). Il se destine ensuite à la physiologie et travaille en 1912 sur l’hypophyse, l’hypothalamus avec Gustave Roussy. En 1914, il est affecté à l’hôpital de Châlons-sur-Marne. Rappelé à Paris en 1915, il organise la surveillance et la rééducation fonctionnelle des mutilés pour le Camp retranché de Paris (3e-5e Régions militaires). Membre de l’Office national des Mutilés et Comité permanent interallié, il a créé le Centre spécial de sélection de l’aviation, l’école de rééducation du Grand Palais, l’école pour les invalides. En 1924, il est nommé à la chaire de physiologie de la Faculté de médecine de Paris, succédant à Charles Richet, mais décède avant de commencer les cours. Genty M., Index biographique des associés et des correspondants de l’Académie de Médecine de 1820 à 1970, 2e éd., Paris, Doin, 1972, p. 273-296. Entrée : Jean Camus. Huguet F., Les professeurs de la Faculté de médecine de Paris. Dictionnaire biographique (1794-1939), Paris, INRP/CNRS, 1991, coll. « Histoire biographique de l’enseignement », p. 303-305. Entrée : Jean Camus.

13 AD Sarthe, 1 X 1017 et 1 X 1019. Du 27 mai au 26 juillet 1919, Camus signe : « médecin consultant de psychiatrie de la 4e Région militaire ».

14 La 4e RM est située pendant la plus grande partie de la guerre dans la zone de l’arrière (sauf au début du conflit du 2 septembre au 19 novembre 1914 (Eure-et-Loir) mais cela a peu d’incidences sur le Service de santé et du 25 juin au 22 août 1918 (Sarthe) et au 27 octobre 1918 (Eure-et-Loir). L’incidence de ces évolutions reste à mesurer.

15 AD Mayenne, dépôt de La Roche-Gandon, K 11.

16 AD Sarthe, 1 X 969.

17 AD Mayenne, dépôt de La Roche-Gandon, L17 : Registre de correspondance du directeur. Lettre au préfet du 3 novembre 1914. Le docteur Pain refuse à plusieurs reprises le placement de patients, provenant de la Maison nationale de Saint-Maurice (Paris) le 9 avril, de Seine-et-Oise en juin 1918, de l’asile de Coulommiers le 8 juillet 1918.

18 L’asile de Mayenne compte 705 patients au 1er janvier 1918 auxquels s’ajouteront les 100 malades de l’asile de Bailleul (AD Mayenne, dépôt de La Roche-Gandon, Q 7).791 personnes à nourrir sont déclarées au commissaire de police de Mayenne dans un courrier du 11 mars 1918, en ajoutant aux aliénés le nombre de parturientes en maternité prises en charge sur le même site.

19 Lettre du docteur Pain au préfet du 9 sept. 1917. AD Mayenne, (dépôt de La Roche-Gandon, L 17).

20 AD Sarthe, 1 X 929. Gestion du personnel : dossiers individuels, circulaires, XXe siècle. Peu d’informations nous sont parvenues sur Léocadie Krongold. Les premières femmes aliénistes à l’époque sont Contance Pascal et Madeleine Pelletier. Sur ces pionnières, voir : Chazaud J., « Constance Pascal, première femme aliéniste en France », Histoire des Sciences médicales, t. 35, no 1, 2001, p. 85-90 ; Maignien C., Sowerwine C., Madeleine Pelletier. Une féministe dans l’arène politique, Paris, éditions de l’Atelier, 1992.

21 Cf. infra, note 4.

22 Société historique et archéologique du Maine, archives Robert Triger.

23 Service des Archives médicales et hospitalières des armées. Registres L 5008 à L 5022 (août 1914 à mars 1919).

24 D’après Janine Blot, en 1916, le département de la Sarthe compte ainsi 59 hôpitaux, dont 31 hôpitaux auxiliaires (gérés par des œuvres et sociétés de secours, 8 hôpitaux tenus par des particuliers, les autres étant hôpitaux complémentaires (administrés par l’autorité militaire). Blot J., La Sarthe, un département de l’arrière pendant la Grande Guerre, mémoire de maîtrise, dir. G. Pédroncini, Université du Maine, 1977.

25 Charpentier R., Régis E., « Les aliénés militaires du centre psychiatrique de Bordeaux », Le Caducée, 15 avril 1916, publié par l’imprimerie Tancrède en 1916.

26 Pour l’asile du Mans, d’après l’étude de Florimond Givaudan-Bourlès, 55 % des militaires internés proviennent directement de l’hospice mixte de la 4e Région militaire.

27 Comme le décrit avec précision Louis Crocq : « Il arrive que le temps de latence soit assez court, de l’ordre d’un jour, de quelques jours, voire d’une à deux semaines, et que la pathologie naisse alors pendant la période post-immédiate, c’est-à-dire entre un ou deux jours et quelques semaines qui suivent l’événement. » Le temps de latence peut être plus long dans le cas des névroses traumatiques. Crocq L., Les traumatismes psychiques de guerre, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 88 et p. 92.

28 AD Sarthe, 1 X 616.

29 Puis viennent les autres armes ou fonctions : COA, commis ouvriers et administration (4,7 %), Service de santé (2,9 %), cavalerie (2,7 %), génie (1,8 %), train (1,5 %), aviation (0,6 %), état-major (0,4 %).

30 Aucun à Alençon, ni à Mayenne, trois diagnostics en lien avec l’hystérie au Mans.

31 CHS de Mayenne. Registre de la Loi (entrées), 17 août 1914. Arthur A. Décédé deux jours plus tard. 17 soldats sont internés entre le 6 et le 21 août 1914. Parmi eux, 6 décèdent dans les jours qui suivent leur internement et le dernier interné de ce mois était encore à l’asile en 1935.

Índice de ilustraciones

Leyenda Graphique 1. – Les entrées de soldats au centre neuro-psychiatrique de l’hôpital mixte du Mans et dans les asiles du Mans, d’Alençon et de Mayenne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118674/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 20k
Leyenda Graphique 2. – Entrées de soldats au centre neuro-psychiatrique de l’hôpital mixte du Mans.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118674/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 22k
Leyenda Graphique 3. – Les entrées de soldats dans les asiles d’Alençon, Le Mans, Mayenne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118674/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 97k

Autor

Historien. Maître de conférences à l’Université du Maine (Le Mans), Centre de Recherches historiques de l’Ouest (L’UNAM, CERHIO-UMR 6258).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540