Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hérodote

 | 
Jean Alaux

Deuxième partie. Formes de communication et processus de connaissance

Hérodote ou l’histoire par les anecdotes

Typhaine Haziza

Note de l’auteur

Centré sur le livre II, cet article s’intègre à une réflexion plus large d’un travail en cours sur Hérodote et l’histoire égyptienne.

Texte intégral

  • 1 Schmitt Pantel P., Hommes illustres. Mœurs et politique à Athènes au Ve siècle, Paris, Aubier, 2009 (...)
  • 2 Après un rappel des principales définitions retenues pour le terme d’anecdote, P. Schmitt Pantel p (...)

1Récemment, Pauline Schmitt Pantel a reposé, à propos de Plutarque, la question des liens entre anecdotes et histoire1. Après une présentation des principales études, tant littéraires qu’historiques2, qui ont abordé ces dernières années la question, elle en arrive à la conclusion suivante :

  • 3 Schmitt Pantel P., op. cit., p. 195.

« Cette mise au point conduit finalement à s’interroger sur la pertinence de la question de la place et de la fonction des anecdotes dans les Vies de Plutarque du point de vue de leur apport à l’histoire. Ces courts récits ont le même intérêt que les autres types de narration et leur contenu en termes d’apport historique est bien souvent de même nature. L’histoire qu’ils permettent d’écrire touche à tous les domaines sans exclusive3. »

  • 4 Payen P., « L’historiographie grecque : VIe-IIIe siècles avant J.-C. État des recherches 1987-2002  (...)
  • 5 Pour une présentation de la bibliographie hérodotéenne, depuis les années 1980, voir Bubel F., Her (...)
  • 6 Aneckdoten et allemand ; anecdote en anglais. Dans la bibliographie récente, contrairement à celle (...)
  • 7 Par exemple, Evans J.A.S., « The Story of Pythios », LCM, no 13, 1988, p. 139; Konstan D., « The S (...)
  • 8 Par exemple, Long T., Repetition and Variation in the Short Stories of Herodotus, Francfort-sur-le (...)
  • 9 Cf. Ceccarelli P., « La fable des poissons de Cyrus (Hérodote I, 141) : son origine et sa fonction (...)
  • 10 Cf. Ivantchik A. I., « Une légende sur l’origine des Scythes (Hdt. IV, 5-7) et le problème des sou (...)
  • 11 Erbse H., Studien zum Verständnis Herodots, Berlin-New York, W. de Gruyter, 1992.
  • 12 Flory S., The Archaic Smile of Herodotus, Detroit, Wayne State University Press, 1987. Le terme d’a (...)
  • 13 Comme le rappelle Vivienne Gray, « many scholars use the short story to exemplify general features (...)
  • 14 Hérodote, II, 99-182. Notons que les anecdotes issues de ce livre ne sont généralement pas celles q (...)

2Si la question des anecdotes peut sembler particulièrement pertinente pour aborder les Vies parallèles de Plutarque, il semble qu’elle se pose également avec acuité pour le « Père de l’histoire ». De fait, depuis les années 1990, voire 1980, « la richesse des moyens déployés par Hérodote en tant que storysteller, mis au jour par les ressources croisées de la pragmatique, de la narratologie et des travaux sur l’oralité », pour reprendre une formule de Pascal Payen4, est un axe fort des études hérodotéennes. Pour autant, durant la même période, dans la forêt de références qui concernent Hérodote5, peu abordent de front la question des « anecdotes6 ». En général, les auteurs préfèrent les termes d’histoires7 ou de récits, parfois qualifiés de brefs8, quand ils ne gardent pas celui de logos. Tout au plus, trouve-t-on parfois la mention de fable9 ou de légende10. Certes, il existe des exceptions notables, avec en particulier les ouvrages essentiels pour le sujet de Hartmut Erbse11, dont la première partie est intitulée « Haupstück : Novellen und Anekdoten », ou celui de Stewart Flory qui, sous un titre peu explicite, traite en fait directement de la question des anecdotes dans l’œuvre d’Hérodote12. Néanmoins, il est remarquable que même dans ces livres, où l’anecdote est au cœur de l’étude, le terme ne se retrouve pas dans les titres généraux, à croire que la valeur du livre aurait risqué d’en pâtir. Cette réflexion pourrait paraître « anecdotique » si elle ne reflétait une caractéristique importante de l’appréhension de l’œuvre d’Hérodote13. En effet, étudier les anecdotes des Histoires d’Hérodote ne peut-il pas paraître privilégier la déconstruction de l’œuvre à un moment historiographique où l’on s’attache en général à démontrer, au contraire, sa grande cohérence ? Alors que la tendance est à une revalorisation de l’apport du « Père de l’histoire », est-il inopportun d’utiliser un terme à forte connotation dépréciative ? Le fait, du reste, que l’historiographie française soit encore plus frileuse dans l’emploi de ce terme à propos d’Hérodote n’est-il pas significatif de l’histoire et du sens de celui-ci dans notre langue ? Pourtant, comme l’ont montré Hartmut Erbse et Stewart Flory, parler d’« anecdotes » pour caractériser certains récits brefs contenus dans les Histoires n’a rien de dévalorisant, bien au contraire, l’anecdote étant un des ressorts essentiels du récit hérodotéen, en particulier dans sa dimension « historique » ou, plus justement peut-être, « biographique ». C’est ce que cette étude se propose de rappeler, en s’appuyant essentiellement sur le livre II et plus particulièrement sur la partie consacrée à l’histoire égyptienne14.

  • 15 Sur les problèmes de définition de l’anecdote (« short stories »), voir le rappel historiographiqu (...)
  • 16 Pour une réflexion sur l’évolution et le sens du terme, voir Hadjadj D., « L’anecdote au péril des (...)
  • 17 Cf. Gray V., art. cit., p. 305.
  • 18 Il s’agit des anecdotes de la vengeance de Nitocris (II, 100), du complot du frère de Sésostris (I (...)
  • 19 C’est le cas pour les règnes de Nitocris (II, 100), de Phéros (II, 111) ou encore de Séthos (II, 1 (...)

3La partie historique du logos égyptien est une succession de tableaux biographiques dans un ordre qu’Hérodote donne comme chronologique et qui va de Mîn à Amasis. Au total, jusqu’à la conquête perse, Hérodote compte 358 rois (en intégrant la Dodécarchie, composée des règnes conjoints de douze roitelets, avant que n’émerge d’entre eux Psammétique, le fondateur de la XXVIe dynastie), mais n’établit de notices que pour une vingtaine de pharaons. Or, une grande majorité de celles-ci intègre un épisode anecdotique. Comme dans pratiquement l’ensemble des Histoires d’Hérodote, il n’est pas toujours facile de délimiter ce qui relève de l’anecdote ou du récit historique15. La difficulté vient autant de la polysémie du terme dans la langue actuelle16 que des caractéristiques du récit hérodotéen, où anecdotes et récit général se ressemblent souvent17. Nous pouvons toutefois en distinguer, avec certitude, entre quatorze et dix-sept pour l’ensemble des rois égyptiens faisant l’objet d’une notice18. Dans certains cas, l’anecdote compose même l’intégralité de la notice royale à laquelle elle se rattache19. Il paraît donc évident qu’il n’est pas possible de les ignorer si l’on veut étudier la manière dont Hérodote présente l’histoire de l’Égypte. Les anecdotes sont des rouages essentiels du récit historique hérodotéen et, plutôt que de les contourner, nous nous proposons d’essayer d’en cerner les fonctions principales, tout au moins à travers le logos égyptien.

L’anecdote, une dimension de plaisir : Hérodote, le conteur

  • 20 D’Israeli I., A Dissertation on Anecdote, 1793, cité par Montandon A., « Préface », Id. (dir.), op (...)
  • 21 Cf. Erbse H., op. cit., p. 92.
  • 22 Hadjadj D., art. cit., p. 10 (voir aussi p. 9 et 15).
  • 23 Glaudes P., « “Ceci n’est même pas une anecdote.” Approche pragmatique et typologique de l’anecdote (...)
  • 24 Hadjadj D., art. cit., p. 17.
  • 25 Jacques-Lefèvre N., « Entre déchiffrements de l’Histoire et pouvoirs de la fiction : les anecdotes (...)
  • 26 Bachelot J.-P., « Des histoires à l’Histoire : les figures du Grand Turc dans la littérature de voy (...)
  • 27 Bachelot J.-P., art. cit., p. 40.
  • 28 Cf. Gray V., art. cit., p. 298: « Short stories are credited with clarity, simplicity, economy, an (...)
  • 29 Notons que celles-ci peuvent même dans certains cas déjà relevés combler intégralement un vide inf (...)

4La première d’entre elles peut sembler si évidente qu’il ne serait même pas la peine de faire davantage que de la mentionner : il s’agit de la fonction de plaisir que procure l’anecdote dans le récit. Déjà en 1793, Isaac D’Israeli insistait sur cette caractéristique : « [Anecdotes] produce in an ingenious observer, those leading thoughts which throw the mind into an agreable train of thinking20. » Cet effet a souvent été souligné également à propos des récits anecdotiques d’Hérodote, au point que d’aucuns ont pu croire que certains de ses passages s’adressaient en fait à des enfants21. Et pourtant, cette dimension ne va pas tant de soi. En effet, l’ancrage de l’anecdote dans la tradition du récit plaisant est assez récent, tout au moins en français : « À son origine, le terme a partie liée avec l’histoire, mais une histoire particulière, marginale par rapport à la grande histoire22 », une histoire secrète, cachée. Ce qui fait, en particulier en France au XIXe siècle, la fortune de l’anecdote est donc moins son caractère amusant que sa capacité reconnue à porter « à la connaissance du public une “vérité” qui lui était jusque-là dissimulée23 ». Si elle n’est donc pas forcément amusante, l’anecdote doit cependant, pour être réussie, respecter certaines règles narratives, parmi lesquelles « l’art du trait24 ». Puisqu’elle rapporte des faits inédits, secrets, l’anecdote pique la curiosité, sentiment qu’elle renforce par les « armes proprement séductrices du récit25 ». Comme le fait remarquer Jean-Paul Bachelot, dans son étude sur les figures du Grand Turc dans la littérature de voyage de la Renaissance, « pour pallier les manques de l’approche descriptive, l’écrivain préfère souvent de courtes histoires, des anecdotes, qui mettent en intrigue ce que le spectacle officiel figeait en tableau26 ». Les anecdotes, tout comme les digressions ou les exemples, permettent donc de rendre moins austère une présentation trop descriptive : « Lues ou entendues, elles favorisent une approche du réel plus circonspecte que ne le faisait la description27. » Elles rendent vivant le récit historique et permettent de pallier les manques informatifs. Chez Hérodote, c’est bien de cela qu’il s’agit28. Si l’on observe en effet la composition interne de la partie consacrée à l’histoire de l’Égypte dans le livre II, il est possible de distinguer deux types d’informations : d’une part, celles qui ressortissent essentiellement aux actions attendues d’un Pharaon et, d’autre part, une autre catégorie, composée d’ajouts à cette première présentation « officielle », qui comprend essentiellement des digressions, des remarques d’Hérodote lui-même et des anecdotes29. Prenons un exemple concret, celui de Sésostris, dont la notice est particulièrement développée.

§

Source

Contenu de la notice

A : anecdote ; D : digression

102

les prêtres

Part du golfe arabique, soumet les habitants des bords de la mer Érythrée ; pousse la navigation jusqu’aux limites possibles. Retour en Égypte : lève une armée et marche à travers le continent, en soumettant tous les peuples. Érection de stèles.

Alla jusqu’au pays des Scythes et des Thraces.

D : « C’est là, me semble-t-il, le point le plus éloigné où parvint l’armée égyptienne ; dans ces pays en effet, on constate que furent érigées les stèles dont je parlais ; et au-delà on ne le constate plus. »

Revint sur ses pas. Lorsqu’il fut sur les rives du Phase : colonisation.

D : « Je ne puis dire avec exactitude ce qui se produisit alors, si ce fut le roi Sésostris lui-même qui détacha une partie quelconque de son armée et la laissa derrière lui en ces lieux pour coloniser le pays, ou si quelques-uns de ses soldats, fatigués de ces pérégrinations, demeurèrent sur le bord du fleuve de leur propre volonté. »

104

D : Colchidiens sont de race égyptienne.
D : circoncision.

105

D : travail du lin.

106

D : stèles de Sésostris plus visibles dans la plupart des pays.

107

les prêtres

Revient sur ses pas, ramenant beaucoup de prisonniers.

A : complot du frère de Sésostris.

108

Emploi des captifs pour les travaux dans le sanctuaire d’Héphaistos et pour la construction de canaux.

D : à propos de l’emploi des chevaux et des chars.

109

les prêtres

Partagea le sol entre tous les Égyptiens. Déclaration des revenus.

D : sur la naissance de la géométrie.

110

Seul Égyptien qui régna sur l’Éthiopie.

les prêtres

Travaux dans le temple d’Héphaistos : statues de pierre.

D : « Longtemps après le prêtre d’Héphaistos ne souffrit pas que devant ces monuments le Perse Darius élevât une statue. »

  • 30 Et elles seraient donc, pour Alan Griffiths, sciemment utilisées dans ce sens par Hérodote: « Clea (...)

5Comme nous pouvons le constater à travers ce tableau, sans les nombreuses digressions, auxquelles il faut rajouter une anecdote, la présentation du règne serait beaucoup plus sèche et se limiterait à une énumération peu attrayante des réalisations du roi dans les domaines militaire, architectural et législatif. Notons dès à présent – nous y reviendrons ultérieurement – qu’il s’agit là des principales fonctions royales dans l’idéologie pharaonique et des principaux types d’informations mentionnées par les annales égyptiennes. Les anecdotes permettent, en outre, de rendre plus proches, plus accessibles des personnages distants – que cette distance soit due à leur nature supposée, au protocole ou, tout simplement, au temps. Leur intérêt est donc indéniable30, mais est-il compatible avec l’objectif affiché de « vérité » du récit historique ?

  • 31 Dornier C. et Poulouin C. (dir.), op. cit., p. 9.
  • 32 L’accusation de mensonge portée à l’encontre d’Hérodote a une longue histoire derrière elle, puisq (...)
  • 33 Cf. Fehling D., Herodotus and His « Sources »: Citation, Invention, and Narrative Art, 1971, suivi (...)
  • 34 Pour une présentation de l’historiographie hérodotéenne entre 1987 et 2002, voir Payen P., art. ci (...)
  • 35 Voir, en particulier, les travaux de Claude Calame (par exemple, Calame C., Le récit en Grèce anci (...)
  • 36 Payen P., art. cit., p. 130-131. Voir aussi Payen P., Les îles nomades. Conquérir et résister dans (...)
  • 37 Dans le cadre de la partie consacrée à l’histoire de l’Égypte du livre II, au moins trois d’entre (...)
  • 38 Hadjadj D., art. cit., p. 14.
  • 39 « À cet égard, tout récit anecdotique reste peu ou prou dans les limites du vraisemblable et se pr (...)
  • 40 « Tout l’art de l’anecdotier réside d’abord dans le choix de l’histoire, dans le fait de prélever (...)
  • 41 « Ce qui caractérise l’anecdote et la différencie du travail historique, ce n’est donc pas la méth (...)
  • 42 Hadjadj D., art. cit., p. 18.

6Ainsi que le rappellent Carole Dornier et Claudine Poulouin, « au regard des exigences d’une histoire qui revendique son statut de science, le témoignage et l’anecdote sont objets de suspicion et réduits à un rôle ancillaire. […] Le faiseur d’anecdotes paraît vouloir stimuler la seule curiosité du public au risque de se discréditer comme historien31 ». C’est déjà, du reste, principalement ce « défaut » qui faisait, dès l’Antiquité, rejeter Hérodote, par certains, du côté des muthologoi, des « diseurs de fables32 ». Imposteur ! Hérodote ne serait pas un historien et aurait même inventé de toutes pièces ses anecdotes33 ! Voilà qui pose à nouveau la question des liens entre anecdotes et vérités « historiques ». Dans ce domaine, l’historiographie a beaucoup évolué ces dernières décennies34. Le lien étroit entre le récit historique, en particulier celui d’Hérodote, et des genres qui relèvent davantage de la fiction littéraire, comme l’épopée35, n’est plus entaché d’un discrédit rédhibitoire. Pascal Payen admet même qu’il existe « une fonction probatoire de l’histoire en tant que récit, par le recours aux procédés de la fiction. Ce n’est pas affirmer que les faits n’auraient qu’une existence narrative […], mais le passé humain ne demeure compréhensible que lorsqu’il est restitué et déployé dans l’œuvre historique. Or celle-ci ne renonce aucunement à l’exigence de vérité, lorsqu’elle emprunte les procédés de la fiction, notamment pour ressaisir et donner à comprendre la dimension temporelle de l’expérience humaine36 ». Soit ! Il n’est plus perçu comme un crime pour l’histoire d’emprunter les procédés de la fiction, mais les anecdotes empruntent-elles ou sont-elles fiction ? Si on ne peut pas nier le caractère fictionnel de certaines d’entre elles37, il faut néanmoins rappeler que « l’anecdote, en raison de ses racines historiques et du fait qu’elle suppose la présence d’un anecdotier pour la raconter, a pour caractéristique de se donner pour vraie, même si elle est inventée38 ». Elle doit, en tout cas, se présenter comme vraisemblable39. Dans sa préface aux Actes du colloque de Clermont-Ferrand de 1988, dont le thème était L’Anecdote, Alain Montandon va même plus loin en considérant qu’une anecdote est d’abord un fait authentique40. Ce qui différencie l’anecdote du récit historique « académique » ne serait donc pas forcément son rapport au vrai41, mais plutôt la forme qu’elle emprunte et, peut-être surtout, le fait qu’elle « est liée au dire, comme le conte ou la fable, [risquant] à tout moment d’entrer dans la mouvance d’une tradition orale dont les lettrés n’ont pas fini de se méfier42 ». Or, chez Hérodote, la tradition orale est souvent celle des autres.

L’anecdote, une dimension d’ouverture : Hérodote et les logoi des autres

  • 43 Sur le fonctionnement de cette véritable « mosaïque de logoi » et sur le problème des informateurs (...)
  • 44 Pour une analyse détaillée de l’origine égyptienne de nombre des motifs présents dans ces anecdote (...)
  • 45 « Ce qui précède vient des Égyptiens seuls ; je vais maintenant exposer ce que les autres hommes e (...)
  • 46 Sur cette « dichotomie dans l’approche de l’histoire », voir essentiellement Loprieno A., La pensé (...)
  • 47 En comptant Anysis (Hérodote, II, 142).
  • 48 Voir, par exemple, Roccati A., La littérature historique sous l’ancien Empire égyptien, Paris, Cer (...)
  • 49 Hornung E., L’Esprit du temps des Pharaons, Paris, Ph. Lebaud, 1996 (tr. fr. de Geist der Pharaonen (...)
  • 50 Cette différence, qui n’est pas l’objet direct de cet article, sera étudiée plus en détail dans no (...)
  • 51 Hérodote, II, 122.
  • 52 Hérodote, II, 131.

7Pour Hérodote, l’anecdote est aussi une manière privilégiée de donner une libre parole à ses interlocuteurs43. Des traces évidentes de récits indigènes, au moins dans la première section de la partie historique, sont ainsi perceptibles dans le logos égyptien44. L’histoire égyptienne présentée par Hérodote peut, en effet, être divisée en deux sections, que le « Père de l’histoire » individualise clairement45 et qui peuvent correspondre à ce qu’Antonio Loprieno a dénommé une histoire mythique et une histoire séquentielle46. La transition est assurée par la Dodécarchie (règne conjoint de douze roitelets égyptiens). Du premier roi, Mîn, à Séthos, dernier roi « légendaire » de la présentation historique d’Hérodote, il y aurait eu, selon Hérodote qui s’appuie sur les dires des prêtres égyptiens, 342 rois47. Psammétique, un des membres de la Dodécarchie, fonde la XXVIe dynastie, dite saïte, dernière dynastie indigène avant la conquête perse à l’époque de laquelle Hérodote visite le pays. On entre alors dans l’histoire récente de l’Égypte. Pour cette période, les sources indigènes, bien que toujours prises en compte par l’historien, cèdent davantage la place aux témoignages des Grecs, dont une importante communauté est établie en Égypte depuis le début de la dynastie. Cette différence informative n’influe toutefois pas radicalement sur la teneur des notices biographiques des rois saïtes, dont Hérodote, fidèle aux « listes historiques » égyptiennes, présente de manière assez systématique les réalisations architecturales (principalement en direction des sanctuaires), militaires et législatives. Les annales royales, comme celles conservées par la Pierre de Palerme48, ne retiennent des faits de chaque règne que certains types d’événements symboliques qui, selon l’idéologie égyptienne, relèvent du domaine du rituel : « Non seulement les Annales mais toute la tradition historique officielle de l’Égypte sont marquées par cette répétition sélective et liée à une simplification typique des événements49. » Pour autant, des différences notables existent entre les deux parties hérodotéennes de la présentation historique de l’Égypte. Parmi celles-ci, il faut souligner un développement plus important des règnes les plus récents et le caractère globalement plus extraordinaire des anecdotes qui ressortissent à l’histoire mythique, lesquelles sont du reste souvent proches par leurs motifs ou leur ton de véritables contes, alors que les anecdotes qui concernent les rois saïtes sont pratiquement toutes des réflexions liées au pouvoir (prise de pouvoir, manière de gouverner, relations avec des étrangers), même quand elles affichent, elles aussi, un ton plaisant50. C’est, du reste, dans cette partie qu’il est le plus difficile de distinguer avec certitude ce qui relève de l’anecdote de ce qui constitue le récit historique lui-même, d’autant que les marques d’annonce de l’anecdote, telles que « par la suite, disaient les prêtres51 » ou « à propos de […], certaines gens racontent l’histoire suivante52 », disparaissent totalement.

  • 53 Loprieno A., op. cit., p. 118.
  • 54 Notons, du reste, que les sources égyptiennes démotiques sont porteuses de récits proches des cont (...)
  • 55 Hérodote, II, 147.

8Doit-on en déduire que cette différence est le fruit du changement de sources, énoncé par Hérodote ? Il y aurait alors, en quelque sorte, une première partie qui présenterait des anecdotes d’origine égyptienne, tandis que la deuxième serait le relais de récits rapportés par la communauté grecque d’Égypte. Cela est possible, mais les choses sont en fait certainement beaucoup moins simples que cela, dans la mesure où la présence de sources grecques et la plus grande proximité temporelle de la XXVIe dynastie ne sont que des « raisons de la dichotomie entre les deux parties du logos hérodotéen. En effet, l’historicité des rois hérodotéens ne procède pas du tout de façon linéaire, comme on s’y attendrait s’il s’agissait uniquement d’une question de disponibilité des sources, mais au contraire de façon radicale : les derniers rois du “passé” ne sont pas moins mythiques que les premiers ! Anysis et Séthos ne sont sûrement pas plus rattachés à une tradition annaliste que Min ou Nitocris. Il ne s’agit donc pas d’une dichotomie chronologique ou événementielle, mais plutôt d’une dichotomie idéologique ou culturelle53 », qui provient des milieux égyptiens eux-mêmes. À l’époque où Hérodote visite l’Égypte, les rois de la XXVIe dynastie font encore partie de l’histoire récente et il est d’autant plus essentiel de souligner leur sagesse dans leur approche du pouvoir que le pays est désormais sous la domination étrangère des Perses. Mais ce possible acte de résistance symbolique indigène rencontrait les vues des Grecs qui étaient, par ailleurs, partie prenante de cette histoire récente. Que cette différence formelle puisse résulter d’un changement de sources n’implique donc pas que les récits égyptiens n’aient plus été retenus par Hérodote54 qui, du reste, précise bien qu’il exposera, à partir de la Dodécarchie, « ce que les autres hommes et, d’accord avec eux, les Égyptiens disent s’être passé dans ce pays55 ».

  • 56 Cette notion, mise en évidence par H.R. Jauss, est ainsi résumée par P. Payen : « L’œuvre, au jour (...)
  • 57 Dornier C. et Poulouin C. (dir.), op. cit., p. 10.
  • 58 Bachelot J.-P., art. cit., p. 35.
  • 59 Hérodote, II, 133.
  • 60 Pour une analyse plus développée, voir Haziza T., « De l’Égypte d’Hérodote à celle de Diodore : ét (...)
  • 61 Sur cette question, voir Haziza T., « Quelques remarques sur le thème de la démesure dans le livre (...)
  • 62 Sur la politique philhellène d’Amasis, voir en particulier Bresson A., La cité marchande, Bordeaux (...)
  • 63 Hérodote, II, 181.
  • 64 Cf. Haziza T., op. cit., p. 230-232.
  • 65 Cf. Haziza T., « Ladiké et Phérétimé : deux Cyrénéennes en Égypte (Hérodote, II, 181 et IV, 165-16 (...)
  • 66 Hérodote, II, 181.

9En outre, par le biais des anecdotes, Hérodote peut laisser une porte d’entrée à des discours dissonants, rompre subtilement l’« horizon d’attente56 » de ses lecteurs ou auditeurs. Or, l’anecdote est un procédé narratif particulièrement efficace pour « faire entendre une autre voix que celle de l’histoire officielle57 » ou attendue, « parce qu’autorisant une lecture interprétative et critique des événements58 ». Nous ne prendrons que deux exemples, toujours tirés du livre II. Le premier est celui de Mykérinos, présenté, aussi bien par Hérodote que par Diodore, comme un bon roi, juste, généreux, soucieux du bien-être de son peuple et pieux, surtout par contraste avec les figures épouvantables de ses deux prédécesseurs, Chéops et Chéphren. Et, pourtant, en regardant de plus près le texte hérodotéen, il est possible de cerner l’écho d’une autre tradition, certainement d’origine égyptienne, par le biais de l’anecdote de l’oracle de Bouto59. Selon cette histoire, en effet, les actes cruels et impies des deux premiers constructeurs des pyramides de Gîza ne proviendraient pas de leurs propres travers personnels, mais seraient, au contraire, preuve d’une grande soumission aux volontés divines, alors que l’attitude de Mykérinos ne serait qu’une conséquence de son incapacité à reconnaître le dessein divin60. Voilà qui renverse totalement les choses et brouille le regard que les Grecs avaient coutume de porter sur ces souverains, empreints d’hubris61. Le deuxième exemple concerne le prototype hérodotéen du roi sage, le pharaon philhellène Amasis. Nombre des anecdotes l’impliquant lui confèrent en définitive une image de sagesse, forgée sans doute essentiellement au sein de la communauté grecque d’Égypte, reconnaissante des faveurs qu’il lui avait accordées62. Mais, là encore, une étude attentive révèle une image beaucoup plus ambiguë. L’anecdote de son mariage avec Ladiké dresse en effet, de prime abord, le portrait d’un roi barbare, prêt à faire subir à son épouse grecque « la pire mort qu’ait jamais connue une femme63 ». Des parallèles peuvent être faits avec des motifs traditionnels de contes, où la nouvelle épousée doit être littéralement battue, la nuit de ses noces, pour la transformer en épouse docile et enfin inoffensive64. À ce titre, l’anecdote de Ladiké exprime non seulement le caractère barbare d’Amasis, mais aussi l’archétype de la peur masculine face au féminin. De manière encore plus subtile, le personnage de Ladiké, loin d’être un simple accessoire anecdotique, peut bien apparaître comme un symbole fort de la véritable teneur des relations entre l’Égypte et Cyrène au temps d’Amasis65. En effet, prendre une Cyrénéenne comme épouse n’est certainement pas un simple caprice de la part du Saïte, mais un acte de suzeraineté. Dans la diplomatie matrimoniale, pratiquée régulièrement en Égypte depuis le Nouvel Empire, le fait d’intégrer dans le harem royal une princesse étrangère est une marque de reconnaissance de la supériorité, au moins théorique, de l’Égypte, surtout quand il s’agit d’une simple épouse secondaire. Or, l’anecdote à première vue fantaisiste du mariage de Ladiké est lourde de sens, puisque la Cyrénéenne est en fait accusée de ne pas se soumettre à son royal époux. La sanction qui lui est promise, si elle ne s’exécute pas, est sans appel66. Seul le vœu fait à Aphrodite de lui envoyer une statue à Cyrène permit à la jeune femme d’échapper à son triste sort. Mais cette statue elle-même n’était-elle pas une manifestation permanente sur le territoire de la cité grecque de la domination de Pharaon ?

10Qu’elle soit d’origine égyptienne ou grecque, la parole qui s’exprime à travers ces anecdotes est toujours une autre voix face à celle de la tradition courante, une autre « vérité », qui peut néanmoins rejoindre la première, à laquelle Hérodote a, délibéremment, choisi de laisser une place dans sa réflexion sur le passé des hommes.

Conclusion : l’anecdote, un procédé narratif pour une certaine conception de l’histoire

  • 67 Pour une présentation synthétique et claire des débats entre « analystes » et « unitariens », voir (...)
  • 68 Voir en particulier sur cette question les travaux de Claude Calame qui, dans un ouvrage récent, r (...)
  • 69 Payen P., art. cit., p. 531.
  • 70 De Jong I.J.F., art. cit., p. 243.

11À ce stade de notre analyse, il est important de revenir sur la question de la place des anecdotes dans l’ensemble du projet hérodotéen. Les recherches récentes sur la structure des Histoires penchent plutôt pour une revalorisation de l’idée d’unité de l’œuvre67. Et, concernant notre propos, Pascal Payen, entre autres68, a bien montré comment « l’impression si souvent avouée d’une composition lâche, d’une succession d’anecdotes vaguement rattachées les unes aux autres69 » ne résiste pas à un examen attentif du récit hérodotéen. Irene J. F. de Jong note ainsi, après une enquête serrée sur la structure des Histoires : « Dans cette section, je me suis proposé de décrire la structure des Histoires comme “anachronistique”, ce qui est tout autre chose que “chaotique”, l’étiquette qu’on a collée si souvent sur cette œuvre. À l’opposé du chaos, les anachronies, ou déplacements dans le temps, ont leur raison d’être et leur efficacité propre, dans le cas du narrateur comme dans le cas des personnages. De plus, le réseau d’analepses et prolepses donne au récit une grande cohésion70. » Autrement dit, la présence des anecdotes dans le récit hérodotéen n’est pas due au hasard des récits qu’il aurait pu recueillir, mais est le fruit d’une démarche délibérée de la part de l’historien. Certes, comme nous l’avons montré, Hérodote n’a certainement pas inventé de toutes pièces les récits qu’il relate, mais le fait qu’il les ait retenus, dans une certaine mesure leur forme même et certains réagencements, sont de sa responsabilité seule et participent à sa conception de l’histoire. Hérodote a beau prévenir régulièrement ses lecteurs ou auditeurs qu’il ne croit pas à la vraisemblance des anecdotes qu’il transmet, il n’empêche qu’il joue avec elles et s’en sert pour la valeur exemplaire qu’elles proclament. L’histoire n’est donc pas seulement une succession de faits, mais prend racine dans une réflexion philosophique sur la nature humaine.

Notes

1 Schmitt Pantel P., Hommes illustres. Mœurs et politique à Athènes au Ve siècle, Paris, Aubier, 2009, particulièrement des pages 180 à 196, reprises d’un article paru dans la revue Europe, no 945-946, en 2008, p. 236-251.

2 Après un rappel des principales définitions retenues pour le terme d’anecdote, P. Schmitt Pantel présente successivement les recherches de Joel Fineman (Fineman J., « The History of Anecdote : Fiction and Fiction », H.A. Veeser (dir.), The New Historicism, Londres, Routledge, 1989, p. 49-76), les réflexions introductives de Carole Dornier et Claudine Poulouin (Dornier C. et Poulouin C. [dir.], L’histoire en miettes. Anecdotes et témoignages dans l’écriture de l’histoire (XVIe-XIXe siècle), Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Elseneur », no 19, 2004), les études de Mark Beck (Beck M., Plutarch’s Use of Anecdotes in the Lives, Chapel Hill, UMI, 1998 ; Id., « Anecdote and the Representation of Plutarch’s Ethos », Van der Stockt L. [dir.], Rhetorical Theory and Praxis in Plutarch, Louvain, Peeters, 2000, p. 15-22), de Maria Duran Lopez (Duran Lopez M., « Rhétorique du personnage et rhétorique de l’auteur dans la Vie de Thémistocle de Plutarque », Van der Stockt L. [dir.], op. cit., p. 163-169 ; Id., « Citas y Anecdotas en Plutarco », Fernández Delgado J.A. et Pordomingo Pardo F. [dir.], Estudios sobre Plutarco : aspectos formales, Madrid, Ed. Clásicas, 1996, p. 405-414), de Philip Stadter (Stadter P., « Anecdotes and the Thematic Structure of Plutarchean Biography », Fernández Delgado J.A. et Pordomingo Pardo F. [dir.], op. cit., p. 291-303), de Richard Saller (Saller R., « Anecdotes as historical evidence for the principate », G & R, no 27-1, 1980, p. 69-83), de Kenneth J. Dover (Dover K. J., « Anecdotes, Gossip and Scandal », Id., The Greeks and Their Legacy, Oxford, Blackwell, 1988, p. 45-52), de Christopher Pelling (Pelling C., Plutarch and History, Londres, Classical Press of Wales, 2002; Id., « How far would they go? Plutarch on Nicias and Alcibiades », Id., Literary Texts and the Greek Historian, Londres, Routledge, 2000, p. 44-60), de Marie-Odile Goulet-Cazé (Goulet-Cazé M.-O., « Le livre VI de Diogène Laërce : analyse de sa structure et réflexions méthodologiques », ANRW, II, no 36-5, 1992, p. 3880-4048) et de Françoise Frazier (Frazier F., Histoire et morale dans les « Vies parallèles » de Plutarque, Paris, Les Belles Lettres, 1996). Elle signale également, mais plus rapidement, les travaux de Tim Duff (Duff T., « The Five Anecdotes of Plutarch’s Live of Alcibiades », L. de Blois et al., The Statesman in Plutarch’s Works, vol. II, Leyde, Brill, 2005, p. 157-166). Il est à remarquer que, très souvent, ces études intègrent le terme même d’anecdote dans leur titre.

3 Schmitt Pantel P., op. cit., p. 195.

4 Payen P., « L’historiographie grecque : VIe-IIIe siècles avant J.-C. État des recherches 1987-2002 », Pallas, no 63, 2003, p. 138 (p. 129-166 pour l’article).

5 Pour une présentation de la bibliographie hérodotéenne, depuis les années 1980, voir Bubel F., Herodot-Bibliographie 1980-1988, Hildesheim-New York, Oms-Weidmann, 1991 ; Dewald C. et Marincola J., « A selective Introduction to Herodotean Studies », Arethusa, no 20, 1987, p. 9-40 ; Payen P., « Présentation » et art. cit., Pallas, no 63, 2003, p. 123-166.

6 Aneckdoten et allemand ; anecdote en anglais. Dans la bibliographie récente, contrairement à celle de Plutarque, seuls quelques rares articles intègrent le terme dans leur titre : c’est le cas, par exemple, de Forsdyke S., « From Aristocratic to Democratic Ideology and Back Again : The Thrasybulus Anecdote in Herodotus’Histories and Aristotle’s Politics », CPh, no 94, 1999, p. 361-372.

7 Par exemple, Evans J.A.S., « The Story of Pythios », LCM, no 13, 1988, p. 139; Konstan D., « The Stories in Herodotus’Histories: Book 1 », Helios, no 10, 1983, p. 1-22; Munson R.V., « The Celebratory Purpose of Herodotus: The Story of Arion in Histories I, 23-24 », Ramus, no 15, 1986, p. 93-104; Id., « Herodotus’ Use of Prospective Sentences and the Story of Rhampsinitus and the Thief in the Histories », AJPh, no 114, 1993, p. 27-44.

8 Par exemple, Long T., Repetition and Variation in the Short Stories of Herodotus, Francfort-sur-le-Main, Athenäum, 1987 ou, plus récemment, Gray V., « Short stories in Herodotus’ Histories », E.J. Bakker, I.J.F. de Jong et H. van Wees (dir.), Brill’s Companion to Herodotus, Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2002, p. 291-317.

9 Cf. Ceccarelli P., « La fable des poissons de Cyrus (Hérodote I, 141) : son origine et sa fonction dans l’économie des Histoires d’Hérodote », Métis, no 8, 1993, p. 29-57.

10 Cf. Ivantchik A. I., « Une légende sur l’origine des Scythes (Hdt. IV, 5-7) et le problème des sources du Scythicos logos d’Hérodote », REG, no 112-2, 1999, p. 141-192.

11 Erbse H., Studien zum Verständnis Herodots, Berlin-New York, W. de Gruyter, 1992.

12 Flory S., The Archaic Smile of Herodotus, Detroit, Wayne State University Press, 1987. Le terme d’anecdote n’est pas utilisé pour les titres des chapitres, mais apparaît clairement dès la page 12 et trouve sa place dans le sous-titre donné à la conclusion : « Anecdotes and History » (p. 151).

13 Comme le rappelle Vivienne Gray, « many scholars use the short story to exemplify general features, but Thomson (1935), Long (1987), Cobet (1971), Erbse (1981, 1991, 1992) alone focus on it » (Gray V., art. cit., p. 291).

14 Hérodote, II, 99-182. Notons que les anecdotes issues de ce livre ne sont généralement pas celles qui sont retenues pour l’étude de ce procédé narratif.

15 Sur les problèmes de définition de l’anecdote (« short stories »), voir le rappel historiographique et les remarques de V. Gray (Gray V., art. cit., p. 291-317), en particulier des pages 291 à 299. L’auteur conclut: « Short stories in Herodotus can be best defined by their presentation of stereotyped patterns of action of limited complexity which are concentrated and highly wrought, amass their weight toward their endings in a resolution of crisis, and can be grasped whole. » Une autre définition, élaborée par Geneviève Demerson à propos d’Ammien Marcellin, semble tout à fait pouvoir s’appliquer aux anecdotes hérodotéennes : « Chez un historien, on peut dire qu’il y a anecdote lorsqu’il rompt, au profit d’un personnage précis, la trame de son récit pour insérer une “mini-narration” qui forme un tout, et dont, apparemment, l’enchaînement des faits pourrait se passer. » (Demerson G., « Histoire et histoires chez Ammien Marcellin », Montandon A. [dir.], L’Anecdote. Actes du colloque de Clermont-Ferrand [1988], Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres, 1990, p. 70 ; p. 69-77 pour l’article.)

16 Pour une réflexion sur l’évolution et le sens du terme, voir Hadjadj D., « L’anecdote au péril des dictionnaires », Montandon A. (dir.), op. cit., p. 1-19. Pour notre part, nous retiendrons essentiellement les premier et troisième sens du terme, soit : « Particularité historique (secrète) » pour le premier, « Récit bref d’un petit fait curieux fonctionnant [souvent] comme exemple révélateur » ou, si l’on suit, cette fois, le Dictionnaire de l’Académie de 1986 « récit d’un fait curieux ou peu connu révélant le caractère d’une personne, les mœurs d’une époque », pour le troisième. Sous cette acception, l’anecdote se voit rapprochée, par analogie, du conte, de la fable, d’une histoire, d’une historiette ou d’un récit (voir Hadjadj D., art. cit., p. 15). Notons qu’il serait sans doute intéressant d’approfondir cette question de la définition des « récits brefs » d’Hérodote, en tentant de distinguer ce qui relève de ces différents types de récits brefs. Dans cet article, nous utiliserons le terme d’« anecdote » sous son emploi générique, associé à un récit bref.

17 Cf. Gray V., art. cit., p. 305.

18 Il s’agit des anecdotes de la vengeance de Nitocris (II, 100), du complot du frère de Sésostris (II, 107), de la cécité de Phéros (II, 111), du trésor de Rhampsinite (II, 121), de sa descente aux enfers (II, 122), de la prostitution de la fille de Chéops (II, 126), de la mort de la fille de Mykérinos (II, 129-131), de la fin du règne de Mykérinos (II, 126), du songe de Sabacos (II, 139), du songe de Séthos (II, 141), de l’arrivée au pouvoir de Psammétique (II, 151-152), du bassin d’or (II, 172), de l’administration des affaires par Amasis (II, 173) et de son mariage avec Ladiké (II, 181), auxquelles on peut éventuellement rajouter celles de la délégation des Éléens sous le règne de Psammis (II, 160), de la prise du pouvoir par Amasis (II, 162) et de ses relations avec les oracles (II, 174).

19 C’est le cas pour les règnes de Nitocris (II, 100), de Phéros (II, 111) ou encore de Séthos (II, 141).

20 D’Israeli I., A Dissertation on Anecdote, 1793, cité par Montandon A., « Préface », Id. (dir.), op. cit., p. vi.

21 Cf. Erbse H., op. cit., p. 92.

22 Hadjadj D., art. cit., p. 10 (voir aussi p. 9 et 15).

23 Glaudes P., « “Ceci n’est même pas une anecdote.” Approche pragmatique et typologique de l’anecdote. À propos de l’Abyssinien de Léon Bloy », Montandon A., op. cit., p. 26 (p. 21-41 pour l’article).

24 Hadjadj D., art. cit., p. 17.

25 Jacques-Lefèvre N., « Entre déchiffrements de l’Histoire et pouvoirs de la fiction : les anecdotes démonologiques », C. Dornier et C. Poulouin (dir.), op. cit., p. 95 (p. 69-96 pour l’article). Voir aussi, Poulouin C., « Pierre Bayle face à l’histoire anecdotique de Varillas : de l’admiration à la réprobation », C. Dornier et C. Poulouin (dir.), op. cit., p. 157-174.

26 Bachelot J.-P., « Des histoires à l’Histoire : les figures du Grand Turc dans la littérature de voyage de la Renaissance », C. Dornier et C. Poulouin (dir.), op. cit., p. 38 (p. 33-47 pour l’article).

27 Bachelot J.-P., art. cit., p. 40.

28 Cf. Gray V., art. cit., p. 298: « Short stories are credited with clarity, simplicity, economy, and vividness (cf. Thomson, 1935). This impression is a result of their narrative art, but also of their context. The advice of Bias/Pittacus looks vivid because it set into an annalistic account of Croesus’rise devoid of such features (l. 26-28), and even within the story of Solon’s advice, his philosophical lecture on the computation of a man’s life is dull by comparaison with his clear, vivid, simple and economical story of Cleobis and Biton. »

29 Notons que celles-ci peuvent même dans certains cas déjà relevés combler intégralement un vide informatif.

30 Et elles seraient donc, pour Alan Griffiths, sciemment utilisées dans ce sens par Hérodote: « Clearly, Herodotus is the kind of writer who conceives of historical narrative as a discourse which needs constant variation and enlivening by means of vivid digressions – as he himself asserts (4.30: “right from the beginning my text has been on the look-out for additional material”). » (Griffiths A., « Stories and storytelling in the Histories », C. Dewald et J. Marincola [dir.], The Cambridge Companion to Herodotus, Cambridge University Press, 2006, p. 132; p. 130-144 pour l’article).

31 Dornier C. et Poulouin C. (dir.), op. cit., p. 9.

32 L’accusation de mensonge portée à l’encontre d’Hérodote a une longue histoire derrière elle, puisque déjà au début du IVe siècle avant notre ère, Ctésias traitait l’historien grec de « menteur » dans ses Persica (voir Photius, Bibliothèque, 72, 43b18-20) et, un peu plus tard, Aristote (Gen. An. 3, 756a6) voyait en lui un « diseur de fables » (muthologos), opinion reprise avec force, au Ier siècle de notre ère, par Plutarque dans De Herodoti Malignitate.

33 Cf. Fehling D., Herodotus and His « Sources »: Citation, Invention, and Narrative Art, 1971, suivi en partie par Erbse H., Fiction und Wahrheit im Werke Herodots, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1991, p. 131-150 et Fowler R.L., « Herodotus and His Contemporaries », JHS, no 116, 1996, p. 62-87.

34 Pour une présentation de l’historiographie hérodotéenne entre 1987 et 2002, voir Payen P., art. cit., p. 123-166.

35 Voir, en particulier, les travaux de Claude Calame (par exemple, Calame C., Le récit en Grèce ancienne, Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 2000, p. 111-137) et Boedeker D., « Epic Heritage and Mythical Petterns in Herodotus », E.J. Bakker, I.J.F. de Jong et H. van Wees (dir.), op. cit., p. 97-116.

36 Payen P., art. cit., p. 130-131. Voir aussi Payen P., Les îles nomades. Conquérir et résister dans l’Enquête d’Hérodote, Paris, EHESS, 1997, p. 249-280 et de Jong I.J.F., « The Anachronical Structure of Herodotus », S. J. Harrison (dir.), Texts, Ideas and the Classics, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 93-116.

37 Dans le cadre de la partie consacrée à l’histoire de l’Égypte du livre II, au moins trois d’entre elles (la cécité de Phéros, II, 111 ; le songe de Sabacos, II, 139 et celui de Séthos, II, 141) présentent, sans ambiguïté, un caractère merveilleux qui les rejette sans appel du côté de l’imaginaire.

38 Hadjadj D., art. cit., p. 14.

39 « À cet égard, tout récit anecdotique reste peu ou prou dans les limites du vraisemblable et se présente comme une histoire vérifiable, ce qui n’empêche pas la véracité du témoignage proposé d’être souvent sujette à caution. » (Glaudes P., art. cit., p. 25).

40 « Tout l’art de l’anecdotier réside d’abord dans le choix de l’histoire, dans le fait de prélever dans le continuum de l’expérience un événement que l’on retient, que l’on fixe, que l’on découpe, que l’on détache pour le mettre dans l’évidence d’une singularité piquante ou significative. Sens de l’observation auquel s’allie un art de construire le segment narratif de la manière la plus économique possible. Cet art est moins celui de l’écrivain […] que celui de l’observateur spirituel. […] Aussi l’anecdote reste-t-elle limitée à sa fonction de relation d’un fait court, saillant, authentique, remarquable, souvent paradoxal, renonçant à toute amplification et à tout développement littéraire » (Montandon A. [dir.], L’Anecdote. Actes du colloque de Clermont-Ferrand [1988], Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres, 1990, p. v-vi).

41 « Ce qui caractérise l’anecdote et la différencie du travail historique, ce n’est donc pas la méthode critique, ici irréprochable. C’est plutôt le tri opéré dans la réalité » (Wild F., « L’anecdote comme vision du monde », C. Dornier et C. Poulouin (dir.), op. cit., p. 319 ; p. 315-330 pour l’article).

42 Hadjadj D., art. cit., p. 18.

43 Sur le fonctionnement de cette véritable « mosaïque de logoi » et sur le problème des informateurs étrangers, sources de ces logoi, voir l’article de Darbo-Peschanski C., « Les logoi des autres dans les Histoires d’Hérodote », QS, no 22, 1985, p. 105-128.

44 Pour une analyse détaillée de l’origine égyptienne de nombre des motifs présents dans ces anecdotes, voir Haziza T., Le kaléidoscope hérodotéen. Images, imaginaire et représentations de l’Égypte à travers le livre II d’Hérodote, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

45 « Ce qui précède vient des Égyptiens seuls ; je vais maintenant exposer ce que les autres hommes et, d’accord avec eux, les Égyptiens disent s’être passé dans ce pays. Et je joindrai à cet exposé quelque chose aussi de ce que j’ai vu » (Hérodote, II, 147).

46 Sur cette « dichotomie dans l’approche de l’histoire », voir essentiellement Loprieno A., La pensée et l’écriture. Pour une analyse sémiotique de la culture égyptienne. Quatre séminaires à l’EPHE, section des sciences religieuses, 15-27 mai 2000, Paris, Cybèle, 2001, p. 89-128 (« Le signe historique : une étape dans la création du passé en Égypte »).

47 En comptant Anysis (Hérodote, II, 142).

48 Voir, par exemple, Roccati A., La littérature historique sous l’ancien Empire égyptien, Paris, Cerf, 1982.

49 Hornung E., L’Esprit du temps des Pharaons, Paris, Ph. Lebaud, 1996 (tr. fr. de Geist der Pharaonenzeit, Zurich, Artemis, 1989), p. 147-163 (p. 158 pour la citation).

50 Cette différence, qui n’est pas l’objet direct de cet article, sera étudiée plus en détail dans nos recherches ultérieures sur l’image du pharaon dans le livre II d’Hérodote.

51 Hérodote, II, 122.

52 Hérodote, II, 131.

53 Loprieno A., op. cit., p. 118.

54 Notons, du reste, que les sources égyptiennes démotiques sont porteuses de récits proches des contes pour les rois saïtes, en particulier pour Amasis, dans lesquelles il est possible de reconnaître des motifs présents dans les anecdotes hérodotéennes. Voir Depauw M., A Companion to demotic Studies, Bruxelles, Fondation égyptologique reine Élisabeth, 1997, p. 89-90 et Agut-Labordère D. et Chauveau M., Héros, magiciens et sages oubliés de l’Égypte ancienne. Une anthologie de la littérature en égyptien démotique, Paris, Les Belles Lettres, 2011.

55 Hérodote, II, 147.

56 Cette notion, mise en évidence par H.R. Jauss, est ainsi résumée par P. Payen : « L’œuvre, au jour de sa parution, vient s’inscrire dans un réseau de références et d’annonces tant formelles que discursives qu’elle peut confirmer ou décevoir, mais à l’aune desquelles il devient possible d’apprécier sa nouveauté » (Payen P., « Discours historique et structures narratives chez Hérodote », Annales ESC, no 45-3, 1990, p. 529 ; p. 527-550 pour l’article).

57 Dornier C. et Poulouin C. (dir.), op. cit., p. 10.

58 Bachelot J.-P., art. cit., p. 35.

59 Hérodote, II, 133.

60 Pour une analyse plus développée, voir Haziza T., « De l’Égypte d’Hérodote à celle de Diodore : étude comparée des règnes des trois bâtisseurs des pyramides du plateau de Gîza chez Hérodote et Diodore », Kentron, no 28, 2012, à paraître.

61 Sur cette question, voir Haziza T., « Quelques remarques sur le thème de la démesure dans le livre II des Histoires d’Hérodote », Kentron, no 22, 2006, p. 89-113.

62 Sur la politique philhellène d’Amasis, voir en particulier Bresson A., La cité marchande, Bordeaux, Ausonius, 2000, p. 13-64 ; Carrez-Maratray J.-Y., « le monopole de Naucratis », Transeuphratène, no 19, 2000, p. 159-172 ou encore Pernigotti S., « Les rapports entre les Grecs et l’Égypte à l’époque Saïte », Méditerranée, no 6/7, 1996, 87-101.

63 Hérodote, II, 181.

64 Cf. Haziza T., op. cit., p. 230-232.

65 Cf. Haziza T., « Ladiké et Phérétimé : deux Cyrénéennes en Égypte (Hérodote, II, 181 et IV, 165-167 ; 200-205) », à paraître.

66 Hérodote, II, 181.

67 Pour une présentation synthétique et claire des débats entre « analystes » et « unitariens », voir de Jong I.J.F., « Narratologie hérodotéenne », Lalies, no 19, 1999, p. 230-231.

68 Voir en particulier sur cette question les travaux de Claude Calame qui, dans un ouvrage récent, résume ainsi sa pensée : « Loin de constituer des digressions assumant une éventuelle fonction de divertissement, les développements “ethnographiques” de l’Enquête de l’historien d’Halicarnasse sont insérés de manière organique dans le fil du temps de la narration qui organise et assume le temps narré. » (Calame C., Pratiques poétiques de la mémoire. Représentations de l’espace-temps en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 2006, p. 43). Cette remarque peut tout aussi bien valoir pour les anecdotes, qui sont l’une des formes digressives du récit hérodotéen.

69 Payen P., art. cit., p. 531.

70 De Jong I.J.F., art. cit., p. 243.

Auteur

Agrégée d’histoire et docteur de l’université Paris IV-Sorbonne, et maître de conférences d’Histoire ancienne à l’université de Caen-Basse-Normandie. Elle est membre de l’équipe de recherches du Centre Michel de Boüard (CRAHAM, UMR 6273) et l’auteur du Kaléidoscope hérodotéen. Images, imaginaire et représentations de l’Égypte à travers le livre II d’Hérodote, paru dans la collection Études anciennes, aux Belles Lettres en 2009

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540