Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences de la folie

 | 
Stéphane Tison
, 
Laurence Guignard
, 
Hervé Guillemain

Première partie. De la fureur à la dangerosité : folie violente/folie dangereuse au XIXe siècle

Introduction

Texte intégral

  • 1 Foucault M., « La vie des hommes infâmes », Dits et écrits II, Paris, Gallimard Quatro, 2001, p. 2 (...)

1Tenter de faire la généalogie de la dangerosité, c’est aborder les rapports complexes qui se nouent entre maladie mentale et violence, tant du point de vue des catégories conceptuelles qui définissent la maladie mentale par un gradient de violence – la fureur, la dangerosité – que de celui du cadre institutionnel qui s’y attache et notamment des formes d’enfermement disponibles – la prison, l’asile, l’hôpital ou l’Unité pour Malades Difficiles (UMD). En ces domaines, le XIXe siècle apparaît comme le moment d’une inflexion majeure qui a permis, autour des années 1870-1880, l’abandon de l’ancienne conception de fureur pour en adopter, avec la dangerosité, une version plus médicale et biologique, sur laquelle plane la sombre figure du criminel né de Cesare Lombroso. La rupture consacre l’abandon des anciennes catégories de la « déraison », dont la violence n’est finalement qu’une facette parmi d’autres, dotée, pour reprendre les termes de Michel Foucault, d’« un certain effet mêlé de beauté et d’effroi1 », pour celles de la maladie mentale qui font large place après 1860 à l’organicisme puis au déterminisme biologique vers lesquelles paraissent converger la violence et la criminalité.

2C’est d’abord l’asile, « premier lieu de construction des représentations de la violence pathologique », qui est examiné par Hervé Guillemain à trois moments clés de son histoire : la Restauration, les années 1830, les années 1880. Juguler la fureur constitue sous la Restauration la fonction première de l’enfermement des aliénés qui, aux deux tiers, sont soumis à l’interdiction judiciaire, c’est-à-dire la forme ancienne de la tutelle judiciaire rendant possible l’internement, et font l’objet d’un enfermement qui reste une punition. Cette fonction « primaire » de l’internement paraît, sur la moyenne durée, liée aux périodes de crise de la société et donc de l’asile. À partir de 1830, le développement de la psychiatrie au sein des nouveaux asiles, prétend précisément faire disparaître la fureur et pacifier les lieux d’internement désormais exclusivement dévolus à des malades au nom du traitement moral. L’usage du terme reflue au profit d’autres entités nosologiques comme les monomanies, tandis que l’examen des possibilités de sortie conçoit la dangerosité, si l’on peut s’autoriser à faire un usage anachronique du mot, non pas comme inhérente au malade mais plutôt aux conditions de son insertion sociale et familiale. Les années 1880 montrent un paysage très différent et voient se généraliser l’usage du terme « dangereux » pour qualifier selon l’expression consacrée « la violence contre soi-même ou contre autrui ». Elle est largement portée par l’imprégnation des doctrines de l’hérédité qui produisent une figure nouvelle : celle de l’évadeur-récidiviste devenu également une figure médiatique pour un public en mal d’émotions fortes, figure de monstre hésitant entre asile et prison en des parcours complexes qui à terme favorisent la critique sociale de la psychiatrie.

3L’analyse du second versant, juridique et judiciaire, dans lequel s’inscrit la question du danger, permet d’établir une chronologie proche abordée par Laurence Guignard. Là aussi les transformations sont importantes puisqu’on passe, avec la Défense sociale dans le dernier quart du XIXe siècle, d’un régime de responsabilité pénale à un régime de dangerosité. Pour la doctrine classique du Code pénal de 1810, en effet, la « démence » est exclusive de la criminalité et entraîne l’irresponsabilité pénale complète des aliénés. L’institution judiciaire subit cependant au cours du siècle une véritable révolution avec la mise en place d’une individualisation des peines, indexée sur la personnalité des inculpés qui change la donne. Si la doctrine résiste jusqu’aux années 1870, prétendant ne s’intéresser qu’aux inculpés « responsables », c’est-à-dire disposant d’un libre-arbitre entier, et éludant la question du danger, la forteresse spiritualiste s’effondre après la victoire de la IIIe République laissant progressivement place à l’examen de l’état dangereux des inculpés et à une responsabilité pénale désormais progressive et graduée qui pèsent lourdement sur la détermination de la peine. Reste toute la question, incombant aux salles d’audience, de la définition des frontières de ces catégories mouvantes. On constate aux Assises, dès les années 1860, l’émergence d’un intérêt nouveau pour le danger. Témoins et magistrats insistent sur le caractère de ces « hommes dangereux » pour favoriser la criminalisation de leurs actes et les envoyer en prison plutôt qu’à l’asile, quoique celui-ci apparaisse parfois déjà comme un lieu possible d’enfermement définitif. Sur ce point aussi, le développement des thèses médicales de l’hérédité et de la dégénérescence paraît déterminant pour favoriser l’essor de conceptions très « pessimistes » de la criminalité et de peines judiciaires à visée éliminatrice.

4Ces deux premières études témoignent l’une comme l’autre de la transformation des finalités et des modalités d’exercice du pouvoir dans la société du XIXe siècle, telle que Foucault avaient pu les théoriser dans Surveiller et Punir ou dans Les Anormaux : la mise en place d’un pouvoir disciplinaire. Cette « technologie de pouvoir » s’appuie sur de nouveaux savoirs, notamment la psychiatrie, qui permettent à la fois de mieux connaître et d’objectiver les fonctionnements humains et sur une série d’institutions : prison, asile mais également caserne, école, hôpital etc., qui donnent une “prise” sur les corps des individus, déviants ou non. Le traitement institutionnel des criminels ou des aliénés n’est plus alors que le lieu où se rend visible un traitement ordinaire du danger. L’exemple développé par Philippe Artières, montre ainsi comment certaines formes d’écriture individuelle, celle de ces classes dangereuses devenues délinquantes sous la IIIe République, peuvent se constituer en objet d’étude et de surveillance policière. Elles contribuent à interroger le sens de ces actes d’écriture dont les formes sont très variées : écritures sollicitées, par exemple par les médecins des prisons, ou spontanées et résistantes comme l’écriture des détenus sur les murs des cellules ou sur leur corps ensuite collectionnées dans les recueils de Lacassagne, autant de formes de régulation d’une pratique dangereuse. Elles voient se mettre en place un véritable « panoptique graphique », évoqué par Michel Foucault, dont la caractéristique est de ne plus s’incarner dans des bâtiments, mais de s’exercer de manière diffuse dans l’ensemble de l’espace public, par l’intermédiaire d’agents mobiles armés de carnets et de crayons, sur tout un ensemble d’inscriptions : inscriptions sur les murs, affichettes, petites annonces, tatouages. L’observation relève le contenu des inscriptions, mais aussi leur forme, leur taille, leur support et leur réception par d’éventuels lecteurs. Il met en évidence à la fois la fonction politique de l’écriture et l’utilisation de ce corps écrit comme objet de lutte contre les déviances sociales.

5La mise en place des structures institutionnelles constitue le second volet de la réflexion. L’irruption de la dangerosité comme concept central de l’activité judiciaire et psychiatrique altère la frontière séparant les criminels des fous et les prisons des asiles. S’ouvre alors une période d’incertitude concernant la nature des institutions d’enfermement, et leurs hésitations entre des fonctions différentes : soin, punition ou élimination. L’analyse des productions médicales, souvent d’une étonnante modernité, permet de dater des années 1840 - soit de la mise en place de l’asile - l’intérêt des médecins pour la protection de la société, ce qu’ils nomment tout d’abord la « sûreté ».

6Le texte de Jean-Christophe Coffin aborde précisément le moment de cette émergence avec un texte pionnier d’Alexandre Brière de Boismont publié en 1846. Il montre comment les aliénistes de la génération suivant celle d’Esquirol, qui bénéficient de la loi de 1838 et qui s’orientent de façon déterminante vers l’hypothèse héréditaire, mettent en place une clinique du danger. La question des « personnes dangereuses » est mobilisée pour promouvoir un lieu d’enfermement spécial dont la fonction sera de protéger la « sûreté de la société ». La proposition vient paradoxalement prolonger le projet asilaire en spécifiant l’enfermement de catégories plus précises : les aliénés dangereux et criminels et plus précisément les auteurs des crimes sans motifs les plus graves – homicides et crimes sexuels – mais aussi les vagabonds récidivistes. Il apporte ainsi une réponse à une demande judiciaire importante, puisque les tribunaux ont bien du mal à conjuguer l’absence de symptômes délirants apparents avec l’absence de mobile et l’apparente irrationalité des actes criminels. Avec la manie sans délire ou délire de l’acte, Brière de Boismont apporte une solution cohérente. Il propose de créer des établissements spécifiques, hybrides, entre prison et asile, dans lesquels la dimension pratique et la nécessité de prendre en compte la réalité longtemps occultée de la fureur est importante. Les menaces sont de plusieurs ordres, il s’agit d’abord de protéger la société du récidivisme de ces malades mais aussi de la possible contagion de la maladie mentale – on voit ainsi pointer un intérêt pour l’hygiène mentale en matière de danger – en second lieu de protéger les aliénés ordinaires et enfin d’appliquer une sanction pénale à ces malades. Le lieu d’enfermement est donc à la fois disciplinaire et thérapeutique, mais soumis à un ordre clairement médical, gardien notamment des sorties.

7Cet intérêt médical débouche dans le dernier quart du siècle sur des réalisations institutionnelles qui mèneront en 1986 à la création des UMD (Unités pour Malades Difficiles). Véronique Fau-Vincenti décrit la création des premiers « quartiers de sûreté » réservés aux « aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles » : celui de Gaillon dès 1876, puis celui de Villejuif en 1910. Elle confirme l’importance du « moment 1875 », décidément marqué par la Défense sociale, ainsi que le rôle de la Société médicopsychologique, fer de lance de la dégénérescence, de la responsabilité pénale partielle et de ces établissements spéciaux. La création de Gaillon semble initialement relever d’une initiative un peu circonstancielle de l’administration pénitentiaire, à l’écart du droit et des décisions du pouvoir central, on lui attribue cependant au niveau national le rôle d’accueillir les criminels devenus aliénés en cours de peine. Au contraire celle de la 3e section de l’hôpital de Villejuif est d’emblée plus institutionnalisée puisque le projet est placé dès 1898 sous le patronage du Conseil Général de la Seine, de l’Administration pénitentiaire et du Conseil supérieur de l’assistance publique. Sa destination spécifique continue cependant à poser problème comme en témoigne l’évolution des dénominations. Henri Colin, qui en prend la direction, utilise la mention « état dangereux », contre lesquels la société a le droit de se prémunir, ainsi que l’expression « aliénés difficiles », finalement retenue, qui permet de rompre avec la problématique morale des rapports entre maladie mentale et criminalité, et d’adopter une démarche qui se dit plus réaliste. La lente diffusion de l’expression révèle l’embarras institutionnel suscité par le traitement de la « dangerosité » qui ne se résout qu’avec la création des UMD proprement dites, destinées à accueillir les « médico-légaux », pénalement irresponsables, complétées par un dispositif psychiatrique pénitentiaire (SMPR, UHSA) en voie d’expansion actuelle.

8Dans le contexte actuel d’assimilation du crime, particulièrement du crime monstrueux, avec la pathologie, Delphine Moreau propose d’éclairer le point de vue des soignants hospitaliers sur les représentations de la violence des malades mentaux. À partir d’une enquête de terrain menée dans un service hospitalier, elle constate que les actes violents font partie du quotidien du service, et suscitent la mise en place de dispositifs spécifiques destinés à protéger les personnels tant matériellement que psychologiquement. Mais ce travail permet également de mettre en évidence la permanence des anciens partages : même si les catégories restent saisies dans un travail d’analyse continue dont témoigne l’activité du « staff », la violence pathologique, demeure ainsi légitimement prise en charge par le service hospitalier, tandis que l’immoralité, voire le vice, est tout aussi légitimement perçu comme devant être rejetée d’un service psychiatrique ordinaire vers l’UMD ou la prison.

Notes

1 Foucault M., « La vie des hommes infâmes », Dits et écrits II, Paris, Gallimard Quatro, 2001, p. 239.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540