Version classiqueVersion mobile

Hérodote

 | 
Jean Alaux

Conclusion

Jean Alaux

Texte intégral

  • 1 Hartog F., Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre [1980], Paris, Gallimard, c (...)

1Après d’autres, qu’elles prolongent, critiquent ou parfois contredisent, les études qu’on vient de lire tentent de répondre à la question que pose la survie de tout grand texte fondateur et qui est moins celle de sa modernité que de son « inactuelle actualité1 ». Au delà d’une curiosité d’antiquaire ou de l’emprise qu’exerce sur nous le charme du récit, l’une et l’autre fort respectables au demeurant, pourquoi lisons-nous encore Hérodote ? D’où le texte de L’Enquête tient-il ce pouvoir de perpétuelle actualisation qu’il partage – pour s’en tenir à la Grèce archaïque et classique – avec l’épopée homérique, la tragédie ou l’œuvre de Thucydide ?

2Chaque époque construit ses relectures et ses redécouvertes à l’intérieur des champs de questionnement qui la caractérisent, mais aussi la limitent. En ce qui concerne la nôtre, dont cette réflexion collective témoigne, la réponse, nécessairement partielle et imparfaite, se tiendrait peut-être au croisement des débats d’ordre anthropologique, éthique, politique même qui ont occupé les dernières décennies et des interrogations menées par les sciences humaines sur leurs méthodes d’enquête et de transcription du réel.

3Témoin précieux d’un moment où prend forme la conscience d’un genos hellênikon, Hérodote découvre parallèlement l’existence d’autres identités collectives, parfois d’une radicale étrangeté. Il souligne les échanges et les influences par lesquels les différents peuples se constituent, mais son œuvre pose également la question des limites à l’intérieur desquelles une culture donnée peut s’ouvrir à l’autre ou l’incorporer. Il arrive même que, face à ce qui relève d’une altérité trop extrême, l’historien renonce à toute forme d’interprétation et se contente de décrire l’inouï, sans céder – et cela est déjà admirable – à la tentation de la condamnation ou du rejet.

  • 2 Thucydide, III, 82. Sur cette « sédition dans les mots », voir Loraux N., La Tragédie d’Athènes. La (...)
  • 3 Sur l’instrumentalisation et la défiguration de la langue allemande sous le nazisme, on renverra à (...)

4Si les principes de causalité selon lesquels s’y enchaînent les événements relèvent des modes de pensée propres à son temps, l’Enquête laisse également apparaître, dans la description des comportements humains, de fascinantes analogies avec notre époque. De même que le fonctionnement de la langue séditieuse des factieux de Corcyre chez Thucydide semble annoncer le Newspeak de George Orwell2, les usages codés et rusés du langage (ou du silence) chez les tyrans hérodotéens évoquent les manipulations de la langue propres aux totalitarismes contemporains3. Plus largement, le théâtre cruel de la démesure du pouvoir, de ses effets aux plans individuel et collectif, suscite un écho immédiat chez quiconque s’interroge sur la manière dont s’imposent, se soutiennent puis périssent les despotismes d’aujourd’hui.

5Mais l’Enquête offre également matière à réflexion toujours renouvelée sur les conditions même dans lesquelles se construit et se transcrit la connaissance historique.

  • 4 Momigliano A, Secondo Contributo Alla Storia Degli Studi Classici, Rome, Edizioni di Storia e Lette (...)
  • 5 Loraux N., « Thucydide n’est pas un collègue », Quaderni di storia, no 12, 1980, p. 55-81.
  • 6 Le terme de « code » tragique est emprunté à F. Hartog (Le Miroir d’Hérodote, op. cit., p. 148, à (...)
  • 7 Je renvoie ici aux remarques de F. Hartog sur un débat dans lequel intervint, avec d’autres (P. Ri (...)

6En exergue de son livre pionnier sur Hérodote, François Hartog place une phrase éloquente d’Arnaldo Momigliano, qui souligne un paradoxe sur lequel il faut bien sûr s’interroger : « It is a strange truth that Herodotus has really become the father of history only in modern times4. » Au contraire, cette fois, de Thucydide5, Hérodote laisse ouvertes d’emblée les questions fondamentales qu’à toute époque et à tout niveau de connaissance, pose la transformation en savoir d’une expérience, puis sa transmission par les mots. La mention des sources parfois contradictoires, la polyphonie des voix narratives, parmi lesquelles prend place le « je » de l’historien, la composition kaléidoscopique de l’œuvre, qui conduit à s’interroger sur le choix de tel ou tel détail, de telle ou telle anecdote, les procédés de la narration (prolepses, analepses, digressions, parenthèses, dialogues, discours, citations du « code » épique ou tragique6), tout dans l’Enquête renvoie le lecteur aux grandes questions posées par les différentes étapes de la pratique historiographique : dans quelle mesure l’écriture de l’histoire fabrique-t-elle son objet ? Comment situer un texte donné entre illusion de transparence et « narrativisme » généralisé7 ?

  • 8 Voir Nenci G., « L’Occidente “barbarico” », G. Nenci et O. Reverdin (éd.), Hérodote et les peuples (...)
  • 9 Je m’inspire ici du titre de l’ouvrage de Catherine Darbo-Peschanski, Le Discours du particulier. (...)

7L’œuvre d’Hérodote est propre à susciter encore ces débats, y compris bien sûr à propos de son contenu même8. En regard, sa profonde unité organique et les lois causales qu’elle cherche à établir entre des événements parfois lointains constituent également le premier témoignage exhaustif d’une volonté d’embrasser sans la réduire et jusque dans ses aspects les plus insolites la complexité de l’univers connu. Et c’est peut-être là ce qui retient d’abord le lecteur moderne, pour qui une telle vision du monde, en quête de sens et d’unité, mais fascinée aussi par le thôma et par tout ce qui relève de la logique du particulier9, devient à la fois objet d’étude et source de curiosité émerveillée.

Notes

1 Hartog F., Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre [1980], Paris, Gallimard, coll. « Folio/Histoire », 2001, p. 10.

2 Thucydide, III, 82. Sur cette « sédition dans les mots », voir Loraux N., La Tragédie d’Athènes. La politique entre l’ombre et l’utopie, Paris, Le Seuil, coll. « La librairie du XXIe siècle », 2005, p. 81-107. Le même passage de Thucydide est cité et commenté à deux reprises dans l’ouvrage, demeuré jusqu’aujourd’hui inédit, de J. de Romilly, Ce que je crois ([1974] Paris, de Fallois, 2011, p. 60-61, 139-140).

3 Sur l’instrumentalisation et la défiguration de la langue allemande sous le nazisme, on renverra à l’œuvre de G.-A. Goldschmidt (voir notamment À l’insu de Babel, Paris, éditions du CNRS, 2009).

4 Momigliano A, Secondo Contributo Alla Storia Degli Studi Classici, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 19842, p. 44 = Hartog F., Le Miroir d’Hérodote, op. cit, p. 41.

5 Loraux N., « Thucydide n’est pas un collègue », Quaderni di storia, no 12, 1980, p. 55-81.

6 Le terme de « code » tragique est emprunté à F. Hartog (Le Miroir d’Hérodote, op. cit., p. 148, à propos du sort d’Anacharsis) et touche à la question délicate de la délimitation du genre auquel l’Enquête ressortit : le fait que les formes poétiques auxquels la prose hérodotéenne se réfère (l’épopée, l’élégie, la tragédie) soient très codifiés d’un point de vue formel n’empêche bien sûr pas leur influence et la reprise de certains de leurs thèmes ou de leurs procédés.

7 Je renvoie ici aux remarques de F. Hartog sur un débat dans lequel intervint, avec d’autres (P. Ricoeur, R. Chartier), P. Vidal-Naquet : Vidal-Naquet, historien en personne, Paris, La Découverte, p. 2007, p. 104-109.

8 Voir Nenci G., « L’Occidente “barbarico” », G. Nenci et O. Reverdin (éd.), Hérodote et les peuples non grecs, neuf exposés suivis de discussions, Entretiens sur l’Antiquité classique, t. XXXV, Fondation Hardt, Vandœuvres-Genève, 1990, p. 301-318, p. 317.

9 Je m’inspire ici du titre de l’ouvrage de Catherine Darbo-Peschanski, Le Discours du particulier. Essai sur l’Enquête hérodotéenne (Paris, Le Seuil, coll. « Des Travaux », 1987).

Auteur

Professeur de langue et de littératures grecques à l’université Rennes 2 et membre du Cellam. Il a notamment publié : Le liège et le filet. Filiation et lien familial dans la tragédie athénienne du Ve siècle av. J.-C., Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 1995 ; Lectures tragiques d’Homère, Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 2007 ; Origine et horizon tragiques, Paris, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Intempestives », 2007 ; Les Phéniciennes d’Euripide. La famille d’Œdipe entre mythe et politique (éd.), Belin, coll. « Belin-Sup », 2007. Derniers travaux parus : « La Grèce des marges et des passages. Hommage à Pierre Vidal-Naquet », Chr. Abry, F. Létoublon, Ph. Hameau (éd.), Les Rites de passage. De la Grèce d’Homère à notre XXIe siècle, Grenoble, Musée Dauphinois, coll. « Le Monde alpin et rhodanien », 2011, p. 11-23 ; « Philia et lien familial : l’exemple de l’Éginétique d’Isocrate », J. Peigney (éd.), Amis et ennemis en Grèce ancienne, Paris-Bordeaux, Ausonius, coll. « Scripta Antiqua », 2011, p. 179-191.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search