Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hérodote

 | 
Jean Alaux

Troisième partie. Récit et vérité

Lucien précurseur de la Liar School of Herodotus. Aspects de la réception d’Hérodote dans l’Histoire Vraie

Mélina Tamiolaki

Texte intégral

Je remercie Alain Billault, Paul Demont, Dimitris Kyrtatas, Peter von Möllendorf et Michael Paschalis pour leurs remarques, corrections et suggestions. J’ai pu compléter cette étude pendant un séjour de recherche à l’université de Heidelberg financé par l’université de Crète (compte spécial pour la recherche). D’ailleurs, ma recherche sur Lucien a été aussi soutenue par la Fondation des bourses d’État.

  • 1 Pour peu d’auteurs anciens dispose-t-on d’un si grand nombre de volumes collectifs publiés dans la (...)
  • 2 Cf. le compte-rendu du livre de W.K. Pritchett par Bowden H., « Mentiri nescio », CR 45 (1995), p. (...)
  • 3 Cf. par exemple récemment Luraghi N., « Meta-historie. Method and Genre in the Histories », C. Dew (...)

1En 1995 W.K. Pritchett a publié son étude importante The Liar School of Herodotus. Il y a entrepris, de manière souvent mordante et agressive, de défendre Hérodote contre l’accusation de mensonge. La cible principale de W.K. Pritchett était D. Fehling, qui, dans un ouvrage qui a eu une grande influence (Die Quellenangaben bei Herodot, Studien zur Erzählkunst Herodots, Berlin-New York 1971, trad. anglaise 1989) avait soutenu la thèse selon laquelle toutes les références d’Hérodote à ses sources étaient fictives. L’essor qu’ont connu les études hérodotéennes à partir de l’an 20001 a donné l’occasion de réfléchir davantage sur le thème de la véracité d’Hérodote. L’historien ancien a été placé dans son contexte historique, le rôle de la tradition orale a été mis en valeur et des approches plus nuancées ont été avancées : sans nier le goût d’Hérodote pour le merveilleux2, les savants aujourd’hui ne le traitent pas comme un menteur non plus3.

  • 4 Cf. Thomas R., « Review article I: Herodotus », JHS 116 (1996), p. 176: « Fehling and his follower (...)
  • 5 Hérodote, III, 102, 5, FGrHist 133, F8; cf. Fehling D., Herodotus and his sources: « citation », in (...)
  • 6 Strabon, II, 1, 9.
  • 7 Pour la réception d’Hérodote, voir en général, Rengakos A., « Historiographie », Zimmermann B. (éd (...)
  • 8 Evans, J.A.S., « Father of History, Father of Lies. The Reputation of Herodotus », CJ 64 (1968), p. (...)

2Ce débat présente un intérêt particulier, parce qu’il permet de revisiter, voire d’élargir, la notion de l’anachronisme. La critique principale adressée à D. Fehling a été que ses arguments étaient anachroniques4. Néanmoins, le sujet de la véracité d’Hérodote n’est pas nouveau. Ses descriptions des lieux et des coutumes exotiques avaient dès l’Antiquité suscité de la méfiance à l’égard de son récit ; certains des éléments de l’histoire d’Hérodote que Fehling a commentés avaient déjà attiré l’attention des Anciens : par exemple, à l’instar de D. Fehling, Néarque, l’historien d’Alexandre le Grand, se méfie du récit hérodotéen sur l’Inde et notamment de l’existence des fourmis gigantesques5. De même, Strabon remarque que tous ceux qui ont écrit sur l’Inde sont des menteurs6. La réputation d’Hérodote était donc ambivalente dès l’Antiquité : malgré l’influence qu’il a exercée sur ses successeurs, (voire Ctésias, Ephore, mais aussi Thucydide, Xénophon et les historiens de l’époque hellénistique7), il y a eu apparemment aussi des traités qui discutaient sa véracité contestable8.

3Mises à part certaines références occasionnelles, le seul texte qui problématise avec ardeur le thème de la vérité et du mensonge dans la littérature ancienne est l’Histoire Vraie de Lucien (écrit vers 165 apr. J.-C.), un récit d’un voyage imaginaire plein d’allusions parodiques à des textes anciens. Le but de l’auteur, tel qu’il est énoncé dans sa préface, est d’attaquer les auteurs (poètes, historiens et philosophes) qui disent des mensonges :

  • 9 Lucien, Histoire Vraie, I, 1-3. Dans ce passage, ainsi que dans les autres de la suite de notre étu (...)

« Ceux qui se sont consacrés aux lettres doivent, à mon avis, après la lecture assidue des textes sérieux détendre leur esprit et lui ménager une vigueur accrue pour l’effort à venir. Ils peuvent trouver la détente appropriée en s’attachant aux lectures qui ne procurent pas seulement le pur divertissement, fruit de l’humour et du bon goût, mais offrent aussi une sorte de vision non dépourvue d’art. Tel est, je pense, le sentiment qu’on aura en lisant les ouvrages que voici. Car ce n’est point seulement l’étrangeté du sujet ni l’agrément du projet qui les séduira ni les mensonges variés que nous avons exposés de façon convaincante et vraisemblable. Mais c’est aussi que chaque détail du récit est une allusion – non sans intention comique (οὐκ ἀκωμῳδήτως ᾔνικται) – à certains poètes, historiens, philosophes d’antan, dont les ouvrages contiennent beaucoup de prodiges et de fables ; je les citerais bien par leur nom si tu ne devais les identifier toi-même à la lecture. Entre autres, Ctésias de Cnide […] Jamboulos […]. Leur chef de file et leur maître en faribole de ce genre fut Ulysse homérique… J’ai donc lu tous ces auteurs, sans trop reprocher à ces hommes de mentir, vu que c’était déjà pratique courante chez ceux mêmes qui font profession de philosopher. Mais ils m’étonnaient sur un point : c’est qu’ils avaient cru pouvoir écrire ce qui n’est pas vrai sans qu’on s’en aperçût. C’est pourquoi moi aussi – par vaine gloire – j’ai tenu à transmettre quelque chose à la postérité et je ne veux pas être le seul à ne pas participer à la liberté d’affabuler. Puisque je n’avais rien de vrai à raconter… je me suis adonné au mensonge avec des sentiments bien plus nobles que les autres. Car je dirai la vérité au moins sur ce seul point : en disant que je mens (κἂν ἐv γὰρ δὴ τούτῳ ἀληθεύσω λέγων ὅτι ψεύδομαι). Ainsi, je crois bien que j’éviterais les accusations des gens en reconnaissant moi-même que je ne dis rien de vrai9. »

  • 10 En raison de limites d’espace, nous ne pouvons pas analyser dans cette étude les termes « parodie  (...)
  • 11 Selon Gassino I., « Par-delà toutes les frontières : le pseudos dans les Histoires Vraies de Lucie (...)

4Deux aspects de la préface méritent un commentaire spécifique : tout d’abord, la phrase οὐκ ἀκωμῳδήτως ᾔνικται introduit le lecteur dans le monde de l’allusion parodique et satirique10 ; ensuite, la déclaration de Lucien κἂν ἐν γὰρ δὴ τούτῳ ἀληθεύσω λέγων ὅτι ψεύδομαι représente une attitude polémique à l’égard des auteurs qu’il parodie : Lucien suggère que la différence de son entreprise par rapport à celle des auteurs antérieurs est le fait qu’il admet que ce qui va être raconté est faux. De cette manière, il semble privilégier la vérité sur le mensonge11 : ainsi, à travers la satire des auteurs qui racontent des mensonges, il vise à mettre en valeur l’importance de la vérité.

  • 12 Cf. Saïd S., « Lucien ethnographe », Billault, A. (éd.), Lucien de Samosate, Paris, De Boccard 199 (...)

5La problématique de Lucien est donc comparable à la problématique moderne sur le sujet. Au moins en ce qui concerne les historiens, Lucien apparaît en effet comme un précurseur de D. Fehling12, ce qui nous amène à poser certaines questions : quels sont les motifs de Lucien pour sa présentation d’Hérodote ? S’agit-il, comme pour le cas de Fehling, d’un excès de rationalisme et d’une présentation anachronique ? Sa réception d’Hérodote dans l’Histoire Vraie se lie-t-elle à sa réception dans ses autres œuvres ? S’agit-il d’une réception idiosyncratique ou pourrait-elle être inscrite dans le cadre plus général des notions sur la fonction et le rôle de l’histoire courantes à l’époque de Lucien ? Le texte de Lucien permet-il de détecter quelles parties ou passages de l’histoire d’Hérodote étaient plus connus ou même plus discutés par les anciens ? Peut-on défendre Hérodote contre Lucien ? Si les Anciens ne pouvaient pas saisir la complexité de l’histoire d’Hérodote, cela pourrait en quelque sorte « acquitter » D. Fehling ? En somme, nous estimons qu’il ne serait pas outré de prétendre que la réception d’Hérodote dans l’Histoire Vraie peut être inscrite dans l’histoire de l’historiographie.

  • 13 Ibid, p. 149-170 (sp. p. 153). Notons que cette étude ayant été publiée avant la parution de la Li (...)
  • 14 Lucien, Amis du Mensonges, II, 34, 2-4, avec Möllendorf P. von, Auf der Suche nach der verlogenen W (...)

6Dans une étude très intéressante S. Saïd a présenté les passages du corpus lucianesque qui témoignent d’une influence d’Hérodote. Elle a montré comment Lucien, bien qu’il dénonce les mensonges d’Hérodote, imite de manière systématique plusieurs de ses procédés littéraires en le battant ainsi « à son propre jeu13 ». La critique de Lucien à l’égard d’Hérodote est directement exprimée dans les Amis du Mensonge14 et dans l’Histoire Vraie, tandis que l’influence du style ionien apparaît plus clairement dans la Déesse Syrienne.

  • 15 Voir Bompaire J., Lucien écrivain. Imitation et création, Paris, De Boccard 1958, p. 666 ; cf. And (...)
  • 16 Il y a un débat sur les termes « allusions », « sources », « cibles ». Voir la belle discussion de (...)

7La réception d’Hérodote dans l’Histoire Vraie mérite à notre avis un examen plus approfondi pour les raisons suivantes : a) cette œuvre est un pastiche, plusieurs influences y sont détectées15, il est donc intéressant de voir si et dans quelle mesure Hérodote devient la cible de Lucien ; b) le grand nombre d’allusions16 à Hérodote pourrait contribuer à une reconstitution des modalités de sa réception dans l’Antiquité ; c) la satire d’Hérodote dans l’Histoire Vraie pourrait a contrario suggérer une conception de l’histoire anti-hérodotéenne.

  • 17 Les commentateurs établissent souvent une distinction entre Lucien/l’auteur de la préface et Lucie (...)
  • 18 Cf. Branham B., « The Comic as Critic: Revenging Epicurus-a Study of Lucian’s Art of Comic Narrati (...)
  • 19 Lucien, Histoire Vraie, II, 31 : « Les punitions les plus graves de toutes étaient réservées à ceux (...)
  • 20 Evans J.A.S., art. cit., remarque, p. 13: « Like Socrates, Herodotus suffered from the reputation o (...)

8Au premier abord, Hérodote n’est pas mentionné dans la liste des menteurs de la préface de l’Histoire Vraie, tandis que Ctésias et Jamboulos y figurent. Mais l’absence d’Hérodote de la préface est un premier signe de sa popularité. L’auteur17, selon les principes posés dans cette préface, s’adresse à des lecteurs cultivés18 qui seront capables de déchiffrer les allusions à l’œuvre des auteurs anciens ; or, Hérodote appartient à cette catégorie des auteurs fameux qui seront facilement reconnus par les lecteurs. C’est pour cette raison que Lucien s’abstient de le mentionner tout au long de la première partie de son récit fantastique, là où les allusions à son œuvre sont par ailleurs les plus nombreuses. Au contraire, dans la deuxième partie de l’Histoire Vraie, lors du voyage à l’île des impies, Hérodote apparaît, cette fois non à travers les allusions à son histoire, mais comme un personnage du récit : il se trouve de pair avec Ctésias, tous les deux étant condamnés pour leurs mensonges19. Cette présentation reflète évidemment une réalité contemporaine sur la réception d’Hérodote : l’historien avait fini par être assimilé avec Ctésias20.

9On peut maintenant examiner quels aspects de l’histoire d’Hérodote deviennent les cibles principales de Lucien et si cette attaque est justifiée. Lucien semble attaquer spécifiquement trois éléments du récit hérodotéen : l’amour pour le merveilleux et l’exotique, la méthode et les principes d’interprétation historique.

  • 21 Lucien semble emprunter à Hérodote tous les termes concernant le merveilleux : θαυμάσιον, παράδοξον (...)
  • 22 Pour des raisons de limites d’espace, nous ne pouvons pas procurer une analyse exhaustive de tous (...)

10En ce qui concerne le premier aspect, mises à part les similitudes dans le vocabulaire21, Lucien parodie des descriptions concrètes de l’histoire d’Hérodote. Il est intéressant d’examiner de près certaines d’entre elles22.

  • 23 Hérodote, IV, 82.
  • 24 Lucien, Histoire Vraie, I, 7.
  • 25 Cf. Morgan, J., art. cit., p. 477: « By exaggerating absurdly, Lucian is both criticizing Herodotu (...)
  • 26 Cf. aussi Asheri D., Lloyd A., Corcella A., A Commentary on Herodotus Books I-IV, Oxford, Oxford U (...)

11Tout d’abord, l’empreinte d’Héraclès en Scythie qu’Hérodote décrit ainsi : « Je dirai ce qui, en dehors de fleuves et de la vaste étendue des plaines, y mérite encore l’admiration : on y montre sur un rocher une empreinte du pied d’Héraclès (ἵχνος Ἡρακλέους ϕαίνουσι ἐν πέτρεϊ ἐνεόν) ; elle ressemble à l’empreinte d’un pied humain, mais sa longueur est de deux coudées ; elle se voit près du fleuve Tyras23. » Lucien caricature : « Il y avait aussi à proximité deux empreintes sur le rocher, l’une d’un plèthre, l’autre moins grande. À mon avis, l’une appartenait à Dionysos – la plus petite –, la seconde à Héraclès24. » Lucien ironise ici sur la longueur de l’empreinte, puisque l’empreinte de son récit est beaucoup plus grande que celle du récit hérodotéen25. La déformation que subit le passage hérodotéen vise à provoquer le rire. Pourtant, Hérodote rapporte dans ce passages ce que les Scythes lui ont montré, comme le prouve le verbe ϕαίνουσι, il n’est pas l’inventeur de cette tradition26.

  • 27 Lucien, Histoire Vraie, I, 23.

12Il en va de même avec la description des mœurs des Sélénites dans l’Histoire Vraie qui renvoie aussi à Hérodote. Selon Lucien, « ils allument du feu et font griller des grenouilles sur les braises. […] Pendant qu’elles grillent, on s’assoit tout autour du feu exactement comme autour d’une table, on avale la fumée qui s’exhale et on s’en régale27 ». Hérodote décrit d’une manière similaire les mœurs des habitants des îles de l’Araxe :

  • 28 Hérodote, I, 202, 2. Cf. aussi Lucien, Histoire Vraie, I, 16 et Hérodote, IV, 191, 4.

« On dit pour Araxe (λέγεται) tantôt qu’il est plus grand, tantôt qu’il est moins grand qu’Istros. […] Ses habitants ont, à ce qu’on raconte (ϕασί), découvert aussi d’autres arbres dont le fruit a cette propriété : après s’être assemblés par bandes au même lieu et avoir allumé du feu, assis tout autour du cercle ils jettent dans le feu de ce fruit ; pendant qu’il s’y consume, ils en respirent l’odeur ; elles les enivre […] plus ils jettent de fruit dans le feu, plus ils sont ivres, jusqu’à ce qu’ils se lèvent pour danser et se mettent à chanter. Tel est, dit-on (λέγεται), le genre de vie de ces hommes28. »

  • 29 Cf. Lateiner D., « Deceptions and Delusions in Herodotus », ClAnt 9.1 (1990), p. 234-236, 240, sur (...)

13Dans cette partie de son enquête, Hérodote répète trois fois qu’il rapporte une tradition, ce qui suggère, que, au moins en ce qui concerne cette tradition, il vise à souligner sa distance par rapport à ses informateurs29.

  • 30 Lucien, Histoire Vraie, I, 40.
  • 31 Hérodote, II, 156. Haziza, T., Le kaléidoscope hérodotéen. Images, imaginaire et représentations de (...)

14Un autre exemple fameux est celui de l’île flottante. Lucien présente une île flottante dans l’Histoire Vraie : « Les îles étaient allongées, guère élevées, chacune ayant un périmètre de cent stades environ. Et sur elles voguaient environ cent vingt de ces hommes30. » Il vise à parodier un passage d’Hérodote qui provient du logos égyptien. Toutefois, dans ce passage, Hérodote témoigne d’une méfiance ouverte à l’égard de cette tradition : « De celles qui viennent ensuite, la plus merveilleuse est l’île qu’on appelle Chemmis […] au dire des Égyptiens, cette île serait flottante. Pour ma part, je n’ai point vu qu’elle flottât ni qu’elle fut agitée d’aucun mouvement ; et, quand j’entends dire pareille chose, je me demande avec stupéfaction si véritablement une île est capable de flotter31. »

  • 32 Hérodote, III, 102, 1.
  • 33 Lucien, Histoire Vraie, I, 16.
  • 34 Hérodote, III, 102-105.
  • 35 Hérodote, III, 105. Cf. aussi, Legrand E., Hérodote, Histoires, Livre III, Paris, Les Belles Lettre (...)

15Lucien parodie aussi la description des fourmis gigantesques qui, selon Hérodote, existent en Inde : « Or donc, dans cette région déserte et dans ces sables, il y a des fourmis, de moins grande taille que des chiens, mais plus grandes que les renards32. » À l’instar de l’empreinte d’Héraclès, Lucien exagère de manière comique la taille : « Chez les ennemis, à l’aile gauche, se trouvaient les Hippomyrmèques autour de Phaéthon. Il s’agit de bêtes immenses, ailées, pareilles à nos fourmis, à part la taille : la plus grande atteint deux plèthres de long33. » Cette critique semble plus justifiée, puisque Hérodote, dans cette partie de son histoire, paraît si épris du merveilleux que représentent pour lui les fourmis qu’il leur consacre une longue digression34. De plus, bien qu’il mentionne occasionnellement que sa source principale pour l’Inde sont les Perses, ces références ne semblent pas suggérer une critique ou distance de l’historien à l’égard de ses informateurs35.

  • 36 Pour les chiffres dans l’Histoire Vraie en tant que technique de créer un effet de précision, voir (...)
  • 37 Hérodote, VII, 152.

16Ces passages permettent certaines observations concernant la réception d’Hérodote dans l’Antiquité. On peut supposer que c’était plutôt la longueur de certaines de ses digressions en combinaison avec son goût pour les chiffres qu’il ne pouvait pas apparemment vérifier36 qui a détourné l’attention de ses principes de recherche ; car Hérodote admet pour sa recherche : « Pour moi, si j’ai le devoir de rapporter ce que l’on dit, je ne suis pas certainement obligé d’y croire – qu’on tienne compte de cette réserve d’un bout à l’autre de mon exposé37… » Il paraît donc qu’une homogénéisation a été effectuée entre tous les passages des descriptions exotiques indépendamment des déclarations de crédulité ou d’incrédulité de l’historien, et Hérodote a fini par être non pas tant l’enquêteur critique de ces traditions, mais plutôt leur naïf rapporteur. Néanmoins, cette réception pointe en même temps vers les limites et les faiblesses de l’enquête hérodotéenne.

  • 38 Lucien, Histoire Vraie I, 13, I, 18 ; cf. Hérodote, I, 193. Pour les silences chez Hérodote, voir L (...)
  • 39 Lucien, Histoire Vraie I, 25 ; I, 40.
  • 40 Ctésias, cod. 72, 49b39-50a4.
  • 41 Herodote, III, 80 : « et des discours furent tenus que certains des Grecs trouvent incroyables (λόγ (...)
  • 42 Il n’est pas noté dans les études et commentaires que j’ai consultés : Rütter U., Phantasie und La (...)
  • 43 Cf. Asheri D. et al., op. cit., ad. loc.
  • 44 Cf. Fehling D., op. cit., p. 120, qui analyse les déclarations de véracité comme « lie-signals ».

17En ce qui concerne la méthode, il est intéressant de noter en premier lieu que dans l’Histoire Vraie Lucien investit son discours d’une allure pseudo-historique : il s’agit d’un récit d’ordre chronologique, avec des digressions, des descriptions de batailles, des discours. Ces traits ne renvoient pas bien sûr seulement à Hérodote. En revanche, ce sont les déclarations de véracité du narrateur qui constituent un trait spécifique du récit hérodotéen. En effet, il s’agit de deux types de déclarations : les déclarations de silence, de peur que ce qui va être raconté ne soit considéré comme faux38 et les déclarations de véracité malgré le caractère merveilleux de ce qui va être raconté39. Le premier type est un trait aussi de Ctésias40, mais le deuxième apparaît une seule fois chez Hérodote. Il s’agit de son commentaire sur le fameux débat des constitutions en Perse. Hérodote répète deux fois que ce récit paraîtra incroyable à ses auditeurs mais il insiste toutefois pour le raconter41. Cette allusion qui a échappé à l’attention des commentateurs42, est à notre avis significative, car c’est la seule fois qu’Hérodote insiste sur la véracité de son récit et notamment d’un récit sans doute fictif43. Il s’agit donc de la meilleure preuve de sa fiabilité contestable ; l’insistance sur la vérité d’un récit s’avère ainsi une indication importante de sa véracité suspecte44.

  • 45 Lucien, Histoire Vraie, II, 47.
  • 46 Voir Bompaire, J., Lucien, Œuvres, tome II, Paris, Les Belles Lettres 1998, ad loc., p. 134.
  • 47 Hérodote, I, 106, 2 et I, 184 (référence à un logos assyrien) ; VII, 132 : référence à la cause du (...)

18L’influence d’Hérodote paraît aussi probable dans la promesse finale de l’Histoire Vraie qui reste inachevée : « Ce qui s’est passé sur la terre (opposée) je le raconterai dans les livres suivants45. » Le scholiaste de Lucien commente avec indignation ce passage en disant que c’est le plus grand mensonge de tous46 ; or, l’histoire d’Hérodote contient aussi des promesses non tenues47, ce qui pourrait avoir constitué une source d’inspiration pour Lucien.

19Abordons enfin les principes d’interprétation historique. Il s’agit de passages qui parodient certains épisodes de l’histoire d’Hérodote. Prenons un exemple caractéristique qui témoigne d’une influence multiple d’Hérodote, la rencontre de Lucien et de ses compagnons avec le roi de la Lune Endymion :

  • 48 Lucien, Histoire Vraie, I, 11.

« Ces Hippogypes ont pour mission de voler tout autour du pays et de conduire devant le roi tout étranger qu’ils trouvent (ἀνάγειν ὡς τὸν βασιλέα). Et précisément après notre arrestation ils nous conduisent devant lui. Il nous examine et à en juger d’après nos vêtements il nous dit : “Etes-vous donc des Grecs, étrangers ?” Nous en convînmes. “Comment donc êtes-vous parvenus ici, dit-il, après une si longue traversée aérienne ?” Nous lui narrons alors toute l’affaire, et lui se mit à nous raconter en détail sa propre histoire. Il était homme lui aussi (καὶ αὐτός ἄνθρωπος ὢν), du nom d’Endymion […] ; au reste, il nous engageait à avoir confiance et à ne craindre nul danger (ἀλλὰ θαρρεῖν τε παρεκελεύετο), car nous disposerions de tout ce dont nous avions besoin. “Et si je gagne, dit-il, la guerre que je conduis contre les habitants du soleil, vous passerez chez moi la vie la plus heureuse du monde (ἁπάντων εὐδαιμονέστατα παρ’ ἐμοὶ καταβιώσεσθε).” Nous lui demandâmes qui étaient ces ennemis et quelle était la cause de ce conflit (αἰτίαν τῆς διαϕορᾶς). “C’est Phaéthon, dit-il, le roi des habitants du soleil […] qui nous fait la guerre depuis fort longtemps. Il a commencé pour cette raison : j’avais rassemblé naguère les gens les plus démunis de mon empire et je voulais envoyer une colonie vers l’Étoile du Matin, qui est déserte et inhabitée. Or Phaéthon, par jalousie (ϕθονήσας), arrêta la colonie en l’affrontant à mi-route sur ses Hippomyrmèques…”48. »

  • 49 Hérodote, VII, 136.1 (ἀνέβησαν ἐς Σοῦσα καὶ βασιλέϊ ἐς ὄψιν ἦλθον...).
  • 50 Hérodote, I, 9 (θάρσει, Γύγη, καὶ μὴ ϕοβεῦ...).
  • 51 Hérodote, I, 86.6 (μεταγνόντα τε καὶ ἐννώσαντα ὅτι καὶ αὐτος ἄνθρωπος ἐὼν...).
  • 52 Hérodote, I, 126,5 (ἔστι τάδε τε καὶ ἄλλα μύρια ἀγαθά...).

20Ce passage fait écho à plusieurs épisodes hérodotéens : tout d’abord à la rencontre de Sperthias et Boulis avec le roi perse49 ; ensuite, à la nouvelle de Gygès et de Candaule50 ; au dialogue entre Crésus et Cyrus51 ; au dialogue de Cyrus avec les Perses lors de leur libération52 ; enfin, au proème d’Hérodote (δι’ ἣν αἰτίην ἐπολέμησαν ἀλλήλοισι). Tous ces épisodes offrent des indications précieuses de la vision d’Hérodote sur les hommes et l’histoire : la rencontre de Sperthias et de Boulis souligne la différence de culture entre les Grecs et les Barbares ; la nouvelle de Gygès et de Candaule met en valeur les conséquences de la faute ancestrale ; le dialogue de Cyrus avec les Perses montre l’ambiguïté de la richesse ; le dialogue de Crésus avec Cyrus renvoie à la communauté existant entre les hommes indépendamment de leurs statuts ou nationalités. Il paraît donc que Lucien ne se contente pas d’ironiser sur les déclarations de méthode d’Hérodote ; il attaque aussi ses principes d’interprétation historique : la division entre les Grecs et les barbares, la vengeance divine, la condamnation de l’hubris, l’importance de la piété. Le mélange et la transformation des épisodes hérodotéens dans ce passage est intéressant : bien que le narrateur et ses compagnons soient arrêtés par Endymion, celui-ci, à la différence de Xerxès d’Hérodote, ne veut pas les asservir ; au contraire, il adopte le comportement de Cyrus, en les traitant comme des alliés potentiels. Cet épisode pourrait être interprété selon le contexte historique de Lucien : la déclaration d’Endymion « je suis homme moi aussi » qui suit immédiatement après la réponse à la question « êtes-vous des Grecs ou des étrangers ? » souligne l’importance et l’universalité de la culture grecque.

  • 53 Hérodote, III, 146, 1-2 (description détaillée de la motivation de Maiandrios, insistance sur la ja (...)
  • 54 Le sujet de la motivation chez les historiens est très important et controversé. Pour la motivatio (...)
  • 55 Une objection possible à notre approche pourrait être que dans l’Histoire Vraie Lucien parodie aus (...)

21Finalement, ce passage fait écho au fameux proème d’Hérodote mais il constitue aussi une critique indirecte des descriptions de motivation chez Hérodote. L’élément de la jalousie joue un rôle important dans l’histoire d’Hérodote53. Lucien vise à ridiculiser ce type d’interprétation historique : il dit généralement ϕθονήσας, sans préciser la racine de ce sentiment et comment il est lié au déroulement des événements. Ce qui suggère qu’à l’instar des historiens modernes54, il considère ce type d’interprétation peu fiable et digne de satire55.

  • 56 Voir Georgiadou A. et Larmour D., « Lucian and Historiography: “De historia conscribenda” and “Ver (...)
  • 57 Cf. Munson R.V., Telling Wonders. Ethnographic and Political Discourse in the Work of Herodotus, A (...)
  • 58 Bien qu’il utilise les mots τεράστια et μυθώδη, pour décrire le contenu des œuvres qu’il va traite (...)

22Nous pouvons maintenant nous interroger sur le type d’écriture d’histoire que défend Lucien. Des rapports entre l’Histoire Vraie et le Comment écrire l’histoire ont été établis par les commentateurs56. Notre analyse précédente peut compléter cette discussion, parce qu’elle permet de comparer la perspective de Lucien avec celle d’Hérodote. La première différence entre ces deux perspectives réside dans la conception du rapport entre le merveilleux et le vrai. Hérodote ne pose pas la question si le merveilleux est réel, il le contemple seulement et exprime son admiration ou même son hésitation57. Lucien, au contraire, identifie le merveilleux avec le faux. Cela est évident dès la préface, où il glisse très facilement de la terminologie de prodiges à la terminologie du mensonge, une terminologie qui l’emporte finalement58.

  • 59 Cf. Moles J., « Truth and Untruth in Herodotus and Thucydides », C. Gill et T.P. Wiseman (éd.), Li (...)
  • 60 Hérodote, I, 136, 2 : « Ils enseignent à leurs enfants, à partir de l’âge de cinq ans jusqu’à l’âge (...)

23La deuxième différence résulte de la première et concerne la conception de la vérité. Pour Hérodote, la vérité est un concept flou59 et dans son histoire on trouve même des passages qui justifient le mensonge. Le discours de Darius lors du complot contre Smerdis est révélateur, d’autant plus que dire la vérité constitue un élément important de l’éducation perse60 :

  • 61 Hérodote, III, 72, 4-5. Cette phrase n’appartient pas bien sûr à Hérodote, mais la suite du récit d (...)

« Dans un cas, en effet, où il est nécessaire de faire un mensonge, qu’on le fasse. Car c’est le même désir que nous avons, et ceux de nous qui mentent et ceux qui demeurent fidèles à la vérité : les uns mentent quand ils doivent, en persuadant autrui par leurs mensonges, réaliser quelque gain ; les autres disent vrai pour tirer à eux quelque avantage en étant véridiques et pour qu’on ait en eux plus de confiance. Ainsi, sans nous conduire de même, nous nous attachons tous au même objet. S’il n’y avait rien à gagner, on verrait indifféremment celui qui dit la vérité mentir et celui qui ment dire la vérité61. »

  • 62 Pour la théorisation de ce sujet dans l’Antiquité, voir Hose M., « Fiktionalität und Lüge. Über ei (...)
  • 63 Pour la familiarité de Lucien avec les courants philosophiques de son temps, voir Jones C.P., Cult (...)
  • 64 Le rapport de Lucien avec le christianisme est toutefois ambivalent. Cf. Baldwin B., Studies in Lu (...)

24L’histoire d’Hérodote se caractérise donc par son relativisme et sa polyphonie. En revanche, pour Lucien, la vérité est un concept absolu. En plus, Lucien ne théorise pas sur le mensonge : par exemple, s’il est délibéré, justifié, occasionnel ou permanent62. En étant probablement influencé par l’évolution de la philosophie de son temps63 ou même par la montée du christianisme64, tous étant à la recherche d’une seule vérité, il semble projeter ces dogmes sur l’écriture de l’histoire. Il s’agit donc d’une conception rigide d’écriture de l’histoire, qui élimine la stupéfaction, l’hésitation, l’incertitude.

  • 65 Lucien, Comment écrire l’histoire, 39, 61.

25Cette rigidité est aussi évidente dans le Comment écrire l’histoire. Lucien insiste sur la quête de la vérité comme tâche suprême de l’historien65 et donne les conseils suivants sur la description des événements :

  • 66 Lucien, Comment écrire l’histoire, 51, traduction par A. Hurst, Lucien de Samosate, Comment écrire (...)

« Par-dessus tout, que l’historien offre des dispositions semblables à celles d’un miroir limpide, clair et précis dans son centre poli, tel qu’il puisse recevoir toute formes d’événements et les montrer avec exactitude, sans tordre ni décolorer ni altérer qui que ce soit. En effet, sa situation ne ressemble pas à celle des orateurs puisque ce qu’il va dire existe bel et bien et va trouver son expression. Tout s’est déjà produit, il reste à l’ordonner et à l’exprimer66. »

26Ensuite, son image de l’historien idéal renvoie à un juge :

  • 67 Lucien, Comment écrire l’histoire, 38, 41 (traduction A. Hurst, ibid.).

« Par-dessus tout, il sera libre dans ses positions, il ne craindra personne et n’espérera rien, faute de quoi il serait comparable à ces mauvais juges (ϕαύλοις δικασταῖς), qui rendent des sentences dans un esprit partisan et contre rémunération. […] Voilà donc l’historien selon mon cœur. Il est sans crainte, incorruptible (ἀδέκαστος), libre, ami de la franchise et de la vérité […] il est bienveillant pour chacun (ἴσος δικαστής), sans accorder à l’une ou l’autre des parties plus qu’il ne convient67… »

  • 68 Lucien, Histoire Vraie, I, 3.
  • 69 Le choix de Lucien de se référer à certains auteurs nommément semble délibéré. Voir l’étude éclair (...)
  • 70 Lucien, Histoire Vraie, II, 20-21.

27La sévérité de l’historien idéal du Comment écrire l’histoire trouve son parallèle dans la sévérité que méritent, dans l’Histoire Vraie, ceux qui disent des mensonges : ils sont accusés et condamnés. L’accusation est clairement impliquée dans la préface, où l’auteur exprime sa crainte qu’il ne soit accusé par les gens s’il dit des mensonges : « Puisque je n’avais rien de vrai à raconter… je me suis adonné au mensonge avec des sentiments bien plus nobles que les autres. Car je dirai la vérité au moins sur ce seul point : en disant que je mens. Ainsi, je crois bien que j’éviterais les accusations des gens en reconnaissant moi-même que je ne dis rien de vrai68. » La condamnation apparaît dans la deuxième partie, où Hérodote et Ctésias sont présentés châtiés pour leurs mensonges. De plus, Lucien ne mentionne pas nommément les philosophes qui sont châtiés pour leurs mensonges, bien qu’il les inclue dans cette catégorie dans sa préface69. Il en va de même avec les poètes : quand Lucien rencontre Homère, il ne lui demande pas pourquoi il a écrit des mensonges ou pourquoi il a présenté Ulysse comme un menteur, il s’intéresse surtout à la composition de ses poèmes et à ses vers athétisés70. Cette présentation reflète évidemment les intérêts et les priorités de la société de Lucien. Il semble que la question de la vérité et du mensonge se posait avec une acuité plus grande pour les historiens, étant donné que la grande variété des écoles et des dogmes philosophiques dont Lucien lui-même parodie les conflits, empêchaient une conclusion définitive sur la conception de la vérité.

  • 71 Voir Wälchi P., Studien zu den literarischen Beziehungen zwischen Plutarch und Lukian, München-Lei (...)
  • 72 Plutarque, Sur la malignité d’Hérodote, 860d1, 861e8, 864d7, 865b8, 869c1, 870d7, 874c2.
  • 73 Cette hypothèse (et notre analyse en général) attribue une importance plus grande aux historiens e (...)

28Je terminerai ma discussion avec une hypothèse : la relation possible entre Lucien et Plutarque. Des relations littéraires entre les deux auteurs ont été déjà détectées71. Pour notre propos, il est intéressant de noter que dans son œuvre, Sur la Malignité d’Hérodote, Plutarque pose aussi le sujet du mensonge pour Hérodote, concernant les événements de la guerre médique qu’il raconte aux derniers livres72. Bien qu’on ne puisse pas être sûr que Lucien avait lu le Sur la Malignité d’Hérodote, il serait tentant de supposer que l’auteur de l’Histoire Vraie, en insistant sur Hérodote en tant qu’ethnographe et raconteur des prodiges, à savoir l’Hérodote des livres I-IV, vise à compléter la critique adressée par Plutarque73.

  • 74 Cf. Bowden H., art. cit., p. 16: « P. argues (p. 90-94), with references to Aelian and Strabo, tha (...)
  • 75 Nous mettons ces termes entre guillemets, car notre but n’est pas d’utiliser Lucien pour résoudre (...)

29Notre discussion peut conduire à une réévaluation du débat entre D. Fehling et W.K. Pritchett présenté au début de notre étude. D. Fehling s’est servi de sa rigueur scientifique pour résoudre un problème ancien. Son approche est évidemment très rigide. Dans cette perspective, l’attaque de Pritchett semble justifiée, mais elle conduit, elle aussi, à des exagérations74. Paradoxalement, les deux approches partagent un trait commun : elles essaient (en vain) d’offrir des interprétations absolument rationnelles, voire anachroniques, pour tous les aspects du récit hérodotéen. L’étude de la réception d’Hérodote dans l’Histoire Vraie, mis à part son apport sur la stabilisation des règles pour le genre historiographique proposées par Lucien, pourrait aussi conduire à un jugement modéré sur le débat entre D. Fehling et W.K. Pritchett. L’examen des éléments de l’histoire d’Hérodote que Lucien satirise donne une image complexe : la critique de Lucien est parfois exagérée, en « donnant ainsi raison » à Pritchett, mais il y a des cas où elle est justifiée, ce qui pourrait aussi « acquitter75 » Fehling. Ce qui montre que l’histoire d’Hérodote est en partie une énigme dont le charme réside non pas tant dans la capacité de ses lecteurs à la déchiffrer, mais plutôt dans leur désir d’apprécier et de laisser intacts ses mystères ou même ses prodiges.

Notes

1 Pour peu d’auteurs anciens dispose-t-on d’un si grand nombre de volumes collectifs publiés dans la même période, dont les plus importants sont les suivants : Luraghi N. (éd.), The Historian’s Craft in the Age of Herodotus, Oxford, Oxford University Press, 2001 ; Bakker E., de Jong I.J.F., van Wees H. (éd.), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden-Boston, Brill, 2002 ; Derow P. et Parker R. (éd.), Herodotus and his World. Essays from a Conference in Memory of George Forest, Oxford, Oxford University Press, 2003; Karaghiorghis V. et Taifacos I. (éd.), The World of Herodotus, Nicosie, Fondation Leventis, 2004; Dewald C. et Marincola J. (éd.), The Cambridge Companion to Herodotus, Cambridge, Cambridge University Press, 2006; Greenwood E. et Irwin E. (éd.), Reading Herodotus. A Study of the Logoi in Book 5 of Herodotus’Histories, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2007.

2 Cf. le compte-rendu du livre de W.K. Pritchett par Bowden H., « Mentiri nescio », CR 45 (1995), p. 15-17, qui offre une présentation nuancée de l’approche de Pritchett.

3 Cf. par exemple récemment Luraghi N., « Meta-historie. Method and Genre in the Histories », C. Dewald et J. Marincola (éd.), op. cit., p. 76-91, qui a inauguré le terme Meta-historie pour les références d’Hérodote à ses sources ; il remarque, p. 88 : « Understanding Meta-historie is not the same as adjudicating the question of Herodotus’reliability. The claim that meta-historie is more a literary strategy than a genuine depiction of the historian at work should not be taken to imply that Herodotus […] was not interested in a truthful reconstruction of the past […]. However, fifth-century Greek culture had its own ideas on the nature and proper textual form of truth. »

4 Cf. Thomas R., « Review article I: Herodotus », JHS 116 (1996), p. 176: « Fehling and his followers […] often approach Herodotus from the point of view of 20th century scholarly rationalism. Fehling’s arguments are over formalistic, depressingly over-rationalistic. »

5 Hérodote, III, 102, 5, FGrHist 133, F8; cf. Fehling D., Herodotus and his sources: « citation », invention and narrative art, Leeds, Francis Cairns 1989, p. 96-97.

6 Strabon, II, 1, 9.

7 Pour la réception d’Hérodote, voir en général, Rengakos A., « Historiographie », Zimmermann B. (éd.), Handbuch der griechischen Literatur der Antike, Bd 1: die Literatur der archaischen und klassischen Zeit. Handbuch der Altertumswissenschaft, VII.1. München: Verlag C.H. Beck, 2011, p. 375-378 (avec la bibliographie précédente) ; cf. Murray O., « Herodotus and Hellenistic Culture », CQ 22 (1972), p. 200-213. Pour ses relations intertextuelles avec Thucydide et Xénophon, voir Tamiolaki M., « Les Helléniques entre tradition et innovation. Aspects de la relation intertextuelle de Xénophon avec Thucydide et Xénophon », CEA 15 (2008), p. 15-52. L’influence d’Hérodote sur Thucydide a été minimisée dans le passé, mais elle a été récemment mise en valeur. Voir surtout Hornblower S., A Commentary on Thucydides, vol. 2, Oxford, Oxford University Press 1996, p. 19-37 et l’appendice très utile des thèmes communs entre les deux auteurs, p. 138-145. Voir aussi les études réunies récemment par Forster E. et Lateiner D., Thucydides and Herodotus, Oxford, Oxford University Press, 2012.

8 Evans, J.A.S., « Father of History, Father of Lies. The Reputation of Herodotus », CJ 64 (1968), p. 14, cite les traités qui attaquaient Hérodote, dont le seul sauvé est celui de Plutarque, De la Malignité d’Hérodote. Toutefois, la cause principale de l’attaque de Plutarque était le traitement des Thébains par Hérodote, ce qui rend l’envergure de son traité plus limitée que celle de l’Histoire Vraie. Cf. aussi nos remarques dans la suite de cette analyse.

9 Lucien, Histoire Vraie, I, 1-3. Dans ce passage, ainsi que dans les autres de la suite de notre étude, nous soulignons. Sauf indication contraire, les traductions des passages anciens proviennent de la CUF (parfois modifiées). Pour Hérodote V-IX, nous avons également eu recours à la traduction d’A. Barguet, Hérodote, L’Enquête, Livres V à IX, Paris, Gallimard 1990.

10 En raison de limites d’espace, nous ne pouvons pas analyser dans cette étude les termes « parodie », « satire », etc. Nous renvoyons à l’étude de Camerotto, A., Le metamorfosi della parola. Studi sulla parodia in Luciano di Samosata, Roma-Pisa, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 1998, et plus spécifiquement aux p. 125-126, 135, 219-221, sur le mélange du sérieux et du comique concernant la satire. Pour le terme ᾒνικται, voir Georgiadou A. et Larmour D., Lucian’s Science Fiction Novel True Histories. Interpretation and Commentary, Leiden-Boston-Köln, Brill, 1998, p. 5-10, qui interprètent les Histoires Vraies comme un voyage allégorique vers le savoir.

11 Selon Gassino I., « Par-delà toutes les frontières : le pseudos dans les Histoires Vraies de Lucien », F. Mestre, P. Gómez (éd.), Lucian of Samosata, Greek Writer and Roman Citizen, Barcelona, Publicacions i edicions de la Universitat de Barcelona, 2010, p. 87-98, le but de Lucien dans les Histoires Vraies est la démonstration du pouvoir du pseudos. Peut-être, mais l’insistance de Lucien sur la vérité nous semble plus pertinente.

12 Cf. Saïd S., « Lucien ethnographe », Billault, A. (éd.), Lucien de Samosate, Paris, De Boccard 1994, p. 150.

13 Ibid, p. 149-170 (sp. p. 153). Notons que cette étude ayant été publiée avant la parution de la Liar School of Herodotus, l’auteur a recours aux arguments de Fehling à plusieurs reprises (n. 60, 80, 93, 111) pour décrire les méthodes d’Hérodote. Aujourd’hui, la plupart de ces arguments ne sont plus tenables.

14 Lucien, Amis du Mensonges, II, 34, 2-4, avec Möllendorf P. von, Auf der Suche nach der verlogenen Wahrheit. Lukians Wahre Geschichten, Tübingen, Narr 2001, p. 433-436.

15 Voir Bompaire J., Lucien écrivain. Imitation et création, Paris, De Boccard 1958, p. 666 ; cf. Anderson G., « Patterns in Lucian’s Quotations », BICS 25 (1978), p. 100, n. 11. La thèse de Stengel A., De Luciani Veris Historiis, Diss. Rostock, Berlin 1911, réunit un grand nombre des passages/intertextes de Lucien.

16 Il y a un débat sur les termes « allusions », « sources », « cibles ». Voir la belle discussion de Möllendorf P. von, op. cit., p. 12-23; cf. Morgan J.R., « Lucian’s True Histories and The Wonders Beyond Thule of Antonius Diogenes », CQ 35 (1985), p. 476: « We ought in fact not to be talking of Lucian’s “sources” at all, but of his “targets”. » Nous utilisons le terme « allusions » pour dénoter le lien entre les deux auteurs et « citation », quand Hérodote est nommé.

17 Les commentateurs établissent souvent une distinction entre Lucien/l’auteur de la préface et Lucien/le narrateur du reste de l’œuvre. Voir Georgiadou A. et Larmour D., op. cit., p. 3, qui reconnaissent une identification des deux personnages seulement dans le passage II, 28. Cette distinction est toutefois mise en question avec des arguments convaincants par Möellendorf P. von, op. cit., p. 63, n. 2. Nous utilisons toutefois le terme « narrateur », non pas tant pour établir une distinction entre les deux personae, mais plutôt pour faciliter la distinction entre la préface et le reste de l’œuvre.

18 Cf. Branham B., « The Comic as Critic: Revenging Epicurus-a Study of Lucian’s Art of Comic Narrative », ClAnt 3.2 (1984), p. 143.

19 Lucien, Histoire Vraie, II, 31 : « Les punitions les plus graves de toutes étaient réservées à ceux qui avaient dit quelque mensonge pendant leur vie et à ceux qui avaient écrit des contrevérités dans leurs ouvrages, entre autres Ctésias de Cnide, Hérodote et bien d’autres. »

20 Evans J.A.S., art. cit., remarque, p. 13: « Like Socrates, Herodotus suffered from the reputation of his pupils. »

21 Lucien semble emprunter à Hérodote tous les termes concernant le merveilleux : θαυμάσιον, παράδοξον, τεράστιον, ἄπιστον. Il en ajoute ἀλλόκοτον, καινόν.

22 Pour des raisons de limites d’espace, nous ne pouvons pas procurer une analyse exhaustive de tous les passages hérodotéens de l’Histoire Vraie. Nous choisissons quelques exemples caractéristiques pour notre propos.

23 Hérodote, IV, 82.

24 Lucien, Histoire Vraie, I, 7.

25 Cf. Morgan, J., art. cit., p. 477: « By exaggerating absurdly, Lucian is both criticizing Herodotus for his gullibility (or dishonesty) and making a good joke at his expense »; Saïd S., art. cit., p. 160-161.

26 Cf. aussi Asheri D., Lloyd A., Corcella A., A Commentary on Herodotus Books I-IV, Oxford, Oxford University Press 2007, ad loc., qui offrent une rationalisation de ce récit: « Like the “footprints” attributed to Christ, saints or paladins in Palestine and Europe […], so too the “footprint of Heracles” […] must have been a natural hollow in a rock. »

27 Lucien, Histoire Vraie, I, 23.

28 Hérodote, I, 202, 2. Cf. aussi Lucien, Histoire Vraie, I, 16 et Hérodote, IV, 191, 4.

29 Cf. Lateiner D., « Deceptions and Delusions in Herodotus », ClAnt 9.1 (1990), p. 234-236, 240, sur les techniques d’éloignement narratif chez Hérodote.

30 Lucien, Histoire Vraie, I, 40.

31 Hérodote, II, 156. Haziza, T., Le kaléidoscope hérodotéen. Images, imaginaire et représentations de l’Égypte à travers le livre II d’Hérodote, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 73-74, remarque que cette description renvoie à la nature marécageuse du Delta d’Égypte.

32 Hérodote, III, 102, 1.

33 Lucien, Histoire Vraie, I, 16.

34 Hérodote, III, 102-105.

35 Hérodote, III, 105. Cf. aussi, Legrand E., Hérodote, Histoires, Livre III, Paris, Les Belles Lettres 1967, p. 147 : « Ce qu’Hérodote dit de leur taille, de leur aspect général, de leur férocité, prouve d’ailleurs qu’il n’en avait pas vu. »

36 Pour les chiffres dans l’Histoire Vraie en tant que technique de créer un effet de précision, voir Greenwood E., Thucydides and the Shaping of History, Cambridge, Cambridge University Press 2006, p. 121-124.

37 Hérodote, VII, 152.

38 Lucien, Histoire Vraie I, 13, I, 18 ; cf. Hérodote, I, 193. Pour les silences chez Hérodote, voir Lateiner, D., The Historical Method of Herodotus, p. 64-67.

39 Lucien, Histoire Vraie I, 25 ; I, 40.

40 Ctésias, cod. 72, 49b39-50a4.

41 Herodote, III, 80 : « et des discours furent tenus que certains des Grecs trouvent incroyables (λόγοι ἄπιστοι ἐνίοισι Ἑλλήνων), mais qui furent tenus cependant » ; VI, 43, 3 : « Mardonios longea l’Asie Mineure et parvint en Ionie, et là – ce que je vais dire surprendra beaucoup les Grecs qui ne veulent pas croire qu’Otanès, lors du complot de sept Perses, avait proposé d’établir en Perse le régime démocratique – Mardonios débarrassa les cités ioniennes de leurs tyrans et leur transforma en démocratie. »

42 Il n’est pas noté dans les études et commentaires que j’ai consultés : Rütter U., Phantasie und Lachkultur. Lukians « Wahre Geschichten », Tübingen, G. Narr, 1997, Georgiadou A. et Larmour D., op. cit., Möllendorf P. von, op. cit., ni dans les éditions de la CUF et de Loeb. Il en va de même avec les autres passages qui sont commentés dans la suite de notre analyse.

43 Cf. Asheri D. et al., op. cit., ad. loc.

44 Cf. Fehling D., op. cit., p. 120, qui analyse les déclarations de véracité comme « lie-signals ».

45 Lucien, Histoire Vraie, II, 47.

46 Voir Bompaire, J., Lucien, Œuvres, tome II, Paris, Les Belles Lettres 1998, ad loc., p. 134.

47 Hérodote, I, 106, 2 et I, 184 (référence à un logos assyrien) ; VII, 132 : référence à la cause du meurtre d’Ephialtès, traître des Thermopyles.

48 Lucien, Histoire Vraie, I, 11.

49 Hérodote, VII, 136.1 (ἀνέβησαν ἐς Σοῦσα καὶ βασιλέϊ ἐς ὄψιν ἦλθον...).

50 Hérodote, I, 9 (θάρσει, Γύγη, καὶ μὴ ϕοβεῦ...).

51 Hérodote, I, 86.6 (μεταγνόντα τε καὶ ἐννώσαντα ὅτι καὶ αὐτος ἄνθρωπος ἐὼν...).

52 Hérodote, I, 126,5 (ἔστι τάδε τε καὶ ἄλλα μύρια ἀγαθά...).

53 Hérodote, III, 146, 1-2 (description détaillée de la motivation de Maiandrios, insistance sur la jalousie) ; VII, 10 ε-ζ (discours d’Artabanos, référence à la jalousie du dieu) ; VIII, 109,3 (discours de Thémistocle, référence à la jalousie du dieu).

54 Le sujet de la motivation chez les historiens est très important et controversé. Pour la motivation chez Hérodote, voir Baragwanath E., Motivation in Herodotus, Oxford, Oxford University Press 2008. Pour Thucydide, voir Tamiolaki M., « Ascribing Motivation in Thucydides. Between Historical Research and Literary Representation », M. Tamiolaki et A. Tsakmakis (éd.), Thucydides Between History and Literature, Berlin, Walter de Gruyter (sous presse).

55 Une objection possible à notre approche pourrait être que dans l’Histoire Vraie Lucien parodie aussi des passages de l’histoire de Thucydide : dans ce cas, veut-il parodier l’interprétation historique de Thucydide ? Nous estimons qu’il s’agit là d’une autre manière subtile et indirecte d’attaquer Hérodote : Lucien semble suggérer que l’existence des historiens comme Hérodote (et notamment ses prédécesseurs et ses successeurs/menteurs) ridiculisent le genre de l’histoire et donc permettent la satire des historiens « sérieux », tels que Thucydide. Pour la réception de Thucydide dans l’Histoire Vraie, voir Bartley A., « The Implications of the Reception of Thucydides within Lucian’s “Vera Historia” », Hermes 131 (2003), p. 222-234. Pour Thucydide en tant que modèle pour Lucien, voir récemment Billault A., « Lucien et Thucydide », V. Fromentin, S. Gotteland, P. Payen (éd.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du XXe siècle, Bordeaux 2010, p. 199-207 ; Trédé-Boulmer M., « Thucydide et Lucien ou comment lire le traité de Lucien Sur la manière d’écrire l’histoire ? », V. Fromentin, S. Gotteland, P. Payen, op. cit., p. 191-197.

56 Voir Georgiadou A. et Larmour D., « Lucian and Historiography: “De historia conscribenda” and “Verae Historiae” », ANRW II. 34.2 (1994), p. 1448-1509.

57 Cf. Munson R.V., Telling Wonders. Ethnographic and Political Discourse in the Work of Herodotus, Ann Arbor, The University of Michigan Press 2001, p. 259-265.

58 Bien qu’il utilise les mots τεράστια et μυθώδη, pour décrire le contenu des œuvres qu’il va traiter, la préface est dominée par l’opposition entre la vérité et le mensonge (ψεῦδος πλασάμενος, οὐκ ἀληθῆ συγγράϕοντες, ἐν τῷ μυθολογεῖν ἐλευθερίας, μηδὲν ἀληθὲς ἱστορεῖν, ἐπὶ τὸ ψεῦδος ἐτραπόμην, ἀληθεύσω λέγων ὅτι ψεύδομαι, μηδὲν ἀληθὲς λέγειν).

59 Cf. Moles J., « Truth and Untruth in Herodotus and Thucydides », C. Gill et T.P. Wiseman (éd.), Lies and Fiction in the Ancient World, Exeter, University of Exeter Press 1993, p. 88-121, qui remarque (p. 91) qu’il est difficile de concevoir les histoires de deux auteurs en de termes de vérité et de mensonge. Cette étude offre toutefois une image insuffisante de la notion de la vérité chez les deux auteurs, puisqu’elle est limitée à l’analyse de leurs préfaces. Cf. aussi, Momigliano A., « The Place of Ancient Historiography in Modern Historiography », Den Boer W. (éd.), Les études classiques aux XIXe et XXe siècles : leur place dans l’histoire des idées, Entretiens de la Fondation Hardt, t. XXVI, Vandoeuvres-Genève, 1980, p. 148.

60 Hérodote, I, 136, 2 : « Ils enseignent à leurs enfants, à partir de l’âge de cinq ans jusqu’à l’âge de vingt, trois choses seulement : monter à cheval, tirer l’arc, dire la vérité. »

61 Hérodote, III, 72, 4-5. Cette phrase n’appartient pas bien sûr à Hérodote, mais la suite du récit d’Hérodote semble la justifier, puisque Darius devient l’instigateur principal du complot contre Smerdis.

62 Pour la théorisation de ce sujet dans l’Antiquité, voir Hose M., « Fiktionalität und Lüge. Über einen Unterschied zwischen römischer und griechischer Terminologie », Poetica 28 (1996), p. 257-274, Wiseman T.P., « Lying Historians : Seven Types of Mendacity », C. Gill et T.P. Wiseman (éd.), op. cit., p. 122-146.

63 Pour la familiarité de Lucien avec les courants philosophiques de son temps, voir Jones C.P., Culture and Society in Lucian, London-Cambridge, Harvard University Press 1986, p. 24-32.

64 Le rapport de Lucien avec le christianisme est toutefois ambivalent. Cf. Baldwin B., Studies in Lucian, Toronto, Hakkert 1973, p. 97-118. Lucien ne mentionne jamais Jésus, mais il devait connaître les dogmes principaux de cette religion.

65 Lucien, Comment écrire l’histoire, 39, 61.

66 Lucien, Comment écrire l’histoire, 51, traduction par A. Hurst, Lucien de Samosate, Comment écrire l’histoire, Paris, Les Belles Lettres 2010. Cette phrase pose plusieurs sujets dont la discussion dépasse les limites de cette étude. Pour des observations pertinentes, voir Wheeldon M.J., « “True Stories”: the Reception of Historiography in Antiquity », A. Cameron (éd.), History as Text: the Writing of Ancient Historiography, London, Duckworth 1989, p. 36-63.

67 Lucien, Comment écrire l’histoire, 38, 41 (traduction A. Hurst, ibid.).

68 Lucien, Histoire Vraie, I, 3.

69 Le choix de Lucien de se référer à certains auteurs nommément semble délibéré. Voir l’étude éclairante de Ni-mheallaigh K., « The Game of the Name: Onymity and the Contract of Reading in Lucian », F. Mestre et P. Gomez (éd.), op. cit., p. 121-132.

70 Lucien, Histoire Vraie, II, 20-21.

71 Voir Wälchi P., Studien zu den literarischen Beziehungen zwischen Plutarch und Lukian, München-Leipzig, Saur 2003, qui examine les relations entre le De Genio Socratis de Plutarque et les Amis du Mensonge de Lucien.

72 Plutarque, Sur la malignité d’Hérodote, 860d1, 861e8, 864d7, 865b8, 869c1, 870d7, 874c2.

73 Cette hypothèse (et notre analyse en général) attribue une importance plus grande aux historiens en tant que cible de Lucien. Nous estimons que cela pourrait être le cas. Cf. les arguments convaincants de Morgan J.M., art. cit., qui rejette l’influence des récits paradoxographiques sur l’Histoire Vraie. Cf. Gabba E., « True History and False History in Classical Antiquity », JRS 71 (1981), p. 53, qui commente le « paradoxe for its own sake » dans le cas de la paradoxographie. En effet, Lucien ne semble pas vouloir attaquer cette conception du paradoxe, mais plutôt sa présentation en tant que porteur de vérité.

74 Cf. Bowden H., art. cit., p. 16: « P. argues (p. 90-94), with references to Aelian and Strabo, that Herodotus’ myrmekes were actually Central Asian marmots, “comparable to the American ground-hog”. It is questionable whether anyone seeing a ground-hog would think it capable of chasing and catching a fleeing camel (Hdt. 3.104). »

75 Nous mettons ces termes entre guillemets, car notre but n’est pas d’utiliser Lucien pour résoudre un débat moderne ; au contraire, nous tentons de montrer que la réception d’Hérodote chez Lucien permet d’évaluer mieux certains de ses paramètres.

Auteur

Maître de conférences en grec ancien à l’université de Crète (département de philologie). Elle est l’auteur d’un livre, Liberté et esclavage chez les historiens grecs classiques, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2010, qui a reçu le prix Zappas de l’Association des études grecques (2011), ainsi que d’autres études sur l’historiographie et la pensée politique en Grèce ancienne. En collaboration avec Antonis Tsakmakis, elle est également l’éditrice du volume Thucydides Between History and Literature (Walter de Gruyter, sous presse).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540