Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

1. « Furieux », « dangereux », « dangerosité » : figures et concepts

La police de l’écriture fin-de-siècle. Surveiller et contrôler l’écrit dans la rue à Paris après la Commune

Philippe Artières

Texte intégral

  • 1 Cette archive comme l’ensemble des matériaux utilisés dans cet article est extraite du fonds de la (...)

« On a constaté aujourd’hui sur le socle de la statue de la République, en face de l’Institut les mots suivants peints en vert : “Vive le Roi”. Les lettres mesurent 10 centimètres environ de hauteur. Elles sont situées sur la partie du socle regardant la Seine. Les passants ne prêtent pas beaucoup d’attention à cette inscription1. »

  • 2 Voir les travaux des historiens de la Police : notamment Deluermoz Q., « De la sédimentation jurid (...)

1Ce rapport est celui d’un policier parisien en date du 29 décembre 1884 ; ce regard sur des écrits tracés sur un mur paraît aujourd’hui banal tant la lutte contre le graffiti (« contre le vandalisme ») fait partie des prérogatives policières. Il n’en était rien, il y a cent cinquante ans : ce constat d’écriture illicite constitue un événement aussi minuscule que considérable : il s’inscrit dans un moment important de redéfinition des fonctions du policier2 ; il inaugure un regard et sa pratique ; le policier précise non seulement le siège de l’écrit mais sa taille, sa couleur, son support et sa consistance. L’agent indique aussi le trouble provoqué, ce qu’aujourd’hui on nomme la saillance d’un écrit. Comment un tel constat d’écriture a-t-il été rendu possible ? Quel intérêt pouvait pousser un policier faisant sa ronde à noter, avec tant de soins, quelques signes tracés à la peinture verte ?

  • 3 Nous utilisons ici la notion d’acte d’écriture : Fraenkel B., « Actes d’écriture : Quand écrire c’ (...)

2« Hier soir à 10h ½ les inspecteurs Dulac et Mignot de mon service ont arête le nommé Duleux, Paul âgé de 19 ans, né à Bray-sur-Somme, fils de Jules et de Louise Turquet, célibataire, se disant employé de commerce et demeurant 24 bis rue de Charenton. Cet individu prenait des notes sur un calepin à l’angle de la rue de la Cité et du quai du marché neuf. Après l’avoir interrogé sur le genre d’intérêt qu’il semblait prendre à ce qui se passait et sur les notes qu’il relevait et devant l’embarras de ses réponses, il a été conduit au poste de la caserne de la cité. » Pourquoi soudain cet homme qui écrit en public devient-il suspect ? Et surtout, pour ces inspecteurs, qu’est-ce qui constitue l’acte d’écrire en un acte à observer et à décrire dans un rapport3 ?

  • 4 Par exemple dans Culture écrite et société : l’ordre des livres XIVe-XVIIIesiècle, Paris, A. Miche (...)
  • 5 Nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage : Artières Ph., Clinique de l’écriture. Une histo (...)

3Étrange pratique de lecture qui n’avait fait jusqu’alors l’objet d’aucune recherche, mais qui participe, croyons-nous de cette montée en masse de la culture écrite décrite par Roger Chartier4. Le regard policier s’inscrit surtout dans la continuité du regard des médecins ; à partir des années 1850 en effet s’est développé en Europe un savoir absolument inédit sur l’écriture. Non seulement sont décrites et nommées pour la première fois des pathologies d’écriture (dont la célèbre crampe de l’écrivain), mais c’est le corps graphique même qui est soumis à l’œil du médecin. Les courbes et les déliées révèlent la vérité des sujets : leurs pathologies mais aussi leur dangerosité. À partir d’un échantillon autographe, on croit pouvoir connaître un individu5.

  • 6 Voir sur ce point pour une lecture plus détaillée de Surveiller et punir comme une histoire politi (...)

4Or s’opère à partir de cette clinique la mise en place de ce que nous avons appelé un panoptique d’un second type, le panoptique graphique dont Foucault esquisse les contours dans Surveiller et punir6. Ce dispositif nouveau s’appuie sur des lecteurs qui constituent une police de l’écriture, qui surveille l’espace public, en relèvent les écritures illicites, traquent les écritures clandestines et luttent contre l’écriture anonyme. Il prend place au lendemain de la Commune de Paris, au moment donc où, après que la ville a été recouverte d’affiches, le pouvoir décide de nettoyer l’espace urbain de ces écritures exposées.

5C’est cette police de l’écriture dont nous chercherons ici à faire l’histoire sous la IIIe République, pour montrer qu’elle joue un rôle central dans le passage de la société disciplinaire à celle du contrôle.

Genèse d’un regard

  • 7 Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 134.

6Foucault distingue, rappelons-le, trois techniques politiques du corps : le supplice, la punition et la discipline. Or, chacune de ces techniques révèle non pas seulement une histoire des modalités selon lesquelles s'exerce le pouvoir de punir mais également une histoire de la fonction politique de l'écrire, cette pratique mythique moderne, selon la formule de Michel de Certeau. En effet, écrit Foucault, à ces trois techniques, ne correspondent pas seulement la cérémonie, la représentation et l'exercice, ou le corps qu'on supplicie, l'âme dont on manipule les représentations, le corps qu'on dresse mais aussi la marque, le signe et la trace7. Ces trois termes renvoient explicitement à la question de l'écriture et l'on peut ainsi lire Surveiller et punir, non plus seulement comme le récit de la naissance de la prison, mais aussi, du moins telle est mon ambition aujourd'hui, comme le récit d’une émergence de la pratique moderne de l'écriture dans nos sociétés.

7Dans le troisième dispositif, la discipline, l'écriture a un statut plus important encore. Il s'agit en effet d'une technique de coercition des individus. Le contrôle et l'utilisation des hommes nécessitent une observation minutieuse du détail, et en même temps une prise en compte politique de ces petites choses ; avec elles, tout un ensemble de techniques, tout un corpus de procédés et de savoirs, de descriptions et de recettes et de données voient le jour. Au centre de ce dispositif se trouve le corps, non plus seulement le corps du condamné mais celui de l'homme ordinaire.

8Ici, ni souverain qui inscrit l'écrit sur le corps du condamné, ni juriste qui dicte la punition à l'homme commun pour qu'il l'affiche à sa porte, mais un apprentissage et un long exercice de l'écriture ; en quelque sorte une généralisation du privilège graphique à l'ensemble de la population en favorisant surtout les populations les plus basses socialement et en cela les plus dangereuses. Cette généralisation de l'acte graphique a plusieurs dimensions dans le dispositif disciplinaire. Elle est entendue d'une part comme une pratique, d'autre part comme un outil et enfin comme une production.

9Émerge ainsi dans Surveiller et punir la figure de l'écolier. La discipline se veut en effet un contrôle de l'activité. Il s'agit outre du contrôle l'emploi du temps, de l'élaboration temporelle de l'acte, de l'articulation corps/objet ou encore de l'utilisation exhaustive, d'imposer la mise en corrélation du corps et du geste. Foucault écrit :

  • 8 Ibid., p. 154.

« Le contrôle disciplinaire ne consiste pas simplement à enseigner ou à imposer une série de gestes définis ; il impose la relation la meilleure entre un geste et l'attitude globale du corps, qui en est la condition d'efficacité et de rapidité. Dans le bon emploi du corps qui permet un bon emploi du temps, rien ne doit rester oisif ou inutile : tout doit être appelé à former le support de l'acte requis. Un corps bien discipliné forme le contexte opératoire du moindre geste. Une bonne écriture par exemple suppose une gymnastique – toute une routine dont le code rigoureux investit le corps en son entier, de la pointe du pied au bout de l'index8. »

10L'écriture est ainsi élevée au même niveau que la marche ; on fait de sa pratique un moyen de contrôle du corps. Par son exercice, on agit sur le corps tout entier. Mais ce contrôle sur l'écriture ne s'opère pas uniquement au moment de l'apprentissage. Le châtiment disciplinaire, visant à réduire les écarts, étant essentiellement correctif, le système disciplinaire donne une grande place aux punitions qui sont de l'ordre de l'exercice. Foucault citant J. -B. de La Salle écrit :

  • 9 Ibid., p. 182.

« à ceux par exemple “qui n'auront pas écrit tout ce qu'ils devaient faire, où ne se sont pas appliqués à bien le faire, on pourra donner quelque pensum à écrire ou à apprendre par cœur”. La punition disciplinaire, poursuit-il, est pour une bonne part au moins, isomorphe à l'obligation elle-même ; elle est moins la vengeance de la loi outragée que sa répétition, son insistance redoublée. L'effet correctif est obtenu directement par la mécanique du dressage. Châtier, c'est exercer9. »

11Outil pour rendre docile les corps et moyen de bon dressement, l'écriture est aussi un objet particulièrement utile dans la procédure de classification et de hiérarchisation individuelle qu'est l'examen.

  • 10 Ibid., p. 189.
  • 11 Ibid., p. 191.
  • 12 Ibid., p. 192.

12L'examen, rappelons-le, est, pour Foucault, « la technique par laquelle le pouvoir au lieu d'émettre les signes de sa puissance, au lieu d'imposer sa marque à ses sujets, capte ceux-ci dans un mécanisme d'objectivation10 ». Or, l'examen fait à son tour entrer l'homme ordinaire dans le champ graphique. « L'examen, dit Foucault, qui place les individus dans le champ de la surveillance les situe également dans un réseau d'écriture11. » Ainsi, toute une mise en écriture de l'individu ordinaire s'opère : sont ainsi formés toute une série de codes d'individualité disciplinaire. Le corps en est bien sûr l'objet mais également l'écriture. D'autre part, on collectionne, on cumule des documents, on les organise en série permettant non seulement le classement mais la comparaison. Et Foucault de dire que les hôpitaux du XVIIIe siècle ont été en particulier de grands laboratoires pour les méthodes scripturaires et documentaires12.

13Mais la fonction de l'écriture disciplinaire au sein de l'examen est plus importante encore : voulant faire de chaque individu un cas, entendu comme un objet de connaissance en même temps qu'une prise pour le pouvoir, on va décrire l'individu dans les plus petits détails de son existence et lorsque celle-ci sera trop obscure, on lui demande de se décrire lui-même.

  • 13 Ibid., p. 193.

« Les procédés disciplinaires […] abaissent le seuil de l'individualité descriptible et font de cette description un moyen de contrôle et une méthode de domination. […] Cette descriptibilité nouvelle est d'autant plus marquée que l'encadrement disciplinaire est strict : l'enfant, le malade, le fou, le condamné deviendront, de plus en plus facilement à partir du XVIIIe siècle et selon une pente qui est celle des mécanismes de discipline, l'objet de descriptions individuelles et de récits biographiques13. »

  • 14 Ibid., p. 194.

14Pour Foucault, cette mise en écriture des existences réelles fonctionne comme procédure d'objectivation et d'assujettissement. Plus encore cette vie soigneusement collationnée des malades mentaux ou des délinquants relève d'une certaine fonction politique de l'écriture14. Au sein de ce que Foucault nomme les institutions disciplinaires, ce pouvoir d'écriture sera plus dense encore : elles concentreront les procédés d'apprentissage, de dressage et d'examen.

15On voit ainsi comment dans le dispositif disciplinaire, l'écriture n'est plus une marque, ni un signe lisible mais véritablement une trace, une trace que l'on arrache à l'individu, individuelle et comparable. Écrire devient en quelque sorte la signature de sa maladie, de son crime, de ses fautes.

16En somme, ces trois dispositifs décrits par Foucault révèlent trois fonctions politiques de l'écriture. Or, la dernière s'est finalement imposée en prenant dans l'univers carcéral des formes que Foucault décrit très précisément.

Émergence du panoptique graphique

17Des trois modèles, de ces trois techniques punitives, c'est le dernier qui a dominé en prenant la forme de la prison. La fonction politique de l'écriture que Foucault décrit dans les sociétés disciplinaires s'y est trouvée largement renforcée.

  • 15 Ibid., p. 255.

18Il ne s'agit plus alors de l'écriture de l'homme commun, de celle du condamné ou de celle du souverain, mais la prison va créer de toutes pièces un scripteur et avec lui tout un corpus. Ce scripteur sera le délinquant, ce corpus, la littérature des prisons. « Le délinquant devient individu à connaître, écrit Foucault. Cette exigence de savoir ne s'est pas insérée, en première instance, dans l'acte judiciaire lui-même, pour mieux fonder la sentence et pour déterminer en vérité la mesure de la culpabilité. C'est comme condamné, et à titre de point d'application pour des mécanismes punitifs que l'infracteur s'est constitué comme objet de savoir possible. […] Ce personnage autre, que l'appareil pénitentiaire substitue à l'infracteur condamné, c'est le délinquant15. »

  • 16 Comme nombre de travaux d’historiens de la prison et du crime l’ont bien montré depuis. Voir par e (...)

19Au sein de l'espace pénitentiaire, on entreprend donc une zoologie des sous-espèces sociales, une ethnologie des civilisations de malfaiteurs avec leurs rites et leur langue, précise Foucault16. De la prison naît ainsi non seulement un argot mais également de nouvelles formes d'alphabets graphiques. Et Foucault de citer deux d'entre elles : le tatouage et le graffiti.

  • 17 Ibid., p. 264.

20Répondant à la sémiologie du crime, les détenus l’incorporent, au sens plein du terme, en l’inscrivant eux-mêmes sur la peau de leur corps. « À ce jeu, écrit Foucault, les condamnés répondent eux-mêmes, arborant leur crime et donnant la représentation de leurs méfaits : c'est une des fonctions du tatouage, vignette de leur exploit ou de leur destin : “ils en portent les insignes, soit en guillotine tatouée sur le bras gauche, soit sur la poitrine un poignard enfoncé dans un cœur sanglant17”. »

  • 18 Ibid., p. 301.

21De même, la prison créait le graffiti. Sur le mur des cellules, sur ceux de la colonie pénitentiaire de Mettray, l'individu enfermé écrit : Foucault cite ainsi sur l'un d'entre eux ces mots écrits en lettres noires : « Dieu vous voit18. »

22Si Foucault cite ces deux exemples, c'est aussi pour montrer qu'ils sont résolument à l'opposé des deux fonctions politiques de l'écriture décrites précédemment. En effet, par le tatouage, le condamné inverse totalement le cérémonial du supplice. Son corps n'est pas l'objet d'une marque que le souverain aurait inscrite mais il est le support de l'écriture de sa condition de détenu. Par le tatouage, le condamné transforme son corps en élément du panoptique. De même, en écrivant sur les murs de la prison le récit de ces crimes, le condamné renverse le principe de la société punitive aux milles écritures qui rappelait la loi dans tout l'espace social. Il rend visible ce qui ne l'était pas.

  • 19 Ibid., p. 211.

23Plus encore, on va non seulement profiter de la présence des condamnés pour rassembler un matériel nécessaire à la connaissance des individus mais également exiger d'eux une participation voire une collaboration. Foucault explique ainsi qu'« on demandait aux disciplines surtout à l'origine de neutraliser des dangers, de fixer des populations inutiles ou agitées, d'éviter les inconvénients de rassemblements trop nombreux ; on leur demande désormais, car elles en deviennent capables, de jouer un rôle positif, faisant croître l'utilité possible des individus19 ».

  • 20 Ibid., p. 256.

24Pour connaître la prison, on va demander aux détenus de l'écrire. Foucault évoque cette dimension de l'écriture pénitentiaire en soulignant qu'« il faudrait étudier comment la pratique de la biographie s'est diffusée à partir de la constitution de l'individu délinquant dans les mécanismes punitifs20 ».

  • 21 Lombroso C., Les Palimpsestes des prisons, Paris, Alcan, 1896.
  • 22 Voir sur ce point notre ouvrage : Le livre des vies coupables, Paris, Albin-Michel, 2000.

25L'espace pénitentiaire va ainsi devenir non plus uniquement un lieu de recueil de trace mais aussi un vaste atelier d'écriture. Autrement dit l'écriture personnelle progressivement se substitue au panoptique, comme technique de surveillance. Nul besoin désormais de la tour centrale et des mille fenêtres, c'est l'écriture qui au sein de chaque cellule, auprès de chaque détenu, va jouer cette fonction. On demandera donc à chaque détenu de faire le récit minute après minute de sa détention en tenant par exemple son journal intime ; on évaluera l'impact de l'emprisonnement cellulaire à partir des récits de détention que chacun des pensionnaires rédigera. Les exemples ici ne manquent pas ; que l'on pense aux palimpsestes des prisonniers relevés par le psychiatre turinois Cesare Lombroso21 ou encore au fonds du nom du professeur lyonnais de médecine légale Lacassagne qui rassemble de nombreuses autobiographies de criminels22, des dictionnaires d'argots rédigés par les détenus, des dizaines de cahiers de chansons, de notes, de comptes, etc.

  • 23 Voir le site internet Criminocorpus où une version électronique de la revue est consultable, ainsi (...)

26Dans ce dispositif, on ira même jusqu'à proposer à certains détenus de faire le portrait de leurs codétenus. Citons ici l'exemple de la publication d'un texte anonyme dans la revue française des Archives d'anthropologie criminelle à la fin du siècle intitulé les « Souvenirs et impressions d'un condamné23 ». Dans ce document, l'auteur décrivait en un tableau très précis les différents types de détenus qu'il côtoyait ; plus encore, il rapportait leurs attitudes dans les ateliers, en promenade, etc.

  • 24 Appert B., Bagnes, prisons et criminels, Paris, Guilbert, 1836.

27Ainsi, le panoptique fonctionne de plus en plus sans sa lourde architecture ; on pourrait dire que ce panoptique " nouvelle manière" est en grande partie graphique : le papier remplaçant, la pierre, le lecteur s'imposant devant le surveillant. Foucault cite en ce sens l'usage que Benjamin Appert fit des autobiographies de condamnés dans son ouvrage sur les bagnes et les prisons paru en 183624. Dressant le tableau de l'état des prisons en France au début du XIXe siècle, Appert concernant la prison alsacienne laisse la parole à un détenu qui décrit très minutieusement l'état de l'établissement.

28En ce sens, on peut considérer qu'avec la prison émerge une nouvelle manière de gouverner et une nouvelle fonction politique de l'écriture. Voit ainsi le jour un quadrillage inédit, plus subtil, plus secret et probablement plus performant que le précédent. Ce panoptique graphique comme le précédent ne se limite pas à certaines institutions ; il s’étend à l’ensemble de l’espace social, s’appuyant sur de nouveaux lecteurs/scripteurs et sur des techniques de lectures et écritures nouvelles.

Micro-dispositifs

  • 25 Deleuze G., Pourparlers : 1972-1990, Paris, Minuit, 1990.

29Ce panoptique graphique fonctionne en effet plus discrètement car il ne s’appuie plus sur des bâtiments et, en cela, annonce la société de contrôle analysée par Gilles Deleuze dans Pourparler25. Une brève du journal Le Gaulois daté du 27 octobre 1882 témoigne de façon exemplaire de cette pratique :

« Hier matin au levée du jour, les gardiens de la paix du 18e arrondissement ont arraché des affiches qui avaient été apposées la nuit dernière aux alentours de l’église du Sacré Cœur à Montmartre. Les placards au nombre de 5 sur papier blanc bordé de rouge portaient ces mots écrits à la main : “L’église du Sacré-Cœur des bigots qui est une insulte aux républicains de la Commune, est condamnée par le peuple juge. Elle sautera au jour fixé par les justiciers de la Révolution”. Une enquête est ouverte par la Préfecture de Police, mais il est probable que comme toutes les enquêtes celle-ci ne fera découvrir aucun coupable. »

30Il y a d’une part des agents de police qui ne se tiennent plus en un point fixe mais qui sillonnent la ville ; il y a ensuite une technique de captation et de description de l’écrit découvert, et il y a enfin la mise en relation de cet écrit avec d’autres qu’une enquête doit déterminer.

Le lecteur mobile

31La police de l’écriture, pour parvenir à ses fins – capter l’ensemble des écrits produits dans l’espace public – s’exerce en mouvement ; l’agent n’attend pas que des citoyens viennent rapporter ce qu’ils ont lu, mais c’est au cours des rondes qu’il effectue avec un de ses collègues, à pied (par la suite ce sera aussi en bicyclette) équipé d’un carnet et d’un crayon, qu’il chemine à travers les rues en quête d’écrits. Le plus frappant dans cette transformation du policier en lecteur mobile est la compétence qu’il acquiert très vite pour repérer dans l’espace, sur les murs, dans le recoin d’une porte, au bas du socle d’une sculpture des écritures qui ne sont pas monumentales et qui pour beaucoup d’entre elles ne mesurent que quelques centimètres de haut.

« Rapport, 5 août 1882. L’affiche manuscrite ci-jointe qui était épinglée contre un arbre de la place du Louvre. 25 à 30 personnes s’étaient arrêtées pour lire cette pièce et ne faisaient aucun commentaire. »

« 28 avril 1882. Cette nuit on a placardé sur diverses maisons du quartier du Père Lachaise une vingtaine d’affiches toutes écrites de la même main et ainsi conçues : “Pour les loyers, Mort aux propriétaires.” Je transmets une de ces affiches qui a été ramassée au bas d’un mur où elle était tombée. »

« 5 septembre 1885, 9e arrondissement. À 5 h 45 du matin, les gardiens Wicart et Accoyer ont remarqué, ces mots écrits à 5 endroits divers au charbon sur le mur du Collège Rollin, Bd Rochechouard no 49 et sur la maison no 47 même boulevard : “Crève la République Française.” Les agents ont lavé et fait disparaître entièrement ces mots séditieux. »

32Ce qu’observent les agents, ce ne sont pas seulement les écrits. En effet, le regard qu’ils portent sur le graffiti prend en compte le niveau de dérangement que l’écrit produit : combien de personnes s’arrêtent en passant devant lui ? Qui le lit ? Autrement dit, il ne s’agit pas pour ces policiers de l’écrit de lutter contre le vandalisme ou contre une pollution visuelle que pourraient constituer ces écritures (ce qui constitue aujourd’hui le mobile principal des campagnes contre les graffitis), mais de veiller à ce que les murs du quartier dont il a la charge ne soient pas recouverts d’écrits qui perturberaient le cours ordinaire. On attribue donc aux graffitis une force de désordre considérable, une capacité subversive qui par conséquent exige une répression aussi importante.

« 6 février 1884, 3 h 55 soir, Le sous-brigadier Penot passant devant rue Saint-Claude a remarqué sur le mur de la maison portant le no 6, les mots “du pain ou du plomb”, écrits à la craie. Il les a effacés aussitôt. »

« 8 février 84, ce matin a 5 h 40 le gardien Jacquet passant rue des Archives a remarqué sur le mur de la maison portant le no 5 les mots “du pain ou du plomb” écrit à la craie. Cet agent a effacé aussitôt cette inscription qui avait attiré l’attention d’une quinzaine de personnes. »

« 8 février 1884, le gardien Cire vient d’effacer rue Charlot no 10 les mots “du pain ou du plomb” qui étaient écrits à la craie. »

33Ces agents lecteurs sont aussi, on le voit, des agents effaceurs. Cet acte d’effacement semble constituer la restauration de l’ordre et donc être aussi un acte d’écriture redoublé par la copie opérée dans le constat.

Le constat d’écriture

  • 26 La notion de constat d’écriture a émergé du séminaire sur les actes d’écriture de Béatrice Fraenke (...)

34Car après avoir été lus et avant d’être effacés, les graffitis font l’objet d’un acte déterminant : le constat26. Comment s’effectue-t-il ? On l’a dit l’agent est équipé d’un petit carnet et d’un crayon avec lesquels il réalise son relevé qui comprend : le lieu de l’écrit (la rue et le numéro) le siège (sur une palissade, un mur de pierre, une porte, le trottoir), l’heure de sa découverte (parfois une indication de l’heure à laquelle il a pu être fait), une transcription de l’écrit (généralement complète), sa couleur et sa taille (ce qui suppose, étant donné la précision de certains relevés, que les agents aient été équipés d’un mètre).

« 28 octobre 1882, à 5 h 45 matin, un placard manuscrit a été apposé pendant la nuit sur un entourage en bois situé rue Vivienne, angle de la rue Colbert pour l’agrandissement de la Bibliothèque nationale, commençant par ces mots : “Avis Prolétaires ! Esclaves du travail” et finissant par ceux-ci : “Vive la Révolution sociale !” “Les Révoltés de la société actuelle”.

5 octobre 1884, 8 h 30 soir. À 6 h 30 soir, il a été remarqué qu’on avait écrit au crayon sur les planches formant la clôture d’un terrain vague situé rue de la Tour d’Auvergne no 33 ces mots : “Quand donc, le gouvernement se décidera-t-il à donner un million sur son commerce et son industrie, afin de donner de l’ouvrage à son peuple. Faut-il donc un 1793 pour vous réveiller, tous les sergents de ville sont la terreur. Signé : Le peuple malheureux Rowdzler, Demetz. Ici l’abattoir des hommes, l’oppression des citoyens, le meurtre des enfants de la France.” »

35Ce premier constat d’écriture est suivi une fois de retour au commissariat d’une mise au propre qui consiste aussi en une mise en relation de l’écrit constaté avec d’autres. C’est-à-dire que le constat consiste dans un second moment à former une série entre plusieurs écrits relevés lors de la ronde : au constat succède donc le rapport qui n’est pas seulement une description mais une analyse de ce qui a été lu dans la rue. Aussi, il arrive souvent que ce ne soit pas l’agent qui en assure la rédaction mais son supérieur, le commissaire du quartier.

« 10 février 1884, ce matin à 6 heures, le gardien Barret a remarqué les mots “Vive le Roi”, écrit à la craie, sur les points ci-après :

Rue Beaubourg no 10

Rue Bailly sur la devanture du magasin de nouveauté “Au Moine St Martin” et dans les urinoirs établis rue Réaumur devant le no 26 et 34. Il a effacé immédiatement ces inscriptions. »

36L’agent ne décrit pas seulement l’écrit et ses lecteurs, il cherche aussi par ce constat à rendre compte de l’acte qui l’a produit : ainsi il redessine le parcours du scripteur dans l’espace urbain espérant ainsi en découvrir l’identité. Une importance est ainsi donnée à la situation de l’écrit dans l’espace comme ce rapport du 13 octobre 1884, rédigé par commissaire du quartier Bonne nouvelle en témoigne : « Aujourd’hui, à 3 heures le gardien de la paix Hunger a remarqué, au devant du no 184 de la rue St Denis les lignes suivantes tracées à la craie blanche sur le trottoir : “Ne passez pas sans le lire ! Ici la grève de la misère sans pain ni feu mort aux patrons, on les pendra”. »

« Ces menaces sont probablement le fait d’un des nombreux porteurs qui viennent stationner tous les matins sur ce point, en quête de travail, et y ont établi une grève irrégulière. Bien souvent les habitants de ce quartier ont demandé la dispersion des individus qui la composent et il serait désirable que ces gens composés en majorité de vagabonds et de filous puissent être renvoyés par les gardiens de la paix. J’ai fait disparaître cette inscription. »

37On voit bien ici combien cette police de l’écriture est en lien avec une lutte contre toutes les déviances sociales, que ce soit le vagabondage, le chômage, ou les activités illicites. Ce n’est pas encore l’écrit qui permet de les repérer mais on articule leur présence et des traces graphiques observées. C’est-à-dire qu’avec la police de l’écriture, on tend à vouloir mettre en relation des écrits, des lieux et des individus.

Des murs aux journaux

  • 27 Sur le journal et son expansion, voir les travaux animés par Dominique Kalifa au sein du groupe de (...)

38Cette police de l’écriture ne se limite donc pas aux murs des cités dans cette perspective, elle se donne aussi pour tâche de traquer dans les lieux traditionnels ou en expansion de l’écrit – les journaux en particulier27 – les écritures illicites. Autrement dit les policiers quotidiennement portent leur attention sur les colonnes des journaux imprimés, plus précisément sur les petites annonces, formes d’écriture anonyme légale comme cette demande en mariage parue dans un journal parisien du 29 janvier 1907 : « Gde jolie brune, b. faite, genre Rembrandt des. Marriage. Nollo, 46 r. Laborde. Fd cour, 2e à dr. »

39Ce que les policiers de l’écriture traquent ce n’est pas tant la prostitution que l’anonymat ; ainsi ce qui constitue une menace en cette fin de dix-neuvième siècle, c’est l’acte anonyme, celui dont on ne sait pas qui la produit et quand. Les petites annonces qui se développent dans les journaux sont le lieu par excellence de cette écriture sans visage.

Rapport du 6 mai 1909 : « “Manucure, Mss. Oriental par dmedipl. Mme Moretti, 336 r. St Honoré, 1 à 7h. ”, émane d’une dame MESCLIER qui prend pour circonstance le nom de sa grand-mère Mme Moretti, une masseuse renommée qui exerçait autrefois à Marseille. »

Rapport du 15 novembre 1911 : « L’entrefilet ci-joint [“D. d. mariage, Thylda 211 Bd Voltaire esc. Cg. 2e et. P. g. 1-7, pas dim.”] a été inséré dans le supplément par la pseudo THYLDA alias Travaux Mathilde Eugénie qui demeure seule depuis le terme d’octobre dernier 241 Bd Voltaire. »

Rapport juillet 1909 : « Le supplément du 3 juillet 1909 : “Modes, nouv. Install. L, demontale, 42 r. de la Roquette 10 à 8h, 2e gche (Bastille)”. La présente note concerne une nommée Philippet Berthe née le 17 octobre 1880 au Raincy. Cette femme est venue au service déclarer qu’elle ouvrait à cette adresse une maison de rendez-vous. »

40L’essentiel est donc que tout écrit ait un scripteur identifié et identifiable, quand bien même son activité serait illicite. Ainsi on voit comment d’une société de surveillance, on passe en cette fin de siècle, juste avant la guerre de 1914-1918 à une société de contrôle. L’objectif n’étant plus de surveiller des individus mais de les suivre dans un espace déterminé, et d’en capter les traces.

  • 28 Voir le catalogue de l’exposition Poste et guerre, Musée de la poste, 2007.

41Aussi, et en conclusion, il n’est pas étonnant qu’à la veille de la Première Guerre mondiale, on entreprenne une vaste entreprise de recensement des pigeons voyageurs appartenant aux colombophiles du Nord de la France. Les écrits qu’ils portent sous leurs ailes peuvent parvenir à un correspondant lointain à l’insu de tous. Parce qu’il peut échapper à la police de l’écriture, cet oiseau peut constituer une menace grave. Lors de la guerre de 1870 et du siège de Paris, c’est grâce à ces volatiles que le courrier avait pu continuer à circuler avec l’arrière28. Identifier le pigeon, en dresser le signalement, c’est limiter le risque d’une circulation d’écritures clandestines, c’est accroître un peu plus encore la sphère d’action du panoptique graphique et de ses agents lecteurs mais cette fois non contre une menace intérieure mais extérieure. Contrôler les écritures sur la pierre, le papier et même le ciel.

Notes

1 Cette archive comme l’ensemble des matériaux utilisés dans cet article est extraite du fonds de la Préfecture de Police de Paris, série BA. Voir l’article important sur les écritures séditieuses : Braconnier C., « Braconnages sur terres d’état : Les inscriptions politiques séditieuses dans le Paris de la Commune, 1872-1885 », Genèses, 1999, no 35, p. 107-130.

2 Voir les travaux des historiens de la Police : notamment Deluermoz Q., « De la sédimentation juridique à la pratique du contrôle social : l’exemple du Guide des sergens de ville de l’officier de paix Barlet, 1831 », Milliot V. (dir.), Les Mémoires policiers, 1750-1850, Rennes, PUR, 2006, p. 271-285.

3 Nous utilisons ici la notion d’acte d’écriture : Fraenkel B., « Actes d’écriture : Quand écrire c’est faire », Langage & Société no 121-122, sept. -déc. 2007, p. 101-112.

4 Par exemple dans Culture écrite et société : l’ordre des livres XIVe-XVIIIe siècle, Paris, A. Michel, 1996.

5 Nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage : Artières Ph., Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture ordinaire, Paris, Synthélabo, 1998.

6 Voir sur ce point pour une lecture plus détaillée de Surveiller et punir comme une histoire politique de l’écriture, notre article dont la première partie du présent texte reprend quelques éléments : « Le panoptique graphique », da Silva E., Zancarini J.-Cl. (dir.)., Michel Foucault, Lecture II, Lyon, ENS, 2004.

7 Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 134.

8 Ibid., p. 154.

9 Ibid., p. 182.

10 Ibid., p. 189.

11 Ibid., p. 191.

12 Ibid., p. 192.

13 Ibid., p. 193.

14 Ibid., p. 194.

15 Ibid., p. 255.

16 Comme nombre de travaux d’historiens de la prison et du crime l’ont bien montré depuis. Voir par exemple Renneville M., Crime et folie : Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003.

17 Ibid., p. 264.

18 Ibid., p. 301.

19 Ibid., p. 211.

20 Ibid., p. 256.

21 Lombroso C., Les Palimpsestes des prisons, Paris, Alcan, 1896.

22 Voir sur ce point notre ouvrage : Le livre des vies coupables, Paris, Albin-Michel, 2000.

23 Voir le site internet Criminocorpus où une version électronique de la revue est consultable, ainsi qu’une large bibliographie : [www.criminocorpus.cnrs.org].

24 Appert B., Bagnes, prisons et criminels, Paris, Guilbert, 1836.

25 Deleuze G., Pourparlers : 1972-1990, Paris, Minuit, 1990.

26 La notion de constat d’écriture a émergé du séminaire sur les actes d’écriture de Béatrice Fraenkel à l’EHESS à Paris (2005-2006).

27 Sur le journal et son expansion, voir les travaux animés par Dominique Kalifa au sein du groupe de recherche de l’Université de Paris 1.

28 Voir le catalogue de l’exposition Poste et guerre, Musée de la poste, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540