Version classiqueVersion mobile

Les brigands

 | 
Valérie Sottocasa

Troisième partie. Modèles régionaux

Brigandage et politique en Bretagne (1750-1840)

Roger Dupuy

Texte intégral

1La violence terrible et la durée des affrontements provoqués par les soulèvements paysans dans les bocages de l’Ouest, de mars 1793 à la pacification armée de février 1800, infléchissent indubitablement la problématique du colloque pour cet ensemble géographique en donnant la priorité à une interrogation sur les comportements de ses habitants, essentiellement des paysans, dans les décennies antérieures au moment révolutionnaire. En prenant l’exemple de la Bretagne, peut-on, par le biais de ce que l’on sait de la criminalité dans cette province à la fin de l’Ancien Régime, relire Balzac, revenir également sur les considérations des militaires responsables de la répression parlant de la sauvagerie de populations archaïques, repliées sur elles-mêmes, que leur langue et la dureté de leur mode de vie tenaient à l’écart de leurs contemporains ?

2L’historiographie récente a fait justice des clichés concernant la cruauté innée de ces paysans, préférant mettre l’accent sur les surenchères engendrées par la spirale classique de la répression à partir de violences initiales commises de part et d’autre, dans un contexte d’invasion et de guerre civile. On a mis l’accent sur l’hostilité viscérale du monde paysan à l’encontre d’un quelconque service militaire et son rejet de toute ingérence répétée dans ce qu’il considérait comme les affaires réservées de son univers immédiat, notamment les liens qu’il a pu tisser avec un clergé paroissial d’origine paysanne et donc souvent apparenté aux familles du cru.

3Mais ce discours concerne, avec des variantes, la totalité du monde paysan et il n’en reste pas moins vrai que ce qu’on a été amené à considérer comme un contentieux particulier entre une partie du monde rural et la Révolution, autrement dit l’Anti-Révolution paysanne, pour la distinguer de la contrerévolution aristocratique, a connu un paroxysme dans l’Ouest insurgé.

4Est-ce que les archives judiciaires, royales et seigneuriales, particulièrement abondantes pour la Bretagne, pourraient nous aider à donner une ou des raisons complémentaires pour expliquer l’intensité et la durée des affrontements récurrents de la période révolutionnaire ? On retrouve la problématique classique de la rupture ou de la continuité. Existait-il une tradition de révolte encore vivace dans la province un siècle après l’écrasement de la révolte des bonnets rouges ? La criminalité en bandes organisées, c’est-à-dire celle qui se rapproche le plus de ce qu’allait devenir la chouannerie, était-elle particulièrement développée ? Pouvait-on y voir une forme de résistance systématique à l’autorité du roi ? La géographie des formes les plus graves de cette criminalité annonçait-elle celle de la guerre civile ?

La criminalité en Bretagne à la fin de l’ancien régime, Marion du Faouët

  • 1 Quéniart J., Le Grand Chapelletout, Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale au X (...)
  • 2 Bertin-Mourot E., La Maréchaussée en Bretagne, thèse de droit, univ. Rennes I, 1969, 2 vol. reprog (...)
  • 3 Meyer J., La noblesse bretonne au XVIIIesiècle, Paris, SEVPEN, 1966.
  • 4 Loredan J., Grande misère et les voleurs au XVIIIesiècle, Marion du Faouët et ses associés 1740-177 (...)

5Le problème c’est qu’il n’existe pas encore, pour la Bretagne, de travaux de l’ampleur de ceux réalisés pour le Languedoc et qui permettraient une vision exhaustive des différents types de criminalité et de leur évolution respective durant le XVIIIe siècle. Néanmoins, on dispose d’une synthèse provisoire et particulièrement utile, due à Jean Quéniart, à partir de 25 mémoires de maîtrise réalisés sous sa direction et celle d’Alain Croix dans le cadre du Centre d’histoire culturelle et religieuse de l’université Rennes 21. Ce livre esquisse un bilan indicatif qui recoupe d’autres travaux partiels, notamment deux thèses en histoire du droit concernant cette même période, l’une sur la mise en place et le fonctionnement de la maréchaussée, l’autre sur la criminalité révélée par la justice du duché de Penthièvre, soit une trentaine de paroisses des environs de Lamballe2. Ajoutons à tout cela les quelques pages que Jean Meyer consacra aux comportements criminels des nobles bretons3 et des indications plus globales qu’il avait pu glaner dans les dossiers de l’Intendance et que Jean Quéniart reprend dans son commentaire. Ajoutons-y toute la littérature, souvent de deuxième main, suscitée par le personnage devenu légendaire de Marion du Faouët4.

6Cette « brigande » fut restituée à l’histoire, celle que l’on écrit à partir de sources elles-mêmes écrites et vérifiables, par un érudit de la fin du XIX e siècle, M. J. Trevedy, qui dans le Bulletin de la Société archéologique du Finistère, publia en 1884, un article intitulé « Marie Tromel, dite Marion du Faouët, chef de voleurs (1745-1755) ». Or ce premier travail de recherche fut suscité par un faisceau de traditions orales (chansons, proverbes, récits familiaux) recueillies dans son propre entourage et par des amis dans un espace relativement étendu du centre Bretagne, allant de Gourin à Pontivy. Notre auteur voulut vérifier le soubassement historique de cette aura populaire et put se rendre compte à travers les archives des Présidiaux de Quimper, Vannes et Rennes, que cette femme, accusée d’être à la tête d’une bande de voleurs, fit parler d’elle, de 1740 à 1755, principalement dans les environs du Faouët, son lieu de naissance, et dans ceux de Carhaix et de Pontivy, mais qu’on lui prêta des vols également du côté de Rennes et de Quimper.

7Pour compléter ce que rapporta M. J. Trevedy de la légende de Marion, il faut commenter rapidement une chanson en breton, un gwerz, d’une vingtaine de vers, collecté en 1907 dans la commune de Plevignen, dans le Morbihan, et qui permet d’entrevoir ce que la tradition orale avait retenu du personnage. L’auteur dit qu’il a repris une chanson composée cent ans plus tôt et qui racontait comment Marie du Faouët s’était mise à la tête d’une bande de voleurs, un véritable corps d’armée, c’étaient comme des soldats armés de gourdins. Elle avait jeté son dévolu sur le fils d’un gros laboureur qui la dédaigna et la traita de fainéante, mais elle le prit dans ses filets, alors il jeta le fléau brandi pour la repousser et la rejoignit pour devenir voleur. Elle rassemblait ses soldats avec un sifflet, s’était emparée d’un grand château et avait obtenu de l’or et de l’argent en échange de la vie des propriétaires. Elle était revenue au Faouët et disait : « Nous sommes riches désormais et ne manquerons plus de pain ! »

8Ce que la légende avait retenu, c’était une armée de complices obéissant au coup de sifflet et armés seulement de leurs gourdins. En fait la réalité est plus modeste, les étudiants de Jean Quéniart ont constaté que la très grande majorité des bandes ne comptaient que moins de dix individus permanents. Le plus souvent un noyau familial auquel s’aggloméraient des complices temporaires, parents plus éloignés ou compagnons de saoulerie. Les complicités supposées révélaient des réseaux relationnels tissés au fil d’errances communes sur des terrains de chasse habituels, grandes foires, pèlerinages, tenues des États de Bretagne, sans oublier les mois d’incarcération dans les geôles de Quimper, de Rennes ou d’ailleurs. Cette apparence d’armée, composée surtout de paysans sans terre, de vagabonds et d’artisans en rupture d’atelier, extorquait l’argent de plus riches qu’eux pour faire bombance. Il ne s’agissait pas de protester contre les prélèvements de la monarchie, mais de renverser l’ordre traditionnel de la société pour que les plus pauvres se remplissent la panse, l’espace d’un larcin. On n’est pas loin des charivaris des jeunes gens et autres rites de subversion sociale temporaire et la masse des paysans toléraient ces comportements s’ils ne se renouvelaient pas trop souvent et ne se concentraient pas sur un espace trop restreint.

9Jean Queniart et ses étudiants ont retrouvé la trace d’autres bandes, notamment celle de Joseph Liger, vers 1765, spécialisée dans le vol de chevaux et de bovins en Haute Bretagne, revendus dans les foires normandes. Elle était composée de 17 membres autour d’un noyau familial de 4 personnes. Même type de structure avec la bande de Kerfot, au sud de Paimpol et qui sévit, vers 1780, entre Guingamp et Pontrieux : elle regroupait 18 associés de 17 à 72 ans, soit trois générations d’une même parentèle autour de la famille Lescop dont les filles avaient agrandi l’assise en lui associant les parentèles de leurs maris et amants.

10Marion du Faouët n’est pas seule de son espèce, plusieurs bandes ont des femmes à leur tête, par exemple cette Marie-Anne Collen dite Marie L’Escalier, qui de 1730 à 1757 commit ses méfaits dans un périmètre situé entre Guingamp, Quintin et Carhaix. Elle eut sans doute dix enfants d’au moins trois compagnons différents. Faut-il y trouver une illustration du fameux matriarcat breton ou plus simplement une sorte d’ancrage affectif autour de femmes jouissant d’une sorte de charisme leur permettant de stabiliser et d’utiliser les partenaires les plus doués de ce monde de marginaux errants qui constitue le terreau habituel de la délinquance ? N’oublions pas que Marion du Faouët avait comme autre surnom Marie Finefond, autrement dit la maligne, et que des grossesses successives ont atténué ses conditions de détention, favorisant même une libération magnanime ou, à défaut, des évasions répétées. Quant à son charisme supposé, n’en trouve-ton pas la trace dans le gwerz évoqué plus haut et l’image d’un sifflet capable d’animer tous ces soldats nombreux et soumis ! Charisme qui permet à ces paysans d’imposer leur volonté sur un territoire donné. J. M. Trévédy rappelait que dans sa famille de petits robins subsistait le souvenir de saufconduits délivrés par Marion et qui permettaient à ceux qui en étaient munis de vaquer sans danger à leurs occupations professionnelles. Extorsion de fonds, ou plus modestement d’aliments, de boissons ou de nippes, mais surtout vente d’une protection de type maffieux faisaient de la bande un concurrent d’une partie des « dominants » habituels, ceux que l’on côtoyait quotidiennement, et complétaient l’image de revanche sociale attachée à ces associations de malfaiteurs quand elles atteignaient une certaine ampleur. Ce qui explique sans doute la tolérance dont elles ont pu bénéficier auprès des plus modestes qu’elles épargnaient généralement et qui vivaient ainsi, par procuration, la revanche de leur humiliation statutaire.

  • 5 Hobsbawm E., Les bandits, Paris, François Maspero, 1972.

11On est très proche du bandit social selon Hobsbawm5 mais nos brigands ne remettaient pas en cause les activités des bourgeois qu’ils exploitaient, tout juste écornaient-ils l’autorité des nobles, ajoutant leurs prélèvements à ceux du seigneur. Ils cherchaient à trouver leur part de profit dans ce monde aux crochets duquel ils vivaient, bandits parasites plutôt que bandits sociaux et que le système pouvait apparemment tolérer tant que le prix de cette forme de racket demeurait tolérable.

  • 6 Ibid., p. 8.

« Ce qu’il faut bien voir à propos du bandit social, c’est que c’est un paysan hors-la-loi que le seigneur et l’État considèrent comme un criminel mais qui demeure à l’intérieur de la société paysanne, laquelle voit en lui un héros, un champion, un vengeur, un justicier, peut-être même un libérateur et, en tout cas, un homme qu’il convient d’admirer, d’aider et de soutenir6. »

Faux sauniers et contrebandiers

  • 7 Quéniart J., op. cit., p. 54.

12Mais la Bretagne connaissait également des formes de rébellion permanentes contre l’État, liées à la contrebande du sel et du tabac et plus prosaïquement au refus de payer les droits sur la consommation des eaux-de-vie dans les innombrables auberges parsemant la campagne. Les privilèges coutumiers de la province liés à la présence de nombreux marais salants faisaient qu’elle était exempte de gabelle alors que le Maine et l’Anjou étaient des pays de « grande gabelle » où l’on imposait à l’habitant l’achat obligatoire dans des greniers particuliers d’une certaine quantité de sel frappé des droits les plus élevés qui le rendaient de vingt à trente fois plus cher qu’en Bretagne Il était de plus interdit aux habitants, dans une zone de deux lieues de largeur, sur les limites du Maine et de l’Anjou, d’avoir chez eux du sel en quantité supérieure à une consommation estimée de six mois, les gabelous ayant tout pouvoir pour vérifier par des perquisitions le respect de la législation royale. De plus, venant du Maine et de l’Anjou, on ne pouvait résider plus de trois jours dans cette même bande frontière élargie à trois lieues à moins d’un certificat du curé de la paroisse d’origine que l’on devait faire viser par le recteur de la paroisse d’accueil. Autant de brimades contre lesquelles protestaient les États de Bretagne qui estimaient abusives ces discriminations contre des paroisses qui auraient dû jouir de la plénitude de leurs droits. Protestation officielle qui ne pouvait qu’encourager la contrebande, d’autant que les petits hobereaux du cru, mais aussi les officiers des détachements militaires stationnés à proximité de ces frontières provinciales se livraient, avec leurs soldats, à ce trafic prohibé et n’hésitaient pas à faire le coup de feu contre les gabelous honnis de tous. Cette véritable guerre du sel rejaillit sur les comportements des populations concernées dans la mesure où la délation et même la violence ouverte à l’encontre des faux sauniers sont encouragés par le pouvoir royal : « tous juges, tous officiers et même toutes personnes quoique privées peuvent arrêter les faux sauniers et il ne doit être fait aucune poursuite contre ceux qui les auraient tués en résistant » et Jean Quéniart de brosser l’impact délétère de cette politique de répression forcenée7 :

« Dépositaires, transporteurs, acheteurs, acteurs ou spectateurs, c’est finalement toute la société rurale qui, de part et d’autre de la frontière provinciale, est influencée par cette activité de contrebande, et par les rapports particuliers de complicité ou de méfiance contrainte qu’elle instille au sein même des villages. Elle induit cette violence diffuse inséparable des trafics clandestins à haut risque, avec ses possibles chantages et sa chape de silence imposée. »

13À cela s’ajoute le paysage lui-même, ce bocage coupé de haies, de fossés et d’un inextricable lacis de chemin creux : on pouvait se faire fusiller à bout portant et impunément. Le département de la Ferme générale s’en plaignait amèrement en 1764 et l’on croirait lire un rapport militaire républicain comme ils foisonnèrent trente ans plus tard.

14À la guerre du sel s’ajoutent d’autres répressions, contre la contrebande du tabac et le refus de payer les droits sur le cidre et les eaux-de-vie. Les ballots de « faux tabac » qui arrivaient de Hollande via les îles anglo-normandes étaient débarqués de nuit sur les plages des diocèses de Saint-Malo et Saint-Brieuc et convoyés ensuite vers des entrepôts clandestins pour être écoulés au détail. Certaines opérations mobilisaient une soixantaine d’individus et l’on pouvait repousser à coups de fusil des commis de la Ferme trop curieux et qui n’insistaient pas. Dans le diocèse de Rennes, 25 % des saisies avaient lieu sur les foires et marchés, 30 % dans les cabarets, le reste avait été confisqué sur les individus qui faisaient du porte à porte pour proposer leur marchandise. On prenait la marchandise, mais on pouvait difficilement ramener le ou les coupables, car très souvent le voisinage se mobilisait pour courir sus aux employés et délivrer leur prisonnier. Et c’est exactement la même chose pour les cabaretiers arrêtés pour n’avoir pas réglé les droits sur les boissons vendues ou les paysans surpris à écouler du cidre ou de l’eau-de-vie sans arborer à leur porte le fagot annonçant un débit de boisson. Mais il s’agissait là de pratiques répandues par tout le royaume et la Bretagne ne se distinguait pour ce qui était des débits des boissons que par un taux particulièrement élevé d’ivrognerie ce qui ne facilitait guère les rapports avec les commis de la Ferme.

Géographie et chronologie du brigandage

15Dans le dernier chapitre de son ouvrage, Jean Queniart tente de dresser le bilan d’une double évolution de la criminalité dans les campagnes bretonnes, celle de l’intensité des différents types de criminalité et celle de leur localisation géographique. D’emblée, il fait état de la difficulté du constat, du fait de la faiblesse des échantillons étudiés mais aussi parce qu’on ne sait pas trop ce que représentent ces échantillons. Ainsi on a pu constater, de 1765 à 1785, le quintuplement des procédures devant la chambre de la Tournelle du Parlement de Rennes. Cela signifie-t-il une augmentation spectaculaire de la criminalité bretonne, ou peut-être l’évolution d’une société devenant plus procédurière ou bien une capacité plus grande de cette même société à assumer les frais de la justice, ou encore, de façon plus élémentaire, un accroissement massif des résultats de la répression ?

16Finalement on peut supposer qu’en Bretagne, comme dans le reste du royaume, on aurait assisté, tout au long du siècle, à une augmentation spectaculaire de la délinquance contre les biens et à une baisse, sans doute plus modeste, du nombre des agressions contre les personnes avec une hausse brutale de ces dernières dans les deux dernières années de l’Ancien Régime. Pour ce qui est de la géographie, on serait, au début du siècle, face à une violence endémique généralisée avec des zones de délinquance plus intense à savoir le diocèse de Rennes dans ses marges orientales et méridionales, le pays de Saint-Malo, le Haut-Trégor, l’arrière-pays de Vannes perturbé par les exploits d’une bande de voleurs particulièrement nocive. Parmi les zones d’un calme plus apparent, la Cornouaille méridionale, le Léon et le diocèse de Nantes. À la veille de la Révolution, la donne a changé : le calme l’emporte dans la partie orientale du diocèse de Vannes et la plus grande partie des diocèses de Nantes et de Saint-Brieuc. La criminalité afficherait une intensité accrue dans la partie orientale du diocèse de Quimper et les abords de Lorient. On retrouve le Haut-Trégor mais également l’arrière-pays brestois et la région de Carhaix et de Landivisiau. En Haute Bretagne, le pays de Rennes et la frontière de l’Anjou connaissent une criminalité particulièrement active.

17Ce qui semble jouer un rôle criminogène ce sont les voies de communication mettant en liaison les principales villes de la province, le plus souvent ports tournés vers l’Afrique et les Amériques mais aussi villes de garnison. On y trouve des matelots en fin d’engagement et des mauvais sujets rejetés par l’armée, tous en quête d’argent facile. On retrouve également l’essentiel du territoire de Marion et les zones de faux saunage aux limites orientales de la province. En revanche, les zones de fort encadrement clérical – Léon, partie orientale du diocèse de Vannes, diocèse de Nantes – seraient moins perturbées par cette montée de la délinquance. Il semblerait que cela soit dû au maintien de certaines formes traditionnelles d’arbitrage des conflits ou à une sorte de résignation à un certain niveau de délinquance jugé incompressible et lié au fonctionnement normal des communautés rurales, le tout avec la bénédiction du clergé et malgré le nombre important des vols commis dans les églises et les sacristies en pillant les troncs et les coffres des généraux de paroisse ; peut-être faut-il aussi y voir la vengeance de certaines bandes contre des monitoires trop efficaces.

Le primat de « l’infrajudiciaire », de l’arbitrage intra-communautaire

  • 8 Garnot B., Crime et Justice aux XVIIeet XVIIesiècles, Paris, Imago, 2000, p. 196.

18La conclusion de cette trop brève enquête rejoint donc celle, relativement récente, de la synthèse tentée par Benoît Garnot à l’échelle du royaume tout entier. Pour lui, l’avènement progressif de la monarchie absolue, depuis le XVIe siècle, aboutit à restructurer la société et la justice du roi ne peut que participer à ce grand œuvre pour aboutir à une pyramide hiérarchisée avec, à son sommet, le monarque de droit divin, garant de la paix civile et de la grandeur du royaume8. Ce remodelage de l’emprise judiciaire entraînerait un accroissement spectaculaire du nombre des procédures criminelles mais sans changer pour autant la nature des délits. Si la violence contre les personnes semble reculer au bénéfice des atteintes aux biens, il faudrait surtout y voir l’accroissement du règlement des délits entre paysans, même des crimes de sang, par l’arbitrage, la négociation directe entre les parties et l’indemnisation des victimes ou de leur parentèle, ce qu’il appelle le recours à « l’infrajudiciaire » :

« Ainsi la baisse du contentieux de la violence au cours du XVIIIe siècle ne traduit-elle pas forcément une baisse de la violence réelle, mais plus probablement son traitement de plus en plus important par l’infrajudiciaire. Car le traitement des déviances continue de passer d’abord par les communautés elles-mêmes, et l’intervention de la justice, bien que grandissante, reste limitée. Il n’est pas sûr d’ailleurs qu’elle-même souhaite une modification de cette situation : sauf pour les crimes considérés comme les plus graves, les juges sont là davantage pour dire le droit que pour le faire appliquer. »

19Certes le brigandage fait partie de ces crimes graves mais les procès font ressurgir des délits commis des années auparavant et demeurés impunis faute de témoins. C’est ce temps de latence qui révèle de la part de la masse des paysans, une sorte d’inertie, de tolérance résignée et d’impuissance mêlées, liées, nous l’avons dit, à l’image ambiguë, « hobsbawmnienne », du brigand. Mais certains épisodes de la vie reconstituée de Marion du Faouët tendent à prouver que cette relative immunité cesse quand les brigands s’en prennent indirectement aux nobles et aux gros notables, lesquels ne tolèrent pas qu’on touche à leurs biens, à leurs gens, à leurs clients et mettent en branle justice et maréchaussée. Constatons que le silence des cahiers de doléances ruraux bretons à l’encontre de la délinquance organisée tend également prouver que l’opinion commune y voit une conséquence inévitable de la misère, une forme extrême de la mendicité et du vagabondage et qui ne franchit qu’épisodiquement le seuil de l’intolérable. La seule revendication massive c’est celle d’un conseil de prud’hommes pour juger des injures, des conflits de voisinage et des méfaits commis par les bestiaux errants. C’est la confirmation d’une préférence spontanée pour l’infrajudiciaire et de la volonté de rester entre soi.

20Le cataclysme politique qui s’amorce en 1789, n’apparaît pas précédé en Bretagne par une quelconque recrudescence de la criminalité organisée qui serait comme le craquement prémonitoire d’une société minée par la misère et les abus du privilège. Les émeutes frumentaires y éclatent comme ailleurs, mais elles concernent les villes plus que la masse des paysans, tout comme les émeutes populaires liées au conflit entre la monarchie absolutiste et les Parlements. En janvier 1789, à Rennes, à Nantes ou à Quimper on s’inquiète de cette masse paysanne apparemment immobile d’autant que le règlement électoral pour la désignation des députés du tiers pour les États généraux fait la part belle aux représentants des paroisses rurales. On est persuadé que ce sont les curés qui vont faire les élections et l’on écrit à Necker pour obtenir une représentation particulière des villes importantes de la province pour éviter qu’elles ne soient noyées dans les assemblées de sénéchaussée ! Et la noblesse, perturbée par les affrontements de la « journée des bricoles » à Rennes (26-27 janvier 1789), regagne ses châteaux et ses manoirs persuadée qu’elle va pouvoir mobiliser « ses » paysans contre l’audace et les prétentions insensées des bourgeois des villes et contre la violence des étudiants en droit qui veulent anéantir la « constitution bretonne ». Or les paysans, après avoir dénoncé, dans leurs cahiers de doléances, les abus du système seigneurial vont choisir logiquement des patriotes déclarés et désigner pour les États généraux une députation d’où surgira une part importante des leaders de l’aile militante du tiers état. C’est certes le résultat de la propagande active des sociétés de pensée et des notables bourgeois prêchant la liquidation des droits féodaux mais c’est aussi un indice de l’homogénéité du monde paysan fermement décidé à défendre quelques revendications essentielles et qui font indéniablement l’unanimité.

Les gardes nationales contre la jacquerie antiféodale (janvier-février 1790)

21La Grande Peur vient mourir aux frontières de la Bretagne du fait de l’activisme des Gardes nationales surgies dans les villes à l’initiative des « jeunes gens ». Les comités permanents, nouvelles municipalités, deviennent les seules autorités qui fonctionnent et tentent d’imposer leur autorité sur les paroisses rurales qui, pour certaines, à partir de janvier 1790, exigent la suppression immédiate des droits seigneuriaux sans aucun rachat préalable. Tout cela au moment même où la résistance du Parlement de Bretagne qui ne veut pas disparaître, l’agitation de l’artisanat de luxe à Rennes qui déplore le repli des aristocrates dans leurs châteaux, incitent les patriotes à réagir.

  • 9 Dupuy R., La Garde Nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1783-mars 1793), Pa (...)

22À partir de la mi-janvier, des délégations des gardes nationales de la plupart des villes de Bretagne, surtout des jeunes gens, se réunissent à Pontivy pour jurer de défendre la Nation et la Constitution, on apprend peu après que des attroupements de paysans, atteignant plus de 200 individus, visitent les châteaux et manoirs entre Rennes et Redon et exigent des propriétaires ou de leurs hommes de confiance la remise de leurs titres de propriété dont on fait des feux de joie dans la cour desdits châteaux ou devant le cimetière du village voisin. Parfois l’on met le feu à la tour des archives et la totalité du château finit par brûler9. Les aristocrates incendiés ou menacés de l’être demandent au commandant militaire, le comte de Thiard, d’envoyer l’armée pour les protéger mais la municipalité de Rennes tergiverse et ne veut pas s’en tenir aux seules plaintes d’aristocrates connus pour leur hostilité viscérale aux exigences du tiers. D’autant qu’ils ont juré solennellement, en janvier 1789, de ne jamais renoncer aux privilèges de la province et ne se sont toujours pas revenus sur leur serment.

23À l’Assemblée nationale, un des ténors de l’opposition aristocratique, le vicomte de Mirabeau, frère du tribun patriote, dénonce, le 28 janvier, l’attitude de la municipalité de Rennes et soutient que les paroisses rassemblées ne le sont pas par hasard mais avaient fourni des gibiers de potence et de bagne quelques années plutôt, ce qui correspond bien aux conclusions de Jean Quéniart :

  • 10 Archives parlementaires, 1787 à 1860, Première série, 1789-1800, t. XI, Paris, 1880, p. 366.

« Une dernière observation préliminaire que j’invite l’Assemblée à faire, c’est que les paroisses de Maxent et d’Augan d’où est partie le premier essaim de brigands sont celles de la province de Bretagne qui ont fourni le plus de mauvais sujets dans tous les temps ; que sept à huit habitants de ces lieux furent roués pour assassinats il y a quelques années, c’était le digne foyer d’une aussi criminelle insurrection dans lequel le choix des complices pourrait déceler les autres10. »

  • 11 Arch. nat., F7, KK 1105 ; Journal du Comte de Thiard, f° 92 r°.

24C’est, apparemment, la première fois, pour la Bretagne, que l’on qualifie les violences anti-seigneuriales de brigandage et que l’on justifie cette dénomination en les considérant comme le prolongement des crimes de droit commun commis, quelques années avant, dans les mêmes paroisses. Et l’Assemblée nationale, ce même jour, prend un décret qui fustige à son tour « les brigands » et enjoint à la Municipalité de Rennes l’ordre de déployer toutes les forces dont elle dispose pour rétablir l’ordre. La municipalité n’obtempère qu’un mois plus tard et y fut contrainte parce que, depuis le 27 janvier, des dizaines d’aristocrates venaient solennellement prêter le serment civique imposé aux fonctionnaires et à l’armée et abjuraient celui qu’ils avaient prononcé un an plus tôt. Le commandant de la province, M. de Thiard, dénonce la lenteur des réactions de la Municipalité de Rennes11 et l’impuissance de la Garde nationale à mettre fin aux désordres, à croire qu’elle serait du côté des « brigands » :

« J’apprends, Monsieur, que les détachements envoyés dans les campagnes pour dissiper les brigands qui pillent et brûlent les châteaux sont rentrés à Rennes, cependant les désordres continuent. […] Il est bien à désirer que ces désordres soient promptement arrêtés. La Bretagne avait donné jusqu’ici l’exemple de la modération, par quelle fatalité le peuple qui paraissait si tranquille s’est-il porté tout à coup à de si grands excès. »

25Au total ce sont vingt-neuf châteaux ou manoirs qui furent visités et plus ou moins saccagés dont quatre effectivement incendiés. L’expédition envoyée par Rennes, soit trois détachements de cent hommes chacun, moitié de gardes nationaux et moitié de troupe réglée se termina par un affrontement avec un des attroupements, du côté de Sixt, la décharge tua trois paysans. Incident grave qui amorçait le basculement progressif des paroisses rurales dans une résistance croissante à la Nation et à ceux qui l’incarnaient.

La violence de la répression contre les prêtres réfractaires

26À partir de 1791, le divorce s’approfondissait encore avec le refus, par une majorité de prêtres, du serment imposé au clergé paroissial. Les gardes nationales des chefs-lieux de district ou des communes ultra-patriotes de certains cantons se livrent à des raids punitifs contre les communes réputées « calotinocrates ». On ferme les chapelles qui servent au culte clandestin des prêtres réfractaires et l’on s’efforce de les débusquer de leur cachette pour les conduire sous escorte aux chefs-lieux des départements. Les gardes nationaux, les « bleus » sont détestés à l’égal sinon plus que les anciens gabelous et commis de ferme. On s’efforce de leur arracher les prêtres arrêtés, ceux-là même qui étaient les garants de la paix des paroisses, les arbitres de la plupart des querelles. Les patriotes ne respectent rien ; aux yeux des paysans, ce sont eux les brigands qui traitent comme des malfaiteurs leurs prêtres révérés, fouillent sans ménagement les fermes suspectes, font ripaille aux dépens de ceux que l’on qualifie à tort ou à raison d’aristocrates même s’ils ne sont que de misérables journaliers. Les exigences des districts qui imposent aux municipalités rurales enquêtes et rapports mais aussi réquisitions, charrois et assignats sont perçues comme d’intolérables ingérences dans l’univers clos de leur communauté et finissent par provoquer les accès d’une colère vengeresse. Dès janvier 1791, une dizaine de paroisses des environs immédiats de Vannes prennent les armes pour délivrer leur évêque que l’on disait menacé par les jeunes gardes nationaux de Lorient. Croisant des marchands sur leur route, ils parlent de revanche sur les « Orientais » et que désormais les paysans seraient les plus forts. Ce sont près de 3 000 paysans qui s’attroupèrent aux abords de la ville et commencèrent à tirailler contre les gardes nationaux, leur faisant quatre blessés ; il fallut une charge de dragons pour les disperser : quatre paysans furent tués et vingt-neuf faits prisonniers, les autres se dispersèrent en amenant leurs blessés.

  • 12 Dupuy R., De la Révolution à la Chouannerie, Paris, Flammarion, 1988, p. 265.

27Les patriotes avaient eu le dessus mais le contentieux s’était encore alourdi, entretenu par les multiples incidents dus aux processions sans prêtres que l’on voyait surgir dans beaucoup de districts des Côtes-du-Nord, du Morbihan, de l’Ille-et-Vilaine durant l’été de 1791 et qui manifestaient symboliquement l’attachement des populations à un clergé exilé, prisonnier ou pourchassé à qui l’on restait fidèle ou dont on réclamait le retour. Les conflits se multiplièrent en 1792, le sang coulait de part et d’autre et les districts s’inquiétèrent d’une situation qui se dégradait régulièrement et dressait les campagnes contre les villes. Les autorités parlaient désormais davantage de fanatiques que de brigands, les brigands étaient ceux qui s’étaient livrés aux expéditions antiféodales qui se font plus rares à partir de 1791, tandis que les « fanatiques » étaient ceux qui soutenaient le clergé réfractaire et arboraient la cocarde blanche, comme dans l’affaire de Saint-Joachim, en pleine Brière où les paysans tuèrent deux dragons, en blessèrent grièvement deux autres et en frappèrent cinq autres qui purent néanmoins leur échapper. Deux jours plus tard, 300 soldats et gardes nationaux venus des districts voisins font des prisonniers et incendient deux villages mais personne ne parle, on ignore qui sont les assassins et où se cachent les cinq prêtres réfractaires réfugiés dans les marais. En 1792, la violence se généralisait. Les paroisses qui servaient de refuge aux prêtres réfractaires organisaient des milices de protection qui faisaient le guet lors des messes clandestines. En juillet et septembre de véritables révoltes éclatèrent dans le Finistère puis dans le Trégor lorsque les autorités firent tirer au sort des volontaires pour servir les batteries côtières. On refusa de participer au tirage, on arbora la cocarde blanche et l’on cria vive le roi ! Le lundi 10 septembre, les petites villes de Pontrieux et de Lannion furent envahies par des milliers de paysans, la garde nationale fut obligée de faire feu, huit paysans furent tués à Portrieux, une dizaine à Lannion, les autres déguerpirent mais la montée du « fanatisme » inquiétait. Le marquis de La Rouërie crut le moment venu d’amplifier le recrutement de son association et les districts de Rennes, Dol et Saint-Malo firent converger gardes nationaux et détachements de l’armée de ligne sur le château de Saint-Ouen. La Rouërie n’était plus là, ni ses complices, mais on les suivit à la trace, et les autorités parlèrent encore de « brigands » pour évoquer la menace qu’ils représentaient12.

Des brigands aux chouans : une façon de constater la politisation effective de l’insurrection

28L’explosion de mars 1793 n’entraîne pas de changement immédiat dans le vocabulaire des autorités dans la mesure où elles considèrent que cette rébellion s’inscrit dans le droit fil du crescendo antérieur. On parle toujours de « fanatiques » et surtout de « brigands » et, en cela on ne fait que reprendre la terminologie officielle utilisée par la Convention et le réseau des clubs. Il y a donc une volonté indéniable de nier une quelconque cohérence politique à une insurrection qui va à l’encontre des intérêts véritables des populations insurgées qui sont abusées par les prêtres réfractaires et leurs anciens seigneurs. Ajoutons que dans une certaine mesure cette dénomination facilite d’une certaine façon le discours de contrition et de ralliement de tous ceux qui n’auraient fait que suivre, par peur et opportunisme, les sergents recruteurs de la révolte, et qui pourront toujours affirmer qu’ils n’ont pu que se soumettre au diktat des « brigands » et céder à leur violence.

  • 13 Ibid., p. 316.

29L’apparition du terme « chouans » en octobre 179313 et sa généralisation, au nord de la Loire, à partir de 1794, correspond à une transformation de la nature même de l’insurrection. L’écrasement de la Vendée militaire en octobre 1793 à Cholet, suivi de l’échec tragique de la Virée de Galerne, marque la fin de la Jacquerie provoquée par la levée des 300 000 hommes. Ce sont les rescapés de cette Jacquerie qui désormais mènent le combat en attendant de retrouver l’occasion de provoquer à nouveau un soulèvement massif capable d’engendrer une armée véritable. Désormais va prévaloir une autre forme de lutte, celle spontanément adoptée par Jean Chouan, un ancien faux-saunier du Maine, qui, avec sa bande, retrouve les comportements des contrebandiers traqués par les gabelous. Peu nombreux du fait du voisinage des bleus, endurcis par la vie qu’ils mènent, se terrant dans leurs caches, habités par la haine des patriotes, ils deviennent les spécialistes du coup de main et de l’embuscade. Ils cherchent à créer un climat de peur systématique pour vider les campagnes des patriotes les plus influents en les assassinant ou en les acculant à la fuite.

30Intimidation, racket, assassinat, c’est lorsque les insurgés adoptent effectivement les comportements de la grande délinquance organisée qu’on tend à ne plus les appeler brigands, C’est que l’appellation s’était dévaluée pour avoir tellement servi depuis plus de quatre ans et qu’elle servait aux deux camps. Pour les patriotes, c’est aussi une façon de discréditer à nouveau la dimension politique de la guérilla : la contre-révolution ne pouvait trouver comme supplétifs qu’un ramassis de faussaires et de repris de justice. Comme souvent dans ce type de situation ceux que l’on veut stigmatiser par une appellation dévalorisante finissent par la revendiquer et s’en prévalent, les chouans se jouent des bleus et incarnent la revanche des gens du cru sur tous ceux que la Nation a expédiés dans l’Ouest pour y imposer ses volontés. Le retournement sémantique est tel qu’au lendemain du 18 fructidor (septembre 1797), des circulaires officielles tentèrent de prohiber, en vain, l’utilisation de ce vocable dans les rapports administratifs et militaires pour ne plus conserver que l’appellation de brigands.

31Problème d’image et de légitimité que la durée même de la guerre civile aggrave auprès de populations gagnées par la lassitude d’un conflit toujours recommencé. Dès 1796, les « bleus » organisent des bandes de faux chouans pour essayer de s’emparer de certains chefs trop charismatiques mais aussi, par des pillages et des violences répétées, pour discréditer les vrais chouans qui les recherchent pour les fusiller aussitôt. D’où, dans certains districts, un climat de délation croissante que la pacification imposée par Bonaparte, en 1800, aggrave de façon dramatique et qui incite les paysans à en finir avec les chouans irréductibles condamnés pour survivre à terroriser les territoires qu’ils parcourent. En cette fin de guerre civile, il n’y a brigandage effectif que si la communauté paysanne le décide et non pas quand l’administration patriote le proclame. Si un authentique chef chouan se livre à des violences et à des assassinats que plus rien ne justifie, les paysans peuvent le considérer comme un bandit véritable et la complicité collective, la sacro-sainte omerta, disparaissait. De même si la pacification proposée par le gouvernement est acceptée par la majorité de la population locale, ceux qui s’obstinent à chouanner s’exposent à se faire traiter comme des bêtes nuisibles dont il faut se débarrasser. La solidarité de la communauté paysanne à laquelle s’est heurté la Nation devient alors le soutien majeur de sa politique de pacification et le Consulat puis l’Empire élimineront physiquement les derniers chefs irréductibles ou les obligera à passer en Angleterre.

32Les difficultés militaires de Napoléon dès 1813 et les levées d’hommes qui en découlent, le retour des Bourbons et les Cent Jours relancent la Chouannerie, c’est dire qu’elle n’était pas morte. La double restauration des Bourbons en 1814 et 1815 légitimait après coup le principe même de l’insurrection paysanne et toutes les violences perpétrées, comme si elles n’étaient dues qu’à la volonté de restaurer la dynastie et on transforma ceux qui défendaient surtout leurs prêtres et ne voulaient pas devenir des soldats en défenseurs héroïques de la légitimité. C’est ce qui explique peut-être que cette guerre civile, qui perdure jusqu’en 1832, n’engendra pas une criminalité de droit commun malgré les armes que l’on a gardées et un style de vie que l’on a du mal à oublier. Les chefs qui n’ont pas été éliminés sous l’Empire sont devenus des personnages que la monarchie restaurée célèbre même si elle ne leur procure pas toutes les récompenses qu’ils en attendaient, notamment l’abrogation de la conscription dans l’Ouest ! Par deux fois notamment, lors du pèlerinage à Auray, en 1816, de la duchesse d’Angoulême, fille de Louis XVI et, en 1828, lors du voyage en Vendée et en Bretagne de la duchesse de Berry, belle fille de Charles X et mère du comte de Chambord, les vieux chefs ont paradé, raconté leurs exploits, montré leurs cicatrices, et exprimé leur dévouement invétéré aux Bourbons : « Vive le roi quand même ! » Mais c’est leur propre légende qu’ils exaltaient ainsi, le souvenir des exploits du passé plutôt que l’engagement à les renouveler s’il le fallait.

*

  • 14 Duchatellier A., Histoire de la Révolution dans les départements de l’Ancienne Bretagne, Nantes, Im (...)

33Nous ne disposons pas encore d’un bilan synthétique de la criminalité organisée en Bretagne pour la première moitié du XIXe siècle, mais on peut se référer au témoignage de témoins a priori intéressés à dénoncer les échecs de la politique des Bourbons en Bretagne, c’est-à-dire les écrivains bretons libéraux et républicains, qui écrivaient vers 1830 sur ce qu’avait vécu leur province sous la Révolution et qui étaient amenés, dans leur conclusion, à évoquer les événements qui s’y étaient déroulés depuis 1815. Jamais, Armand Duchatelier, Camille Mellinet, Ducrest de Villeneuve ou Émile Souvestre14, n’ont évoqué un brigandage endémique qui rappellerait celui qui ravagea de nombreux cantons sous le Directoire. Et l’historien aujourd’hui peut constater qu’une guerre civile atroce par sa longueur et son intensité n’a pas engendré de séquelles profondes comme celles qu’ont suscitées en Italie du Sud et en Sicile l’effondrement des Bourbons et la création du royaume d’Italie. Nos chouans se heurtaient à un État centralisé et fort et ils étaient prisonniers de leur légende, de l’Église catholique dont ils avaient contribué à rétablir l’influence hégémonique et qui se refusa à soutenir l’équipée romanesque de la duchesse de Berry. Enfin ils se heurtaient à la lassitude désabusée des campagnes. Une fois encore c’était les paysans et leurs prêtres qui, en dernier ressort, décidaient si l’on allait ou non prendre les armes et déchaîner de nouvelles violences, forme d’infra-politique tout aussi omnipotente que le recours à l’infrajudiciaire évoqué par Benoît Garnot pour l’Ancien Régime.

Notes

1 Quéniart J., Le Grand Chapelletout, Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale au XVIIIe siècle, Rennes, Éditions Apogée, 1993.

2 Bertin-Mourot E., La Maréchaussée en Bretagne, thèse de droit, univ. Rennes I, 1969, 2 vol. reprographiés ; Bouessel du Bourg J., La justice seigneuriale du duché de Penthièvre au XVIIIe siècle, thèse de droit, univ. Rennes I, 1984, 2 vol. reprographiés.

3 Meyer J., La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1966.

4 Loredan J., Grande misère et les voleurs au XVIIIe siècle, Marion du Faouët et ses associés 1740-1770, Le Faouët, Liv’éditions, 1995.

5 Hobsbawm E., Les bandits, Paris, François Maspero, 1972.

6 Ibid., p. 8.

7 Quéniart J., op. cit., p. 54.

8 Garnot B., Crime et Justice aux XVIIe et XVIIe siècles, Paris, Imago, 2000, p. 196.

9 Dupuy R., La Garde Nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1783-mars 1793), Paris, Librairie C. Klincksieck, 1972, p. 182-197.

10 Archives parlementaires, 1787 à 1860, Première série, 1789-1800, t. XI, Paris, 1880, p. 366.

11 Arch. nat., F7, KK 1105 ; Journal du Comte de Thiard, f° 92 r°.

12 Dupuy R., De la Révolution à la Chouannerie, Paris, Flammarion, 1988, p. 265.

13 Ibid., p. 316.

14 Duchatellier A., Histoire de la Révolution dans les départements de l’Ancienne Bretagne, Nantes, Imprimerie Mellinet, 1836, 6 vol. in-8° ; Mellinet C., La Commune et la Milice de Nantes, Nantes, Imprimerie Mellinet, 1839-1843, 12 vol. in-8° ; Ducrest de Villeneuve et Mallet D., Histoire de Rennes, Rennes, 1845 ; Souvestre É., Mémoires d’un sans-culotte bas-breton, Paris, H. Souverain, 1840-1841, 2 vol. in-8°.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Haute Bretagne Rennes 2, membre du Centre de recherches sur les sociétés rurales traditionnelles de l’Ouest armoricain (XVe-XXe) du CNRS

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search