Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

2. Hôpital ou prison ? Les institution de la régulation

Violence normale et violence anormale dans un service « ordinaire » d’hospitalisation psychiatrique

Delphine Moreau

Texte intégral

  • 1 Voir Renneville M., Crime et Folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayar (...)
  • 2 En 2007, le ministre de l’intérieur évoquait, pour justifier une réforme des hospitalisations d’of (...)
  • 3 « La croyance populaire superpose un crime fou et le crime d’un fou. Tout crime n’est bien évidemm (...)
  • 4 Après l’échec de la réforme des hospitalisations d’office en 2007, la réforme de la loi du 27 juin (...)
  • 5 Voir la circulaire no DHOS/02/F2/2009/23 du 22 janvier 2009 sur les modalités de mise en œuvre du (...)

1L’association des troubles mentaux à la violence est courante dans les représentations sociales. Cette association n’est pas récente, nombre de recherches en témoignent et analysent ses formes et ses évolutions1 mais elle a été réactivée récemment. Tout un ensemble de discours et projets politiques de ces dernières années tend à attribuer une dangerosité aux « fous », et à imputer réciproquement à un désordre mental toute violence jugée « anormale » par sa cruauté ou dont le sens échapperait aux cadres ordinaires de compréhension, renvoyant son auteur vers une prise en charge psychiatrique, parfois non exclusive d’une peine de prison2. C’est l’illustration même de la confusion entre violence « monstrueuse » et acte fou, progressivement infléchi en acte d’un fou3, comme si les grands crimes ne pouvaient être qu’une production pathologique. Ce qui spécifie la manière dont cette association est réactualisée est sans doute la double logique qui conduit à la fois à attribuer les crimes jugés atroces à des personnes pathologiquement affectées et à réduire la reconnaissance d’une irresponsabilité pénale liée à un état de démence. Cette logique a été portée à son acmé par la loi du 25 février 2008 relative à la rétention de sûreté et à la déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental. La prise en charge psychiatrique a été abordée par les pouvoirs publics dans cette période presque uniquement sous l’angle sécuritaire : les propositions de réforme des modes d’hospitalisations sans consentement, relancées à l’occasion de faits divers sanglants4, se sont alliées ainsi à une politique de renforcement de la sécurité au sein des hôpitaux5, et tendent à se substituer à une politique de santé mentale ou d’organisation des soins psychiatriques plus large (incluant l’accès aux soins, la prise en charge des troubles graves chroniques, le dispositif de soin en ville, l’accompagnement extrahospitalier).

  • 6 Voir Vigarello G., « L’intolérable de la maltraitance infantile. Genèse de la loi sur la protectio (...)

2Cette évolution est sans doute à mettre en relation avec une évolution des sensibilités sociales caractérisée par une extension de la qualification de violence à de nouvelles formes d’actions et de relations qui sont ainsi désignées comme intolérables6. L’imputation de la violence aux troubles mentaux participe de son externalisation, de sa désignation comme « anormale », comme si elle était le fait d’autres que « nous ».

  • 7 Lovell, op. cit. Velpry, op. cit.

3La plupart des analyses s’attachent pourtant à déconstruire cette association violence-folie, d’une part en resituant la faible part des personnes ayant des troubles psychiques parmi les auteurs de crimes et délits, d’autre part, en réinsérant les troubles psychiques au sein d’un ensemble de facteurs (consommation de toxiques, précarité…) qui sont à considérer dans leur association et non isolément, et enfin en renversant la problématique, soulignant que les malades mentaux sont davantage victimes qu’auteurs de violences7.

  • 8 Protais C., Moreau D., « L’expertise psychiatrique entre l’évaluation de la responsabilité et de l (...)
  • 9 . Médecins et soignants non médecins n’ont ni les mêmes responsabilités ni les mêmes situations de (...)
  • 10 Etant donné la grande hétérogénéité des pratiques psychiatriques et des territoires, ce service ne (...)

4Je m’attacherai ici à saisir la manière dont les professionnels de la psychiatrie se rapportent aux actes qualifiés de violents ou au risque de violences des personnes qui leur sont adressées ou qu’ils prennent en charge, aux partages qu’ils opèrent au sein de ces actes. Je ne m’intéresserai pas à l’activité d’expertise de certains psychiatres, auxquels il peut être demandé d’évaluer une dangerosité criminologique des personnes, quoiqu’une partie des experts s’en défende8. Mais aux évaluations et qualifications des professionnels soignants, médecins, mais surtout infirmiers et aides-soignants, d’un service d’hospitalisation « ordinaire », dans leur pratique courante9. Le service étudié est un service d’hospitalisation public de secteur, service qui accueille hospitalisations libres et hospitalisations sous contrainte. Je m’appuierai notamment sur une observation de six mois de ce service d’hospitalisation, qui a porté sur les activités et échanges qui y ont lieu au jour le jour, ainsi que sur des entretiens formels et informels avec les soignants de ce service10.

5Il apparaîtra premièrement que les soignants travaillant en psychiatrie acceptent que l’éventualité d’actes violent fasse partie de leur contexte de travail normal. Un deuxième moment sera consacré au partage que les soignants opèrent au sein des actes de transgressions, entre ceux qui relèvent ou non d’une pathologie. Ils n’évaluent pas la violence en tant que telle, et certainement pas comme une propriété fixe de la personne, mais l’intègrent dans l’examen de l’état psychique de la personne et de son évolution au jour le jour, afin de déterminer la pertinence d’une prise en charge psychiatrique et d’un traitement. De plus, ils apprécient d’une façon pragmatique le risque que la personne leur porte un coup, en blesse d’autres, dégrade le service, ou se porte atteinte à elle-même. A travers l’analyse de situations qui font l’objet de désaccords au sein du service, il s’agira de montrer que l’enjeu d’accueillir ou non des personnes qui risquent de poser problème ou posent problème au sein du service n’est pas traité univoquement sur le mode du rejet, qui serait justifié a posteriori en termes cliniques. La question de la légitimité de la présence d’une personne souffrant de troubles psychiques au sein du service d’hospitalisation et, par suite, de l’accueil de sa violence potentielle, est un réel enjeu.

La possibilité ordinaire de la violence

  • 11 Lovell A. M., op. cit.
  • 12 Voir, sur la violence en milieu hospitalier en général, Tursz A., Violence et santé - Rapport prép (...)
  • 13 Cela n’est pas uniquement lié à l’occurrence effective de violences régulières. Ce qui est en ques (...)
  • 14 Monjardet D., « La culture professionnelle des policiers », Revue française de sociologie 35, no 3 (...)
  • 15 Chauvenet A., Rostaing C., et Orlic F., La violence carcérale en question, Paris, PUF, 2008.
  • 16 Cette dimension apparaît dans l’ouvrage de Lorna Rhodes, Emptying beds, qui décrit le travail d’un (...)

6Si l’hypothèse d’une plus grande intolérance sociale aux violences physiques peut être formulée, précipitant un recours à la psychiatrie11, la perception de la violence par les professionnels de la psychiatrie apparaît en décalage par rapport à la sensibilité sociale, et relève d’une normativité en partie endogène. En décalage ne signifie pas qu’il y ait imperméabilité à cette transformation. A l’hôpital, cette nouvelle sensibilité à différentes formes de violence se traduit par une plus grande attention portée tant aux atteintes subies par les patients, dans le cadre d’une lutte contre la « maltraitance », qu’à celles subies par les soignants, à travers un souci pour les effets traumatiques éventuels des violences commises par des patients et plus généralement pour la « souffrance au travail12 ». Cependant, certaines manières de percevoir et d’aborder les actes des patients restent propres aux professionnels de la psychiatrie. Les actes agressifs et la présence de personnes ayant commis des actes violents est une possibilité admise et banale dans un service de psychiatrie, intégrée dans la pratique courante des soignants13 comme c’est le cas dans d’autres métiers comme celui de policier14 ou de surveillant de prison15. Ceux-ci peuvent ainsi couramment évoquer au cours de leurs échanges informels, la « baffe » reçue d’un patient à telle ou telle occasion, sur un mode anecdotique, en la banalisant, sans exprimer d’indignation ni d’affect douloureux, sans la désigner comme acte inacceptable qui n’aurait pas dû avoir lieu. Bien sûr, tant qu’il n’a pas eu de conséquence dramatique, le coup reçu peut avoir valeur d’épreuve du feu, d’épreuve « initiatrice » – et l’absence de charge affective douloureuse peut être affichée précisément comme une qualité professionnelle de dédramatisation de la violence. Mais il reste que la possibilité de violence, à des degrés divers, et son caractère imprévisible (ce qui ne signifie pas qu’on ne puisse y assigner de cause rétrospectivement), sont intégrés dans l’ordre des possibles ordinaires16.

  • 17 Je n’en ai vues que dans une Unité pour Malades Difficiles, un type d’unité dont il n’existait que (...)
  • 18 Moreau D., « Conjurer la qualification de violence dans l’usage professionnel de la contrainte : l (...)
  • 19 L’appréciation du degré de contrainte donne lieu à des jugements contrastés : ce service était jug (...)

7Pour faire face à cette possibilité de violence physique, les soignants disposent de toute une série de moyens d’action, de dispositifs, de techniques (bip d’alerte, appel de renforts, parfois constitution d’équipes prêtes à intervenir), de règles d’action (se diriger rapidement et sans délai vers la source de l’appel) ; ils ont la possibilité d’avoir recours à de la contention physique (tenir, mise en chambre fermée, éventuellement sangles, voire camisoles) ou chimique (injection de sédatifs-calmants) – autant de marques de l’intégration de cette possibilité dans l’exercice du travail. En l’occurrence, les camisoles ne sont pas utilisées dans le service observé17 et les sangles ne le sont qu’exceptionnellement (de l’ordre d’une fois par an). La qualification de violence est d’ailleurs susceptible d’être retournée contre les actions des professionnels ou le dispositif institutionnel lui-même. Elle reste au cœur des accusations portées contre la psychiatrie, de la critique qui peut être portée par les professionnels eux-mêmes. Le service étudié se réfère à cet héritage critique ; tout en ayant recours à différentes formes de contrainte dans sa pratique (hospitalisations sans consentement, chambre d’isolement, service fermé, sédations), il reste défiant vis-à-vis de ses usages18 et est considéré par un certain nombre de soignants comme étant relativement peu contraignant19.

8Pour éviter ce recours à la contrainte et, de manière plus générale, une confrontation physique qui reste source d’appréhension, tout un ensemble de manières de faire et d’être sont développées et transmises, le plus souvent de manière informelle. Les soignants n’ont, en effet, généralement pas de formation spécifique. Ceux du service étudié peuvent éventuellement choisir une formation proposée par le centre hospitalier – mais ne sont pas nombreux à le faire et celle-ci n’est pas systématisée. Elle ne fait pas partie du cursus initial des infirmiers, a fortiori depuis la suppression du diplôme d’Infirmier Psychiatrique de Secteur et la généralisation du diplôme d’infirmier d’Etat en 1992, qui ne contient plus que quelques heures sur la psychiatrie. Ceux qui restent en psychiatrie acceptent la possibilité de la violence sans en faire un objet de crainte permanent, et apprennent au fil des jours auprès de leurs pairs différentes « techniques » empiriques qui permettent d’éviter les actes violents :

  • 20 Entretien avec S., aide-soignante, 36 ans.

« Je suis arrivée, le service était de 22 patients, à l’époque […]. Ben c’est simple, pendant trois jours je sortais pas du bureau mais quand je sortais, je rasais les murs, donc réellement j’avais peur. J’ai connu pas mal d’incivilités à l’époque […] et puis au bout de trois jours, discussion avec le personnel, notamment un collègue, un ancien qui est toujours là, et qui m’a donné pas mal de petits tuyaux, de petites astuces et qui m’a redonné confiance en moi, et puis après ça a été, ça a été tout seul20. »

  • 21 Cf. sur ce point Chauvenet et al., op. cit.

9Différents conseils ou prescriptions sont ainsi mentionnés au cours des échanges ou pendant les entretiens : ne pas aller voir seul un patient en chambre d’isolement, ou de manière générale, un patient dont on craint la violence ; à l’inverse, ne pas créer d’emblée une situation de rapport de force : éventuellement s’asseoir, ne pas rester debout, plus haut que le patient ; mettre un terme à l’entrevue si l’on sent la tension croître, etc. L’éventualité de la violence est acceptée parce que celle-ci n’est pas considérée comme omni-présente : cela passe à la fois par le fait de pouvoir se rapporter aux patients autrement que comme à des sources de violences potentielles et par le sentiment de ne pas être seul face à une situation difficile si elle survenait : le moment d’intégration du collectif de soignants, qui permet à la fois de s’approprier d’autres manières de voir et de réagir, mais aussi de savoir que l’on n’est pas seul en cas de situation difficile, est une étape essentielle21.

10La violence peut ainsi, dans une certaine mesure, avoir un caractère « normal » au sein d’un service – au sens où elle n’y a rien d’extraordinaire et fait partie du cadre de la pratique des soignants – bien qu’évidemment des actes de violence ne surviennent pas quotidiennement et que ceux-ci ne concernent pas tous les patients. Pour autant, toute violence n’est pas considérée comme ayant sa place en psychiatrie.

Le partage psychiatrique des actes de violence à travers leur mise en récit

11Si la possibilité d’une violence, éventuellement grave, comme manifestation ou production pathologique, est admise et ne conduit pas en soi à remettre en cause la légitimité de la présence d’un patient en psychiatrie, elle peut d’une part, pour les patients dont la pathologie n’est pas discutée, conduire éventuellement à des tentatives de transferts dans d’autres services, en arguant de l’indisponibilité de la chambre d’isolement, ou d’autres dispositifs psychiatriques, comme des Unités pour Malades Difficiles (UMD) ; d’autre part, certains actes, éventuellement plus bénins, peuvent faire l’objet d’un rejet s’ils sont attribués à une intentionnalité mauvaise non affectée par un trouble psychiatrique.

12Cette qualification des actes violents s’opère à la fois dans leur mode de mise en récit et dans le schème interprétatif qui leur est appliqué. En l’occurrence, les actes violents des patients « de droit » seront qualifiés de « passage à l’acte », et mis en continuité avec l’évolution, les flux et reflux d’un processus pathologique. Ceux des patients « qui n’ont rien à faire là », au contraire, seront rapportés à une conduite morale déviante, mis en continuité également avec des éléments biographiques antérieurs, mais cette fois analysés sur le plan moral et non pathologique. Ce peut être alors lié à un travail de mise en cause de la présence d’un patient source d’inquiétudes ou de perturbations au sein du service.

13Ces opérations de qualification peuvent être mises en évidence à partir de l’analyse de deux situations discutées au sein du service. La première concerne une patiente, Mme K., dont certains soignants considèrent qu’elle « abuse » du service et d’autres patients :

  • 22 Réunion qui a lieu tous les matins au sein du service pour échanger les informations nécessaires e (...)
  • 23 Cf. Ogien A., Toledo M., « Le sens de l’hospitalisation », Sciences sociales et santé, vol. 4, no (...)
  • 24 Journal de terrain, notes du 25/02/2008.

« Dans un premier temps, la détresse physique et morale de Mme K., hospitalisée pour sevrage de toxiques et dépression, a attiré la sympathie des soignants. Certains de ceux-ci révisent leur jugement quand son état physique s’améliore et qu’ils sont confrontés à ses demandes répétées de médicaments et des petits vols. C., une jeune aide soignante, raconte au cours d’un staff22 comment au début elle avait été « touchée » par madame K. et combien maintenant elle est « mal à l’aise », ayant le sentiment que la patiente « profite » de son séjour à l’hôpital23, abuse des autres patients […], devient capricieuse, demande des choses non dues. Elle « s’installe », son attitude à l’égard des soignants a changé, elle devient plus exigeante. Le mot est prononcé et revient : “manipulatrice”24. »

14À cela, M., la chef de service répond lors de cette réunion :

  • 25 Journal de terrain, notes pendant le staff du 25/02/2008.

« C’est la personnalité classique des toxs [toxicomanes]. Les normes de la vie courante… ont été abandonnées au profit du bénéfice immédiat du produit. Une fois qu’il y a eu le bénéfice immédiat de la drogue, il faut que ça soit autre chose. Il y a alors le sentiment [pour les autres, les soignants] d’être exploité, trahi, trompé. Rester soignant signifie : le savoir, savoir qu’elle est comme ça, que son caractère ne va pas changer en deux-trois leçons de morale. Il faut cadrer. C’est normal, il faut s’attendre à ça. […] Oui, elle est à la recherche du profit immédiat. Elle est malade de ça, elle est malade de tromper les gens. Sinon, on la met à la porte au bout de deux jours25. »

15La psychiatre M. redonne ici légitimité à la place de Mme K., en interprétant ses actes déviants selon un schème pathologique qui appelle de la part des soignants non une réaction « morale » de blâme ou de rejet, mais une attitude « soignante » qui se décale, tant par rapport à une imputation de responsabilité que par rapport aux affects négatifs que cette conduite provoque en eux.

16La deuxième situation concerne une patiente qui a agressé une soignante, certains soignants regrettant qu’elle n’ait pas été envoyée en UMD : suite à une agression considérée comme grave d’une soignante par une patiente (cette dernière s’est jetée sur la soignante alors qu’elle lui faisait des remontrances, et a commencé à l’étrangler avant qu’elles soient séparées par d’autres soignants), une réunion exceptionnelle est organisée par le chef du secteur psychiatrique rassemblant tous les professionnels du service d’hospitalisation, ainsi que la psychiatre qui suit la patiente en extrahospitalier. La réunion commence par le récit des éléments de vie connus de cette jeune femme et de sa prise en charge par le secteur, depuis cinq ans. Ce n’est qu’ensuite que la séquence de faits récents est reprise, puis analysée.

  • 26 Toutes les citations qui suivent sont extraites du journal de terrain, notes du 14/01/08 prises pe (...)

17Cette agression est qualifiée d’emblée de « passage à l'acte », elle est aussitôt inscrite dans l’histoire de la patiente. L’imputabilité de l’acte fait alors l’objet de tout un re-travail de la part des soignants, psychiatres et infirmiers. « La question n’est pas celle de la responsabilité, ça n’est pas notre boulot, c’est celle du soin, du bon soin qu’on donne au patient26 », dit le cadre infirmier. La causalité est redistribuée tant du côté de l’évolution de la pathologie dont il s’agit de faire une évaluation clinique, que du côté de « dysfonctionnements institutionnels » qui doivent conduire l’équipe à se questionner. L’une des psychiatres analyse ainsi l’acte de la patiente en termes psychanalytiques :

  • 27 Idem.

« C’est une fixation érotomaniaque. […] Il faut voir aussi que le déclenchement intervient dans la relation avec la mère. Il y a une violence qui est aussi dirigée sur la mère, une violence à mort sur la mère, en intervenant comme sur la mère, même si d’autres choses viennent se rajouter27. »

  • 28 Idem.

18Sur un tout autre plan, ce sont également le dispositif spatial, comme la présence du téléphone dans le bureau infirmier, et les tensions au sein de l’équipe qui sont mis en cause : « Il faut voir aussi les problèmes de fond qui sont soulevés à cette occasion, ou les tensions sous-jacentes. […] Par exemple, les tensions infirmiers-médecins, je ne sais pas si ça joue ici, mais il y a aussi les tensions classiques sur le traitement. […] Est-ce que la solidarité de l’équipe est bonne, ou suffisante28 ? », s’interroge le chef de secteur. Les actes de l’individu sont alors rapportés à sa maladie et/ou réinscrits dans le contexte de la structure et de l’équipe qui le reçoivent.

19La patiente reste finalement dans le service. Pendant cette réunion, elle est fréquemment désignée par son prénom. Les patients connus pour avoir déjà commis des actes graves et dont la violence est crainte sont aussi, pour certains, des patients connus de longue date par cette équipe ; ils peuvent faire l’objet d’un investissement important de l’équipe et même d’un certain attachement.

20L’appréciation des actes de violence par les professionnels du soin psychiatrique s’inscrit dans la revendication plus large d’une autorité dans la détermination de ce qui relève de leur compétence ou non, mais également de leur responsabilité de prise en charge, ce qui n’est pas un moindre enjeu dans un contexte où le nombre de lits (de places) est restreint. La question de savoir si telle conduite relève d’une manifestation pathologique, et si l’adresse de telle personne à un service de psychiatrie est pertinente ou non va ainsi s’avérer centrale à propos de certains patients. Le type de mise en récit des actes et le type d’interprétations mobilisées dans leur explication est déjà le lieu d’opération d’un partage entre ceux qui ont « normalement » leur place dans un service de psychiatrie, et les autres, selon que les actes sont imputés à un processus pathologique ou font l’objet d’une dénonciation morale. Toute violence ne sera pas considérée comme une manifestation pathologique. De plus, si les faits de violence sont considérés comme non-exceptionnels dans un service de psychiatrie et font partie du cadre accepté de l’exercice de leur métier par les soignants, ils restent l’objet de craintes. L’appréhension face à certains patients conduit à différentes « stratégies », explicites ou non, pour éviter de les accueillir au sein du service d’hospitalisation, ou pour réduire la durée de leur séjour. Un certain nombre de patients qui relèvent d’une zone psychopathologique floue et qui présentent des risques de violence pourront se voir « exclus » à la fois d’une catégorie nosographique psychiatrique, ce qui correspond pratiquement à une remise en cause de la légitimité et de la pertinence de leur séjour en psychiatrie. La tentative d’éviter leur présence n’est pas pleinement explicite mais se joue dans ce travail déjà engagé de qualification de l’état pathologique. D’autres patients dont la violence fait peur, mais dont la « légitimité » est incontestée, appelleront d’autres types de tentatives pour éviter leur hospitalisation au sein du service, comme un transfert dans un autre service ou dans une Unité pour Malades Difficiles. Leur éventuelle violence est cependant intégrée dans une interprétation clinique de leur conduite et peut conduire à un investissement plus important des soignants auprès d’eux, n’excluant pas un certain attachement constitué dans des parcours de soin au long cours, qui sont aussi des parcours de vie.

Notes

1 Voir Renneville M., Crime et Folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2004 ; Lovell A. M., Rapport de la Commission « Violence et santé mentale ». Travaux préparatoires à l’élaboration du plan Violence et Santé, Paris, Ministère de la santé et de la solidarité, mars 2005 ; Bellamy V., Roelandt J. L., Caria A., « Troubles mentaux et représentations de la santé mentale : premiers résultats de l’enquête Santé mentale en population générale », Études et résultats, 2004, no 347, p. 1-12 ; Velpry L., « Violences, troubles psychiques et société », Regards sur l’actualité « Psychiatrie et santé mentale », 354, p. 22-35, 2009.

2 En 2007, le ministre de l’intérieur évoquait, pour justifier une réforme des hospitalisations d’office, le cas d’un homme qui avait violé et tué un enfant. Cf. la discussion, en deuxième lecture, du projet de loi relatif à la prévention de la délinquance à l’Assemblée Nationale, le 13 février 2007 [http : / / www.assemblee-nationale.fr/12/cra/2006-2007/137.asp]. Cette réforme était d’ailleurs incluse dans projet de loi relative à la prévention de la délinquance, votée le 5 mars 2007 (les articles y afférant en ont finalement été retirés suite aux fortes protestations des syndicats de psychiatres et des associations d’usagers et de leurs familles).

3 « La croyance populaire superpose un crime fou et le crime d’un fou. Tout crime n’est bien évidemment pas le crime d’un malade mental. », Senon J.-L., Jaafari N., « La loi du 25 février 2008 relative à la rétention de sûreté : ne faudrait-il pas clarifier et établir des priorités dans les rapports entre psychiatrie et justice ? », L’Information psychiatrique, 2008, vol. 84, no 6, p. 511-518 et Lovell A. M., op. cit., p. 4 et 12 sq.

4 Après l’échec de la réforme des hospitalisations d’office en 2007, la réforme de la loi du 27 juin 1990 encadrant les hospitalisations sous contrainte est relancée en novembre 2008, après le meurtre d’un passant à Grenoble par un patient du Centre Hospitalier Spécialisé Saint-Egrève. Elle a abouti dans la loi du 5 juillet 2011.

5 Voir la circulaire no DHOS/02/F2/2009/23 du 22 janvier 2009 sur les modalités de mise en œuvre du plan 2009 d’amélioration de la sécurité des établissements de santé autorisés en psychiatrie qui prévoit notamment le financement de la création de 200 chambres d’isolement, de l’installation de caméras de surveillance, barrières, bracelets électroniques, etc.

6 Voir Vigarello G., « L’intolérable de la maltraitance infantile. Genèse de la loi sur la protection des enfants maltraités et moralement abandonnés en France », Fassin F., Bourdelais P. (dir.), Les Constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, 2005, p. 111-127 ; Mucchielli L., « Une société plus violente ? », Déviance et Société, vol. 32, no 2, 2008, p. 115-147.

7 Lovell, op. cit. Velpry, op. cit.

8 Protais C., Moreau D., « L’expertise psychiatrique entre l’évaluation de la responsabilité et de la dangerosité, entre le médical et le judiciaire », Champ pénal, vol. 6, 2009.

9 . Médecins et soignants non médecins n’ont ni les mêmes responsabilités ni les mêmes situations de confrontation aux patients, ce qui intervient bien évidemment dans leur perception et leur qualification des actes et des risques. Nous ne pourrons analyser ici cette différence, mais analyserons leurs réactions comme celle d’un ensemble de professionnels soignants constituant un groupe, une « équipe », dans un lieu commun.

10 Etant donné la grande hétérogénéité des pratiques psychiatriques et des territoires, ce service ne peut être considéré comme « représentatif », mais l’analyse de sa singularité fait ressortir des enjeux auxquels sont confrontés les soignants en hospitalisation, comme ont pu me le montrer des observations plus ponctuelles et des entretiens avec des soignants d’autres services.

11 Lovell A. M., op. cit.

12 Voir, sur la violence en milieu hospitalier en général, Tursz A., Violence et santé - Rapport préparatoire au plan national en application de la Loi relative à politique de santé publique du 9 août 2004, Paris, La Documentation française, mai 2005 ; et sur la psychiatrie en particulier Velpry L., op. cit.

13 Cela n’est pas uniquement lié à l’occurrence effective de violences régulières. Ce qui est en question est précisément la manière dont les professionnels se représentent leur métier et son cadre « normal » au sens du cadre habituel auquel ils peuvent s’attendre lors de son exercice. On peut penser a contrario aux enseignants.

14 Monjardet D., « La culture professionnelle des policiers », Revue française de sociologie 35, no 3, 1994, p. 393-411.

15 Chauvenet A., Rostaing C., et Orlic F., La violence carcérale en question, Paris, PUF, 2008.

16 Cette dimension apparaît dans l’ouvrage de Lorna Rhodes, Emptying beds, qui décrit le travail d’une unité psychiatrique d’urgence. Il commence par le récit d’une situation (en partie fictive ?) où plusieurs patients représentent les différentes dimensions de la pratique de l’équipe soignante. Face à l’un de ces patients, arrivé dans le service parce que son « comportement est devenu si perturbant (disruptive) qu’il ne peut être toléré ni dans son propre monde social, ni dans la plupart des services médicaux ou psychiatriques », l’équipe réagit avec calme (react almost casually), poursuivant son activité ordinaire « manifestant que ce type de situation relève pour eux de la routine », Rhodes L. A., Emptying beds : The work of an emergency psychiatric unit, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1995, p. 13.

17 Je n’en ai vues que dans une Unité pour Malades Difficiles, un type d’unité dont il n’existait que cinq exemplaires dans toute la France en 2008 (10 seront bientôt en activité).

18 Moreau D., « Conjurer la qualification de violence dans l’usage professionnel de la contrainte : le recours à la chambre d’isolement dans un service de psychiatrie », Revue Sociologie Santé, no 33, mars 2011.

19 L’appréciation du degré de contrainte donne lieu à des jugements contrastés : ce service était jugé peu contraignant par les soignants qui travaillent dans ce service, par les soignants d’un service voisin, ainsi que par les internes que j’ai pu rencontrer et qui ont l’occasion de travailler dans plusieurs services pendant leur internat. Aux yeux d’autres soignants, le fait que le service soit fermé et ait une chambre d’isolement suffirait à le considérer comme très voire trop contraignant.

20 Entretien avec S., aide-soignante, 36 ans.

21 Cf. sur ce point Chauvenet et al., op. cit.

22 Réunion qui a lieu tous les matins au sein du service pour échanger les informations nécessaires et faire le point sur les patients entre infirmiers, aides-soignants et médecins.

23 Cf. Ogien A., Toledo M., « Le sens de l’hospitalisation », Sciences sociales et santé, vol. 4, no 2, juin 1986, p. 12.

24 Journal de terrain, notes du 25/02/2008.

25 Journal de terrain, notes pendant le staff du 25/02/2008.

26 Toutes les citations qui suivent sont extraites du journal de terrain, notes du 14/01/08 prises pendant cette réunion exceptionnelle.

27 Idem.

28 Idem.

Auteur

Sociologue. Doctorante à l’EHESS, Groupe de sociologie politique et morale (GSPM), Institut Marcel Mauss.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540