Version classiqueVersion mobile

Les brigands

 | 
Valérie Sottocasa

Troisième partie. Modèles régionaux

Les « brigands » des montagnes du Languedoc pendant la Révolution française

Valérie Sottocasa

Texte intégral

  • 1 Sottocasa V., Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagn (...)

1Moins connue que la chouannerie bretonne ou l’insurrection de la Vendée, la Contre-Révolution méridionale a profondément marqué l’histoire de la région. La mémoire collective conserve le souvenir de prêtres martyrs ou de villages insurgés qui ont contribué à dessiner une identité politique locale forte. Terre de résistance et de contestation, le sud du Massif central s’est également affirmé patriote durant la Révolution. Les Cévennes et leurs marges ont manifesté très tôt leur soutien aux réformes mises en œuvre par l’Assemblée nationale. Terres de contrastes, les montagnes du Languedoc ont été le théâtre d’affrontements politiques précoces et sanglants qui se sont poursuivis durant toute la période révolutionnaire. Les recherches que nous avons menées sur les mouvements populaires dans la région montrent le très haut niveau de mobilisation durant la décennie révolutionnaire. Dans un espace montagnard comprenant le Tarn, l’Hérault, l’Aveyron, le Gard et la Lozère, près de 850 émeutes ont été dénombrées à partir du dépouillement des archives judiciaires entre 1789 et 17991. Pour les deux tiers, ce sont des manifestations hostiles à la Révolution dont le niveau le plus élevé se situe entre 1791 et 1793 puis en 1797.

2Ces troubles sont divers : si le refus de la constitution civile du clergé y occupe une place très importante, la contestation porte aussi sur d’autres points. L’arrestation et l’exécution du roi, la levée des 300 000 hommes en février 1793, la Terreur sont autant d’éléments qui ici ont alimenté les dynamiques contre-révolutionnaires, comme dans d’autres régions du royaume. Le brigandage occupe une place importante dans ces processus. Apparu au lendemain de l’échec de l’insurrection contre-révolutionnaire de 1793 en Gévaudan, le brigandage s’implante fortement dans les montagnes jusqu’à la fin du Consulat. Une métamorphose de la protestation populaire semble s’opérer au lendemain de la Terreur : alors que les émeutes se font moins nombreuses, les actes relevant du brigandage obsèdent les autorités révolutionnaires. Les violences commises déstabilisent les représentants de la République au point de créer de véritables zones de non-droit en Margeride, Aubrac ou sur les Causses. Certes, ces actes s’inscrivent dans une dynamique contre-révolutionnaire, mais ils diffèrent assez nettement des insurrections royalistes qui ont marqué 1792 et 1793, ainsi que des révoltes populaires qui se développent massivement à partir de 1791.

3Ce sera l’objet de cette étude que de présenter le brigandage qui se développe à partir de l’été 1793 dans les montagnes du Languedoc. Nous tenterons de comprendre quelle réalité politique et sociale se cache derrière ce terme dont les contemporains de la Révolution ont fait un usage particulièrement développé et polysémique. Les sources judiciaires permettent de saisir et de qualifier cette forme de contestation de l’ordre qu’est le brigandage. Cependant, nous devrons nous interroger sur la nature de l’atteinte à l’ordre public qu’il représente : les « brigands » sont-ils des délinquants de droit commun ou des rebelles politiques ? Comment les autorités de l’époque apprécient-elles la différence et comment s’établit un lien entre « brigandage » et Contre-Révolution ?

4Nous conduirons cette étude en plusieurs temps. Le premier portera sur le contexte dans lequel s’est développée une protestation populaire forte en Languedoc. Le second s’attachera à décrire les conditions dans lesquelles se sont formées des bandes de « brigands » donnant naissance à une forme de chouannerie méridionale. Nous nous attacherons ensuite à l’étude de la politique répressive conduite par les autorités contre cette forme nouvelle de protestation avant d’étudier le destin à plus d’un titre exceptionnel d’un prêtre devenu brigand et ennemi public numéro un pour les autorités chargées du rétablissement de l’ordre dans les montagnes, Jean-Louis Solier, dit Sans Peur.

La précocité de la violence dans l’expression des choix politiques

  • 2 Duport A.-M., Terreur et Révolution. Nîmes en l’an II, 1793-1794, Paris, Jean Touzot, 1987, p. 58.

5Les premiers troubles populaires contre la Révolution éclatent dès l’hiver 1789-1790 en Languedoc, plus précisément à Nîmes, en écho aux premières mesures de l’Assemblée destinées à réformer l’Église catholique en France. Cette hostilité ne se manifeste pas au cours des premiers mois de la Révolution. L’adhésion aux réformes est très large au sein de la population, dans les zones urbaines tout comme dans les montagnes. Des émeutes éclatent dans les villes littorales ainsi que dans les communautés rurales en faveur des mesures sociales de la Constituante. Les espaces les plus reculés ne sont pas en retrait dans cette mobilisation qui, pour n’être pas exceptionnelle à l’échelle du royaume, n’en n’est pas moins élevée à celle de la région. Les paysans protestent contre les droits féodaux, réclament leur abolition, précèdent les décisions de l’Assemblée en ce domaine. On peut lire, dans cette mobilisation, l’expression d’un radicalisme social que les émeutes de Mende, en juin 1790, illustrent. Les meneurs de la révolte contre les taxes et les droits féodaux sont très proches, sociologiquement, des « sans-culottes » préfigurés par les « vainqueurs de la Bastille ». Ils décident de taxer les riches pour donner aux déshérités et contestent les autorités traditionnelles incarnées ici par l’évêque de Mende, qui bénéficiait d’importants droits temporels attachés à son titre de comte du Gévaudan. Cet élan révolutionnaire vient cependant rapidement se briser sur les mesures de l’Assemblée nationale concernant l’Église catholique. À Nîmes, dès le mois d’octobre 1789, le retour à la vie politique locale des protestants pose problème. Ces derniers, écartés des charges publiques depuis la révocation de l’édit de Nantes, même de façon relative, reviennent en force dès l’organisation en juillet d’un conseil de ville puis des milices préfigurant la garde nationale. En avril, la création du club des Amis de la Constitution sanctionne la montée en puissance d’un « parti » protestant à Nîmes : 355 des 419 membres sont de confession réformée2. Certes, ce « parti » a échoué lors des élections municipales de février, mais en juin, les électeurs chargés de désigner les membres de la future administration départementale comptent nombre de protestants. Aux yeux de certains catholiques, la menace de voir cette administration entre leurs mains est intolérable.

  • 3 Pour la situation nîmoise, Duport A.-M., op. cit. p. 33-44.
  • 4 Sauzet R., « Religion et rapports de production dans la région nîmoise au XVIIe siècle », Chronique (...)

6Dès l’automne 1789, des légions catholiques sont constituées par François Froment. Issu d’une famille modeste à l’origine, qui a su mettre à profit la mise à l’écart des protestants au cours du XVIIIe siècle, Froment n’est pas hostile à la Révolution mais il affiche une sensibilité marquée face aux menaces qui, selon lui, pèsent sur l’Église catholique. Les propositions visant à nationaliser les biens du clergé, la suppression des privilèges mais encore plus le rejet de la motion Dom Gerle suscitent des inquiétudes croissantes dans le Midi. Des adresses parviennent à l’Assemblée nationale pour protester contre ce rejet ; à Nîmes, ce sont plus de trois mille personnes qui apposent leur signature à un texte de protestation rédigé à l’initiative de François Froment. Son succès auprès des classes populaires repose sur des inquiétudes tout à la fois confessionnelles et économiques. Le Midi traverse une crise qui génère du chômage, notamment en ville3. À Nîmes, la bourgeoisie protestante est puissante et semble pratiquer une préférence confessionnelle dans l’embauche des ouvriers depuis longtemps4 ; la crise des années 1780 rend cette pratique plus insupportable. Les réformes religieuses conduites par l’Assemblée nationale avivent les inquiétudes et donnent consistance à l’idée d’un complot protestant destiné à détourner la Révolution au profit d’une volonté de vengeance des réformés du Midi. L’amalgame de tous ces éléments explique le succès des démarches entreprises par Froment à une date très précoce. Dès 1789, les opposants à la Révolution peuvent prendre appui, dans le Midi, sur une base populaire, ce que Froment met en valeur auprès du comte d’Artois, auquel il aurait rendu visite à Turin début 1790.

7La mobilisation du « parti » catholique à Nîmes va crescendo au cours du printemps. Propagande, provocations, pamphlets antiprotestants contribuent à créer un climat délétère ; tout pousse les deux partis à chercher l’affrontement. Celui-ci survient en juin, lors des élections de l’administration départementale. Les tensions déjà très vives dégénèrent en un affrontement sanglant entre catholiques et protestants qui laisse peut-être trois cents morts dans les rues et dans les couvents de la ville. L’implication des gardes nationales de toute la région explique l’impact de cette « bagarre », tout autant que le traumatisme dû au déferlement de violences rappelant le temps des guerres de religion. Cet événement contribue à la polarisation politique des populations en fonction de leur confession et conduit à un raidissement sensible des opinions. L’introduction de la Constitution civile du clergé au début de 1791 aggrave la fracture et lie étroitement politique et religion dans une dynamique où les vieilles haines et la soif de vengeance l’emportent progressivement. La frontière confessionnelle devient une frontière politique et la religion, la raison d’être d’une résistance populaire massive à la Révolution. Elle est le pivot autour duquel se structurent les réseaux d’opposition et le royalisme local. Le thème de la croisade est modulé par les discours royalistes, avec toute la dimension violente qu’il comporte. La Révolution devient un épisode des guerres de religion dans le cadre d’une lecture millénariste des événements.

8Dans ces conditions, le Midi languedocien est le théâtre d’insurrections contre-révolutionnaires particulièrement précoces. Dès l’été 1790, la plaine de Jalès (Ardèche) accueille un premier camp convoqué à l’initiative d’un comité formé au lendemain de la « bagarre » de Nîmes. Officiellement destiné à renouveler le serment civique des gardes nationales, le rassemblement est en réalité destiné à tester la capacité de mobilisation des forces d’opposition. Son succès est tel que bon nombre des membres du comité ainsi que certains délégués des gardes nationales sont persuadés qu’une réaction massive est possible dans la région. En février 1791, après la suppression de l’évêché d’Uzès, une partie des gardes nationales de la cité se rebelle contre les autorités. Ils gagnent la plaine de Jalès, poussent le comité à décréter l’insurrection. Mal préparée, mal coordonnée, cette action est condamnée à l’échec. Elle alimente cependant la conviction de plusieurs chefs qu’une insurrection populaire est possible, d’autant que l’application de la Constitution civile du clergé suscite une opposition farouche dans les cantons catholiques, notamment des Cévennes et de la Lozère. En février 1792, une partie du comité se retrouve à Mende, lorsque toute la ville se rebelle contre l’armée, venue rétablir l’ordre. Cette insurrection reste sans lendemain, mais elle a démontré la capacité de mobilisation de la Contre-Révolution au sein des campagnes catholiques. Plus que jamais, la réaction est montrée sous le jour d’une croisade au nom de la religion et contre les protestants. Tout au long de l’hiver et du printemps, des recruteurs sillonnent les campagnes catholiques du Gard, de la Lozère, de l’Hérault et de l’Ardèche. Ils sont chargés de lever des troupes pour le troisième camp de Jalès. Le comité a établi des liens solides avec les émigrés. L’insurrection méridionale est conçue dans le cadre d’un plan d’ensemble destiné à diviser les forces de la République et à soutenir l’entrée en guerre de l’Espagne. Déclenchée trop tôt et sans tenir compte des directives étrangères, l’insurrection tourne court. La contestation populaire ne désarme pas pour autant ; elle reste centrée sur le refus de la Constitution civile du clergé et contre les premières levées de volontaires, en 1792.

  • 5 Des troubles importants éclatent en Aveyron ; ils concernent essentiellement la région de l’Aubrac (...)
  • 6 Délibérations départementales, Bull. Soc. Loz., 1882, t. 2, janvier 1793 ; voir également Delon ab (...)

9Au printemps 1793, l’application du décret du 24 février sur la levée de 300 000 hommes met le feu aux poudres. L’exécution du roi, les décrets contre les prêtres réfractaires, perçus comme une véritable persécution contre l’Église catholique, sont autant d’éléments qui rendent insupportable l’idée d’une conscription. En outre, les montagnes du Languedoc ont toujours été une terre d’opposition à la milice. C’est en Lozère que les troubles sont à la fois les plus précoces et les plus importants5. La levée de 1792 s’était effectuée difficilement dans le nord du département « tout bouffi d’incivisme et fanatisé à l’infini », comme le reste des montagnes de l’Aubrac où des « malveillants » avaient trouvé refuge6. Les mouvements qui éclatent au lendemain du décret du 24 février sont d’une tout autre ampleur. En Margeride puis dans l’Aubrac, la jeunesse de villages entiers se soulève, le plus souvent avec le soutien tacite ou actif des aînés. La situation est suffisamment grave pour justifier l’envoi d’une force armée dans les communes rebelles de l’Aubrac ou de la Margeride dès le 7 avril. En l’espace de quelques jours, environ deux mille jeunes ont manifesté leur opposition aux portes de Mende. Leurs mots d’ordre sont expressément contre-révolutionnaires mais aucune structure ne semble alors prête à les encadrer, ce qui conduit à l’échec de l’insurrection.

  • 7 Arch. dép. Lozère, L 134.

10C’est dans ce contexte troublé que naît la principale tentative de guerre contre-révolutionnaire dans la région. Marc-Antoine Charrier, jeune notaire de Nasbinals, en Aubrac, en prend la tête. Élu député du tiers-état du Gévaudan en 1789, il se détache des députés les plus révolutionnaires et rejoint, après les journées d’octobre, les rangs des opposants. À la fin de son mandat, il veut rejoindre les princes émigrés à Coblence, mais se laisse convaincre de rester dans le Midi afin d’y animer la Contre-Révolution. Ayant participé au camp de Jalès en 1791 puis à la révolte de Mende en février 1792, il est décrété d’arrestation et entame une vie de proscrit. Il ne quitte pas les montagnes, bénéficiant d’une popularité croissante au sein des populations. Il noue des relations étroites avec les membres du comité de Jalès, et notamment avec Claude Allier, prieur de Chambonas, dont la personnalité s’impose au cœur des réseaux contre-révolutionnaires du Midi. Tous deux mettent à profit les troubles suscités par la levée des 300 000 hommes pour accélérer le recrutement d’une Armée chrétienne du Midi. Celle-ci doit s’intégrer dans l’offensive projetée par les émigrés qui doit, à la fin du printemps, contraindre les armées de la République de se diviser et de reculer face aux attaques conjointes menées par les alliés aux frontières et les contrerévolutionnaires sur le territoire national. Quelques jours avant la date du soulèvement, un contrordre provient de Coblence repoussant les opérations de six semaines. L’état-major regroupé autour de Charrier est divisé. Certains estiment qu’il faut attendre, mais d’autres pensent que la dynamique contrerévolutionnaire est suffisamment puissante dans le Midi pour se lancer seule dans l’insurrection et précéder la grande offensive. Claude Allier est de ceux-là. Son opinion s’impose et Charrier, malgré ses réticences, lance son armée dans la bataille dans la nuit du 25 mai 1793. La surprise des patriotes et leur infériorité numérique conduit à une victoire rapide des premières opérations conduites à Rieutord-de-Randon, Marvejols et Mende entre le 25 mai et le 1er juin. Dès le premier succès, Charrier lance un appel à toutes les paroisses : au nom du roi, les hommes de seize à cinquante ans devaient se joindre à l’Armée chrétienne. Dans de nombreuses communes, la levée s’organise. Si certains témoins interrogés plus tard évoquent des pressions, il semble que spontanément, des compagnies paroissiales se mettent sur pied afin de rejoindre Charrier. C’est le cas dans les gorges du Tarn où le 29 mai, cent vingt hommes des villages de La Malène et Laval se mettent en route pour rejoindre Mende derrière le maire de Laval et plusieurs notables. Sur le Causse de Sauveterre, cette troupe aperçoit un rassemblement et distingue des cocardes blanches sur les chapeaux de ces hommes. Croyant avoir à faire à des royalistes, les hommes de Laval et La Malène les rejoignent et tombent entre les mains d’une troupe de patriotes. Quarante-neuf d’entre eux sont faits prisonniers, conduits à Florac pour y être jugés et sont condamnés à mort. Plus de la moitié sont des paysans, aux côtés desquels se retrouvent des artisans et les notables des deux villages7.

  • 8 Martin J.-C., Contre-Révolution, Révolution et Nation en France, 1789-1799, Paris, Seuil, 1998, p.  (...)

11L’armée rassemblée par Charrier est très composite ; les paysans forment la majorité des hommes. Ils sont issus, pour une très forte proportion, de l’Aubrac. Durant la journée du 26 mai, l’armée fait céder Marvejols, qu’elle occupe. Des compagnies paroissiales convergent vers la ville dans le but de participer à la prise de Mende le lendemain. Une fois sur place, Charrier promet à ses troupes de marcher sur les Cévennes et de raser Florac ! Les maisons des patriotes sont livrées au pillage, mais il n’y a aucun dérapage. Cette victoire est une des dernières de la courte équipée de l’Armée chrétienne du Midi : Charrier sait que la contre-offensive s’organise dans les départements limitrophes de la Lozère et que ses troupes se débandent très vite, en cette saison de gros travaux agricoles. C’est pourquoi, le 1er juin, après la chute de Marvejols devant les troupes républicaines, il préfère licencier son armée, enjoindre les paysans à regagner leurs villages afin d’échapper à une répression massive. Celle-ci débute dès le lendemain, par des arrestations en nombre. Le 11 juin, des exécutions spectaculaires se déroulent à Florac, le jour de la foire. Cent trente-trois condamnations à mort ont été prononcées par le tribunal criminel du département installé à Florac ! L’impact de l’échec de l’insurrection et de la violence de la répression est lourd. En effet, malgré le caractère souvent improvisé des mobilisations, l’insurrection de 1793 marque une rupture dans les comportements populaires qui se politisent de manière nette. Il n’est plus seulement question de défendre la religion et le curé de la paroisse, ou de partir en croisade contre les protestants jugés responsables des malheurs de la nation et de l’Église catholique. Le procès et plus encore l’exécution du roi ont suscité l’indignation et la peur dans la région. L’engagement des paysans se fait avant tout en faveur de la religion8, mais il conduit à une politisation forte des enjeux des luttes. Si la noblesse occupe un rang secondaire dans les mobilisations contre-révolutionnaires méridionales, le royalisme devient progressivement une voie d’expression des mécontentements. Le développement du brigandage royal n’est pas étranger à ce basculement des opinions et des comportements.

Les « débris » de l’armée de Charrier et le développement du « brigandage » royal dans les montagnes

12La dispersion de l’armée de Charrier et surtout des hommes qui formaient son état-major donne naissance à une nouvelle forme d’opposition dans les montagnes du Midi et crée un climat d’insécurité croissante. Se regroupant pour survivre, les rebelles forment de petites bandes qui errent dans les bois et cherchent à échapper aux troupes lancées à leur poursuite. Le terme de « brigands » leur est de plus en plus systématiquement associé. Il est l’un des plus galvaudé à l’époque pour désigner, dans la bouche des patriotes, les contre-révolutionnaires et les discréditer. Les « brigands » royaux prennent leur essor au lendemain de l’échec de Charrier ; tout espoir de Contre-Révolution dans le Midi semble alors éteint. L’heure n’est plus aux grands complots, mais au harcèlement des autorités patriotes. Les « brigands » sont d’abord des hommes battus, traqués, errants de bois en cavernes. Les armées levées par les départements limitrophes de la Lozère pour réduire la rébellion de Charrier se consacrent, durant quelques semaines, à la traque de ceux qui l’ont entouré, soutenu ou rejoint lors de l’insurrection. Les rescapés de cette répression sanglante sont nombreux à choisir la fuite et une vie de proscrits. Les bois, les montagnes, les gorges, leur offrent des abris naturels. Mais sans l’appui de la population, ces proscrits n’auraient pu survivre et échapper aux autorités.

  • 9 Arch. dép. Lozère, 245 II L, pièce 178.
  • 10 Arch. dép. Gard, L 1897.
  • 11 Arch. dép. Gard, L 429.

13Les « brigands » apparaissent d’abord dans des régions hostiles à la Révolution. Ils sont présents en haute Lozère catholique dès l’été 1793, mais la première poussée réellement significative date de l’automne, en particulier du mois d’octobre 1793. Des bandes de « brigands » sont de plus en plus régulièrement évoquées dans les archives judiciaires : elles se manifestent dans les villages de la haute Lozère en s’en prenant aux maires, procureurs, juges de paix un peu trop dévoués à la nation. Au Buisson, en vendémiaire an II (octobre 1793), cinq « brigands » armés attaquent le juge de paix, l’accusent d’être patriote, pillent et saccagent sa maison9. Plus au sud, les « brigands » trouvent refuge sur les étendues désolées du Causse Méjean ; ils apparaissent dans les environs de Meyrueis, montant des expéditions en direction des villes patriotes des Cévennes. Une troupe conduite par un homme de Lanuéjols, commune catholique des Causses gardois, s’est ainsi établie dans les environs de Meyrueis dès le mois de septembre 1793 ; ces « brigands » seraient « une émanation des rebelles de Charrier10 ». Une troupe sans doute différente, mais elle aussi composée de soldats recrutés par Charrier, multiplie des expéditions punitives contre les patriotes du Vigan en octobre : le maire et le commissaire chargé de la réquisition des mulets et des ânes pour l’armée, sont tous deux attaqués par une troupe d’une cinquantaine de « brigands ». Il s’agit, là encore, d’après eux, d’un rassemblement d’hommes « échappés de la Lozère11 ». Ils se tiennent sur les montagnes frontalières de plusieurs départements, jouent des frontières administratives et des difficultés que rencontrent les administrateurs pour mettre en place une politique commune de répression. La montagne de l’Espérou, sur les hauteurs de Valleraugue, est à ce titre un refuge parfait, quasiment inexpugnable, qui permet de passer du Gard à la Lozère ou à l’Aveyron sans difficulté. Mais ce sont les gorges du Tarn qui constituent sans nul doute le refuge le plus sûr.

  • 12 Delon abbé J. B., op. cit. p. 283-286.

14Dépourvues de route digne de ce nom, elles n’étaient souvent accessibles que par de mauvais sentiers ; les nombreuses grottes des parois calcaires servaient déjà de refuge à quelques prêtres réfractaires poursuivis par les autorités ; elles étaient parfaitement connues des jeunes bergers qui s’y réfugiaient par temps d’orage. Certaines grottes n’étaient pas accessibles depuis le fond des gorges mais seulement en installant une échelle de corde depuis le sommet des rochers. À partir de l’automne 1793, les rescapés de l’armée de Charrier font de ces gorges inhospitalières un refuge et une base arrière. Une de ces bandes était conduite par le frère d’un des rebelles de La Malène, guillotiné en juin à Florac ; Jean-Baptiste Fage, dit l’abbé, parce qu’il avait étudié le latin pour devenir prêtre, était le fils de paysans aisés. Il prend pour lieutenant un volontaire de 1792 qui avait déserté avec armes et bagages et qui était revenu dans sa paroisse natale de Hures. Cette bande ne se retrouvait que lors des expéditions montées contre les patriotes ; le reste du temps, les hommes étaient dans leurs foyers, travaillant aux champs. Ils ne paraissent pas spécialement violents, s’attachant plutôt à voler des armes chez les patriotes ou les membres des autorités locales. Le chef et son lieutenant sont arrêtés en février 1794 ; Fages périt sur l’échafaud, son compagnon, Michel, dit Ferratou, parvient à s’échapper et regagne les gorges du Tarn où il reprend la tête de la bande et poursuit les expéditions contre les patriotes avant de périr à son tour, fusillé à Meyrueis en juin 1794. Sa disparition ne met pas un terme aux « brigandages » dans la région des Causses12.

  • 13 Arch. dép. Aveyron, 3 L 56.
  • 14 Arch. dép. Aveyron, 3 L 56, Délibérations du district de Millau, police. Lettre du 12 octobre 1793
  • 15 Idem, Lettre de Randon du Landres, 12 octobre 1793.

15En octobre 1793 des bandes plus violentes se manifestent au débouché des gorges du Tarn, dans le département de l’Aveyron. Le 6 octobre, vers deux heures du matin, la maison du commissaire civil de la commune de Peyreleau est encerclée par une troupe de brigands. Ils frappent, exigent qu’on leur ouvre puis enfoncent la porte. Un de ces hommes, le visage masqué, armé d’un sabre et d’un fusil à baïonnette entre pendant que ses camarades gardent les rues avoisinantes. Il réclame les fusils remis par la jeunesse qui avait participé à l’insurrection de Charrier13. Dans la nuit du 10 au 11 octobre 1793, une troupe d’une cinquantaine d’hommes survient dans le village de Mostuéjouls, fouille les maisons des patriotes et saisit toutes les armes ainsi que de l’argent. La troupe se dirige ensuite vers le village du Rozier et procède de la même manière. À Peyreleau, La maison du commissaire civil est la première cible des « brigands », qui la fouillent de fond en comble, prennent les armes et font de même dans plusieurs maisons réputées patriotes. « Tout ce qui est patriote doit se tenir caché. La peur est extrême » note le commissaire civil14. Les autorités du district sont extrêmement inquiètes : une rumeur court selon laquelle les « brigands » amassent des armes et projettent de former un camp sur l’Aubrac, rassemblant plus de 11 000 hommes15.

  • 16 Arch. dép. Aveyron, 1 L 755, Compte rendu des manœuvres contre les brigands par le commandant Sarr (...)
  • 17 Arch. dép. Aveyron, 1 L 755, Compte rendu du commandant Sarrus.

16Le district de Millau se hâte de prendre des mesures : plusieurs prêtres réfractaires sont arrêtés, de même que les familles qui leur donnaient asile et les maires et officiers municipaux suspects de complicité ou de laxisme. Une troupe est rapidement mise sur pied, comptant de nombreux patriotes de Millau et de Saint-Affrique ; les bois et les hameaux sont fouillés, sans résultats. Les « brigands » paraissent insaisissables : ils quittent les lieux au moment où les patriotes y entrent et leur échappent à plusieurs reprises. Le 13 octobre, les troupes décident d’encercler le village d’Arvieu où une bande très nombreuse a trouvé refuge16. Il semble que le baron d’Arvieu se soit mis à leur tête. Plusieurs batailles s’engagent, faisant des blessés côté patriote et plusieurs prisonniers du côté des brigands, notamment le chevalier d’Arvieu. On pense alors que les « brigands » sont au nombre de sept cents ! Deux cents d’entre eux auraient trouvé refuge dans le bois des Palanges. Les patriotes trouvent, en effet, des traces de leur passage : des guérites, des « baraques » construites avec des branches de chênes et des fougères servaient d’abris ; des manches de piques sont retrouvés en grand nombre, ainsi que des faux, de gros bâtons, des ossements et des peaux de bêtes à laine. Des papiers prouvant la présence de nobles sont également retrouvés dans des « baraques » qui sont plus luxueuses ; de la poudre, des balles, des moules à cartouches ont également été laissés sur place17. Tout un monde situé aux marges de la civilisation est investi par ces hommes traqués qui tissent avec les populations locales des relations complexes. Les archives de la répression permettent de briser les silences de la clandestinité et de s’approcher de la réalité de la vie quotidienne des brigands. Ces derniers apparaissent sous le jour d’hommes revenus à l’état sauvage, ce qui, aux yeux des patriotes, démontre leur noirceur, leur violence et l’archaïsme de leur engagement. Ces caractères posent également la question de la nature des relations entretenues entre les « brigands » et la population.

17Il convient de distinguer entre les brigands « occasionnels », poussés à fuir leur domicile par des expéditions répressives, et les bandes structurées dans la durée. Le premier groupe concerne bon nombre de jeunes conscrits réfractaires ou déserteurs, que l’on retrouve aux côtés des brigands mais aussi, le plus souvent, au domicile familial. Ces jeunes ne coupent pas les liens avec leurs proches et ne s’enracinent pas dans une marginalité qui les fait basculer du côté de la délinquance. Il n’en va pas de même des « lieutenants » de Charrier qui, au cours de l’été 1793, sont amenés à mener une vie de proscrits, toujours loin de leur domicile, exclus des lieux et des temps de la sociabilité villageoise. Les conditions de vie naturellement difficiles dans les villages ou les mas isolés deviennent quasiment insupportables pour ces hors-la-loi condamnés à vivre dans les bois. La violence devient leur quotidien et transforme leur caractère, de même que le regard que les autres portent sur eux. Errant dans des bois impénétrables, ces hommes se rapprochent des bêtes inquiétantes qui les peuplent. Dans l’attitude des populations à l’égard des « brigands » il y a du respect et de la peur.

  • 18 Arch. nat., BB18 472.
  • 19 Arch. nat., F7 368115, dossier « Brigands ».

18La bande de Dominique Allier suscite ce type de sentiments. Le destin des frères Allier a déjà été évoqué. Claude, prieur de Chambonas, est le premier à adhérer à la Contre-Révolution en entrant dans le comité de Jalès lors de l’été 1790. Exécuté à la suite de l’échec de l’insurrection de Charrier, il est remplacé par son frère, Dominique, qui assurait déjà le contact entre le comité de Turin puis la cour de Coblence et les contre-révolutionnaires de l’Ardèche. Dès 1794, Dominique réapparaît à la tête d’une bande d’hommes déterminés, dont le nombre ne cesse d’augmenter. Se jouant des forces militaires lancées à ses trousses en exploitant les ressources des montagnes de la Lozère et des départements frontaliers, il devient rapidement le cauchemar des autorités locales et des représentants en mission. C’est sans aucun succès que le général Châteauneuf-Randon le poursuit dans les environs de Barjac et de la forêt de Mercoire. Il multiplie les démonstrations publiques, à l’image de ce défilé dans les rues de Villefort, le 10 octobre 179718. Une lettre de vendémiaire an VI (octobre 1798) les décrit ainsi : une troupe de soixante-douze hommes, armés de fusils à deux coups, de pistolets et de couteaux dont les lames sont longues et effilées s’attaque aux autorités patriotes puis défile en silence dans les rues de la ville19. Toujours présente en l’an VII, la bande de Dominique Allier annonce qu’elle entend s’établir à Villefort. Le commandant de la gendarmerie du lieu écrit une lettre désespérée aux autorités de Mende :

  • 20 Arch. nat., F7 368115, dossier « Brigands », lettre du 11 germinal an VII (31 mars 1799).

« Ces brigands ont établi leur quartier général à un quart de lieue des Vans. C’est là qu’ils reçoivent les contributions qu’ils imposent aux particuliers. Ils en exigent de tous les riches et principalement des acquéreurs des domaines nationaux. Ces contributions rentrées, ils veulent venir à Villefort. J’apprends à l’instant qu’ils veulent s’y rendre cette nuit […]. Ils se sont fait annoncer par des muletiers à qui ils ont défendu de payer les barrières. Ces muletiers sont effectivement passés sans payer […]. Les avis de la marche de ces brigands a jeté la consternation dans l’âme des nantis de Villefort ; les uns se cachent, les autres fuient, de manière que je ne puis compter sur aucun d’eux20. »

  • 21 Par exemple dans la commune d’Allenc, en thermidor an VII, les soldats viennent pourchasser des br (...)

19Cette démonstration a des airs de revanche sociale ; les « brigands » ne semblent pas se contenter de terroriser et de taxer les patriotes, mais tous les riches ; l’appui du peuple devrait ainsi leur être acquis. Mais ce n’est pas aussi simple. Bien d’autres documents montrent que les villageois sont pris entre deux feux. Les « brigands » ne pillent pas que les riches et les patriotes, si peu nombreux dans les montagnes de la Margeride que le reste de la population est également rançonné, alors qu’il lui arrive fréquemment de voir les soldats débarquer et piller les maisons suspectes d’avoir abrité des rebelles ou des prêtres21.

20Hommes de nulle part, le visage barbouillé de noir, armés jusqu’aux dents, maîtres des forêts, les brigands ont quelque chose d’effrayant. Le vocabulaire utilisé pour les décrire appartient aussi souvent au registre politique qu’à celui du monde animal et végétal, autrement dit du monde sauvage. Les « brigands » ont renoncé à la civilisation pour vivre dans des grottes inaccessibles, nous l’avons constaté dans les gorges du Tarn :

  • 22 Arch. nat., AFII 118, Lettres des représentants en mission en Lozère ; arrêtés des représentants.

« De nouveaux rassemblements se font d’une manière très rapide dans les montagnes d’Aubrac, Palanges et Margeride […] les scélérats se creusent des tanières et y vivent longtemps à l’abri de toute recherche22. »

  • 23 Idem, BB18 471.
  • 24 Ibid., BB 18 472, Lettre de Mende du 8 thermidor an X (les faits remontent à l’an VIII).
  • 25 Arch. dép. Lozère, L 126 ; Delon abbé J. B., op. cit. p. 294.

21L’extrême violence, non dépourvue de cruauté parfois, dont font preuve les « brigands », contribue à les déshumaniser. Si on leur pardonne de martyriser les patriotes les plus engagés, en particulier ceux qui ont pris une part active dans la Terreur et les excès de la déchristianisation, les scènes de massacres ne semblent pas recueillir le soutien de la population. Dans le canton du Buisson, en Aubrac lozérien, une bande conduite par un déserteur attaque en l’an III la maison d’un homme mourant. Sans aucune pitié pour son état, les « brigands » l’arrachent de son lit, l’enferment dans la cave et ripaillent pendant que l’homme agonise23. Dans les environs de Villefort, le village de Planchamp est envahi par une bande de « brigands » royaux qui cherchent à punir les patriotes. La maison natale d’un député à la Convention, Jean-André Barrot, est investie, pillée et incendiée. Barrot père est fusillé sur la place du village et le prêtre constitutionnel, Maurin, est exécuté devant la porte de l’église24. Plusieurs acquéreurs de biens nationaux sont exécutés assez sauvagement. À Saint-Jean-de-Fouillouse, toujours en Lozère, le bois acheté dans ces conditions est ravagé par une troupe de « brigands » ; ces derniers vont ensuite dans l’église, pendant la messe, se saisissent du percepteur qu’ils ramènent chez lui pour l’exécuter froidement après avoir entièrement brûlé ses papiers25.

  • 26 Arch. nat., BB18 471.
  • 27 Idem, BB18 472, Fructidor an VII.
  • 28 Lewis G., The second Vendée. The Continuity of Counter-revolution in the Department of the Gard, 17 (...)

22Les bandes qui sévissent dans les montagnes du Languedoc suscitent des sentiments complexes de la part des populations qui les protègent et les craignent tout à la fois. L’activisme politique des « brigands » relaie la mobilisation populaire dans ses aspects les plus violents et les plus dangereux : la rébellion contre les autorités. Les « brigands » luttent pour une cause politique à laquelle adhèrent les paysans catholiques des hautes terres. L’insécurité qui s’installe entrave l’application des lois et la mise en œuvre de la répression ordinaire. La présence de prêtres et de jeunes conscrits réfractaires aux côtés des brigands explique en partie la complicité qui se noue entre les bandes rebelles et les populations. Dans les gorges du Tarn, les villageois communient avec eux dans une sorte de malheur partagé, qui s’alimente dans le sang des « martyrs » de La Malène et de Laval du Tarn. Mais ailleurs, la brutalité de certaines bandes et l’insécurité que leur présence engendre provoquent parfois des mouvements de rejet de la part des populations locales. Les habitants de Sainte-Colombe-de-Peyre, dans les montagnes de l’Aubrac lozérien, attaqués par une bande de « brigands » en mai 1796, résistent et s’acharnent au point de massacrer l’un de ceux que la gendarmerie avait arrêté26. La région n’est cependant pas favorable aux patriotes, loin de là. En Margeride, la population du village du Villaret s’oppose à une bande d’une dizaine de brigands qui désolaient la région d’Auroux et de Langogne depuis plusieurs mois. Cette bande, venue d’Ardèche, était commandée par un homme appelé Degout, connu pour sa brutalité ; arrêté par les gendarmes et traduit à Langogne, il faillit être massacré par les habitants « tant ils l’avaient en horreur à raison des nombreux délits dont la clameur publique le disait coupable27 ». En général, cependant, les villageois comme les élus locaux sont complices, au moins du fait de leur silence. Cependant, la présence de brigands royaux sur le territoire de la commune ne pouvait qu’attirer l’attention des autorités tentées d’appliquer à la rigueur la loi du 10 vendémiaire an IV. En effet, l’enjeu de la lutte contre le brigandage est non seulement le rétablissement de l’ordre public, mais aussi le contrôle des populations et la maîtrise des territoires. Dès 1793, les représentants en mission envoyés dans les montagnes du Languedoc s’attachent à pourchasser les « brigands » afin de réduire à néant cette « seconde Vendée28 ».

La répression contre les « brigands » des hautes terres

23L’expédition la plus importante concerne les gorges du Tarn, où de nombreux rebelles ont trouvé refuge. Elle est organisée par le représentant Taillefer, député du département du Lot, où il avait formé une armée révolutionnaire composée de mille huit cents soldats et de plusieurs bataillons de gardes nationales. Cette troupe arrive à Rodez le 17 octobre 1793, sous les ordres du commandant Vitton, avec la mission de ramener l’ordre dans le département. Ce dernier se comporte en Aveyron comme en zone occupée, pillant les fermes, poussant très loin la terreur dans les villes comme dans les campagnes. Dans une déclaration datée du 4 novembre 1793, il lance un ultimatum aux populations :

  • 29 Barrau H. E. et F. de, L’époque révolutionnaire en Rouergue, Étude historique (1789-1801), Rodez, 1 (...)

« Mais, citoyens de l’Aveyron, soyez avertis que la première fois qu’il s’élèvera le moindre mouvement séditieux parmi vous, les communes entières seront détruites de fond en comble, sans distinction des innocents et des coupables. Les habitants de l’Aveyron vont répondre solidairement de leur conduite respective. Souvenez-vous que la vengeance nationale sera si terrible, que le souvenir en restera éternellement gravé dans la mémoire de vos descendants29. »

  • 30 Arch. dép. Aveyron, 71 L 36, Procédures du tribunal criminel, dossier de La Malène.
  • 31 Barrau H. E. et F. de, L’époque révolutionnaire en Rouergue, op. cit., p. 180 sq.

24Ces menaces ne suffisent pas à éradiquer le brigandage du département, c’est pourquoi plusieurs expéditions sont conduites dans les gorges du Tarn. En brumaire an II, le commissaire Delpech, chef de brigade de l’armée du Lot, reprend le chemin des gorges accompagné d’un « brigand » arrêté et sans doute décidé à trahir. Les difficultés rencontrées par la troupe sont telles que les rebelles ont le temps de fuir avant leur arrivée30. L’expédition permet d’établir qu’il existe un véritable système de grottes dont les fonctions ne sont pas les mêmes : l’organisation collective des brigands ne peut faire aucun doute. Par ailleurs, les effets retrouvés dans les cavernes indiquent que des hommes d’une condition sociale élevée y ont résidé : une flûte, un octavin, un drap, des chemises de rechange, tout cela dénote des habitudes étrangères aux milieux paysans. L’existence même de ce réseau de caverne prouve la complicité des habitants : une bergerie abrite, sous son plancher, une grotte contenant plusieurs sacs de blé, de sel et autres provisions. Trente personnes de La Malène sont arrêtées et emmenées dans les prisons de Séverac, dont le maire de la commune. Les habitants avaient payé un écot déjà fort élevé à la Révolution ; quelle famille ne comptait pas dans ses rangs un « martyr » à La Malène ? Presque tous les grands chefs royalistes font un ou plusieurs séjours dans les grottes des gorges du Tarn : Dominique Allier y trouve refuge entre deux opérations ; Jean-Louis Solier dit « Sans Peur » y séjourne également, de même que les chefs de la résistance royaliste du Rouergue méridional31.

25La répression conduite par l’armée révolutionnaire désorganise le réseau clandestin qui avait permis aux proscrits de se cacher en attendant un nouveau sursaut de la contre-révolution. Les bandes se dispersent et se déplacent vers des régions plus inhospitalières. Les attaques menées par les « brigands » contre les patriotes ne cessent pas cependant ni une certaine forme de complicité entre les populations locales et les rebelles. En l’an VII, une battue conduite contre les « brigands » de la forêt de Mercoire (Haute-Loire) s’achève sans grand succès. Le militaire chargé de l’opération est amer :

  • 32 Arch. nat., BB18 472, Lettre du 14 frimaire an vii.

« Je vous assure que si chaque fois que des propriétés se trouvaient ravagées, des messageries spoliées, des républicains assassinés, les administrateurs, au lieu de se répandre en plaintes insignifiantes commençaient par faire condamner les communes qui auraient souffert de pareils attentats sur leur territoire […] il y a longtemps que les habitants de ces contrées seraient dégoûtés de protéger les brigands, de donner asile aux émigrés et aux prêtres, qui, du fond de leurs retraites […] organisent en silence leurs complots liberticides et désignent aux brigands les victimes qu’il faut frapper32. »

26À cette date, le brigandage dans les hautes terres méridionales s’est transformé en une véritable chouannerie. Les autorités révolutionnaires ne désignent plus les brigands que sous le terme de « chouans ». Dans le district de Marvejols, le comte de Noyant est à la tête d’une bande qui se nomme elle-même « les compagnies de chouans ». Ce phénomène se développe dans l’ensemble de la région, à l’exception des Cévennes. Il se trouve considérablement renforcé par les conscriptions militaires successives qui apportent aux bandes rebelles leurs moissons de conscrits réfractaires et de déserteurs. Ces derniers sont les recrues les plus précieuses car, en outre de fournir des armes aux « brigands », elles garantissent la connivence des populations, hostiles à la conscription et attachées à la défense de leur jeunesse. Si l’arrestation d’un prêtre réfractaire ou d’un jeune conscrit déserteur suscite souvent des mouvements populaires destinés à les arracher des mains des gendarmes, aucun attroupement ne s’est formé, à notre connaissance, pour délivrer des « brigands », à l’exception de Jean-Louis Solier, prêtre et brigand selon les autorités. L’extension du brigandage et la complicité des populations aggravent l’image d’une région qui se place hors de la loi. En haute Lozère, les « brigands » donnent l’impression d’agir en toute impunité. Les foires et les marchés sont pour eux l’occasion d’attaquer publiquement les patriotes ; d’une certaine manière, ils portent la parole contestataire dans une période qui a vu, entre 1793 et 1797, refluer le nombre de manifestations populaires. Elles reprennent à partir de cette date cependant, en particulier en haute Lozère catholique. De nombreux prêtres exilés sont rentrés en France après Thermidor et les fidèles sont bien décidés à les protéger, de même que les jeunes conscrits réfractaires. Les autorités dénoncent les complicités entre ces réfractaires et les « brigands », tout particulièrement lorsque des prêtres sont présents aux côtés des chouans. L’acharnement contre Jean-Louis Solier en est sans doute l’exemple le plus marqué. Ce prêtre fait l’objet d’une chasse à l’homme féroce entre 1792 et 1801, date à laquelle il est finalement arrêté, jugé par une cour martiale et condamné à mort. Le mystère subsiste cependant autour du destin de ce « prêtre-brigand » tant les preuves apportées par les autorités sont faibles. Sans-Peur n’en a pas moins été, durant près de dix ans, l’ennemi public numéro un des patriotes méridionaux. Nous nous proposons donc d’observer maintenant le destin exceptionnel de ce prêtre réfractaire réputé pour avoir formé une bande de brigands sanguinaires et échappé aux poursuites lancées contre lui.

« Sans peur », brigand de Dieu ?

27Né en 1732, dans une famille de protestants convertis au moment de la Révocation, Jean-Louis Solier embrasse très jeune la carrière cléricale. À partir de 1763, il est curé de Colognac, paroisse protestante des Cévennes méridionales dans laquelle il officie encore au moment de la Révolution. Comme beaucoup de ses collègues, Solier est favorable aux réformes et s’engage dans la vie politique. Le serment de 1791 vient briser sa carrière politique car il refuse de le prêter sans restriction, rencontrant d’ailleurs très peu d’hostilité de la part de ses concitoyens. Les élus de la commune cherchent même à cacher ses réticences. Néanmoins, la radicalisation des mesures répressives contre les prêtres réfractaires le pousse à quitter sa paroisse et à entamer une vie de proscrit. Il dirige ses pas vers la région de Ganges. Si la cité comporte une forte minorité protestante, les villages qui l’entourent et peuplent les montagnes proches sont ardemment catholiques. En contact avec le comité de Jalès, Solier entreprend de lever des troupes au service du comte de Saillans et du camp contre-révolutionnaire qu’il entend organiser en juillet. Les autorités du canton de Ganges sont inquiètes : elles dénoncent un « complot contre la constitution » et craignent que s’organise à leur porte un autre camp comparable à celui de Jalès.

  • 33 Arch. dép. Hérault, L 5058, Correspondance passive de la ville de Saint-Pons.

« Nous venons de recevoir l’avis que des hommes mal intentionnés se disant commissaires d’une Ligue Contre-révolutionnaire qu’on soupçonne fortement s’être formée dans notre contrée parcourent les communes du département du Gard pour s’enquérir de l’esprit qui y règne, calculer le nombre de patriotes et celui des malveillants et s’assurer ainsi de la force sur laquelle ils peuvent compter pour l’exécution de leurs projets sinistres. On ajoute que ces prétendus commissaires se cachent ou se montrent à découvert suivant la disposition des lieux. […] Il y a des communes dans notre département où ils n’ont pris aucune précaution parce qu’ils en connaissaient l’esprit fanatique et où ils ont ouvertement annoncé le but de leur mission. Nous avons pris sur le champ toutes les mesures nécessaires pour nous assurer de la vérité de ces faits33… »

  • 34 Arch. dép. Hérault, L 8884 ; Durand-Tullou A. et Chassin du Guerny Y., L’abbé Jean-Louis Solier, d (...)

28Considéré comme le maître d’œuvre de ce complot, Solier est activement recherché sous le double motif de son refus de la constitution civile du clergé et de son soutien actif à la Contre-Révolution méridionale. En juillet 1792, il est à nouveau dénoncé pour sa participation à l’insurrection conduite par Saillans et qualifié de « député de la coalition de Montpellier ». En mai 1793, il se trouve mêlé à l’insurrection de Marc-Antoine Charrier mais les sources ne permettent pas de le ranger parmi les conseillers et encore moins les lieutenants du chef de l’Armée chrétienne du Midi. Deux années durant, il se cache dans les environs de Ganges et du Vigan, sillonnant les Cévennes méridionales où il bénéficie du soutien de plusieurs familles catholiques et, plus rarement, protestantes. On le retrouve aussi dans les gorges du Tarn, aux côtés des « brigands », puis sur les Causses. Il semble alors extrêmement mobile, toujours en fuite, ce qui, pour un homme de son âge, n’est pas la voie la plus facile. C’est au cours de cette période d’errance qu’il aurait gagné son surnom de « Sans Peur », grâce à son sang-froid face aux gendarmes. Jusqu’en l’an II, Solier est recherché comme prêtre réfractaire et contre-révolutionnaire ; il devient ensuite le « brigand » Sans Peur. La première action d’éclat qui lui est attribuée est l’assassinat d’un garde national de Saint-Jean de Buèges dont la patrouille était chargée de poursuivre et d’arrêter les conscrits réfractaires et les prêtres insermentés réfugiés dans les montagnes proches de Ganges. Trois gardes surprennent deux hommes armés de fusils à deux coups. La confrontation dégénère, des coups de fusil partent : un garde est tué, les deux autres blessés. Le crime est attribué à Sans Peur et à son compagnon, un maître d’armes, mais aucune preuve tangible ne vient étayer cette accusation34. En l’an III, alors que l’insécurité s’aggrave dans la région, Sans Peur se voit attribuer une responsabilité croissante dans les désordres : une véritable chasse à l’homme s’engage.

  • 35 Arch. dép. Hérault, L 908, Correspondance militaire.
  • 36 Arch. dép. Hérault, L 968, L 1941.

29Elle est organisée par Châteauneuf-Randon, commandant en chef des 9e et 10e divisions militaires. En germinal an IV, il fait le constat d’une dégradation généralisée de la situation dans les départements de l’Aveyron, de la Lozère et de l’Ardèche, ce qui alimente l’idée d’un vaste complot visant à soulever tout le Midi35. Châteauneuf-Randon décide de mettre sur pied une force armée destinée à traquer les brigands dans ces départements, et tout particulièrement Solier. Le commandant de cette troupe est le chef d’escadron Rutteau, dont la correspondance régulière avec Châteauneuf-Randon est une source précieuse. Au fur et à mesure que se déroulent les opérations, il confie son désarroi : malgré des recherches minutieuses et une description détaillée de Solier et de son compagnon, les recherches ne donnent rien. Or, à cette date, Sans Peur passe pour le chef d’une troupe de près de quatre-vingts brigands ! Il semble se jouer des soldats et apparaître partout dans un temps très bref. Les gorges du Tarn, celles de la Jonte, les bois et le Causse du Larzac sont fouillés à grand renfort de troupes, en vain. Une vaste opération est montée en thermidor : trente-huit jeunes déserteurs sont arrêtés, mais Sans Peur n’est pas parmi les prisonniers. Interrogés sans relâche à son propos, les jeunes gens affirment qu’il a gagné Saint-Beauzille, à proximité de Ganges. La troupe cerne le village, les soldats patrouillent dans les rues, sans plus de succès36.

  • 37 Arch. dép. Hérault, L 968 ; Durand-Tullou A. et Chassin du Guerny Y., Sans Peur, op. cit., p. 304- (...)
  • 38 Pellet M., Vieilles histoires, Paris, Éditions Occitania, 1930.
  • 39 Sénart Ph., « La montagne blanche ou une Vendée cévenole », Revue des Deux Mondes, 1979, p. 103-112 (...)
  • 40 Chamson A., Sans Peur et les brigands aux visages noirs, Paris, Tallandier, 1977.

30Durant toute cette période, Sans Peur se voit attribuer un comportement de plus en plus violent et la responsabilité de crimes odieux. C’est le cas pour l’assassinat d’un patriote de Campis, hameau isolé du Mont-Aigoual, survenu en germinal an IV. L’homme et sa femme sont surpris par une bande de « chauffeurs » royaux qui, le visage barbouillé de noir et armés jusqu’aux dents, pillent sa maison, battent la femme à mort et exécutent l’homme d’un coup de fusil. Sans Peur n’est pas reconnu formellement, mais la rumeur lui attribue ce crime, du moins du côté des patriotes. Un second crime tout aussi atroce, survenu le 20 prairial sur le Causse Méjean, est imputé à Sans Peur et à sa bande d’une trentaine de brigands. Là encore, les archives ne livrent que de maigres traces de l’implication de Solier, mais dans l’imaginaire collectif, il devient l’homme le plus dangereux de la région, digne d’un Dominique Allier ! Excepté que Dominique Allier est clairement vu par les autorités et la population, alors que Solier semble devoir toujours se dérober. En l’an VI, alors que la chasse à l’homme prend un tour encore plus féroce, Solier se manifeste auprès des autorités pour la première fois. Il clame son innocence à travers deux lettres, l’une envoyée à la municipalité de Ganges, l’autre aux administrateurs du département de l’Hérault37. Ne niant pas son hostilité à la Révolution, Solier soulève le problème de la crédibilité des accusations portées contre lui et du manque de preuves. Comment, en effet, imaginer qu’un homme de son âge, qui serait à la tête d’une troupe nombreuse et armée, aurait pu échapper à la traque des forces de l’ordre au point de ne jamais être formellement identifié ? Dominique Allier, ancien soldat et ancien contrebandier, a pu se jouer des autorités durant cinq années, mais il tombe en 1798 et l’on peut suivre les actions de sa bande dans les archives. Pour Solier, la question est bien plus complexe et il est possible que la personnalité forte de ce rebelle ait conduit les autorités à instrumentaliser son image et à construire le personnage d’un prêtre brigand, symbole de l’insoumission de toute une région. La légende de Sans Peur a survécu à la Révolution. Le descendant d’un des patriotes assassiné, Marcellin Pellet, a le premier fait le récit des violences commises par les brigands dirigés par Sans Peur, à partir des souvenirs de contemporains des faits38. Philippe Sénart, dans la Revue des Deux Mondes à repris, en 1979, la légende du prêtre martyr39. André Chamson, enfin, a livré un récit à charge des méfaits de Sans Peur dans un roman paru en 197740. « Brigand » au cœur sombre ou « saint abbé Sollier », ce personnage incarne durant une longue période la résistance populaire à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, même si les lacunes des archives et le caractère approximatif des témoignages ne permettent pas d’affirmer que Solier fut un « chauffeur » royaliste.

*

31Le « brigandage » qui se développe dans les montagnes du Languedoc durant la période révolutionnaire s’enracine dans une opposition populaire forte à la Révolution. Celle-ci repose sur un refus massif du serment exigé des prêtres et, plus généralement, de la constitution civile du clergé. Perçue comme une remise en cause de l’Église catholique, elle est jugée inacceptable par des populations attachées au catholicisme tridentin né de la Contre-Réforme, bercées par les récits des guerres de religion qui ont ensanglanté la région à trois reprises, entre le XVIe siècle, les guerres du duc de Rohan et la révolte des Camisards. Dans ce contexte tendu, les antagonismes confessionnels, assoupis au siècle des Lumières, ressurgissent précocement au début de la Révolution. Les violences qui éclatent dès 1790 sont propices à la naissance d’une Contre-Révolution populaire mais ne permettent pas son succès : les paroisses qui se lèvent pour défendre leurs prêtres n’ont pas oublié leurs revendications antiféodales. Peu implantée dans les montagnes du Languedoc, la noblesse ne peut prendre à sa charge la contestation et la résistance face à la Révolution comme en Vendée. Ce qui fait la force de la protestation populaire dans le Midi languedocien fait également sa faiblesse : plusieurs tentatives destinées à lever une armée contre-révolutionnaire, à Jalès comme en Lozère, échouent alors même que le niveau de mobilisation est très élevé dans la région. La dernière tentative, conduite par Marc-Antoine Charrier en mai 1793, est sans doute la plus aboutie. Au lendemain de cette insurrection, les caractères de la protestation populaire ne sont plus les mêmes. Les soulèvements en masse, entraînant parfois plusieurs communautés et l’ensemble des groupes sociaux qui les composent se font rares alors que le « brigandage » fait son apparition et semble concentrer l’essentiel de la protestation. Cette mutation traduit une certaine politisation du mouvement populaire en faveur des royalistes, ces derniers n’étant pas vus, dans la région, comme simples représentants de la noblesse.

32Le soutien apporté au combat mené par Jean-Louis Solier est très représentatif des attitudes populaires après la Terreur. Sans Peur n’est pas un brigand comme les autres ; si le discours des autorités tend à effacer en lui le prêtre pour ne prendre en compte que le « brigand », le regard du peuple des montagnes est tout autre. Solier n’a jamais cessé d’être prêtre avant tout ; il dit la messe dans les fermes et les hameaux qui lui offrent un refuge et comptent sur ses sermons plus que sur son fusil à deux coups pour faire triompher ses idées. Il incarne des valeurs liées à la résistance populaire face à un État qui outrepasse ses droits et menace les fondements de la communauté villageoise et familiale aux yeux des paysans. De manière plus générale, le brigandage est devenu pour un temps, dans les montagnes du Languedoc, l’expression d’une véritable chouannerie méridionale, terme que les autorités emploient régulièrement pour désigner les troupes de « brigands ». L’ancrage religieux du brigandage lui a donné une légitimité comme le refus populaire de la conscription lui a donné des troupes. Les jeunes conscrits réfractaires qui rejoignent les brigands, même s’ils sont très minoritaires, jouent un rôle essentiel dans la constitution du brigandage à l’échelle de la région car c’est sur eux que reposent en grande partie les solidarités qui unissent les « brigands » ou chauffeurs royaux et les populations dont l’aide est indispensable. Ces liens restent cependant profondément ambigus, reposant sur la crainte comme sur le respect du combat mené au nom de la cause du peuple.

33Progressivement, la lutte acharnée menée par les autorités contre le « brigandage » royaliste dans les hautes terres du sud porte ses fruits. Entamée en 1793, elle conduit à une fragilisation des bandes et des réseaux à partir de 1797 sans toutefois parvenir à éradiquer les manifestations d’insoumission dans la région. Le brigandage ne cesse pas, mais, sous le Consulat, il perd progressivement son caractère politique et cesse d’alimenter la chouannerie. Au lendemain de la chute de Napoléon, les tests que nous avons effectués dans les archives montrent la permanence de troubles qualifiés de « brigandages », commis sur les grands chemins, essentiellement dus à des voleurs. Le crime politique a laissé place au crime de droit commun. L’insoumis des hautes terres ne survit plus, dès lors, que dans les souvenirs et les légendes qui prennent corps avec la littérature romantique du XIXe siècle.

Notes

1 Sottocasa V., Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, Rennes, PUR, 2004 ; à titre de comparaison, Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002, a pu en dénombrer 8 500 à l’échelle du royaume et pour une durée de près d’un siècle et demi.

2 Duport A.-M., Terreur et Révolution. Nîmes en l’an II, 1793-1794, Paris, Jean Touzot, 1987, p. 58.

3 Pour la situation nîmoise, Duport A.-M., op. cit. p. 33-44.

4 Sauzet R., « Religion et rapports de production dans la région nîmoise au XVIIe siècle », Chronique des frères ennemis. Catholiques et protestants à Nîmes du XVIe au XVIIe siècle, Caen, Paradigme, 1992, p. 133-139.

5 Des troubles importants éclatent en Aveyron ; ils concernent essentiellement la région de l’Aubrac aveyronnais, étudié par Petit C. : « Le recrutement de 300 000 hommes en Aveyron (février-mars 1793), Guerre et paix en Rouergue, IXe-XIXe siècle, actes du colloque de Millau, 3-4 octobre 1997, Rodez, 1999, p. 209-231.

6 Délibérations départementales, Bull. Soc. Loz., 1882, t. 2, janvier 1793 ; voir également Delon abbé J. B., La Révolution en Lozère, Mende, s. n., 1922, p. 155-156.

7 Arch. dép. Lozère, L 134.

8 Martin J.-C., Contre-Révolution, Révolution et Nation en France, 1789-1799, Paris, Seuil, 1998, p. 170.

9 Arch. dép. Lozère, 245 II L, pièce 178.

10 Arch. dép. Gard, L 1897.

11 Arch. dép. Gard, L 429.

12 Delon abbé J. B., op. cit. p. 283-286.

13 Arch. dép. Aveyron, 3 L 56.

14 Arch. dép. Aveyron, 3 L 56, Délibérations du district de Millau, police. Lettre du 12 octobre 1793.

15 Idem, Lettre de Randon du Landres, 12 octobre 1793.

16 Arch. dép. Aveyron, 1 L 755, Compte rendu des manœuvres contre les brigands par le commandant Sarrus.

17 Arch. dép. Aveyron, 1 L 755, Compte rendu du commandant Sarrus.

18 Arch. nat., BB18 472.

19 Arch. nat., F7 368115, dossier « Brigands ».

20 Arch. nat., F7 368115, dossier « Brigands », lettre du 11 germinal an VII (31 mars 1799).

21 Par exemple dans la commune d’Allenc, en thermidor an VII, les soldats viennent pourchasser des brigands installés sur le territoire, et, pour faire bonne mesure, pillent les maisons suspectes : Arch. nat., F7 368115.

22 Arch. nat., AFII 118, Lettres des représentants en mission en Lozère ; arrêtés des représentants.

23 Idem, BB18 471.

24 Ibid., BB 18 472, Lettre de Mende du 8 thermidor an X (les faits remontent à l’an VIII).

25 Arch. dép. Lozère, L 126 ; Delon abbé J. B., op. cit. p. 294.

26 Arch. nat., BB18 471.

27 Idem, BB18 472, Fructidor an VII.

28 Lewis G., The second Vendée. The Continuity of Counter-revolution in the Department of the Gard, 1789-1815, Oxford, Clarendon Press, 1978, 250 p.

29 Barrau H. E. et F. de, L’époque révolutionnaire en Rouergue, Étude historique (1789-1801), Rodez, 1911-1914, p. 216.

30 Arch. dép. Aveyron, 71 L 36, Procédures du tribunal criminel, dossier de La Malène.

31 Barrau H. E. et F. de, L’époque révolutionnaire en Rouergue, op. cit., p. 180 sq.

32 Arch. nat., BB18 472, Lettre du 14 frimaire an vii.

33 Arch. dép. Hérault, L 5058, Correspondance passive de la ville de Saint-Pons.

34 Arch. dép. Hérault, L 8884 ; Durand-Tullou A. et Chassin du Guerny Y., L’abbé Jean-Louis Solier, dit Sans Peur (1734-1801), un contre-révolutionnaire cévenol, Alès, 1989, p. 71 sq.

35 Arch. dép. Hérault, L 908, Correspondance militaire.

36 Arch. dép. Hérault, L 968, L 1941.

37 Arch. dép. Hérault, L 968 ; Durand-Tullou A. et Chassin du Guerny Y., Sans Peur, op. cit., p. 304-309.

38 Pellet M., Vieilles histoires, Paris, Éditions Occitania, 1930.

39 Sénart Ph., « La montagne blanche ou une Vendée cévenole », Revue des Deux Mondes, 1979, p. 103-112 et p. 306-319.

40 Chamson A., Sans Peur et les brigands aux visages noirs, Paris, Tallandier, 1977.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search