Version classiqueVersion mobile

Les brigands

 | 
Valérie Sottocasa

Première partie. De la légende à la réalité : une identité construite

Les brigands « parisiens » de l’an II à l’an VI : bandes ou réseau ?

Bérénice Grissolange

Texte intégral

  • 1 De l’an II à l’an VI, les campagnes des départements entourant Paris – la Seine-et-Oise surtout – (...)

1L’historien aborde nécessairement les brigands… par la bande. Les procès, qui sont sa matière première, jugent en effet des bandes et les lui livrent toutes ficelées. Il découvre ainsi, dans des procédures-fleuves, des bandes d’envergure comme la bande d’Orgères – cent quinze accusés, quatre-vingt-quinze chefs d’accusation dont trente et un crimes de brigandage commis entre 1791 et l’an IV – ou la bande Robillard/Duval – soixante et un accusés, trente-six crimes de brigandage entre l’an II et l’an V. Et parallèlement, des dizaines de bandes de trois à une vingtaine d’hommes, jugées pour une affaire de brigandage – parfois deux ou trois. C’est à cette seconde catégorie qu’appartiennent les procès des brigands « parisiens1 ». Il y aurait donc deux sortes de bandes de brigands.

  • 2 Une fois – mais c’est exceptionnel – par trente-deux.

2Mais c’est là une double illusion. Car ce sont à la fois la longue impunité dont ont profité les brigands de la Beauce, et le procès lui-même – ou sa forme –, qui ont en quelque sorte « créé » la bande d’Orgères. L’impunité parce qu’elle a enhardi les auteurs des premiers délits, leur a permis d’en commettre d’autres et, prêchant d’exemple en somme, de susciter des vocations parmi leurs familiers – réguliers ou occasionnels. La procédure parce qu’elle a mis au jour des connexions entre les auteurs des différents crimes – crimes commis par des groupes ou des bandes de trois à vingt hommes2. Jamais tous les brigands de la bande d’Orgères ne se sont trouvés tous ensemble dans une affaire. Certains ont commis de nombreux crimes, d’autres un, deux ou trois. C’est dire qu’il en est qui n’ont jamais « travaillé » ensemble. Plutôt que d’une bande, il s’agit donc bien d’un réseau.

  • 3 On appelle ainsi les déclarations que font les condamnés à mort juste avant leur exécution. Le bri (...)

3Symétriquement, c’est à l’efficacité de la répression que l’on doit l’impression que le brigandage « parisien » était, par comparaison, un brigandage atomisé, les bandes paraissant tomber l’une après autre et se succéder dans la perpétration de crimes semblables. Ce qui n’est pas faux mais masque le fait que les brigands « parisiens » constituaient eux aussi un réseau. Les praticiens de la police et de la justice ne l’ignoraient pas, qui parlaient d’« infinies ramifications ». C’est dans les procédures, à l’écoute notamment des « déclarants », dans leurs interrogatoires et leurs « testaments de mort3 », que l’on en découvre les clefs.

Brigandage atomisé ou « infinies ramifications » ?

4Écoutons Pierre Bernard qui, dénoncé par un agent double comme l’un des auteurs du vol de Maison-Diot, commune de Gagny, dans la nuit du 18 au 19 frimaire an V, révéla les origines de l’expédition ainsi que les noms de plusieurs de ses complices :

« Le nommé Fertaux, raconte-t-il, qu’il avait rencontré […] sur le pont Neuf, […] lui avait demandé s’il connaissait quelques bons garçons pour faire quelque chose, [il] répondit que le nommé Boutet l’aîné pourrait mieux que lui lui procurer ce qu’il demandait, […] trois jours après le nommé Boutet chapelier […] vint avec le nommé Champagne chez lui Bernard, […] le nommé Fertaux s’y rendit aussi, [il les] engagea à l’accompagner avec plusieurs de ses camarades à un village distant de cinq lieues de Paris deux lieues au-dessus de Vincennes pour exécuter un projet de vol qu’il avait formé dans une maison où il avait la certitude qu’il y avait de l’or en pièces étrangères caché dans un pot à beurre […]. Le 18 frimaire […] le nommé Fertaux vint [le] trouver dans son domicile rue des Blancs Manteaux vers les six heures du soir avec les nommés Lallemand et Champagne […] pour faire le voyage dont il lui avait parlé, [il] fut longtemps à se décider, mais à force d’instance et pressé par le besoin, dans la persuasion qu’il pouvait avoir pour sa part dix mille livres en numéraire au dire de Fertaux, [il] partit avec eux. »

5Le vol a donc un promoteur, Fertaux, qui a, selon l’expression consacrée, « donné l’affaire ». Pour mener à bien son projet, il se met en quête d’hommes sûrs. Bernard, qui se présente comme un simple intermédiaire entraîné comme malgré lui dans l’expédition, a connu Fertaux : « Lorsque [celui-ci] était garçon meunier au moulin mécanique du Gros Caillou. » À Fertaux, il fait connaître Boutet, qui leur amène Champagne, qui leur présente Lallemand – c’est-à-dire Marix Cerf. Sur la route de Maison-Diot, ils retrouvent des camarades de Fertaux, les uns « au jardin de Bonmarchais », d’autres « à la barrière […] de sorte qu’ils étaient au nombre de neuf ».

  • 4 Arch. dép. Yvelines, 42L 86 2/2 ; Interrogatoire de Pierre Bernard par devant Joachim Letellier, j (...)

6« [Ils] forment deux bandes », dit encore Pierre Bernard, « ils se prêtent mutuellement des coups de main dans de grandes opérations, […] Fertaux, Champagne, George et Lallemand forment une compagnie, […] Boucher avec les autres dont il ignore le nom forment une autre compagnie4 ».

7Deux « compagnies » donc, dont des membres se sont réunis pour former la bande qui a pillé les maisons du citoyen Combre et de sa belle-fille à Maison-Diot. Un réseau dans lequel Fertaux a puisé pour trouver les « bons garçons » nécessaires à l’opération.

8Parmi ceux-ci, Boucher. Pierre Bernard ne le connaît sans doute que sous ce seul nom, qui n’est qu’un surnom. Il s’agit de François Nezel, dit Boucher ou encore Le Petit Boucher des Chrétiens, dit aussi Petit, qui sera jugé et condamné à mort en l’an VII, avec les Chauffeurs de l’Oise, pour trois crimes de brigandage commis dans ce département et dans celui de l’Aisne. Boucher qui, sous ce même nom, a aussi été dénoncé pour avoir participé à l’assassinat de Pierre Amiot, à Boullay-les-Troux, le 25-26 brumaire an V, avec quatre des auteurs – à venir – de l’affaire de Maison-Diot, ainsi qu’au vol commis au moulin de La Bretèche, à Champlan, le 1er nivôse, avec encore quelques-uns de la même bande et un certain Mathieu Adrien Richard. Natif de Versailles, Boucher/Nezel paraît avoir commencé sa carrière de brigand dans la capitale et ses alentours. On le rechercha longtemps sous le nom de Boucher, ne repérant son domicile dans Paris que pour constater qu’il n’y demeurait plus. Lorsque, le 24 pluviôse an VI, Joseph Huraux, dit Jean-Baptiste George, le dénonça sous son nom – ou presque – de « Nazel, boucher, dit Le Petit Boucher » pour plusieurs crimes, cela faisait déjà quelques mois qu’il avait quitté la région parisienne et son domicile de Passy pour la Picardie, où il brigandait avec la bande des Chauffeurs.

9Que le nom de Boucher/Nezel apparaisse dans mainte affaire ne prouve pas, en soi, qu’il ait joué un rôle particulièrement éminent dans le réseau parisien. Il se présente toutefois, si du moins l’on admet la véracité des dénonciations, comme un révélateur de son existence et de son extension. Et avec lui plusieurs de ses complices dans l’affaire de Maison-Diot : Claude Mannecy, dit Cicéron, Joseph Masson, dit Claude Dubois, Marix Cerf, dit Lallemand, dit David, Pierre Jaquemin, dit Champagne, Joseph Huraux, dit Jean-Baptiste George.

  • 5 À Fontenay, près de Vincennes, le 3 brumaire an V.

10Natif de Caluire, Claude Mannecy, dit Cicéron, dit Sixte, dit Vienne, aurait été de l’assassinat de Pierre Amiot, mais aussi de l’affaire du moulin de la Bretèche, de l’affaire Bournot5 et de quelques autres. Il fut aussi impliqué dans le procès des Chauffeurs.

11Autre lyonnais, Joseph Masson, qui n’était connu à Paris que sous le nom d’emprunt de Claude Dubois, et surnommé Pierrot Pipette – parce qu’il était marchand de vin au port aux chevaux ; il fut retrouvé et identifié à Lyon en l’an VII. Il avait peut-être été mêlé, le 8-9 floréal an IV, à l’attaque du courrier de Lyon, à Lieusaint (Seine-et-Marne), « avec les nommés Lafleur et Varoux ». Lafleur était l’un des surnoms de Pierre Pialat, autrement connu sous le nom de Vidal Dufour, dit Le Grand Lyonnais. Il avait été dénoncé par son complice Laborde, dit Joseph Durochat, « soupçonné de se nommer Jean-Baptiste Varoux ». Pierre Pialat n’était pas lyonnais de naissance, mais il avait demeuré à Lyon et s’était retiré dans cette ville en l’an V, après son évasion spectaculaire de la maison de justice de Versailles. Autre point commun avec Masson/Dubois/Pipette, il était marchand de vin.

  • 6 Marix Cerf était juif, d’où son surnom de David, et originaire de Mannheim, d’où son surnom de Lal (...)
  • 7 Ce vol a eu lieu l’avant-veille de son arrestation.

12Quant à Marix Cerf6, arrêté le 3 nivôse, il était passé aux aveux presque immédiatement, comme Pierre Bernard. S’il prétendit que le vol de Maison-Diot était le premier qu’il eût commis avec cette bande, il reconnaissait avoir participé à l’affaire du moulin de la Bretèche7 et avoir acheté l’argenterie volée par Champagne, Cicéron et Boucher au moulin Coppin, dans la commune de Sarcelles, le 19-20 brumaire an V. Il ne faisait pas mystère de ses relations avec le monde criminel parisien. Ses révélations en montrent l’étendue. « S’il était libre », déclarait-il dans son premier interrogatoire :

  • 8 Arch. dép. Yvelines, 42L 86 2/2 ; Interrogatoire de Marix Cerf par devant Joachim Letellier, 3 niv (...)

« Il s’obligerait de nous trouver les nommés Boucher, Charpentier, Cicéron, Pipette, le petit Duprets, George, […] et environ deux cents voleurs, mais […] il ne peut dire au juste le rendez-vous qui est tantôt d’un côté tantôt de l’autre, que nous pouvons demain trouver les nommés Cicéron, le petit Boucher, Charpentier, Himblot, Champagne, Pichon et Duprés qui doivent prendre […] les voitures des environs de Paris pour aller à Saint-Germain et voler une boutique8. »

  • 9 Ibid., Déclaration de Marix Cerf par devant Joachim Letellier, 6 pluviôse an V.

13Il complétait ces renseignements en indiquant d’autres délits commis par Boucher et Richard, et surtout les endroits où l’on pourrait peut-être les saisir. En outre, il fournissait les signalements de « Jean Philippe Ulin, condamné à mort à Caen » et de « Jean François Ficet, condamné aux fers à Alençon », qu’il avait déjà dénoncés à la municipalité d’Orléans, mais qui étaient parvenus à « se réfugier à Paris. […] L’un et l’autre vont habituellement chez le citoyen Cafray, marchand rue Saint-Martin la maison près de la fontaine Maubuée au premier étage sur le derrière, Cafray est capitaine de la Garde Nationale, il faut user d’adresse pour les voir, il faut venir de la part de Champagne pour savoir [leur] adresse […] afin de […] rendre les dix louis qui sont dus à Ulin pour la vente d’une jument. » Et enfin : « Tous ceux qu’il nous a désignés vont ordinairement dîner et jouer au billard au second étage chez Piot traiteur en face du Pont Royal. […] Ils se réunissent encore vers les soirs chez le marchand de vin rue Martin au coin de celle de la Verrerie, sur le boulevard au café Gebé près la Bastille9. »

  • 10 Ibid., Interrogatoire de Pierre Jaquemin, dit Champagne, par devant le directeur du jury d’accusat (...)

14Marix Cerf avait une compagne, Marguerite Rippe. Ils s’étaient connus à Moulins et avaient vécu ensemble à Orléans avant de venir s’installer à Paris. Champagne – son surnom lui vient d’une carrière de brigand commencé dans cette province – la connaissait bien aussi : « J’ai fait [la] connaissance [de Marix Cerf] par sa femme à Orléans où il était domicilié et je l’ai revu depuis à Paris. » Si bien même que son intimité avec elle lui servit d’abord d’alibi pour nier sa présence à Maison-Diot : « J’ai couché avec [la] maîtresse [de Marix Cerf] ce jour-là, elle m’a dit qu’il était allé en campagne, mais je ne sais pas où10. »

  • 11 Ibid., « Observations », 25 germinal an V.

15Était-elle marchande mercière, couturière, ou encore « femme publique », comme le déclara par dépit Marix Cerf lui-même après qu’il eut appris qu’elle l’avait trahi ? Dans un interrogatoire, il suggérait en effet « d’envoyer chez Marguerite Rippe, femme publique, dont il connaît la demeure. Le nommé Blétry vit avec elle, il est un grand camarade de Jaquemin dit Champagne, il est soupçonné d’avoir été avec lui dans différentes opérations de vol11 ».

  • 12 Ibid., Déclaration faite à Barthélemy Pile, commissaire de police, par Pierre Jaquemin, dit Champa (...)
  • 13 Arch. dép. Yvelines, 42L 83 ; Déclaration de Jean-Baptiste Blétry au commissaire Pile, 30 fructido (...)

16Peu après, Champagne dénonçait à son tour Blétry et ses complices comme « assassins d’une ferme près Étampes dans le courant du mois de germinal ». Il s’agissait de l’affaire des Granges Saint-Père. Outre Jean-Baptiste Blétry – « il vit avec la femme de Cerf » –, Champagne indiquait les noms, signalements et adresses de « François ou Pierre Ficet », du « petit Pierrot = Pierre Charpentier » et du « mari de la Campion », c’est-à-dire Pierre Sainte-Marie12. « [C’est] Marix Cerf qui a indiqué cette ferme mais […] il s’est trouvé arrêté avec Jaquemin et […] il n’a pu être de ce vol, [et] c’est Ficet qui l’a fait faire », apprendrait-on plus tard, de la bouche même de Blétry, passé aux aveux13.

17Ce sont aussi les confidences de Champagne qui permirent d’arrêter à Troyes Joseph Huraux, alias Jean-Baptiste George. À leur tour, les ultimes déclarations de celui-ci, dans son testament de mort, apportent un intéressant éclairage sur le réseau parisien. Persistant à nier toute participation au vol perpétré à Maison-Diot, il dénonça les auteurs de « l’affaire du père Amiot », dont il n’était pas – prétendait-il :

« Mais j’ai été requis par Mannecy d’en être. Étant occupé à préparer d’autres vols dans des chambres, je n’ai pu y aller, j’ai cependant été voir deux jours avant […] les lieux avec Mannecy. Le lendemain de l’affaire j’ai vu les six individus qui l’ont faite… »

  • 14 Arch. dép. Yvelines, 42L 86 2/2 ; Déclaration de Joseph Huraux, dit Jean-Baptiste George, condamné (...)

18Il déclarait en revanche « être l’auteur du vol de Chabanel », vol qui avait eu lieu à Chanteloup, près d’Arpajon, le 18 germinal an IV, et n’avait jamais fait l’objet d’un procès, faute de prévenus. « Nous étions vingt », disait George ; et d’énumérer les noms, professions (presque tous marchands) et domiciles (Paris) de quatorze d’entre eux, parmi lesquels Mannecy, Dubois dit Pipette, Durochat, Vidal dit Lafleur, Richard – que nous avons déjà rencontrés – et Balluteau, qui était aussi à Maison-Diot14.

La nébuleuse du brigandage « parisien »

  • 15 Selon l’expression du directeur du jury de Pontoise, citant Pierre Bernard.

19Enquêtes, aveux et déclarations dessinent donc la nébuleuse du brigandage « parisien », ce vaste réseau de relations dans lequel on vient puiser lorsque l’on recherche « de bons garçons […] pour faire un coup15 ». Ce qui n’interdit pas à certains, bien au contraire, de « travailler » ensemble plus souvent que d’autres. Les déclarations des brigands – les plus fiables étant celles qui font état d’affaires auxquelles ils ont participé – montrent, à tout le moins, que Nezel, Mannecy et Masson/Dubois/Pipette, ou encore Cerf, George, Champagne et Richard ont commis ensemble plusieurs crimes de brigandage. Mais en nommant leurs autres complices, occasionnels ou coutumiers, les brigands font apparaître des connexions beaucoup plus étendues.

20C’est ainsi qu’est établi le lien entre, d’une part, Marix Cerf et Champagne, et de l’autre Blétry, Ficet et leurs complices dans l’affaire des Granges Saint-Père. Marguerite Rippe, qui en fréquenta plus d’un, peut bien affirmer qu’elle a connu Blétry au bal – pourquoi pas ? –, elle ne fera croire à personne que c’est par hasard qu’elle a été successivement la maîtresse du brigand qui a « donné l’affaire » et de l’un de ses auteurs. Autre connexion intéressante, celle qui lie les auteurs de l’attentat contre le courrier de Lyon et d’autres brigands « parisiens » : outre, peut-être, la participation de Pipette à cette affaire, on aura remarqué la mention, par George, de deux des hommes impliqués, « Durochat » et « Vidal dit Lafleur », comme ayant été ses complices dans l’affaire Chabanel, un peu plus d’un mois après.

  • 16 Normand en effet, il était natif de Montsurvent, près de Coutances (Manche).
  • 17 « Gaffré juif [...] a une femme boiteuse qui est de la Franche-Comté et qu’il appelle Marguerite » (...)

21À propos du même vol, George indique aussi, parmi ses auteurs, « Le Caudé dit Jacques normand natif de Lisieux » et « Gaffré juif demeurant […] rue Saint-Martin près la fontaine ». Vidal Gaffré a déjà été mentionné, par Marix Cerf, sous le nom de « Cafray, marchand rue Saint-Martin la maison près de la fontaine Maubuée », comme celui chez qui l’on pourrait saisir Ulin et Ficet. Quant à Jean Lecaudey16, condamné à mort par contumace par le tribunal criminel de la Seine-et-Oise en raison du vol avec violences commis avec sept complices au Thillay, le 20-21 thermidor an IV, chez le citoyen et la citoyenne Falcon, il ne sera définitivement jugé que le 26 germinal an IX. Or, les liens entre Gaffré et Lecaudey étaient, sinon anciens, du moins profonds, puisque Vidal Gaffré, peut-être l’une des premières relations de Lecaudey à Paris – où celui-ci était arrivé en l’an III –, lui avait servi de caution pour son passeport et sa patente, tandis que l’épouse de Gaffré était l’un des témoins de la naissance de la fille de Lecaudey et d’Anne Bonhomme, sa femme, le 15 pluviôse an IV17.

  • 18 Une maison garnie où l’on verrait descendre, l’année suivante, plusieurs des brigands de la bande (...)

22Anne Bonhomme qui, au tout début de nivôse an V, était hébergée par François Balluteau – un autre des auteurs de l’affaire de Maison-Diot – et sa femme au 37, rue de la Vannerie, dans une maison garnie tenue par Antoine Drevet. Elle était en quête d’un logement lorsque Balluteau, rencontré sur le quai du Louvre, l’avait conduite chez lui. Cette rencontre n’était évidemment pas le fruit du hasard, non plus que cet accueil dans une maison fréquentée par des gens peu recommandables18. Au reste, dès le lendemain de l’arrestation de Balluteau, Marguerite Poirot sa femme et Anne Bonhomme étaient en fuite.

  • 19 Arch. dép. Yvelines, 42L 86 2/2 ; Déclaration de Pierre Jaquemin, dit Champagne, au commissaire Pi (...)

23D’autres éléments encore suggèrent des liens entre ces groupes de brigands parisiens. Ainsi, dénonçant les auteurs de l’affaire des Granges Saint-Père au commissaire Pile, Champagne désigne « le mari de la Campion », précisant qu’« il se fait souvent de très gros rassemblements chez elle19 ». « La Campion » s’appelait Françoise Geoffroy, et elle était la veuve d’un nommé Guillaume Campion, qui avait été exécuté trois ans auparavant. Cette femme du « métier » donnait asile à l’occasion, en son domicile de la rue du Petit Lion Saint-Germain, à des brigands en fuite – ainsi à Parmantier, l’un des complices de Lecaudey dans l’affaire Falcon. Elle fut arrêtée et jugée en l’an VI, à Paris, pour des « vols à l’aide d’effraction » commis en bande.

24Pierre Sainte-Marie, que Champagne appelle son « mari », vivait avec elle en l’an V, et c’est chez elle que se serait formé le « complot » de l’affaire des Granges Saint-Père. Blétry, Ficet, Ancelin et Olivier furent condamnés à mort pour ce crime, mais Sainte-Marie ne fut jamais arrêté, si ce n’est – peut-être – sous un autre nom. D’autres encore avaient été dénoncés : Devaux, de son vrai nom Edme François Thomas, qui fut condamné et exécuté dans la Seine-et-Marne pour une autre affaire, et « Jean Bart, charlatan demeurant à Paris ».

  • 20 Il ne devait jamais y parvenir. « Nous vous prévenons, citoyen », écrivit le Bureau central au com (...)

25Jean Bart n’était pas inconnu de la justice. Il était l’un des cinq auteurs du vol avec violences commis à Villarceaux, commune de Thoiry (Seine-et-Oise), le 5-6 prairial an V, chez le citoyen Baguelin. Pierre Calvaire Porte l’avait dénoncé, ainsi que les trois autres, Carpentier, Gros François – c’est-à-dire François Lolivret – et Marie Groult – c’est-à-dire François Mériotte. Seuls Porte et Carpentier devaient être condamnés à mort pour ce crime le 22 prairial an VI, les autres n’ayant pu être appréhendés. En ventôse an VI toutefois, François Mériotte et François Lolivret avaient été arrêtés à La Ferté-Milon (Aisne) pour une autre affaire, et ils étaient alors traduits, avec tous les Chauffeurs de l’Oise, devant le premier conseil de guerre de la dix-septième division militaire séant à Paris. Quant à Jean Bart, condamné à mort par contumace, il fut identifié et retrouvé, sous son nom véritable de Philippe Olivier, à la maison d’arrêt dite « de Roanne », à Lyon, d’où il fut extrait et « envoyé à Paris devant le Bureau central » en nivôse an VIII20.

  • 21 Pierre Calvaire Porte avait derrière lui une assez longue carrière de brigand – et beaucoup de rel (...)
  • 22 Comme l’étaient beaucoup de brigands « parisiens », parfois sous d’autres appellations : marchand (...)
  • 23 Arch. dép. Yvelines, 42L 89 1/2, Lettre du Bureau central de Paris au directeur du jury de l’arron (...)
  • 24 Ibid., Interrogatoire de Jean François Marie Carpentier par devant le directeur du jury de Mantes, (...)

26Selon Porte, c’est Carpentier qui lui avait présenté les trois autres brigands et qui, en lui proposant de s’associer avec eux, lui avait donné l’occasion de les livrer tous à la police21. Jean François Marie Carpentier était né à Catelon, dans l’arrondissement de Pont-Audemer (Eure), d’où Lolivret, natif de Vieux-Port, était également originaire. Il avait épousé une des filles d’Alexandre Cornu. Celui-ci, un marchand de chevaux de cinquante ans passés, lui aussi originaire de l’Eure, apparaît comme une sorte de brigand patriarche, une partie de sa famille vivant avec lui à pot et à feu, d’abord rue Clocheperche, puis rue Quincampoix : outre son épouse, son fils Jean Louis, sa fille et son gendre Carpentier, son beau-fils Louis Pierre Mulot et sa femme, tous cinq marchands merciers22. Impliqués dans mainte affaire, ou soupçonnés de l’être, les uns et les autres ont fait de nombreux séjours en prison. Après l’arrestation de Carpentier, le Bureau central de Paris écrit : « Les rapports qui nous sont faits sur son compte nous annoncent qu’il a subi un jugement il y a environ trois ans comme prévenu de vol et assassinat ; […] il a été arrêté plusieurs fois avec une partie de sa famille pour différents vols23. » Lui-même déclare « qu’il a été mis en prison comme soupçonné d’avoir acheté des bijoux provenant des garde-meubles [sic], pourquoi il a été traduit au tribunal criminel du canton de Paris qui l’a acquitté en 1796 après avoir été détenu trois ans24 ».

27Quant à Alexandre Cornu, arrêté rue Quincampoix en pluviôse an VI, il fut transféré à Rouen pour y répondre d’un vol, accompagné d’assassinat, commis à Saint-Jean-du-Cardonnay à la toute fin de l’an V avec, entre autres, Mériotte et Lolivret. En floréal, le commissaire du gouvernement écrivait au ministre de la Justice :

  • 25 Arch. nat., BB18 808 ; Lettre du citoyen Lecontour, commissaire du gouvernement près les tribunaux (...)

« Cornu, suivant les avis donnés par le Bureau central de Paris, est prévenu d’avoir assassiné au moins quarante personnes. Il a été arrêté plusieurs fois et relâché faute de preuves. […] Trois des enfants et un gendre de ce Cornu sont dans les prisons ou les fers. Cet homme passe pour un fléau public25. »

28Il fut condamné à mort par le tribunal criminel de la Seine-Inférieure le 20 pluviôse an VIII.

Origine variée, mobilité et réseau

Le réseau des relations

29Ce tour d’horizon a permis de mettre en évidence les connexions, plus ou moins étroites mais bien réelles, qui existaient entre des brigands appartenant à des bandes diverses, et entre ces bandes elles-mêmes. Sans doute ne sont-elles pas toutes avérées. Tel brigand, telle détenue, qui dénoncent en s’appuyant sur des ouï-dire ne sauraient être crus sur parole. Le désir de se venger en a aussi conduit quelques-uns à faire des déclarations sciemment mensongères : l’on a pu voir Marix Cerf, par exemple, dénoncer Mathieu Adrien Richard pour un délit auquel il n’avait pas participé, et en convenir ensuite. Mais Richard, acquitté du délit en question – l’affaire de Maison-Diot – a été condamné pour le vol du moulin de la Bretèche.

30Et l’essentiel est qu’il appartenait bel et bien au « milieu ». Ce qui importe ici en effet n’est pas le palmarès des crimes commis par les uns et par les autres, mais bien le réseau des relations existant entre tous ces hommes, et qui non seulement a pu les réunir pour telle opération criminelle, mais explique aussi la connaissance qu’ils ont de la biographie, criminelle ou non, des autres, de leurs origines, de leurs lieux de réunion, de leurs fréquentations, même si la rigueur n’est pas la première qualité de ces informations. L’on est fondé à accorder plus de crédit aux renseignements qui résultent de la participation à un même crime ; il arrive cependant, pour ne point parler des mensonges, que ces renseignements soient faux, en partie ou en totalité. Blétry, par exemple, en dénonçant Jean Bart comme son complice, en fait un « charlatan » ou un « vendeur d’orviétan », ce qui correspond, après tout, à la réputation qu’avaient alors les dentistes. En revanche, en le présentant comme « italien de naissance », il fait erreur, puisque Philippe Olivier, alias Jean Bart, était natif de Saint-Étienne. De là plusieurs hypothèses : Blétry – à supposer que sa déclaration soit sincère – a pu se tromper sur ce seul détail ; mais il a pu aussi confondre Jean Bart avec un autre. Jean Bart, quoi qu’il en soit, appartenait sans aucun doute au réseau « parisien ».

31Apparemment, Blétry ignorait son nom véritable. Ici réside une difficulté à laquelle étaient – et sont – confrontées toutes les parties, qu’il s’agît des brigands dénonciateurs, de la police ou de la justice – et bien sûr, après eux, de l’historien. L’usage simultané des surnoms et des pseudonymes, leur fluidité, leur interchangeabilité, sont en effet une caractéristique des milieux criminels, et c’est peu de dire qu’ils font de l’identification une véritable gageure.

  • 26 Nous appelons ainsi la bande de brigands, au nombre d’une vingtaine, qui attaqua la ferme d’Ithe, (...)

32Il est vrai que Jean Bart fait un nom propre très convenable. Ainsi en va-t-il de beaucoup d’autres, qui ont pu être, selon les cas, des noms véritables ou des noms d’emprunt. Duval, par exemple, est le patronyme de trois brigands – dont deux frères – de la bande Robillard/Duval, et d’un brigand de la bande d’Ithe26, mais c’est aussi l’un des pseudonymes qu’ont portés Claude Nicolas Parmantier, Aimé Golier et Étienne Chambelle. Il en va de même du nom de Dubois, que portaient trois brigands au moins, et qui fut le nom d’emprunt de Joseph Masson et l’un de ceux de Jean Lecaudey. Il est aussi des noms proches, tels Descamps, Deschamps, voire Dupré, dont on ne peut affirmer qu’ils désignent des personnes différentes, tandis que d’autres, comme Boucher ou Charpentier, peuvent être des noms ou des surnoms. Il apparaît encore que les brigands avaient du mal à retenir les noms de ceux qu’ils n’avaient vus, peut-être, qu’une seule fois ; aussi les désignent-ils, assez souvent, par leur signalement, leur profession ou leur lieu de domicile – avec combien de risques d’erreur, tant est grande la mobilité dans ce milieu.

Mobilité et origines variées des brigands

  • 27 Il y a quelques exceptions : Nezel est né à Versailles, Mathieu Adrien Richard à Saint-Germainen-L (...)
  • 28 Pour comparaison, parmi les brigands de la bande d’Ithe : Jean-Baptiste Bidault, parisien depuis 1 (...)

33En procédant à la démonstration de l’existence du réseau parisien, nous avons rencontré non seulement les brigands que leur résidence dans la capitale, à l’époque des crimes qui les ont fait condamner, autorise à baptiser ainsi, mais bien d’autres encore, qui ont été leurs complices dans des actions de brigandage menées dans la Seine-et-Oise – mais qui, ayant poursuivi sous d’autres cieux leur carrière criminelle, ont été jugés ailleurs pour ces autres délits. Pour la plupart, les « Parisiens » sont des provinciaux27 que la capitale a rassemblés parce qu’elle offre à la fois plus d’emplois et plus d’occasions – licites ou non – de s’enrichir, et beaucoup, comme Marix Cerf, Champagne, Jean Lecaudey ou Claude Dubois, dit Pipette, ne le sont que de fraîche date28. De leur côté, s’ils furent finalement condamnés pour des crimes de brigandage commis dans la Seine-Inférieure, dans l’Oise ou dans l’Aisne, Alexandre Cornu et François Nezel ont longtemps résidé à Paris, et François Lolivret et François Mériotte au moins quelque temps. Une carrière plus tôt interrompue pour les uns, une plus grande habileté à fuir les poursuites pour les autres : ils n’en ont pas moins appartenu, un temps au moins, à un même réseau dont Paris semble bien avoir été le nœud central. Point de solution de continuité entre les uns et les autres, pas plus qu’entre les différents espaces, entre lesquels il n’existe nulle frontière. Si les « Parisiens » ont privilégié la Seine-et-Oise toute proche pour y perpétrer leurs crimes, ils ne s’y sont pas toujours cantonnés, comme le montre le parcours d’Alexandre Cornu. En outre, l’exode dans un autre département – à plus forte raison éloigné – a servi fréquemment à échapper aux recherches, et souvent à recommencer ailleurs les brigandages, après avoir renoué d’anciens contacts et en avoir noué de nouveaux. Ainsi ont fait Nezel, Lolivret, Mériotte et nombre de leurs complices.

34La bande des Chauffeurs de l’Oise fournit en effet, à cet égard, un exemple éclairant. Elle réunit des brigands et des brigandes issus d’horizons géographiques variés, diversité dont rend compte, en partie, leur carrière criminelle antérieure, du moins celle de quelques-uns. L’automne de l’an VI a vu se réfugier en Picardie plusieurs brigands, venus notamment de Paris mais aussi de la Seine-Inférieure, tels Nezel, Chemin, Lolivret, Mériotte, Guerrier, Garnier, Fortin, accompagnés, pour quelques-uns, de leurs compagnes ou épouses. Nezel et Chemin étaient, dit la procédure, inséparables ; Lolivret et Mériotte se connaissaient de longue date, et Guerrier était le beau-frère de Chemin – qui avait épousé sa sœur. Les Fontaine, père, mère et fille, étaient-ils déjà de leurs relations ? Toujours est-il qu’ils se rencontrèrent à Compiègne. Peut-être fut-ce le prélude à la constitution de leur bande. D’autres s’y joignirent, gens du pays comme Hyacinthe Sénéchal et Louis Félix Edouard Dion, ou gens d’ailleurs comme Lamarre ou Bizet.

  • 29 D’après l’« extrait du registre des jugements du tribunal criminel du Calvados » et la note complé (...)

35Nous avons déjà évoqué la carrière « parisienne » de Nezel, dit Boucher. Nous avons rencontré Lolivret et Mériotte à deux reprises : en prairial an V, dans la Seine-et-Oise, en compagnie de Porte, de Carpentier et de Jean Bart, et à la toute fin de cette même année, dans la Seine-Inférieure, en compagnie de Cornu. La correspondance de Behourt, juge de paix de la division des Thermes, lève le voile sur d’autres épisodes de leur vie criminelle, apparemment fort bien remplie. On y apprend que François Lolivret et François Mériotte ont été condamnés à mort le 3 novembre 1793, avec sept autres brigands, par le tribunal criminel du Calvados, pour un vol commis « à force ouverte et avec violences et excès […] chez le citoyen Elie », à Fresne-la-Mère, dans le canton de Falaise (Calvados), le 17 décembre 1792 – puis, après cassation, à vingt-quatre années de fers par le tribunal criminel de l’Orne le 30 floréal an III. Après leur évasion, ils furent impliqués, en l’an IV, dans une affaire de « vol avec attroupement et chauffage » commis près de Routot, dans l’Eure, puis en l’an V, avec Cornu, dans l’affaire de Saint-Jean-du-Cardonnay, déjà évoquée29.

  • 30 Charles Touvenel, dit Lorrain, avait été guillotiné en l’an V, pour un vol avec violences commis à (...)

36Quant à Gilles Chemin, « marchand de chevaux, demeurant [alors] en la paroisse du Fidelaire » (Eure), qui avait été acquitté du vol de Fresnela-Mère, il pourrait avoir été condamné à mort, vers 1793, par le tribunal criminel du Calvados, mais sous le pseudonyme de Leroux. Il se serait alors évadé. En germinal an V, le même tribunal le condamnait par contumace, sous son vrai nom de Gilles Chemin, à huit années de fers pour confection de faux papiers et pour trois vols de chevaux commis en l’an III. Le même jugement condamnait à la même peine « le nommé Guerrier, aussi marchand de chevaux de la commune de Dangu près Gisors », son beau-frère. Un temps séparés, les deux hommes se retrouvèrent à Paris en l’an V. François Guerrier s’appelait désormais François Boulanger et vivait avec Marie Thérèse Deligne, veuve du brigand Charles Touvenel, dont il avait probablement fait la connaissance au temps où il habitait Dangu – bien qu’elle prétendît l’avoir rencontré à Paris « dans un lieu où l’on dansait30 ».

  • 31 Les connexions que révèle l’affaire de Fresne-la-Mère ouvrent des perspectives intéressantes. Plus (...)
  • 32 Ce n’est évidemment pas par hasard que François Guerrier s’est installé un temps à Dangu, à l’extr (...)

37Lolivret, Mériotte, Chemin, Guerrier : la Normandie a fourni à la bande des Chauffeurs de l’Oise plusieurs de ses membres les plus éminents. Ils y ont fait leurs premières armes, ils y ont côtoyé l’élite du brigandage local31. Ce que l’on peut reconstituer des tours et détours de leurs carrières criminelles révèle des brigands très mobiles et habiles à choisir pour lieux de séjour – si l’on ose dire, à propos d’hommes perpétuellement en fuite – des confins départementaux, franchir la frontière pouvant assurer un moment de répit32. Logiquement, Paris et ses abords les réunissent à partir de l’an VIII : ils s’y agrègent aux brigands locaux – Porte, Carpentier, Jean Bart, Cornu, Pipette, Nezel et bien d’autres – s’intègrent au réseau parisien et forment une nouvelle bande, avant de fuir en Picardie en l’an VI et d’y reprendre leurs activités.

*

  • 33 Par exemple, on voit resurgir en l’an IV des rescapés de l’affaire de la ferme d’Ithe : ainsi Fran (...)

38Le réseau parisien n’a pas intégré ni relié tous les brigands et toutes les bandes : il n’était fait, après tout, que des liens tissés au fil des rencontres, des contacts et des aventures communes. Des bandes sont restées isolées : ainsi, formée autour d’un petit groupe de marchands saisonniers de melons et de salades, tous originaires de Carrouges (Orne), celle qui attaqua la malle de Paris à Gand dans la plaine de France à la toute fin de l’an V, ou ce trio de gardes-moulins trop candides, piégés par les faux complices – et vrais inspecteurs de police – qu’ils avaient recrutés pour voler un meunier près de Senlis. À l’opposé de ces « amateurs » sans postérité, les bandes de brigands « professionnels » qui se sont succédé de l’an II à l’an VI – et au-delà – se sont nourries, au gré des besoins, des hommes nouveaux et des rescapés d’affaires anciennes33 qui ont illustré et entretenu la permanence du réseau parisien.

Notes

1 De l’an II à l’an VI, les campagnes des départements entourant Paris – la Seine-et-Oise surtout – ont été le théâtre d’opérations de brigandage assez nombreuses, en particulier d’attaques de fermes et de maisons et, plus ponctuellement, d’arrestations de voyageurs et de voitures privées et publiques sur les grands chemins. Parmi les bandes qui les ont commises, beaucoup « sortaient » de Paris et y rentraient, l’affaire faite, pour s’y partager le butin. Nous appelons brigands « parisiens » les hommes qui les composaient.

2 Une fois – mais c’est exceptionnel – par trente-deux.

3 On appelle ainsi les déclarations que font les condamnés à mort juste avant leur exécution. Le brigand, s’il ne l’a déjà fait, reconnaît sa culpabilité dans le crime pour lequel il est condamné. Souvent, il en avoue d’autres et indique les noms de ses complices. Souvent aussi, il rapporte des affaires auxquelles il n’a pas participé et en nomme les auteurs.

4 Arch. dép. Yvelines, 42L 86 2/2 ; Interrogatoire de Pierre Bernard par devant Joachim Letellier, juge de paix de la division des Gravilliers, 1er nivôse an V.

5 À Fontenay, près de Vincennes, le 3 brumaire an V.

6 Marix Cerf était juif, d’où son surnom de David, et originaire de Mannheim, d’où son surnom de Lallemand.

7 Ce vol a eu lieu l’avant-veille de son arrestation.

8 Arch. dép. Yvelines, 42L 86 2/2 ; Interrogatoire de Marix Cerf par devant Joachim Letellier, 3 nivôse an V.

9 Ibid., Déclaration de Marix Cerf par devant Joachim Letellier, 6 pluviôse an V.

10 Ibid., Interrogatoire de Pierre Jaquemin, dit Champagne, par devant le directeur du jury d’accusation de l’arrondissement de Pontoise, 24 germinal an V.

11 Ibid., « Observations », 25 germinal an V.

12 Ibid., Déclaration faite à Barthélemy Pile, commissaire de police, par Pierre Jaquemin, dit Champagne, 13 floréal an V.

13 Arch. dép. Yvelines, 42L 83 ; Déclaration de Jean-Baptiste Blétry au commissaire Pile, 30 fructidor an V.

14 Arch. dép. Yvelines, 42L 86 2/2 ; Déclaration de Joseph Huraux, dit Jean-Baptiste George, condamné à mort, par devant Pierre François Lefèvre, juge de paix de la commune de Versailles, 24 pluviôse an VI.

15 Selon l’expression du directeur du jury de Pontoise, citant Pierre Bernard.

16 Normand en effet, il était natif de Montsurvent, près de Coutances (Manche).

17 « Gaffré juif [...] a une femme boiteuse qui est de la Franche-Comté et qu’il appelle Marguerite », avait déclaré Jean-Baptiste George, énumérant les auteurs de l’affaire Chabanel. Jean Lecaudey et son épouse ont appelé leur fille Marguerite.

18 Une maison garnie où l’on verrait descendre, l’année suivante, plusieurs des brigands de la bande d’Orgères, après leur vol de Sucy-sur-Yèbles (Seine-et-Marne).

19 Arch. dép. Yvelines, 42L 86 2/2 ; Déclaration de Pierre Jaquemin, dit Champagne, au commissaire Pile, 13 floréal an V.

20 Il ne devait jamais y parvenir. « Nous vous prévenons, citoyen », écrivit le Bureau central au commissaire Pile le 9 ventôse an VIII, « que si le nommé Philippe Olivier, dit Jean Bart, n’est point arrivé jusqu’à Paris, c’est qu’il est décédé de mort naturelle, le 19 pluviôse, dans la maison d’arrêt de la commune de Gien, où il avait été déposé… » (Arch. dép. Yvelines, 42L 89 1/2).

21 Pierre Calvaire Porte avait derrière lui une assez longue carrière de brigand – et beaucoup de relations – lorsque, selon ses dires, il décida de se mettre au service de la police. L’arrestation des auteurs de l’affaire de Villarceaux aurait dû être le gage de sa bonne foi. Mais – jouait-il double ou triple jeu ? – les choses tournèrent autrement et il fut condamné à mort et guillotiné.

22 Comme l’étaient beaucoup de brigands « parisiens », parfois sous d’autres appellations : marchand bijoutier, marchand forain, marchand de mouchoirs et de mousselines, marchand brocanteur, marchand quincaillier etc. D’autres, en particulier parmi les Chauffeurs de l’Oise, étaient marchands de chevaux, de bestiaux ou de vaches. Plus rares étaient ceux qui ne faisaient pas de commerce : Fertaux était garçon meunier, Richard cordonnier, Pierre Bernard employé dans le service des hôpitaux, d’autres chapeliers, couvreurs… Bien entendu, beaucoup passaient d’une activité ou d’un commerce à l’autre : par exemple Nezel, de boucher à marchand de bestiaux, ou Lolivret, de marchand forain à marchand de chevaux. Joseph Masson/Claude Dubois/Pierrot Pipette disait avoir été domestique, puis fabricant d’indiennes, puis aubergiste, puis menuisier et enfin marchand de vin en gros et en détail.

23 Arch. dép. Yvelines, 42L 89 1/2, Lettre du Bureau central de Paris au directeur du jury de l’arrondissement de Mantes, 27 messidor an V.

24 Ibid., Interrogatoire de Jean François Marie Carpentier par devant le directeur du jury de Mantes, 11 thermidor an V. Le vol du garde-meuble de la Couronne, à Paris, le 16 septembre 1792, qui vit disparaître une partie des effets mobiliers – des pierres précieuses, essentiellement – appartenant à la famille royale, fut l’une des plus importantes affaires de vol de l’époque. En dépit de son acquittement, il n’est pas interdit de penser que Carpentier avait des accointances avec ses auteurs.

25 Arch. nat., BB18 808 ; Lettre du citoyen Lecontour, commissaire du gouvernement près les tribunaux civil et criminel du département de la Seine-Inférieure, au ministre de la Justice, 15 floréal an VI. Cornu avait adressé au ministre une pétition dans laquelle il protestait de son innocence et se plaignait de l’illégalité de sa détention.

26 Nous appelons ainsi la bande de brigands, au nombre d’une vingtaine, qui attaqua la ferme d’Ithe, dans la commune de Jouars (Seine-et-Oise), le 15 frimaire an II. La plupart étaient parisiens, quelques-uns habitaient Versailles.

27 Il y a quelques exceptions : Nezel est né à Versailles, Mathieu Adrien Richard à Saint-Germainen-Laye, Jean-Baptiste Blétry à Paris. À l’opposé, très rares sont les étrangers : un Allemand, Marix Cerf, un Italien et un Suisse.

28 Pour comparaison, parmi les brigands de la bande d’Ithe : Jean-Baptiste Bidault, parisien depuis 1789, était originaire de Limoges ; Louis Bucher, à Paris depuis quinze ans, était tourangeau ; Claude Nicolas, à Paris depuis deux ans, était lorrain ; Nicolas Lalivrée, parisien depuis vingt-deux ans, venait de Normandie ; Jean Félix Forien et François-Xavier Gouhier, parisiens depuis huit et cinq ans, étaient francs-comtois ; Antoine Vidalain, qui venait d’Auvergne, vivait à Versailles depuis quinze ans… L’ancrage parisien ou versaillais de la plupart de ces brigands était plus ancien que celui de leurs successeurs.

29 D’après l’« extrait du registre des jugements du tribunal criminel du Calvados » et la note complémentaire adressés au juge Behourt le 25 floréal an VI par l’accusateur public de la Seine-Inférieure : Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), C 18 2.

30 Charles Touvenel, dit Lorrain, avait été guillotiné en l’an V, pour un vol avec violences commis à Ris (Seine-et-Oise) en l’an IV. Jusqu’au début de l’an IV, le couple Touvenel/Deligne habitait Boury (Oise) – non loin de Dangu – d’où il avait fui pour échapper au mandat d’arrêt lancé contre Touvenel à la suite d’une autre affaire de brigandage.

31 Les connexions que révèle l’affaire de Fresne-la-Mère ouvrent des perspectives intéressantes. Plusieurs des membres de la bande qui l’ont commise, condamnés par contumace ou évadés, ont en effet rejoint ou fondé d’autres bandes ou d’autres réseaux : outre Lolivret et Mériotte, on peut citer Louis Louvard, qui fut mis en accusation en fructidor an IV pour plusieurs affaires de chouannage dans l’Eure-et-Loir ; François Robillard, dit L’Enfer, qui fut, de brumaire an II à ventôse an IV, à la tête de la bande – ou plutôt du réseau – qui porte son nom et que « commanda » ensuite Pierre Duval ; et enfin Pierre Calvaire Porte, que nous avons rencontré à Paris. Tous étaient marchands. Et tous étaient normands, à l’exception de Porte, originaire de Brive-la-Gaillarde.

32 Ce n’est évidemment pas par hasard que François Guerrier s’est installé un temps à Dangu, à l’extrémité orientale du département de l’Eure, à deux pas de ceux de l’Oise et de la Seine-et-Oise et non loin de celui de la Seine-Inférieure. À la même époque, Gilles Chemin, poursuivi comme lui dans le Calvados, se fixait à Aumale, aux confins de la Seine-Inférieure, de la Somme et de l’Oise.

33 Par exemple, on voit resurgir en l’an IV des rescapés de l’affaire de la ferme d’Ithe : ainsi François Hubert, dit Gallois, acquitté dans cette affaire puis dans celle de Ris et finalement condamné à mort pour une tentative de vol de grand chemin. Marie Anne Ducontour, qui avait été la compagne d’un des brigands de cette bande et se disait sa veuve, et que l’on retrouve impliquée comme receleuse dans l’affaire Falcon en thermidor an IV, illustre aussi, à sa manière, la permanence du réseau, et laisse imaginer son cheminement souterrain.

Auteur

Professeur d’histoire-géographie

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search