Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

Deuxième partie. Du front à l'asile : l'expérience de la folie de la Grande Guerre aux années vingt

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ces estimations demeurent très larges, faute de statistiques nationales. Jean-Jacques Ferrandis et (...)

1La guerre peut-elle rendre fou ? La réponse ne va pas de soi à l’orée du XXe siècle. Que les armes balafrent, blessent, amputent, voilà une évidence que la médecine peut traiter, une conséquence que la société peut concevoir. Que le combat laisse des hommes perdus pour eux-mêmes, comme l’ombre de ce qu’ils furent, sans que leur corps ne porte de trace visible, cela semble au mieux improbable, sinon extravagant, voire impossible à entendre pour la majorité des individus. En 1914, alors que l’ensemble des hommes en âge de porter les armes est massivement mobilisé dans une guerre de type nouveau, la possibilité d’un afflux massif vers l’arrière de soldats mis hors de combat « sans blessures apparentes » n’a pas été pensé. Malgré quelques mises en garde de psychiatres tenant compte des observations de leurs homologues russes pendant la guerre russo-japonaise, il semble que la majorité des médecins en soit restée à l’idée que les grandes commotions politiques et sociales ne suscitent pas davantage de cas de folie ni de pathologies spécifiques. Or, l’existence d’une armée de masse et la brutalité extrême du choc, liée à la puissance nouvelle des armes à feu et de l’artillerie ont eu cette conséquence : environ 100 000 à 250 000 hommes sont passés par les centres neuro-psychiatriques de l’armée française pendant la Grande Guerre1. Combien parmi eux ont été soignés dans les asiles ? Les chiffres avancés par l’historien américain Gregory Thomas, soit 4 000 soldats internés dans les asiles, correspondent aux données de la fin des années 1930. L’addition des chiffres des seuls asiles étudiés dans ce recueil dépasse déjà les 4 000 internements durant la guerre : 2 085 entrées à Bron (Rhône), 941 entrées à Sainte-Gemmes (Maine-et-Loire), 1 332 à Ville-Evrard (Seine), 370 à Alençon, Le Mans et Mayenne. Les asiles connaissent alors une situation de crise extrême comme le souligne Isabelle von Bueltzingloewen. L’institution était déjà très encombrée avant la guerre, ce qui ne favorisa pas le traitement de malades devenus plus nombreux. Est-il possible qu’une telle somme d’expériences (sans parler des civils) en un temps de bouleversement qui touche l’ensemble des secteurs de la société n’ait pas engendré de transformations institutionnelles, conceptuelles et thérapeutiques dans le champ psychiatrique ? Les contributions qui suivent tentent d’apporter quelques éclairages sur cette question.

2Comment les soldats blessés psychiques ont-ils été pris en charge pendant la Grande Guerre ? À partir des écrits des médecins mais aussi des dossiers médicaux et des registres d’entrée des asiles de la 4e Région militaire (ceux de l'Orne, la Sarthe, la Mayenne), Stéphane Tison présente la logique du transfert du front à l'asile. Il était alors courant que des soldats, atteints de pathologies psychiques, soient pris en charge dans les asiles. L’afflux de soldats en 1914 bouscule l’organisation du dispositif de soin. Des centres spécifiques sont ainsi créés dans le Service de Santé aux armées pour prendre en charge ces blessés spécifiques. C’est d’abord à l’arrière que sont créés ces centres en suivant la logique du transfert médical en place au début de la guerre : une évacuation rapide vers l’arrière. Puis, dès 1915 des centres sont créés près du front. L'adaptation des asiles de la 4e Région militaire fut difficile : le personnel mobilisé fait défaut, tandis que des patients réfugiés d’asiles de la zone de front s’ajoutent à l’encombrement existant. Il semble d’ailleurs que le rôle de chaque asile varie dans le dispositif, avec certaines spécificités se déclinant au fur et à mesure que l’on s’éloigne du front. Au Mans, les soldats constituent jusqu’à la moitié de l’effectif de l’asile.

3Les adaptations ne concernent pas seulement l’inscription des asiles dans une chaîne institutionnelle. Alors qu’il est communément admis que les services se sont ouverts surtout après la Seconde Guerre mondiale, il apparaît que l’on peut faire remonter les premiers projets de service libres au temps du premier conflit. Vincent Guérin souligne le rôle novateur du docteur Baruk qui ouvre un tel service dès 1914 à Sainte-Gemmes-sur-Loire spécifiquement pour les militaires. Tenant compte des observations du docteur Lunier sur la guerre de 1870-1871 et des médecins russes tels Chaikowitch, Rynakoff, Jacoubowitch sur la guerre russo-japonaise (1904-1905), il réalise un projet envisagé avant 1914. Les patients demeurent des militaires et ne sont qu’administrativement rattachés à l’hôpital d’Angers. Ainsi ne sont-ils pas marqués par la « tare de l’internement » tandis que l’institution gagne en souplesse, en capacité d’accueil et diminue sa charge budgétaire. L’expérience s’achève en 1919 et les tentatives de Baruk de l’inscrire dans la durée ne parviennent pas à dépasser les réticences du Conseil général qui les oublie dans les années 1930 en raison de la crise économique.

4Une telle expérience demeure somme toute rare et la majorité des directeurs médecins doit s’accommoder de l’afflux de combattants s’ajoutant à la surcharge du nombre de patients. Ces deux facteurs ont-ils abouti à une première hécatombe des fous, préfigurant celle qui a touché les asiles français pendant la Seconde Guerre mondiale ? Isabelle von Bueltzingloewen note une surmortalité en 1917 et 1918, en raison des mauvaises conditions d’approvisionnement et de la grippe espagnole, dont les effets se font sentir jusqu’en 1920-1921. Si les chiffres sont très variables d’un asile à l’autre, la mortalité semble généralement très élevée, comme dans les asiles allemands. Elle souligne que l'augmentation du nombre des entrées s'accompagne d'une augmentation du nombre des sorties facilitant une gestion des flux.

5Cette tension entre l’encombrement des asiles et la réduction du personnel a-t-elle de facto bouleversé les pratiques thérapeutiques ou/et le discours médical ? Si la plupart des pratiques thérapeutiques restent les mêmes (traitement moral, balnéothérapie, adaptation du régime alimentaire, isolement et repos), la mobilisation massive des hommes et l'apparition de troubles nouveaux liées à la guerre moderne ont suscité plusieurs évolutions, abordées principalement sous l'angle étiologique. La première cause d'internement avant-guerre demeurait l’alcoolisme. La mobilisation massive d’hommes dans l’armée permet une diffusion large de la politique hygiéniste. Thierry Fillaut, en décrivant les politiques publiques pour endiguer l'alcoolisme, montre bien qu'elles ont eu un effet sur les internements. La surveillance et l'éducation de cet immense rassemblement d'hommes, la substitution du vin à l'alcool prônée par l'Etat, aboutissent à une réduction nette des pathologies liées à l'alcoolisme, les internements passant grosso modo de 40 % des entrées à 20 % pendant la guerre. Si l'alcoolisme ne touche plus qu'1/6e des patients en 1920, la réussite de l'antialcoolisme s'avère de courte durée, puisque dès 1925, les chiffres s'inversent en relation cette fois avec l'œnilisme.

6Autre interrogation étiologique au centre des préoccupations des médecins, celle concernant les pathologies spécifiquement liées à la guerre. Jean-Yves Le Naour et Véronique Fau-Vincenti montrent bien que le discours sur ces pathologies est inscrit dans une double lecture culturelle : celle liée à une culture patriotique et l'héritage des observations du XIXe siècle insistant sur le fait que les grandes commotions ne suscitent pas de maladies nouvelles ou spécifiques, mais sont liées à une prédisposition. Ces patients ont été souvent assimilés à des pithiatiques (hystériques simulateurs). Véronique Fau-Vincenti évoque la manifestation la plus saisissante de ce type d’atteinte : la camptocormie, une somatisation impressionnante suscitée par la douleur psychique de ces poilus. Ces pathologies sont rares dans les asiles, même si elles ont été observées davantage dans les formations de l'avant. Elle montre la fascination des médecins, en particulier des neurologues pour ces figures plicaturées qui remettent en cause l'image et les fonctions du corps transmise à travers les traités d'anatomie. F. Fau-Vicenti souligne que « ces corps qui ont rendu les armes désarment le corps médical »… à tel point qu’ils ne mériteront pas selon certains d’entre eux ni réforme ni gratification. Jean-Yves Le Naour complète cette présentation en revenant sur une thérapeutique souvent mise en valeur pour la période, celle de l'électrothérapie utilisée particulièrement contre les atteintes hystériques. Le courant galvanique utilisé au XIXe siècle en lien avec un traitement moral est une technique employée au XXe siècle par Kauffman (Allemagne), Clovis Vincent (France) et Wagner Von Jauregg (Autriche), non sans susciter de critiques. La question de la généralisation de cette pratique se pose, en relation avec la suspicion de simulation des soldats et comme illustration de la brutalisation liée au combat, selon Jean-Yves Le Naour. Elle est aussi due à la nécessité de traiter rapidement les nombreux soldats hospitalisés. La guerre aura ainsi eu comme conséquence de bouleverser la frontière des sensibilités : l'affaire du zouave Deschamps, refusant le « torpillage » que lui administre Clovis Vincent, médecin-chef du centre neurologique de Tours, illustre en effet le refus d'une douleur imposée.

7Enfin, c'est sur le front qu'apparaît également une approche nouvelle des traumatismes psychiques. À un traitement retardé après une évacuation rapide se substitue progressivement une psychiatrie de l'avant pensée par Roussy, Lhermitte, Granjux ou Laignel-Lavastine entre 1915 et 1917. Bruno Cabanes montre comment le médecin américain Thomas Salmon, observant ces pratiques sur le front britannique, théorise les principes de cette psychiatrie d’urgence dès 1917. En mettant en place des procédures de tri en amont du recrutement – le screening – et en formulant les principes de prise en charge rapide (immédiateté, proximité, espérance de guérison, centralité), Salmon participe à la fondation de la médecine psychiatrique d'urgence.

8Les sources jusque là étudiées ont souvent donné une place majeure aux écrits des médecins et des autorités militaires. Saisir la parole des patients et des familles confrontées à cette blessure sociale indirecte qu’est la folie impose de recourir aux traces présentes dans les témoignages ou les dossiers conservés dans les asiles. Comment les soldats blessés psychiques et les familles ont-elles vécu cette expérience ? Benoist Couliou à partir de la correspondance du soldat Étienne Tanty, réfléchit à la façon dont un combattant veut exprimer la limite entre la folie et la raison, pour approcher la réalité du « cafard » du soldat. En obligeant à l'abandon des activités et des espoirs lorsque l'idée d'une guerre courte disparaît, Tanty vit difficilement l'absence d'horizon, l'atemporalité de la vie du combattant. « C'est long, c'est long, il y a de quoi devenir fou », écrit-il en septembre 1914. La perte d'appétit, les cauchemars répétés, l'état de mutisme s'empare du poilu, toujours à la limite d'un état dépressif. Si la violence des combats a pu le bouleverser, l'expérience plus courante de l'ennui, de la monotonie du quotidien l'atteint profondément. Il est comme « exilé » de sa vie d'avant. Le rêve d'en sortir, par la fin du combat, la blessure, l'activité onirique en soi, agissent comme un tampon face à la guerre. L'état dépressif, sans être en soi pathologique, s'apparente davantage à une réaction de survie qui, par la médiation de l'écriture, empêche l'abandon à la guerre, l'abrutissement.

9Pour sortir de cet état à la limite de la folie, certains vont même jusqu'à l'automutilation. Emmanuel Saint-Fuscien s'est intéressé à ce geste, à sa représentation et à sa lecture psychiatrique et psychologique à la fin de la guerre. À partir des cas jugés dans la 3e Division d'infanterie, il montre que ces soldats ne correspondent pas à la figure du « mauvais soldat », un indiscipliné, mais qu'ils tentent de sortir de la tension causée par l'extrême violence. Les mutilés ne sont cependant pas réellement des sujets de psychiatrie. Assimilés au « mauvais sujet » d'avant-guerre, ils sont décrits dans les traités de psychiatrie comme des simulateurs ou des prédisposés. Comme le souligne Saint-Fuscien, « l’obsession pour la simulation permet en effet de contourner une réflexion sur les effets psychiques de la violence de guerre », mêlant ainsi le discours médical d'avant-guerre à une culture de guerre qui vise à maintenir au feu une armée de citoyens.

10Des lettres grises échangées entre l’administration militaire dont dépend toujours le soldat aliéné et l’administration hospitalière, conservées dans les dossiers des soldats internés à Ville-Evrard, Corinne Benestrofftire de nombreux enseignements, notamment sur le bouleversement que suscite la présence nouvelle du personnel féminin dans les asiles, brouillant les frontières entre dehors et dedans. Leur arrivée dans les services de malades dangereux ébranle la notion même de dangerosité. La lettre est aussi un mode thérapeutique : la demande d'écriture est utilisée couramment par le médecin-directeur de l'asile, Rogues de Fursac, qui préconise cette pratique depuis 1903. Mettant en relation famille, patient et médecin, ces lettres permettent l'expression d'un vécu intime, d'un mal être, devenant parfois des « lettres de transfert » utiles à la guérison, lorsque la parole est empêchée.

11Car bien des soldats passés par les formations psychiatriques ou/et les asiles en sont sortis après quelques semaines d’internement. La majorité d’entre eux ne reste pas plus de six mois, selon Hervé Guillemain qui analyse l’itinéraire de ces soldats passés par l’asile et leur sortie à partir des sources provenant des établissements de la 4e Région militaire. Il démontre que le nombre d'internements et de sorties des poilus augmente au cours du conflit, en raison des carences du Service de santé des armées. Les familles interviennent d’ailleurs en contestant l’autorité médicale et militaire, faisant pression pour favoriser le retour rapide du soldat au foyer, vécu comme un droit au retour gratifiant le service rendu au pays, tandis que les entrepreneurs cherchant désespérément une main d’œuvre raréfiée s’intéressent à ces hommes utiles pour continuer leurs activités. Alors que les médecins de l’avant sont voués à ramener les hommes au front, il semble que les asiles, submergés par le nombre, aient plutôt servi de « machine à réformer », permettant au cœur du conflit une sortie de guerre individuelle.

Notes

1 Ces estimations demeurent très larges, faute de statistiques nationales. Jean-Jacques Ferrandis et Alain Larcan indiquent l’existence de 20 000 lits dans les formations psychiatriques. Ils citent également les statistiques établies par Abadie et Froment pour le centre neuro-psychiatrique de Montpellier : 25 000 entrées de décembre 1914 à juillet 1918. Rodiet et Fribourg-Blanc parlent de 25 000 entrées pour le Val-de-Grâce. Or, huit centres neurologiques et quatre centres psychiatriques principaux parmi lesquels ceux de Montpellier et du Val-de-Grâce sont créés en octobre 1914. Voir Ferrandis J.-J., Larcan A., Le Service de santé aux armées pendant la Première Guerre mondiale, Paris, LBM éditions, 2008, p. 496-499 ; Rodiet A. et Fribourg Blanc A., La folie et la guerre de 14-18, Paris, F. Alcan, 1930.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540