Version classiqueVersion mobile

Les brigands

 | 
Valérie Sottocasa

Troisième partie. Modèles régionaux

Brigandage et royalisme en Auvergne sous le Directoire

Philippe Bourdin

Texte intégral

1Henri Pourrat, dans Gaspard des Montagnes (1922), dont l’histoire se déroule de part et d’autre de la Révolution, mêle histoire et mythe du brigandage en Livradois, mettant en scène des bourreaux et des victimes dont les archives conservent précisément la trace. Nourrissant les récits des veillées en un temps où les complaintes à la gloire de Cartouche et de Mandrin continuent de circuler dans les hottes des colporteurs, les histoires de brigands se mêlent à celles des revenants, des démons, des lutins, qui semblent cohabiter dans les sombres forêts auvergnates (Troisième pause). Mais ils ont aussi une réalité, faite de revendications politiques, de misère sociale, de coups éphémères et nocturnes, de complicités au sein des communautés paysannes, peu enclines à renseigner une maréchaussée faite de ces « happe-chair qui poursuivaient les conscrits réfractaires » ou craintives devant les éventuelles vengeances…

« Les brigands, ils pouvaient être aussi bien côté de matin que côté de soir, côté de jour que côté de nuit […]. Ils faisaient contribuer les acquéreurs de biens nationaux, arrêtaient les diligences, enlevaient les recettes du gouvernement, et fusillèrent même plusieurs personnes […]. Pour colorer leurs brigandages, ils portaient la ganse blanche au chapeau, et disaient qu’ils étaient pour le roi… Ils auraient été pour le roi s’ils avaient cru par là se faire une pistole de plus […].
De ces hommes, quelques-uns, margandiers, ferlampiers, faux-saulniers, avaient leurs quartiers en des auberges dont les hôtes ne valaient pas mieux qu’eux. En un besoin ils se terraient dans les caches souterraines, vivaient dans les bois comme des loups, dans les rochers comme des blaireaux.
Mais la plupart n’étaient brigands que d’occasion : porte-balle, petits marchands de fil et d’almanachs, vendeurs de complaintes, traîne-besace, de ceux qui roulent sur les routes et couchent dans les meules. Ceux-là, passant de ferme en ferme, se trouvaient au courant des nouvelles et à même de préparer les coups.
Enfin des malheureux sans un liard, sans une motte de terre. Du mauvais monde, on en ferait une danse plus grande que du bon. Mais allez parler de moralité à qui a les boyaux vides devant la huche à pain vide. Les années de famine, quand les gueux étaient misérables comme des chiens, comment ne seraient-ils pas tombés dans le crime et les brigandages, Qu’il s’en commettait au fond des campagnes où les juges n’allaient pas fourrer leur nez toutes les fois !
Ce monde forma-t-il une bande ? Selon le lieu, la besogne, les maîtres faisaient avertir tel ou tel. On chuchotait que des messieurs menaient les affaires (Sixième pause). »

2Et Pourrat de citer les prêtres réfractaires (Gonnet, Gaschon) et les nobles (les Lamothe, d’Espinchal) qui surent un temps coaliser cette troupe hétéroclite, mal identifiée, entraînée dans un activisme diffus et sporadique propre à nourrir la mémoire locale. Or, l’historien, confronté à ces groupes et à ces actions clandestins manque à l’évidence de renseignements propres à lui éviter toute errance littéraire. Qu’ils soient dénoncés par les autorités ou magnifiés par la postérité, les « brigands » servent un discours qui hésite sur les définitions, et nous sont révélés selon une imparfaite reconstitution au gré des découvertes policières et des rares procès intentés. Bref, la recherche du brigand est aussi celle d’un fantasme qui, la Révolution venue, prend couleur politique, mais un fantasme qui n’aurait existé sans une réalité économique et sociale, notamment celle de classes que le XIXe siècle bannira comme « dangereuses », ce que le XVIIIe prétendait déjà.

Misère sociale et réalité judiciaire

  • 1 Poitrineau A., La vie rurale en Basse-Auvergne au XVIIIesiècle (1726-1789), Paris, PUF, 1965, p. 5 (...)
  • 2 Ibid., p. 583.
  • 3 Ibid., p. 586. Arch. dép. Puy-de-Dôme, 4 C 98.
  • 4 Arch. nat., F7 7100, lettre du 3 pluviôse an IV (23 janvier 1796) de Gaubert, commissaire du pouvo (...)
  • 5 Arch. nat., F7 7101, lettres du 12 pluviôse an IV (1er février 1796) de Marmat, commissaire du pou (...)

3Décrivant la vie rurale en Basse-Auvergne au XVIIIe siècle, Abel Poitrineau mesure une mendicité résiduelle dans chaque communauté villageoise (veuves, estropiés, vieillards, infirmes et orphelins en sont les composantes), en dehors de celle qui naît des crises de subsistances. Ses victimes, qui parfois migrent vers la ville la plus proche, doivent compter sur les distributions traditionnelles de pain ou de grains par les couvents, les « aumônes » exceptionnelles lors des obsèques de notabilités, les secours des charités, des frairies, des nobles, des bourgeois ruraux et des prêtres… et résister aux phases de répression, brèves et violentes conjuguées au « grand renfermement » (1724, 1750, 1764, 1777)1. Le vagabondage qui en résulte est objet de jugements prévôtaux rigoureux qui peuvent conduire au fer rouge et aux galères. Mais il participe également d’un creuset social au sein duquel se mêlent conjoncturellement migrants saisonniers de toutes qualités (scieurs de long, peigneurs de chanvre, chaudronniers, etc.), bohémiens, brassiers et colporteurs, des Auvergnats de souche tous confondus par la maréchaussée et que l’on arrête jusque dans le Midi et le Lyonnais, mais qui passent aussi la frontière pyrénéenne2. Mendiants et vagabonds continuent tout au long du siècle d’être considérés comme des délinquants, inutiles économiquement et démographiquement à l’État, dangereux pour l’ordre public, accusés de paresse au mépris des réalités économiques. Les chiffres de l’enquête de 1788, menée par la commission intermédiaire de l’assemblée provinciale d’Auvergne, sont pourtant éloquents sur un phénomène désormais structurel : 400 mendiants décomptés à Maringues, bourg de 2 500 habitants, 150 des 575 résidents du village de Paslières, 1 200 pour 682 feux à Vic-le-Comte, 35 maisons sur 95 à Cunlhat, on en passe, sans compter les villages où tout le monde mendie (La Godivelle, Compains, etc.)3. Les comptes décadaires du Directoire renchérissent sur ce constat, mais prouvent aussi l’intégration des mendiants au sein de leurs communautés d’origine, l’organisation de la bienfaisance au diapason de la compréhension pour les causes de leur déchéance sociale : la vieillesse, les infirmités, les intempéries qui ravagent les récoltes et réduisent d’autant le travail saisonnier. Que cinquante ménages mendient du pain à Lezoux et « ils n’ont pas besoin même de se traîner hors de leur toit pour exciter la commisération publique. Leur chaumière est connue et c’est un temple où quelques bons citoyens s’empressent de porter leur offrande4 ». Mais ailleurs, à Aigueperse, à Cournon, à Ennezat, on est incapable de dénombrer mendiants et vagabonds tant leur présence est diffuse5

  • 6 Poitrineau A., La vie rurale en Basse-Auvergne…, op. cit., p. 619.
  • 7 Ibid., p. 706.
  • 8 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Seuil, 2002 (...)
  • 9 Poitrineau A., Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France (XVIIe-XVIIIesiècles), Paris, (...)
  • 10 Arch. nat., F7 7101, lettre du 4 pluviôse an IV (24 janvier 1796) de Meilhoux, commissaire du pouv (...)

4Dans cette société fragilisée, faite de rudesse et d’émotivité, persistait un type archaïque de délinquance, caractérisé par la prépondérance des actes de violence corporelle (coups et blessures, rixes, guets-apens, meurtres, règlements de comptes en lieu et place d’une justice seigneuriale défaillante)6. Les intendants étaient intervenus régulièrement contre les bandes de faux-saulniers, gagnant les provinces de grande gabelle ou en revenant, et de contrebandiers de tabac en provenance de Savoie, activités en déclin après l’arrestation de Mandrin en 17567. L’Auvergne, au demeurant, ne figurait pas dans les régions les plus rebelles à la Ferme, les plus vives à se coaliser sur la question des subsistances ou contre les droits seigneuriaux, d’après les cartes dressées par Jean Nicolas8. Si les notables ruraux, les propriétaires terriens et leurs fermiers, qui avaient pu soutenir au début du siècle les troubles contre les agents du fisc, ne cessaient à son crépuscule de s’élever contre ces migrations qui privaient les terres de bras et obligeaient à maintenir des salaires élevés, leurs jugements se voulaient aussi moraux, ainsi qu’ils transparaissaient dans l’enquête de 1788. La paroisse d’Anzat-le-Luguet distinguait par exemple trois classes de migrants : ceux qui travaillaient, ceux qui volaient et ceux qui mendiaient. Les accusations de débauche et de perversion, acquises dans la fréquentation de la lie du peuple, avec pour corollaires l’alcoolisme, les rixes, les maladies sexuellement transmissibles et une augmentation des enfants illégitimes, étaient ailleurs fréquentes9. Les administrateurs du Directoire, plus indulgents, reconnaîtront dans leurs cantons respectifs des arrachages de clôtures et de haies, des vols de bois et de grains ça et là perpétrés, mais les excuseront par les prix vertigineux et l’extrême pauvreté de quelques-uns10.

  • 11 Opinion du 7 germinal an V (27 mars 1797). Citée par Mège F., Le Conventionnel Bancal des Issarts, (...)
  • 12 Fournier V., Le Tribunal criminel de l’Allier (1792-1799) : vols, assassinats et rassemblements séd (...)
  • 13 Bonnion A., Le Tribunal criminel du Puy-de-Dôme (an VI-an XII), mémoire de maîtrise sous la directi (...)

5Leur désir d’ordre social est néanmoins patent. Ainsi chez l’ancien Conventionnel clermontois et député au Conseil des Cinq-Cents Bancal des Issarts, qui mêle éthique républicaine et foi chrétienne pour vitupérer contre « les maisons de jeu, où les libertins, les escrocs, les voleurs, les conspirateurs même exercent leur brigandage11 ». Mais, au-delà de ces opinions émises par les garants et les gardiens du pouvoir exécutif ou législatif, la réalité policière et judiciaire du brigandage pose problème. Le terme n’apparaît ni dans le Code pénal de 1791 ni dans le Code des délits et des peines de brumaire an IV. Il faut donc se reporter aux jugements des tribunaux auvergnats pour essayer de rencontrer des phénomènes de bandes organisées. Le Tribunal criminel de l’Allier connaît surtout, entre 1792 et 1799, des affaires de vols : 175, avec un pic en 1796-1797, une baisse rapide à partir de l’an VII, contre 17 assassinats, 8 infanticides, 31 « rassemblements séditieux », appellation qui recouvre des propos contre-révolutionnaires à la destruction des symboles de la République, des résistances à l’Église constitutionnelle aux rassemblements contre les levées d’hommes, particulièrement en 179312. À 39 %, les vols portent sur les produits alimentaires, le bétail et les outils agricoles, pour un gros tiers les effets (linge et objets précieux), pour moins de 14 % l’argent, le reste concernant des ferrements de portes, des cercueils de plomb subtilisés dans d’anciens biens ecclésiastiques, des meubles dans des maisons d’émigrés. Un constat similaire peut être fait pour le Tribunal criminel du Puy-de-Dôme, qui juge 140 affaires de vols (soit un tiers de son travail, le reste étant consacré aux faussaires (18 %), aux meurtriers (28,4 %), enfin aux propos et aux actes hostiles au régime) entre l’an VI et l’an XII : produits alimentaires, bétail et outils agricoles représentent près de 37 % des causes, le linge intéresse moins que dans l’Allier, l’argent davantage ; 28,5 % de ces crimes sont perpétrés dans l’est du département (du Livradois à la montagne thiernoise, où les administrateurs républicains, confrontés aux forces contre-révolutionnaires, veillent au grain), 19 % à Clermont-Ferrand et dans les environs immédiats, seulement 7 % dans les Dores et les Combrailles, zones isolées ou les règlements de comptes communautaires continuent vraisemblablement de suppléer l’absence de l’autorité publique, limitant les dénonciations à la justice, alors que toute la riche plaine de la Limagne frappe par le nombre de cas, les habitations et les bâtiments de ferme étant les lieux privilégiés des larcins (68 %, tandis que les foires et les auberges en inspirent 15 %)13.

  • 14 Fournier F., Le Tribunal criminel de l’Allier…, op. cit., p. 23.
  • 15 Arch. dép. Puy-de-Dôme, U TRA 69 (1252-1253), L 043. Cf. Chomette M., Les résistances au modèle ré (...)

6Ces vols impliquent parfois des actions collectives : ainsi dans l’Allier, Gilbert Rondepierre, Guy Mouillevois, du district du Donjon, semblent associés pour commettre plusieurs larcins et un assassinat entre 1792 et 1798, qui leur vaudront peine capitale ou les fers, et la mise en cause de leur parentèle et de plusieurs complices trahis par Rondepierre. Parmi ceux-ci, l’aubergiste Gilbert Mauprety, qui, le 5 février 1797, a participé à l’attaque de la malle-poste de Lyon au bois des Moines, dans la région de Bessay, avec son frère et quatre autres inculpés, tous repris de justice accusés de vingt vols et trois assassinats, et se réclamant de la bande des « Bons Mistons » ou « Mittons »14. On a trace, dans le Puy-de-Dôme, district de Billom, de deux associés spécialisés dans le vol de chevaux et de mules, Jean Borel et François Fouillebant, qui devant les magistrats s’inventent systématiquement de nouveaux patronymes, l’un se prétendant colporteur, l’autre déserteur, les deux niant se connaître, et pourtant s’évadant ensemble le 3 novembre 1796, deux jours après leur arrestation, avant d’être repris dans l’Allier lors d’une foire, excipant de nouvelles identités. En réalité, Borel, ancien scieur de long condamné en mai 1794 à quatre ans de fers par le Tribunal criminel du Puy-de-Dôme pour vol de bétail, s’était enfui du port de Toulon après quinze mois de peine ; Fouillebant, sabotier devenu colporteur, ce qui lui permettait d’écouler les produits de ses rapines, avait écopé de douze ans de fers en 1792 pour le même motif que son acolyte, et avait fui dix mois plus tôt du port de Brest ; une condamnation à mort pesait sur ses épaules : le Tribunal criminel de l’Allier l’avait reconnu complice de vols à main armée en bande organisée depuis l’an III15.

Nature des vols portés devant les tribunaux criminels (en %).

Les extrapolations morales et politiques

  • 16 Cité par Mège F., La dernière année de la province d’auvergne. La Grande Peur, Clermont-Ferrand, A (...)

7Les cas avérés de crime en groupe constitué sont, on le voit, exceptionnels. Lorsque débute la Révolution cependant, le contexte et le temps long jouent à plein dans la diffusion de la Grande Peur de 1789, qui extrapole autour de la peur du brigand. Pour preuve cette brochure publiée en août 1789 dans le Cantal, Victoire des Auvergnats sur les aristocrates, ou relation des excès commis dans les montagnes d’Auvergne par une troupe de brigands à la tête desquels étaient quatre gentilshommes dont trois ont été pris et conduits dans les prisons de Limoges : un libre récit des événements contemporains remis en cause par les témoins mais qui installe l’idée d’un complot nobiliaire contre le nouveau régime et d’une association toujours possible avec les miséreux, telle qu’en les temps anciens16. Les lettres du député clermontois Gaultier de Biauzat comme celles de ses correspondants portent trace de la panique suscitée comme ailleurs en France par les faux-bruits et de l’utilisation intensive du terme de brigand, alors que se constituent les premières milices bourgeoises. Fouquet du Lomboy lui écrit le 12 août 1789 :

  • 17 Ibid., p. 17.

« Vendredi 31 juillet, on répandit à Clermont qu’une horde de douze cents brigands, qui avaient ravagé le pays depuis Thiers, s’approchait de cette ville. Tout le monde prit les armes et se disposa à les recevoir. Ce premier mouvement de bravoure aurait peut-être eu des suites désastreuses puisqu’un nombre dix fois plus considérable de citoyens qui pouvaient détruire 1 200 brigands auraient essuyé de grandes pertes faute d’un chef. Heureusement, ce n’a été qu’une chimère ; mais son effet a été de mettre tout le monde des campagnes et des villes sous les armes, de sorte que la province ressemble à une ville en guerre où l’on n’entre et d’où l’on ne sort point sans passeport17. »

  • 18 Montlosier F.-D. de, Mémoires sur la Révolution française, le Consulat, l’Empire, la Restauration e (...)
  • 19 Mège F., La Grande Peur, op. cit., p. 22.
  • 20 Cf. Ribeyre S., Les suspects dans la partie sud-est du Puy-de-Dôme, mémoire de maîtrise sous la di (...)

8Précédant la confusion sémantique, la confusion sociale est alors à son comble. Incrédule devant les nouvelles alarmantes que répandent les villageois et les bergers de son voisinage (« des contes de brigands auxquels je ne croyais pas »), le comte de Montlosier arme une troupe pour se rendre dans un village prétendument incendié : « Quand nous y arrivons, le village qui était aussi dans la terreur, nous prend nous-mêmes pour les brigands. Les paysans s’arment contre nous de fusils et de fourches de fer18. » À Massiac (Cantal), le château du comte d’Espinchal est pris à parti, car son propriétaire, alors absent, est soupçonné de diriger sous un déguisement les bandes dont on pressent l’arrivée19… Là se trouve sans doute une source importante de l’équivalence établie quelques années plus tard entre mouvements royalistes et brigandage. La politique de suspicion ne s’est pourtant pas traduite en l’an II par le développement de ce thème – les menées contrerévolutionnaires sont alors, il est vrai, exceptionnelles –, quand bien même elle a particulièrement frappé dans les campagnes orientales du Puy-de-Dôme, là où existera une activité de bandes qui inspirera Pourrat, ceux dont l’intégration à la communauté locale (autant que nationale) pose problème : célibataires (près de 48 % des suspects), sans enfants (près de 63 %), avec cette nuance que l’on dénonce davantage dans les bourgs de plus de 2 000 habitants que dans les villages qui en comptent 500 et moins, davantage là où les prêtres réfractaires sont influents, davantage les anciens privilégiés, le ci-devant clergé, les riches, les accapareurs, que les humbles20.

  • 21 Le Décadaire du Cantal, no 13, 1re décade de messidor an III.
  • 22 Le Décadaire du Cantal, no 14, 2e décade de messidor an III.
  • 23 Le Décadaire du Cantal, no 18, 3e décade de thermidor an III.

9Les causes économiques et sociales du brigandage demeurant au fil des crises frumentaires qui frappent le pays et des dépréciations successives de la monnaie nationale dans un contexte d’économie de guerre, les journaux auvergnats du Directoire reconstruisent naturellement le lien entre vagabondage et dangerosité. Ainsi le rédacteur du Décadaire du Cantal, Lakairie : « On trouve dans les campagnes des individus forts et robustes qui forcent les paysans à leur faire l’aumône, et qui refusent de se livrer à aucune espèce de travail ; ils mènent avec eux des enfants, des jeunes gens de l’un et l’autre sexe, qui apprennent à se livrer à tous les excès qu’entraînent la misère et l’oisiveté21 » ; ce qui l’amènera à soutenir les mesures de police prises contre les errants par les autorités départementales : « Tous les vagabonds, gens sans passeport, seront arrêtés par la force armée disposée à cet effet22. » Mais sa peur est aussi guidée par des attendus politiques nés de la Révolution, qui le conduisent à une définition extensive du terme de « brigand », selon les habitudes prises de l’invective partisane ou les versions englobantes d’autres termes dont ont abusé en l’an II les Comités de surveillance, tel que celui de « suspect ». Ce constat est d’autant moins anodin que Lakairie, qui a eu des sympathies girondines affirmées et participe activement dans son département à la réaction thermidorienne, particulièrement agressif contre les députés montagnards et leurs amis, ne cesse de s’insurger dans sa feuille contre une terminologie politique qui a selon lui ruiné la vie publique et conforté essentiellement la Terreur judiciaire : « L’abus des mots conduit à l’abus des choses : nous en avons fait la cruelle expérience. Combien les qualifications de feuillant, de modéré, etc., etc., ont servi les factieux qui les ont créés pour culbuter tel homme dont les talens et les vertus étaient un obstacle à leur ambition23 ? »

  • 24 Le Décadaire du Cantal, no 13, 1re décade de messidor an III. « L’on sait que depuis le 4 prairial (...)
  • 25 Le Décadaire du Cantal, no 13, 1re décade de messidor an III : « Depuis quelque temps les assassin (...)
  • 26 Le Décadaire du Cantal, no 14, 2e décade de messidor an III.
  • 27 Le Décadaire du Cantal, no 18, 3e décade de thermidor an III.
  • 28 Le Décadaire du Cantal, no 16, 1re décade de thermidor an III.
  • 29 Serna P., La République des girouettes (1789-1815 et au-delà). Une anomalie politique : la France d (...)

10Or, il construit lui-même la confusion s’agissant du brigandage, amalgamant aux soldats en fuite, aux miséreux des campagnes, « cette espèce d’êtres dangereux », les sans-culottes désarmés des faubourgs parisiens, ceux des journées de germinal et prairial an III qu’il a si fort dénoncées24, les rescapés des galères de Toulon, dont la figure inquiétante revient obsessionnellement sous sa plume25 sans que la réalité historique la dessine jamais : il s’agit à l’évidence de fustiger les ouvriers toulonnais en révolte le 1er prairial an III (20 mai 1795) pour libérer les jacobins emprisonnés au Fort Saint-Jean, à Marseille, sans succès ; de là à inventer une liberté accordée aux galériens, il n’y a qu’un pas que l’imagination apeurée franchit aisément. Tous semblent devoir être exclus de la nation, passés au crible d’une Révolution espérée terminée : « Nous le répétons, ces brigands sont des déserteurs, des échappés de prison et des galères, des gens sans feu ni lieu ; en un mot l’écume qui doit nécessairement surnager après une révolution26. » L’inflation de sens devient plus vive encore lorsqu’il s’agit de renvoyer dos à dos montagnards et royalistes du Cantal. Aux premiers, il est rappelé le meurtre de l’ancien lieutenant criminel au présidial, Colinet de Niocel, lors du rassemblement des gardes nationales du district d’Aurillac le 12 mars 179227 : les exécuteurs viennent des gardes d’Arpajon, habitués à un jacobinisme rural développé par le futur Conventionnel montagnard Jean-Baptiste Milhaud au sein de la Société des Hommes de la nature ou Société patriotique et agricole des francs tenanciers de la campagne. Aux « preux et religieux chefs des Chouans, ces restaurateurs de la religion catholique, apostolique et romaine et du trône des Bourbons, […] les chevaliers de la vierge et les champions de Louis XVIII », dont la guérilla paraît réduite sous les assauts républicains, il est rappelé la connivence avec les puissances étrangères et les traités de paix factices qu’ils ont consentis : « Leur correspondance prouve combien il faut compter sur la foi des brigands. Ils n’attendaient qu’un renfort d’émigrés vomis sur les côtes de l’ouest pour rompre le traité de pacification28. » Et Lakairie de proposer de laisser les deux factions contraires s’entretuer, pour installer plus fermement cette République du centre dont Pierre Serna a analysé les topiques29 :

  • 30 Le Décadaire du Cantal, no 19, 1re décade de fructidor an III.

« Brigands déhontés, qui ne pouvez trouver la subsistance et l’impunité que dans l’anarchie ; aristocrates incorrigibles, qui ne voudriez pas même l’ancien régime s’il ne revenait avec la noblesse, le clergé, les parlements, les lettres de cachet, etc. ; vous qui par les deux extrêmes tendez au même but, renoncez à vos projets de guerre civile, nous serons plus sages encore que vous n’êtes cruels ; mais soyez justes une fois, prenez des adversaires dignes de vous, acharnez-vous les uns contre les autres et délivrez-nous à la fois de tous nos ennemis.
Pour vous, patriotes de bonne foi, citoyens paisibles qui, depuis cinq années, combattez franchement pour le maintien de la révolution, vous qui êtes les plus nombreux et qui réduirez vos ennemis au silence toutes les fois que vous voudrez vous montrer, ne vous découragez pas, car vous êtes également menacés de la potence des contre-révolutionnaires et des émigrés, et de la guillotine des jacobins et des brigands ; tenez-vous toujours fermes et serrés entre les deux partis qui se disputent le droit de vous égorger ; continuez à ne juger les hommes que par leurs actions et à ne reconnaître ni suspects de terrorisme, ni suspects de royalisme, surveillez avec la même sévérité les anarchistes et les coquins qui veulent détourner l’opinion et donner le change en criant aux royalistes, et ceux qui tenteraient d’envelopper les patriotes dans la juste proscription du terrorisme30. »

Les « brigands » royaux

  • 31 Cf. Bourdin Ph., « Les “jacobins” du Bois de Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massac (...)

11Cette confusion dans la vindicte politique marque jusqu’aux militants de base : tel assommeur de jacobins ira dans Clermont en messidor an V, se vantant de « faire la chasse aux coquins, aux brigands, aux loups31 ». Mais les pouvoirs publics se montrent surtout attentifs à la récupération des bandes ou des procédés des bandes par les groupes d’activistes royalistes s’appuyant sur les bannis de la société révolutionnée (déserteurs, conscrits insoumis, prêtres réfractaires, paysans blessés dans leur foi, etc., passés de l’anti-révolution à la révolte active). Cela les conforte dans leur condamnation multiforme de ces derniers, légitimant partie de leur discours sur le brigandage. De ce point de vue, les faits sont relativement bien établis. Ils permettent d’ailleurs de nourrir d’exemples les récriminations des proclamations officielles. Lakairie remplit ainsi les colonnes du Décadaire du Cantal de l’un des rares faits divers sur lequel il accepte de s’arrêter pour mieux affirmer une identité entre brigandage et chouannerie :

  • 32 Le Décadaire du Cantal, no 21, 3e décade de fructidor an III.

« District de Saint-Flour, canton de Chaudesaigues.
Le 9 de ce mois, au soir, une bande d’environ 12 individus entra dans la maison d’Antoine Cros, officier municipal de la commune de Trinitat. Ce cultivateur était au sein de sa famille occupé à faire sa prière ; il veut savoir ce qu’ils demandent, on lui ordonne d’avoir de la lumière, il obéit. Alors le chef, qui était masqué, tire une liste et lui demande son nom ; après qu’il l’eut satisfait, eh-bien, lui dit le brigand, dispose-toi à mourir, tu n’as pas longtemps à vivre. On lui dit qu’on savait qu’il avait du numéraire ; sur la réponse négative, on fouille ; on lui prit des porte-feuilles, des hardes et autres effets que l’on mit dans des sacs ; ayant trouvé le ruban tricolore qui lui servait d’écharpe : “en voilà assez, lui dit le chef, tu seras payé d’avoir porté les marques de la république, tu étais l’ami de Robespierre, un dénonciateur, etc.”
Le fils, âgé de 16 ans, veut couvrir le corps de son malheureux père, il s’offre pour victime, on le retire avec rudesse. Un voisin, qu’on avait forcé d’entrer, offre en vain une paire de bœufs pour qu’on ne fasse aucun mal à cet homme, qui a été toujours un bon citoyen, un ami paisible des lois ; rien ne peut calmer ces cannibales. Le même brigand tire sur Antoine Cros un premier coup de pistolet qui rata, mais au second il l’atteignit d’une balle dont ce malheureux mourut sur le champ. Le barbare eut encore la cruauté de lui donner un coup de pied dans l’estomac, en disant : il en tient pour son compte, sans quoi je l’achèverais. Ces brigands, après avoir assouvi leur férocité, se portent vers la maison d’un autre officier municipal, qui par bonheur avait été à la chasse au loup. Sa femme, après plusieurs menaces d’enfoncer les portes, fut contrainte d’ouvrir à ses assassins qui lui emportèrent plusieurs effets […]. Les administrateurs de département et de district ont pris des mesures pour arrêter les progrès de cette espèce de chouannerie qui menace de se répandre dans le Cantal32. »

  • 33 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 547, lettre du 26 pluviôse an IV (15 février 1796) aux administrateurs d (...)
  • 34 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 549.

12Le ministre de la Police générale s’inquiète en février 1796 des « grands crimes » commis dans le Puy-de-Dôme, notamment dans le Livradois : « Plusieurs cantons ont été désolés par des brigands & souillés par des vols, des brigandages, des assassinats : toutes ces horreurs ne doivent pas rester impunies », et les fonctionnaires indulgents ou incompétents doivent être dénoncés et démis33. Et le commissaire du pouvoir central auprès de l’administration départementale, Boutarel, de faire dresser canton par canton la liste des méfaits commis en l’an IV et au début de l’an V : arbres de la liberté arrachés, lapidation d’un élu, assassinats du curé constitutionnel Brignon et d’un autre patriote à Arlanc, agressions collectives de conscrits déserteurs contre des responsables politiques à Lezoux, incendie des biens du commissaire du pouvoir exécutif à Saint-Germain-l’Herm, farandole agressive de Muscadins à Thiers, marques infâmantes sur les maisons des républicains à Volvic, vols contre leurs alter ego à Viverols, enlèvements de prisonniers des mains de la gendarmerie, etc.34. Autant d’actions éminemment politiques confondues sous le vocable de « brigandage ». La carte qui en résulte reproduit à l’évidence la plupart des principales zones déjà distinguées par la répartition des vols jugés devant le tribunal criminel, la montagne thiernoise exceptée : la Limagne de Riom et de Clermont-Ferrand, le Livradois, dans une moindre mesure les Combrailles. Cette coïncidence, que la répartition de la population et de la richesse explique autant que la localisation des oppositions contre-révolutionnaires, peut favoriser l’amalgame officiel entre insécurité pour les propriétés, les individus, et menées antirépublicaines.

Actions contre-révolutionnaires (brumaire an IV-frimaire an VI).
Source : AD Puy-de-Dôme, L449, enquête du commissaire du pouvoir exécutif pour le département.

  • 35 Ciotti B., « Une tentative originale de lutte contre les réfractaires à la fin de la période direct (...)
  • 36 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 4827, lettre du 4 messidor an III (21 juin 1795).

13Les administrateurs se montrent particulièrement attentifs aux zones frontalières des départements, perçues comme des terres de non droit, aux limites des bornages administratifs et judiciaires, difficiles à contrôler par des brigades de gendarmerie étiques et peu motivées par des soldes insuffisantes. Des battues de gardes nationales, plus impressionnantes qu’efficaces, y sont organisées de temps à autre parce que les forêts qui bordent les départements du Massif central, épaisses et sombres de résineux, paraissent autant de refuges potentiels pour une population en marge de la société ou de la Révolution. Des habitudes ancestrales jouent leur rôle : les espaces limitrophes de l’Allier, de la Loire et du Puy-de-Dôme marquaient il y a peu les limites entre le Bourbonnais, pays de grande gabelle, le Lyonnais, espace de petite gabelle, et l’Auvergne, province rédimée ; ils étaient les lieux d’une intense contrebande, dont la toponymie porte témoignage (ainsi le roc des Gabelous dans les Monts de la Madeleine)35. Tel procureur-syndic du district de Montaigut n’hésite pas à bâtir des hérédités : « Peut-être serez-vous surpris citoyens, de trouver autant de fuyards dans quelques communes. Mais votre étonnement cessera lorsque vous scaurés que ces communes sont peuplés de ci-devant faux sonniers, et vous jugerés sans peine que les enfans qui avoient eu sans cesse sous les yeux l’exemple du vagabondage et de la débauche ont eû plus qu’ailleurs des dispositions à fuir le chemin de l’honneur et de la gloire36. » De telles certitudes, ajoutées à l’observation d’une action continue des prêtres réfractaires et d’un regroupement incessant de réquisitionnaires insoumis, pousseront les autorités des trois département concernés à mettre au point ensemble, au cours de l’hiver 1798-1799, une vaste opération mobilisant fantassins et cavaliers, qui se solde par un échec aussi grand, comme le pressentaient les officiers généraux – la lenteur du déplacement des soldats en des zones difficiles d’accès, leur propension à inutilement perquisitionner de misérables chaumières, permettaient à leurs proies d’être informées à l’avance des mouvements en cours… Mais la propagande officielle valorise évidemment ces efforts concertés en faveur de la sécurité. Ainsi Le Décadaire du Cantal no 14, 2e décade de messidor an III :

« Une lettre de l’adjudant général Lamarque en date du 5 de ce mois, écrite du quartier général de Mende au procureur-syndic du département, annonce que des hordes de brigands infestent les départements de la Lozère, de l’Aveyron, etc., mais qu’il a pris tous les moyens pour les exterminer. Il invite l’administration de ce département à établir un cordon sur les limites du Cantal qui confrontent à ces départements, afin qu’ils ne puissent pas refluer et se répandre dans ce département. D’après ces nouvelles, l’administration a pris des mesures pour prévenir toute espèce d’incursion de la part de ces brigands, dont le nombre augmente tous les jours et qui viennent on ne sait d’où. Tous les vagabonds, gens sans passeport, seront arrêtés par la force armée disposée à cet effet. Nous invitons toutes les municipalités à prendre les mêmes mesures à l’égard de cette foule de gens qui vaguent dans les campagnes. »

  • 37 Jouvenel F. de, « Les camps de Jalès (1790-1792), épisodes contre-révolutionnaires ? », Annales his (...)

14Aux frontières, justement, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme, l’épopée se nourrit dès l’an IV des exploits des deux frères Lamothe (ou La Motte), vraisemblablement des nobles normands passés par l’Armée de Condé, commandant selon les témoignages soit les « compagnons de la ganse blanche », soit une « Compagnie de Jésus », titre retenu pour l’enquête du Tribunal criminel du Puy-de-Dôme qui mettra en cause 361 individus (février-juillet 1797). Les minutes du procès useront toutefois prioritairement du terme de « brigands » (69 % des occurrences), à un degré moindre de celui de « Muscadins » (22 %) ou de « compagnons de Jésus » (6 %), plus rarement des termes d’« égorgeurs (ou d’assassins) royaux » (2 %), une seule fois de ceux de « gueux » ou de « méchants ». L’aîné des Lamothe, prétendument vêtu de rouge dans des rapports administratifs incertains, encadre une armée hétéroclite majoritairement en uniforme gris, croix blanche au côté gauche, panache blanc au chapeau noir, ce qui n’exclut pas carmagnoles et pantalon bruns, bonnets de fourrure chez certains lieutenants. La Loire fournit un tiers du contingent, le Puy-de-Dôme un quart, la Haute-Loire un cinquième – il faut aussi compter avec les apports de l’Ardèche, de la Corrèze, de la Lozère, du Lyonnais et du Dauphiné… voire d’un prisonnier autrichien évadé. Au sein de cette troupe se retrouvent des activistes des camps de Jalès, fidèles de Dominique Allier, de Xavier Bertrand ou d’un fils du comte de Saillans37, d’anciens des troupes de Condé comme les marquis de Surville ou de Bésignan (agent des princes à Lyon, faisant de fréquents voyages à Lausanne), Jean-Balthazard Véal du Blau ou Jean-François de Charbonnel, des comtes et baillis du Livradois (Brioude, Couhert, Rouzat, Terneire, etc.), des notables d’Ancien Régime (Jean-Joseph Choussy du Pin, ex-avocat en Parlement, qui logera les chefs en son château de Fiolgoux), des prêtres réfractaires (Joseph Maurin, Pierre Abrial, Antoine Gonnet), des ci-devant assommeurs de Lyon et de Montbrison, liés en particulier à un officier de santé de Saint-Anthème (Mathieu Chapot), un tailleur d’habits, un voiturier, des aubergistes, relais essentiels de l’organisation, et enfin des cultivateurs déracinés par la crise économique, les réquisitions, la désertion, ou installés dans des fonctions électives, tels les maires de Fay, de Lausonne, pourvoyeurs d’armes, ou le juge de paix de Langeac. Des liens matrimoniaux viendront ultérieurement marquer des engagements idéologiques communs d’une région française à l’autre, sans que l’on sache toujours s’ils sont révélateurs d’une toile d’araignée tissée sur le vif des événements : Pierre-Joseph Dulac, de Brioude, complice de la bande des Lamothe au même titre que son parent Véal du Blau, puis nommé général en juillet 1799 pour encadrer les forces insurrectionnelles des départements du Cantal, de l’Aveyron, de l’Ardèche et de la Haute-Loire, marie sa fille en février 1822, à Clermont-Ferrand, à Joseph Cadoudal, frère de Georges.

  • 38 Rolland-Boulestreau A., Les notables des Mauges. Communautés rurales et révolution (1750-1830), Ren (...)

15Le poids des parentèles, comme Anne Rolland-Boulestreau l’a observé pour les Mauges38, est évident. Les fratries Bardille, Privat, Morangiés ont chacune donné trois hommes à la troupe des frères Lamothe. Les Morangiés, héritiers d’un marquisat altiligérien dont le château sera brûlé en guise de représailles, et connus pour l’assassinat violent de trois gendarmes, bénéficient des caches fournies par leurs obligés, de refuges adossés aux rochers de la vallée de l’Allier. Paysans pauvres et déserteurs, les Bardille s’affairent comme les précédents dans l’Yssingelais, perturbant plusieurs foires. Les Privat exercent leur emprise sur Craponne : l’un en est le maire, les deux autres sont curé et vicaire au service des insermentés, tous exerçant un potentat local hostile à la Révolution. S’ils circulent de préférence à l’aube, au crépuscule, par groupes de trente à cinquante sur des chemins vicinaux et des routes secondaires, les chefs à cheval ou dos de mule, les autres à pied, les « compagnons » recrutent au grand jour (les fils Robert à Usson, les fils Montel à Gumières, Choussy et Morge en Haute-Loire), interpellant les passants sur les places des bourgs, usant du tocsin s’ils ont l’appui des officiers municipaux, et offrent à dessein une solde (2 livres au moins par jour, davantage que dans les armées républicaines). Au besoin ils les menacent quand l’argent ou le faux numéraire envoyés par Condé viennent à manquer (Martin du Vallat parle de « faire fusiller tous ceux qui refusent de le suivre »). Des promotions sont toujours possibles : « la place de capitaine à quiconque lui amène une compagnie armée et équipée », proclame Lamothe. Des enfants de patriotes sont enlevés ; des déserteurs contraints, d’autres égarés : un certain Dussuc, ancien de l’Armée d’Italie qu’il avait abandonnée à la nouvelle de la mort de sa mère, rejoindra d’abord avec quatre camarades un camp où on leur promet de la nourriture, puis échouera dans une première tentative de fuite, obtiendra le pardon de Lamothe malgré la soif de punition exprimée par ses complices et grâce à son cousin Vazeille, chef de bande, avant de devenir, au terme d’une deuxième évasion réussie, témoin à charge à la fin du mois de décembre 1796.

16Tandis que certains se regroupent au camp du Pertuis, ils sont plusieurs dizaines de hors-la-loi vivant dans des jasseries ou de vastes cabanes forestières qui peuvent parfois abriter quarante personnes. Ils mangent ce qu’on leur offre, ce qu’ils achètent sur des domaines dirigés par des affidés ou ce qu’ils pillent, élèvent cependant troupeau et basse-cour, achètent du pain blanc à Craponne, Usson-en-Forez ou La Chaise-Dieu. Le signal de leur rassemblement combine le son d’un cor de chasse et d’une clarinette. Les administrateurs, d’un rapport à l’autre, la peur et les précédents historiques aidant, hésitent sur les chiffres : des centaines, des milliers d’hommes ? Ils narguent et agressent les troupes républicaines (les « crapauds bleus »), les patriotes dits « mathevons » (assassinés, poussés à la fuite, tel le juge Granet, de Viverols), les « calotins », c’est-à-dire les prêtres constitutionnels (le curé Brignon, ancien Constituant, est assassiné en brumaire an IV), les acheteurs de biens nationaux, dégradent les symboles républicains. Malgré ces nuits de terreur où les assassins avancent le visage noirci, les langues parfois se délient, et les victimes avouent alors avoir reconnu des visages familiers, des individus croisés dans les cantons voisins qui reviennent ensuite se venger de ces dénonciations : les frères Dumont ou Jean Dubost de Sauvessanges payent leur courage d’un harcèlement constant, qui les ruine et les mine. Les témoins convoqués devant le Tribunal criminel du Puy-de-Dôme pour témoigner contre la compagnie des frères Lamothe, dont la moitié ne savent pas signer (les deux tiers en milieu rural, davantage encore s’il s’agit de femmes), révèlent assez soit les complicités soit la peur : 42 % dialoguent mais ne dénoncent pas, 13 % ne parlent pas, avec des variations selon le sexe, le statut social, l’âge (12 % des femmes, 25 % des cultivateurs contre 17 % des marchands et artisans, 8,6 % des plus de cinquante ans contre 12 % des moins de trente ans et 14 % des quadragénaires). Les vols commis nuitamment chez les particuliers gagnés à la Révolution, par des groupes de dix à trente hommes, parfois davantage, sont de toutes façons quotidiens : sont particulièrement visés l’argent, les mandats territoriaux (ceux de la malle-poste de Tarare le 15 décembre 1796) et la dentelle, dont la vente rémunératrice avait aussi l’avantage de couvrir les activités politiques des chefs lorsqu’ils se déplaçaient à Lyon.

  • 39 Sur la bande des frères Lamothe (ou La Motte), cf. B ourdin Ph., Le Puy-de-Dôme sous le Directoire (...)
  • 40 Arch. nat., F7 3685(3), Comptes décadaires. Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 552. Ainsi le républicain Pu (...)
  • 41 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (53).

17Les « compagnons de la ganse blanche » échouent pourtant en l’an VI, malgré leur réunion avec des bandes de la Creuse, de la Corrèze, de la Loire et de la Haute-Loire, lorsqu’il s’agit de délivrer Lamothe de sa prison du Puy-en-Velay (arrêté le 12 juin 1797, il trouve la mort dans l’opération, le 5 octobre de la même année, après avoir en vain tenté de s’échapper en juillet et en septembre). La guérilla, qui permet le contrôle ou la mise à sac de gros bourgs, comme Craponne-sur-Arzon début septembre 1795 ou Yssingeaux à la fin du même mois, essuie la défaite en terrain découvert dans cette ville principale. Demeure le souvenir, entretenu par Lamothe cadet, qui succède à son aîné jusqu’à sa propre capture et sa condamnation à mort par la Commission militaire de Montpellier en 1798, du chef au costume incarnat, celui qui avec « aisance et netteté » promettait le rétablissement du catholicisme romain et le retour de l’abondance, celui qui parlait au nom de Louis XVIII et diffusait le Manifeste de Charette, tenant le grand livre des partisans de la royauté et provoquant des signatures en ce sens, celui auquel on donnait du « Monsieur » et que l’on vouvoyait respectueusement quand il tutoyait tous ses hommes. Dominique Allier, qui assurait des liens avec les réseaux lyonnais et un trafic de fausse monnaie, est à son tour fait prisonnier avec trois complices et exécuté à Lyon en novembre 1798 : la troupe comptait alors moins de vingt recrues39. En l’an VII et en l’an VIII, le chef de l’Agence royale pour le Bourbonnais, un ancien de l’École royale militaire d’Effiat, Nicolas Bonnevie de Pognat, alias « Bras-de-Fer » (il avait perdu un bras aux Indes sous Suffren), reprendra à son compte les formes du brigandage, multipliant, dans une région comprise entre Gannat et Riom, les lettres de menaces, les réquisitions et les demandes de rançon au nom de Louis XVIII40. Le ministre des Finances se plaint au préfet du Puy-de-Dôme, le 3 germinal an VIII (24 mars 1800), des trop nombreux actes de brigandage contre les caisses publiques (plus de 26 852 livres ont été subtilisées dans l’arrondissement de Riom)41.

18Le Consulat puis l’Empire n’éradiquent ni les causes ni les formes du brigandage ; ils ne gomment pas l’amalgame entre agitation sociale et opposition politique, condamnant ainsi les derniers soubresauts de la chouannerie ou de la cause vendéenne. La guerre, la situation économique (notamment en 1801-1802), le rôle de la propagande royaliste favorisent l’essor du « brigandage » jusqu’à le rendre endémique dans les zones rurales, aboutissant parfois à créer des pôles importants de résistances et à entretenir dans certaines régions du sud de la France la peur d’un soulèvement général. Mais la réponse militaire et judiciaire devient plus ferme. Pour assurer la « défense des propriétés », des tribunaux extraordinaires sont mis en place dans des divisions militaires englobant plusieurs départements et laissés aux ordres d’un général disposant de pouvoirs importants, d’une force armée réorganisée, épaulée par des brigades de gendarmerie. La loi du 7 février 1801 crée des tribunaux criminels composés uniquement de magistrats, militaires et civils nommés par Bonaparte. En mai 1802, des tribunaux spéciaux sont établis dans plusieurs départements pour juger les faits de « brigandage ».

  • 42 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 97. Détail des objets voles chez Amouroux, père et fils, Imprimerie Veys (...)
  • 43 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (10), lettre de Desribe, sous-préfet d’Issoire, au préfet du Puy-de- (...)
  • 44 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (45), rapport du préfet pour la période de germinal et prairial an X
  • 45 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (27), rapport du sous-préfet de l’arrondissement de Thiers, 15 pluvi (...)

19Celui-ci figure comme une rubrique à part entière, après la mendicité et le vagabondage, selon les a priori sociaux et moraux du temps, dans les comptes rendus des sous-préfets aux préfets, et des préfets aux ministres. Des bandes organisées continuent de sévir et se font connaître par des succès retentissants : ainsi le vol de la boutique des orfèvres Amouroux, à Clermont-Ferrand, en vendémiaire an IX (couverts et services de table ou à café en argent, chaînes, croix, bijoux et montres en or, diamants, topazes, émeraudes, font entre autres partie du butin)42. Pour se limiter à l’exemple du Puy-de-Dôme, remarquons combien la peur du brigand est clairement liée à la conjoncture et à l’état des mentalités, fortes d’un passé et parfois d’un passif. En l’an X, la crainte se développe une fois encore dans le Livradois et atteint jusqu’à l’arrondissement d’Issoire43 : un certain Benoît Roche, condamné à mort par contumace, fait parler de lui dans les régions d’Ambert et de Thiers, et n’hésite pas, se sachant poursuivi par la force armée qui ne le rattrapera pas44, à brûler les biens du maire de La Chapelle-Agnon. Or, plusieurs autorités doutent de la bande qu’on leur décrit : le sous-préfet de Thiers pense que les vols commis dans sa juridiction sont trop facilement attribués à l’impétrant45 ; le préfet du Puy-de-Dôme, qui a tout de même adjoint une demi-brigade de cinquante hommes à la gendarmerie, analyse combien les bruits ont fait croire à l’existence d’une communauté de voleurs :

  • 46 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (46), état de situation du département du Puy-de-Dôme présenté par l (...)

« Le besoin de mouvement qu’éprouvent des imaginations qui ont été longtemps agitées, a fait centupler les attentats qu’a commis un nommé Benoît Roche dans les arrondissemens d’Ambert et Thiers. Quoique réduit à ses propres forces, on l’a peint escorté de 50 brigands. La crainte faisoit réunir les voyageurs, mais le secrétaire général qui a été sur les lieux et la présence de la gendarmerie l’ont dissipée46. »

  • 47 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (127, 140). L’émeute se tourne contre la brigade de Besse à Espincha (...)
  • 48 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (61), rapport du sous-préfet Faydit au préfet, an XIII.
  • 49 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (59), compte rendu du sous-préfet de l’arrondissement d’Issoire par (...)
  • 50 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (60), rapport du sous-préfet Pourrat au préfet du Puy-de-Dôme, an XI (...)

20Mais la répression paraît efficace. Les fonctionnaires de l’an XIII ne cessent d’en louer les effets, alors même que le début d’année est fertile en émeutes contre des gendarmes trop prompts à venir chercher au cœur des villages des zones montagneuses conscrits et déserteurs47. Selon le sous-préfet de Riom, « le brigandage a disparu depuis que le gouvernement a acquis une organisation inattaquable48 ». Dans l’arrondissement d’Issoire, la rubrique paraît désormais superfétatoire : « Depuis longtems la Sûreté générale n’est nullement compromise. Point d’élémens de troubles, de terreur, pas même la plus légère inquiétude pour les citoyens les plus pusillanimes49. » Les environs d’Ambert semblent n’avoir jamais été plus paisibles, même si l’association des mots demeure révélatrice d’un ordre social toujours recherché, même si les blessures individuelles, là comme en des espaces davantage déchirés par les guerres civiles, ont du mal à cicatriser : « Vagabondage et brigandage. Ces fléaux n’existent point dans l’arrondissement d’Ambert. Si quelques délits, suites de haines ou de querelles particulières, viennent quelquefois troubler la tranquillité, la seule surveillance des tribunaux suffit pour les réprimer, sans qu’il soit besoin d’en appeler une plus particulière50. » Seul le sous-préfet de Thiers continue de s’inquiéter de forêts frontalières mal sécurisées, d’agents de la force publique peu motivés :

  • 51 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (63), rapport du sous-préfet Laverchère au préfet du Puy-de-Dôme, an (...)

« C’est surtout dans les campagnes où les mendians, confondus avec les vagabonds, continuent d’être les plus dangereux ; parce que là ils abusent plus facilement de la Terreur qu’ils savent inspirer, ils demandent avec audace et s’approprient effrontément tout ce qui leur convient.
Dans les communes limitrophes du côté du département de la Loire, des voyageurs ont été arrêtés dans le courant de nivôse et dévalisés sur la grand route par des brigands en nombre, et armés. Il n’est encore rien parvenu d’officiel à cet égard ; mais comme il serait possible que les bois sur la lisière du Puy de Dôme leur servissent d’asile, on a cru devoir exciter la surveillance des maires voisins.
On ne peut s’empêcher de reconnaître l’insuffisance des moyens pour contenir les voleurs et dévastateurs des bois et des récoltes. La longueur, la cherté des formes, quelquefois leur défaut, rend les poursuites presque toujours illusoires pour le propriétaire qui ose les commencer. Parmi les adjoints spécialement chargés de la police, la plupart n’ont ni le courage, ni les talents nécessaires pour écouter, évaluer une plainte et en dresser procès-verbal51. »

Notes

1 Poitrineau A., La vie rurale en Basse-Auvergne au XVIIIe siècle (1726-1789), Paris, PUF, 1965, p. 579.

2 Ibid., p. 583.

3 Ibid., p. 586. Arch. dép. Puy-de-Dôme, 4 C 98.

4 Arch. nat., F7 7100, lettre du 3 pluviôse an IV (23 janvier 1796) de Gaubert, commissaire du pouvoir exécutif du canton de Lezoux, au ministre de la Police générale. À Châteldon, son collègue Périchon, compte 200 à 250 déclassés qui « trouvent des ressources commandées par l’humanité » (Arch. nat., F7 7101, lettre du 8 pluviôse an IV – 28 janvier 1796).

5 Arch. nat., F7 7101, lettres du 12 pluviôse an IV (1er février 1796) de Marmat, commissaire du pouvoir exécutif du canton d’Ennezat, au ministre de la Police générale ; du 10 pluviôse an IV 30 janvier 1796) de son collègue de Cournon. Arch. nat., F7 7111, lettre du 10 ventôse an IV 29 février 1796) de Dulin, commissaire du pouvoir exécutif du canton d’Aigueperse, au ministre de la Police générale.

6 Poitrineau A., La vie rurale en Basse-Auvergne…, op. cit., p. 619.

7 Ibid., p. 706.

8 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Seuil, 2002, p. 62, 215, 227.

9 Poitrineau A., Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Aubier, 1983, p. 252 sq.

10 Arch. nat., F7 7101, lettre du 4 pluviôse an IV (24 janvier 1796) de Meilhoux, commissaire du pouvoir exécutif du canton d’Arlanc, au ministre de la Police générale.

11 Opinion du 7 germinal an V (27 mars 1797). Citée par Mège F., Le Conventionnel Bancal des Issarts, Paris, 1887, p. 152.

12 Fournier V., Le Tribunal criminel de l’Allier (1792-1799) : vols, assassinats et rassemblements séditieux, mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Bourdin, université Blaise-Pascal, 2000.

13 Bonnion A., Le Tribunal criminel du Puy-de-Dôme (an VI-an XII), mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Bourdin, université Blaise-Pascal, 1998.

14 Fournier F., Le Tribunal criminel de l’Allier…, op. cit., p. 23.

15 Arch. dép. Puy-de-Dôme, U TRA 69 (1252-1253), L 043. Cf. Chomette M., Les résistances au modèle républicain sous le Directoire à travers les archives du Tribunal criminel du Puy-de-Dôme, mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Bourdin, université Blaise-Pascal, 2000, vol. 1, p. 47.

16 Cité par Mège F., La dernière année de la province d’auvergne. La Grande Peur, Clermont-Ferrand, Albert Bouy, 1901, p. 12.

17 Ibid., p. 17.

18 Montlosier F.-D. de, Mémoires sur la Révolution française, le Consulat, l’Empire, la Restauration et les principaux événements qui l’ont suivie (1755-1830), t. I, p. 233.

19 Mège F., La Grande Peur, op. cit., p. 22.

20 Cf. Ribeyre S., Les suspects dans la partie sud-est du Puy-de-Dôme, mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Bourdin, université Blaise-Pascal, 1995. L’étude porte sur les districts d’Ambert, de Billom, d’Issoire.

21 Le Décadaire du Cantal, no 13, 1re décade de messidor an III.

22 Le Décadaire du Cantal, no 14, 2e décade de messidor an III.

23 Le Décadaire du Cantal, no 18, 3e décade de thermidor an III.

24 Le Décadaire du Cantal, no 13, 1re décade de messidor an III. « L’on sait que depuis le 4 prairial un grand nombre de scélérats, réfugiés au faubourg Antoine et ailleurs, se sont soustraits par la fuite au juste salaire dû à leurs crimes. »

25 Le Décadaire du Cantal, no 13, 1re décade de messidor an III : « Depuis quelque temps les assassinats et les vols se multiplient sur plusieurs points de ce département. Un individu a été retrouvé ces derniers jours assassiné sur la partie de la route de Saint-Flour située entre les Chases et Murat : plusieurs particuliers y ont été arrêtés. On croit que ce sont des brigands échappés des galères de Toulon et des galères qui ont été ouvertes dans plusieurs endroits […]. Les galères de Toulon ont été ouvertes par les terroristes de cette commune. »

26 Le Décadaire du Cantal, no 14, 2e décade de messidor an III.

27 Le Décadaire du Cantal, no 18, 3e décade de thermidor an III.

28 Le Décadaire du Cantal, no 16, 1re décade de thermidor an III.

29 Serna P., La République des girouettes (1789-1815 et au-delà). Une anomalie politique : la France de l’extrême centre, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

30 Le Décadaire du Cantal, no 19, 1re décade de fructidor an III.

31 Cf. Bourdin Ph., « Les “jacobins” du Bois de Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massacre annoncé », Annales historiques de la Révolution française, no 308, avril-juin 1997, p. 249-304.

32 Le Décadaire du Cantal, no 21, 3e décade de fructidor an III.

33 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 547, lettre du 26 pluviôse an IV (15 février 1796) aux administrateurs départementaux du Puy-de-Dôme.

34 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 549.

35 Ciotti B., « Une tentative originale de lutte contre les réfractaires à la fin de la période directoriale : l’investissement des massifs des Bois Noirs et des Monts de la Madeleine », inBourdin Ph. et Gainot B. (dir.), La République directoriale, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 1998, t. 2, p. 849-860.

36 Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 4827, lettre du 4 messidor an III (21 juin 1795).

37 Jouvenel F. de, « Les camps de Jalès (1790-1792), épisodes contre-révolutionnaires ? », Annales historiques de la Révolution française, no 3-2004, p. 1-20.

38 Rolland-Boulestreau A., Les notables des Mauges. Communautés rurales et révolution (1750-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

39 Sur la bande des frères Lamothe (ou La Motte), cf. B ourdin Ph., Le Puy-de-Dôme sous le Directoire. Vie politique et esprit public, Clermont-Ferrand, Mémoire de l’Académie des sciences, Belles-lettres et Arts de Clermont-ferrand, 1990, p. 251 sq. ; du même, « Des ganses blanches, une armée grise, les noires forêts d’Auvergne », in Vovelle M. (dir.), Le tournant de l’an III (actes du 120e congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 23-29 octobre 1995), Paris, CTHS, 1997, p. 361-396 ; du même, « La Basse-Auvergne, une seconde Vendée ? », inMartin J.-Cl., La Contre-Révolution en Europe (XVIIIe-XIXe siècles). Réalités politiques et sociales, résonances culturelles et idéologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 35-59 ; Bousseroles S., Une Contre-Révolution dans le Puy-de-Dôme (1790-1795), mémoire de maîtrise dirigé par Philippe Bourdin, université Blaise-Pascal, 1993 ; Chomette M., Les résistances au modèle républicain, op. cit. ; Jarre H., Terreur blanche et Contre-Révolution en Haute-Loire (1791-1799), mémoire de maîtrise dirigé par Philippe Bourdin, université Blaise-Pascal, 2002 ; Benoît B., La compagnie de Jésus (1795-1797). Une compagnie introuvable ?, mémoire de maîtrise dirigé par Philippe Bourdin, université Blaise-Pascal, 2003.

40 Arch. nat., F7 3685(3), Comptes décadaires. Arch. dép. Puy-de-Dôme, L 552. Ainsi le républicain Puray aîné, de Riom, est-il menacé par ce placard apposé à sa porte : « Dans trois jours à compter du 3 juillet 1800 à minuit tu déposeras 100 louis sur le siège qui est à droite de l’entrée de ta maison : si la demande qui t’est faite n’est pas ponctuellement exécutée dans les trois jours qui suivront… LA MORT… Adieu. Bras-de-Fer. »

41 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (53).

42 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 97. Détail des objets voles chez Amouroux, père et fils, Imprimerie Veysset, an IX.

43 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (10), lettre de Desribe, sous-préfet d’Issoire, au préfet du Puy-de-Dôme, 29 ventôse an X (20 mars 1802) : « J’ai durant quelques jours appréhendé que les brigands qui infestent l’arrondissement d’Ambert ne fissent des incursions dans celui d’Issoire ; mais la surveillance de la gendarmerie et le concours des bons citoyens me rassurent à cet égard. »

44 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (45), rapport du préfet pour la période de germinal et prairial an X.

45 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (27), rapport du sous-préfet de l’arrondissement de Thiers, 15 pluviôse an X : « Un bruit confus assure sinon le domicile ordinaire de quelques brigands dans cet arrondissement, au moins leurs excursions des arrondissements voisins dans le notre. Quelques tentatives de vols qui ont eu lieu leur sont attribués. »

46 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (46), état de situation du département du Puy-de-Dôme présenté par le préfet au ministre de la Police générale, trimestre de vendémiaire et nivôse an X ; M 140 (31), rapport du préfet du Puy-de-Dôme au ministre de la Justice, 10 frimaire an XI (1er décembre 1801).

47 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (127, 140). L’émeute se tourne contre la brigade de Besse à Espinchal et La Godivelle, le 29 fructidor an XII (16 septembre 1804) : les gendarmes sont lapidés alors qu’ils viennent chercher déserteurs et conscrits. Elle prend la même forme contre la gendarmerie de Veyre à Saint-Sandoux le 3 vendémiaire an XIII (25 septembre 1804).

48 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (61), rapport du sous-préfet Faydit au préfet, an XIII.

49 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (59), compte rendu du sous-préfet de l’arrondissement d’Issoire par intérim, Dubien, adressé au préfet, 13 pluviôse an XIII (2 février 1805).

50 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (60), rapport du sous-préfet Pourrat au préfet du Puy-de-Dôme, an XIII.

51 Arch. dép. Puy-de-Dôme, M 140 (63), rapport du sous-préfet Laverchère au préfet du Puy-de-Dôme, an XIII.

Table des illustrations

Légende Nature des vols portés devant les tribunaux criminels (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Actions contre-révolutionnaires (brumaire an IV-frimaire an VI).Source : AD Puy-de-Dôme, L449, enquête du commissaire du pouvoir exécutif pour le département.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118566/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université Blaise-Pascal (Clermont 2), directeur du Centre d’histoire « Espaces et Cultures », président de la Société des études robespierristes

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search