Version classiqueVersion mobile

Les brigands

 | 
Valérie Sottocasa

Troisième partie. Modèles régionaux

Banditisme et résistance culturelle à l’intégration en Corse au temps des monarchies constitutionnelles

Francis Pomponi

Texte intégral

  • 1 C’est dire que nous ne traiterons pas ici de la délinquance ni de la vendetta en général et que no (...)
  • 2 Pomponi F., « Banditisme corse et ordre génois », Banditisme et violence sociale dans les sociétés (...)

1Pour mieux cerner un terme trop souvent employé dans un sens générique, on peut définir le banditisme en Corse – mais cela peut s’appliquer ailleurs, en particulier dans la même aire de civilisation – comme un phénomène socioculturel qui renvoie à la présence et à l’activité d’individus en situation de contumaces par rapport à la justice, disons à des délinquants aux yeux de la loi, qui ont fui la comparution devant le tribunal, pour ne pas répondre de leurs crimes ou délits, et qui ont trouvé refuge « au maquis ». Au point de départ, c’est le plus souvent le fait d’individus mais, une fois contumaces, ceux-ci ont tout naturellement tendance à se regrouper en bandes plus ou moins nombreuses et à vivre en marge de la société, s’adonnant, pour survivre ou se venger, plus rarement pour des raisons idéologiques, à des actions répréhensibles relevant du brigandage (vols à main armée, attentats, méfaits et actes de vengeance à l’encontre de particuliers ou des représentants de l’État…)1. Le phénomène est structurel et récurrent. Il traverse les âges, commence à laisser des traces à l’époque génoise et perdure sous la Corse française, avec des variantes contextuelles et temporelles qui, au-delà de toute interprétation anthropologique, laissent une place à l’historien. Ainsi, le terme de bandito, au Moyen Âge et tardivement encore aux temps modernes, répondait à la définition ci-dessus mais, à la différence – combien importante ! – que ledit bandit, à la suite de son inconduite, avait fait l’objet d’un bando (bannissement), décision de justice qui lui signifiait son expulsion du territoire et le menaçait de représailles s’il ne s’exécutait pas. Nombre de banditi allaient chercher asile dans la proche péninsule italienne ou en Sardaigne, se volatilisant dans la nature mais, déjà, certains d’entre eux optaient pour la vie au maquis en Corse même, dans cette marginalité que nous évoquions. Les Génois leur faisaient la chasse et montaient contre eux des opérations armées2.

  • 3 Rovere A., « Violence sociale et Etat royal en Corse à la fin du XVIIIe », ibid. La même problémati (...)
  • 4 Hobsbawm E., Primitive Rebels. Studies in Archaic Forms of Social Movement in the Nineteenth and Tw (...)

2Lors de la révolte des Corses contre la Sérénissime république de Gênes au XVIIIe siècle, puis sous l’Ancien Régime français, le banditisme a pu revêtir une tonalité politique pour désigner des bandes qui se dressaient contre l’autorité établie : l’État, qui les assimilait à des délinquants de droit commun, les pourchassait, alors que leurs partisans les considéraient comme des patriotes et des « résistants3 ». À d’autres moments, on est plus proche du thème du banditisme social des primitive rebels d’Hobsbawm4.

  • 5 C’est ce qui explique que cette période ait concentré les principales études sur la question, dont (...)

3Comme on le voit, le banditisme peut se décliner sur différents registres et, amenés à faire un choix dicté par la problématique de notre confrontation, nous avons opté pour le temps des monarchies constitutionnelles de la première moitié du XIXe siècle, sorte d’âge d’or du phénomène5, en nous interrogeant sur la validité de l’interprétation du banditisme – et de son corollaire, le brigandage – comme signe de résistance culturelle à l’intégration des habitants de l’île dans le cadre de la nation.

Perchè bandito6 ?

  • 6 L’expression est empruntée à Manlio Brigaglia, titre de son article sur le banditisme en Sardaigne (...)
  • 7 Pour la Sardaigne et une interprétation culturelle du phénomène, Pira M., La rivolta dell’oggetto, (...)
  • 8 Raccourcis pour désigner une justice sévère exercée en Corse contre la vendetta, sous la dominatio (...)
  • 9 C’est le cas pour Joseph Antonmarchi dit Gallochio dont il sera plusieurs fois question ici et pou (...)
  • 10 Par exemple à Frasseto, à l’origine de l’inimitié entre les Franceschi et les Antona dont nous rep (...)

4Arrêtons-nous tout d’abord sur la nature des déviances par rapport à la norme, qui mettent en branle l’appareil judiciaire puis « policier » à l’encontre des délinquants, contumaces en puissance7. La grille interprétative qui s’impose est bien celle de l’incompatibilité entre un système de valeurs d’une société perçue comme « archaïque » et les normes judiciaires en cours qui sont celles de l’État « civilisateur ». Cela vaut pour la Corse comme pour la proche Sardaigne, qu’il s’agisse, en des temps antérieurs à celui considéré ici, de giustizia genovese, paolina, morandina ou francese8. Dans la majorité des cas, les contumaces identifiables pour la période et dont on peut, pour l’essentiel, connaître le « parcours de vie », sont poursuivis en justice puis pourchassés « au maquis » où ils se sont réfugiés, pour des questions d’honneur qui relèvent du code et de la pratique de la vendetta. À l’origine, l’affront subi, le scherzo qui peut se rapporter à divers cas de figures : un bris de clôture, une atteinte à un droit de passage, une blessure infligée à un animal domestique, un cheval ou un chien, une moquerie, une insulte, une rixe… le plus souvent dans un contexte d’inimitiés familiales anciennes et bien enracinées dans la communauté, et le cycle est enclenché : la violence, la blessure ou l’assassinat infligé à « l’ennemi » ou à tel de ses parents qui, eux-mêmes, agitent la chemise sanglante et appellent à la vengeance. En bonne place dans ce processus, l’atteinte à l’honneur de la femme, un abbracio (des fiançailles) rompu9 l’attacar (un geste déplacé), un enlèvement10 ou un viol, ou le simple refus opposé à une demande d’union.

  • 11 Sur des situations comparables en Italie méridionale à la même époque, Gaudisio F., Brigantaggio, (...)
  • 12 « Tout le monde criait au voleur et parlait de Martino Pietri, originaire de Soccia et de sa masna (...)

5Face à ces manquements, on est certes en présence d’une justice plus humaine qu’autrefois, mais qui n’en demeure pas moins sévère et qui suscite auprès du coupable incompréhension et révolte. Celui-ci ou les siens, en vue des Assises, peut circonvenir les jurés (après 1830, lorsque le jury fut rétabli en Corse), les intimider ou menacer les juges. Les cas sont fréquents et, si l’on n’est pas sûr de son affaire, alors intervient la fuite, les rencontres au maquis, la constitution de bandes et la délinquance qui peut tourner au brigandage de grand chemin, encore que ce ne soit pas la forme la plus répandue, à la différence de ce qui se passe en Italie méridionale, dans les Pouilles, les Abruzzes ou en Sicile au temps des masse (bandes de brigands), de Fra Diavolo et de ses comparses11. En Corse, le phénomène ne revêt pas une telle fréquence ni une telle violence, mais le processus est le même et suffisamment grave pour inquiéter les autorités car, pour la période dont nous parlons, le bandit commet bel et bien des actes de brigandage qui font de cet ennemi à l’origine « privé » un danger « public ». Ainsi, sous le Consulat, Martino Pietri sévissait dans l’île ; à la tête d’une bande de 60 malfaiteurs, répandant la terreur auprès des marchands de Bastia, pillant les maisons de campagne et détroussant les voyageurs « Ognuno gridava al ladro », écrit l’historien contemporain F. O. Renucci12 et le gouverneur général Morand dut recourir à l’armée pour en venir à bout.

6Résistance culturelle contre l’ordre établi, avons-nous suggéré comme piste privilégiée de recherche, pour désigner le comportement de cette frange de population rebelle à l’État dont elle n’accepte pas les règles de vie en société que la justice et la gendarmerie (et tout autant l’armée) étaient chargées de faire respecter. Sous la Révolution, on avait vu régulièrement des insulaires s’insurger, pour des raisons religio-culturelles, lorsque les républicains s’en prenaient à leurs curés ou à leurs cloches. On réagissait aussi régulièrement contre la vente des biens nationaux de première origine souvent considérés comme appartenant aux habitants des communautés rurales ou urbaines. De manière plus générale tout ce qui allait dans le sens de « l’ordre nouveau » et de la « régénération », à l’encontre des usages et des valeurs vécues, engendrait déjà des mouvements de rejet.

  • 13 Robiquet, l’auteur des Recherches historiques et statistiques sur la Corse (1838) qui s’est beauco (...)
  • 14 À Lozzi, dans le Niolo, des incidents éclatent lors de la perception des contributions. Une trenta (...)
  • 15 Là encore dans le Niolo, ibid., 1839. Cette attitude d’hostilité à l’égard du service armé doit po (...)
  • 16 Wilson S., op. cit., a tenté de faire une synthèse des situations conflictuelles conduisant à la ve (...)

7Sous la Restauration plus encore, on rencontre, comme ailleurs en France (sur ce registre il n’y a pas de spécificité corse), le phénomène bien connu de la fuite devant la conscription et la pratique de la désertion qui conduisait les réfractaires au maquis13 : le refus du paiement de l’impôt14 et la maltraitance du percepteur peuvent également être interprétés comme des signes de résistance à une intégration « citoyenne » dans la nation. Dans les villages du canton montagneux du Niolo, on relève le cas de femmes, solidaires des conscrits, qui accueillaient par des jets de pierre et des vociférations les gendarmes ou les voltigeurs qui représentaient les « forces de l’ordre15 ». Sur le même registre du rejet de la modernité et de la norme étatique attentatoire aux us et coutumes ou aux pratiques ancestrales, signalons la courbe croissante des délits consécutive à l’application du code forestier de 1827. De manière plus générale, nombre de querelles à l’origine de sanglantes vendettas naissaient de l’adoption de concepts nouveaux, ou plus stricts, concernant le droit de propriété en opposition avec les usages traditionnels, en matière notamment de vaine pâture, d’enclosure des terres, ou de jouissance des biens communaux16.

Banditisme et politique

  • 17 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 262 ; 1823, lettre du préfet Suleau : « l’arrestation a été faite par (...)
  • 18 C’est une constante de la période. Le 19 octobre 1822, Théodore Poli, Gallochio, Xavier et Joseph (...)

8Retenons en premier lieu que, dans ce contexte conflictuel, la cristallisation du mécontentement se fait sur tout ce qui symbolise le pouvoir étatique considéré globalement comme responsable des méfaits subis ou des frustrations ressenties. Le bandit devenu brigand défie l’État sur lequel il a comme une revanche à prendre. Les bandes s’enhardissent et mettent à l’épreuve percepteurs, gendarmes, voltigeurs et autres fonctionnaires. On se livre à des embuscades contre des convois de fonds publics17, on attaque des casernes18, et, action plus emblématique encore, on procède à l’enlèvement du bourreau. Les contumaces, condamnés à l’origine à la suite d’inimitiés « privées » deviennent ainsi des dangers « publics ».

  • 19 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M ; année 1824.

9Ils agissent en groupes constitués, au hasard de rencontres entre gens « tombés dans le malheur », comme on disait déjà, et partageant le même sort. Ces petites bandes centrées sur des microrégions, mais liées entre elles par des réseaux d’interdépendance ou de parentèle qui les rendaient plus inquiétantes aux yeux des autorités, avaient parfois des relations bien attestées avec des hommes politiques de l’opposition, libéraux ou bonapartistes comme l’étaient les frères Sebastiani sous la Restauration. Ces derniers semblent avoir eu recours à eux en période électorale et avoir utilisé la force d’intimidation de ces marginaux à l’égard de leurs adversaires ou du pouvoir politique. Le fait est attesté en février 1824, à la veille des élections à la députation, par Favas, le chef d’escadron de la gendarmerie de Bastia, à propos des contumaces du Cortenais et de Gallochio en particulier. Des espions sont dépêchés sur place et des « indicateurs » sont sollicités afin de surveiller les déplacements du célèbre bandit en divers cantons où il entretient des relations avec des comparses19. Favas est formel :

« Ces mouvements ont des rapports politiques, les élections vont avoir lieu. N’y a-t-il personne en Corse qui ait intérêt à semer des craintes parmi les électeurs afin de les empêcher d’aller voter à Ajaccio ? »

  • 20 Ibid.

10Cette même année, dans des conditions rocambolesques, la même bande de contumaces du Cortenais s’empare de la personne du bourreau pour arrêter le cours de la guillotine dressée à Bastia sur la place Saint Nicolas20. Favas ajoute :

« Cette audace des bandits s’est manifestée du moment où les listes électorales venaient d’être affichées, ce qui me fait croire que dans leurs mouvements il y a beaucoup de politique, si ce n’est d’eux du moins de la part de ceux qui les font agir et je crois qu’il y a des personnes assez insensées pour le faire. Lorsqu’ils s’emparèrent du bourreau ils étaient vêtus de drap vert. Qui le leur a fourni ? »

11C’est en effet le moment où Horace Sebastiani vient d’arriver à Ajaccio où il jouit d’une grande influence. Citons un autre témoignage sur cette collusion entre bandits et politiciens : en mars 1823 il est question d’une réunion à Pietra di Verde dans la maison du suppléant du juge de paix :

« Il y avait là M. de Giovanni, le curé, Massoni, juge d’instruction auprès du tribunal de Corte, le bandit Gallochio, les deux Gambini, Sarrochi, et Martinetti ; ils dînèrent ensemble et sont allés chasser […]. Ils ont pour complice le maire de Pietra, Nicolai, dans la maison duquel ils se sont également réunis. »

  • 21 Sur le manutengolismo, Mangiameli R., « Banditi et mafiosi dopo l’unita », Meridiana, 1990, numéro (...)
  • 22 Au niveau de la bassa pulitica en opposition avec l’alta pulitica.
  • 23 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 263.

12Une rencontre que l’indicateur de la gendarmerie juge « étonnante ». Nous avons affaire ici à une forme de banditisme plus nettement représentée en Italie du Sud où, lorsque la mafia s’installera, elle prendra le nom de manutengolismo21. En Corse est également attesté dès cette époque à l’échelle locale le recours à des hommes de main lors de la désignation des maires ou de l’élection des membres des conseils municipaux22. C’est le cas en 1840 d’Augustin Stefanini23 de Sari qui, sous la menace, fait entrer au conseil municipal son cousin et homonyme :

« Stefanini ne cesse de se mêler de toutes les choses propres et communes, dit le préfet, et jusque des élections municipales […] de sorte que les électeurs n’ont pas pu donner leurs suffrages suivant l’ordre de la conscience de l’honneur et de l’intérêt public [et d’ajouter :] les habitants lui donnent par crainte le bras pour le soustraire à nos continuelles poursuites. »

  • 24 Dans le royaume de Naples, les frères Capezzoli qui devaient jouer un rôle important dans la rivol (...)
  • 25 Voir les pages le concernant dans Faure G., op. cit.
  • 26 Sous le pseudonyme de Pierhome, le député Pierangeli a consacré une biographie romancée à Gallochi (...)

13Autre cas à Cognocoli où on apprend que le maire Cotoni est allié au bandit Quastana et que les gardes champêtres sont les parents du bandit. Cette interpénétration entre banditisme et politique a beaucoup joué au temps fort des intrigues des carbonari sous la Restauration. Comme en Italie du Sud à la même époque24, mais sans que le phénomène atteigne la même ampleur, les liens entre banditisme et carbonarisme sont étroits, le passage de l’un à l’autre se faisant dans les deux sens. En Corse, dans la région de Vico, Théodore Poli25 fait figure de bandit « politique » ; certains ont fait de lui un nostalgique de Pascal Paoli et un défenseur attardé de la cause indépendantiste ; le voyageur Gracieux Faure, déjà cité comme auteur d’un ouvrage à succès sur Les bandits célèbres de Corse est plus près de la vérité en le présentant comme un carbonaro-bonapartiste : « Il s’affilia lui même et voulut que chacun des siens s’affiliât à la secte des carbonari » affirme-t-il. Théodore Poli se serait ouvertement déclaré carbonaro : « Il suivait au maquis le rituel de la secte… nous avons pour nous l’opinion, disait il, et les sociétés secrètes. » Faure donne des détails significatifs sur le personnage : « Il porte un bonnet de drap bleu, c’est un bonnet d’adjudant général à bords à visière avec des glands et une cocarde de ruban aux trois couleurs y était attachée. » Le cas de Gallochio renvoie aussi à ce processus d’idéologisation du petit monde des contumaces Nous avons vu son rôle trouble joué dans l’ombre des Sebastiani et il est avéré que, pour fuir la justice ou par conviction (il est difficile de faire la part entre les deux options), il rallia le groupe des volontaires philhellènes qui embrassèrent la cause de l’indépendance grecque et il participa à ce titre à la bataille de Missolonghi, avant de rentrer en Corse en 1833, de reprendre sa vie tumultueuse et de se livrer à une activité criminelle qui ne correspond guère à l’image du « bandit d’honneur » que la mémoire collective a forgée du personnage26. Théodore Poli aurait aussi de son côté, dans le prolongement de son engagement carbonaro, manifesté son intention d’aller se battre en Morée avec une compagnie de vétérans !

  • 27 Dans le Journal de la Corse du 13 avril 1822 d’Aligny avait reproché aux insulaires « de repousser (...)
  • 28 Auteur d’un Mémoire sur la Corse (1818) moins diffamatoire que Gallochio le laisse entendre.
  • 29 Factum de Gallochio publié chez Fabiani, dans Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M, 1824.

14Pour ce qui est de l’image du bandit patriote se réclamant de Sampiero Corso, de la lutte de libération des insulaires contre les Génois au XVIe siècle et renouant avec la tradition des partisans de Pascal Paoli qui continuèrent à résister en « maquisards » à l’occupation française au lendemain de la défaite de Ponte Novo (1769) sous l’Ancien Régime, nous disposons d’autres témoignages aux accents libertaires. Là le bandit semble se hausser à un certain niveau de conscience politique. On le voit braver la maréchaussée, rédiger des « placards » et les afficher en des lieux publics, composer des libelles enflammés et les faire imprimer pour dénoncer les méfaits de la présence française en Corse. Là encore nous retrouvons Gallochio, auteur d’un virulent factum rédigé contre le procureur d’Aligny pour les propos jugés diffamatoires que celui-ci avait tenus à l’adresse des insulaires27 ainsi que contre les écrits de Réalier Dumas28 et de Simonot. Bandit cultivé – Gallochio avait fait des études de séminariste et lisait beaucoup –, il reprend les accents des justificateurs de la révolte des Corses contre Gênes au XVIIIe siècle ; avec une touche de persiflage qui lui est propre lorsqu’il cloue au pilori Réalier-Dumas, « ce célèbre auteur d’une pitoyable brochure » en des termes assassins : « Il est un peu génois dans son affection pour la Corse ! » Non sans talent, notre séminariste contumace cite l’Arioste et le Tasse dans la bonne tradition des bergers corses, mais aussi bien Molière, et manie l’ironie à l’adresse du magistrat. Quant à Simonot, agent des douanes, rédacteur de Lettres sur la Corse, Gallochio dit de lui que « drogue pour drogue il eut mieux fait de s’en tenir au tabac ». Ces auteurs, ajoute-t-il, « ne seront pas écoutés et la Corse, après tant d’épreuves douloureuses, accomplira tôt ou tard ses heureuses destinées ». « Chez nous répond encore Gallochio, la considération ne s’acquiert jamais par des discours mais par des services réels. » Il évoque « l’époque mémorable où nous avons été affranchis de la verge despotique des Génois » et critique pour « leur morgue » les juges envoyés du continent, comme le faisait déjà le célèbre poète corse anti-français Salvatore Viale. Gallochio assure qu’il est au maquis, se dit « pauvre diable » et termine sa lettre par ces mots : « Oui j’aperçois les bleus et je suis obligé de vous quitter pour prendre ma carabine car M. de Bigarne est toujours à mes trousses29. »

  • 30 Cf. plus loin sur ces supplétifs corses recrutés pour seconder la gendarmerie.
  • 31 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 262 ; année 1823 lettre de Bigarne au préfet du 3 mars. Faisant état d (...)

15Évoquons aussi l’affaire de placards des bandits du Cortenais où les contumaces s’adressent aux voltigeurs30 en les rappelant à leurs devoirs, ce que l’autorité, en la personne du chef d’escadron Bigarne, ne manque pas de qualifier d’écrit « séditieux » et d’interpréter comme un appel aux armes31. Là encore on retrouve les accents de la Giustificazione della Rivoluzione di Corsica, bréviaire et référent officiel des Corses en révolte contre la Sérénissime république. Le texte d’un style ampoulé mais écrit dans un français impeccable parle de « politique infernale qui nous fait remonter aux Vandales. On y réveille les mânes du héros Sampiero Corso et on y réactualise la lutte contre la présence française :

« Sampiero n’avait qu’une dizaine de mousquets mais une juste cause. Notre cas est tout à fait le même : ce n’est pas contre un gouvernement paternel que nous dressons nos armes, mais contre les satellites de l’injustice, ces gendarmes qui se présentent comme un corps d’élite et qui vous considèrent comme leurs esclaves méprisés faisant de vous des chiens du bourreau et des lanternes de potence. Braves voltigeurs, pensez vous que l’opinion publique soit pour vous et que votre conduite établira votre réputation. Honneur aux braves patriotes et honte éternelle à tous ceux qui oublient le pays auquel ils doivent le jour. »

  • 32 Le texte se termine ainsi : « Ainsi fait à notre quartier général de la Roustanique (entendons la (...)
  • 33 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 262 ; 1823, lettre du sous-préfet de Corte : « Je ne pense pas que la (...)
  • 34 On ne s’étonnera pas de voir, dans les milieux autonomistes de la fin du XIXe et du XXe siècle, ce (...)
  • 35 Pour la Belgique on a pu parler à propos des brigandages du temps de la contre-révolution en 1798- (...)

16Certes l’autorité n’était pas dupe et savait bien que ce placard incendiaire n’avait pas été rédigé par l’inculte Gambini, chef des bandits du Cortenais qui l’avait signé32, mais probablement par un « agitateur » carbonaro bien repéré à Corte, sans doute l’avocat Gaffori33, mais peu importe que le fait relève de la réalité ou des représentations, l’essentiel étant pour nous de relever cette connotation idéologique du banditisme. Encore faudrait-il faire la part de l’image que le contumace entend donner de lui-même aux yeux de l’opinion. À l’origine du processus d’héroïsation du bandit, on trouve souvent ce phénomène d’auto-construction du personnage comme si le hors-la-loi voulait par là renouer le lien social coupé par la condamnation prononcée à son encontre34. Sous la Révolution, en 1799 surtout, mais déjà en 1798 lors de la Crocetta, ce mouvement de révolte anti-républicain qui, dans une large mesure, s’apparente aux prémices du sanfédisme qui allait connaître son apogée dans le royaume de Naples au temps de l’éphémère république parthénopéenne et du cardinal Ruffo, le banditisme s’habillait du manteau de la contre-révolution35. Sous la Restauration, c’est dans les rangs du libéralisme et du carbonaro-bonapartisme qu’il se fait une place, la continuité structurelle étant qu’il revêt une forme de protestation identitaire contre le pouvoir dominant du moment et son action normalisatrice.

Banditisme et contre-pouvoir

  • 36 Rapport du capitaine de gendarmerie Martinetti, Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M ; année 1826.

17Observons encore, à un moindre niveau de conscience idéologique et relevant plutôt du psychisme des exclus, les manifestations de contrepouvoir des contumaces qui sont autant de signes de provocation contre l’ordre établi. Comme pour singer l’État et la Monarchie, tel bandit chef de bande se dit « roi du maquis », siégeant dans son « palais vert », parodiant ainsi avant l’heure cette préfecture d’Ajaccio, siège du pouvoir, qu’on appellera « le palais Lantivy », du nom du préfet qui, sous la Restauration, la fit construire. Entre 1819 à 1827, le bandit Théodore Poli, qui se disait aussi « commandant », fixait ainsi temporairement son quartier général avec sa bande dans son palais vert du bois d’Aïtone ou dans celui de la montagne de Cagna. Il y rendait la justice, prononçant des condamnations contre ceux qui enfreignaient les règles qu’il avait établies. Un témoignage le concernant signale qu’alors qu’il était en Cinarca, le célèbre bandit gyrovague « dictait ses lois, mettait le peuple à contribution et condamnait à mort ceux qui n’obéissaient pas à ses ordres36 ». Dans les villages, les ennemis privés ou ceux qui n’obtempéraient pas aux injonctions des bandits, étaient comme « mis au ban » de la communauté et, par placard affiché le plus souvent sur la porte de l’église, il était défendu aux serviteurs, fermiers ou bergers de cultiver leurs terres ou de garder leur bétail. On a de nombreux exemples d’interdits de ce type où le bandit fait ou « dit la loi » sous forme de placards publics Citons, parmi bien d’autres, ce cas relatif à deux bandits célèbres du Sartenais, rapporté par le sous-préfet de la circonscription :

  • 37 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 263.

« Les deux assassins Santa Lucia et Jacques Antoine Giacomoni se sont couronnés rois despotes Ils ont déclaré leurs capitales les deux hameaux du canton de Ste Lucie, Altagène et Mela, leur demeure ordinaire et, au mépris du public et de la justice, s’étant portés sur les places des églises paroissiales des dits hameaux, ils ont proclamé qu’on devait les reconnaitre pour rois despotes au son du tocsin de la campana a martello où il y avait tout le peuple et à Mela le maire aussi. Les rois despotes ordonnèrent entre autres choses gare et mort à ceux qui cultivaient les biens des Poli, Quilichini et Ortoli, défendant aussi à tout le monde de porter aux dits pas même de l’eau sous peine de mort, qu’ils étaient rois despotes qu’on devait les reconnaître comme tels et celui qui aurait contrevenu à leur ordre serait puni de mort37. »

  • 38 Gallochio en 1823 informe quelque temps à l’avance les habitants de Palneca qu’il viendra percevoi (...)

18La terminologie redondante de « despotes couronnés » et de « rois » dont s’affublaient ces « donneurs d’ordre » relève parfaitement du registre du contre-pouvoir qu’ils exerçaient dans le pays. Les bandits rançonnaient volontiers les percepteurs et se faisaient eux-mêmes percepteurs, prélevant des « impôts » qui ne s’appelaient pas encore « révolutionnaires » comme de nos jours, mais qui relevaient déjà de ce qu’on appellera plus tard du racket38. La demande d’argent s’apparentant à un pur acte de brigandage trouvait ainsi des justifications différentes. Là elle s’alignait sur la contribution due à l’État, à d’autres moments elle revêtait la forme d’une demande de réparation. Le bandit Decius Viggiani déclarait ainsi :

« J’ai eu connaissance que la commune de Bonifacio a fait la demande au ministre d’une prime de 6000 francs pour quiconque me détruirait, et moi je fais aussi la demande à la même population d’une somme de 6000 francs pour ma subsistance et vous êtes prévenus dès ce moment de vous tenir sur vos gardes et de ne point vous aventurer jusqu’à ce que j’ai reçu la dite somme. »

19Citons encore la lettre du bandit Gasparini de Bastelica affichée à l’église de Cauro :

« Je soussigné Noël Gasparini, puisque mon sort veut que je sois récidif à faire du mal, déclare ici en peu de mots que Pasqualini et Orazi ayant voulu nous perdre par de faux témoins sans leur avoir fait aucun mal malgré qu’une paix ait été plusieurs fois faite par des hommes de bien […] je déclare maintenant que je ferai la guerre contre tous ceux qui nous ont causé du mal… »

  • 39 Et d’autres exemples dans Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M, passim.

20Puis suivent les menaces « contre tout habitant qui osera cueillir les châtaignes ou ensemencer les terrains soit d’Orazi dont je me déclare ennemi ainsi que de sa famille et des Pasqualini39… »

21Sur le même registre, ce sont encore en 1847 les bandits Giacomoni et Arii qui exigent du conseil municipal de Sainte-Marie et Figaniella « de leur compter 1 000 francs sous peine d’interdiction aux populations de jouir des biens communaux ».

Le bandit justicier

  • 40 Ibid.
  • 41 Déjà sous la Restauration, Robiquet, op. cit., relevait la connivence qui existait entre les bandi (...)

22Parfois les contumaces se donnent des airs de justiciers et tendent à se substituer à l’État « défaillant » ou considéré comme responsable des inégalités de condition. Là nous rejoignons le cas de figure du banditisme social, celui des primitive rebels mis en exergue par Hobsbawm. Le bandit se présente alors comme celui qui taxe les riches pour soulager les miséreux40. Ce contre-pouvoir réparateur d’injustice apparaît occasionnellement à propos des bandes de Gambini et de Gallochio. En 1822 par exemple, à Piedigriggio, les bandits assaillent le curé local et récupèrent des créances que celui-ci détient sur de pauvres bougres. Cette taxation des curés est une ligne maîtresse de la conduite de Théodore Poli dans les cantons du Cinarca et du Cruzzini. C’est aussi pour réparer un tort qu’en 1848 Massoni et sa bande enjoignaient sous peine de mort aux négociants de l’Île Rousse de ne plus embarquer de marchandises sur les bateaux à vapeur chargés du service de la correspondance, afin de favoriser les équipages de la marine à voile de la localité avec lesquels les malfaiteurs entretenaient de bonnes relations et qu’ils trouvaient toujours prêts à les transporter avec leurs embarcations sur tous les points de la côte. Le même Massoni, qui lui aussi se disait « roi de la montagne », se présentait encore comme le défenseur des bergers du Niolo contre les propriétaires qui possédaient des herbages en Balagne et qui les leur affermaient à des prix élevés. Le préfet relève un changement entre le banditisme traditionnel et ces formes nouvelles connotées d’une charge de revendication sociale et il s’en inquiète : « Il [Massoni] frappe moyennant salaire et se livre à des exactions. Il impose suivant la fortune toutes sortes de propriétaires et interdit d’ensemencer […] ce nouveau caractère de banditisme épuise le pays » et le préfet déplorait qu’un tel comportement, en dépit des exactions auxquelles se livrait Massoni, attirait à celui-ci de la sympathie de la part de certains habitants. En fait, cette forme de banditisme social était moins nouvelle que ne le donnait à entendre le préfet41, mais plus intense aux approches et au moment de la révolution de 1848 où, en Corse comme sur le continent, on assista à une poussée de lutte de classe en milieu rural sur fond de conflits agraires.

Banditisme et opinion publique

  • 42 Comme exemple de solidarité signalons le cas du village de Sorio où un bandit est hébergé par Vinc (...)
  • 43 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M, année 1823.

23Dans quelle mesure les bandits trouvaient-ils un écho favorable et suscitaient-ils de la sympathie auprès des populations locales, en dehors des cas ponctuels et rares de « banditisme social » ? Il convient d’être plus nuancé qu’on ne l’est bien souvent lorsqu’on privilégie l’image d’Épinal du bandit d’honneur. Certes le cas du contumace, isolé ou en bande, qui trouve à se ravitailler dans « son » village auprès des « siens » est fréquent et cette solidarité se nourrit d’une certaine méfiance collective, voire d’une hostilité déclarée envers l’État considéré comme prédateur ou normalisateur42. Il a pu en être à cette époque des bandits comme des carbonari : ils surent tisser des réseaux de sympathie et purent faire figure de héros en bravant un pouvoir honni pour des raisons économiques, fiscales ou culturelles, mais gardons-nous de généraliser, car tout aussi nombreuses ont été les marques de peur, de rejet et de condamnation envers ces marginaux perçus comme de dangereux brigands : réprobation de la violence lorsqu’elle était aveugle, plaintes contre les exactions, mobilisation physique même des villageois contre les agressions, dénonciations fréquentes auprès des gendarmes. En 1823 des troubles se produisent à Piana, provoqués par le « brigandage de bande » (l’expression est dans le texte) des frères Battista et Domenico Grimaldi. Ils sont dénoncés « en raison des délits qu’ils commettent, se livrant à des assassinats de jour comme de nuit, ainsi qu’à des vols et s’en prenant aux biens des habitants comme l’atteste la voce publica », « ces gens là », concluent les pétitionnaires, « sucent le sang de l’humanité »43. Une autre pièce du dossier met en cause les frères Subrini qui volent vaches, bœufs et cochons : « Nos familles, est-il dit, doivent se garder enfermées dans leurs maisons et se désolent de la perte de leur travail et de leurs bestiaux. » C’est là un témoignage de plus sur la déviance du banditisme en brigandage. Quarante familles sont concernées, font état de leur peur, demandent que l’ordre soit rétabli et que des mesures soient prises à l’encontre desdits Grimaldi, Subrini et Ciancioni. Toujours dans le Vicolais, et cette fois à propos de Théodore Poli, le maire de Murzo, écrit au préfet que l’opinion publique lui est défavorable mais il ajoute :

  • 44 Arch. dép. Corse-du-Sud, juin 1822.

« Que faire contre de pareilles gens vis à vis desquels le moindre soupçon de ressentiment serait une déclaration à mort et une inimitié avec leur famille !… Nous sommes dans la nécessité d’attendre dans le silence que la première puissance d’Europe, la France, à laquelle nous avons l’honneur d’appartenir, prenne des mesures pour nous délivrer de ce fléau qui n’épargne ni l’honneur ni la vie, ni la propriété44. »

24Les notables, et ceux qu’on pourrait déjà appeler les bien pensants, les élites, en voie d’intégration politique et culturelle, voient d’un bon œil les gendarmes et ne rechignent pas à demander l’intervention de la troupe de ligne. Le maire de Guagno déclare ainsi :

« Une bonne garnison de troupes serait extrêmement nécessaire dans notre pays à défaut de quoi les habitants se feraient surprendre et assaillir par les bandits qui leur enlèvent leurs effets et menacent leur vie. »

  • 45 Ibid.

25Le témoignage de Pinelli, maire de Poggiolo, toujours dans le Vicolais, le pays de Théodore Poli, va dans le même sens lorsqu’il se plaint que son canton est infesté de bandits et de scélérats qui sèment la terreur : « Il faudrait, dit-il, nous donner des armes et des munitions et établir une brigade de gendarmerie. » À Soccia encore, le juge Defranchi et le curé Pinelli s’expriment sur le même sujet en des termes analogues à propos de ces bandits « qui tourmentent les honnêtes gens et allument le feu dans le canton ». Eux aussi réclament qu’une brigade de gendarmerie soit établie à Poggiolo dans le canton du Cruzzini45. La brutalité, la violence des bandits, le comportement sanguinaire de certains d’entre eux rendent compte du sentiment de peur et de rejet qu’ils provoquent auprès de la population. Dans le cadre de la vendetta qui oppose les Antona aux Franceschi dans un village des environs d’Ajaccio, les gendarmes établissent un constat macabre à la suite de la découverte de trois corps des Franceschi :

  • 46 Versini X., op. cit., p. 149, et Gazette des tribunaux du 18 juillet 1847.

« Le cœur et les poumons des trois malheureuses victimes avaient été arrachés et suspendus sur les branches du maquis ; les cadavres étendus sur le sol avaient été mutilés de la manière la plus atroce. Un sentiment de pudeur oblige à taire d’horribles détails qui ont fait frémir d’horreur ceux qui en ont entendu le récit46. »

26Un autre témoignage confirme ces traits de violence extrême des Antona qui avaient pris le maquis et qui faisaient régner la peur dans le canton :

  • 47 Franceschi R., op. cit., p. 150.

« Le chiffre des morts doit faire voir aux autorités la barbarie des Antona qui, non contents de les massacrer, s’amusaient à écorcher les oreilles et ouvrir la bouche et leur mettre dedans des racines d’herbe, signe de destruction de la race Franceschi47. »

La réaction des autorités

  • 48 Versini X., op. cit. Se reporter également aux statistiques de l’Atlas de Robiquet.

27À travers la constance déployée par le préfet, les procureurs généraux, les services de gendarmerie et la troupe régulière, on mesure l’attachement mis par les autorités des monarchies constitutionnelles à lutter contre le banditisme pour faire respecter la loi. En amont du phénomène, nous l’avons dit, la violence privée liée à la pratique de la vendetta qui ne faiblit pas : près de cent assassinats par an en moyenne et plus de 150 en y englobant les tentatives avortées, avec des pics à 250 pour les années les plus meurtrières48. La volonté d’éradication de cette violence est exprimée dans tous les rapports officiels comme une priorité et la condition préalable à une « bonne » intégration de la Corse dans l’ensemble national. C’est le point de vue des représentants de l’État mais c’est aussi celui des notables locaux, comme l’attestent diverses délibérations du conseil général ou les correspondances adressées au préfet. Certes on compte beaucoup sur l’école pour parvenir dans le moyen terme à un adoucissement des mœurs qui suppose la remise en question de coutumes que les voyageurs de l’époque romantique peuvent trouver pittoresques mais que les autorités ont pour mission de corriger dans la mesure où elles font entrave à la mission civilisatrice qu’affiche l’État comme règle première de sa politique.

28Banditisme et brigandage sont le plus souvent des formes secondes de la vendetta, mais à ce stade des manifestations violentes que nous avons évoquées et qui sont le fait des contumaces au maquis, la solution relève exclusivement de la répression et passe par un certain nombre de mesures dont certaines s’inscrivent dans la longue durée du phénomène et prolongent des dispositions qui remontent à l’époque de la Sérénissime république de Gênes. Relevons en premier lieu, dans la continuité des mesures prises sous la Révolution et renforcées sous l’Empire pour assurer « l’ordre public », la mise en place d’un maillage serré de brigades de gendarmerie avec des gendarmes à pied et à cheval dispersés en petites groupes (moins de dix le plus souvent) dans les endroits les plus sensibles et de préférence dans les chefs-lieux de canton. Ils étaient souvent logés chez l’habitant, plus rarement dans des casernes spécialement aménagées et parfois dans des couvents qui avaient connu le sort des biens nationaux. On comptait 500 gendarmes en Corse répartis dans une soixantaine de brigades en 1825 et le nombre des effectifs se stabilisera sous la monarchie de Juillet autour de huit cents hommes dont la tâche prioritaire était de traquer les contumaces. La plupart des gendarmes étaient d’anciens militaires d’origine continentale et on ne tarda pas à considérer que leur manque de connaissance du milieu, des mœurs et de la langue des habitants compromettait l’efficacité de leur mission. Le 8 avril 1822 le président de la Cour royale, Ménard, dresse un tableau inquiétant de la situation de la gendarmerie. Il déclare que dans les premiers temps qu’il a passés en Corse ce corps était respecté, mais que les choses ont changé : « Depuis six mois environ, les bandits ont déclaré une guerre à mort aux gendarmes on en a déjà assassiné 40 ! » Certes les Corses déplorent ces excès, ajoute notre observateur, mais ils en attribuent la cause aux actes provocateurs des gendarmes et à l’impunité dont ils jouissent :

  • 49 Arch. nat., BB30 241.

« La gendarmerie est totalement déconsidérée affaiblie et dépouillée de cette force morale sans laquelle la force publique sera toujours impuissante dans un pays où les résistances sont si faciles, les passions vives et l’opinion locale si puissante. Les bandits deviennent tous les jours plus audacieux plus entreprenants et les gendarmes toujours plus faibles plus timides et plus avilis ; ce corps est usé, personne n’oserait plus s’en faire accompagner49. »

  • 50 Le lieutenant-général commandant l’ile de Corse successeur du général Morand sous l’Empire et de M (...)

29Pour remédier au mal, l’État institua en 1822 un corps de supplétifs, celui des voltigeurs. On se montra moins regardant sur les conditions de leur recrutement, l’essentiel étant que ce soient des gens du pays jugés plus à même de s’adapter à la situation locale. Sans doute ne prit-on pas suffisamment en compte le fait que nombre d’engagés dans ces unités nouvelles avaient des comptes personnels à régler avec les contumaces et qu’ils se montraient moins bien disciplinés que les gendarmes. La traque aux contumaces revêtait déjà la forme de ce qu’on appellera plus tard en Sardaigne, dans des conditions semblables, la caccia grande, véritable chasse à l’homme s’apparentant à des battues au sanglier. Le but des opérations conduites avec peu de moyens et un faible nombre d’hommes consistait moins à s’emparer des fugitifs qu’à parvenir à la « destruction du bandit », suivant l’expression déjà consacrée, comme on l’aurait dit d’une bête sauvage. Une fois repérés et pourchassés, les contumaces étaient plus souvent abattus que fait prisonniers dans leurs « tanières », comme le révèlent avec force détails les articles du Journal de la Corse, organe de presse officiel qui reproduisait également les comptes rendus des procès d’Assises, moyens indirects tendant, par la force de la dissuasion, à favoriser la « civilisation des mœurs ». La violence répressive avait pourtant comme contrepartie l’âpreté des contumaces à se défendre et à prendre les devants : ils n’hésitaient pas à dresser des embuscades contre les gendarmes ou même à les provoquer jusque dans leurs casernements. On compta sans doute plus de victimes dans les rangs des forces de l’ordre que dans ceux des contumaces, ce qui amena tel préfet à parler, de manière excessive mais révélatrice, de « guerre » déclarée à l’État. Certaines opérations plus importantes et mobilisant des détachements de la troupe de ligne ne vont pas sans évoquer les commissariati génois, expression employée au temps de la Sérénissime pour désigner l’envoi dans les villages de petits corps expéditionnaires de sbires pour traquer les bandits mais, à la différence près qu’autrefois ces actions punitives étaient marquées par des représailles (bris de clôture, arbres fruitiers arrachés, bétail abattu, maisons brûlées) exercées à l’encontre des biens des contumaces, de leurs parents et de leurs clients… Entre-temps l’État en était venu lui aussi à des pratiques plus policées ! Signalons comme autres survivances du passé également accommodées aux nouvelles pratiques d’une police qui sortait bien rodée du temps de la Révolution et de l’Empire : l’utilisation de fonds secrets pour encourager la délation et l’attribution de primes aux indicateurs. Ces pratiques purent améliorer les résultats dans la lutte contre les contumaces, mais elles ne manquèrent pas d’engendrer de la part de ces derniers une recrudescence de violence à l’encontre des délateurs et espions (les spie) qui venaient ainsi au secours des représentants de l’État, moins par civisme que pour assouvir des vengeances personnelles. Rappelons d’autre part que, durant toute la Restauration, l’absence de jury d’assises en Corse renforçait le pouvoir des magistrats nommés par le gouvernement dans la lutte contre le banditisme. Le rétablissement du jury au lendemain de la Révolution de Juillet suscita de vifs débats entre partisans et opposants de cette mesure qui mettait fin à la situation d’exception que connaissait la Corse mais qui n’eut pas de conséquence directe sur la persistance du phénomène de la violence. Une justice plus humaine, tendance marquée au cours de la période par la prise en compte des « circonstances atténuantes » et le laxisme de certains jurys ou juges, naturellement complaisants, soudoyés et/ou menacés par les proches des accusés, ont pu jouer en faveur des coupables lors des nouvelles affaires portées en justice, mais elles eurent peu d’effets sur le sort des contumaces qui s’étaient mis au ban de la société. Retour au passé encore lorsqu’on recourut un temps, plus ou moins ouvertement, à la formule du bannissement par salvocondotto, solution de facilité et signe d’impuissance à résoudre le problème. On délivra ainsi, à l’initiative de l’autorité militaire50, des sauf-conduits pour se débarrasser de certains bandits. En 1823 le gouverneur commandant militaire de la Corse, pour prévenir les objections de l’autorité judiciaire, s’en expliquait en ces termes :

« La mesure d’accorder un passeport à un homme poursuivi par la justice est contre toutes espèces de formes mais cette disposition a été dictée par la situation extraordinaire du pays et l’espoir d’en éloigner les criminels qui l’infestent et qu’on ne peut atteindre. Il faut se hâter d’éloigner du théâtre de leurs crimes des hommes reconnus si dangereux. »

  • 51 Pomponi F., « Banditisme corse et ordre génois », op. cit.
  • 52 Le problème s’était déjà posé avec acuité en Corse au moment du blocus continental et des continue (...)

30Mais cela provoqua un tollé dans certains milieux de la magistrature jusqu’au niveau du ministère de la Justice et on y renonça. Dans les derniers temps de la monarchie de Juillet, à l’approche et au moment de la révolution de 1848, on relève plus fréquemment des troubles à connotation politico-sociale de la part de bandes de délinquants et l’heure n’est plus au laxisme. Les premières mesures d’extradition réciproque des bandits de Corse et de Sardaigne, marquaient déjà le retour à la volonté d’éradiquer le fléau en reconduisant devant la justice les contumaces qui s’étaient réfugiés à l’étranger, afin que force reste à la loi. La pratique de l’extradition était certes connue dans l’ancien droit, avec des variantes, mais elle demeurait exceptionnelle et les « bandits » n’étaient plus inquiétés dès lors qu’ils avaient quitté le pays où ils avaient sévi. On sait, dans le cas de Gênes par rapport à la Corse51 – mais il en allait de même à Venise, à Lucques, en Toscane et en d’autres points de l’Italie péninsulaire – que le bando équivalait à une amnistie de fait et le système convenait d’autant mieux aux États qu’il leur permettait de recruter des soldats. Négocier avec un État voisin la remise de malfaiteurs afin de les traduire devant les tribunaux dans leur pays, en clair mettre en place une procédure d’extradition, marque une rupture par rapport à la pratique du bando dont elle est antinomique. C’est un signe des temps nouveaux progressivement expérimenté avec le royaume de Piémont qui entretient globalement de bons rapports avec les monarchies constitutionnelles. Le recours à la signature de traités de commerce concernant les rapports entre Corse et Sardaigne relève de la même évolution et concerne de près l’objet de notre préoccupation puisqu’il s’agissait dans le même temps de lutter contre la contrebande, autre signe de la modernisation des rapports entre États52. Les contrebandiers, dont on affirmait ainsi le caractère de délinquants, ne devaient plus bénéficier de tolérance (là aussi « civilisation des mœurs » oblige !) et la voie était ouverte à leur marginalisation. Combien d’entre eux dans les rangs des contumaces ?

*

31Le phénomène du banditisme, disions-nous en début d’analyse, n’était pas nouveau, mais ce qui nous frappe au cours de la période sur laquelle a porté notre propos, c’est l’affirmation progressive de la puissance étatique sur le plan de l’administration, de la justice, de la police, des exigences en matière d’impôt, de conscription et de promulgation de mesures administratives et législatives dont les champs d’application étaient de plus en plus tentaculaires. Le désordre ne nous apparaît pas comme le fait de la faiblesse ou de « la vacance de l’État », mais plutôt comme l’affirmation du « tout État ». La tutelle du pouvoir gagnait les chaumières et s’ingérait dans la vie privée, tendant à y modifier les règles en usage. Il en résulta souvent un climat de tension et des manifestations de rejet qui pouvaient conduire devant les tribunaux et provoquer la fuite au maquis afin d’éviter les représailles ou simplement l’humiliation du passage devant les juges. Perchè banditi ? Nous avons privilégié pour répondre à cette question la piste de la vendetta parce que c’est par excellence le phénomène générateur du banditisme et du brigandage qui lui est étroitement lié, mais les autres formes de rejet que nous venons d’évoquer et qui pouvaient conduire « au maquis » sont de même nature et permettent également de mettre en perspective la relation conflictuelle entre État et administrés. Sous le Second Empire on pourra enregistrer des traits de la progression de cette « civilisation des mœurs » dont la soumission a la loi est le signe le plus tangible et encore ! On ne manquera pas d’observer que cette mutation des comportements, difficile à apprécier, s’accompagna (dans quelle mesure faut-il y voir un lien de cause à effet ?) de la prise de mesures drastiques telles que l’interdiction du port d’armes et la loi de recel qui permettait de punir pour complicité les proches et les parents des contumaces. Le triomphe du « parti de l’ordre », en Corse comme sur le continent, ne pouvait qu’accentuer la tendance à la sévérité. Par ailleurs, on peut constater que cet assainissement de la situation n’alla pas sans des « rechutes » qui se produisirent dans d’autres situations de tension entre société et autorité. Le recours au « culturel » comme élément explicatif des déviances reste un bon fil conducteur pour l’historien, à condition de ne pas l’extraire du contexte dans lequel il est mis à l’épreuve.

Notes

1 C’est dire que nous ne traiterons pas ici de la délinquance ni de la vendetta en général et que nous ne considérerons que le cas des contumaces, brigands en puissance.

2 Pomponi F., « Banditisme corse et ordre génois », Banditisme et violence sociale dans les sociétés de Europe méditerranéenne, Études Corses, no spécial 40-41, 1993, p. 291-324.

3 Rovere A., « Violence sociale et Etat royal en Corse à la fin du XVIIIe », ibid. La même problématique vaut pour les barbets du pays niçois et du Piémont durant la période révolutionnaire ; cf. I afelice M., Barbets ! Les résistances à la domination française dans le pays niçois, Nice, Éditions Serre, 1998.

4 Hobsbawm E., Primitive Rebels. Studies in Archaic Forms of Social Movement in the Nineteenth and Twentieth Centuries, Manchester, Manchester University Press, 1959.

5 C’est ce qui explique que cette période ait concentré les principales études sur la question, dont Versini X., Un siècle de banditisme en Corse (1814-1914), Paris, 1972, et, plus complet et comportant une bibliographie exhaustive, Wilson S., Vendetta et banditisme en Corse au dix-neuvième siècle, traduction D. Dudon-Coussirat, A. Messagera/Albiana, 1995.

6 L’expression est empruntée à Manlio Brigaglia, titre de son article sur le banditisme en Sardaigne dans Enciclopedia della Sardegna, Cagliari, 1978.

7 Pour la Sardaigne et une interprétation culturelle du phénomène, Pira M., La rivolta dell’oggetto, antropologia della Sardegna, Milan, Giuffrè editore, 1978, et Pigliaru A., Il banditismo in Sardegna, Milan, Giuffrè editore, 1975. Pour une approche juridico-historique, Passano M. da, Delitto e delinquenza nella Sardegna sabauda (1823-1844), Milan, Giuffrè editore, 1984.

8 Raccourcis pour désigner une justice sévère exercée en Corse contre la vendetta, sous la domination génoise, lors du généralat de Pascal Paoli (1765-1769) et, après la conquête française, sous l’Ancien Régime et au temps du général Morand sous l’Empire.

9 C’est le cas pour Joseph Antonmarchi dit Gallochio dont il sera plusieurs fois question ici et pour un autre bandit célèbre de l’époque, Jean Pedinielli. Voir Faure G., Banditisme et bandits célèbres de Corse, Paris, Chez l’auteur, 1858.

10 Par exemple à Frasseto, à l’origine de l’inimitié entre les Franceschi et les Antona dont nous reparlerons, la chronique rapporte qu’à la fin de l’été 1831, la fille de Paul-François Franceschi, Cichetta, âgée de 21 ans, a été enlevée un soir et que les soupçons se sont rapidement portés sur Joseph Antoine Antona surnommé Fiaconu ; détails dans Franceschi R., Combats et souffrances d’un village corse, Paris, Éditions Poly Print, 2001.

11 Sur des situations comparables en Italie méridionale à la même époque, Gaudisio F., Brigantaggio, repressione e pentitismo nel Mezzogiorno preunitario, Lecce, Congedo editore, 2002.

12 « Tout le monde criait au voleur et parlait de Martino Pietri, originaire de Soccia et de sa masnada di ladri (bande de brigands) », Renucci F. O., Storia di Corsica, t. II, livre 9, Bastia, 1833. C’est le général Morand qui en vint à bout en ayant recours à un inspecteur de sa police secrète qui réussit à s’infiltrer dans la bande.

13 Robiquet, l’auteur des Recherches historiques et statistiques sur la Corse (1838) qui s’est beaucoup arrêté sur la question de la délinquance et du banditisme en Corse dans l’esprit des célèbres « enquêteurs » de l’Académie des sciences politiques et morales tels que Villermé et Tocqueville dont il était le contemporain, présente le bandit Théodore Poli comme un conscrit retardataire de la classe de 1819 : dans les Cévennes, c’était le cas du bandit Roux, étudié par Porchier Y., « Banditisme et violence sociale dans les sociétés méditerranéennes », op. cit., p. 237.

14 À Lozzi, dans le Niolo, des incidents éclatent lors de la perception des contributions. Une trentaine de personnes armées de fusils s’en prennent aux gendarmes et à l’armée de ligne, Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M ; année 1831.

15 Là encore dans le Niolo, ibid., 1839. Cette attitude d’hostilité à l’égard du service armé doit pourtant être nuancée. Gracieux Faure, bon observateur des « choses de Corse » qui, lui aussi, a relevé le cas de Théodore Poli comme celui d’un conscrit réfractaire écrit néanmoins : « Quand ailleurs on cherche par tous les moyens, bons ou mauvais, à échapper à la conscription, nos jeunes gens mettent la main dans l’urne sans changer de couleur et de ceux que le sort épargne, 3 sur 5 s’enrôlent volontairement. Vous verrez des localités de 2 000 à 3 000 habitants, Bonifacio par exemple, qui ont actuellement sous les drapeaux 40 officiers et un nombre proportionné de sous-officiers et de soldats » (Faure G., op. cit., p 35). Déjà sous la Révolution on était en présence du paradoxe entre des actes de désertion qui alimentèrent la contre-révolution et l’engouement qui portait de jeunes villageois insulaires à s’engager dans les corps francs et dans la Légion corse.

16 Wilson S., op. cit., a tenté de faire une synthèse des situations conflictuelles conduisant à la vendetta et au banditisme à partir de divers travaux portant sur le XIXe siècle insulaire.

17 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 262 ; 1823, lettre du préfet Suleau : « l’arrestation a été faite par le bandit Sanrochi François et c’est au lendemain de l’interception du courrier qu’on a trouvé le placard affiché à Corte » (cf. plus loin).

18 C’est une constante de la période. Le 19 octobre 1822, Théodore Poli, Gallochio, Xavier et Joseph Multedo, Brusco et Sabini (la fameuse bande de Corte !) attaquent la caserne de gendarmerie de Casaglione, tuent un gendarme et la pillent, ibid., année 1822. Autre témoignage dans Robiquet, op. cit., p. 434.

19 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M ; année 1824.

20 Ibid.

21 Sur le manutengolismo, Mangiameli R., « Banditi et mafiosi dopo l’unita », Meridiana, 1990, numéro spécial mafia, à propos de Angelo Pugliese dit Don Peppino il lombardo garibaldien des années 1860.

22 Au niveau de la bassa pulitica en opposition avec l’alta pulitica.

23 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 263.

24 Dans le royaume de Naples, les frères Capezzoli qui devaient jouer un rôle important dans la rivolta del Cilento en 1828 avaient été bandits dans la région de Monteforte, avant de nouer des liens avec les carbonari du pays qui les manipulèrent pour la défense de leur cause. Dans le cas d’Antonio Galloti, autre personnage célèbre de la période, sa réputation de carbonaro et de combattant de la liberté gagnée lors de cette même révolte du Cilento resta quelque peu ternie par ses débuts de brigand et d’engagé volontaire dans les rangs des sanfédistes et des partisans de Marie Caroline, tout comme Fra Diavolo. Pris en main par la canonico Antonio de Luca, il devint philadelphe et sut se faire admettre auprès de la bourgeoisie libérale locale. Lors de son séjour en Corse, où il s’était réfugié pour fuir le despotisme de la restauration bourbonienne, il fut accueilli comme un héros jusqu’aux premiers temps de la monarchie de Juillet et reçu à Ajaccio à la table du préfet Jourdan. De part et d’autres de la Tyrrhénienne les parcours de vie des bandits-carbonari ont des points communs et même, leurs destins se croisent !

25 Voir les pages le concernant dans Faure G., op. cit.

26 Sous le pseudonyme de Pierhome, le député Pierangeli a consacré une biographie romancée à Gallochio, bandit corse, Paris, Éditions de France, 1929.

27 Dans le Journal de la Corse du 13 avril 1822 d’Aligny avait reproché aux insulaires « de repousser toute espèce de civilisation ».

28 Auteur d’un Mémoire sur la Corse (1818) moins diffamatoire que Gallochio le laisse entendre.

29 Factum de Gallochio publié chez Fabiani, dans Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M, 1824.

30 Cf. plus loin sur ces supplétifs corses recrutés pour seconder la gendarmerie.

31 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 262 ; année 1823 lettre de Bigarne au préfet du 3 mars. Faisant état d’un autre « placard injurieux » affiché à Corte et portant en signature le nom de plusieurs bandits de l’arrondissement, Bigarne écrit encore : « Vous y verrez qu’une espèce de parti, sous le masque de ces forcenés, voudrait chercher à intimider les gendarmes. »

32 Le texte se termine ainsi : « Ainsi fait à notre quartier général de la Roustanique (entendons la vallée de la Restonica) le 8 mars 1823, signé Pascal Gambini. »

33 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 262 ; 1823, lettre du sous-préfet de Corte : « Je ne pense pas que la rédaction appartienne à ce bandit ni à aucun de sa compagnie. L’auteur sort probablement d’une classe plus élevée de la société. C’est sans doute un homme peu ami de l’ordre et de la tranquillité qui a voulu jeter des éléments de discorde entre les gendarmes et les voltigeurs, mais son but a été totalement manqué. La gendarmerie et les voltigeurs sont bien décidés à se prêter mutuellement la main pour l’arrestation de tous les malfaiteurs. »

34 On ne s’étonnera pas de voir, dans les milieux autonomistes de la fin du XIXe et du XXe siècle, certains de ces bandits héroïsés comme bandits d’honneur pour ne pas dire comme « bandits identitaires ». Voir dans la revue l’Annu Corsu de 1932 le Tiadoru Poli du chantre de l’autonomisme insulaire, le poète Santa Casanova.

35 Pour la Belgique on a pu parler à propos des brigandages du temps de la contre-révolution en 1798-1799 d’une sorte de « guerre de paysans » (voir Rousseaux X., « Rebelles ou brigands ? La “guerre des paysans” dans les départements “belges” (octobre-décembre 1798) », Cahiers d’histoire critique. Revue d’histoire critique, no 94-95, 2005, p. 101-132). La liaison entre contre-révolution et brigandage est un thème récurrent de la période du Consulat.

36 Rapport du capitaine de gendarmerie Martinetti, Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M ; année 1826.

37 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M 263.

38 Gallochio en 1823 informe quelque temps à l’avance les habitants de Palneca qu’il viendra percevoir le tribut et le même cas de figure du bandito percettore se retrouve avec Théodore Poli dans le Vicolais où il se substituait aux receveurs du trésor.

39 Et d’autres exemples dans Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M, passim.

40 Ibid.

41 Déjà sous la Restauration, Robiquet, op. cit., relevait la connivence qui existait entre les bandits du Fiumorbo et les petits colons qui devaient payer leurs fermages en nature aux adjudicateurs du domaine du Migliacciaro. Il arriva alors que des bandes venues de l’intérieur « descendent » dans la plaine pour faire justice mais aussi pour percevoir « la part du bandit ».

42 Comme exemple de solidarité signalons le cas du village de Sorio où un bandit est hébergé par Vincent Padovani juge de paix et il est fait allusion à la réunion d’une centaine d’hommes et de femmes armés de bâtons, de haches, de serpes et de pierres qui facilitent la fuite du prévenu et l’attroupement poursuit les gendarmes à coups de pierres. Il s’agissait probablement d’un réfractaire. Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M, année 1835.

43 Arch. dép. Corse-du-Sud, 1M, année 1823.

44 Arch. dép. Corse-du-Sud, juin 1822.

45 Ibid.

46 Versini X., op. cit., p. 149, et Gazette des tribunaux du 18 juillet 1847.

47 Franceschi R., op. cit., p. 150.

48 Versini X., op. cit. Se reporter également aux statistiques de l’Atlas de Robiquet.

49 Arch. nat., BB30 241.

50 Le lieutenant-général commandant l’ile de Corse successeur du général Morand sous l’Empire et de M. de Rivière sous la Restauration.

51 Pomponi F., « Banditisme corse et ordre génois », op. cit.

52 Le problème s’était déjà posé avec acuité en Corse au moment du blocus continental et des continuelles infractions à la règle qu’imposait le système. C’est sous la Restauration que les premières tractations entre État français et État piémontais ont lieu à propos de la Corse et on en arrive à des accords signés portant sur l’extradition réciproque de bandits qui, comme on le sait trouvaient respectivement refuge dans l’île voisine. (Il n’est pas indifférent de noter que le même usage se répand, sans se généraliser, dans la proche péninsule italienne.) Il y eut ainsi une convention d’extradition signée en 1838 (le 25 février) avec le Piémont mais temps fort sera marqué sous le Second Empire par la mission du préfet Thuillier qui en 1853 se rendit en personne en Sardaigne pour signer un acte d’extradition pour mettre fin aux allées-venues entre les deux îles qu’effectuaient impunément les bandits.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search