Version classiqueVersion mobile

Les brigands

 | 
Valérie Sottocasa

Deuxième partie. L'État et le brigandage

Déserteurs et brigands sous la Révolution et l’Empire : état de la question

Alan Forrest

Texte intégral

1Dans quelle mesure le brigandage sous la Révolution et l’Empire est-il particulier ? Quelles sont les caractéristiques d’un brigandage perpétré sous un régime contesté, à un moment où n’importe qui est tenté de justifier de ses actions en faisant appel à l’idéologie, en citant la pureté de ses intentions et de ses sentiments ? Les accusés des années 1790 connaissent les risques, face à des juges toujours prêts à condamner ceux qui trahissent un manque d’esprit civique, face encore à la menace de la guillotine pouvant frapper quiconque est perçu comme un détrousseur ou un voleur du grand chemin violent et sans scrupule. Ils sont, alors, toujours tentés de se présenter non comme des brigands mais en hommes de principe et de cœur ; protecteurs des populations locales contre les violences des autres, ils ne se tournent vers la violence – quand ils l’avouent – que par dévouement à la cause du peuple. Car le discours politique ne leur est pas étranger, ce discours qui donne crédit à l’épurateur mais non à l’égorgeur et qui, à Paris en 1789 ou au temps des septembriseurs, permet de justifier le crime s’il est commis pour faire avancer la cause du peuple. Sous la République jacobine surtout, on juge la moralité de l’accusé autant que l’acte criminel, et les longs interrogatoires subis devant les comités de surveillance et comités révolutionnaires sont autant des catéchismes sur la valeur de l’individu que de véritables recherches des faits. On est soupçonné pour les idées, les opinions, les attitudes, surtout celles qu’on caractérise d’« aristocrates ». N’oublions pas la définition illuminatrice qu’en donnent les sans-culottes de la capitale :

« Celui qui par sa conduite, ses activités, ses discours, ses écrits et ses liaisons a donné des preuves comme il regrettait amèrement l’ancien régime, et désapprouvait la Révolution dans toutes ses parties. »

  • 1 « Définition du modéré, du feuillant, de l’aristocrate », Markov W. et Soboul A. (dir.), Die Sansc (...)

2Notons bien : par ses discours et ses écrits, par les expressions d’opinion, de haine, de fidélité et pas nécessairement par des crimes commis ou des méfaits démontrés1. Dans de telles circonstances il valait mieux, surtout pour ceux qui devaient répondre de délits véritables et concrets, se définir comme un ami fidèle du peuple et se situer du côté des anges.

Brigands contre-révolutionnaires et/ou bandits de grands chemins ?

3Devant les tribunaux, il est prudent de revendiquer une moralité politique et une appartenance républicaine, car les juges sont toujours enclins à présumer du contraire et à chercher parmi les suspects de brigandage des contre-révolutionnaires acharnés et des ennemis de la chose publique. Ils cherchent des preuves de royalisme, d’un rejet de la France républicaine, d’une adhésion au rite catholique après la fermeture des églises et la déchristianisation du pays, d’un refus de reconnaître le clergé constitutionnel ou une fidélité aux réfractaires. Ils recherchent parmi leurs effets des drapeaux blancs et des crucifix, des tracts royalistes, des lettres reçues de parents ou de frères en émigration. Bref, tout comme les comités de surveillance dans les sections parisiennes, ils essaient de définir le caractère du suspect, de celui qu’on arrête, ou qui se fait dénoncer, pour vol avec effraction, banditisme, brigandage. Si le détenu est déserteur des armées, s’il a fui l’Armée des Alpes ou celle du Rhin pour regagner son pays, ou s’il est réfractaire au service, ayant cherché l’abri des bois ou des montagnes pour fuir le sergent recruteur, les autorités ont encore plus de raisons de le soupçonner et de supposer que son acte de rébellion personnel dérive d’une prise de position idéologique, de la haine de la République ou du mépris de la cause du peuple. Le brigand qui se double d’un déserteur, ou le déserteur qui, en cherchant à regagner son village, a trouvé la compagnie de ses pairs et joint une bande, est donc doublement suspect – en tant que déserteur et brigand, donc, presque obligatoirement, en ennemi du peuple révolutionnaire. La loi était délibérément imprécise :

  • 2 Arch. dép. Vaucluse, 8L 1, Instruction des membres de la Commission populaire établie à Orange par (...)

« Les ennemis de la Révolution sont tous ceux qui par quelques moyens que ce soit et de quelques dehors qu’ils se soient couverts, ont cherché à contrarier la marche de la Révolution et à empêcher l’affermissement de la république2. »

  • 3 Tyson P., « The Role of Republican and Patriot Discourse in the Insurrection of the Vendée », MA di (...)

4Cette identification est compliquée par le fait que le mot « brigand » est loin d’être exact ou scientifique. Il y a d’autres expressions plus précises, comme « détrousseur » ou « voleur de grand chemin », qui définissent beaucoup plus clairement que « brigand » des catégories d’activité purement criminelle. Le mot « brigand », en revanche, est utilisé assez banalement par les autorités, les forces de l’ordre et la population, bref par tous ceux qui restent au-dedans de la société civile, pour indiquer l’autre, le hors-la-loi, celui qui a préféré échapper à leur protection et surveillance et qui choisit de passer son existence en marge de la société des hommes. « Brigand » semble souvent un terme de rejet collectif qui rassemble ceux qui ne peuvent rien demander aux autorités, ni secours, ni protection. La gendarmerie se sert fréquemment d’une imagerie bestiale pour les décrire : ce sont des sous-hommes qui partagent leur terrain avec les bêtes des prés et des bois et qui doivent les imiter pour survivre. Ils « rôdent », ils « sautent » sur leurs victimes qu’ils agressent avant de se retirer comme des renards ou des loups, pour « lécher leurs blessures » dans leurs « tanières3 ». Dans les régions marquées par les violences antirépublicaines, comme le Sud-Est ou l’Ouest, les expressions abusives se multiplient. On y parle de « bêtes sauvages », de « monstres », parfois de ces « animaux féroces qui cherchent à dévorer la république » – expressions qui soulignent la distance qui sépare les brigands du monde humain, de la société des gens civilisés, des citoyens de la République française. L’usage de ces expressions qui animalisent l’adversaire réduit les possibilités de compassion, bannissant chez l’interlocuteur tout esprit de communauté de plaisirs et de peines. Les « brigands » sont des gens qui s’excluent de la communauté politique ainsi que de la société rurale, des gens qui sont à craindre et se rendent méprisables.

  • 4 Voir supra l’article de Sylvie Mouysset.

5S’il est vrai que les longues années de guerre sous la Révolution et l’Empire créaient un grand nombre de déserteurs, dont quelques-uns formaient une pépinière pour le brigandage, il faut insister sur le fait qu’il n’y a pas de lien nécessaire entre la désertion et le brigandage. On rencontre, par exemple, un taux de brigandage élevé dans des années sans guerre, produit de la pauvreté ou de la famine. Les fameuses bandes de brigands du XVIIe et du XVIIIe siècle ont fleuri en temps de paix comme en temps de guerre, même s’il est vrai que les misères de la guerre (et de l’après-guerre) ont souvent provoqué une sévère dislocation dans la vie des jeunes et un déséquilibre économique n’épargnant personne. Quelques brigands notoires, comme Mandrin, sont même entrés dans l’imaginaire populaire : leurs exploits et leurs crimes, associés à la révolte contre l’ordre social et légal existant, faisaient frémir les lecteurs de la bibliothèque bleue, nombreux dans les campagnes4. Mais est-ce que les vrais brigands, ceux qui opéraient dans les villages et les hameaux de la France profonde, semaient aussi la terreur parmi les habitants ? Parmi les historiens du crime il n’y a pas d’unanimité sur cette question. Parfois les bandes jouissaient, semble-t-il, d’un rapport assez positif avec les communautés locales, dans lesquelles elles trouvaient des recrues et envers qui elles prenaient soin de montrer une certaine considération. Dans des régions pauvres, les bandits pouvaient se faire respecter pour s’être défendus contre la misère, pour avoir trouvé une façon de survivre aux dépens des riches, des passants, ou des malles du gouvernement, mais pas contre les villageois eux-mêmes.

Les brigands sont-ils des « bandits sociaux » ?

  • 5 Hobsbawm E., Primitive Rebels. Studies in Archaic Forms of Social Movement in the Nineteenth and Tw (...)
  • 6 Hobsbawm E., Bandits, Londres, Penguin Books, 1969, p. 17.
  • 7 Hobsbawm E., Primitive Rebels…, op. cit., p. 19-24.

6Eric Hobsbawm évoque un « banditisme social » dans les sociétés traditionnelles, apprécié par les paysans pour le mouvement social qu’il était, « une forme primitive de protestation sociale organisée, peut-être la plus primitive dont nous avons connaissance5 ». Ce sont, dit-il, « des hors-la-loi paysans qui sont regardés comme criminels par le seigneur comme par l’État6 ». D’après son interprétation des faits, le bandit est accepté et souvent protégé par la communauté rurale précisément parce ce qu’il reste à leurs yeux un des leurs, un homme poussé par la misère ou par l’injustice à se mettre à l’abri des autorités et chercher par le vol et le brigandage sa revanche. Il y a, maintient Hobsbawm, un modèle type de bandit idéal dans l’Europe du XVIIIe et du XIXe siècle, qu’on trouve surtout dans les pays méditerranéens, en Italie et en Espagne, mais dont les qualités se retrouvent dans les représentations populaires du bandit dans la France rurale, surtout dans le Midi où, comme en Italie, les notions de justice et d’honneur se mêlent assez facilement dans les mentalités des hommes et des clans7.

  • 8 Blok A., « Social Banditry Reconsidered », Honour and Violence, Cambridge, Polity, 2001, p. 22.
  • 9 Wilson S., Feuding, Conflict and Banditry in Nineteenth-Century Corsica, Cambridge, Cambridge Unive (...)

7Si Hobsbawm a raison, le fait qu’en temps de guerre les déserteurs et réfractaires sont attirés par le brigandage et se laissent recruter par des bandes établies est facile à comprendre. Campagnards eux-mêmes en très grande majorité – il est curieux de lire combien Hobsbawm insiste sur le caractère rural de ces bandits sociaux, en excluant explicitement les voleurs urbains qui peuvent, eux aussi, appartenir à une sorte de demi-monde avec ses propres règles et son propre sens d’honneur – ils comprennent bien les mœurs de leurs localités. Mais a-t-il raison ? Son interprétation est aujourd’hui critiquée par des historiens spécialistes du banditisme dans des pays et des continents différents : en Europe, bien entendu, mais aussi en Chine et dans les divers pays de l’Amérique latine. Ces études démontrent que la majorité des bandits n’avaient que peu de contacts avec la paysannerie, mais qu’ils étaient liés, soit par parenté, soit par amitié, soit par patronage, aux élites de la société rurale ; ces liens conféraient aux bandes un certain respect et un sens de l’honneur qu’elles désiraient tellement. Le bandit n’est pas motivé par une solidarité de classe avec les paysans, comme Hobsbawm la dépeint, mais plutôt par l’honneur, le respect, et une soif de vengeance8. À travers son étude de la Corse, Stephen Wilson soutient cette thèse. À son avis, même quand le banditisme a une dimension politique, il est « moins une protestation contre les riches et les puissants en recherche de la liberté et de la justice qu’un élément d’une concurrence profonde au sein des élites locales, occasionnée par leur incorporation dans un état moderne9 ».

  • 10 Hufton O., The Poor of Eighteenth Century France, Oxford, Clarendon Press, 1974, p. 266.
  • 11 Cobb R., « La bande d’Orgères, 1790-1799 », Reactions to the French Revolution, Londres, Oxford Uni (...)
  • 12 Ibid., p. 181.

8Des bandes de brigands ont existé en France, souvent de façon sporadique, tout au long du XVIIIe siècle : dans les années 1740 et 1750, par exemple, elles dévastent les campagnes dans plusieurs provinces, notamment en Bretagne, dans la Beauce, le Forez, et le Bordelais, perdurant quelques années seulement avant de se désintégrer et disparaître10. En outre, entre l’Ancien Régime et la Révolution, comme entre la Révolution et le Directoire, il y a continuité : les bandes des années 1790 ont souvent un long héritage qui remonte aux années de la monarchie absolue, plusieurs de leurs membres ayant été condamnés à de longues peines d’emprisonnement par la justice royale. Prenons, par exemple, le cas de la bande d’Orgères qui semait la peur dans les villages de la Beauce et du Parisis en pleine Révolution et dont les chefs étaient d’un âge mûr : 36 des voleurs avaient plus de trente ans, 15 plus de 40, deux plus de 50 et deux autres plus de 60. D’après les autorités, la majorité de ses membres avaient déjà eu affaire à la police bien avant la Révolution : parmi les chefs de la bande, Le Rouge d’Auneau – soupçonné de 28 meurtres – avait fréquenté la prison à Orléans, Pithiviers, Neuville et Chartres sous l’Ancien Régime ; son complice, Le Borgne du Mans, accusé de 12 meurtres dans le même rapport de police, avait déjà été condamné douze fois11. Ce ne sont donc là ni de nouveaux initiés au crime, ni des jeunes poussés vers la bande par les misères de leur service militaire. En effet, la bande comprend de véritables vétérans du crime qui, d’après le commissaire du Directoire près le tribunal de Chartres en l’an VII, avaient commencé leur carrière criminelle non pas dans les régiments, mais sur les marchés ou devant l’église paroissiale. « De la mendicité au crime [explique-t-il au ministre] il n’y a souvent qu’un pas12. » Le brigandage, à son avis, n’était qu’un expédient parmi d’autres dans la vie quotidienne des pauvres, un aspect d’une lutte séculaire contre le dénuement face à la fragilité persistante de l’économie paysanne.

  • 13 Forrest A., Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Paris, Perrin, 1988, p. 194.

9Perçu comme tel, le brigandage n’était que la réponse la plus extrême, la plus désespérée, à l’indigence et à la disette, d’hommes généralement jeunes. Les bandes formant des communautés à part, composées d’hommes âgés ainsi que des jeunes, des femmes et parfois des enfants, vivant à l’écart des villes et des villages, errant la nuit pour éviter de croiser les honnêtes gens et d’alerter la maréchaussée, restent l’exception. Le brigandage attire surtout des hommes robustes et vigoureux, capables de résister aux éléments et de maintenir une vigilance quasi perpétuelle dans leur lutte contre les forces de l’ordre ; des hommes, d’ailleurs, en marge de la société, souvent sans emploi ni aveu, produits de cette partie de la population qui s’était la plus vouée au crime et peu sensible à la discipline familiale et aux attaches sociales. Dans les années de guerre, il va sans dire que les jeunes gens en bonne santé étaient aussi ceux auxquels l’armée faisait appel : les hommes de vingt à vingt-quatre ans forment les cinq classes de la conscription. Dans les campagnes sous la Révolution et plus encore sous l’Empire, tout homme jeune et robuste était automatiquement soupçonné par les autorités d’avoir fui ses devoirs militaires ; il risquait à tout moment d’être arrêté ou d’être attrapé lors des battues policières si fréquentes sous l’Empire. En plus, le déserteur pouvait être armé et inspirait une peur plus que justifiée pour ses connaissances de l’art militaire ; sous l’Empire, la loi va jusqu’à prescrire la peine de mort pour tout déserteur qui avait « emporté ses armes ou celles de ses camarades13 ». La gendarmerie considère alors le brigandage et la désertion comme des crimes complémentaires et, si le brigand était jeune, il y avait, presque obligatoirement, présomption de double culpabilité pour les autorités : désertion et brigandage.

De la désertion au brigandage : une filiation naturelle ?

  • 14 Arch. nat., AFIII 148 B, Rapport du ministre de la Guerre au Directoire, 23 brumaire VI.
  • 15 Arch. dép. Morbihan, L 566 ; Rapport sur une battue générale pour réprimer le brigandage, 1er jour (...)
  • 16 Arch. nat., F1b II Cantal 7, Rapport de la commune d’Ayrens, 11 germinal VII.
  • 17 SHAT, B13 35, Rapport aux députés en mission dans la Lozère par le Comité de Sûreté générale, 3 me (...)
  • 18 Arch. dép. Drôme, L370, Rapport de police de la commune de Condorcet, 19 thermidor VII.

10Dans un rapport de brumaire an VI, le ministre de la Guerre décrit des bandes de brigands dans le Midi qui recèlent « des ennemis du gouvernement », y compris quelques-uns des rebelles qui s’étaient organisés sous l’autorité de Saint-Christol, royaliste notoire. Il note que « ces rassemblements composés d’émigrés, d’assassins royaux, de réquisitionnaires et de déserteurs », ont été dispersés et que dans le cadre de cette opération, plus de 150 insoumis ont été arrêtés et traînés devant les tribunaux14. L’amalgame entre déserteurs et brigands est fréquent, surtout dans les régions en proie à la contre-révolution ou au royalisme. Dans le Morbihan, une battue organisée en l’an II pour arrêter des brigands ne permet de découvrir que des conscrits et déserteurs que les gendarmes supposaient être de la réquisition ; sur les vingt-cinq militaires qu’ils arrêtent, deux seulement avaient commis un délit supplémentaire15. Dans le Cantal, on compte des déserteurs parmi les brigands qui attaquent les granges et menacent les propriétaires connus pour avoir acheté des biens nationaux, surtout quand il s’agissait d’anciennes propriétés religieuses16. Dans la Lozère voisine, une bande composée pour une large part de déserteurs se laisse mener par un brigand déjà condamné à mort par contumace17. On les surprend également se déguisant en militaires ou en gendarmes, rôles que, en déserteurs expérimentés, ils connaissent et comprennent bien. En l’an VII, dans la Drôme, on signale la présence de pelotons de faux gendarmes qui profitent de ce déguisement pour voler les fermiers et les laboureurs dans des fermes isolées. L’un d’eux, Pierre Veyrier se laisse convaincre que ces gendarmes sont des vrais, à la recherche, comme ils disaient, de déserteurs cachés dans les bois. Il découvre sans tarder la mystification quand il leur ouvre la porte de sa maison : les faux gendarmes sortent leurs armes et l’entourent, le forçant, avec sa famille et ses servantes, à leur donner toutes ses clefs et s’échappant avec « la bourse de la mère Veyrier, qui était très considérable18 ».

  • 19 Arch. nat., F9 301, Rapport du préfet de l’Ardèche au ministre de la Police, 8 nivôse IX.

11Pour les gendarmes surtout, il ne semblait que trop évident que le déserteur se tournerait en direction du crime et surtout du brigandage, tant ils se trouvaient confrontés à cette situation. En Ardèche, en l’an IX, le préfet note que l’esprit de la population est tel que les déserteurs peuvent s’appuyer sur le soutien de la population rurale dans une contrée dominée par un esprit de vengeance, où la vie d’un homme ne compte pour rien « quand il s’agit de venger ce qu’ils regardent comme un insulte ». Il observe qu’une vingtaine de déserteurs ayant été arrêtés pour brigandage, douze d’entre eux sont envoyés devant la commission militaire19. Les jeunes gens de la réquisition deviennent vite le gibier préféré des gendarmes cherchant à réprimer les brigands, et du soupçon on passe vite à l’acte. Le premier brumaire an VIII, un détachement de la gendarmerie, accompagné de la garde nationale d’Avignon, entre dans le petit village de Saumane, près de l’Isle, dans le Vaucluse, où l’agent municipal, un certain Michel, et son adjoint, Doumas, ont été brutalement assassinés huit jours plus tôt. Les gendarmes établissent rapidement que les meurtres ont été commis avec une arme à feu et font appel aux villageois afin qu’ils leur prêtent assistance. Le résultat est très décevant, car la peur muselle la population ; les gendarmes ne peuvent que condamner l’attitude « évasive » de ceux qu’ils interrogent et qui se refusent à identifier un suspect arrêté. Ils notent :

« La majeure partie des habitants avoit fermé ses portes, autre partie avoit pris la fuite dans les montagnes, et le restant étoit consterné au point que personne ne s’est présenté pour nous donner le moindre renseignement. »

12Les gendarmes se trouvent donc impuissants, risquant de voir échouer leur investigation comme beaucoup d’autres, en dépit des multiples traces de sang qu’ils suivent devant la mairie et jusqu’aux portes de plusieurs maisons privées. Ils parviennent cependant à arrêter un suspect, débusqué dans les bois qui entourent la commune. Il s’agit d’un déserteur, dont ils justifient ainsi l’arrestation :

  • 20 Arch. dép. Vaucluse, 7U 39, Commission militaire siégeant à Avignon, jugement de Joseph Brunel, 29 (...)

« Arrivés à tout près de la commune de Saumane par un chemin détourné, nous avons aperçu un jeune homme paraissant être de l’âge de la conscription ; de suite nous l’avons fait arrêter par notre escorte et conduit au corps de garde20. »

13Autrement dit, au moment de son arrestation les gendarmes n’avaient aucune raison de le soupçonner de crime, à part son âge et le fait qu’ils le prenaient pour un déserteur, ce qui leur fournit, bien entendu, une bonne raison de le saisir. Mais à leur connaissance, il n’avait rien fait de criminel, n’était pas membre d’une bande de brigands et ne faisait pas partie de celle qui avait égorgé les officiers publics de la communauté voisine. L’amalgame que font les gendarmes entre un repris de justice militaire et un assassin potentiel est fruit de leur expérience, de ce qu’ils savent des jeunes de la région, mais aussi de leurs présuppositions et de leurs préjugés. Un déserteur, à leurs yeux, est un homme peu fiable, capable de tout excès, un brigand en puissance.

Rôdeurs, déserteurs, brigands : un mode de vie semblable

14En temps de guerre il se tisse un lien accoutumé, que quelques-uns disaient même nécessaire, entre désertion ou refus de service et criminalité. Aux yeux des autorités, ce lien n’est pas à prouver, car les déserteurs, tout comme les brigands, sont des hors-la-loi et comme tels sont visiblement exclus de la société des honnêtes gens. Leur état les condamne à traîner en dehors des villages, à l’écart de la société civile, à se nourrir quand et comme ils peuvent à l’abri des patrouilles. Il semble logique que de temps en temps un fugitif affamé ait recours au vol pour satisfaire sa faim. D’ailleurs, leur mode de vie ressemble à bien des égards à celui des rôdeurs qui infestent les routes et les marchés. Les tribunaux eux-mêmes ne font pas toujours une distinction très nette entre le vagabond sans ressource qui mendie son pain et le soldat en fuite qui erre de village en village, tellement ils se ressemblent et se confondent dans la perception campagnarde. Ni l’un ni l’autre n’a les moyens de s’assurer une existence régulière ; des papiers en bonne et due forme leur manquent tout autant que des témoins attestant leur bonne réputation. Confrontés en l’an V avec un certain Brochier, arrêté pour vagabondage, les juges du tribunal correctionnel de Valence se demandent si son délit n’est peut-être pas plus grave et s’il ne cache pas derrière son délit de vagabondage le crime plus sérieux de désertion. Ils font appel à la commune d’où il était parti, celle de Granne, qui ne fait qu’ajouter à cette confusion en répondant :

  • 21 Arch. nat., BB18 277, Dossier présenté au Tribunal correctionnel de Valence (Drôme), an V ; Forres (...)

« Ce particulier est en effet originaire de Granne, qu’il n’y a point d’immeubles, qu’il y a plus de vingt ans qu’il n’y réside plus, qu’on ignore où il demeure habituellement, qu’on a dit qu’il a déserté de plusieurs régiments, que c’est peut-être la raison pour laquelle il n’a pas de passeport21. »

15Pour la municipalité d’une petite commune rurale du Midi il n’y a rien d’extraordinaire dans l’histoire de Brochier : un homme pauvre et sans ressources comme lui semble forcé de mendier son pain, de choisir une vie de vagabondage et de s’offrir au sergent-recruteur pour gagner une vie modeste. Sans l’armée, il risquerait de mourir de faim et sa désertion le réduirait de nouveau à la pénurie.

16De fait, les premiers soupçonnés par la gendarmerie lors d’une enquête sur un crime de brigandage sont les jeunes gens déserteurs ou insoumis qui errent dans les bois ou fréquentent les garrigues environnantes. En tant que militaires, les gendarmes font preuve d’une animosité accrue envers ceux de leurs pairs qui ont refusé le service militaire, les traitant de lâches et de criminels. Mais plus largement, dans la mentalité de l’époque, parmi les civils comme chez les militaires, le soupçon est bien établi à l’encontre des déserteurs, accusés de faire « naturellement » partie des bandes de brigands et de voleurs à main armée qui dévasent les campagnes. La scène que je viens de décrire dans le village de Saumane est maintes fois répétée à travers la France rurale, surtout dans le Midi au cours des années noires de la criminalité et de la violence sous le Directoire et le Consulat, quand de nombreux pays, le Sud-Est et l’Ouest en particulier, se trouvaient accablés de vols et de violences meurtrières. Dans les opérations menées par la gendarmerie, la chasse aux voleurs se confond souvent avec les poursuites contre les insoumis et déserteurs des armées républicaines et impériales, cachés dans les campagnes. C’est pourquoi la peur du soldat est omniprésente dans les villages. Dans la commune de Mornas le 30 thermidor an VIII, par exemple, on frôle la panique :

  • 22 Arch. dép. Vaucluse, 1U 100, Commission militaire sous le général Férino, rapport sur les événemen (...)

« On a crié aux voleurs, tiré des coups de fusils, sonné le tocsin et battu la générale pour rassembler les citoyens. [Mais] le tout vérifié, [l’attaque ne dérive que des imaginations surchauffées ; les brigands sont inexistants]. C’était une patrouille de Polonais qui n’entendent pas un mot de français [qui] était entrée dans une grange pour demander de l’eau à boire22. »

L’association brigand/déserteur est-elle justifiée ?

17L’amalgame fait par le public entre les voleurs, les déserteurs des armées et insoumis, tous condamnés à vivre dans la clandestinité pour échapper aux attentions de la police, n’est pas difficile à comprendre, surtout dans l’atmosphère lourde de méfiance et de menaces qui règne dans la France du Directoire et du Consulat. Mais cette association est-elle justifiée ? Dans quelle mesure les exigences croissantes de l’armée ont-elles favorisé l’essor du brigandage qui semait tant de terreur dans les campagnes françaises pendant ces années de guerre ? Les mouvements continuels des armées en Europe ont-ils suscité de si grands risques pour la sécurité de la population au point de créer une tension permanente entre civils et soldats, rendant suspecte toute personne d’âge et d’apparence militaires passant par un village, surtout de nuit ? Existait-il déjà dans l’imaginaire populaire une perception du soldat, et surtout du soldat évadé de son régiment, qui le classait comme hors-la-loi, donc criminel et bandit en puissance ? Peut-on même attester que ce sont les mesures de répression utilisées pour remplir les bataillons qui ont eu comme effet l’explosion des violences dans la société civile, en contraignant les jeunes gens de la réquisition à vivre en dehors de la loi et chercher asile dans les ravins, parmi les rochers, dans les taillis et le bocage ? Enfin, est-ce que, à son tour, cette manière de vivre les a exposés aux tentations, pour ne pas dire au besoin, de passer dans un demi-monde de crime, peuplé par des voleurs, des vagabonds désespérés, bref des brigands ?

  • 23 Pour une discussion des rapports entre la désertion et la criminalité pendant les guerres de la Ré (...)
  • 24 Les Français du XIXe siècle pouvaient connaître la débrouillardise des conscrits grâce au roman de (...)

18Le mode de vie des déserteurs et leur exclusion de la société civile, leur manque de ressources matérielles et la menace constante de la faim, semblent les pousser vers l’escroquerie, le vol de nourriture les jours du marché, le vol de poulets ou de bestiaux chez les paysans et dans les champs23. Il n’y a là rien de neuf ni d’exceptionnel. Pendant toutes les guerres européennes, dont le continent a eu une triste expérience au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, le nombre de cambriolages a augmenté dans des proportions alarmantes. Le crime et la guerre, semble-t-il, vont de pair. Les guerres révolutionnaires ne sont cependant pas exactement comparables aux précédentes car elles affectent une population beaucoup plus large. Pour toute une génération de jeunes gens, la conscription est devenue un rite de passage masculin, une épreuve obligatoire qui sépare les années de l’adolescence de l’entrée dans le monde des hommes. Les soldats issus de la conscription sont originaires de toutes les couches sociales, mais ce sont surtout des fils de paysans et d’artisans de petites villes et de bourgs. En comparaison avec les armées de l’Ancien Régime, celles de la Révolution et de Napoléon sont des armées de jeunes, composées en grande majorité d’hommes âgés de 20 à 24 ans, célibataires, sans attaches, qui n’avaient pas encore eu l’occasion d’établir une famille ou de construire une propriété. Autrement dit, ils viennent de la section de la société la moins stable, la moins ancrée dans les valeurs familiales et la plus vouée aux petits délits et aux crimes. Aucune surprise, donc, si les déserteurs – la section de cette population de jeunes la plus rebelle, la moins respectueuse de la loi et de l’autorité militaires – démontrent à leur tour leur faible obéissance à la loi civile et se montrent peu enclins à respecter la propriété des autres, surtout dans les circonstances souvent désespérées où ils se trouvent. Arrachés à l’influence apaisante de la vie de famille et au quotidien de la vie villageoise, menacés à tout moment d’être les victimes de violences et de délations, ils se débrouillent comme ils peuvent24.

  • 25 Ibid., p. 144.

19Il convient cependant d’opérer une distinction entre le vol simple et le banditisme. La plus grande proportion des crimes commis par des déserteurs, si l’on en juge par les rapports des préfets et les affaires passées devant les tribunaux, sont des méfaits plutôt ordinaires, commis dans des circonstances banales. Il s’agit moins de meurtres ou de vols de grand chemin que de petits larcins, chapardages ou maraudages qui leur permettent tout juste de subsister. Les vols affectent les fermiers, se déroulent dans des granges isolées, durant les foires ou les marchés ruraux, devenus terrains de chasse privilégiés de la police et de la gendarmerie. La plupart des hommes arrêtés le sont pour des vols d’aliments. Ils impliquent des hommes qui ne sont pas sûrs de pouvoir trouver à manger les jours suivants, « le tout pour parvenir à se dérober aux poursuites qu’on faisait auprès d’eux25 ». Ils se présentent, autant que ceux qu’ils volent, comme des victimes de la guerre et de la situation où ils se trouvent, chassés par les autorités, éloignés de leur famille et surtout de toute compagnie féminine, des hommes dont la société civile se défie. Ils volent surtout des objets à bas prix avec l’intention de les revendre pour se doter des quelques pièces d’argent dont ils ont besoin pour survivre. Quelques-uns, il est vrai, ont des desseins plus ambitieux et pour eux, les maisons et les fermes isolées présentent une tentation irrésistible. Parmi les déserteurs convaincus de vols, beaucoup ont cambriolé des maisons de ferme, volé des moutons ou des vaches dans les pâturages, ou commis des actes sacrilèges en volant des calices et autres objets sacrés dans les églises, généralement laissées ouvertes même après le coucher du soleil. Plus sérieux aux yeux des campagnards est le vol, assez fréquent d’ailleurs, de chevaux dans les écuries ou dans les prés, car si le cheval est un moyen de survie pour le paysan il est aussi un moyen de locomotion rapide pour un déserteur en fuite. Face à de telles tentations, quelques-uns ne résistent pas, en dépit de l’hostilité qu’ils risquent de provoquer parmi les villageois.

Bandits d’honneur, bandits politiques ou « économie de la violence » ?

20Des cambriolages et des vols de chevaux, il n’y a qu’un pas vers des crimes plus graves menaçant le salut des honnêtes gens, vers le banditisme et les vols à main armée, les crimes collectifs commis par des bandes de brigands armés de fusils, rappelant les pires moments de la Grande Peur de 1789, semant la terreur à travers les campagnes. Les années révolutionnaires sont témoins d’une augmentation rapide des désordres sociaux, accompagnés d’une perte de contrôle gouvernemental, provoquant un taux record de banditisme et de brigandage, surtout, mais pas exclusivement, dans les départements du Midi. Dans des campagnes dominées par les factions et par un sens méditerranéen de l’honneur, transmis de génération en génération, on continuait ici à poursuivre les vendettas héritées des ancêtres, animosités ayant comme racines des revendications de préséance ou le souvenir d’une insulte lointaine, mais qui pouvaient se réactiver avec un discours idéologique plus moderne, royaliste ou jacobin, catholique ou républicain. On cherchait une excuse, quelle qu’elle soit, pour engager la revanche et la présence dans la communauté de jeunes gens de la réquisition ou de déserteurs toujours armés de leur fusil de régiment fournissait des recrues aux clans et aux chefs de famille locaux.

  • 26 Brown H. G., Ending the French Revolution. Violence, Justice and Repression from the Terror to Napo (...)
  • 27 Cobb R., « La Route du Nord: Banditry on the Border and in the Belgian Departments, 1795-1798 », Pa (...)
  • 28 Clay S., « Le brigandage en Provence du Directoire au Consulat, 1795-1802 », Jessenne J.-P. (éd.), (...)

21Si les raisons sociales et matérielles attirant les déserteurs dans les rangs des bandes étaient fortes, y avait-il aussi des raisons politiques ? Car le brigandage est un mot qui n’est pas employé sans ambiguïté ; l’expression est utilisée – surtout après Thermidor – pour décrire deux phénomènes analogues mais très différents. C’est un aspect du crime, le rejet de l’ordre social par des gens – parfois des communautés entières d’hommes, de femmes et d’enfants – qui vivent en dehors de la société civile, gagnant leur vie par la violence, par des attaques armées de voyageurs, de courriers et de malles. Dans ce sens, si je reprends l’expression d’Howard Brown, ce que la France connaît en 1795 s’approche d’une anarchie qu’on peut comprendre comme « le reflet d’un profond changement dans l’économie de la violence26 ». C’est le langage dont se servent la majorité des maires et des gendarmes qui ont en charge le maintien de l’ordre et pour qui le brigandage est un fléau social, lié à un goût pour la violence et un mépris de la loi et des officiers de la loi. Les fameuses bandes de chauffeurs dans le Nord, la Bande Juive et la Bande à Salembier dans les pays belges, celle d’Orgères dans l’Ouest, toutes se conforment à ce modèle de criminalité27. Des militaires se comptaient parmi ses victimes ; comme Stephen Clay le rappelle, sur les routes qui menaient vers la frontière des Alpes et l’Armée d’Italie, on rencontrait nombre de soldats gisant, victimes de brigands, attaqués, volés, et laissés pour morts28. On trouve donc des militaires en service parmi les victimes et, en toute probabilité, leurs confrères déserteurs parmi leurs agresseurs. Tel est l’effet d’une société de plus en plus militarisée où, pour beaucoup de jeunes, le seul choix est entre le service actif et la vie du hors-la-loi.

  • 29 Forrest A., « The ubiquitous brigand », Esdaile C. J. (éd.), Popular Resistance in the French Wars (...)

22Cette vision du brigandage motivé par des raisons économiques n’est pas partagée par tous. Le discours officiel confond sous l’expression de « brigands » des hommes désespérés, rejetés par leur communauté et réduits au vagabondage ou au crime pour se frayer un chemin dans le monde, et ceux, surtout dans l’Ouest et dans le Sud-Est du pays, régions marquées par un haut taux de criminalité mais aussi par un esprit réfractaire sinon contre-révolutionnaire, qui proclamaient leur opposition politique à la République et à ses agents. Le fait que les rebelles, en Vendée, sur la frontière belge et ailleurs, faisaient reposer les raisons de leur insurrection sur le refus de la conscription et que beaucoup de conscrits ralliaient leur cause, semble prouver que bien des jeunes, qui ne voulaient pas se battre pour la Révolution française, acceptaient de prendre les armes contre les forces envoyées pour la défense des institutions républicaines. Le mot « brigand » s’utilise partout pour désigner les barbets dans les Alpes, la guérilla en Espagne, les partisans et les irréguliers ; Napoléon n’hésitait pas à dénoncer comme brigands ces Russes qui, sous les ordres du général Rostopchine, mettent le feu à Moscou en 181229. Autrement dit, le mot risque d’être dénué de toute précision, pour devenir une expression péjorative, utilisée pour décrire tous ceux qui se trouvent en dehors de la loi, en situation irrégulière, ou qui vivent en bandes à l’écart des villages et des habitations. « Brigand » devient ainsi un terme qui exprime la désapprobation et le rejet. Il est surtout utilisé pour désigner des hommes perçus comme dangereux, sources de menace physique qui, comme les déserteurs des armées, se présentaient armés de fusils ou de couteaux volés au moment de leur fuite du régiment.

Restreindre la violence et les excès de la masculinité : une question de « genre »

  • 30 Hopkin D., Soldier and Peasant in French Popular Culture, 1766-1870, Suffolk/Rochester, Royal Histo (...)
  • 31 Ibid., p. 240-241.
  • 32 Dudink S. et Hagemann K., « Masculinity in Politics and War in the Age of Democratic Revolutions » (...)

23Le seul fait qu’ils portent des armes et savent s’en servir ne pouvait que répandre la peur au sein des communautés rurales, surtout après la tombée de la nuit, et alimenter les craintes populaires sur le caractère et la violence des soldats30. Ces idées sont aussi l’expression d’une réalité. En Lorraine, par exemple, David Hopkin note avec raison la permanence d’une imagerie populaire rappelant les dévastations de la guerre de Trente Ans ; pour les Lorrains, le personnage du soldat est assimilé à un brigand mal discipliné, semblables aux Suédois qui avaient détruit villes et villages, hameaux et fermes isolées, pendant le passage des armées au XVIIe siècle. Aux premières rumeurs de l’approche des Cosaques en 1813-1814, ils furent nombreux à abandonner leurs demeures et leurs champs pour se réfugier dans les bois, tant la peur des soldats était ancrée dans les mentalités31. Cela s’explique en partie par la longue histoire de guerres meurtrières qu’avait éprouvées leur province, histoire racontée dans le folklore et maintes fois répétée dans les veillées de village. Mais cette image du soldat – et par extension du soldat déserteur, dont la licence et l’indiscipline étaient encore plus marquées – a aussi des racines plus profondes, relevant de la perception d’une société à l’écart, dotée de ses propres règles et coutumes, société masculine, sans femmes et (dans un grand nombre de cas) privée d’une influence féminine qu’on prenait pour civilisatrice. C’est une question de « genre » relevant de la perception de la masculinité au-dedans et en dehors de l’armée, perception rendue plus âpre dans une période de guerre, quand les identités du civil et du militaire, de l’homme et de la femme, du jeune et du vieux se distinguent plus clairement, et que l’on est davantage porté à se définir par profession, sexe et génération32.

  • 33 Il existe une littérature bourgeonnante sur l’idée de la politesse au XVIIIe siècle en Angleterre, (...)

24Que le XVIIIe siècle aristocratique et bourgeois ait attribué aux femmes un rôle important dans le processus de civilisation est une évidence. Les romans de la fin du siècle et le théâtre plus encore l’attestent ; la présence des femmes permet une critique des mœurs masculines et les femmes elles-mêmes sont présentées comme des êtres plus sensibles, plus ouverts aux émotions, compensant ainsi la force brute et le goût pour la violence qu’on attribuait à la psychologie et à la sociabilité masculines. Dans un siècle où les élites sont de plus en plus poussées à la compassion, la considération, la politesse, ces valeurs supposées féminines jouent un rôle de plus en plus important dans la société, tandis que la politesse, envers les femmes surtout, devient un élément important dans la définition d’un homme civilisé33. Une société qui valorise les femmes est donc identifiée à des valeurs raffinées, cultivées, civilisées alors qu’une société sans femme est supposée violente et barbare.

  • 34 Godineau D., « De la guerrière à la citoyenne : porter les armes pendant l’Ancien Régime et la Révo (...)
  • 35 Cet aspect du caractère militaire est d’ailleurs souligné dans la masse de mémoires et de souvenir (...)

25Comment l’armée se positionne-t-elle dans ce monde de courtoisie et de bonnes manières ? Elle reste nécessairement un espace masculin, où les femmes – à l’exception de quelques braves travesties34 – ont un rôle limité à celui de vivandières, cantinières, ou prostituées. Cependant, l’armée, surtout le corps des officiers, réussit quand même à s’associer à la civilisation et à ses valeurs, tant ses institutions, les traditions du régiment et la discipline militaire servaient à restreindre la violence et les excès de la masculinité. Cet aspect est révélé par l’importance des rites sociaux dans l’armée et la courtoisie exagérée des officiers, une vie sociale militaire marquée par les bals, la danse, la musique, l’élégance des uniformes et du cérémonial, la galanterie envers les femmes, le ton délibérément chevaleresque du discours. Enfin, le langage de l’action militaire, les buts de la guerre juste, l’invocation du courage, tout cela relevait d’une certaine moralité, une vertu même qui frôlait le chevaleresque : le goût du sacrifice pour le bien de la patrie, la volonté de défendre sa communauté, femmes et enfants d’abord. Si le soldat est nécessairement violent de temps en temps, s’il est en temps de guerre un tueur à gages, il se garde de tourner sa violence contre les civils, et surtout contre les femmes. Sa violence relève d’une masculinité robuste et parfois meurtrière quand les circonstances de la guerre l’exigent, mais – au moins dans les récits officiels et les souvenirs personnels – il s’agit toujours d’une masculinité dirigée, restreinte, civilisée et utilisée au service de tous35.

*

26Si l’armée limite la violence de ses hommes en les civilisant pendant qu’ils se trouvent dans ses rangs, cela ne peut être le cas pour le soldat perdu, errant, vagabond, le déserteur qui s’est libéré de la discipline institutionnelle et qui se trouve entouré de civils. Dans les bandes de déserteurs qui infestent les forêts et les pentes isolées des montagnes, on ne trouve aucune trace de l’élégance ou de la légèreté qui sont les cachets de l’officier français. Ce sont des hommes, seuls ou en bandes, souvent désespérés ou affamés, vivant dans la nature à l’écart de la civilisation, rôdant la nuit pour ne pas être surpris par les forces de l’ordre, des hommes qui ne peuvent inspirer aucune confiance. Aux yeux de beaucoup de civils, ils ont abandonné la civilisation au moment de quitter leur régiment, pour retrouver une vie sauvage, une masculinité inculte, peu civilisée, sinon barbare. Ils faisaient peur et l’on ne trouve pour eux, dans le Midi du Directoire ou de l’Empire, aucune trace de cette sympathie communautaire qu’Eric Hobsbawm décrit pour les brigands de la Sicile ou de l’Andalousie. La situation est différente, bien sûr, quand il s’agit des réfractaires du cru, fils de voisins ou valets de fermes connus de la communauté et forcés de se cacher pendant les heures du jour pour rentrer chez eux à la tombée de la nuit. Ces conscrits réfractaires restent des fils, des frères, des neveux, avec les attaches de sympathie qu’implique la parenté ; d’ailleurs, ces réfractaires-là se tournent rarement vers le banditisme. On peut retrouver la trace de quelque sympathie pour le déserteur de passage, s’il cherche un emploi ou mendie son pain ; de même, un grand nombre de déserteurs réussissent à trouver des patrons, des protecteurs dans la communauté, qui leur permettent de trouver un travail clandestin, généralement dans l’agriculture. Mais dès lors que le déserteur rejoint une bande et commence une vie de crime, il paye le prix de cette transition. Il cesse d’être un fils de famille infortuné, malheureux, un jeune homme digne d’assistance et de sympathie, pour devenir une menace à l’ordre public, aux propriétés, à la vie même. Il ne peut plus compter sur la tolérance de la communauté qu’il a trahie. Il fait peur ; il n’est plus perçu comme un simple déserteur des armées, délit que beaucoup de familles françaises pouvaient bien comprendre, pour devenir un criminel dangereux, un véritable hors-la-loi craint par tous, bref, un brigand.

Notes

1 « Définition du modéré, du feuillant, de l’aristocrate », Markov W. et Soboul A. (dir.), Die Sansculotten von Paris, Berlin, Akademie-Verlag, 1957, p. 4-6.

2 Arch. dép. Vaucluse, 8L 1, Instruction des membres de la Commission populaire établie à Orange par l’arrêté du Comité de Salut public, 20 floréal II.

3 Tyson P., « The Role of Republican and Patriot Discourse in the Insurrection of the Vendée », MA dissertation, University of York, 1994, p. 96-98.

4 Voir supra l’article de Sylvie Mouysset.

5 Hobsbawm E., Primitive Rebels. Studies in Archaic Forms of Social Movement in the Nineteenth and Twentieth Centuries, Manchester, Manchester University Press, 1959, p. 13.

6 Hobsbawm E., Bandits, Londres, Penguin Books, 1969, p. 17.

7 Hobsbawm E., Primitive Rebels…, op. cit., p. 19-24.

8 Blok A., « Social Banditry Reconsidered », Honour and Violence, Cambridge, Polity, 2001, p. 22.

9 Wilson S., Feuding, Conflict and Banditry in Nineteenth-Century Corsica, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 335.

10 Hufton O., The Poor of Eighteenth Century France, Oxford, Clarendon Press, 1974, p. 266.

11 Cobb R., « La bande d’Orgères, 1790-1799 », Reactions to the French Revolution, Londres, Oxford University Press, 1972, p. 193-195.

12 Ibid., p. 181.

13 Forrest A., Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Paris, Perrin, 1988, p. 194.

14 Arch. nat., AFIII 148 B, Rapport du ministre de la Guerre au Directoire, 23 brumaire VI.

15 Arch. dép. Morbihan, L 566 ; Rapport sur une battue générale pour réprimer le brigandage, 1er jour sans-culottide de l’an II.

16 Arch. nat., F1b II Cantal 7, Rapport de la commune d’Ayrens, 11 germinal VII.

17 SHAT, B13 35, Rapport aux députés en mission dans la Lozère par le Comité de Sûreté générale, 3 messidor III.

18 Arch. dép. Drôme, L370, Rapport de police de la commune de Condorcet, 19 thermidor VII.

19 Arch. nat., F9 301, Rapport du préfet de l’Ardèche au ministre de la Police, 8 nivôse IX.

20 Arch. dép. Vaucluse, 7U 39, Commission militaire siégeant à Avignon, jugement de Joseph Brunel, 29 floréal VIII.

21 Arch. nat., BB18 277, Dossier présenté au Tribunal correctionnel de Valence (Drôme), an V ; Forrest A., Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, op. cit., p. 139.

22 Arch. dép. Vaucluse, 1U 100, Commission militaire sous le général Férino, rapport sur les événements à Mornas, 30 messidor VIII.

23 Pour une discussion des rapports entre la désertion et la criminalité pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire, voir Forrest A., Déserteurs et insoumis, op. cit., chap. 6, p. 139-168.

24 Les Français du XIXe siècle pouvaient connaître la débrouillardise des conscrits grâce au roman de Erckmann E. et Chatrian A., Histoire d’un conscrit en 1813, Paris, Hetzel, 1864.

25 Ibid., p. 144.

26 Brown H. G., Ending the French Revolution. Violence, Justice and Repression from the Terror to Napoleon, Charlottesville, VA, University of Virginia Press, 2006, p. 48.

27 Cobb R., « La Route du Nord: Banditry on the Border and in the Belgian Departments, 1795-1798 », Paris and its Provinces 1792-1802, Londres, Oxford University Press, 1975, p. 141-207.

28 Clay S., « Le brigandage en Provence du Directoire au Consulat, 1795-1802 », Jessenne J.-P. (éd.), Du Directoire au Consulat. (3) Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-Nation, s. l., Centre Recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 2001, p. 70.

29 Forrest A., « The ubiquitous brigand », Esdaile C. J. (éd.), Popular Resistance in the French Wars. Patriots, Partisans, and Land Pirates, New York, Palgrave Macmillan, 2005, p. 32.

30 Hopkin D., Soldier and Peasant in French Popular Culture, 1766-1870, Suffolk/Rochester, Royal Historical Society/The Boydell Press, 2003.

31 Ibid., p. 240-241.

32 Dudink S. et Hagemann K., « Masculinity in Politics and War in the Age of Democratic Revolutions », Dudink S., Hagemann K. et Tosh J. (dir.), Masculinities in Politics and War. Gendering Modern History, Manchester, Manchester University Press, 2004, p. 3-21.

33 Il existe une littérature bourgeonnante sur l’idée de la politesse au XVIIIe siècle en Angleterre, et sur le plaisir dans une société élégante et polie. Voir surtout L angford P., A Polite and Commercial People. England, 1727-1783, Oxford, Clarendon Press, 1989 ; Quinlan M. T., Victorian Prelude. A History of English Manners, 1700-1830, New York, Columbia University Press, 1941 ; Brewer J., The Pleasures of the Imagination. English Culture in the Eighteenth Century, Londres, HarperCollins, 1997; et Porter R. et Roberts M. M. (dir.), Pleasure in the Eighteenth Century, Basingstoke, Macmillan, 1996.

34 Godineau D., « De la guerrière à la citoyenne : porter les armes pendant l’Ancien Régime et la Révolution française », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 20, 2004, p. 43-69.

35 Cet aspect du caractère militaire est d’ailleurs souligné dans la masse de mémoires et de souvenirs personnels publiés dans tous les pays combattants dans les années qui suivent la guerre. Voir, par exemple, Zanone D., Écrire son temps. Les mémoires en France de 1815 à 1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search