Version classiqueVersion mobile

Les brigands

 | 
Valérie Sottocasa

Première partie. De la légende à la réalité : une identité construite

La « bande de Pourrières » en procès : genre, micro-histoire et brigandage en Provence

Karine Lambert

Texte intégral

1Lorsqu’on s’intéresse à l’histoire de la criminalité en milieu rural, la figure du brigand nous est familière. Elle ressort de formes anciennes de marginalité et de violences populaires qui oscillent au gré des difficultés économiques ou des crispations des rapports sociaux. Les études nombreuses consacrées aux sociétés criminelles et à leurs figures de proue ont également mis en exergue les liens entre les troubles, les incertitudes politiques et la réapparition cyclique du brigandage au premier rang des préoccupations des autorités et des populations rurales.

  • 1 Copie de procédure contre les prévenus de brigandages comme auteurs ou comme complices, 4 vol., Dr (...)
  • 2 Je pense notamment aux ouvrages de l’abbé Maurel, Le brigandage dans les Basses-Alpes, particulièr (...)
  • 3 Maurice Agulhon analyse le phénomène du brigandage en le replaçant dans le contexte spécifique de (...)

2Dès lors, il ne s’agit pas de venir ajouter une énième participation à ce champ qui occupe d’ores et déjà d’abondantes publications dont nous prenons acte. Toutefois, la confrontation avec les archives judiciaires nous a permis de poser un constat : la sous-représentation de la population féminine dans les études scientifiques sans rapport avec leur présence dans les minutes des procès au premier rang desquels une importante procédure instruite en l’an XII contre des prévenus de brigandages devant le tribunal spécial du Var sis à Draguignan1. Dans l’esprit général de nos recherches, nous avons fait le choix d’analyser ce procès d’ores et déjà partiellement utilisé par des érudits locaux2 et des historiens3, du point de vue des femmes, de leurs rapports avec les bandes criminelles. Leurs paroles et leurs attitudes devant leur juge, leurs co-accusés, leurs témoignages ainsi que les discours et les représentations qu’elles nourrissent constituent la voie d’accès privilégiée pour observer les modalités de la construction des identités de sexe dans ces sociétés d’hommes. Ces dernières, révélatrices de l’andria méditerranéenne, portent les marques d’une mentalité archaïque, celle d’un monde rural qui se prête à l’analyse de la gender story, propre à faire la part du concept de pudeur féminine et du respect viril de l’honneur qui constituent les fondements de l’identité familiale et communautaire ainsi que les conditions de la reconnaissance sociale.

3Cette variété des sources nous permet, en outre, une approche fine de la thématique femmes et violence. La dichotomie classique femmes-victimes/femmes criminelles s’enrichit de ces parcours de vie où les mêmes figurent tour à tour du côté de l’outrage subi, puis de l’agression perpétrée sur un tiers. Ce brouillage des rapports entre le féminin et le masculin permet dès lors une relecture des identités de sexe.

  • 4 Ginzburg C., « Signes, traces, pistes, racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, no 6, 1980.

4Au centre de cette communication, nous avons fait le choix de placer le corps des femmes. L’analyser à partir des sources judiciaires revient à faire le récit d’une traque. Celle que mène l’historien pour briser la chape de la pudeur du témoin, du désintérêt du juge ou de la honte de la victime. Certes, le corps des femmes est omniprésent dans le brigandage mais paradoxalement le silence s’établit et le corps s’absente lorsque la mise en mot prend le relais de la mise en geste de l’acte délinquant. Morceaux de corps ou corps désarticulés voilà ce que donne à voir et à entendre la litanie des témoignages et des auditions. Au-delà des discours construits, la plongée dans les archives judiciaires permet une mise en abîme de la chair. Aussi ai-je tenté de cheminer au plus près de certains « parcours » individuels d’hommes et de femmes replacés dans leur environnement social et « suivis » « à la trace », comme le recommandait, voilà déjà quelques années, Carlo Ginzburg, dans une contribution à la revue Le Débat4 consacrée à l’épistémologie de la « nouvelle nouvelle histoire ».

  • 5 Copie de procédure contre les prévenus de brigandages comme auteurs ou comme complices, op. cit.

5La primauté est donnée aux textes, aux sources, à la parole qui s’inscrit dans des documents isolés, ces « premiers jets » que constituent les interrogatoires et les témoignages de la procédure instruite en l’an XII contre les prévenus de brigandages comme auteurs ou comme complices devant le tribunal spécial du Var sis à Draguignan5.

6Ce procès nous invite à une relecture de certaines approches du corps féminin à travers l’analyse successive du corps profané, du corps instrumentalisé et du corps travesti. Par ailleurs, ce parti pris nous permet de reposer la question du fonctionnement des bandes de brigands et du banditisme en Provence et en Italie méridionale. Les rapports entre les membres des bandes criminelles, leurs espion-ne-s et autres receleur-leuse-s étaient codifiés. Évoluant dans la clandestinité et placées en position de hors-la-loi, elles se constituaient en microsociétés afin de mieux agir et de se protéger des agressions, des tentatives d’infiltration et de destruction de la part des représentants des forces de l’ordre, armée, gendarmes ou voltigeurs.

Le corps profané

7Pons Turrier, le brigand repenti, qui, pendant plus de deux ans, nourrit de ses confessions la procédure fleuve instruite contre 116 brigands et leurs complices raconte :

« Je me rappelle m’être trouvé avec cinq individus de la bande de Pourcieux à une expédition qui eut lieu dans le terroir de Pourcieux […] il y a deux ans pour la foire de la quinzaine de Pâques, époque à laquelle plusieurs voyageurs allaient à la foire furent arrêtés et dévalisés. Une femme marchande, demeurant à Peynier, était du nombre de ces voyageurs : elle fut violée par cinq d’entre nous, dans le bois où elle fut entraînée. »

8Il ajoute aussitôt :

« Elle fut violée dans l’ordre suivant : Martin de la Tuilerie, ensuite par Guillaume Sabatier, Daumas dit Basset, François Saumian dit la paille et Etienne Imbert dit Laget ; on lui enleva toutes ses marchandises et effets. »

  • 6 Copie de la procédure, p. 107-108.

9L’ordre auquel Pons fait référence témoigne d’une organisation structurée. En effet, les deux premiers violeurs sont définis plus loin comme étant les « plus fameux de la bande de Pourcieux6 ». Ainsi, cette femme qui demeure sans identité propre, voit son corps profané successivement par les différents membres de la bande selon le même ordre hiérarchique qui préside à la répartition du reste du butin. Cette ritualisation sociale de l’agression sexuelle et du partage du corps matérialise le rang et le rôle de chacun dans les bandes criminelles. La position dominante du chef doit être sans cesse réaffirmée grâce à la preuve de sa vitalité virile. Une baisse de sa forme physique suffirait à fragiliser son ascendant. L’usage du viol collectif peut dès lors être interprété dans ce contexte comme un événement catalyseur pour le groupe puisqu’il s’effectue en présence de tous et sous le regard de chacun tandis que la bande éprouve sa cohésion interne.

  • 7 Copie de la procédure, p. 121-122.

10Le 25 prairial an X, une bande de treize hommes, après avoir commis de nombreux vols chez des particuliers et dans les bois de Cadaraches près de Rians, se rendirent dans une bastide et se firent ouvrir la porte par « une personne du sexe » dont Pons dit ignorer « si elle était femme ou fille7 ». À la question du juge : « Cette fille ne fut-elle pas violée par chacun de vous tour à tour et maltraitée en lui donnant des soufflets », le brigand répond, qu’occupé à manger, il ne la toucha pas et ne vit rien ajoutant immédiatement :

« Revest de Tourves était allé au jardin avec elle pour cueillir des radis et des oignons et ce fut là qu’il commença le premier, et ensuite quatre ou cinq de mes camarades la violèrent aussi, ainsi qu’ils nous le dirent en rentrant dans la bastide. »

11Si le chef de cette expédition, Félix Barthélemy de la Valette occupé à satisfaire son appétit, n’agressa pas cette femme, ce fut son second, Revest de Tourves qui s’en arrogea la primauté. Ainsi la hiérarchie était-elle respectée comme l’indiquent les décorations revêtues par l’un et l’autre. Tandis que Félix arborait une belle médaille d’or large comme la paume de la main volée à un commissaire d’Aix-en-Provence, Revest de Tourves était coiffé d’un chapeau de chef d’escadron avec un plumet rouge tandis que leurs troupes se contentaient d’agrémenter leurs chapeaux d’un plumet.

  • 8 Agulhon M., La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, op. cit., p. 386.

12Au vu de la procédure, il apparaît que le danger d’être agressée sur les routes est tout aussi important que celui d’être outragée dans sa bastide surtout si cette dernière est située à l’orée des bois. Les bandes qui sillonnent la Provence au lendemain de la Révolution se sont en effet quasi rendues maîtresses des forêts, devenues leur espace de prédilection pour commettre des forfaits et chercher asile. Leur attention criminelle se porte régulièrement sur les ménages qui vivent à proximité de leur territoire. Certaines de leurs descentes ne visent rien d’autre qu’à assouvir une sexualité faite de frustrations et de fantasmes. Phénomène essentiellement masculin, les bandes criminelles regroupaient en majorité des hommes dans la force de l’âge. Si durant la période révolutionnaire, en raison du poids des réfractaires à la conscription la moyenne d’âge flirtait avec les 18-20 ans, par la suite celle-ci augmenta pour atteindre 33-35 ans8.

  • 9 Copie de la procédure, t. 1, p. 45 et p. 65.
  • 10 Copie de la procédure, t. 1, p. 51.
  • 11 Dubarry A., Le brigandage en Italie depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Plo (...)

13Aussi en va-t-il pour eux de la satisfaction de leurs besoins sexuels comme de ceux en nourriture ou en argent. Ils les assouvissent par la force. En l’an ix, une mère et ses filles furent violées au terroir d’Artigues9. Quelques mois plus tard, le même groupe assassina un jeune moissonneur avant d’enlever sa sœur qu’ils conduisirent de force « dans les bois d’où ils la renvoyèrent après l’avoir violée10 ». Cette pratique n’est pas isolée et nous en avons trouvé de nombreuses traces dans d’autres procédures pour brigandage ou banditisme. Dans certaines situations, seul compte le geste visant à soustraire le corps d’une femme à son père ou à son mari. La flétrissure subie par ce dernier par le simple changement de main rejaillit inévitablement sur le reste du groupe, d’où le déclenchement du cycle infernal de la vengeance et de son corollaire le banditisme. Cette pratique vendettaire n’est pas isolée puisqu’Armand Dubarry nous rapporte, dans son ouvrage bien documenté sur le brigandage en Italie11 que Michel di Lomgobardi, un brigand contemporain de Fra Diavolo avait traîtreusement massacré le fiancé d’une jeune femme. Celle-ci, folle de douleur, appela le détachement français en garnison dans son village à la venger. Lomgobardi l’apprit. Fou de colère, il attira la jeune fille dans un piège avec ses deux sœurs, leur fit subir les derniers outrages, les livra nues à sa bande qui s’en rassasia puis les égorgea avant d’abandonner leurs cadavres aux oiseaux de proie.

  • 12 Cet acte de désespoir attire l’attention de Maurel qui en propose une description pétrie de lyrism (...)

14Dans la procédure provençale, la déchéance sociale qu’implique l’outrage de la vertu féminine tout entière pétrie de pudeur et de chasteté protège les auteurs de ces viols en réunion de toutes poursuites judiciaires. Ces femmes violées ne portent pas plainte tant la honte ressentie par cette intimité bafouée ne peut supporter la publicité. La souillure avilissant le corps physique tout autant que le corps social de ces femmes les place, aux yeux du groupe, du côté de la débauche. La responsabilité de l’acte n’est pas en cause, seule compte au regard de la communauté sa réalité : une femme violée est une femme fautive, dévoyée, rejetée et non une victime. Certaines préfèrent d’ailleurs la mort comme cette jeune accouchée de Majastre qui préfère à l’outrage le poignard de Jean Pierre Moutte, un brigand de Pourrières12.

  • 13 Vigarello G., Histoire du viol (XVIe-XXesiècle), Paris, Seuil, 1998, p. 30-32.

15Georges Vigarello a par ailleurs suffisamment démontré tout au long de son ouvrage consacré à L’histoire du viol combien les vols commis sur les grands chemins étaient perçus par la conscience collective et par l’institution judiciaire comme autrement plus graves que les violences sexuelles13. Les agresseurs sont quasi assurés de leur impunité – aucun acte d’accusation ne mentionne explicitement le viol, ne sont retenus que les faits de brigandage. En outre, ils ont la certitude de la dévastation sans pareille des familles suite à l’outrage fait à une mère, une fille, une sœur, une domestique.

16Aussi le viol appartient-il à l’arsenal de la terreur dont usent les bandes criminelles pour obtenir de leurs proies l’aveu de leurs richesses et au-delà pour signaler qu’elles règnent sans partage sur leur territoire. Le corps des femmes devient l’enjeu de rivalité de pouvoir, il est le lieu où s’exprime la prise de pouvoir.

Le corps instrumentalisé

  • 14 Maurel expose un grand nombre d’attaques dans son ouvrage : Maurel J., Le brigandage dans les Bass (...)

17Le déroulement des nombreux pillages auxquels se livrent les brigands et durant lesquels ils s’emparent de nourriture, de vêtements, argent et bijoux se répète sans cesse dans l’horreur macabre d’un scénario implacable. Entre cinq et quinze brigands se présentent devant une ferme, pénètrent à l’intérieur en fracturant portes et fenêtres ou bien à l’aide de subterfuges. Ils se font fréquemment passer pour des voyageurs égarés, pour des membres des colonnes mobiles ou utilisent la complicité spontanée ou forcée d’un proche du chef de famille qui, à l’écho d’une voix familière, ouvre la porte sans méfiance. Une fois à l’intérieur, la frayeur s’empare des habitants qui, dans le plus grand désordre, tentent d’amadouer leurs indésirables visiteurs par l’offre de victuailles, par des prières éplorées tout en essayant de les convaincre de leur total dénuement. Néanmoins, les renseignements pris à l’aide de diverses complicités leur paraissant suffisamment fiables quant à l’état réel de fortune de leurs victimes, les brigands, après quelques injonctions et menaces, usent rapidement de moyens radicaux afin d’obtenir la désignation des diverses caches où les économies familiales sont mises à l’abri. L’époux est torturé (strangulation, coups de pieds, de poings, blessures faites à l’aide de stylets) pendant qu’à proximité sa femme, ses filles ou sa domestique subissent tour à tour les assauts de divers membres de la bande14.

  • 15 Vigarello G., Histoire du viol (XVIe-XXesiècle), op. cit., p. 33.
  • 16 Copie de la procédure, t. 1, p. 91.
  • 17 Agulhon M., La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, op. cit., p. 387.

18Là encore nous ne parvenons à cette reconstitution sordide qu’au travers des témoignages de repentis. Aucune plainte n’affleure en justice. Le déshonneur garantit le silence, les violeurs le savent. Vigarello parle de « conscience obscure de l’agresseur15 ». Nous ne pouvons partager pleinement son analyse puisque le viol est ici instrumentalisé et participe du dispositif de l’attaque criminelle comme de la vengeance privée. Ainsi, à la demande de Félix Aillaud, un émigré, les brigands devinrent sicaires. Il leur manda de tuer un père et son fils et de violer sa femme et ses filles « parce qu’il leur voulait du mal16 ». À la mort physique des hommes correspond la mort symbolique, la mort sociale des femmes. Les règles de l’honneur sont maîtrisées par les membres des bandes car n’oublions pas qu’ils n’appartiennent ni aux déclassés, ni aux déracinés17.

19Par ailleurs, l’exercice de la sexualité collective participe de la construction sociale de la virilité des hors-la-loi. Pons Turrier rapporte dans beaucoup de ses témoignages des agressions auxquelles il dit ne pas avoir participé. Il en a été informé par ses camarades qui partageaient fièrement leurs méfaits comme autant de victoires à mettre à l’actif de leur témérité ou de leur cruauté. Le jeu et le récit de leurs exploits sexuels occupaient les moments d’inactivité des bandes tout autant que la lecture d’ouvrages licencieux mettant en scène des corps de jeunes filles dénudés et offerts. Lors d’une attaque de la bande de Pourrières, celle-ci découvrit avec surprise une malle pleine de livres. Quelques ouvrages retinrent l’attention des frères Roche, chefs de bandes qui en firent la lecture à leurs compagnons. Pons se souvient que

« l’un de ces livres avait des estampes représentant des dames et des abbés dont l’un représentait le signe d’appeler avec son doigt quelques unes des dames ».

20Il cite quatre vers qui l’ont particulièrement marqué :

  • 18 Copie de la procédure, t. 1, p. 156.

« Venez, venez madame la glisseuse, en lui criant à haute voix, je suis ici pour Saint François et je suis au fait de la glissade18. »

  • 19 Roux J.-P., Le sang, mythes, symboles et réalités, Paris, Fayard, 1988.

21La prégnance de la sexualité est évidente dans ces sociétés d’hommes qui instaurent une contre-société liée par une fraternité archaïque et violente. Cette dernière se scelle dans le crime, dans le sang19 et les larmes mais avant tout par le partage du corps de leurs victimes tout autant que dans la répartition du butin et la codification d’une hiérarchie. Là s’exacerbe leur rapport à une masculinité offensive et se réaffirme leur virilité.

22Le théâtre et la littérature ont régulièrement mis en scène une gent féminine soumise aux assauts violents d’êtres brutaux et cruels, hommes des sombres forêts qui assouvissaient sur le corps de fraîches jeunes filles leurs sauvages instincts. Si l’on ne retient que quelques pièces parmi celles consacrées au fameux brigand calabrais Michel Pezza plus connu sous le surnom de Fra Diavolo qui participa à la lutte anti-française dans le royaume de Naples en 1806, on note la récurrence du motif de la pudeur féminine outragée.

23Ainsi une œuvre anonyme de 1835 consacrée aux méfaits de Michel Pezza relève que pour ce dernier :

  • 20 BnF, 8-FM-3182 ; La confession du fameux brigand Frère-Diable. Ses crimes, ses forfaits, ses atroc (...)

« Rien ne fut sacré, l’âge, le sexe, les caractères les plus estimables, la vertu la plus exemplaire, fut pour lui un moyen de plus pour aiguiser contre son fer d’assassin […]. Ce tigre ne fut pas insensible à l’amour. On raconte que la jeune fille d’un vaguemestre d’un régiment français, passant isolément sur la route de Fondi, eut le malheur de tomber au pouvoir des bandits de sa troupe ; amenée devant lui, d’abord hypocritement il fit semblant de la traiter avec beaucoup d’égards. […] Mais peu après, il assouvit sur elle de vive force tout ce que le crime et le vice peuvent imaginer de plus infâme et de plus cruel. Exterminé de fatigue et de luxure, il fait traîner devant lui le vieux soldat (père de l’otage) et aux yeux même de sa fille déshonorée, d’un coup de pistolet il lui fait sauter la cervelle en lui disant : “Sans doute après ce qui vient de se passer entre ta fille et moi, tu ne saurais survivre à sa honte et à son déshonneur.” Le père expédié, il livra la jeune fille à sa bande qui après trois jours de martyre fut assez heureuse de pouvoir s’emparer du poignard d’un brigand pour mettre un terme à ses tourments20. »

  • 21 Franconi H. (jeune), Fra Diavolo, ou le frère diable, chef de bandits dans les Alpes, scènes équest (...)

24Si l’on confronte ce récit romancé avec les témoignages des inculpés pour brigandage, on note que la dramaturgie tient bien moins à l’imagination des auteurs qu’à la description quasi fidèle des exactions commises par les bandes criminelles sur leurs cibles provençales. En outre, ces récits littéraires donnent sens à cette pratique du viol collectif, dont nous avons pu démontrer la régularité. Il ne s’agit plus de considérer ces exactions commises sur le corps des femmes comme le simple témoignage de la frustration sexuelle de groupes d’hommes dans la force de l’âge. La recherche d’un plaisir physique ne constitue pas la principale motivation de ces agressions. Dans la pièce de Franconi21, la bande de Fra Diavolo après avoir attaqué un château enlève une jeune fille, Rosa, que ce dernier

« trouve à son goût, la malheureuse en frémit. Saint Léon [son amant de cœur fait prisonnier en même temps qu’elle] maudit ses chaînes qui le retiennent captif. Le chef brigand veut embrasser sa prisonnière, elle le repousse. Le Français veut voler au secours de sa belle amie, on l’arrête. Fra Diavolo furieux de la résistance de l’Italienne et de l’audace du Français ordonne que ce dernier soit massacré. Rosa aux genoux du féroce brigand le supplie de sauver la vie du jeune homme. Rien ne peut le toucher. Le brave et malheureux Français est renversé, il va périr. On entend au loin une fusillade ».

  • 22 Audoin-Rouzeau S., L’enfant de l’ennemi, 1915-1918 : viol, avortement, infanticide pendant la Grand (...)

25Les renforts mettent les brigands en fuite mais leur chef tient toujours sa jeune proie. Ici la morale sera sauve puisque le bandit sera abattu par le jeune héros français avant d’avoir pu flétrir la chair de la jeune vierge. Certes, il s’agit d’une œuvre de fiction écrite à la gloire de la Nation victorieuse mais le choix de mettre en exergue cet épisode est néanmoins révélateur de ce qui apparaît comme un crime habituel des brigands réputés anti-républicains. Le corps féminin appartient non seulement à la communauté des frères et des époux mais il devient le lieu symbolique même de cette communauté et de l’honneur de celle-ci. Il y a « patrimonialisation » des corps féminins qui deviennent le lieu d’enjeux sociaux et politiques. L’appartenance des femmes étant implicitement perçue comme sexuelle. Cela renvoie à la thématique développée par les historiens du XXe et certains anthropologues et sociologues autour des viols systématiques et de la culture de guerre. Je pense notamment aux travaux de Stéphane Audoin Rouzeau sur l’enfant de l’ennemi22, de Véronique Nahoum-Grappe sur la guerre en ex-Yougoslavie, de Daniele Voldman sur les deux conflits mondiaux du XXe de Jacqueline Des Forts sur le Tiers-Monde ainsi que ceux de Françoise Thébaud. Cette dernière avance l’hypothèse de « la nationalisation des femmes » pendant la Grande Guerre au sens où le corps des femmes appartient à la nation et aux maris. Tous ces auteurs ont également insisté sur l’impact corrupteur de ces agressions sexuelles pour l’ensemble d’une société et leur rôle dans les stratégies politiques mises en place pour s’assurer de la victoire en utilisant toutes les potentialités à disposition des armées en guerre. Or l’instrumentalisation du viol-torture, du viol-vengeance et la régularité des agressions collectives dans les sociétés criminelles post révolutionnaires nous incline à envisager également les violences sexuelles à l’encontre des femmes comme visant la déstabilisation non seulement de la cohérence/cohésion sociale mais également politique. En affirmant leur pouvoir par la force, en revendiquant leur virilité par leurs exactions, les hommes de la bande de Pourrières troublent l’ordre familial patriarcal. En dépossédant les pères, les frères et les époux de leur pouvoir de domination et de leur autorité sur leurs compagnes, en exerçant en quelque sorte un droit de cuissage sur les filles de leur territoire, les brigands mettent en péril l’équilibre du corps social et subvertissent le corps politique. Le viol est ici le symbole d’une prise de contrôle, d’une lutte de pouvoir dans un entre soi masculin. Rappelons que les bandits dénoncés par Pons Turrier, le repenti de la procédure varoise de l’an XII, sont considérés comme participant du réveil royaliste de l’automne 1798 et menant la guérilla contre un État dont ils récusent les lois.

Le corps réifié

  • 23 Barra F., Cronache de brigantaggio méridionale, 1806-1815, Salermo, Società ed. meridionale, 1981.

26Si les victimes d’agressions sexuelles ne retiennent que peu l’attention de la justice et n’appellent que quelques remarques laconiques du repenti Pons Turriers, les maîtresses-receleuses font l’objet d’enquêtes fouillées et d’interrogatoires précis. Dans l’entourage immédiat des hors-la-loi, est avérée l’existence d’un volant de jeunes femmes réputées peu farouches et désignées sous le vocable de maîtresses-receleuses ou de « donne di piacere » soit « femmes de plaisir » pour reprendre l’expression utilisée par le bandit Laurenziello contemporain de Fra Diavolo et qui a été étudié par l’historien napolitain Francesco Barra dans son ouvrage Chronique du brigandage méridional (1806-1815)23.

  • 24 Copie de la procédure, t. 1, p. 11.

27Toutefois, ces déclarations ne laissent que peu de place pour expliquer les motivations ou les circonstances amenant cette population féminine vers la collusion avec des brigands. Dans les dépositions de Pons on ne trouve que des complices consentantes qui, souvent, assurent, outre le recel, des fonctions amoureuses. Certes, la prudence commandait de ne pas résister aux desiderata des brigands qui n’hésitaient pas à faire passer de vie à trépas les réticent-es-s. Reste, qu’au vu de la brutalité dont usent les bandits pour parvenir à leurs fins, il paraît nécessaire de faire une part à la peur qu’ils inspirent. La question du consentement se pose avec acuité en raison de certains témoignages de brigands. Il faut par ailleurs relever que la justice a régulièrement placé les maîtresses-receleuses parmi les débauchées, libertines et autres prostituées. Le 14 ventôse an XI le préfet donne l’ordre d’arrêter François Garon, charbonnier de Saint Martin de Pallières, son épouse et la fille de cette dernière Nanette Escartefigues « pour entretenir des intelligences avec les brigands24 » et être, pour cette dernière, la maîtresse de l’un d’entre eux. Au fil de la procédure, Pons Turrier, le bandit repenti, noircit son portrait :

  • 25 Copie de la procédure, t. 1, p. 96.

« Quiconque voulait jouir d’elle en jouissait, non seulement elle nous recevait à volonté chez elle toutes les fois que nous désirions, mais encore soit dans l’auberge, soit dans les bois, elle venait nous chercher, nous agacer et nous provoquer25. »

28Fantasme ou usage contraint, il nous est difficile de nous prononcer au contraire de la justice qui relâcha cette fille de charbonnier le 13 ventôse an XII (4 mars 1804).

  • 26 Nous partageons ici les réserves d’Agulhon M., La vie sociale en Provence intérieure au lendemain (...)

29Nous pouvons nous interroger sur la présentation faite par Pons de ces femmes réputées partager leurs faveurs sexuelles entre plusieurs membres de la bande26 comme la veuve Richaud :

  • 27 Copie de la procédure, t. 1, p. 89.

« Cette femme a plus fait de mal que le diable, c’est un démon. Son mari a été fusillé mais c’était un bon diable qui n’avait rien fait en comparaison d’elle […] elle était la putain de l’un et de l’autre, en un mot de qui voulait27. »

30Même interrogation à propos de l’épouse Guzot, plus servile et plus efficace que son époux, un aubergiste de Ginasservis. À propos de l’épouse, Pons témoigne :

  • 28 Copie de la procédure, t. 1, p. 97.

« Elle était pareillement un diable comme l’autre [N. Escartefigues], elle avait pareillement reçu tant d’effets volés qu’il ne m’est pas possible de rappeler de quels vols ils provenaient ; je me rappelle tant seulement qu’elle avait recelé nombre des effets volés dans les bastides parmi lesquels il y avait de l’argenterie28. »

  • 29 Copie de la procédure, t. 1, p. 158.

31Il apparaît que la participation des femmes à l’organisation criminelle certes souhaitable devient contre nature lorsque celles-ci se laissent porter à des excès, marque d’amertume à l’égard de ces veuves présentées comme âpres au gain et poussent au crime ou défiance traditionnelle à l’égard de femmes seules qui échappent à la tutelle masculine. En tout cas, tout au long des dépositions de Pons apparaît la volonté délibérée de perdre ces receleuses qui se sont départies de la modestie, de la retenue et de la pudeur propres à leur sexe. Pons va jusqu’à dénoncer l’une d’entre elles, maîtresse déclarée d’un brigand, et receleuse vorace, pour infanticide29. Il aurait aidé à sortir le cadavre d’un nouveau-né du puits de la ferme dans laquelle cette dernière vivait.

32Certes, nous savons suffisamment que ce geste criminel n’est pas toujours la résultante de relations sexuelles forcées. Toutefois, dans ce cas précis le doute reste entier. En effet, cette femme célibataire, d’ores et déjà marginalisée par sa proximité flagrante avec les brigands, qualifiée de putain par de nombreux témoins et mère de plusieurs enfants illégitimes, a semble-t-il, un niveau de vie qui lui permet d’envisager une nouvelle naissance sans mettre en péril l’économie domestique. De l’identité du géniteur ou des géniteurs possibles, nulle mention alors que la tonalité de l’accusation devient ici haineuse. Nous ne pouvons déterminer avec certitude ce qui prévaut dans cette délation. Est-ce la marque d’un ressentiment de s’être vu éconduit et préféré un autre ? Est-ce la volonté d’alimenter toujours plus une procédure fleuve et de gagner chaque jour quelque répit devant le gibet ? Est-ce l’ébranlement d’une conscience et de valeurs morales solidement ancrées chez cet assassin qui étalonne les crimes en fonction d’une justification politique et économique ? Est-ce la marque de sa volonté de se démarquer de la dépravation intolérable de la mère infanticide qui supprime la chair de sa chair ? Cette accusation prouve en tout état de cause la surveillance étroite qui entourait l’économie des corps des femmes relevant de l’autorité du clan.

  • 30 Chebel M., Le livre des séductions suivi de Dix aphorismes sur l’amour, Payot, 1996, p. 7.

33Plus généralement, il n’en demeure pas moins certaines ambivalences dans ces récits qui font la part belle à la séduction féminine. Qu’en est-il réellement de ces relations sexuelles décrites comme recherchées avec obstination par ces jeunes femmes ou ces veuves car, comme le rappelle le poète Malek Chebel « la séduction recèle aussi ses stratégies sordides, ses équivalences malheureuses, ses limitations douloureuses ou ses promesses trahies30 ».

  • 31 Dauphin C. et Farge A. (dir.), Séduction et Société. Approches historiques, Paris, Seuil, 2001.
  • 32 Copie de la procédure, t. 1, p. 269.

34Ne pourrait-on lire ici une autre modalité des formes de la domination masculine. Là où les sociétés criminelles masculines ne lisent qu’une rencontre des corps et une satisfaction immédiate de la chair, ces femmes élaborent des stratégies d’évitement en choisissant de ne plus risquer d’être violées et de protéger leur vie. En acceptant de livrer leurs corps à l’appétit frustre des brigands, elles s’assurent leur protection ainsi qu’un certain confort matériel. Aussi serions-nous dans ce lieu « où le plaisir et l’amour, mais aussi l’alarme, le rapt et la captation et éventuellement la transgression peuvent s’entremêler », lieu ainsi défini par Arlette Farge dans l’ouvrage Séduction et société. Approches historiques qu’elle a codirigées31. Par ailleurs nous ne pouvons nier à rebours le charme dégagé par ces hors-la-loi. Ainsi, certaines inculpées de la procédure varoise avouent une certaine fascination et une curiosité pour ces bandits « ceux qu’on appelait les Felix qu’on dit être de si beaux hommes32 ». J’ai pu vérifier cette réalité de l’attrait qu’exerçaient ces criminels lors d’une étude menée sur les bandits corses au XIXe. Ces derniers ont attiré dans le maquis de nombreuses voyageuses, anglaises, notamment qui ont restitué dans leurs carnets de souvenirs la puissante séduction qui se dégageaient de ces hommes virils. Gracieux Faure rapporte :

  • 33 Faure G., Banditisme et bandits célèbres de Corse, Paris, Chez l’auteur, 1858, p. 79-80.

« Que diriez vous enfin, si je vous apprenais que de très grandes dames, non seulement d’Ajaccio mais aussi de Paris, ont promené au makis pour avoir avec eux une entrevue ? Qu’elles ont emporté des mèches de leurs cheveux et les ont elles-mêmes comblés de riches présents ? Qu’à la destruction de quelques uns d’entre eux, des officiers, dans les mains desquels tombait leur portefeuille devaient prendre sur eux de brûler nombre de lettres compromettantes pour plus d’une dame ou d’une demoiselle des meilleures maisons33 ? »

35Certes, dans la Provence des lendemains de la Révolution française, nous sommes loin de cette présentation romanesque des rapports entre les sexes qui renvoie au temps de la construction du statut du bandit d’honneur. Les impératifs féminins ne sont pas ceux du frisson de l’aventure mais renvoient à la nécessité de survivre en mettant en place une gestion efficace de la chair. Cette stratégie raisonnée du partage des corps entre les membres du groupe trouve un écho dans l’exercice régulier d’activités de recel. Ainsi il est parfois difficile pour Pons de se souvenir des effets volés revendus par les unes ou les autres tant :

  • 34 Ibid., t. 1, p. 69.

« Elle venait trop fréquemment faire cette commission… elle venait nous voir si fréquemment que je pourrais dire qu’elle venait tous les jours34. »

  • 35 Copie de la procédure, t. 1, p. 133.

36Les femmes recèlent avant tout des bijoux, des tissus, des dentelles, de l’argenterie tandis que les hommes recèlent davantage les armes, l’argent. Cette distribution des rôles s’opère selon la nature des occupations de leur sexe et le régime des apparences. Montres, bagues et mouchoirs se dissimulent facilement dans le repli d’une jupe. Les receleuses profitent pleinement de la surveillance relâchée qui s’exercent à leur endroit et des moindres soupçons qu’elles soulèvent auprès des autorités et des marchands pour multiplier leurs déplacements et leurs ventes à Aix, Marseille, Fréjus35.

  • 36 Copie de la procédure, t. 1, p. 161.
  • 37 Copie de la procédure, t. 1, p. 246.

37Enfin, d’aucunes se promenaient en arborant sur elles des effets volés. En l’an VIII, lors d’un vol important de linge, habillements et bijoux commis sur des voyageurs, les brigands se rendirent dans la bastide qu’exploitaient leurs compagnons, les frères Brunias et donnèrent à leurs trois sœurs des bijoux36. Elles paradèrent dès lors fièrement dans leurs villages en parant leurs corps de vêtements et bijoux volés qui trahissaient leurs origines par leur nombre et leur valeur. Ailleurs, un témoin précise que la femme Plumière avait reçu une telle quantité de bijoux qu’il ne crut pas « qu’il y ait dans Marseille femme qui ait autant de bijoux qu’elle37 ». Ces femmes marginalisées du fait de leurs accointances et de leur commerce charnel ou subodoré tel avec les criminels affichent clairement leur appartenance. Dépendre du groupe des brigands leur permet de combler la défaillance de leur isolement puisqu’elles sont pour la plupart veuves ou célibataires. Nous pouvons également lire dans cette geste l’intégration du jeu des apparences sociales, la volonté de prendre une revanche sur une populace souvent misérable qui les exclut, tout autant que la marque d’une certaine coquetterie féminine. Quant aux brigands, en ornant ainsi le corps de leurs compagnes, ils affichent une fois encore leur pouvoir tout en témoignant à l’égard des autorités policières et judiciaires d’un sentiment d’impunité et de supériorité. Reste qu’il s’agit d’une réification du corps des femmes, réification qui, paradoxalement fondée, constitue un des remparts contre la non-maîtrise de leur sort et une précarité subie. L’autre dispositif mis en place par les femmes pour éviter leur assujettissement aux violences exercées à l’encontre de leur intégrité physique consiste à cacher leur corps sous des vêtements d’hommes.

Le corps travesti

  • 38 Copie de la procédure, t. 1, p. 71.

38C’est la stratégie mise en œuvre par des brigandes comme Marie Jourdan dite La Belle Marchande, originaire d’Espinouse, mariée à Esparron de Pallières, qui « en avait fait de toutes les couleurs jusqu’à s’habiller et se déguiser en homme et commettre des vols sur le grand chemin avec les bandes38 ». « Cette méchante femme qui a fait plus de mal qu’on ne saurait imaginer et même décrire » et ces congénères brouillent les identités de genre en singeant l’accoutrement des brigands.

39Ainsi, Victoire Olivier la veuve d’un certain Banon assassiné lors d’une dispute par ses compagnons est décrite comme

« ayant un pantalon à la hussarde bordé en dehors des cuisses d’un drap rouge garni de boutons tout le long, ayant aussi un gilet blanc carmagnole de nankin rayé bleu et blanc, un mouchoir de couleur jaune au col et un chapeau rond d’homme avec son galon d’argent terminé aussi par des pompons ».

40Pistolets, stylets, cartouchière en forme de ventrière, surnom, complètent leurs tenues. Ainsi habillées, elles participent aux attaques, espionnent et participent du récit collectif des exploits rapportés aux absents. Il est indiqué par plusieurs accusés que Victoire Olivier s’est jointe à vingt brigands lors d’une attaque contre une dizaine de voyageurs sur la route menant de Saint Maximin à Ginasservis en l’an VIII.

41En s’harnachant comme leurs compagnons, en agissant en brigands, ces femmes nous donnent de précieuses indications sur les modalités de la construction sociale et culturelle de la virilité dans les sociétés de hors-la-loi. Mais au total elles ne font qu’adapter les gestes, les codes ainsi que les ruses des brigands. Ces derniers usent en effet régulièrement du travestissement de leurs identités pour échapper à leurs poursuivants. Ils utilisent de faux noms, se déguisent parfois en militaires pour se déplacer avec plus de sécurité voire portent des masques ou des mouchoirs pour camoufler leur visage afin de déjouer la méfiance des bastidiers et éviter toute possibilité d’être identifiés par de téméraires victimes.

42Mais plus encore s’habiller en homme, agir selon les codes du masculin demeure certainement une manière efficace de faire oublier un corps féminin et les promesses de plaisir qu’il semble offrir aux brigands. Camoufler son sexe biologique pour adopter un sexe social tout entier pétri par l’exercice d’un pouvoir de domination et d’une totale autonomie signifie également refuser l’enfermement dans un quotidien imprégné de précarité, de harcèlement, de peurs pour des femmes affaiblies par leur veuvage et la disparition d’une protection masculine. Investir même temporairement ces sociétés viriles semble une protection efficace contre les agressions sexuelles mais c’est également établir une proximité impensable. Travestir les identités biologiques et sociales constitue aux yeux du premier sexe une subversion de l’ordre politique tout entier fondé sur une organisation naturelle des sexes. Le registre sémantique de la dénonciation de cette volontaire confusion des sexes relève assez la condamnation sans appel de ces pratiques volontiers tenues comme contre-nature. « Diable… diablesse, démon » qualifient les femmes coupables d’adopter ces attitudes. Ces propos sont d’ailleurs relayés par les jugements implacables de l’institution judiciaire.

*

  • 39 Le terme tactique est employé au sens où l’a défini Michel de Certeau : « J’appelle au contraire “ (...)

43Ce procès révèle la manière dont des individus analphabètes, non instruits du déroulement du rituel judiciaire, résistent et gèrent un moment aigu de crise, une rupture souvent déterminante dans le cours ordinaire de leur vie. Leur tactique39 est précisément cet « art de faire » qui « joue » sur les failles du système et qui, sans sortir du système, s’y invente des marges de manœuvre. À défaut de pouvoir les libérer, celles-ci leur permettent de s’extraire dans les limites imposées par le système, en dépit des contraintes imposées, et même d’une certaine façon grâce à ces contraintes astucieusement exploitées.

  • 40 Ibid., p. 35.

« Plus généralement, une manière d’utiliser des systèmes imposés constitue la résistance à la loi historique d’un état de fait et à ses légitimations dogmatiques. Une pratique de l’ordre bâti par d’autres en redistribue l’espace, elle y crée au moins du jeu, pour des manœuvres entre forces inégales et pour des repères utopiques40. »

44Si la justice a pu faire preuve de clémence à l’égard d’aucunes, accusées de complicité de brigandage, elle devient inflexible et s’arqueboute sur la Loi pour punir ces accusées aux mœurs contre-nature lisant là un témoignage supplémentaire de la « mauvaiseté » irrécupérable de ces femmes. En plus de leur corps, de leur pudeur et de leur honneur, elles ont abandonné leur conscience, leur morale et transgressé la norme commune en bouleversant l’ordre sexué. Cette subversion de l’ordonnancement des corps et des identités qui s’y rattachent devient mortifère pour le pouvoir masculin et incarne une promesse de chaos pour la société et l’ordre politique.

Notes

1 Copie de procédure contre les prévenus de brigandages comme auteurs ou comme complices, 4 vol., Draguignan, chez Fabre, an XII-1804.

2 Je pense notamment aux ouvrages de l’abbé Maurel, Le brigandage dans les Basses-Alpes, particulièrement depuis l’an VI jusqu’en l’an X, Marseille, Librairie P. Ruat, 1899 ; de Galmot J., Nanette Escartefigue, histoire de brigands ; les Barbets du comté de Nice et les réquisitionnaires de l’Esterel, Nice, P. Lersch et A-N. Emanuel, 1906 ; et de Poupé E., L’affaire des brigands d’Aups (brumaire an XI), Draguignan, impr. Latil frères, 1906.

3 Maurice Agulhon analyse le phénomène du brigandage en le replaçant dans le contexte spécifique de Var de l’immédiat après Terreur blanche. Le poids des événements parisiens, de la conscription, de la conjoncture économique, la lutte organisée par l’administration préfectorale contre des réseaux structurés sont scrupuleusement examinés dans l’ouvrage consacré à La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution Paris, Société des études robespierristes, 1970. Voir également la thèse de Michel Iafelice sur Les résistances à la domination française dans le pays niçois (1792-1814), Nice, Serre éditeur, 1998.

4 Ginzburg C., « Signes, traces, pistes, racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, no 6, 1980.

5 Copie de procédure contre les prévenus de brigandages comme auteurs ou comme complices, op. cit.

6 Copie de la procédure, p. 107-108.

7 Copie de la procédure, p. 121-122.

8 Agulhon M., La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, op. cit., p. 386.

9 Copie de la procédure, t. 1, p. 45 et p. 65.

10 Copie de la procédure, t. 1, p. 51.

11 Dubarry A., Le brigandage en Italie depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Plon, 1875.

12 Cet acte de désespoir attire l’attention de Maurel qui en propose une description pétrie de lyrisme et d’héroïsme : Maurel J., Le brigandage dans les Basses-Alpes, particulièrement depuis l’an VI jusqu’à l’an X, étude d’histoire contemporaine précédée d’une introduction sur l’état des esprits dans le département des Basses-Alpes depuis 1789 jusqu’à l’an VI, Marseille, P. Ruat, 1899, p. 277. Voir Copie de la procédure, p. 42.

13 Vigarello G., Histoire du viol (XVIe-XXe siècle), Paris, Seuil, 1998, p. 30-32.

14 Maurel expose un grand nombre d’attaques dans son ouvrage : Maurel J., Le brigandage dans les Basses-Alpes, op. cit., p. 211, p. 218-219, p. 231, p. 236-237. Voir Copie de la procédure, t. 1, p. 87.

15 Vigarello G., Histoire du viol (XVIe-XXe siècle), op. cit., p. 33.

16 Copie de la procédure, t. 1, p. 91.

17 Agulhon M., La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, op. cit., p. 387.

18 Copie de la procédure, t. 1, p. 156.

19 Roux J.-P., Le sang, mythes, symboles et réalités, Paris, Fayard, 1988.

20 BnF, 8-FM-3182 ; La confession du fameux brigand Frère-Diable. Ses crimes, ses forfaits, ses atrocités. La manière horrible dont il traitait les religieux et les religieuses. Ses exploits comme chef de guérillas contre les armées françaises sous les ordres du cardinal Ruffo. Son arrestation, sa mise en accusation, sa condamnation à la peine de mort. Les dernières paroles qu’il a prononcées au moment de son exécution, Paris, 1835, 12 p.

21 Franconi H. (jeune), Fra Diavolo, ou le frère diable, chef de bandits dans les Alpes, scènes équestres, historiques et militaires, à grand spectacle, en deux parties par messieurs Cuvelier et Franconi cadet, présenté pour la première fois au Cirque olympique le 17 août 1808, Paris, Barba libraire, 1808, 22 p.

22 Audoin-Rouzeau S., L’enfant de l’ennemi, 1915-1918 : viol, avortement, infanticide pendant la Grande guerre, Paris, Aubier, 1995 ; Nahoum-Grappe V., Du rêve de vengeance à la haine politique, Paris, Buchet-Chastel, 2003 ; Rouquet F., Virgili F. et Voldman D. (dir.), Amours, guerres et sexualité : 1914-1945, Paris, Gallimard/Musée de l’armée, 2007 ; Des Forts J., Violence et corps des femmes du tiers-monde : le droit de vivre pour celles qui donnent la vie, Paris/Budapest/Turin, L’Harmattan, 2001 ; Thébaud F., La femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986.

23 Barra F., Cronache de brigantaggio méridionale, 1806-1815, Salermo, Società ed. meridionale, 1981.

24 Copie de la procédure, t. 1, p. 11.

25 Copie de la procédure, t. 1, p. 96.

26 Nous partageons ici les réserves d’Agulhon M., La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, op. cit., p. 381.

27 Copie de la procédure, t. 1, p. 89.

28 Copie de la procédure, t. 1, p. 97.

29 Copie de la procédure, t. 1, p. 158.

30 Chebel M., Le livre des séductions suivi de Dix aphorismes sur l’amour, Payot, 1996, p. 7.

31 Dauphin C. et Farge A. (dir.), Séduction et Société. Approches historiques, Paris, Seuil, 2001.

32 Copie de la procédure, t. 1, p. 269.

33 Faure G., Banditisme et bandits célèbres de Corse, Paris, Chez l’auteur, 1858, p. 79-80.

34 Ibid., t. 1, p. 69.

35 Copie de la procédure, t. 1, p. 133.

36 Copie de la procédure, t. 1, p. 161.

37 Copie de la procédure, t. 1, p. 246.

38 Copie de la procédure, t. 1, p. 71.

39 Le terme tactique est employé au sens où l’a défini Michel de Certeau : « J’appelle au contraire “tactique” un calcul qui ne peut pas compter sur un propre, ni donc sur une frontière qui distingue l’autre comme une totalité visible. La tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Elle s’y insinue, fragmentairement, sans le saisir en son entier, sans pouvoir le tenir à distance. Elle ne dispose pas de base où capitaliser ses avantages, préparer ses expansions et assurer une indépendance par rapport aux circonstances » (L’invention du quotidien, I – Arts de faire, Gallimard/Folio, 2002, Introduction générale, p. xlvi).

40 Ibid., p. 35.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search