Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

1. « Furieux », « dangereux », « dangerosité » : figures et concepts

Le malheur est-il le crime ? Aperçus sur les conceptions de la « fureur » dans l’institution asilaire (1800-1920)

Hervé Guillemain

Texte intégral

1Qu’est ce qu’un individu dangereux ? L’anthropologie criminelle issue des travaux scientifiques européens de la fin du XIXe siècle propose un ensemble de figures-types utiles à celui qui - médecin ou juge - doit évaluer la dangerosité inhérente à tel ou tel individu. La recherche systématique des stigmates physiques et moraux de la dégénérescence offre alors, selon les codes médicaux du moment, des repères pour établir la liste des patients à risque. Mais la médecine légale toute imprégnée de ces notions n’est qu’un aspect mineur de l’activité des aliénistes qui se déroule, pour l’essentiel, au sein de l’asile, premier lieu d’observation et de construction des représentations de la violence pathologique. Avant qu’elle ne se concentre – très partiellement – au XXe siècle dans des quartiers spéciaux distincts des asiles départementaux, la folie violente et bruyante est rassemblée le plus souvent au sein de pavillons dont la finalité n’est pas toujours officielle. Pavillon des « agités » ou des « médico-légaux », ces lieux chargés de mémoire héritent - parfois sans transition apparente - des cellules de force édifiées pour contenir la fureur des aliénés du siècle précédent. Cette fureur est omniprésente dans les archives du premier XIXe siècle. La plupart des dossiers des aliénés enfermés dans les prisons et les hospices du département de la Sarthe, individus qui seront ensuite transférés à l’asile dans les années 1830, stipulent visiblement l’état de « démence furieuse » de ces sujets. Du « furieux » du XIXe siècle au « dangereux » du XXe siècle, peut-on saisir une évolution des conceptions et des pratiques dans le cadre d’une institution asilaire provinciale ? Je m’en tiendrai ici à l’évocation de trois moments importants de cette histoire : la période proto-asilaire marquée par la législation révolutionnaire et napoléonienne ; l’époque de la croissance asilaire postérieure à la loi de 1838 et caractérisée par un essor du nombre d’internements ; la phase de diffusion des critères de l’anthropologie criminelle à la charnière des XIXe et XXe siècles.

La gestion conflictuelle des « mauvais sujets » (début XIXe siècle)

  • 1 Les textes de 1791 sont rappelés dans la circulaire du ministre de l’Intérieur à Messieurs les Pré (...)
  • 2 AD Sarthe, 1 X 246, Tableau général des aliénés du département, 1825.
  • 3 AD Sarthe, 1 X 246, Rapport du docteur Mallet au préfet de la Sarthe, 1813.

2Dans la période pré-asilaire et antérieure à la loi de 1838, qui n’est pas exempte de textes prescripteurs1, il existe (hormis les domiciles familiaux) trois types de lieux de réclusion pour les insensés : hospices, prisons et infirmerie des prisons. Sous la Restauration, les deux tiers des malades sont des interdits judiciaires et presque tous ont été séquestrés en raison d’un état de « fureur2 ». Les épileptiques et les « hébétés » - comprendre des malades tranquilles ou en état de stupeur - ne sont que rarement concernés et sont plutôt l’objet de tractations entre les familles et l’hospice. Les projets d’édification d’hospices pour aliénés conçus entre 1818 et 1824 ont donc essentiellement pour fonction de gérer la « démence furieuse », en donnant la priorité aux cellules individuelles (Figure 1). Sur ces sujets, l’action conjointe des gardiens et du docteur Mallet, médecin de l’hospice des prisons, est double. Une minorité d’aliénés reçoit des remèdes spécifiques et sort rapidement tandis qu’une majorité est soumise à la répression. Il s’agit comme l’indique le médecin de soumettre à « un séjour de terreur et d’épouvante les maniaques les plus furieux », pour les rendre dociles3.

Figure 1. – Un dispositif individuel de gestion de la démence furieuse, projet pour un hospice d’aliénés au Mans, 1821. (AD Sarthe)

  • 4 Les informations sont tirées respectivement des dossiers suivants : AD Sarthe, 1 X 282, 1 X 282, 1 (...)
  • 5 Texte de 1816 repris dans Esquirol J. E. D., Des maladies mentales, Paris, 1838, vol. 1, p. 225-22 (...)

3Quelle est la nature de la fureur de ces aliénés séquestrés dans les familles, dans les prisons et dans les hospices ? Un sondage sur une partie des dossiers les concernant permet de constater une grande variété de situations sociales et médicales. Taillard le tonnelier aisé de Parigné est séquestré en 1822 parce qu’il bat sa femme et brise les croix en plein cœur de la commune le jour de la Pentecôte ; Teissier, le bordager dévot du canton de Loué, est aussi menaçant envers son entourage mais il est libéré sur intervention du médecin qui considère son état comme le fruit d’une exaltation religieuse passagère ; Blanchet, le soixantenaire épileptique est violent avec tout ce qui représente l’autorité depuis que son fils a été incorporé dans l’armée napoléonienne ; la présence de Bonhommet, le faible d’esprit, devient insupportable aux habitants du bourg de Savigné ; le maréchal de camp Devaux tient probablement de son rang le droit de se promener avec deux pistolets alors qu’il est considéré comme un fou furieux4. L’éventail des formes d’aliénation est à peu près complet - manie, idiotie, démence, épilepsie – pour ces hommes qui sont tous étiquetés « furieux ». Cette indétermination médicale de la fureur est conforme aux propos du maître aliéniste Esquirol dans le texte qu’il donne sur le sujet en 18165. Il ne s’agit pas d’une maladie singulière mais plutôt d’un symptôme : c’est la colère du délire qui peut être distinguée physiquement par « la voix haute », « l’œil de feu », « les convulsions du corps ». Point d’espoir de traitement unique par conséquent saigner les furieux se révèle inutile.

  • 6 Petiteau N., « Violence verbale et délit politique. 1800-1830 », Revue d’histoire du XIXesiècle, 1 (...)

4Cet état furieux que les médecins ne font finalement que constater sous forme de violences verbales et physiques, de passions extrêmes, est plutôt qualifié par les proches du malade ou par les autorités locales. Il s’agit de nommer celui qui fait peser une menace potentielle. Celle-ci est en effet hypothétique puisque les actes délictueux constatés dans ces dossiers des premières décennies du XIXe siècle sont rares. La démence furieuse comporte toujours une autre dimension : la remise en cause de l’ordre social, politique et religieux. Les furieux sont de « mauvais sujets » de l’Empire et de la monarchie restaurée. On peut, pour le montrer, revenir sur quelques-unes des cas précédemment cités. Le maire de Parigné, outré de la liberté retrouvée du tonnelier Taillard – le briseur de croix – revient à la charge en expliquant que l’homme « prétend que les biens de notre royaume doivent être à tout le monde ». On apprend au détour de l’enquête réclamée par le préfet que le vieux Blanchet menace de renverser l’empereur et trouble le culte catholique, c’est à ce titre que le maire demande son interdiction et son retrait du tableau des votants. En permettant d’écarter un blasphémateur, un révolutionnaire ou un notable gênant, la folie furieuse vient à point pour alimenter l’argumentaire de ceux qui dénoncent le flot des cris séditieux réprimés depuis la législation napoléonienne et renforcée par celle de la Restauration6.

  • 7 Foucault M., « L’évolution de la notion d’individu dangereux dans la psychiatrie légale du XIXe si (...)
  • 8 La procédure classique donne un poids majeur au maire qui fait consigner dans un procès-verbal les (...)
  • 9 AD Sarthe, 1 X 280, Dossier Cécile Martin, 1822.

5Si on en juge par ces dossiers, qui ne sont certes pas forcément représentatifs de l’ensemble des situations, il est difficile de considérer systématiquement l’aliéniste de ce temps proto-asilaire comme un « factionnaire de l’ordre social », tel que Michel Foucault le présente7. En effet la demande sociale d’enfermement qui émane le plus souvent des notables – autorités locales, prêtres, familles, propriétaires8 – ne débouche pas automatiquement sur une réponse univoque du médecin. Dans le cas de Cécile Martin (1822), jeune femme violente avec les animaux de la ferme et tombée enceinte lors d’une de ses nombreuses divagations, le médecin et le juge agissent contre la volonté du père et du propriétaire de la ferme qui réclament l’enfermement au nom de l’état furieux de Cécile. La remise en liberté de la jeune fille, validée par l’examen médical, conduit le curé de la paroisse et le préfet à appuyer une nouvelle demande. Dans ce cas, la famille tente de mettre à l’écart avec l’aide des notables, une fille-mère un peu diminuée intellectuellement et improductive. Sans succès9. Le cas Bonhommet (1819) déjà évoqué plus haut va dans le même sens. La nature de son mal est l’objet d’une opposition entre le maire de Savigné qui le considère comme furieux (« sa présence devient dangereuse ») et le médecin Mallet qui explique que le jeune homme est faible d’esprit mais non furieux. Le juge suit ce dernier avis en affirmant l’illégalité de la séquestration : « le malheur n’est pas le crime. » Le médecin ne prend pas en compte un éventuel caractère intrinsèquement dangereux des individus puisque la fureur est une crise passagère. Au contraire, c’est plutôt la contre-indication du maintien à l’hospice des prisons qui est soulignée.

La désignation de la fureur comme mode de régulation des flux asilaires (MI-XIXe siècle)

6La création de l’asile – 1834 pour le département de la Sarthe – participe du projet social d’extinction de la fureur. Gustave Etoc-Demazy, en bon disciple d’Esquirol, explique dans sa profession de foi comment le travail de l’aliéniste contribue à sa mise à distance :

  • 10 AD Sarthe, 1 X 259, Lettre de Gustave Etoc au préfet de la Sarthe, 21 sept. 1831.

« Les cellules sont destinées aux malades agités ou, comme on dit, furieux… c’est un de ces mots qui ne devraient jamais être prononcés dans un asile d’aliénés. Depuis que le traitement de la folie est devenu plus rationnel, plus philosophique, je pourrais dire tout simplement, plus humain, les furieux sont aussi rares qu’ils étaient nombreux. En parcourant les cours de Bicêtre et de la Salpêtrière on est surpris du silence, du calme qui y règnent ; cette fureur que l’on se plaisait à montrer aux curieux qui allaient chercher parmi les fous des émotions théâtrales était probablement moins l’effet de la maladie que le résultat nécessaire du traitement10. »

  • 11 AD Sarthe, 1 X 585, 1 X 601, Registres de la loi 1851-1859 et 1883-1886.

7Dans un rejeu perpétuel de la libération des fous, la médecine fait disparaître du regard du vulgaire le spectacle de la fureur et dans le même mouvement éteint son nom. Que devient la fureur à partir de cette proclamation de mise à distance ? Un sondage dans les registres d’admission des années 1850 et 188011 permet de constater la raréfaction du recours à ce terme de fureur dans les pièces médicales et administratives. Un aliéné qui menace de mettre le feu n’est plus systématiquement considéré comme furieux. Cependant il existe un décalage important entre l’aliéniste qui n’évoque plus la fureur et les médecins de campagne qui, dans dix pourcent des certificats préalables aux admissions, prolongent cet usage pour qualifier un accès. En 1853, le docteur Vauchelle rédige un certificat pour Louis L. cabaretier de 44 ans en des termes – « est furieux, trop souvent ne parle que de tuer, de mettre le feu » – que l’aliéniste Etoc-Demazy ne reprend pas à son compte. Il est notable que le recours au terme de fureur devient inversement proportionnel à l’usage de catégories médicales. Dans les années 1880, le recours au terme de « dangereux » se généralise pour qualifier la violence contre soi-même ou contre autrui, terme qui, cette fois, se retrouve aussi sous la plume de l’aliéniste Mordret.

Figure 2. – Plan De L’asile Du Mans En 1891. (Ad Sarthe, Id., p. 30)

  • 12 Voir Guillemain H., Chronique de la psychiatrie ordinaire. Patients, soignants et institutions en (...)
  • 13 Un arrêté préfectoral du 29 septembre 1841 permet l’admission d’aliénés non dangereux, AD Sarthe, (...)
  • 14 « Cette distinction (entre dangereux et tranquille) ne doit pas être fondée seulement sur la consi (...)

8Au moment ou s’étiole la « fureur » des aliénistes, la réflexion sur la violence pathologique s’inscrit dans une nouvelle problématique, celle de la gestion des flux de patients internés. Pour des raisons qu’il serait trop long d’évoquer ici12, le système asilaire croît rapidement sous le second empire, ce que montre la création de nombreux pavillons dans l’institution (figure 2). Afin de limiter cette évolution plus rapide que le mouvement de construction, il s’agit de distinguer clairement les « tranquilles » – que la préfecture veut libérer de manière anticipée – et les « dangereux ». Cette problématique récurrente en psychiatrie – elle rejoue durant la grande guerre ou pendant les années 1970– semble se nouer à cette époque pour des raisons financières évidentes : ouvrir l’asile aux indigents malades mais peu dangereux, c’est grever d’autant le budget départemental13. La notion d’aliéné dangereux se redéfinit au gré des flux de malades escomptés. La violence potentielle d’un aliéné – condition sine qua non de son accueil asilaire – ne doit pas être déduite d’un état de calme relatif mais doit prendre en compte l’environnement social de l’individu, c’est ce qu’affirme etoc-demazy en 1862, lorsqu’il est confronté à la nécessité de faire sortir une vingtaine de malades dans l’année14. Le danger n’est pas consubstantiel à la nature du malade mais il est social : de mauvaises conditions sociales et familiales peuvent par exemple favoriser la rechute.

  • 15 Cette tendance se reproduit à la fin du XXe siècle si l’on en juge par la pratique courante du pla (...)
  • 16 AD Sarthe 1 X 250, Dossier de demande d’admission J. Doué, 1862.

9Définir le danger ressortissant à un malade fait partie de son processus de sortie, mais pèse aussi sur la sélection des admissions. Si on étudie les dossiers des patients dont l’admission est refusée à la même date (1862), on constate deux choses. D’une part la tendance logique des familles et des autorités locales à appuyer le caractère furieux du malade afin de lui ouvrir les portes de l’asile. D’autre part la nécessité pour les médecins confrontés à cette pression de faire passer pour dangereux des individus idiots et tranquilles afin de pouvoir les admettre15. Les cartes de l’admission sont rebattues à cette époque. Le nombre de places étant limité, l’admission de tranquilles laisse à l’extérieur des murs quelques aliénés considérés comme violents dans leur environnement. L’argument de référence pour motiver ce refus, c’est l’absence d’antécédents héréditaires, conformément à l’imprégnation accrue de la science aliéniste par la thèse de la dégénérescence. Jacques Doué dont les voisins et la femme décrivent la « fureur extraordinaire », reste hors de l’asile au titre de sa faible hérédité16. Dans les années 1860, lorsqu’il s’agit pour des raisons économiques et institutionnelles de faire un tri parmi les individus admissibles à l’asile, constater l’état de fureur ne suffit plus, l’hérédité qui inscrit cet état dans une histoire longue, potentiellement répétitive, est appelée à devenir la clé de voute du diagnostic.

La consécration de la figure de « l’évadeur récidiviste » (début XXe siècle)

  • 17 Bossi L., « L’anthropologie criminelle : la médicalisation du mal », J. Clair (dir.), Crime et châ (...)
  • 18 Artières Ph., Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture, Les empêcheur (...)
  • 19 AD Sarthe, 1 X 616, Dossier de Victor L.

10À la fin du XIXe siècle, la dangerosité acquiert un nouveau statut scientifique dans le champ de l’expertise médico-légale. Peut-on déceler une diffusion de cette conception au sein de l’asile à cette époque ? Faute de sources disponibles pour cette période, on s’appuiera ici sur deux dossiers de patients internés à l’asile du Mans au début du XXe siècle, des patients considérés par l’institution comme particulièrement dangereux : ceux d’Alfred B. et de Victor L. Le parcours de ces deux idéaux-types de la dangerosité début de siècle présente trois caractéristiques communes. La première est celle de l’hérédité. Inspirée des règles de l’anthropologie criminelle de Lombroso et de l’anthropométrie de Topinard17, la description physique de Victor L. ne relève aucune anormalité physique si ce n’est la présence de scarifications qui à l’instar du tatouage renvoient l’observateur aux portraits-types du dégénéré. L’écrit d’Alfred B. ne correspond pas aux catégories pathologiques connues18. Mais la qualité de leurs ascendants ne laisse aucun doute aux médecins sur la source du mal qui fait d’eux des dégénérés moraux. Le grand père d’Alfred est un criminel et son cousin un aliéné. Le père de Victor a été interné à deux reprises à l’asile du Mans, son grand-père paternel est alcoolique. La grand-mère maternelle quand à elle meurt brusquement emportée par une syncope à l’arrivée des prussiens en 1870, et la mère sujette à des névralgies. Le docteur Bourdin s’appuie sur ces informations pour considérer le déséquilibre psychique de Victor comme une « tare héréditaire19 ».

  • 20 AD Sarthe, 1 X 617, Dossier Alfred B.
  • 21 AD Sarthe, 1 X 616, Rapport médical du docteur V. Bourdin, 1910.

11Comme une conséquence évidente de cette inscription héréditaire du mal, la récidive – pathologique et criminelle – est une deuxième caractéristique commune aux deux dossiers. Alfred B., né en 1865, est interné à cinq reprises entre 1895 et 191620. Le parcours de Victor L., né en 1890, est similaire mais ses trois internements (à partir de 1908) succèdent à un chemin de croix ponctué de multiples enfermements21. Considéré comme anormal dès son enfance parce que rebelle à toute éducation, le jeune adolescent violenté par sa famille, fait l’école buissonnière avant d’être placé dans des fermes. Ayant comparu en justice à l’âge de douze ans, il est envoyé dans la colonie pénitentiaire de Lamotte-Beuvron dont il s’évade. Ces premiers « troubles psychiques » apparaissent au sein d’une autre maison de correction. Transféré à l’asile du Mans en 1908, il est considéré par l’aliéniste comme un débile. La guerre fait de cet individu étiqueté asocial un anti-patriote : son dossier militaire montre qu’il est insoumis (1912), puis déserteur (1913). Ces enfermés sont aussi des « évadeurs » recherchés activement, contrairement à la majorité des aliénés qui lorsqu’ils fuguent disparaissent facilement dans la nature.

  • 22 Victor L. est l’objet d’une campagne de presse dans La Sarthe et Ouest-éclair entre 1920 et 1925.

12Troisième caractéristique commune : leur parcours spectaculaire de dangereux/dégénéré/enfermé/évadé est mis sur la place publique par la presse locale. Victor et Alfred sont des fous médiatiques dont les visages apparaissent en une des journaux comme autant d’avis de recherche criminels22. En 1905, les faits d’armes de l’incendiaire de Marçon ainsi publiés forment un réquisitoire contre les insuffisances scientifiques et thérapeutiques de la psychiatrie française.

  • 23 Journal de la Sarthe, 16 juin 1905.

« Un fou incendiaire. Parmi les habitants de Marçon figure un sieur B. aujourd’hui âgé de 40 ans qui a été interné trois fois à l’asile du Mans et qui trois fois a été relâché bien que sa folie soit restée tout aussi dangereuse. En 1889, armé d’un fusil, B. avait arrêté une voiture et tiré sur ceux qui s’y trouvaient. Au mois d’août 1902, il avait failli toujours avec un fusil tuer sa vieille mère. Cette nuit vers minuit il est allé au hameau de la Trochardière puis au hameau de la borde Gaudin et à successivement mis le feu d’abord dans une meule de paille située à dix mètres de la maison d’habitation de sa mère puis dans une grange appartenant à lui-même. […] B. est allé s’enfermer dans une cave ou les gendarmes l’ont arrêté avec beaucoup de mal. Il s’est alors précipité sur le brigadier de gendarmerie et lui porta un coup violent avec une barre de fer… Encore une fois il va être dirigé vers la prison de Saint-Calais, de là à l’asile où les médecins déclareront comme précédemment qu’il est un “impulsif dangereux” doublé d’un alcoolique. On lui donnera quelques douches puis on nous le renverra jusqu’à une autre occasion23. »

  • 24 En 1919, à la suite d’un crime commis par un évadé de l’asile, le procureur de la république du Ma (...)

13Alors que depuis quelques années la gauche radicale s’interroge sur la nécessité d’une réforme de la loi de 1838 considérée comme pourvoyeuse d’internements arbitraires, la figure du fou dangereux prend avec l’essor de la presse populaire un visage plus dramatique suscitant des projets improbables de quartiers sécuritaires24. La fureur a donc servi à légitimer l’internement asilaire dans une phase d’ascension professionnelle de l’aliénisme – sa disparition présumée formant une des bases du mythe aliéniste du XIXe siècle. La dangerosité telle que construite à la fin du XIXe paraît plutôt in fine aller à l’encontre du pouvoir psychiatrique. Sa définition résulte institutionnellement d’une gestion de la croissance de l’asile. Sa construction scientifique forgée sur l’hérédité met en valeur les insuffisances thérapeutiques de cette branche médicale. La publicité donnée aux figures d’aliénés « évadeurs » soumet la psychiatrie à une nouvelle forme de critique socio-politique. Les dossiers relevés pour l’entre-deux-guerres témoignent d’un retour logique à la responsabilisation morale des aliénés jugés dangereux. Si en 1910 Victor L. est considéré comme un « dégénéré à réaction antisociale récidiviste par essence, voué à l’incarcération », il s’agit pour le médecin de proposer un retour à l’asile. Dix ans plus tard, le rapport du même médecin sur le même patient conclut tout à fait différemment : « Il est devenu franchement dangereux et la société a le droit de se défendre, […] il n’a plus aucun droit à l’indulgence médicale ». Un degré d’appréciation est introduit ici entre le dangereux susceptible d’accueil à l’asile et le « franchement dangereux », désormais laissé aux bons soins des travaux forcés.

Notes

1 Les textes de 1791 sont rappelés dans la circulaire du ministre de l’Intérieur à Messieurs les Préfets des départements, 30 frimaire an 12 (17 septembre 1804) dont voici un extrait : « Suivant la loi du 22 juillet 1791, conforme à ce sujet aux anciens règlements, les parents des insensés doivent veiller sur eux, les empêcher de divaguer, et prendre garde qu’ils ne commettent aucun désordre. L’autorité municipale, suivant la même loi, doit obvier aux inconvénients qui résulteraient de la négligence avec laquelle les particuliers rempliraient ce devoir. Les furieux doivent être mis en lieu de sûreté. Mais ils ne peuvent être détenus qu’en vertu d’un jugement que la famille doit provoquer. La loi du 8 germinal an 11 indique, avec beaucoup de détails, la manière dont on doit procéder à l’interdiction des individus tombés dans un état de démence ou de fureur. C’est aux tribunaux seuls qu’elle confie le soin de constater cet état. Les lois qui ont déterminé les conséquences de cette infirmité, ont pris soin qu’on ne pût arbitrairement supposer qu’un individu en est atteint ; elles ont voulu que sa situation fût établie par des preuves positives, avec des formes précises et rigoureuses. »

2 AD Sarthe, 1 X 246, Tableau général des aliénés du département, 1825.

3 AD Sarthe, 1 X 246, Rapport du docteur Mallet au préfet de la Sarthe, 1813.

4 Les informations sont tirées respectivement des dossiers suivants : AD Sarthe, 1 X 282, 1 X 282, 1 X 274, 1 X 274, 1 X 276.

5 Texte de 1816 repris dans Esquirol J. E. D., Des maladies mentales, Paris, 1838, vol. 1, p. 225-229.

6 Petiteau N., « Violence verbale et délit politique. 1800-1830 », Revue d’histoire du XIXe siècle, 1/2008, no 36, p. 75-90.

7 Foucault M., « L’évolution de la notion d’individu dangereux dans la psychiatrie légale du XIXe siècle », Dits et écrits, [1978], vol. 2, Paris, Gallimard, 2001, p. 443-464.

8 La procédure classique donne un poids majeur au maire qui fait consigner dans un procès-verbal les témoignages soutenant la nécessité de l’enfermement. L’état de démence furieuse est souvent établi par l’enquête de ce notable soumis aux pressions des familles et des propriétaires. La requête doit ensuite passer par l’administration préfectorale avant d’être examinée par le procureur.

9 AD Sarthe, 1 X 280, Dossier Cécile Martin, 1822.

10 AD Sarthe, 1 X 259, Lettre de Gustave Etoc au préfet de la Sarthe, 21 sept. 1831.

11 AD Sarthe, 1 X 585, 1 X 601, Registres de la loi 1851-1859 et 1883-1886.

12 Voir Guillemain H., Chronique de la psychiatrie ordinaire. Patients, soignants et institutions en Sarthe du XIXe Au XXIe Siècle, Éditions de la Reinette, 2010, notamment le chapitre v.

13 Un arrêté préfectoral du 29 septembre 1841 permet l’admission d’aliénés non dangereux, AD Sarthe, 1 X 318.

14 « Cette distinction (entre dangereux et tranquille) ne doit pas être fondée seulement sur la considération de l’état mental actuel propre à chaque individu, elle doit l’être également sur l’appréciation des conditions extérieures dans lesquelles il doit retrouver place, conditions qui le plus souvent nous sont inconnues, et dont néanmoins on ne saurait ne pas admettre l’influence sur les manifestations de la folie », AD Sarthe, 1 X 991, Rapport médical, 1862, p. 21.

15 Cette tendance se reproduit à la fin du XXe siècle si l’on en juge par la pratique courante du placement d’office, rendant obligatoire l’hospitalisation d’un sujet dans une époque de pénurie de lits.

16 AD Sarthe 1 X 250, Dossier de demande d’admission J. Doué, 1862.

17 Bossi L., « L’anthropologie criminelle : la médicalisation du mal », J. Clair (dir.), Crime et châtiment, catalogue exposition, Paris, Gallimard, 2010.

18 Artières Ph., Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture, Les empêcheurs de penser en rond, 1998. Voir aussi l’article du même auteur dans ce volume.

19 AD Sarthe, 1 X 616, Dossier de Victor L.

20 AD Sarthe, 1 X 617, Dossier Alfred B.

21 AD Sarthe, 1 X 616, Rapport médical du docteur V. Bourdin, 1910.

22 Victor L. est l’objet d’une campagne de presse dans La Sarthe et Ouest-éclair entre 1920 et 1925.

23 Journal de la Sarthe, 16 juin 1905.

24 En 1919, à la suite d’un crime commis par un évadé de l’asile, le procureur de la république du Mans réclame que soit construit un quartier spécial pour aliénés évadés. La commission de surveillance envoie une délibération à ce sujet au Conseil général qui indique que ce projet n’est pas en rapport avec les moyens de l’institution. En réalité ce quartier existe déjà officieusement (c’est le pavillon 4 des hommes), mais il s’agit surtout de montrer à la presse une action officielle. AD Sarthe, 1 X 262.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Un dispositif individuel de gestion de la démence furieuse, projet pour un hospice d’aliénés au Mans, 1821. (AD Sarthe)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Figure 2. – Plan De L’asile Du Mans En 1891. (Ad Sarthe, Id., p. 30)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540