Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

2. Hôpital ou prison ? Les institution de la régulation

Clinique du danger et protection de la société sous la monarchie de Juillet

Jean-Christophe Coffin

Texte intégral

1Ma contribution s’appuie essentiellement sur un texte écrit au milieu du XIXe siècle, lorsque le savoir psychiatrique est encore embryonnaire et dans un contexte qui n’a pas suscité la même attention que la période d’émergence et de développement de l’anthropologie criminelle des années 1880. Dans ces années, la littérature sur le malade dangereux et sur les liens possibles entre criminalité et folie est, on le sait, imposante. On pourrait oublier que la thématique de la violence du malade mental et du caractère dangereux de la folie est ancienne, pour ainsi dire constitutive du savoir psychiatrique. Les propos tenus et les pistes explorées quelques années après la loi du 30 juin 1838 sur la prise en charge des aliénés n’ont pas à mon sens le caractère restreint qu’on pourrait leur prêter. À bien des égards le texte mis en lumière par mon travail aborde des thématiques qui vont connaître une actualité bien des décennies après sa parution et qui continuent encore aujourd’hui à nous interroger. Les observations contenues dans ce texte me paraissent présenter de nombreuses questions avec lesquelles la psychiatrie médico-légale se débat par la suite : les positions philosophiques sur le libre arbitre, la nature du mal et le sens de la violence dans la société. Ce sont, on en conviendra aisément, des sujets reformulés par notre société de manière répétée depuis au moins le XIXe siècle, pour ne prendre que la période marquant l’existence de savoirs académiques sur la psyché.

  • 1 Brierre de Boismont A., « De la nécessité de créer un établissement spécial pour les aliénés vagab (...)
  • 2 Il est présenté comme tel par l’aliéniste Jules Falret ; voir Les aliénés et les asiles d’aliénés, (...)
  • 3 Il s’agit de la Maison de Sainte-Colombe dans le 12e arrondissement de Paris puis de celle de la r (...)
  • 4 Il est l’auteur notamment de : Observations médico-légales sur la monomanie homicide, Paris, Mme A (...)
  • 5 Il joue un rôle important au sein de la rédaction des Annales médico-psychologiques et il est un m (...)
  • 6 L’ouvrage fut publié en 1845 et fut l’occasion d’échanges vigoureux entre Brierre de Boismont et d (...)

2Publié dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légale, le texte a été écrit par Alexandre Brierre de Boismont (1797-1881)1. Le principal objectif de l’auteur est de porter l’attention de son lecteur sur ce que la société doit faire des malades dangereux. La loi de 1838 votée donc huit ans auparavant semble devoir être complétée pour un type singulier de malades, ceux qui commettent des actes particulièrement répréhensibles tels que les viols et plus encore des meurtres sans raison explicite. Ce texte qui concerne la mise en place d’un placement adapté des « personnes dangereuses » me paraît constituer un des tout premiers d’une longue série à venir2. Brierre de Boismont appartient à la génération qui succède à J. E. D. Esquirol, et bénéficie donc du vote de la loi de 1838 sur les asiles. Son itinéraire demeure celui d’un indépendant dans la mesure où il ne fait pas partie du service public des asiles et s’occupe d’une clinique privée depuis 18253. Toutefois il est une figure de la scène médicale parisienne et ses interventions en médecine mentale sont sollicitées. En 1846, il a déjà manifesté son intérêt pour la question médico-légale4 et d’une certaine manière cet intérêt traduit, au-delà de sa personne, la mobilisation d’une profession nouvelle, les aliénistes, pour une thématique ancienne : la violence de l’aliéné, terme de plus en plus employé dans ces années aux dépens d’autres termes, d’usage plus ancien, comme insensé, par exemple. Avant de devenir sous le Second Empire un personnage clé des institutions de la médecine mentale parisienne5, il se range dans le camp des catholiques convaincus et du courant spiritualiste, prise de position rendue manifeste suite à la publication de son ouvrage sur les hallucinations6.

  • 7 Lors d’un voyage qui l’a porté à visiter certains asiles, Brierre de Boismont a exprimé sa vive ém (...)

3Son texte de 1846 est tourné avant tout vers la question de la prise en charge des individus comme le titre le suggère d’ailleurs, plutôt que vers une discussion médicale ou philosophique sur la violence, ou une définition des délires violents. Il va sans dire que la nécessité d’une prise en charge se fonde sur ce qu’il pense être la réalité de la violence du malade ; toutefois il s’agit dans ce texte de privilégier les aspects pratiques et organisationnels. Le fou étant pleinement un être malade, il est désormais du rôle du médecin de se préoccuper de la réponse sociale, notamment lorsque ce malade présente des risques pour le bon ordre de la société. Deux convictions animent Brierre de Boismont : d’une part il est évident pour lui que la folie présente des états dangereux ; d’autre part la société serait bien inhumaine dans son refus de prendre en charge de manière spécifique la violence de la folie7. Enfin on peut aussi noter que cet article reflète l’investissement de l’auteur pour les questions d’organisation et d’architecture, réfléchissant à l’asile idéal puisque ceux existants sont rarement construits selon les plans de la science médicale la plus récente.

Des dangers à définir

  • 8 Sur cette thématique, voir les belles pages du livre de Rigoli J., Lire le délire. Aliénisme, rhét (...)
  • 9 Ces thématiques abordées ici rapidement sont appelées à connaître une attention soutenue par la su (...)

4L’article traite de deux catégories de population : les aliénés vagabonds et les aliénés criminels. Brierre de Boismont les juxtapose car ils ont en commun d’être habituellement considérés comme des criminels ou des déviants, mais plus rarement comme des malades. Dès le début du texte, Brierre de Boismont souligne la nécessité du regard médical, qui grâce à son savoir-faire peut identifier des troubles du comportement là où d’autres ne voient que des actes illicites. Le médecin met en place une politique de discernement et de révélation fondée notamment sur son acuité visuelle8. Le deuxième point commun à ces deux catégories de population est de plonger le corps social dans une certaine crainte, accentuée en partie par le fait qu’on ne sait pas très bien quoi faire pour eux. De surcroît, le diagnostic, souvent erroné, pratiqué sur le vagabond – voire sur le criminel – risque fortement d’aboutir à une prise en charge inadaptée. Le danger est d’autant plus perceptible que l’erreur de diagnostic, ou tout simplement d’appréciation, est fréquente. Ce n’est pas le vagabond en tant que tel qui est nécessairement dangereux, ce sont plus encore les conséquences liées à sa non prise en charge. Le vagabond devient alors un errant accentuant son inadaptation à être inséré et traduisant une vacuité peu normale. L’état psychique de l’individu est en partie déterminé par sa vie précaire et son état peut rapidement empirer. Bien qu’il n’insiste pas trop sur ce point, Brierre de Boismont emprunte toutefois à la rhétorique de la crainte que provoquent les personnes sans insertion sociale claire. Indépendamment du jeu des représentations sociales que l’on ne peut exclure ici, Brierre de Boismont souligne implicitement le « récidivisme » des vagabonds ; un point également en lien avec l’état de certains malades mentaux9. L’indifférence sociale ou la sous-estimation de la part des autorités d’un traitement adapté du vagabond comporte des retombées encore plus problématiques dans le cas des aliénés criminels. C’est pourquoi Brierre de Boismont privilégie dans une seconde partie – plus étendue que la première – leur prise en charge.

Le fou criminel et ses dangers

5Il commence par convaincre son lecteur de la pertinence de cette figure. De la même manière que l’opinion commune ne voit pas dans le vagabond l’aliéné qui sommeille, on a encore trop l’habitude de ne pas prendre en compte le caractère morbide et délirant de certains actes criminels. Il n’est pas rare d’être confronté à des personnes commettant des actes illicites sans qu’ils aient pris véritablement conscience de leur gravité et de leur caractère profondément interdit. Plus insolite encore, sont ces attentats de nature sexuelle commis contre des personnes sous l’effet d’une impulsion particulièrement prononcée. Insolite et singulièrement inquiétant, car en augmentation ces dernières années selon Alexandre Brierre de Boismont, et dont le caractère dangereux s’impose à toute personne dotée de bon sens. Face à ces comportements, on doit soupçonner l’aliénation. L’horreur de tels actes ne doit pas empêcher de rechercher une explication, et leur compréhension est indubitablement délicate. Si la sanction est nécessaire, elle requiert une grande sagacité et une expertise attentive qui doivent être menées par le médecin car encore une fois, il y a du délire dans ces actes. Sous estimer le caractère morbide de tels événements peut avoir des conséquences fort malheureuses et dramatiques.

  • 10 Brierre de Boismont A., « De la nécessité de créer un établissement spécial pour les aliénés vagab (...)

6Brierre de Boismont considère que ces points ne sont pas encore bien clairs dans l’esprit des magistrats et de l’opinion, ce qui entraîne une réponse sociale largement inadaptée. Il s’appuie, pour prolonger sa discussion, sur le rapport d’une commission anglaise écrit trois ans auparavant dans lequel les rapporteurs ont constaté que tous les types de folie sont généralement mélangés dans les institutions asilaires anglaises. Ils s’en sont émus et Brierre de Boismont répète après eux que ce mélange est tout à fait néfaste. L’argumentation semble s’imposer d’elle-même : puisque les fous criminels sont la proie d’impulsions aussi violentes que soudaines illustrées par la fureur de l’acte, on ne peut laisser ces individus avec des « aliénés ordinaires10 ».

  • 11 On sait les liens étroits entre courage et morale et aujourd’hui encore cette notion de courage es (...)
  • 12 Les termes de « furieux » ou de « fureur » sont utilisés par Brierre de Boismont.

7Si Brierre de Boismont évoque précisément une enquête anglaise, c’est que la Grande Bretagne passe, aux yeux des aliénistes français, pour une nation qui prétend prendre en charge la folie selon un mode moins coercitif qu’en France. Le no restraint anglais commence à être discuté en France. Brierre de Boismont a d’ailleurs déjà commencé à contribuer au débat et il n’a pas fait mystère de son scepticisme concernant la réduction de l’internement des aliénés et le recours aux moyens de contention pour les aliénés les plus récalcitrants. Le fait que cette commission anglaise souligne la difficile gestion des fous criminels en Angleterre lui permet à son tour de montrer que ceux qui proclament de belles intentions morales peuvent avoir quelques difficultés à les mettre réellement en application. La véritable attitude morale a été en fait d’avoir le courage de reconnaître que cette politique de non isolement n’était pas adaptée11. Les furieux sont dangereux12 ; on ne peut trop contourner cette réalité, au risque de se retrouver dans une situation encore plus compliquée à gérer. C’est bien au nom d’une prise en compte de la réalité que Brierre de Boismont en vient à proposer une réponse sociale spécifique pour les aliénés criminels, catégorie particulière de la folie dangereuse.

  • 13 Brierre de Boismont A., « De la nécessité… », op. cit., p. 405.
  • 14 Guignard L., « Aliénation mentale, irresponsabilité pénale et dangerosité sociale face à la justice (...)

8Par ailleurs, se focaliser sur les modalités de l’internement de cette population risque de faire oublier un aspect autrement plus préoccupant : certains de ces aliénés, malgré tout considérés comme des criminels par les jurés qui les condamnent, demeurent atteints dans leur fonctionnement psychique après la fin de leur peine et risquent par conséquent de répéter leur geste fou. On ne peut écarter cette hypothèse. C’est pourquoi la peine d’emprisonnement ne peut être la seule réponse puisqu’elle est d’un côté inintelligible à l’aliéné et puisque de l’autre elle reste impuissante à guérir la maladie. Car, en effet la problématique pathologique est a priori toujours là et on revient un peu à la case départ. Brierre de Boismont prend bien soin de préciser qu’il n’est pas opposé à une sanction pénale13 pour des individus diagnostiqués comme malade par ailleurs. Il ne fait pas partie de ces aliénistes qui par leur conception de l’irresponsabilité viendraient jeter le « trouble sur toute activité criminelle et, partant, sur toute activité judiciaire14 ».

  • 15 Brierre de Boismont A., Observations médico-légales sur la monomanie homicide, Paris, Méguignon, 1 (...)

9Son attitude traduit la reformulation d’une politique de l’irresponsabilité plus adaptée aux pratiques judiciaires et moins audacieuse à l’égard des valeurs des jurés. La revendication de la folie à tous crins dans les cas de crimes étranges et sans raison apparente, à travers la notion phare de la monomanie, a nourri les débats depuis la Restauration. À la fin des années 1840, le débat philosophique autour de la détermination du libre arbitre et de la responsabilité n’est évidemment pas clos, mais il ne présente déjà plus tout à fait les lignes de partage des décennies précédentes. Brierre de Boismont ne veut pas apparaître comme trop déresponsabilisant pour des individus qui ont commis des actes particulièrement répréhensibles et sa réserve traduit aussi une position intellectuelle qui privilégie l’unité des facultés humaines, ce qui le place dans une relation critique face à la notion de monomanie15.

10Si l’auteur d’actes délirants est condamné par un tribunal, il ira logiquement en prison, ce qui n’est pas cependant totalement satisfaisant du point de vue de l’aliéniste et marginalise son savoir médical. Si le même individu, parce qu’il lui a été reconnu sa folie, est conduit à l’asile, le corps social pourrait s’en émouvoir. Face à cette quadrature du cercle, Brierre de Boismont ne voit qu’une solution : la création d’un « établissement spécial » qui fonderait une alternative aussi bien à la prison qu’à l’asile. Cette structure nouvelle serait un compromis entre deux nécessités : rassurer le corps social et remplir le devoir d’humanité du médecin. Les exemples de folies dangereuses évoquées dans son article sont mobilisés pour montrer que si ces établissements existaient, ils seraient vite remplis, car la population qui en relève existe bel et bien selon lui. Cet établissement spécial est d’emblée conçu comme une structure hybride entre la prison et l’hôpital, mêlant disciplinaire et thérapeutique. Toutefois il n’entre pas dans les détails de son organisation préférant disserter sur son utilité sociale.

  • 16 Brierre de Boismont A., « Des établissements… », op. cit., p. 411.
  • 17 Ibidem.

11En effet, Brierre de Boismont est très clairement hostile à la manière dont la maladie mentale peut être parfois utilisée comme moyen de se soustraire à la loi et à la sanction. Dès lors que le raisonnement n’est pas pleinement aboli, il faut veiller à ce que la maladie ne serve pas de « brevet d’impunité16 ». L’établissement qu’il appelle de ses vœux ne sera pas une sinécure – ou un abri pour des auteurs de crime qui auraient simulé le délire – puisqu’il pourrait être envisagé que l’aliéné condamné par la justice y reste un temps très long. Du fait que ces actes de fureur peuvent se répéter, cela oblige à envisager ce que Brierre de Boismont appelle une « séquestration17 ». Sa défense d’un établissement spécifique se base sur un souci d’efficacité et sur l’idée d’une coopération, et non d’une confrontation, entre droit et médecine. L’utilité sociale de ces deux savoirs doit au contraire s’articuler pour promouvoir une prise en charge dont on sait qu’elle est singulièrement délicate. Sa revendication est tout au plus de rappeler la raison médicale dans ces affaires de délinquance peu ordinaire. Son appel à la création de nouveaux établissements évoque les arguments mobilisés une bonne décennie auparavant par ses confrères lorsque ceux-ci s’efforçaient de convaincre de l’utilité d’une politique d’édification de structures expressément réservées aux aliénés. Brierre de Boismont reprend la grande idée de l’isolement chère à Esquirol. Il ne s’agit plus cette fois de créer des structures réservées au traitement des seules maladies mentales, mais d’isoler en leur sein des personnes dont la seule présence pourrait provoquer un effet de contagion auprès des autres pensionnaires. Il se fait pour l’occasion l’apôtre d’une politique de spécification qui reprend l’appel de Philippe Pinel près d’un demi-siècle auparavant, mais en lui donnant un autre sens. L’asile tel qu’il fonctionne est aux yeux de Brierre de Boismont trop mélangé. Il convient donc de fonder une logique de répartition des individus en fonction du danger qu’ils présentent pour autrui, ce qui n’est pas sans favoriser une vision « ségrégative » de l’asile.

Clinique du danger

12La violence est dans la nature de la folie et par conséquent il n’y a pas que des malades suscitant la compassion. Même si Brierre de Boismont n’épilogue guère sur ce point, on perçoit qu’il fait une différence entre les aliénés dangereux et les aliénés criminels et que la clinique du danger n’est pas d’un seul tenant. Les aliénés criminels constituent, par exemple, une catégorie particulièrement claire de cette clinique du danger, mais ils ne la résument pas. L’errance, la fausse adaptation sociale, la capacité à faire croire que tout est rentré dans l’ordre sont autant de signes rappelant que l’absence de visibilité de la folie ne suffit pas pour conclure que l’individu est normal. La frontière entre ce normal et le pathologique n’apparaît pas toujours évidente à tracer. L’homme a priori normal pour le public profane peut se transformer en un être en proie à une impulsivité et un déchaînement de ses passions les plus enfouies. Le malade mental dangereux devient celui qui relève de la catégorie de manie sans délire ou de celle de délire des actes, plus appréciée par Brierre de Boismont. Son texte fait ici référence à la production savante de son temps qui présente une certaine homogénéité. Depuis l’évocation par Philippe Pinel de cette manie sans délire, ses successeurs ont cherché à affiner et à préciser cette catégorie. Ce travail n’a pas remis en cause la caractéristique fondamentale initiale d’une folie qui ne se voit pas et qui n’altère pas nécessairement les facultés. L’être fou peut avoir une envie de tuer, parfois même quand les antécédents médicaux sont faibles. Brierre de Boismont considère que ceux qui sous-estiment cette violence du malade sont coupables de légèreté ou d’ingénuité. C’est aussi pour convaincre de l’importance de cette vérité clinique qu’il appelle publiquement à la création d’établissements spécifiques pour ce type de malades.

  • 18 Ibid.

13Son appel est précoce. On se trouve en effet moins de dix ans après le vote de la loi sur les asiles dont les principes ne sont pas encore parfaitement appliqués. Par exemple, l’objectif d’avoir un établissement pour aliénés par département – toutes catégories confondues – n’est pas encore atteint. Il n’empêche que Brierre de Boismont estime nécessaire de lancer, parallèlement à cet effort financier, de nouvelles structures. Cela prouve à mon sens combien l’état dangereux du malade est une problématique rapidement devenue incontournable pour le savoir aliéniste. Son texte annonce la mobilisation plus visible qui aura lieu quelques décennies plus tard sur le sujet du malade dangereux et difficile. Ses propos constituent en effet, à plusieurs égards, un prélude à la philosophie de la défense sociale à travers ce qu’il appelle la « sûreté de la société18 ». Le fou représente un danger et à ce titre le corps social peut légitimement prendre des mesures de prévention à son endroit. La protection de la société constitue un critère plus déterminant que le souci de protection individuelle de personnes considérées comme malades, mais également dangereuses. La nocivité de ce type d’individu est explicite dans le propos de Brierre de Boismont. Enfin s’il n’emploie pas ici nommément le terme de dangerosité, il y a néanmoins dans sa présentation de ce type d’aliénés, des caractères qui valideront ultérieurement la notion de dangerosité.

14Dans ce texte, Brierre de Boismont ne considère pas nécessaire de disserter sur le tableau clinique du fou criminel et de la folie dangereuse. Les différents exemples tirés de sa pratique ou des gazettes des prétoires ont suffi à sa démonstration. L’important n’est pas de chercher la cause de ces comportements, sans doute parce qu’il sait que l’objectif ne peut être atteint. On sait par ses autres textes qu’il accorde à l’hypothèse héréditaire un crédit important, à l’instar de la plupart de ses confrères. Ce qui lui importe est de convaincre du caractère récidivant de ces folies dangereuses. C’est bien au nom de ce récidivisme, que la société doit s’organiser avant de chercher à connaître les origines de tels comportements. C’est pourquoi il appelle de ses vœux la séquestration ou à tout le moins une surveillance accrue du fou criminel, seule garantie de protection. La création de tels établissements est rendue d’autant plus nécessaire qu’il y a une montée de la violence et une montée de ces crimes sans raison. Les exemples qui ont provoqué la stupeur dans l’opinion et suscité l’embarras parmi les aliénistes suffisent à rendre nécessaire de telles structures. La nécessité sociale l’emporte dès lors sur d’autres considérations. Son appel témoigne d’une reconsidération de la place de la folie au sein de la société : la compassion qu’elle suscite instinctivement est balancée par la crainte qu’elle entraîne légitimement au regard des dangers de certains troubles mentaux dont la connaissance avait été jusque-là trop sous-estimée.

15L’article de Brierre de Boismont est un résumé d’éléments des discussions autour de la violence de la maladie mentale. On y trouve ainsi le rapport entre sécurité et protection du malade, une interrogation sur le dispositif de prise en charge et l’utilisation de crimes atroces pour fonder une clinique du danger et en même temps fonder une réponse sociale. Ces éléments n’ont pas été sans créer de nombreuses tensions, des débats récurrents sur une durée suffisamment longue pour se demander si nous sommes, à notre époque, totalement affranchis de ces manières de voir. La thématique du soin sans consentement dans, notre actualité, paraît donner la réponse.

Notes

1 Brierre de Boismont A., « De la nécessité de créer un établissement spécial pour les aliénés vagabonds et criminels », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 35, 1846, p. 396-412.

2 Il est présenté comme tel par l’aliéniste Jules Falret ; voir Les aliénés et les asiles d’aliénés, assistance, législation et médecine légale, Paris, Baillière, 1890, p. 211 ; le propos ne date pas de 1890 car cet ouvrage est un recueil d’articles mais de la fin des années 1870.

3 Il s’agit de la Maison de Sainte-Colombe dans le 12e arrondissement de Paris puis de celle de la rue Sainte-Geneviève et enfin de celle de Saint-Mandé – où une rue honore sa mémoire.

4 Il est l’auteur notamment de : Observations médico-légales sur la monomanie homicide, Paris, Mme Auger, 1827, 46 p. ; d’un Manuel de médecine légale à l’usage des jurés, des avocats et des officiers de santé, Paris, Baillière, 1835, 355 p. Après la publication de l’article retenu ici, il continue à faire paraître toute une série de travaux dans les revues spécialisées faisant de la question médico-légale en médecine mentale une des questions centrales de son œuvre. Au final ses écrits acquièrent le statut de texte classique dans la mémoire professionnelle : Laignel-Lavastine M., « Psychiatrie médico-légale. Objet et division du cours », Revue de médecine légale, (Paris) janv. 1912, p. 97.

5 Il joue un rôle important au sein de la rédaction des Annales médico-psychologiques et il est un membre actif de la Société médico-psychologique.

6 L’ouvrage fut publié en 1845 et fut l’occasion d’échanges vigoureux entre Brierre de Boismont et des collègues de la revue Les Annales médico-psychologiques. Voir sur ce point : Coffin J.-Ch., « Alfred Maury, ou l’analyse profane de la médecine mentale », in Richard N. & Carroy J. (dir.), Alfred Maury, érudit et rêveur. Les sciences de l’homme au milieu du XIXe siècle, Rennes, PUR, 2007, p. 89-92, notamment.

7 Lors d’un voyage qui l’a porté à visiter certains asiles, Brierre de Boismont a exprimé sa vive émotion devant l’état de quasi abandon dans lequel se trouvaient certains internés et plus encore de ce que certains aliénés sont encore traités comme de vulgaires prisonniers. Cf. Brierre de Boismont A., Des établissements d’aliénés en Italie, p. 6. Lu à partir du tiré-à-part imprimé par Panckoucke à Paris (s. d.). L’article est paru dans le Journal complémentaire des sciences médicales, 43, 1832.

8 Sur cette thématique, voir les belles pages du livre de Rigoli J., Lire le délire. Aliénisme, rhétorique et littérature en France au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2001.

9 Ces thématiques abordées ici rapidement sont appelées à connaître une attention soutenue par la suite notamment à la fin du XIXe siècle, mais également à la fin du XXe siècle.

10 Brierre de Boismont A., « De la nécessité de créer un établissement spécial pour les aliénés vagabonds et criminels », op. cit., p. 405.

11 On sait les liens étroits entre courage et morale et aujourd’hui encore cette notion de courage est centrale à l’éthique médicale contemporaine.

12 Les termes de « furieux » ou de « fureur » sont utilisés par Brierre de Boismont.

13 Brierre de Boismont A., « De la nécessité… », op. cit., p. 405.

14 Guignard L., « Aliénation mentale, irresponsabilité pénale et dangerosité sociale face à la justice du XIXe siècle. Étude d’un cas de fureur », Crime, Histoire & Sociétés, 2006, vol. 10, no 2, p. 84.

15 Brierre de Boismont A., Observations médico-légales sur la monomanie homicide, Paris, Méguignon, 1827 ; précédemment paru dans la Revue médicale française et étrangère. Brierre de Boismont présente une évolution de sa position sur la question de la monomanie, à l’image de plusieurs de ses collègues. Dans un article postérieur à 1846, il fait part de son éloignement définitif du concept de monomanie tel qu’il se déclinait dans les années 1830. Brierre de Boismont A., « Compte rendu de B. A. Morel, Études cliniques », Annales médico-psychologiques, 2e sér., 4 oct. 1852, p. 618-621. Sur le contexte du débat autour de la monomanie, on se reportera à Renneville M., Crime et folie. Deux d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003 ; Guignard L., Juger la folie. La folie des criminels devant les Assises au XIXe siècle, Paris, PUF, 2010.

16 Brierre de Boismont A., « Des établissements… », op. cit., p. 411.

17 Ibidem.

18 Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540