Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

2. Hôpital ou prison ? Les institution de la régulation

Vers les UMD, questionnements, tâtonnements et mise en œuvre : Gaillon (1876) et Villejuif (1910)

Véronique Fau-Vincenti

Texte intégral

  • 1 UMD de Monestier-Merlines en Corrèze, UMD de Bron dans le Rhône, UMD d’Albi, UMD de Sotteville-lès (...)
  • 2 Colin H., « Le Quartier de sûreté de Villejuif », Annales médico-psychologiques, 1912, p. 370-391 (...)

1On compte actuellement en France dix unités pour malades difficiles dont 5 ont ouvert en deux ans1. Connues sous l’acronyme d’UMD depuis un décret du 14 mars 1986, ces unités ont une histoire complexe et enchevêtrée. En effet, la prise en charge pénale et médicale d’individus présentant des troubles psychopathologiques a soulevé tout au long du XIXe siècle des questionnements tant médicaux ou juridiques que spéculatifs, avant que ne s’ouvre, en 1910, au sein de l’asile de Villejuif le premier « quartier de sûreté » asilaire réservé aux « aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles2 », quartier qui vient de fêter son centenaire. Il n’est pas insignifiant de constater également que le « D » d’UMD est actuellement fréquemment utilisé ou entendu actuellement dans les médias pour « dangereux » et non pour « difficile ».

À l’origine…

  • 3 Georget E., « Discussion médicale sur la folie ou aliénation mentale », Archives générales de méde (...)

2Dès 1827, le docteur Georget3 s’interroge sur la monomanie homicide et sur le devenir des individus qui en seraient atteints. Dès lors, les aliénistes clament la nécessité d’« enlever » l’aliéné du circuit punitif, afin de « rendre » à l’asile et aux soins médicaux des criminels dont la folie n’aurait pu être détectée au moment de l’instruction.

  • 4 « De la mortalité et de la folie dans le régime pénitentiaire », Annales d’hygiène publique et de (...)

3Parallèlement, invités à s’associer aux réformes pénitentiaires qui entendent soumettre la prison aux mœurs d’une nation policée, des aliénistes célèbres participent aux inspections organisées dans les établissements pénitentiaires. En 1836, la Commission des prisons du Royaume compte ainsi les docteurs Esquirol, Pariset ou Ferrus, alors également inspecteur général des asiles, et établit une proximité de fait entre les deux institutions. De même, en 1840, le docteur Baillarger publie un ouvrage intitulé Folie pénitentiaire et en 1843, Moreau-Christophe, inspecteur des prisons, écrit des articles consacrés à la mortalité et la folie dans les milieux pénitentiaires ou à l’influence du régime carcéral sur le moral des détenus4. Visiteurs des prisons, éclairant de leurs conseils le régime carcéral, les médecins, en cliniciens observant les détenus constatent que l’on trouve parmi eux une proportion importante d’aliénés. Extraire ces détenus aliénés du milieu carcéral va peu à peu devenir une idée partagée tant par l’administration pénitentiaire confrontée à la difficulté à gérer ces prisonniers, que par les médecins qui souhaitent protéger et soigner ce type d’individus. Ils préconisent dans le même temps de séparer des aliénés ordinaires ceux qui ont commis des actes criminels car leur présence est à même de générer des conflits et de fragiliser le tissu asilaire.

  • 5 Voir supra, la communication de Jean-Christophe Coffin, « Clinique du danger et protection de la s (...)
  • 6 Bru P., Histoire de Bicêtre (hospice, prison, asile), Paris, éd. du Progrès social, coll. Biblioth (...)
  • 7 Ibid., p. 271.

4Aussi en 1846, le docteur Brière de Boismont5 réclame l’ouverture d’un asile à l’image de celui de Bedlam en Grande-Bretagne où est annexé depuis 1816, un quartier spécial, avant l’ouverture en 1849 d’une annexe de l’asile de Fischerton-House. En France néanmoins, depuis 1840, une division de Bicêtre répondant au nom de « la Sûreté » est réservée aux seuls aliénés criminels. « Véritable fosse aux lions », le quartier de la Sûreté a tout d’une prison où sont relégués, plus que soignés, des fous considérés comme dangereux ou des malades récalcitrants. En 1890, l’historien Paul Bru décrit « l’endroit où sont placés les aliénés pour crime de droit commun, ceux qui sont atteints de manie homicide6 ». Sur les 34 places de la Sûreté, 17 seulement sont occupées précise-t-il, car « les médecins aliénistes de Bicêtre n’aiment guère et ils ont raison, placer des aliénés à la Sûreté. Il faut vraiment des cas tout à fait exceptionnels pour qu’ils conservent leurs pensionnaires en ce lieu ». Paul Bru, à l’instar des médecins, regrette que « la société actuelle n’ait rien trouvé de mieux encore que la Sûreté pour enfermer ces malheureux qui ne peuvent rester en prison puisqu’ils sont fous, qu’on ne peut garder dans un asile puisqu’ils sont criminels7 ».

5Car les aliénistes français espèrent une création de toutes pièces et non l’aménagement hasardeux de quelques lieux vétustes. En février 1863, le docteur Legrand du Saulle adresse ainsi une importante pétition au Sénat afin qu’un établissement spécial voit le jour, ce, au moment même où ses collègues anglais sont sur le point d’inaugurer le nouvel asile de Broadmor d’une capacité d’accueil de 650 places. De fait, les expériences étrangères ne font que renforcer la volonté de créer en France des établissements mixtes où pourraient être détenus et soignés les aliénés considérés dangereux mais aussi les criminels aliénés et les aliénés criminels.

Une tentative carcérale : l’expérience de Gaillon (1876-1906)

  • 8 Discussion entre le docteur Motet et le docteur Colin, « Sur le fonctionnement et l’organisation d (...)

6En 1866, le docteur Constans, inspecteur général des prisons, est chargé d’étudier la possibilité d’établir « un quartier des condamnés aliénés », annexé à la maison centrale de Gaillon installée depuis 1812, dans l’ancienne résidence des archevêques de Rouen. Après différents rapports, en particulier sur les aménagements architecturaux à prévoir, des travaux sont entrepris puis arrêtés au moment de la guerre franco-prussienne. En 1874, le quartier est considéré comme achevé même si son ouverture est retardée au 17 mai 1876. Annexé à la prison, « acte spontané de l'administration pénitentiaire, qui jusqu'à présent n'est consacré par aucune loi », peut-on lire dans la Revue pénitentiaire et de droit pénal de 1886, le quartier de Gaillon est salué par les médecins dont le docteur Motet qui stipule en 1894 : « auparavant, il n'y avait rien pour les aliénés reconnus tels au cours de l'instruction, cet asile est un progrès, mais ce progrès est encore insuffisant8. »

  • 9 Hurel Dr., « Établissement d’aliénés : le quartier des condamnés aliénés annexé à la maison centra (...)

7Le docteur Hurel, médecin chef de la maison centrale de Gaillon, va donc être le premier à se retrouver en charge du « quartier des condamnés aliénés de Gaillon », dont il brosse ainsi le tableau devant la Société médico-psychologique en 18779. Quatre divisions sont prévues : une pour les « déments », une pour les « tranquilles », une troisième pour les « demi-tranquilles » et une quatrième pour les « agités ». La demande de l’administration pénitentiaire d’y intégrer des « détenus épileptiques » modifiera le classement, ce qui n’ira pas sans troubler les médecins successifs : l’épileptique criminel doit-il être considéré comme un aliéné et traité comme tel, ou bien doit-il être reconnu responsable de ses actes ?

  • 10 « Les travaux agricoles sont une précieuse ressource et forment aujourd’hui une partie essentielle (...)

8Au rez-de-chaussée, chaque division comprend deux pièces, mesurant « 326 mètres cubes », l’une est un réfectoire, l’autre est une salle de réunion « pouvant servir d’atelier industriel ». Aux étages, au-dessus des salles, des dortoirs éclairés de nuit. Le mobilier, semblable à celui de la prison, est néanmoins scellé au sol ou au mur. « Au centre de l’édifice », comme en son cœur, un bâtiment qui jouxte l’infirmerie est réservé aux bains et « renferme tous les éléments de balnéation variés et perfectionnés ». « La » salle des bains contient quatre baignoires en zinc, fixées au sol. Eau chaude et froide arrivent séparément dans les baignoires dont le couvercle échancré est « destiné à fixer les sujets agités ». Au-dessus, des douches pour renforcer le traitement. L’impossibilité d’accéder au robinet pour le détenu permet de réchauffer ou de refroidir la température du bain « à son insu […] sans contrariété ni opposition ». Face aux baignoires enfin, une lance qui permet de doucher les baigneurs. Voilà pour les installations spécifiques. Pour le reste, le règlement « d’ordre et de police » qui régit la structure combine, précise le docteur Hurel, certaines « prescriptions disciplinaires propres dans les établissements de répression avec des dispositions particulières aux établissements d’aliénés ». Ainsi, le docteur Hurel se félicite que le travail soit préconisé mais regrette qu’il ne soit pas obligatoire rappelant que « le travail bien organisé est la base même du traitement des malades atteints d’aliénation mentale ». Il regrette en outre que les tâches agricoles soient si peu nombreuses, citant en cela le Traité des maladies mentales du docteur Dagonet10.

  • 11 Lettre adressée au directeur de la Centrale de Gaillon « Du transfèrement au quartier spécial de l (...)

9Le docteur Hurel se penche également sur la nature des admissions à Gaillon : le quartier reçoit plus spécifiquement des « criminels devenus aliénés en cours de peine », ce qui justifie son annexion à une centrale où est appliquée « la même discipline qu'une maison centrale ». Pour les six premiers mois sont admis 75 détenus : 38 comme aliénés et 37 comme épileptiques. Sur les 38 aliénés : 11 sont condamnés pour attentat à la pudeur ou viol, 7 pour incendie et 9 sont des récidivistes, parmi eux, un est condamné aux travaux forcés et les 37 autres à la réclusion. Sur les 37 épileptiques, 12 ont été « reconnus et ont avoué être des simulateurs […] dans l’espoir d’être placés dans un asile, d’y avoir plus de bien-être et de s’évader ». Sur ces 12, 11 ont fait un court séjour au quartier et ont été réintégrés à la détention. Le quartier, qui a une vocation nationale, recevra pour l’année 1876 environ 90 hommes provenant des centrales de Melun, Beaulieu, de Nîmes, d'Eysses ou de Landerneau. Reste un souci majeur pour l’administration et les médecins : la crainte que des simulateurs s’immiscent dans le groupe, espérant trouver ici moins de rigueur qu’en prison et simulant la folie afin de tenter de s’évader. Albert Choppin, directeur de l’Administration pénitentiaire dénonce en 1877 le fait que certains criminels aient « simulé » pour être transférés à Gaillon. Et de fait, la chasse aux « simulateurs11 » va devenir une des préoccupations principales du médecin et de l’administration.

  • 12 Revue pénitentiaire, 1878, p. 710.
  • 13 Commentaire du dr Hildenbrand après la parution du dr Gastch (médecin de la maison centrale de Bru (...)

10Curieusement, outre celles des médecins qui y exercèrent, il y eut peu de publications sur le lieu. Le texte du docteur Hurel, qui avait pour vocation d’accompagner la présentation d’un plan en relief du quartier à l’Exposition universelle de 1878, était appelé à vanter l’exemplarité du quartier. En 1886, la Revue pénitentiaire et de droit pénal souligne ainsi que « l'établissement de Gaillon est un acte de justice et d'humanité ; c'est un premier pas vers la solution de ce difficile problème qui préoccupe en ce moment la Chancellerie, c'est-à-dire le traitement spécial auquel il convient de soumettre les aliénés criminels aussi bien avant qu'après le jugement qui prononce sur leur sort12 ». Si l’administration pénitentiaire semble se satisfaire du quartier de Gaillon, des médecins se plaignent néanmoins du manque de moyen de la structure. D’autres comme le docteur Hildenbrand récuse la réunion de condamnés aliénés et d’aliénés criminels dans la mesure où « ces derniers ne sont pas des criminels, mais simplement des fous dangereux à l’état desquels il faut que l’asile ordinaire adapte son organisation13 ».

  • 14 Voir note 7.

11Néanmoins, une ambiguïté demeure, non pas tant sur la validité et la nécessité d’ouvrir un espace « réservé », mais sur le lieu auquel annexer ce « quartier ». Doit-il l’être à une prison ? À un hôpital ? Dépendre de l’administration pénitentiaire ou de l’assistance publique ? Est-il question d’y maintenir des « criminels aliénés », d’y traiter des « aliénés criminels », ou d’y contenir des individus considérés comme « dangereux » ? Régulièrement règne une confusion entre les termes d’« aliénés criminels » et de « criminels aliénés » qui sont employés côte à côte afin de bien différencier deux catégories et qui sont parfois réunis, suggérant l’amalgame et l’enchevêtrement des notions. La confusion est d’autant plus entretenue que les médecins clament que les aliénés, de par leur jugement altéré, sont plus portés au crime que ne le seraient des individus normaux, là où ils attestent par ailleurs que de nombreux criminels ou délinquants sont en proie à une pathologie cachée. Ainsi de la discussion à la Société médico-psychologique en 1894 à propos du quartier de Gaillon où le docteur Motet emploie bien d’ailleurs le terme « d’asile14 » pour décrire le lieu, là où le docteur Colin avance le terme « d’infirmerie pour criminels ».

  • 15 Intervention du dr Henri Dubief à la Chambre des députés en 1901, séance du 24 décembre 1901, Jour (...)
  • 16 Société Médico-Psychologiques, séance de discussion du 28 novembre 1884.
  • 17 Intervention du dr Henri Dubief, op. cit.
  • 18 AD Eure, 3 Y, Lettre du 27 janvier 1903 de P. Grimanelli au Préfet de l’Eure.
  • 19 Bernard G., L’asile des aliénés criminels de Gaillon, sa nécessité, son organisation future, Thèse (...)

12Et, quand en 1900, l’administration pénitentiaire décide de fermer la vétuste centrale de Gaillon est posée la question de fermer par la même occasion le quartier annexe. Le docteur Dubief, promoteur d’une législation propre à la question, se prononce cependant pour la fermeture du quartier de Gaillon, rappelant que « quand on est frappé d’aliénation mentale, on n’est plus ni un coupable, ni un condamné : on est malade15 ». Ce qui ne va pas sans rappeler l’intervention du docteur Christian qui déclarait, en 1884, que rien « n’autorise – ni en fait, ni en théorie – à créer une catégorie spéciale d’aliénés dits criminels », et que l’expression « aliéné criminel » n’est qu’une vue de l’esprit tant « ces deux mots hurlent de se trouver ensemble16 ». Le docteur Dubief demande alors à ce que la prise en charge des aliénés criminels se fasse sous l’égide de l’administration hospitalière et non pénitentiaire : « Il faut les enlever au geôlier pour les donner aux médecins », déclare-t-il dans l’hémicycle ajoutant que le quartier de Gaillon est une « infirmerie spéciale qui a conservé tous les caractères d’un établissement pénitentiaire17 ». Malgré la fermeture de la Centrale de Gaillon, une circulaire du Ministère de l’Intérieur du 30 septembre 1901 confirme le maintien « sous la dénomination d’asile spécial des condamnés aliénés et épileptiques, le quartier affecté aux condamnés aliénés et épileptiques de Gaillon ». En 1903, Périclès Grimanelli, directeur de l’administration pénitentiaire, envisage que Gaillon ne dépende plus de ses services mais soit considéré comme « établissement de bienfaisance », et renommé « Asile central des aliénés criminels18 », là où le docteur Bernard affirme en 1905 que « Gaillon doit être développé, perdre son caractère sécuritaire et devenir un asile de sûreté où les droits de l’humanité et de sécurité publique seront également sauvegardés19 ». Néanmoins, le quartier de Gaillon, en raison de la vétusté de ses locaux, de son emplacement en province, et sans doute aussi eu égard à un projet porté par le Conseil Général de la Seine, ferme définitivement ses portes en 1906, au terme de trente années d’existence discrète.

La tentation asilaire : la 3e section de l’hôpital de Villejuif

13En effet, en 1898, le Conseil Général de la Seine mandate le docteur Henri Colin – qui exerce alors comme médecin chef à la centrale de Gaillon – afin qu’il réalise une étude en vue de l’ouverture d’un service hospitalier apte à accueillir les aliénés criminels et les criminels aliénés internés dans les asiles de la Seine. Cette initiative est soutenue et encouragée par l’Administration pénitentiaire et par le Conseil supérieur de l’Assistance publique qui vote en 1902 la création d’un « asile d’État destiné aux aliénés criminels ».

14Dès l’origine du projet, les débats de la « Commission mixte chargée d’étudier les questions intéressant l’hospitalisation des aliénés » (1898-1899) du Conseil général de la Seine vont en grande partie porter sur la dénomination du lieu et sur le type d’individus à y placer ; sur le contenant et le contenu. Ces débats vont animer les différentes commissions et sous commissions durant plusieurs années.

  • 20 Colin H., « Le quartier de sûreté de Villejuif », op. cit.
  • 21 Garnier P., « Le criminel instinctif », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, t. 23, 1 (...)

15Le docteur Henri Colin se prononce d’emblée pour l’établissement d’un quartier de « sûreté » réservé en priorité aux « aliénés vicieux », qui sont des « fous moraux » en raison de leur indiscipline et des « penchants agressifs » qui font d’eux des « parasites, récidivistes et exploiteurs des asiles », dont la Justice et la Préfecture de police se « débarrassent en provoquant leur internement20 », alors que le Conseil général tend à vouloir y placer les criminels aliénés. Colin insiste en outre sur la différence à faire entre les aliénés criminels ou les criminels aliénés qui ont commis « des vols, crimes ou incendie », et les « aliénés vicieux » qui « ont commis des délits ou sont souvent restés à la limite du Code et parfois n’ont rien fait de répréhensible mais sont simplement insupportables dans les services ordinaires ». Parallèlement, une sous-commission dont le docteur Paul Sérieux était le rapporteur, se prononce pour la création d’une section d’aliénés vicieux et le docteur Magnan appuie également les propositions d’Henri Colin, tout comme le docteur Paul Garnier, chef de l’infirmerie spéciale du dépôt de la Préfecture de police de Paris, qui défendait depuis 1890, l’ouverture d’un « asile de sûreté » destiné à recevoir « les représentants de ces infirmités morales nocives qui ne sont ni à leur place dans la prison, ni dans l’asile ordinaire21 ».

  • 22 Colin H., « Le quartier de sûreté de Villejuif », op. cit.

16Au terme des études préparatoires, Colin demande à ce que l’épithète « criminel » soit définitivement écarté afin de pas transgresser la fonction de l’asile et précise que cette section doit être réservée en priorité « à des individus malfaisants, vicieux, exploiteurs des asiles, que par euphémisme, en tenant compte de leur caractère maladif, nous désignons sous le nom d’aliénés difficiles22 ». Pour autant, la publication de deux ouvrages des docteurs Colin et Pactet, soit Les aliénés devant la justice (1902) et Les aliénés dans les prisons (1904), sous-titrés « aliénés méconnus et condamnés », va renforcer la demande du Conseil général de voir s’ouvrir un établissement pour aliénés criminels et criminels aliénés, d’autant que la période est marquée par de très nombreuses discussions ou articles qui viennent questionner ou étayer la théorie de la dégénérescence et y mêler les hypothèses de l’anthropologie criminelle.

  • 23 Ibid.

17Aussi le docteur Henri Colin va-t-il être amené à concéder que le futur service pourra être amené à recevoir trois différentes catégories susceptibles de séjourner dans la structure à venir : les premiers sont des « aliénés criminels qui ont commis leur crime sous l’influence d’idées délirantes », les seconds « sont des criminels devenus aliénés » et les derniers sont des « vicieux, de ces individus à tendances perverses, à instincts mauvais, de ces fous moraux, de ces malades difficiles, au délire souvent éphémère provoqué par le moindre excès23 ». Et, afin d’aplanir plus encore les difficultés à nommer le futur service, celui-ci sera désigné sous le nom de « 3e section » au moment de son ouverture en janvier 1910, et c’est ainsi qu’au terme de dix années d’une activité en grande partie administrative et conceptuelle, Henri Colin est nommé médecin chef de cette « 3e section de l’asile de Villejuif ».

18En 1912, dans une longue communication à la Société médico-psychologique, Henri Colin dresse un état de fonctionnement des deux premières années de la « 3e section ». Il organise son intervention autour de trois pôles : les « occupants », « l’organisation du travail » et l’espace en lui-même. Outre le travail qui, dit-il, constitue « un traitement moral de choix », Henri Colin n’aborde pas la nature des soins apportés aux internés. Aussi, semble-t-il rassuré de constater que presque tous les hommes internés à Villejuif sont en capacité de travailler, ainsi de ceux qui ont commis des meurtres « sous l’emprise de leurs idées délirantes », et qui comptent, précise-t-il, parmi les meilleurs travailleurs. Henri Colin souligne que le travail dans la 3e section ne doit pas être considéré « à titre de distraction », mais également organisé « de façon à compenser dans la plus large mesure possible, les frais occasionnés par leur assistance ». En outre, les internés « astreints » à travailler toute la journée reçoivent une rémunération dont Henri Colin dit qu’elle est « l’un des principaux stimulants ».

  • 24 Idem.
  • 25 Idem.

19Et s’il « reste bien encore quelques paresseux incurables » parmi les internés, « la crainte du nouveau service est le commencement de la sagesse pour ces exploiteurs des asiles ». Henri Colin se félicite ainsi que « ceux qui arrivent à l’admission supplient les médecins de ne pas les envoyer à la 3e section et ceux qui viennent à y échouer [sic] réclament bien vite leur sortie avec la ferme intention de n’y pas revenir24 ». Le placement à la 3e section doit-il sonner comme une menace, ce afin de décourager des simulateurs potentiels qui escompteraient trouver dans ce quartier plus de tranquillité ? Colin évoque malgré tout quelques « actes d’indiscipline » comme en août 1910 où il se retrouve confronté à ce qui ressemble fort à une grève : « 16 malades poussés par un meneur, refusent d’entrer aux ateliers à la descente du dortoir et se réunissent dans la cour, […] l’isolement du promoteur a fait cesser la résistance25. » Utilisé comme une thérapie de resocialisation et comme une méthode de redressement moral, le travail à l’asile devient une école de « disciplinarisation » des aliénés difficiles, qui en cas « d’indiscipline », peuvent être – comme le meneur – placés dans une des neuf « cellules d’isolement » prévues à cet effet. Il n’empêche que les internés correspondent avec le docteur Henri Colin qui se retrouvera régulièrement face à des « meneurs ». Le dépouillement des dossiers des internés laisse apparaître les courriers et récriminations des aliénés qui, pour certains harcèlent littéralement le médecin chef de la structure, en des termes parfois injurieux et souvent étonnants. Ainsi de Henri F. qui ponctue ses courriers de « vive la grève », « vive l’anarchie » ou « à mort les aliénistes », ou de Antoine B. qui s’adresse ainsi au Médecin chef :

« Monsieur Colin,

  • 26 Fonds de l’UMD Henri Colin de Villejuif (non-côté), Dossier d’Antoine B. 29 ans, interné à la 3e s (...)

Je viens me permettre de vous posez une question de fait, je désirerai savoir si nous vivons au siècle de Louis xiv ou en un siècle de liberté car Ô ironie de ce mot que vous n’avez connu dans votre exploitation à outrance, vous avez donner à vos gardes chiourmes le mot d’ordre de travail, encore au travail, toujours au travail. Loin de prendre soin de vos malades, vous les atrophiers par vos poussières, votre surmenage, vos cabanons, votre travail sédentaire.
Les quelques lignes ci-dessus ne sont point un parabole, car quiconque proteste vite vous avez recours à vos châteaux forts pour étouffer ses plaintes, mais apprenez que malgré votre esprit tortionnaire je suis comme le roseau, je plie mais ne me romps pas.
Maintenant je tiendrai à ce que vous preniez un dictionnaire et chercher la signification du mot facultatif, mot prononcé par Mr le Procureur puisqu’il faut vous le rappeler.
Maintenant, je passe au fait : le sieur Henri [un surveillant] est venu me donner une algarade pour le travail me vouant au diable pour le peu de besogne que j’ai fait dans le mois, pourtant vous devez vous rappelez votre despotisme lors du faux rapport du sieur Hidou [chef d’atelier] en me faisant arbitrairement jeter dans une cellule.
Donc, perte de temps, perte de production pour ces journées et les suivantes m’étant avachie par votre traitement n’ayant rien de salutaire. Je crois faire beaucoup en gagnant la somme de 0.25 ou 0.30 par jour, étant fou je ne puis faire plus, sachant me contenter de peu.
Je continuerai de faire mon possible pour vous contenter. Je crois que daignerez accepter mes explications.
Agrée mes civilités.
Antoine B26. »

20Henri Colin, bien qu’aux prises avec ses aliénés difficiles, poursuit néanmoins sa présentation expliquant que les locaux sont disposés en petits ateliers destinés à trois malades, surveillés par des infirmiers depuis un couloir central. Les internés fabriquent des chaussons à semelles de cuir, les bas et les chaussettes destinés aux aliénés de tout l’hôpital de Villejuif. Médecin-chef et gestionnaire de l’établissement, Henri Colin dresse un tableau comptable des « bénéfices réalisés » : entendre bénéfice pécuniaire. Entre le 14 mai et le 31 décembre 1910, le seul atelier des bas et chaussettes a fait un bénéfice de 400 francs. Ont été confectionnés durant la même période 3295 paires de chaussons et Henri Colin, récapitulant l’ensemble des activités, est fier d’annoncer « un gain net pour l’établissement du 15 mai au 31 décembre 1910 de 9 029 francs et de 17 279 francs pour l’année 1911 », une fois déduit le pécule versé aux 95 entrants pour l’année 1911.

21Pour le reste, l’ensemble du lieu est constitué de pavillons séparés « orientés de façon à empêcher les malades des différents quartiers de se voir ou de communiquer les uns avec les autres », et tout le quartier est entouré d’une « clôture en ciment armé avec saut de loup à l’intérieur ». Colin regrette que deux sauts de loup n’aient pas été creusés ajoutant à l’extérieur et à l’intérieur des murs d’enceinte. En revanche, il salue les aménagements intérieurs (lits et toilettes) ainsi que l’utilisation de matériaux ou de technologies spécifiques telles les serrures conçues pour ne pas être crochetées. Étonnamment, Henri Colin ne dit mot des salles de bains qui à regarder les plans des différents pavillons occupent un espace au rez-de-chaussée des quatre pavillons.

  • 27 Colin H., « Le quartier de sûreté de Villejuif », op. cit.

22Il détaille cependant l’itinéraire des quelques hommes internés pour « persécution, tentative d’homicide, délire de persécution, instabilité » ; des êtres « largement dotés au point de vue des tares physiques et psychiques », dont les impulsions suffisent « à [les] classer parmi les dégénérés ». Faisant le récit de leur vie, de leur parenté, de leur « hérédité » et de leurs forfaits, il fournit – graphique à l’appui – une statistique criminelle prouvant leur « dangerosité » plus qu'il ne propose un soin ou garantit une guérison ; aussi, il synthétise son propos de la sorte : « En résumé, je pense qu’il existe des individus en état dangereux contre lesquels la société a le devoir de prendre les mesures de défense les plus énergiques27. »

23Le long exposé d’Henri Colin questionne le dessein de la 3e section de l’hôpital de Villejuif qui s’impose comme un établissement hybride, « abri et rempart » pour des individus considérés comme dangereux mais difficilement « classables », combinant, durant les premières années, assistance forcée et défense sociale.

  • 28 Vigouroux Dr., « Le placement des aliénés difficiles », Annales Médico-psychologiques, 1907.

24En cela l’expression sibylline « d’aliénés difficiles », trahit et traduit alors l’embarras suscité par le terme « dangereux ». Aliéné « difficile », comme pénible et insupportable ou « difficile » comme récalcitrant et embarrassant ? Étonnamment, le terme « aliéné difficile » n’apparait qu’une seule fois avant l’ouverture de la 3e section qui le caractérise. En effet, le docteur Vigouroux l’emploie en 1907 à propos du placement de deux aliénés qu’il désigne sous l’adjectif « difficiles » et sous l’appellation de « débiles moraux » dont « la vie s’est écoulée soit en prison soit à l’asile et qui manifestement ne sont à leur place ni dans l’un ni dans l’autre de ces établissements28 ».

Perspectives…

25De « l’aliéné difficile » des années 1910, au « malade difficile », tel qu’entendu dans le décret de 1986, plusieurs décennies ont passé.

26Mon travail en cours sur l’histoire de la « 3e section » de Villejuif permet de constater combien les internés des premières années diffèrent des patients des dernières années, il en va de même de leur prise en charge et de leur appréhension. Aux différentes périodes qui se dégagent, correspondent différentes destinations de la structure qui ne vont pas sans se refléter dans les différentes terminologies désignant tour à tour le lieu. Là où « section » correspondait à l’idée d’une segmentation, là où « quartier » approchait le vocabulaire du casernement et où « annexe » exprimait un lieu appendice, la désignation sous la terminologie « Unité », en 1986, reflète une entité qui forme un tout et qui fait front. Considérées comme un « service hospitalier spécifique », les UMD accueillent aujourd’hui des « médicolégaux » déclarés pénalement irresponsables en application de l'article 122-1 du Code pénal (ou de son ancien article 64), des patients qui présentent des troubles majeurs du comportement et désignés comme « perturbateurs » de services psychiatriques traditionnels, placés en hospitalisation d'office et enfin des détenus condamnés (en application de l'article D398 du Code de procédure pénale). De fait, la situation actuelle est fort différente de celles des années 1910 d’autant que d’autres structures – les SMPR (Service Médico Psychiatrique Régional – 1995) implantés dans les établissements pénitentiaires, les USIP (unités de soins intensifs psychiatriques – 2005) et une première UHSA (unité hospitalière spécialement aménagée – 2010) – viennent compléter et renforcer la prise en charge d’individus considérés comme dangereux du fait de leur psychopathologie. Ces établissements s’inscrivent aujourd’hui dans un vaste programme de construction (8 UHSA doivent ouvrir ; 5 UMD ont ouvert entre 2011 et 2012 et de nouvelles USIP sont à l’étude pour venir renforcer les 7 premières) et visent à une prise en charge de plus en plus ciblée et diversifiée d’individus – condamnés ou non – considérés comme dangereux pour eux-mêmes ou pour autrui.

Notes

1 UMD de Monestier-Merlines en Corrèze, UMD de Bron dans le Rhône, UMD d’Albi, UMD de Sotteville-lès-Rouen ouvertes en 2011 et UMD de Châlons en Champagne dans la Marne, ouverte en janvier 2012.

2 Colin H., « Le Quartier de sûreté de Villejuif », Annales médico-psychologiques, 1912, p. 370-391 et 540-548., et 1913, p. 170-178.

3 Georget E., « Discussion médicale sur la folie ou aliénation mentale », Archives générales de médecine, 1827, p. 481-538.

4 « De la mortalité et de la folie dans le régime pénitentiaire », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1839 et « De l’influence du régime carcéral et de l’emprisonnement individuel en particulier sur la santé et le moral des détenus », Annales Médico-psychologiques, 1843.

5 Voir supra, la communication de Jean-Christophe Coffin, « Clinique du danger et protection de la société sous la monarchie de Juillet », p. 61-68.

6 Bru P., Histoire de Bicêtre (hospice, prison, asile), Paris, éd. du Progrès social, coll. Bibliothèque de l’assistance publique, 1890, p. 269, avec une préface du docteur Bourneville.

7 Ibid., p. 271.

8 Discussion entre le docteur Motet et le docteur Colin, « Sur le fonctionnement et l’organisation de l’asile des aliénés criminels de Gaillon », séance du 30 juillet 1894, Annales Médico-psychologiques, 1894, p. 459.

9 Hurel Dr., « Établissement d’aliénés : le quartier des condamnés aliénés annexé à la maison centrale de Gaillon », Annales Médico-psychologiques, 1877.

10 « Les travaux agricoles sont une précieuse ressource et forment aujourd’hui une partie essentielle du traitement moral », Dagonet H., Traité des maladies mentales, Paris, réed. 1876, p. 659.

11 Lettre adressée au directeur de la Centrale de Gaillon « Du transfèrement au quartier spécial de la maison de Gaillon des détenus aliénés et épileptiques », Annales médico-psychologiques, 1877, p. 472.

12 Revue pénitentiaire, 1878, p. 710.

13 Commentaire du dr Hildenbrand après la parution du dr Gastch (médecin de la maison centrale de Bruchsal), « Où placer les condamnés aliénés ? », Annales médico-psychologiques, 1875, p. 146.

14 Voir note 7.

15 Intervention du dr Henri Dubief à la Chambre des députés en 1901, séance du 24 décembre 1901, Journal officiel.

16 Société Médico-Psychologiques, séance de discussion du 28 novembre 1884.

17 Intervention du dr Henri Dubief, op. cit.

18 AD Eure, 3 Y, Lettre du 27 janvier 1903 de P. Grimanelli au Préfet de l’Eure.

19 Bernard G., L’asile des aliénés criminels de Gaillon, sa nécessité, son organisation future, Thèse pour le doctorat de médecine, Paris, imp. Jouve, 1905.

20 Colin H., « Le quartier de sûreté de Villejuif », op. cit.

21 Garnier P., « Le criminel instinctif », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, t. 23, 1890, p. 414-435.

22 Colin H., « Le quartier de sûreté de Villejuif », op. cit.

23 Ibid.

24 Idem.

25 Idem.

26 Fonds de l’UMD Henri Colin de Villejuif (non-côté), Dossier d’Antoine B. 29 ans, interné à la 3e section du 8 octobre 1912 au 6 juillet 1913, orthographe respectée.

27 Colin H., « Le quartier de sûreté de Villejuif », op. cit.

28 Vigouroux Dr., « Le placement des aliénés difficiles », Annales Médico-psychologiques, 1907.

Auteur

Historienne. Musée de l'histoire vivante de Montreuil. ANR Sciencepeine, chercheur associée de l'UMR LIRE (CNRS-Lyon 2).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540