Version classiqueVersion mobile

Les brigands

 | 
Valérie Sottocasa

Deuxième partie. L'État et le brigandage

L’État en guerre contre le brigandage. Un cas exemplaire : le département de l’Aveyron de 1799 à 1815

Laurent Del Puech

Texte intégral

  • 1 Rosanvallon P., L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

1La lutte contre le brigandage est une des étapes essentielles de la construction de l’État en France. Elle s’inscrit dans une conquête intérieure, face à des pouvoirs anciens qui résistent. La survie d’un brigandage endémique peut être considérée comme un des révélateurs de la force d’un État et de sa capacité à imposer sa loi sur l’ensemble de son territoire. En le combattant, l’État s’attaque à une forme archaïque de criminalité, qui prend naissance dans les espaces vides du pouvoir central. Le brigandage, ou le banditisme, voire la piraterie, se diffusent loin des capitales et échappent à l’efficacité administrative d’un État. Les territoires en marge, les montagnes, les frontières, les îles, les grandes forêts sont les lieux privilégiés pour la survie de formes anciennes de délits. Pour l’État, la lutte est également politique. Durant la Révolution française, la Chouannerie ou les bandes contre-révolutionnaires du Sud de la France sont les premières visées par les politiques anti-brigandages. Les adversaires de la Révolution sont rapidement confondus avec les brigands. Mais la bataille ne concerne pas seulement les ennemis politiques visibles. Elle cible tout autant un type de société et des éléments constitutifs de son existence. La langue en est un exemple. Les territoires de brigandages sont ceux qui pratiquent une autre langue que le Français : les pays de langue d’Oc d’un côté et l’Ouest de la France, en particulier la Bretagne, de l’autre. Nous sommes dans la rupture entre « le vieux et le neuf », comme l’a écrit Pierre Rosanvallon dans son ouvrage concernant l’histoire de l’État français1. La guerre « aux brigands et à leur bande » de 1789 à 1815, des prémices de la Révolution à la fin des guerres napoléoniennes, de la prise de la Bastille à Waterloo, tient autant de l’histoire politique et militaire que judiciaire ou même administrative. Pour se référer de nouveau à Pierre Rosanvallon, nous touchons à la fois à la prise de pouvoir du pouvoir central sur l’ensemble du territoire français, et à l’émergence d’une conscience démocratique. L’administration étend un peu plus son influence par la création d’un nouveau corps, la préfectorale, et impose dans le même temps un nouvel ordre politique.

  • 2 Préparé en particulier par Emmanuel-Joseph Sieyès, alors représentant au Directoire, soutenu par l (...)
  • 3 Sottocasa V., Mémoires affrontées, Rennes, Pesses universitaires de Rennes, 2004, p. 109-117.

2En étudiant la lutte contre le brigandage sous le Consulat et l’Empire, nous avons choisi une période charnière. L’arrivée au pouvoir du général Napoléon Bonaparte est une date-clé dans la disparition du brigandage en France. Le coup d’État du 18 Brumaire2 et la reprise en main de l’administration par le futur Empereur jouent un rôle d’accélérateur dans la quasi-éradication du brigandage. Il apparaît de manière épisodique à des époques de déstabilisation du pouvoir central ou dans des zones éloignées de l’administration (les zones de montagne par exemple), mais n’atteint jamais une virulence comparable. Évidemment, la période antérieure n’est pas à négliger. La période révolutionnaire jusqu’au Directoire joue un rôle central dans l’émergence de bandes de brigands. Une seule date : le 31 juillet 1789 et l’entrée, à 10 heures du soir, de la Grande Peur dans Villefranche-de-Rouergue, aux portes du département de l’Aveyron. Une grande rumeur parcourt alors les chemins et les voies de communication, annonçant l’arrivée de bandes de brigands à l’entrée des villes et des villages, entraînant la constitution de conseils permanents et de gardes nationales. Pourtant aucun brigand ne pille. Mais la rumeur s’installe pour plusieurs années. On retrouvera cette dernière dans toutes les affaires de brigandage, sous le vocable de « rumeur publique », jusqu’à reproduire dans certains cas, à une échelle plus réduite, le même phénomène de « petite peur ». Les brigands prendront une forme réelle lors de la levée d’une armée royaliste. Formée à la suite des tensions créées par le serment constitutionnel, imposé aux prêtres par la loi du 12 juillet 1790, elle rassemble certes quelques hommes de la noblesse, des prêtres, mais surtout de simples paysans et artisans, qui forment le gros des troupes3. L’« Armée chrétienne du Midi » est commandée par un ancien député du Tiers-État, Marc-Antoine Charrier, notaire de profession, jusqu’à son arrestation et son exécution le 17 juillet 1793. Les brigands qui attaquent les caisses publiques au début de l’époque consulaire, sont, pour la plupart, des anciens « soldats » de cette armée. Ils forment l’armée de Lozère, puis se transforment en petites bandes composées à la fois de contre-révolutionnaires, mais aussi d’insoumis, de prêtres réfractaires. Ils sont cachés par la population souvent acquise à leurs valeurs, mais peu à peu glissent vers les actes de vengeance, se placent dans la clandestinité et tombent dans une forme de criminalité organisée. La confusion entre brigand et contre-révolutionnaire prend naissance à cette époque. Une confusion à double entrée : de la part de la force publique d’un côté et des contre-révolutionnaires de l’autre qui, pour certains, se conforment de plus en plus à l’image du brigand de grand-chemin. Le Directoire hérite de cette situation et tente par une amnistie au mois de juillet 1796 de rétablir l’ordre. Une trentaine de brigands acceptent, mais d’autres refusent de prêter un serment de fidélité à la République et de déposer les armes.

3C’est au nouveau régime consulaire qu’échoit la mission de rétablir l’ordre public. En 1799, l’Aveyron reste une terre de mission. Du 9 novembre 1799 au 14 décembre 1802, se déroule dans le département une véritable « petite guerre » contre les bandes de brigands. L’arrestation et la condamnation de la majeure partie des brigands, mettront fin aux brigandages. Cette date passée, les actes de brigandage deviendront rares et laisseront la place à une criminalité plus commune. En somme, le contre-révolutionnaire s’attaquant aux caisses publiques laisse la place au criminel de droit commun, qui vole des poules. Avec la nomination du premier préfet de l’Aveyron, le département devient un terrain d’expérimentation pour imposer de nouvelles lois et de nouvelles pratiques, nées à la fois de la Révolution et d’une volonté de rationalisation de l’action publique. L’histoire des brigands est d’ailleurs écrite par les vainqueurs de cette guerre. Les archives qui relatent cette période trouble sont celles de l’État : les rapports de préfecture, de police et de gendarmerie, de justice. Le regard des perdants, celui des brigands, est quasi absent. Parfois, au détour d’une déposition de justice, on peut lire sous une plume qui n’est pas la sienne, dans une langue qu’il parlait à peine, le début d’un témoignage. Mais le brigand n’existe que par le regard des hommes qui incarnent l’État au début du XIXe siècle, en particulier celui du préfet. Avec ces acteurs de l’histoire, nous allons comprendre dans un premier temps quels sont les objectifs du régime consulaire en termes d’ordre public. Dans un second temps, nous découvrirons les ennemis intérieurs à éliminer pour un régime naissant. Enfin, dans un troisième temps, comment les représentants de l’État en Aveyron ont élaboré une machine répressive efficace pour détruire le brigandage.

Établir l’autorité de l’État

Le brigand : ennemi du pouvoir central

4La répression et la lutte contre le brigandage dans l’Aveyron sous le Consulat et l’Empire ne sont que la continuité d’une conquête plus globale de l’État sur tout le territoire national. Lors de son accession au pouvoir comme Premier Consul, Napoléon Bonaparte hérite des problèmes du Directoire. Il se donne deux objectifs majeurs de politique intérieure : rétablir l’ordre et contrôler la population. Les désordres potentiels sont alors multiples. Ainsi, les prêtres réfractaires, les conscrits insoumis, les émigrés de retour au pays, les royalistes complotant un coup d’état, remettent en cause chacun à leur manière l’autorité de l’État.

  • 4 Gueniffrey P., Le 18 Brumaire, l’épilogue de la Révolution française, 9-10 novembre 1799, Paris, Ga (...)
  • 5 Vovelle M., « De la mendicité au brigandage : les errants de la Beauce sous la Révolution Française (...)
  • 6 Leclair P, Histoire des brigands, chauffeurs et assassins d’Orgères, Paris, Éd. La Bibliothèque, 20 (...)
  • 7 Brown H.-G., Ending the French Revolution. Violence, Justice and Repression from the Terror to Napo (...)
  • 8 Tulard J., « Quelques aspects du brigandage », Revue de l’institut Napoléon, 1966, p. 33. Parmi les (...)

5L’historiographie classique, notamment Jean Tulard, tend à démontrer que c’est à Napoléon Bonaparte que l’on doit le rétablissement de cette autorité. Patrice Gueniffrey4, dans son ouvrage sur le 18 Brumaire, montre que le Directoire, régime tant décrié, avait déjà pris des mesures énergiques contre les ennemis du régime. C’est surtout après le coup d’État de Fructidor an V que les dirigeants du Directoire mettent en place une politique répressive de grande ampleur, donnant aux commissions et aux cours militaires un rôle central. Certes la période consulaire va accélérer la lutte contre le brigandage. Certains grands procès, très médiatiques, tendent à le démontrer. Comme celui de la bande d’Orgères, par exemple, qui a sévi dans l’Eure-et-Loire et le Loiret de 1791 à 17995. Cette grande affaire a donné naissance à la légende des « chauffeurs », qui restent dans la mémoire collective comme ceux qui torturaient leurs victimes, pour leur faire avouer la cachette de leurs économies6. Ce cas exemplaire cache toutefois une réalité plus complexe. En effet, le brigandage semble être en régression dans les trois quarts des départements français à la fin du Directoire. Le coup d’État du 18 Brumaire aurait alors désorganisé les pouvoirs locaux en toute fin de régime, redonnant de l’espace aux brigands pour commettre de nouvelles exactions7. Dans le Sud de la France, treize départements formant une vaste région, sont réputés être « infestés » de brigands. Le département de l’Aveyron y figure, bordé par ceux du Gard, de l’Hérault, de la Lozère et du Tarn8. Le Consulat hérite donc des problèmes, mais aussi d’un début de méthode. Les autorités départementales peuvent en particulier requérir la troupe de ligne et la gendarmerie. Mais cette disposition n’a pas permis d’éliminer totalement le brigandage. Si le début du Consulat donne une limite chronologique à notre étude, elle est relativement factice. Les mécanismes répressifs engagés par le nouveau régime ne sont pas « révolutionnaires », mais accélèrent la prise en main de l’ensemble du territoire national par l’État. La bataille engagée contre le brigandage en est la démonstration. Il est clair que le régime se dote d’outils plus efficaces, qui lui permettront en très peu années d’éliminer le brigandage du territoire national. Les moyens développés par les autorités sont multiples. La justice, l’État, l’armée, le pouvoir local sont tous mis à contribution pour extirper ce que le pouvoir politique d’alors estimait être un fléau.

  • 9 Cobb R., La Protestation populaire en France, 1789-1820, Paris, Calmann-Lévy, 1975, p. 112.
  • 10 Tulard J., « Quelques aspects du brigandage sous l’Empire », art. cit., p. 35.
  • 11 Arch. nat., F7 3053, Troisième jour complémentaire de l’an IX – Rapport pour le ministre de la Pol (...)

6La loi du 8 pluviôse an IX (28 janvier 1801) est emblématique de cette lutte. Elle institue des tribunaux spéciaux, remplaçants des jurys, qui étaient faciles à intimider, et parfois composés d’hommes réticents à se prononcer sur la culpabilité d’un brigand. Dans les premières années de leur mise en service, les tribunaux spéciaux n’ont qu’un seul objectif : éliminer le brigandage. Mais l’efficacité de cette lutte ne relève pas que de cette loi. Dans tous les domaines, l’État napoléonien va réformer pour mettre au pas les territoires rebelles. L’intronisation des préfets, avec des pouvoirs renforcés dans tous les départements, la réorganisation de la gendarmerie, la signature du Concordat en 1801, l’arrêté du 28 vendémiaire an IX (19 octobre 1800) permettant aux émigrés de revenir sur le territoire français, sont autant d’actes politiques qui ont contribué à mettre fin au brigandage sous le Consulat. D’autres lois, moins politiques et plus sectorielles, jouent le même rôle. Le renforcement de la sécurité sur les routes et sur les marchés, ou les lois de désarmement de la population sont des exemples d’une politique globale, qui a pour objectif de pacifier le territoire et d’imposer l’autorité de l’État. Dans les discours, le renforcement de l’État passe obligatoirement par la destruction du brigandage. Mais sous le vocable « brigandage » ou « brigand » se cachent différentes réalités. En suivant la typologie proposée par Richard Cobb, selon laquelle il existerait deux peuples révolutionnaires, « le peuple du militantisme et le peuple de ceux qui ont vécu sous la Révolution9 », nous pouvons aisément définir le brigand selon les autorités consulaires Ainsi, au premier abord, seuls les ennemis du régime, les « militants », en particulier les contre-révolutionnaires, sont visés par le pouvoir. Jean Tulard note dans un article consacré à la lutte contre le brigandage sous l’Empire, que, jusqu’en 1813, la police confond constamment brigand et chouan10. Les rapports de police fourmillent de ce type d’amalgame. Comme celui-ci, rédigé en l’an IX, qui dépeint un prévenu à la fois comme chouan, brigand et escroc : « Le nommé cendre ou gendre, ancien chouan et pillard de diligence, est à Paris depuis plusieurs mois ou il ne vit que de vol et d’escroquerie11. » Le criminel idéal ressemble à cette description : à la fois chouan et voleur. Il incarne ce que le brigand pouvait représenter au tout début de l’ère napoléonienne : cet individu, à la fois politique et bandit, attaquant dans de nombreux départements de France les caisses publiques. La première cible du pouvoir est le « royaliste de grand chemin », premier ennemi du régime, dont le seul objectif est de renverser le pouvoir. Tout au long du Consulat, puis de l’Empire, cette vision du brigand perdure à Paris et ne change quasiment pas. Mais dans les départements, d’autres types de brigands vont émerger. Si le brigand-chouan reste « l’ennemi public numéro 1 », d’autres individus vont être poursuivis par les autorités préfectorales. La cible devient alors ceux et celles qui ont vécu « sous la Révolution », des hommes et très rarement des femmes, qui se rebellent face aux lois de l’État. Les jeunes gens et leurs parents qui refusent la conscription, les familles et les prêtres qui ont dit non à la constitution civile du clergé puis, pour certains au Concordat, le simple vagabond, le voleur de poule, l’escroc… sont tous coupables de brigandage. Terme clairement galvaudé à l’époque, le brigandage devient alors un fourre-tout judiciaire. Trônant sur la plus haute marche de la criminalité, le brigand termine sa course en petit délinquant.

De quel brigandage doit-on parler ?

7Dans ce contexte, de quel brigand doit-on parler ? Si l’on retire les discours à la fois stratégiques et fantasmés des acteurs de l’époque, il reste une typologie relativement simple du brigandage et des brigands. Certes les termes « brigand » et « brigandage » dans l’ensemble des archives de police ou de préfecture sont intéressants à étudier. Ils sont largement utilisés pour légitimer des actions vigoureuses de la gendarmerie ou l’intervention de la troupe. Mais leur occurrence affadit la réalité du phénomène. Les termes sont largement galvaudés. « Brigand » et « brigandage » sont utilisés autant pour des délits majeurs que mineurs. Ils sont révélateurs d’une période de peur, de confusion, de fragilité. Désigner un criminel comme brigand donne une valeur supplémentaire à une condamnation. De cette façon, la population, mais aussi les autorités locales, les gendarmes, expriment leur peur, leur hantise, dévoilent parfois leur stratégie. Nous verrons comment l’État a suscité l’utilisation abusive de ces termes puis, comment le « brigand » et le « brigandage » ont quasi disparu des rapports préfectoraux ou judiciaires. Pour l’heure, le brigand est un individu connu. Il s’est mis hors la loi. Il vit dans la marginalité et remet en cause les règles communes de la société. À l’époque révolutionnaire et consulaire, cela sous-tend qu’il combat le régime en place. Il agit donc contre la conscription, contre la constitution civile du clergé. Il appuie les contre-révolutionnaires dans leurs objectifs de soulèvement. Il prône le retour du Roi. Il complote et désinforme la population. Enfin, le plus important, il agit contre les intérêts du nouveau régime. L’attaque des caisses publiques, l’agression des propriétaires, celle des acquéreurs de biens nationaux, les vengeances contre les partisans de la Révolution, l’enrôlement et la protection des jeunes réfractaires, les agressions sur les chemins remettent en question l’autorité de l’État dans de nombreux départements. Dans cette série de délits, l’attaque des caisses publiques est celui qui pose le plus de problèmes. Il démontre la fragilité du régime. Là où il devrait être normalement fort, il est pris en défaut. Comment un État peut-il survivre s’il est incapable de défendre ses deniers publics ? En somme la définition du brigand ressemble à cette description donnée par les autorités à la toute fin du Directoire :

  • 12 Arch. dép. Aveyron, 1L 164, 4 vendémiaire an VIII (26 septembre 1799).

« L’administration centrale considérant que dans ces temps où les malveillants s’agitent dans tous les sens pour empêcher et entraver l’exécution des lois. Que les ennemis de la chose publique parcourent la campagne pour empêcher le départ des réquisitionnaires et des conscrits. Que les contre-révolutionnaires cherchent à recruter pour le rétablissement de la royauté en France. Que les brigands s’emparent des caisses publiques, que sur plusieurs points la tranquillité publique est menacée. Que les brigades de gendarmerie ont été insultées, menacées et maltraitées12… »

  • 13 Bourguet M.-N., « Désordre public, ordre populaire à l’époque napoléonienne », Mouvements populaire (...)

8En quelques mots, les craintes et les difficultés des agents de l’État sont exprimées. Le brigand est donc à la fois « chouan » et ennemi de l’État. Il incarne à lui seul tous les désordres extérieurs à l’ordre révolutionnaire et à la loi qui le régit. Il permet enfin de justifier au regard des autorités une répression accrue13.

9Le département de l’Aveyron va vivre durant de longs mois « une petite guerre » entre, d’un côté les représentants de l’administration centralisée, et de l’autre, les brigands. Il est exemplaire d’une lutte entre un État qui se réorganise et une société qui se rebelle, refusant en partie de nouvelles règles et de nouvelles pratiques. À son arrivée, le premier préfet de l’Aveyron, François Sainthorent, donne le cap de sa politique :

  • 14 Arch. dép. Aveyron, 1M 113, Secrétariat particulier de la préfecture de l’Aveyron, correspondance (...)

« Le premier consul m’avait ordonné lorsque jeus l’honneur de prendre congé pour me rendre au poste qu’il m’avait assigné de travailler à détruire le brigandage qui desolait ce département14. »

10Le brigandage est bel et bien la première préoccupation de l’administration préfectorale. L’étude statistique de la correspondance secrète du préfet montre clairement que la lutte contre les bandes de brigands est la priorité. De son arrivée dans le département, à la fin de l’an IX et des grands procès concernant les bandes de brigands (de 1799 à 1801), près de 60 % des courriers du préfet sont consacrés au combat mené contre le brigandage. Malgré la disparition des bandes les plus dangereuses, dans les années qui suivent (an X et an XI, de 1801 à 1803) la correspondance concernant le brigandage représente encore un tiers des courriers. L’an XII est une année transitoire, avec près de 20 % d’intérêt pour les brigands. À partir de l’an XIII, et les dix années qui suivent, les courriers ne parlent que sporadiquement du brigandage (de 0 à 10 %). On peut donc voir clairement que les années de lutte contre le brigandage se concentrent entre de 1799 à 1804.

  • 15 Godechot J., Les Institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, PUF, p. 589. Jac (...)

11Le nouveau régime donne des pouvoirs élargis au préfet pour mener la bataille contre le brigandage. La loi du 28 pluviôse an VIII est sans ambiguïté de ce point de vue car elle donne au préfet et à lui seul la charge de l’administration. Il est investi de tous les pouvoirs, de toute l’autorité de l’État dans son département. C’est dans le département un « Empereur au petit pied15 ». Il dépend du ministère de l’Intérieur et devient le point d’articulation entre le pouvoir central et le département. Il remplit toutes les missions, du maintien de l’ordre à la vie quotidienne. Ses missions sont très étendues : il doit faire exécuter les lois et les règlements du pouvoir central, en particulier maintenir la sécurité publique et organiser la conscription. Enfin, et pour le sujet qui nous concerne cela revêt une importance particulière, le préfet nomme les maires et les adjoints des communes de moins de 5 000 habitants. Les élus municipaux sont proches de la population, connaissent les familles de leur commune, et jouent le rôle d’informateur auprès de la préfecture. Cette mission est une des clés pour combattre efficacement le brigandage. Pour accomplir ces tâches, l’action du préfet est relayée et appliquée par des sous-préfets. En Aveyron, quatre sous-préfectures ont été créées à Espalion, Millau, Saint-Affrique et Villefranche-de-Rouergue. Les titulaires sont tous originaires de l’Aveyron et trois sur quatre étaient membres de l’administration directoriale. Ils connaissent bien les problèmes du département et en particulier les problèmes spécifiques liés au brigandage. C’est en partie à travers la correspondance secrète de François Sainthorent que la politique contre le brigandage est connue. Ces courriers comprennent à la fois des éléments objectifs et subjectifs. Ils donnent clairement un aperçu de la lutte contre les bandes de brigands, informent sur leur modus operanti, leur nombre, leur cible, leur passé, leur personnalité. Mais cette correspondance met aussi en lumière un discours à la fois fantasmé et stratégique. Fantasmé, car le préfet Sainthorent projette ses peurs, ses craintes et ses valeurs à travers le brigand. Ses écrits trahissent souvent une forme de fascination pour un monde qui lui est inconnu. Stratégique, car il met en valeur son action, se compare à ses collègues. Il tente également par ses écrits d’être en adéquation avec le discours national. Il minore ainsi certains faits et en majore d’autres.

La protection des fonds publics

12La première préoccupation du tout nouveau préfet de l’Aveyron est de protéger les caisses publiques des bandes de brigands. À son arrivée, de nombreux convois ont été attaqués et détroussés. Ce fut le cas à la toute fin du Directoire, le 22 messidor an VII (10 juin 1799) à la limite de l’Hérault et de l’Aveyron, à Gignac. 59 000 francs en numéraire métallique sont volés par une bande de brigands. Est-ce le désordre engendré par le 18 brumaire ? Quoi qu’il en soit les brigands semblent agir en toute tranquillité aux dires du tout nouveau préfet de l’Aveyron. Ses premiers courriers sont destinés à ses collègues du Gard, de l’Hérault et la Lozère. Il décrit un département dans lequel les brigands vivent au grand jour, sans que personne ne leur demande de rendre des comptes :

  • 16 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, Secrétariat particulier de la préfecture de l’Aveyron, correspondance (...)

« Les voyageurs les rencontrent souvent sur la route jouant aux boules et aiant leurs fusils à côté d’eux. Ils laissent passer les particulier sans les attaquer et paraissent uniquement diriger leur projet vers l’enlèvement des fonds publics16. »

  • 17 Ibid., 11M 41, 10 germinal an VIII (31 mars 1800) – correspondance du capitaine commandant la gend (...)

13En ce printemps 1800, la situation semble très tendue dans tout le département. Les caisses publiques, mal défendues, sont la proie de plusieurs bandes de brigands. Cinq jours après son arrivée, le jeune préfet est alerté par le capitaine, commandant la gendarmerie nationale, qu’une bande de brigands a été vue près de Bozouls à une vingtaine de kilomètres de Rodez. Un des informateurs a reconnu, dit-il, un émigré, accompagné par des hommes « mal habillés ». Le capitaine en conclut que « d’après la marche que les brigands tiennent, leur intention est d’attaquer la caisse publique d’Espalion17 ». Quelques jours auparavant, le 23 ventôse an VIII (14 mars 1800), sur la route de Rodez à Millau, au lieu-dit le Bois de Trie, à près de 1 000 mètres d’altitude, c’est l’équivalent de « trois pelletons de gendarmes », c’est-à-dire une trentaine d’hommes, qui s’attaquent à la caisse publique. La recette du receveur particulier de Millau est volée. Le brigadier qui commandait l’escorte est mort en défendant le convoi. D’après la description donnée par le capitaine, ce sont toutes les caisses publiques, d’Espalion, de Villefranche et bien sûr du sud du département qui sont espionnées par des bandes de brigands. Un mois plus tard, il doit essuyer un premier affront : la caisse publique, transportant 40 000 francs et qui transitait de nuit de Rodez à Montpellier a été volée à Gignac.

  • 18 Ibid., 13 floréal an VIII (3 mai 1800) – no 3.
  • 19 Ibid., 5 prairial an VIII (25 mai 1800) – no 9.
  • 20 Ibid., 2 messidor an VIII (21 juin 1800) – no 18.

14Le vol de Gignac donne au préfet l’occasion de mettre en valeur sa politique. Il note dans un courrier adressé à son ministre de tutelle que le préfet de l’Hérault n’a pas pris les mêmes dispositions que lui18. Ses premières mesures, en effet, concernent l’escorte des caisses publiques durant leur transport et pendant les différents arrêts qui jalonnent le trajet de Rodez à Montpellier. L’administration préfectorale décide de faire accompagner les fonds publics par des canonniers d’artillerie légère ou par des vétérans. Ils sont secondés par une, deux ou trois brigades de gendarmerie qui jouent le rôle d’éclaireurs. Ces détachements « bien armés et approvisionnés de cartouches » sont composés de 25 à 40 hommes. Cette politique semble rapidement porter ses fruits. Des bandes de brigands reculent face aux troupes ainsi mises à disposition. « Ils n’ont pas osé l’attaquer. Ils ont été poursuivis. Je veille avec soins à ce qu’elles soient bien escortées », note François Sainthorent dans sa correspondance19. Mais ces dispositions ne suffisent pas. Il donne l’ordre au sous-préfet de Millau de faire fouiller les villages et les bois avant le passage de la diligence. Dès le mois de juin, la politique du premier préfet de l’Aveyron donne des résultats positifs. Deux embuscades, l’une entre Saint-Affrique et Millau au début du mois et l’autre le 2 messidor an VIII (21 juin 1800) entre Espalion et Rodez, sont contrées par les troupes escortant les caisses publiques20. Ces deux tentatives ratées ne semblent pas faire douter les bandits. François Sainthorent s’en étonne et montre son dépit vis-à-vis de l’impunité et de l’arrogance qu’affichent les brigands dans le sud du département. Il s’en ouvre au sous-préfet de Millau dans un courrier, où il fait de nouveau référence au jeu de boules, symbole d’une décontraction provocatrice :

  • 21 Ibid., 1M 112, 7 prairial an VIII (27 mai 1800) – no 10.

« Il y a peu de jours que quinze brigands jouaient aux boules à Saint Jean du Bruel. Ils avaient près d’eux leurs fusils chargés et armés de baïonnettes. Ils disaient publiquement qu’ils allaient attaquer les caisses de Rodez21. »

  • 22 Ibid., 1M 112, 13 vendémiaire an IX (5 octobre 1800) – no 67.
  • 23 Ibid., 1M 113, 1er germinal an X (22 mars 1802) – Rapport au grand juge ministre de la Justice et (...)

15En trois mois, le premier préfet de l’Aveyron a pris la mesure de la situation. Dès le mois de juin, il coordonne avec le préfet de l’Hérault les convois qui vont de Rodez à Montpellier. Le passage entre les deux départements est le plus délicat à réaliser. Mais grâce à des escortes renforcées et une coordination inter-départementale, les diligences passent la « frontière ». Il faut attendre plusieurs mois pour qu’un convoi soit attaqué avec succès. Le 13 vendémiaire an IX (5 octobre 1800), un porteur chargé des dépêches pour Paris et Toulouse est agressé entre Rodez et Villefranche22. C’est la dernière agression d’une diligence publique en Aveyron avant plusieurs années. Il aura fallu sept mois aux autorités préfectorales pour organiser la protection des fonds publics, par un renforcement des escortes et une meilleure coopération entre les départements. Les caisses publiques ne seront plus attaquées jusqu’en 1806. Au mois d’août de cette année, une somme de 200 000 francs, dont 151 222 francs en pièces d’or, est dérobée entre Caussade et Paris. C’est une des dernières attaques de caisses publiques jusqu’à la fin du régime. Il faut attendre la chute du régime en 1815, pour qu’au niveau national des caisses publiques soient attaquées et dévalisées. Le 1er germinal an X (22 mars 1802), le préfet de l’Aveyron peut se féliciter dans un rapport que « les caisses publiques n’ont point été attaquées lorsqu’elles ont été en voyage23 ».

Un discours stratégique

  • 24 Ibid., 1M 112, 13 floréal an VIII (3 mai 1800) – no 3.
  • 25 Ibid., 1M 112, 14 vendémiaire an IX (6 octobre 1800) – no 73.
  • 26 Ibid., 1M112, 25 fructidor an VIII (12 septembre 1800) – no 55.

16Dans la bataille menée pour la protection des fonds publics, apparaît en filigrane un discours stratégique. Le préfet de l’Aveyron met en valeur sa politique en jouant d’une part sur la dramatisation et d’autre part sur la comparaison. Un exemple de dramatisation : le nombre de brigands composant les bandes. En évoquant l’attaque du bois de Trie le 23 ventôse an VIII (14 mars 1800), il évoque une bande composée de « trois pelotons de gendarmerie », c’est-à-dire une trentaine de brigands et met en évidence l’héroïsme d’un brigadier mort pour défendre la diligence24. Quelques mois plus tard, il annonce l’attaque de « 30 à 40 brigands armés » pour dévaliser un porteur chargé des messages entre Paris et Toulouse25. Ces chiffres semblent excessifs. Les procès démontrent que les bandes se composaient au maximum de 5 à 10 bandits et très souvent entre 2 et 5. Cette déformation vient sûrement des témoignages des victimes, la plupart du temps attaquées de nuit ou dans la pénombre. Elles grossissent à leur tour le trait pour expliquer leur incapacité à se défendre. Ces discours sont repris par une administration préfectorale qui souhaite montrer une situation dramatique, soulignant la politique menée et atténuant les échecs. D’autre part, les rapports de François Sainthorent critiquent la politique mise en place par les départements voisins. Toutes les occasions sont bonnes pour comparer les bienfaits de ses initiatives à celles de ses collègues de l’Hérault, de la Lozère ou du Gard. Dans un courrier adressé aux quatre sous-préfets du département, il jette un regard très sévère sur les préfets des départements voisins et se félicite de son action : « Vous verrez que le pillage des caisses publiques s’effectue continuellement dans les départements qui nous environnent26. » Cette comparaison se double d’un rappel constant à la situation antérieure, lorsqu’aucune caisse publique ne pouvait circuler dans le département. Les actions menées contre le brigandage, cause de tous les maux, lui donnent l’occasion de prouver sa valeur à ses supérieurs. Une autre forme de brigandage lui en donne aussi l’occasion : celui, supposé, des contre-révolutionnaires.

Les ennemis intérieurs

Le « Royalisme de grand chemin »

  • 27 Carrier R., Une Isle au milieu de l’Empire 1800-1813, le département de l’Aveyron sous le Consulat (...)

17Le 6 floréal an X (26 avril 1802), le régime met fin à l’émigration par une loi d’amnistie. Jusqu’à cette amnistie, les allées et venues des émigrés étaient particulièrement contrôlées par le pouvoir. Le retour des émigrés change la donne et l’État consulaire se pose une question simple : comment vont-ils se comporter vis-à-vis de lui ? On peut discerner deux types de royalistes : ceux qui sont prêts à se rallier au régime, et ceux, pour une majorité des ecclésiastiques, qui continuent à lutter contre lui, ce qui préoccupe le pouvoir central bien après l’amnistie27. Il est intéressant de noter que les références aux « chouans », aux « contre-révolutionnaires » demeurent faibles au tout début du régime. C’est à partir de l’amnistie et du retour des émigrés que la « chouannerie » refait surface. L’enjeu est de taille. Pour les représentants du pouvoir la sécurité de l’État est en danger. D’autant que Paris ravive les méfiances en annonçant des attentats et des coups d’état manqués contre le Premier Consul et son régime. Les rapports font référence aux « chouans » et aux « brigands » qui souhaitent prendre le pouvoir. Dans le département de l’Aveyron, il faut attendre le printemps 1802 pour que les premières démarches administratives d’amnistie commencent. Parmi les 481 émigrés amnistiés, nombreux sont ceux qui traînent la réputation d’avoir été « ennemis de la République » et « contre-révolutionnaires zélés ». Une fois encore, leur proximité supposée avec des brigands est évoquée. Le préfet manifeste son inquiétude à plusieurs reprises :

  • 28 Arch. dép. Aveyron, 1M 113, 7 messidor an X (26 juin 1802).

« Baucalis du lieu de Pruines a été désigné à toutes les administrations comme ayant favorisé le brigandage, comme un des plus zélés compagnons du nommé cassagniouse brigand du Cantal et comme ayant donné azile aux brigands subalternes qui ont pendant longtemps désolé ce département28. »

  • 29 Ibid., 1M 113, 1er germinal an XI (22 mars 1803).
  • 30 Ibid., 1M 113, 21 messidor an X (10 juillet 1802) – no 813.
  • 31 Ibid., 1M 113, 3 floréal an XI (23 avril 1803) – no 968.
  • 32 Ibid., 1M 114, 30 thermidor an XII (18 août 1804) – no 1151.
  • 33 Ibid., 1M 113, 3 ventôse an XII (23 février 1803) – no 1039.

18François Sainthorent mentionne la participation de certains de ces « brigands » au camp de Jalès, aux troubles de la Lozère, à l’insurrection de la Haute-Garonne et se tient sur ses gardes : « Ils semblent attendre des jours meilleurs29. » En somme c’est la peur qu’inspire leur passé contrerévolutionnaire plus que leur comportement, qui inquiète les autorités. Toutefois, des affaires remontent à la surface au retour de certains émigrés. C’est le cas de la famille Julien dite Roquetaillade. Dans la liste des émigrés, cette famille est signalée comme étant une famille de brigands : « D’après l’opinion publique cette famille tenait au brigandage. » Ils sont décrits comme le père et le frère d’un brigand actif sous la période révolutionnaire, ayant péri dans le pillage d’une maison30. Cette famille est originaire de la commune de La Cresse, dans l’arrondissement de Millau. Deux de ses membres ont émigré et deux autres sont restés dans « le pays et s’étaient adonnés au brigandage ». À son retour l’un des deux émigrés, Jean-François Julien, refuse dans un premier temps de s’inscrire sur la liste des immigrés. Il est arrêté sur la route de la Cresse et de là il est conduit dans la maison de justice de Rodez parce que « soupçonné d’avoir participé au pillage de la maison où son frère fut tué ». Son jugement est considéré comme non recevable car 6 ans se sont écoulés depuis les faits31. La période d’amnistie passée, le temps de la surveillance commence. Des passeports sont délivrés pour entrer et sortir du département. Certaines personnes inquiètent la préfecture, laquelle demande une surveillance accrue. C’est le cas de Jean Baptiste Antoine Resseguier, à qui le préfet de police de Paris a délivré un passeport. François Sainthorent prévient le sous-préfet d’Espalion de son arrivée dans son arrondissement et le décrit comme dangereux : « Natif d’Espalion, ci devant officier au régiment d’Haynault, prévenu de se réunir à plusieurs, ex condéens et chouans pour se livrer avec eux au pillage des voitures publiques32. » Plus grave, quelques mois auparavant (en février 1804), ce sont les signalements de plusieurs hommes, prévenus d’avoir conspiré contre le régime qui parviennent à la préfecture. Ils sont décrits comme des « brigands que l’Angleterre a rejetés en France et qui après avoir conspiré pour l’assassinat des chefs de l’état et qui sont en fuite33 ». Le conseiller d’état chargé de la sécurité publique demande aux gendarmes une surveillance et une enquête minutieuses. Le préfet ordonne aux quatre sous-préfets d’être attentifs aux allées et venues dans leur arrondissement, mais aucun « chouan » ne sera découvert dans le département. On voit d’ailleurs à cette occasion la différence entre la vision « parisienne » et « aveyronnaise » du problème. En effet la figure décrite par l’administration centrale d’un brigand « chouan », « terroriste », « contre-révolutionnaire », aidé par l’Angleterre dans ses objectifs de coup d’état, n’existe pas dans le département. D’ailleurs, un an après l’amnistie des émigrés, le préfet corrige ce regard dans un courrier envoyé à son ministre de tutelle :

  • 34 Ibid., 1M 113, 1er geminal an XI (22 mars 1803) – no 955.

« Le département de l’Aveyron était infesté de bandes de brigands qui ne différent de celles du département de Lozère (en ce) qu’elles n’étaient moins nombreuses en ce qu’elles n’étaient point alimentés par l’or anglais34. »

19Si les pouvoirs publics mêlent dans leurs discours, surtout au début du régime et juste après l’amnistie, brigands et chouans, la réalité est tout autre. Les prêtres et les nobles, ferments de la rébellion contre la révolution, sont quasiment absents des archives de justice. L’étude des profils des brigands à partir des sources des tribunaux, montre qu’ils sont, dans leur très grande majorité, des ouvriers agricoles ou des artisans. Sur les 118 brigands passés en justice durant la période consulaire et impériale dans l’Aveyron, plus de 54 % déclarent une profession agricole et 28 % artisanale. Cette statistique ne veut pas signifier que la Révolution n’a joué aucun rôle. Nombre d’entre eux sont entrés en « brigandage » lors des insurrections de Marc-Antoine Charrier en 1793. De simples paysans se sont ainsi enrôlés aux côtés de leur seigneur, de leur prêtre dans l’armée contre-révolutionnaire. Leurs chefs condamnés ou émigrés, ces soldats d’infortune se sont retrouvés sans tête. Ne pouvant revenir dans leurs foyers, recherchés par les pouvoirs publics, ils ont constitué de petites bandes. Des brigands qui ont traversé le Directoire avec des destinées bien différentes : certains ont péri au combat, d’autres ont été condamnés à mort ou aux fers, d’autres encore sont rentrés dans le rang après l’amnistie accordée par le Directoire le 5 fructidor an IV (22 août 1796). Le Consulat hérite de ces brigands. Nombre d’entre eux se retrouvent devant les tribunaux en l’an IX et en l’an X (1800-1802) et seront condamnés à mort ou aux fers. Auguy, dit Vernhescure est de ceux-là. Il tente d’expliquer dans son interrogatoire, comment, à un moment de sa vie, il a côtoyé des brigands :

  • 35 Ibid., 2U 118, 6 prairial an IX (26 mai 1801) – Interrogatoire de Auguy dit Vernhescure.

« J’ay eu le malheur de fréquenter certains brigands et de me livrer à des brigandages avec eux mais jai profité de l’amnistie accordée par le gouvernement qui nous fut donné par le général bonnet35. »

  • 36 En outre tous les brigands n’ont pas de passé contre révolutionnaire. Il est d’ailleurs difficile (...)

20Ce n’est plus au « chouan », ce noble-brigand au grand dessein politique et religieux, mais à « la queue de l’armée » de Marc-Antoine Charrier, que les autorités consulaires ont affaire36. Il existe toutefois des exceptions, comme le chanoine Jean-Louis Solier, dit Sans Peur ou L’Oncle. Contre-révolutionnaire actif dans le sud du département à la frontière de l’Hérault et de la Lozère, il a refusé l’émigration et a continué à agir sous le Directoire. Il traîne derrière lui une réputation redoutable que le préfet Sainthorent ne manque pas de rapporter dans un courrier destiné au général Gouvion. Il l’accuse

  • 37 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, 6 thermidor an VIII (25 juillet 1800) – no 29.

« d’avoir figuré dans les troubles de la lozère, dans la guerre de la vendée, dans la révolte de lyon, dans l’insurrection de jalais, d’avoir à la tête de sa bande attaqué les caisses publiques dans l’aveiron, l’hérault, et le gard et de plusieurs assassinats et pillages chès les particuliers37 ».

  • 38 Chassin du Guesny Y. et Durand-Tullou A., L’Abbé Jean-Louis Sollier dit Sans-Peur, un contrerévolut (...)

21Jean-Louis Solier devient une figure légendaire et fantasmée, mais qui, effectivement, a bien vécu dans une forme de rébellion et de marginalité durant toute la période révolutionnaire38. Il sera jugé, condamné à mort par la commission militaire de la neuvième division militaire le 10 vendémiaire an IX (2 octobre 1800), puis fusillé.

La question religieuse

  • 39 Sottocasa V., Mémoires affrontées, op. cit., p. 37.

22La destinée du prêtre Jean-Louis Solier pose la question religieuse. Y a-t-il eu de nombreux prêtres brigands ? Ont-ils joué un rôle important dans l’émergence d’un brigandage ? Valérie Sottocasa a montré comment la question religieuse a été au centre des conflits durant la Révolution39. L’introduction de la constitution civile du clergé en janvier 1791 provoque une rupture entre les révolutionnaires et une partie de la population, attachée à l’Église traditionnelle. L’Aveyron n’a pas échappé à cette dynamique. Dans la partie sud du département, la présence d’une communauté protestante importante dans les villes de Millau, Saint-Affrique et dans les communes de Camarès ou Saint-Jean-du-Bruel a exacerbé les tensions. Le refus de la constitution civile du clergé en 1791 a joué le rôle de déclencheur dans ce conflit. Il est intéressant de noter que sur les 19 brigands jugés dans les premières années du Consulat dans le sud-est du département, 11 proviennent de Saint-Jean-du-Bruel. Cette commune est située au pied des Cévennes, où les tensions religieuses entre les protestants et les catholiques ont été vives avant et pendant la Révolution. L’échec de l’armée chrétienne de Marc-Antoine Charrier en 1793 joue aussi un rôle important dans l’émergence d’un brigandage politique en Aveyron et dans les départements voisins. Comme nous l’avons expliqué plus haut, enrôlés dans l’armée de Jalès, des artisans, des ouvriers agricoles ont basculé dans le brigandage après la chute de Marc-Antoine Charrier. Ils ont suivi pour certains ses lieutenants, tel que Dominique Allier, frère du prieur de Chambonnas, dans un brigandage à forte connotation politique. Pour autant, dans les grands procès du Consulat, on retrouve très peu de prêtres prévenus de brigandage ou simples témoins. Les prêtres n’entrent pas dans la lutte armée. Ils prêchent, rassemblent, donnent un sens à l’action. Ils sont les gardiens d’une société catholique qui vit en dissidence. Pour cette raison, la surveillance et le contrôle du monde clérical reste une préoccupation pour les pouvoirs publics. Par leur activité, les prêtres sont considérés comme dangereux pour l’ordre public et à ce titre ont droit à une surveillance accrue. En ventôse an VIII (février-mars 1800), le prêtre Mialet, réputé réfractaire, est conduit vers Rodez par deux gendarmes. L’escorte est attaquée sur le chemin par une bande de brigands. Les deux gendarmes meurent dans l’embuscade. Le prêtre est libéré. Celui que l’on désigne comme le « Chevalier de Pruines » et son compagnon de route « Bellegarde », sont désignés comme étant les responsables de cette agression.

  • 40 Bourguet M.-N., art. cit., p. 701.
  • 41 Cité dans Carrier R., op. cit., p. 434.

23Si les prêtres-brigands sont rares, ils sont souvent associés aux troubles qui persistent dans le département. L’administration centrale leur prête très facilement les « plus sombres manœuvres », leur attribuant « la rébellion vendéenne et la chouannerie40 ». Dans ce cadre, la police des cultes tient une place centrale dans la politique administrative. François Sainthorent note dans un de ses courriers la place prépondérante de la religion dans le département de l’Aveyron : « Il est peu de départements en France où les opinions religieuses aient été autrefois et soient encore plus enracinées que dans ce département41. » Les autorités craignent l’influence des prêtres dans les rébellions contre l’État et l’aide qu’ils peuvent apporter aux brigands. Dans le sud du département en particulier, les deux sous-préfets de Millau et de Saint-Affrique pointent cette proximité. Dans un courrier signé le 4 nivôse an IX (25 décembre 1800), Constans Saint-Estève en poste à Saint-Affrique, fait part de ses inquiétudes au préfet :

  • 42 Arch. dép. Aveyron, 1M112, 4 nivôse an IX (25 décembre 1800) – no 113.

« Les prêtres cy devant déportés et anciennement rentrés, qui refusent ou diffèrent la promesse de fidélité à la constitution dans l’arrondissement de St Affrique donnent appuy aux brigands de leur voisinage42. »

  • 43 Ibid., 1M 113, an IX.
  • 44 Terme emprunté à la langue occitane et signifiant clandestin, vagabond, allant de lieu en lieu.

24Un an après sa prise de fonction, François Sainthorent rédige un rapport concernant la situation religieuse du département43. Il distingue quatre mouvances différentes. La première, le culte protestant, est lavée de tout soupçon : « Aucun de ceux qui formaient les bandes qui ont été condamnés n’appartenait à ce culte. » La suivante, le culte catholique assermenté, dont il souligne la faible audience, ne donne pas trop de soucis à l’administration. En revanche, le culte catholique insermenté composé de prêtres émigrés et amnistiés se caractérise, selon François Sainthorent, par des « opinions toutes anglaises, d’une opposition bien prononcée contre le gouvernement consulaire ». Il finit par ce qu’il appelle le culte catholique errant « appelé dans ce département bartassio44, ce qui veut dire cénobite, fugitif ».

25C’est ce dernier qui pose le plus de problèmes, car selon l’administration, il serait intimement lié au brigandage :

  • 45 Arch. dép. Aveyron, 1M 113, 3 prairial an VIII (2 mai 1800) – no 8.

« [Ils] ne reconnaissaient ni les lois de l’État, ni de l’Église de Rome. Ils donnaient l’absolution de tous les crimes, ils étaient liés intimement avec les brigands, ils conseillaient le meurtre, le vol, ils étaient filous eux-mêmes, tous les genres de turpitudes leur étaient familières [sic]45. »

  • 46 Arch. nat., F7 8634, 12 janvier 1811 – Affaires diverses, deuxième arrondissement. Lettre au minis (...)
  • 47 Arch. nat., F7 8522.

26Après le Concordat signé en 1802, de nombreux prêtres restent en dissidence. Ces prêtres anticoncordataires, que le préfet nomme « catholiques purs » et dont le schisme prendra le nom de « Petite Église », seront accusés à la fin de l’Empire par la préfecture comme étant cause du brigandage46. Quelques figures religieuses troublent l’ordre public, comme par exemple Joseph Joffre. Ce dernier est accusé d’encourager la désertion, d’être à la tête des conscrits réfractaires dans le département du Lot, d’avoir attaqué la gendarmerie sur les chemins, enfin d’avoir commis des actes de brigandage et des assassinats. En 1810, il est traduit devant le tribunal criminel de Rodez, mais il est acquitté car « à la manière des brigands, la terreur qu’il a inspirée a empêché qu’on dépose contre lui ». Il restera toutefois emprisonné par mesure de haute police47.

Déserteurs et brigands, main dans la main ?

  • 48 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, 16 fructidor an VIII (3 septembre 1800) – no 43.

27Embuscade contre les caisses publiques, coups d’État contre le régime, manipulation de la population par les prêtres, ne sont pas les seuls éléments à charge contre les brigands. Il convient d’ajouter à cette liste le refus de la conscription. Suite à la mort d’un brigand nommé Bernabé, François Sainthorent commente les faits au général commandant la neuvième division militaire à Montpellier : « J’ai quelques raisons de croire que Bernabé s’était trouvé dans tous les rassemblements qui ont eu pour objet le pillage des caisses et l’enlèvement des déserteurs48. » Lorsque le premier préfet prend ses fonctions, le département de l’Aveyron connaît un taux d’insoumission au service militaire très important. De 40 à 50 % des conscrits refusent de s’engager. Pour les pouvoirs publics, ce refus remet en question la politique militaire que souhaite mener le Premier Consul. Il met en péril la sécurité d’une nation attaquée de toutes parts. La préfecture traite tout d’abord cette insoumission de la même manière que l’attaque des caisses publiques : les brigands pillent non seulement les voitures publiques, mais tentent aussi de délivrer les conscrits. En septembre 1800, le préfet annonce au ministre de la Police générale l’enlèvement de 24 conscrits, par « 80 brigands bien armés ». Cet enlèvement et l’attaque des fonds publics se déroulent dans la même région, entre l’Aveyron et l’Hérault. Il est le fait de villageois venus retirer aux forces de l’ordre leurs fils, leurs frères. La préfecture semble, dans un premier temps, incapable de comprendre cette situation. Elle fait l’amalgame entre l’insoumission à la conscription et les attaques de caisses publiques. Un amalgame facile à réaliser car les deux actes se sont déroulés dans le sud du département, à la frontière de deux administrations préfectorales. Cette similitude géographique lui fait dire :

  • 49 Ibid., 1M 112, Troisième jour complémentaire de l’an VIII (20 septembre 1800).

« Jusqu’icy tous les mouvements des brigands qui infestent surtout les limites méridionales de ce département, décelaient plus la soif du pillage que le dessin plus vaste de s’opposer à force ouverte à l’exécution des lois. Ils viennent de prouver que l’appat de l’or n’est pas leur unique mobile, ils se croient assez fort pour faire marcher de pair les attaques sur les caisses publiques et l’enlèvement des conscrits49. »

  • 50 Sottocasa V., op. cit., p. 101.
  • 51 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, 30 juillet 1807.

28Il existe une véritable confusion entre le brigand et le déserteur. Dans le discours développé par la préfecture, l’un et l’autre se tiennent la main. Le brigand comme l’insoumis affrontent l’ordre administratif, enrayent le bon fonctionnement de l’État. Ils sont tous les deux en rébellion contre l’ordre. Valérie Sottocasa note dans son ouvrage sur les mouvements populaires, que ce sont les zones de montagne qui forment le front du refus à la conscription50. Ce sont aussi de ces zones, que vient le plus grand nombre de brigands dans le département de l’Aveyron. Dans le même temps, les actions menées pour délivrer les conscrits rappellent des actes de brigandages. En juin 1807, des « brigandages et des enlèvements de conscrits » secouent l’arrondissement de Villefranche-de-Rouergue. Un mois plus tard, Jean-Baptiste Saurel, recherché pour désertion, est arrêté par la gendarmerie. En quelques heures un attroupement se forme. Il rassemble 200 personnes, principalement des « hommes armés [qui] tirèrent sur les gendarmes et délivrèrent Saurel51 ». La gendarmerie mène l’enquête et jette son dévolu sur deux suspects :

  • 52 Ibid., 4M 83, 22 août 1807.

« Après un espionnage dans la commune de Parisot et de Lunac, nous avons requis la certitude que les nommés Simian dit Claret et Mercadier dit Charlot étaient les principaux chefs de ces attroupements, qu’ils les réunissaient et les faisaient mouvoir à leur gré, qu’ils les composaient ordinairement de déserteurs, de réfractaires, et de retardataires dont ils encourageaient la désobéissance en les assurant qu’ils les enlèveraient des mains de la gendarmerie comme ils l’ont souvent fait s’ils venaient à être arrêtés52. »

  • 53 Ibid., 4M 81, 22 thermidor an XII (10 août 1805).

29Les deux hommes ne sont en fait que des boucs émissaires accusés par la rumeur publique. Ils sont tués par la gendarmerie au détour d’un chemin, après avoir volé quelques volailles. Leur mort ne résout rien : les attroupements pour délivrer les conscrits perdurent bien après. L’État atténue constamment le rôle de la population dans les rébellions contre la conscription. Il préfère rendre responsables des brigands de cette atteinte à l’autorité de l’État. La forme prise par certaines attaques contre les convois ne fait que renforcer la position de l’administration. Par exemple ce père, aidé de deux amis, qui tente de délivrer son fils. Il attaque de nuit des gendarmes qui conduisaient son fils, déserteur, aux travaux forcés. Le rapport de gendarmerie les décrit comme étant une bande de brigands53.

  • 54 Forrest A., Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Paris, Librairie Académique Per (...)

30L’administration préfectorale voit dans l’insoumission la même atteinte à l’autorité de l’État que les attaques de caisses publiques. Les attaques sur grand chemin, les violences contre les gendarmes sont des formes de délits qui les font se confondre. D’autre part, nombre de brigands sont des déserteurs. Considérée comme un délit, l’insoumission mène parfois au brigandage54. Les plus démunis, ceux qui manquent de soutiens familiaux, peuvent basculer facilement dans cette forme de marginalité absolue qu’est le brigandage. D’autre part, les bandes issues de la contre-révolution voient dans ces hommes isolés une occasion de recruter. Ils possèdent un point commun : la résistance à l’administration centrale. Enfin, évoquer le brigandage permet aux autorités de mettre en place une répression accrue. Cette dernière va réellement débuter neuf mois après l’arrivée du premier préfet de l’Aveyron. Le 1er nivôse an IX (22 décembre 1800), un arrêté du Premier Consul permet à des troupes de ligne de stationner dans les départements dépendant de la neuvième division militaire. Reçu par le préfet trois semaines plus tard, François Sainthorent ordonne de suite la formation d’un corps d’éclaireurs et d’une commission militaire. Ce que le préfet appelle la « petite guerre » débute avec l’intervention militaire.

  • 55 Cette carte, produite en deux exemplaires, une pour le préfet de l’Aveyron et la seconde pour le m (...)
  • 56 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, 5 nivôse an IX (26 décembre 1800) – no 114.

31Avant de lancer l’offensive contre les bandes, François Sainthorent fait le point sur les forces en présence à l’aide des informations qu’il a pu récolter. Il fait même confectionner une carte de l’Aveyron55, qui reprend la position des différentes bandes de brigands sur le territoire. Cette cartographie est d’autant plus importante que les frontières du brigandage ne suivent pas les frontières administratives. Une situation qui pose d’énormes problèmes d’organisation aux forces de l’ordre. Les gardes nationaux et la gendarmerie ne peuvent poursuivre les bandes dans les départements attenants au leur. Les brigands jouent des délimitations administratives pour passer d’un département à un autre, échappant facilement aux recherches effectuées par la gendarmerie. La lutte contre le brigandage va s’améliorer dès que les préfets vont coopérer et l’armée intervenir. Les départements sont limitrophes, mais aussi les arrondissements. Celui de Saint-Affrique par exemple a pour voisin celui de Lodève dans l’Hérault. Entre les deux régions administratives un mouvement de va-et-vient est constant. Par exemple lorsque le 5 nivôse an IX le préfet demande au général Gouvion de renforcer la troupe sur des points sensibles, ceux du Cayla ou de Lodève. Les conséquences ne se font pas attendre : « Les brigands refluent dès lors sur les frontières du département de l’aveiron dans les arrondissements de St Affrique et Millau56. » D’ailleurs la carte des bandes et de leur chef que dessine François Sainthorent après les grands procès suit la frontière des départements limitrophes.

  • 57 Ibid., 1M 113, 1er germinal an IX (22 mars 1803) – no 955.

« Le département de l’Aveiron était infesté de bandes de brigands. […] Ces bandes étaient : 1° Celle des chefs Roux, Poney, Soubès. Cette troupe occupait la frontière de l’Aveyron au sud-est sur les limites des arrondissements de Saint-Affrique et de Millau. 2° Celle du redoutable chef Solier dit sans-peur qui occupait la frontière du gard et de l’Aveyron sur la limite à l’est de l’arrondissement de Millau. 3° Celle du féroce Matat père qui tenait la frontière de la lozère et de l’aveyron. Cette même frontière était occupée par la bande que commandait les frères Meilhoux, Jacquas et Bouscary. 4° au nord était la bande commandée par le comte Pellamourgue de Cassagnouse qui avait sous ses ordres le brigand Batut. Leur bande à laquelle se joignait quelques fois le voleur d’Alpuech occupait la frontière du Cantal et de l’Aveyron. 5° à l’ouest une bande nouvelle sétait organisé, elle avait pour chef un nommé Calvet. Cette bande serait dans l’arrondissement de Villefranche. 6° au midi de Rodez et sur la frontière du Tarn et de l’Aveyron un nommé Martin dit Moustache accompagné d’un nommé Ricard commandant l’organisation de la bande. 7° Amans Cabrolier, brigand allié du brigand belluge occupait les environs de Rodez, la route de Rodez à Montpellier et celle de rodez à Saint-Flour57. »

  • 58 Ibid., 2U 129, 2 messidor an VIII (21 juin 1800) – Procès-verbal de gendarmerie, procès de Mathat (...)

32Cette longue description montre le rôle des frontières dans la constitution des bandes et surtout dans leur survie. Certains brigands iront même se cacher jusqu’en Espagne pour fuir la justice. Le rôle protecteur des frontières, combiné à celui d’un terrain montagneux, donne un avantage considérable aux bandes de brigands. Après l’attaque ratée de la caisse publique d’Espalion à Rodez, le 1er messidor an VIII (20 juin 1800), les gendarmes lancent une chasse, qui sera un échec : « Étant dispersés, ils se sont jetés dans les gorges et des chemins inaccessibles, il nous a été impossible de les poursuivre58. » Toute la stratégie mise en place par François Sainthorent sera de cerner les bandes, aussi bien sur les frontières du département que dans les lieux encore inaccessibles à l’État.

La machine répressive

Une force publique bien faible

  • 59 Ibid., 1M 112, 13 floréal an VIII (3 mai 1800) – no 3.

33Pour l’administration préfectorale, les limites départementales jouent le rôle de « marche ». Le préfet de l’Aveyron perçoit les bandes de brigands comme des ennemis intérieurs, qui tiennent des territoires. Pour prendre d’assaut ses « marches », le préfet compte sur une force armée réduite et sur des moyens relativement faibles. La guerre a vidé la France de ses garnisons et jusqu’à l’arrivée des corps d’éclaireurs de la 9e division, le préfet ne peut compter que sur une petite compagnie de réserve, sur la garde nationale et la gendarmerie. Cette dernière n’a pas toujours les effectifs, la formation, les armes suffisants pour remplir correctement ses missions. Il lui est reproché particulièrement d’être trop proche de la population. Pour mieux contrôler la gendarmerie, l’administration préfectorale demande des rapports tous les 5 jours et les gendarmes sont désignés nommément dans les comptes rendus. Malgré tous les efforts réalisés par François Sainthorent, la gendarmerie n’est pas dans un très bon état. Elle supporte la majorité des charges de police et ne remplit pas toujours bien ses missions. Elle essuie des pertes, affronte parfois la population lors des arrestations de réfractaires à la conscription. Pour l’aider, elle peut compter sur la garde nationale. Mais cette dernière n’a pas très bonne réputation. Son efficacité varie selon les municipalités dont elle dépend. Juste après son arrivée dans l’Aveyron, François Sainthorent remet en cause la garde nationale lors du vol de la caisse publique à Gignac. Son absence pour garder les 40 000 francs qui devaient transiter vers Montpellier, a été une aubaine pour la bande de brigands qui les a dérobés59. L’enrôlement de la gendarmerie dans le corps d’éclaireurs fait évoluer son rôle. La garde nationale prend alors la suite des gendarmes dans le maintien de l’ordre. Depuis mai 1796, elle sert aussi de réservoir pour les colonnes mobiles, utilisées dans le département pour combattre les troupes royalistes ou les bandes de brigands. Là encore, François Sainthorent tente de les rendre plus efficaces en réformant le mode de recrutement. Il organise des colonnes de volontaires soldés, composées parfois d’anciens soldats, comme Pourquery, ancien dragon, qui commande une compagnie de 50 hommes dans la commune de Lapanouse. Malgré ces efforts, le préfet de l’Aveyron reste sceptique sur leur valeur :

  • 60 Ibid., 1M 112, 5 nivôse an IX (26 décembre 1800) – no 114.

« Ces compagnies sont en grande partie formées de jeunes-gens qui devaient eux mêmes être aux armées et que je remarque n’avoir pas assez de fermeté pour attaquer des brigands bien armés60. »

34Leur proximité avec la population est un thème récurent dans les discours du préfet, cependant les compagnies restent une force d’appoint qui n’est pas négligeable. Ils participent en particulier aux fouilles des villages, des montagnes, des bois, connus pour abriter des brigands. Malgré un effectif restreint et mal formé, Sainthorent déclenche une première opération d’envergure en nivôse an VIII. Organisé conjointement avec la préfecture du Gard, ce premier assaut est effectué avec les troupes de ligne et la gendarmerie. Cette opération est un échec : aucun brigand n’est capturé. Les troupes engagées manquent d’expérience pour ce type de manœuvre.

  • 61 Ibid., 1M 112, 7 floréal an VIII (27 avril 1800) – no 1.

35Dès son arrivée François Sainthorent se rend compte de la pauvreté des informations qu’il reçoit. Il critique la trop grande proximité entre les gardes nationaux, les gendarmes, mais aussi les maires et les brigands. Car les brigands, pour leur grande majorité, sont nés dans le département et agissent dans les communes où ils peuvent trouver le plus de soutiens. La famille, mais aussi les amis ou de simples habitants protègent leurs concitoyens. Quelques semaines après sa prise de fonction, il réfléchit à mettre en place un réseau d’espionnage et d’information efficace. « Pour y parvenir il serait essentiel d’organiser un espionnage actif confié a des gens sûrs et adroits » dit-il dès son premier courrier61. Les premiers informateurs sont les représentants de l’État dans le département : les maires et leurs adjoints, les juges de paix, les gendarmes. Ils sont au contact de la population et ne font que répéter les paroles de leurs administrés. Ils restituent de même par écrit les rumeurs qui circulent dans les communes, sur les marchés, sur les chemins. Des informations remontent, mais elles sont souvent vagues. Dans ce contexte, le préfet se plaint du manque de coopération de la population et de la peur qu’inspirent les brigands :

  • 62 Ibid., 1M 112, 2 messidor an VIII (21 juin 1800) – no 19.

« Beaucoup d’habitants de ce pays sont d’intelligence avec ces scélérats où s’ils ne sont pas d’intelligence, ils se taisent sur leurs brigandages, dans la crainte d’être assassinés ou de voir leurs propriétés incendiées. Si la force armée se met à la poursuite ou à la recherche des brigands elle n’obtient de personnes de renseignements sur leur marche. Dans cet état des choses il n’est pas d’autre [moyen], citoyen ministre que l’espionnage62. »

  • 63 Ibid., 1M 112, 8 nivôse an IX (29 décembre 1800) – no 120.
  • 64 Ibid., 4M 76, 5 pluviôse an IX (25 janvier 1801) – Lettre du général Mignotte au préfet Sainthoren (...)

36Un réseau d’espionnage qu’il va construire à partir du soudoiement. Il va rapidement recevoir des fonds du ministère, comme les six préfets de la 9e division militaire. Les indicateurs deviennent alors de véritables espions, payés pour un travail de renseignements. François Sainthorent reçoit régulièrement des billets d’information, le plus souvent anonymes, par peur des représailles. Ils décrivent les allées et venues des brigands dans le département. Certains brigands deviendront à leur tour des indicateurs, comme Peytavin, dit Saucisse, reconnu de désertion et de brigandage, que François Sainthorent envoie dans l’Hérault pour en faire un espion « contre la grace comme déserteur on pourrait lui promètre quelques récompenses s’il procurait l’arrestation des autres brigands avec lesquels il a continué de se voir63 ». Fort d’un réseau d’espions qui s’étoffe, le préfet peut accueillir les corps d’éclaireurs de la 9e division pour débuter la grande offensive contre les bandes de brigands. Le 1er janvier 2001, les troupes de ligne entrent dans le département de l’Aveyron sous le commandement du général Tisson, qui, dans un courrier au préfet Sainthorent, définit ainsi sa mission : « Il est question d’arrêter les brigands, de fournir les recrues aux armées, tel est mon devoir64. »

Les communes sur le front

  • 65 Ibid., 11M 7, 29 frimaire an IX (20 décembre 1800) – Lettre imprimée du sous-préfet de Millau aux (...)

37La préfecture utilise la loi du 10 vendémiaire an IV (26 septembre 1795), qui permet de contraindre les communes à la coopération et responsabiliser ses magistrats. Cette loi permet à l’État de faire payer à une commune l’indemnisation d’une personne attaquée par des brigands sur son sol. L’objectif de cette loi est de rendre responsable les habitants, afin qu’ils ne soient plus de simples spectateurs d’une bataille entre les pouvoirs publics et les bandes de brigands. L’idée est de faire de la population « les sentinelles permanentes pour la conservation de leur propriété et de la tranquillité publique65 ».

38L’administration centrale est persuadée que la population connaît les agissements des bandes de brigands, mais ne souhaite pas s’investir dans la lutte de peur des représailles. Dès lors, elle va mettre une pression considérable sur certaines communes pour qu’elles réagissent et entrent dans la bataille contre le brigandage. Au tout début du mois de juillet (4 juillet 1801), la bande des frères Meilhoux, pénètre dans la commune de Campagnac. Six hommes de la commune, secondés par six autres de la commune voisine de Saint-Laurent, se réunissent pour les arrêter. Lorsqu’ils souhaitent sortir du village, une fusillade éclate entre les deux groupes. Les brigands s’échappent et tuent un de leurs assaillants. Le sous-préfet de Millau réagit vivement à cet événement.

  • 66 Ibid., 4M 74, 17 messidor an IX (6 juillet 1801) – Extrait des registres de la sous-préfecture de (...)

« Considérant que lesdits brigands ont trouvé constemment azile dans la commune de Campagnac, mairie de Saint-Saturnin, où ils ont été récelés, approvisionnés et où ils ont commis un meurtre. Considérant que du moment qu’on fut instruit qu’ils étaient dans ledit village, il fallait que tous les habitants puissent prendre spontanément les armes au lieu de se borner à demander un faible secours à la commune de Saint-Laurent et de n’avoir fourni eux mêmes qu’un faible contingent de six hommes. Considérant que du moment que l’affaire s’engager entre les brigands et ceux qui leur donnaient la chasse, tout le village a resté dans la plus parfaite inactivité, tandis qu’en se levant il eut été impossible qu’ils eussent pû s’échapper et qu’on aurait empêché le meurtre commis sur la personne du brave Louis Reversat. Considérant enfin qu’une pareille morosité ne peut rester plus longtemps impunie66. »

  • 67 Ibid., 4M 73, 16 ventôse an IX (7 mars 1801) – Courrier du sous-préfet de Millau au préfet.

39Le sous-préfet Châteauneuf-Randon prend des dispositions contre la commune de Campagnac, déclinées en six articles. Quatre d’entre eux sont essentiels pour comprendre l’intervention de l’administration centrale. Le premier envoie la garde nationale dans la commune de Campagnac. Elle coûtera 3 francs par jour et par homme. Le deuxième oblige les vingt contribuables les plus riches à avancer les frais de garnison. Cette somme sera répartie par les maires sur l’ensemble de la commune. L’article 3 félicite ceux qui ont pris les armes contre les brigands et les dispense des frais. Enfin l’article 6 oblige les habitants à loger la garnison. Saint-Laurent, la commune voisine, est elle aussi mise à contribution. À l’opposé, certaines communes sont nommées et félicitées, comme celle de Saint-Jean-du-Bruel, le maire et la garde nationale coopérant largement à l’arrestation des bandes de brigands67.

40Par cette politique, les pouvoirs publics incitent les maires et leurs administrés à s’investir dans la lutte contre le brigandage. Elle frappe au cœur des communes, en taxant l’ensemble de la communauté pour sa mauvaise conduite. Cette politique fera basculer la majorité de la population du côté de l’État, coupant le lien fort qui existait entre les bandes et leur communauté d’origine.

Une guerre intérieure

  • 68 Ibid., 1L 798, 2 pluviôse an IX (22 janvier 1801).
  • 69 Ibid., 2U 131, 26 fructidor an X (13 septembre 1802).
  • 70 Ibid., 11M 4.1, 12 prairial an IX (1er juin 1801).

41Les pouvoirs publics voient les bandes de brigands comme une armée intérieure qu’il faut combattre et éradiquer. Les brigands passent de l’état de bandits de grands chemins, de déserteurs, de comploteurs, à celui de soldats. Les descriptions donnent l’image d’une armée organisée, nombreuse, capable de se déplacer rapidement. Tout un vocabulaire militaire est utilisé pour décrire l’organisation des bandes. Le général de brigade Tisson les décrit comme des « divisions de brigands68 ». Les rixes avec des bandes de brigands deviennent des « champs de bataille69 ». Le dispositif employé par les bandes de brigands est similaire à celui de l’armée. Ils possèdent par exemple des espions pour les renseigner sur les mouvements de troupes : « comme il était grand jour la troupe fut appercue par des espions sur les hauteurs70 ».

42Leur mode d’intervention est pensé, organisé :

  • 71 Ibid., 11M 4.1, 24 prairial an VIII (4 mai 1800).

« Les brigands sont depuis quelques temps disséminés par bande de 4-6-8-10 et 12 ou 15 individus mais qu’ils puissent en moins de deux heures se rassembler en nombre de 100 à 150 pour des expéditions d’après lesquelles ils se divisent de nouveau… les pelotons circulent sans cesse du département de l’Ardéche dans celui de la Lozère, tantôt ils sont armés, ils poussent leur reconnaissance jusque dans l’Aveiron71. »

  • 72 Ibid., 1L 798, 23 pluviôse an IX (12 février 1801).
  • 73 Ibid., 1M 112, 5 pluviôse an IX (25 janvier 1801) – no 189.

43Une fois encore le brigand change de visage. Un regard de circonstance qui permet aux pouvoirs publics de faire appel à l’armée, en dramatisant la situation. Son intervention va changer la nature du combat. Nivôse an IX (décembre 1800-janvier 1801) est le mois du changement de cap dans la lutte contre le brigandage. D’une attitude défensive, l’administration préfectorale passe à une phase offensive. La création d’un corps d’éclaireurs et la mise sur pied d’une commission militaire donnent à François Sainthorent les moyens de la lutte. Le 23 nivôse (13 janvier 1801) les troupes de ligne entrent dans le département de l’Aveyron sous le commandement du général de brigade Tisson, qui définit sa mission en deux points : arrêter les brigands et fournir des recrues aux armées72. L’intervention du corps des éclaireurs de la 9e division militaire est un succès. Par courrier du 5 pluviôse an IX (le 25 janvier 1801), le préfet apprend au ministre de la Guerre et au ministre de l’Intérieur que 44 individus « prévenus d’avoir pris part active au brigandage où de l’avoir puissamment favorisé » ont été arrêtés depuis plus d’un mois73. Pour François Sainthorent, c’est une victoire personnelle, qui fait taire les rumeurs qui courent à Paris, selon laquelle l’Aveyron serait infesté de brigands dangereux. L’armée a concentré son action dans le sud du département, à la frontière de l’Hérault, du Gard et de la Lozére. La poursuite des bandes de brigands est d’autant plus facilitée que la gendarmerie peut dorénavant passer les limites administratives. Après avoir échappé à une fusillade, la bande des frères Meilhoux est ainsi poursuivie par les gendarmes aveyronnais dans le département de la Lozère.

Le jugement des tribunaux militaires

  • 74 Ibid., 4M 75, 7 pluviôse an IX (27 janvier 1801).
  • 75 Ibid., 1M 112, 6 pluviôse an IX (26 janvier 1801) – no 192.
  • 76 Ibid., 1L 1810, 3 messidor an X.
  • 77 Ibid., 2U 123, pluviôse et ventôse an IX (janvier-mars 1801) – Jugements rendus par la commission (...)

44Le 4 nivôse an IX (25 décembre 1800), le préfet de l’Aveyron reçoit l’ordre du ministre de la Guerre de conduire devant la commission militaire de la 9e division tous les brigands arrêtés. Ce tribunal accompagne le corps d’éclaireurs et peut juger dans les 24 heures les brigands arrêtés. Il n’est composé que de militaires, créé avec comme seul objectif de juger des individus prévenus de brigandage. L’armée souhaite s’investir ainsi totalement dans l’arrestation, le jugement et la condamnation des brigands. Le général Gouvion l’explique à son subordonné, le général Mignotte dans un courrier : « Les juges du tribunal de police – correctionnelle ne doivent point connaître des affaires de brigands. Tous ceux qui sont arrêtés et contre lesquels ils existe des preuves de brigandage sont justiciables de la commission74. » Le premier assaut dans le sud du département a permis d’arrêter 44 prévenus de brigandage. Sur ce nombre, 33 sont natifs de l’Hérault et il est décidé de les envoyer à Lodève afin qu’ils soient jugés dans leur département d’origine. Les pouvoirs publics souhaitent en effet que les brigands soient condamnés dans leur pays. « Les exemples faits sur les lieux sont doublement utiles », explique le préfet de l’Aveyron dans un de ces courriers75. Début février la commission militaire entre dans le département de l’Aveyron. Elle s’installe à Millau, puis à Rodez, où, sur 34 prévenus de brigandage, 11 sont acquittés. Pour les autres, les sentences sont très sévères : 17 condamnations à mort, 4 aux fers et 2 à deux ans de détention. Le jugement énoncé, une procédure commence entre la condamnation et l’exécution. Elle s’apparente à un rituel, dont l’objectif est de médiatiser et populariser le jugement. L’exécution de la sentence se veut exemplaire par les autorités. Les peines sont exécutées dans le village d’origine, devant la population. Toute une mise en scène est organisée devant un public, souvent nombreux. Dans un courrier destiné à François Sainthorent, le président du tribunal spécial du département de l’Aveyron décrit les difficultés rencontrées pour mettre en place une exécution sur la place publique. Il note tout d’abord que cette « exposition est ordonnée pour humilier le condamné ». Une humiliation dont la force est déterminée « en parti [par] la satisfaction du public ». Il conclut enfin en décrivant précisément les difficultés pratiques rencontrées : la hauteur des bancs et des planches trop basses, les badauds qui empêchent leurs voisins d’assister à l’exécution, etc.76. Pour compléter le dispositif, des affiches sont placardées dans tout le département, afin que l’ensemble des habitants connaisse le sort que réservent l’armée et la justice aux brigands. Imprimées et distribuées à 600 exemplaires, elles diffusent non seulement les jugements de la commission militaire, mais aussi toute une masse d’informations concernant les condamnés. Leur nom, prénom, surnom, âge, village d’origine, qualité de brigand, mais aussi condamnations et relaxes sont notés. L’affiche est faite de manière à ce que la population puisse suivre le déroulement du procès. Ces placards sont fixés sur la porte des mairies ou des églises, lus par ceux qui le peuvent à l’ensemble de la population77. Alors que des bandes de brigands continuent à sévir dans le département, les pouvoirs publics souhaitent marquer les esprits. Ils veulent démontrer que les brigands ne sont plus intouchables et que la justice est impitoyable. Une justice qui va continuer malgré le départ de la commission militaire pour le département du Gard. Le tribunal criminel spécial s’installe peu après le départ de la commission militaire. Cette nouvelle instance judiciaire, instituée le 8 pluviôse an IX (28 janvier 1801), procède suivant la même logique que la précédente. Elle supprime l’appel à un jury et donne ainsi tous les pouvoirs aux juges. Elle va permettre de condamner ce qui reste de brigands dans le département de l’Aveyron. Ainsi toutes les bandes majeures, dont la majorité était née sous la Révolution, sont démantelées. Ce tribunal traite 53 affaires de brigandages. Sur ce nombre, 13 prévenus sont condamnés à mort, 11 aux fers, dont 8 à 24 années de bagne. Sept sont acquittés et pour 21 procès, le tribunal se déclare incompétent. Nous pouvons ajouter à ces statistiques celle des brigands tués dans une rixe avec la gendarmerie ou l’armée : onze ont été répertoriés. Nous avons bien eu affaire à une « petite guerre ».

*

  • 78 Braudel F., « Misère et banditisme », Annales ESC, 2e année, no 2, 1947, p. 135. Fernand Braudel no (...)

45L’État s’est donné les armes pour combattre des bandes qui sévissaient dans le département de l’Aveyron. L’appel à l’armée pour les combattre, les tribunaux d’exception, la dureté des jugements montrent la volonté des pouvoirs publics d’imposer leur loi. À partir de l’an XI (1802-1803), les autorités préfectorales n’évoquent que de manière exceptionnelle des actes de brigandage. La période de fin de régime, en 1814 et 1816, redonne à quelques bandes l’occasion de sévir. Les deux périodes sont d’ailleurs à mettre en parallèle. L’une et l’autre, fin du Directoire et fin de l’Empire, sont deux périodes durant lesquelles la désorganisation de l’État est la règle. Comme le notait Fernand Braudel, le brigandage serait-il consubstantiel à la faiblesse de l’État78 ? On peut le penser et la typologie des différents brigandages de l’époque consulaire nous porte à le croire. Le contre-révolutionnaire, le bandit de grands chemins, le prêtre réfractaire, le déserteur sont tous à leur façon des rebelles aux nouvelles règles édictées par l’État. Le brigand est le symbole de l’anti-État. Il l’est d’autant plus qu’il vit dans les territoires les plus éloignés des centres administratifs. On le trouve dans les montagnes, dans les forêts profondes lorsqu’il a besoin de se cacher. Il peut par nécessité vivre dans des cavernes ou dans les cabanes de berger, loin des hommes. Il se cache et préfère la nuit au jour. Le parallèle avec le loup est d’ailleurs facile à faire. Dans le cas aveyronnais et plus globalement du Sud de la France, nous pouvons même ajouter l’élément linguistique.

46La majorité d’entre eux parle en Occitan et s’exprime mal en Français. S’ils savent écrire, ils le font maladroitement et avec difficulté. En somme, ce sont deux mondes qui s’affrontent. Celui de la Révolution, qui se veut « lumineux », imposant la raison, une loi et une langue communes, véhiculant sa pensée à partir des villes, et un monde rural, vu comme arriéré, mal éduqué, empreint d’une religiosité superstitieuse. De ce point de vue le discours de François Sainthorent est exemplaire. Dans son rapport préfectoral sur la situation religieuse en l’an IX, il dresse un tableau à charge de l’esprit public aveyronnais :

  • 79 Arch. dép. Aveyron, 1M 113, Rapport préfectoral sur la situation religieuse en l’an IX.

« Peu de départements en France ont les opinions religieuses aient été autrefois et soient encore plus en racinés que dans ce département. Placé entre les anciennes dragonnades des Cévennes et les tortures de l’Albigeois, ce département qui avait été livré jusqu’à présent à un isolement qui devait l’éloigner de toute influence des lumières, de la philosophie et de la politesse française ne pouvait qu’être abandonné à des sentiments religieux, à des opinions austères79. »

47Il faut toutefois relativiser cette vision. Comme le note Valérie Sottocasa dans son ouvrage sur le rôle des conflits religieux, les idées de la Révolution n’ont pas été rejetées par le monde rural. Seule la constitution civile du clergé et la loi sur la conscription, ont dressé une partie du monde rural contre les idées révolutionnaires. On retrouve d’ailleurs ces deux points d’achoppement dans le combat mené contre les bandes de brigands. L’émergence du brigandage sous la Révolution et sa persistance jusqu’aux premières heures du Consulat ne sont que la résurgence d’une forme archaïque de rébellion et de délinquance. La période révolutionnaire est, de ce point de vue, un carrefour entre deux mondes, le début d’une prise de conscience politique, qui se transforme en criminalité sans discours, ni sens. La montée en puissance de l’État au cours du XIXe siècle donnera de moins en moins d’espace aux formes de délinquance de type brigandage. Cet effacement, puis sa quasi-disparition dans la seconde moitié du XIXe siècle, se fait conjointement avec la croissance du monde urbain, la politisation de la population, la rationalisation de l’esprit public, la généralisation de l’écrit. Le quadrillage du territoire par une gendarmerie et une justice efficaces joue aussi un rôle important. La précision avec laquelle l’administration préfectorale encadre la vie départementale n’est pas non plus étrangère à la disparition du brigandage. Dès l’arrivée du préfet Sainthorent, toute une politique de surveillance, des hommes et des lieux est mise en place. Elle prend naissance lors de la lutte contre le brigandage, puis elle est affinée au cours de l’Empire. La peur du brigandage, même vaincu, est au centre de ces législations. Les lois sur les passeports, les ports d’armes, la surveillance des routes, des foires et des personnes, sont autant de freins au développement de bandes de brigands. Les rapports de justice consacrent à leur manière la disparition du brigandage. L’emploi des termes de « brigand » et « brigandage » s’estompe. Sous le Consulat et l’Empire, nous voyons peu à peu se préciser la qualification des délits. Celui de brigandage est rapidement remplacé par celui d’« assassinat et vol à main armée » ou encore de « vol sur grande route et pillage » dans les rapports de justice. Les termes même de « brigand » ou de « brigandage » ne sont plus assez précis pour un monde qui souhaite rationaliser et nommer précisément le réel. Le XIXe siècle sera fatal à cette forme de délinquance. Mais certaines époques de transition, où l’État se trouve à nouveau dans une position de fragilité, voient renaître des phénomènes de brigandage. Le département de l’Aveyron en est l’exemple. Dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, un brigand, surnommé « Masque Rouge », rançonne les habitants dans le nord du département et dans la vallée du Lot. Son modus operanti se conforme à ce que l’on peut attendre d’un brigand de grand chemin : il arrête et vole la population au sortir des foires et des marchés à l’aide d’une mitraillette. Il ne sera jamais pris et son identité ne sera jamais révélée. Les bandes de brigands laissent la place à une criminalité urbaine au XXe siècle.

48De cette époque, il reste aujourd’hui le regard porté par les pouvoirs publics sur les brigands et leurs agissements. Les rapports de police, de gendarmerie, de préfecture et de justice tracent le panoptique des vainqueurs. Les sources dévoilent le discours de ceux qui ont gagné la bataille contre les brigands. Il manque à ces témoignages le regard des vaincus. Il sera difficile à construire. Les brigands n’écrivent pas, ne produisent pas de discours. Ils sont les muets de leur propre histoire. Dans la perspective de recomposer une nouvelle figure du brigandage, plus proche des brigands eux-mêmes, d’autres sources doivent être dépouillées. Dans cette perspective, les sources de tradition orale sont en particulier à prospecter, de même que les sources littéraires ou les archives familiales. Leur confrontation aux rapports de police, de justice ou de préfecture devrait nous permettre d’affiner le portrait du brigand et de préciser sa relation avec le milieu social et culturel qui l’entourait.

Notes

1 Rosanvallon P., L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

2 Préparé en particulier par Emmanuel-Joseph Sieyès, alors représentant au Directoire, soutenu par le général Bonaparte, commandant les troupes de Paris, le coup d’État du 18 brumaire an VIII a pour objectif de mettre à bas la constitution de l’an II. Il débouchera sur l’émergence d’une nouvelle période politique, le Consulat et la nomination comme Consul de Napoléon Bonaparte.

3 Sottocasa V., Mémoires affrontées, Rennes, Pesses universitaires de Rennes, 2004, p. 109-117.

4 Gueniffrey P., Le 18 Brumaire, l’épilogue de la Révolution française, 9-10 novembre 1799, Paris, Gallimard, 2008.

5 Vovelle M., « De la mendicité au brigandage : les errants de la Beauce sous la Révolution Française », Actes du 86e congrès national des sociétés savantes, section d’histoire moderne et contemporaine, Montpellier, 1961, Paris, Imprimerie nationale, 1962, p. 483-512.

6 Leclair P, Histoire des brigands, chauffeurs et assassins d’Orgères, Paris, Éd. La Bibliothèque, 2006.

7 Brown H.-G., Ending the French Revolution. Violence, Justice and Repression from the Terror to Napoleon, Charlottesville/Londres, Virginia University Press, 2006.

8 Tulard J., « Quelques aspects du brigandage », Revue de l’institut Napoléon, 1966, p. 33. Parmi les autres départements cités par Jean Tulard, qu’il a classés par ordre d’importance : l’Ardèche, la Drôme, le Var, les Basses-Alpes, les Bouches-du-Rhône, les Alpes-Maritimes, la Haute-Garonne, l’Aude.

9 Cobb R., La Protestation populaire en France, 1789-1820, Paris, Calmann-Lévy, 1975, p. 112.

10 Tulard J., « Quelques aspects du brigandage sous l’Empire », art. cit., p. 35.

11 Arch. nat., F7 3053, Troisième jour complémentaire de l’an IX – Rapport pour le ministre de la Police, au citoyen Desmaret, chef du bureau particulier.

12 Arch. dép. Aveyron, 1L 164, 4 vendémiaire an VIII (26 septembre 1799).

13 Bourguet M.-N., « Désordre public, ordre populaire à l’époque napoléonienne », Mouvements populaires et conscience sociale, colloque de l’université Paris VII, Paris, Édition Maloine S.A., 1985, p. 699.

14 Arch. dép. Aveyron, 1M 113, Secrétariat particulier de la préfecture de l’Aveyron, correspondance secrète du 1er germinal an XI (22 mars 1803), no 955.

15 Godechot J., Les Institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, PUF, p. 589. Jacques Godechot reprend la célèbre phrase de Napoléon Bonaparte.

16 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, Secrétariat particulier de la préfecture de l’Aveyron, correspondance secrète du 7 floréal an VIII (28 avril 1800) – no 1. On notera la mention du jeu de boules, qui accentue l’impression d’un laisser-aller général.

17 Ibid., 11M 41, 10 germinal an VIII (31 mars 1800) – correspondance du capitaine commandant la gendarmerie nationale du département de l’Aveyron au préfet de l’Aveyron.

18 Ibid., 13 floréal an VIII (3 mai 1800) – no 3.

19 Ibid., 5 prairial an VIII (25 mai 1800) – no 9.

20 Ibid., 2 messidor an VIII (21 juin 1800) – no 18.

21 Ibid., 1M 112, 7 prairial an VIII (27 mai 1800) – no 10.

22 Ibid., 1M 112, 13 vendémiaire an IX (5 octobre 1800) – no 67.

23 Ibid., 1M 113, 1er germinal an X (22 mars 1802) – Rapport au grand juge ministre de la Justice et au ministre de la Police.

24 Ibid., 1M 112, 13 floréal an VIII (3 mai 1800) – no 3.

25 Ibid., 1M 112, 14 vendémiaire an IX (6 octobre 1800) – no 73.

26 Ibid., 1M112, 25 fructidor an VIII (12 septembre 1800) – no 55.

27 Carrier R., Une Isle au milieu de l’Empire 1800-1813, le département de l’Aveyron sous le Consulat et l’Empire, thèse de pour le doctorat de droit, université des sciences sociales de Toulouse, 1993.

28 Arch. dép. Aveyron, 1M 113, 7 messidor an X (26 juin 1802).

29 Ibid., 1M 113, 1er germinal an XI (22 mars 1803).

30 Ibid., 1M 113, 21 messidor an X (10 juillet 1802) – no 813.

31 Ibid., 1M 113, 3 floréal an XI (23 avril 1803) – no 968.

32 Ibid., 1M 114, 30 thermidor an XII (18 août 1804) – no 1151.

33 Ibid., 1M 113, 3 ventôse an XII (23 février 1803) – no 1039.

34 Ibid., 1M 113, 1er geminal an XI (22 mars 1803) – no 955.

35 Ibid., 2U 118, 6 prairial an IX (26 mai 1801) – Interrogatoire de Auguy dit Vernhescure.

36 En outre tous les brigands n’ont pas de passé contre révolutionnaire. Il est d’ailleurs difficile d’évaluer le nombre de brigands qui ont participé à ce type de soulèvement sous la Révolution. Il est très rare que les documents judiciaires en fassent référence.

37 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, 6 thermidor an VIII (25 juillet 1800) – no 29.

38 Chassin du Guesny Y. et Durand-Tullou A., L’Abbé Jean-Louis Sollier dit Sans-Peur, un contrerévolutionnaire cévénol, Alès Créations, 1989. Cet ouvrage décortique la vie et la légende de Jean-Louis Solier.

39 Sottocasa V., Mémoires affrontées, op. cit., p. 37.

40 Bourguet M.-N., art. cit., p. 701.

41 Cité dans Carrier R., op. cit., p. 434.

42 Arch. dép. Aveyron, 1M112, 4 nivôse an IX (25 décembre 1800) – no 113.

43 Ibid., 1M 113, an IX.

44 Terme emprunté à la langue occitane et signifiant clandestin, vagabond, allant de lieu en lieu.

45 Arch. dép. Aveyron, 1M 113, 3 prairial an VIII (2 mai 1800) – no 8.

46 Arch. nat., F7 8634, 12 janvier 1811 – Affaires diverses, deuxième arrondissement. Lettre au ministre de la Police générale.

47 Arch. nat., F7 8522.

48 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, 16 fructidor an VIII (3 septembre 1800) – no 43.

49 Ibid., 1M 112, Troisième jour complémentaire de l’an VIII (20 septembre 1800).

50 Sottocasa V., op. cit., p. 101.

51 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, 30 juillet 1807.

52 Ibid., 4M 83, 22 août 1807.

53 Ibid., 4M 81, 22 thermidor an XII (10 août 1805).

54 Forrest A., Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Paris, Librairie Académique Perrin, 1988.

55 Cette carte, produite en deux exemplaires, une pour le préfet de l’Aveyron et la seconde pour le ministre de l’intérieur, a disparu des archives départementales et n’a pas été retrouvé aux archives nationales.

56 Arch. dép. Aveyron, 1M 112, 5 nivôse an IX (26 décembre 1800) – no 114.

57 Ibid., 1M 113, 1er germinal an IX (22 mars 1803) – no 955.

58 Ibid., 2U 129, 2 messidor an VIII (21 juin 1800) – Procès-verbal de gendarmerie, procès de Mathat fils.

59 Ibid., 1M 112, 13 floréal an VIII (3 mai 1800) – no 3.

60 Ibid., 1M 112, 5 nivôse an IX (26 décembre 1800) – no 114.

61 Ibid., 1M 112, 7 floréal an VIII (27 avril 1800) – no 1.

62 Ibid., 1M 112, 2 messidor an VIII (21 juin 1800) – no 19.

63 Ibid., 1M 112, 8 nivôse an IX (29 décembre 1800) – no 120.

64 Ibid., 4M 76, 5 pluviôse an IX (25 janvier 1801) – Lettre du général Mignotte au préfet Sainthorent.

65 Ibid., 11M 7, 29 frimaire an IX (20 décembre 1800) – Lettre imprimée du sous-préfet de Millau aux maires et adjoints de son arrondissement.

66 Ibid., 4M 74, 17 messidor an IX (6 juillet 1801) – Extrait des registres de la sous-préfecture de Millau.

67 Ibid., 4M 73, 16 ventôse an IX (7 mars 1801) – Courrier du sous-préfet de Millau au préfet.

68 Ibid., 1L 798, 2 pluviôse an IX (22 janvier 1801).

69 Ibid., 2U 131, 26 fructidor an X (13 septembre 1802).

70 Ibid., 11M 4.1, 12 prairial an IX (1er juin 1801).

71 Ibid., 11M 4.1, 24 prairial an VIII (4 mai 1800).

72 Ibid., 1L 798, 23 pluviôse an IX (12 février 1801).

73 Ibid., 1M 112, 5 pluviôse an IX (25 janvier 1801) – no 189.

74 Ibid., 4M 75, 7 pluviôse an IX (27 janvier 1801).

75 Ibid., 1M 112, 6 pluviôse an IX (26 janvier 1801) – no 192.

76 Ibid., 1L 1810, 3 messidor an X.

77 Ibid., 2U 123, pluviôse et ventôse an IX (janvier-mars 1801) – Jugements rendus par la commission militaire extraordinaire de la neuvième division militaire.

78 Braudel F., « Misère et banditisme », Annales ESC, 2e année, no 2, 1947, p. 135. Fernand Braudel note dans son article : « Je dirais volontiers qu’il est toujours logé dans les zones de faiblesse des états. »

79 Arch. dép. Aveyron, 1M 113, Rapport préfectoral sur la situation religieuse en l’an IX.

Auteur

Étudiant en Master d’histoire moderne à l’université de Toulouse II – Le Mirail

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search