Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hérodote

 | 
Jean Alaux

Première partie. Identités, mutations, altérités

Hérodote sur le Nil et Somare sur le Sépik : historiographies mixtes et configurations pratiques du temps

Claude Calame

Texte intégral

  • 1 Somare, 1975 : 15-17. La présente étude constitue une version mise à jour et revisitée de « Récipro (...)
  • 2 Bloch, 1995 : 61-65.

1La déclaration d’indépendance de la Papouasie-Nouvelle Guinée fut notamment marquée par la publication, en 1975 à Port Moresby, de l’autobiographie de l’un de ses principaux artisans, Michael Somare1. Dans le chapitre consacré à la généalogie de sa famille, le jeune Premier ministre raconte l’histoire de la fondation de son village. Karau fut construit avec les agglomérations complémentaires de Darapap et de Mendam sur le lagon de Murik, non loin de l’embouchure du Sépik. Cette situation particulière s’explique par la longue migration qui conduisit les ancêtres de Somare de Moim dans le haut Sépik jusqu’en pleine mer avant l’établissement définitif sur les bancs de sable formés par le fleuve, entre terre et mer, à l’abri des combats connus dans ce long parcours migratoire. Le récit de fondation se confond donc avec la narration du parcours épico-géographique des ancêtres ; c’est lui qui engage le récit généalogique de la famille de Somare, qui remonte à la quatrième génération. Baria, l’arrière grand-père, est le premier représentant de la moitié Sana du clan Sait à s’être établi à Karau, avec ses huit femmes. À partir de Baria et en suivant le destin de sa descendance, le récit généalogique déploie discursivement la branche de l’arbre qui porte le père de l’auteur : Somare, mais aussi « mon père » ; et ceci sur un mode qui, par la chronologie de référence, évoque progressivement la manière occidentale de configurer la narration historique. Ainsi, et pour reprendre les concepts rappelés par Maurice Bloch, la mémoire autobiographique, sous la forme du récit généalogique (mesuré dans ses dernières phases selon le comput européen), s’enracine dans la part historique de la mémoire sémantique, celle-ci assumant quant à la forme le mode du récit de fondation2. La première s’alimente donc aux sources de la seconde : la mémoire autobiographique se nourrit des valeurs collectives de la mémoire sémantique indigène tout en adoptant la chronologie européenne.

  • 3 Définition du concept de « régime d’historicité » chez Hartog, 2003 : 22-30 ; pour la démarche du (...)

2Or en Grèce classique, dans une pratique de l’écriture et dans une intention fort différente mais également à partir de traditions orales, Hérodote d’Halicarnasse s’est lui aussi employé à confronter deux régimes de temporalité historique, en particulier par le biais de la chronologie. Pour faire apparaître certaines des spécificités du « régime d’historicité » pluriel qu’Hérodote configure dans son Enquête, une démarche de rapide comparaison différentielle sera engagée entre la séquence historique construite dans le récit autobiographique à temporalité mixte de Somare et une narration étiologique qu’Hérodote ponctue de références en je à son propre temps. Mais qui dit démarche comparatiste, si superficielle soit-elle, entre deux termes présentant quelques analogie dit triangle comparatif : pouvant assumer les différentes formes d’un polygone suivant le nombre des termes comparés, le triangle comparatif implique un retour critique, en conclusion, sur l’opérateur de la confrontation différentielle et sur le paradigme (en l’occurrence sur le régime d’historicité) dont il dépend lui-même3.

Temporalités discursives et régimes d’historicité en contact

  • 4 À propos de la distinction entre Erzählzeit et Erzählte Zeit on verra les réflexions formulées par (...)

3Dès lors, dans l’autobiographie de Somare, le temps raconté, par l’intermédiaire du temps de son énonciation (et de sa narration), conduit jusqu’au moment du raconter, c’est-à-dire jusqu’au temps de l’acte d’énonciation. Dans le cas particulier, puisque le récit à la fois historique et autobiographique est écrit, ce temps de l’acte de l’énonciation et de la narration coïncide avec celui de sa configuration et de sa transmission écrite ; sa mémoire est réactivée dans chaque acte de lecture du discours autobiographique. L’occasion est trop belle pour ne pas rappeler qu’il convient de nuancer et de modifier la distinction, désormais traditionnelle, entre erzählte Zeit (« temps raconté » ou « temps énoncé ») et Erzählzeit (« temps du raconter » que je préfère appeler « temps de l’énonciation/narration »). En effet, le temps raconté, avec sa chronologie et sa logique narrative, et le temps de la narration, avec le rythme que lui donne son énonciation, sont d’ordre verbal ; ils sont intra-discursifs. Mais le temps de l’énonciation/narration renvoie, sur le plan extra-discursif, au temps de l’acte d’énonciation/narration, au temps du raconter à proprement parler, compris comme acte empirique. Ce temps est celui de la mise en discours et il peut apparaître dans la manifestation discursive sous la forme du temps de l’énonciation (énoncée) qui porte la narration. Il convient donc d’introduire une seconde nuance, par référence à la distinction opératoire proposée par Benveniste entre le « récit » (pour nous la narration) et le « discours ». Acte d’énonciation et énonciation énoncée, discours et récit – ces deux distinctions sont en particulier pertinentes pour un récit autobiographique qui est fondé, par généalogie interposée, sur un récit de fondation. En effet, la narration du temps passé (collectif, puis individuel), le « récit », est porté par l’énonciation énoncée, par le « discours », caractérisé par les formes du je, de l’ici et du maintenant ; et ce je en instance d’énonciation renvoie indirectement à l’auteur empirique, dans le temps et l’espace de la mise en discours4.

4Ces distinctions de l’ordre de l’énonciation peuvent être résumées dans le schéma suivant :

Extra-discursif
Moment et espace de l’acte d’énonciation et de narration (situation empirique d’énonciation).
Intra-discursif
« Discours » : temps et espace de l’énonciation énoncée (instance d’énonciation).
« Récit » :
– temps de l’énonciation/narration (rythme de la narration ; Erzählzeit) avec son espace ;
– temps énoncé/raconté (avec sa chronologie et sa logique narrative ; erzählte Zeit).

5Ainsi, dans la biographie du Premier ministre de la Papouasie-Nouvelle Guinée, par différents moyens discursifs et énonciatifs, le temps (énoncé/raconté) du récit de la fondation de Karau aussi bien que le temps du récit généalogique relatif à la famille de Somare sont référés, par le temps de l’énonciation énoncée, au temps de l’acte d’énonciation, c’est-à-dire au moment de la rédaction écrite de la biographie. Cette orientation temporelle sur le présent de l’acte d’énonciation se retrouve sur le plan spatial. En effet, aussi bien le récit de fondation que le récit généalogique sont focalisés sur le lieu où le locuteur/narrateur, et donc l’auteur, a passé sa jeunesse avec ses ascendants directs ; le premier représente ainsi le prélude spatial à l’histoire que déroule le second. Mais, en dépit de cette convergence énonciative et spatiale, les moyens de la conduite temporelle de chacun de ces deux récits sont tout à fait divergents.

Retours de la mémoire indigène sur le Sépik : temporalités papoues

  • 5 Kilani, 1992 : 219-244 ; voir aussi, pour l’historiographie grecque classique, Calame, 2006a : 46-6 (...)

6Dépendant de la tradition orale de la communauté et ancré dans sa mémoire collective, le récit de la fondation de Karau a pour seule base chronologique la succession des actions narratives qui le composent. Son insertion dans le présent de l’énonciation (énoncée) est rendue possible par la conservation « to the present day » de vingt-neuf kakars, épées de bois représentant des figures humaines. Avec leur figure symbolique singulière et avec la vénération dont elles sont l’objet, ces épées constituent l’exemple parfait de ces « traces » réexaminées dans une perspective anthropologique par Mondher Kilani5. Elles constituent non seulement les marques d’un passage, d’une transition géographique, mais leur configuration même évoque autant le récit de cette transition que celui de leur origine. Les kakars passent en effet pour avoir été mis au monde, en dehors de toute relation conjugale, par une femme qui, au temps des origines, aurait quitté la source même du Sépik pour s’établir dans l’agglomération aborigène de Moim. L’histoire des kakars raconte donc l’histoire de la migration des ancêtres des Murik. Pour autant que ces objets réservés aux initiés n’aient pas été détruits par le zèle des missionnaires, ils représentent, par des moyens symboliques susceptibles d’une lecture sémiotique, la trace matérielle du passage des gens de Moim par différents villages du Sépik, puis de leur établissement définitif sur le lagon. Ils sont donc le lieu d’une tension symbolique permanente entre passé et présent.

7En revanche, dès que les contacts avec les colons blancs en offrent la possibilité, non seulement au récit de fondation se substitue un récit généalogique ; mais le récit généalogique lui-même, devenant autobiographique, est ponctué de dates faisant appel au comput chronologique occidental : le père du locuteur/narrateur est engagé dans la police en 1922 ; il la quitte en 1947 ; en 1961 il fonde la société coopérative d’Angoram, etc. Avec cette nouvelle configuration, le récit généalogique, centré sur la famille du narrateur, est déterminé par le modèle d’un autre régime d’historicité ; le temps raconté est modelé par un autre mode et par un autre rythme du raconter. Les protagonistes n’en sont plus les anonymes kakars, mais les ancêtres de la famille de qui écrit en je, dans le présent ; du mode du récit de fondation avec son point axial qui focalise la narration sur le lieu et le moment de l’origine on est passé au mode du récit généalogique, orienté vers le présent et plus précisément vers le hic et nunc de la mise en discours et de l’énonciation.

  • 6 La distinction entre « sociétés froides » et « sociétés chaudes » a été élaborée de manière critiq (...)

8Le peuple des Murik entrerait-il donc dans l’histoire grâce au père de Michael Somare ? Son engagement dans le corps de police mis sur pied et commandé par l’administration coloniale des Européens ne semble-t-il pas correspondre avec l’insertion de l’histoire fondatrice des villages du lagon dans la ligne chronologique de l’histoire occidentale ? L’interprétation la plus immédiate inviterait à voir dans cette narration exemplaire un témoignage supplémentaire du passage du mythe à l’histoire, des objets symboliques aux acteurs historiques, des affabulations du mûthos à la raison du lógos. À l’origine sans histoire, la tribu de Michael Somare connaîtrait une histoire dès son contact avec l’administration et le pouvoir coloniaux, une histoire qui coïnciderait immanquablement avec le « régime d’historicité » propre à l’Occident moderne. De société froide elle accèderait au statut de société chaude : nouvelle victime sacrifiée sur l’autel du grand partage6.

  • 7 On verra à ce propos, par exemple, les réflexions générales présentées dans l’étude de Schuster, 1 (...)

9Certes, on met désormais davantage de prudence dans l’emploi de distinctions aussi tranchées. En particulier en ce qui concerne les sociétés du Sépik en Papouasie-Nouvelle Guinée maintenant indépendante, plusieurs tentatives ont été entreprises récemment pour mettre en relation narrations indigènes et historiographies occidentales au-delà de différences qui ne sont plus considérées comme irréductibles. On se fonde en particulier sur la constatation que si l’histoire (entendue comme historiographie) occidentale présente l’originalité d’une échelle chronologique arithmétique, elle partage souvent son caractère linéaire et son principe de succession des événements avec les narrations indigènes ; notamment dans le cas de la succession généalogique, les récits considérés dans un premier temps comme des mythes accèdent alors au statut de l’histoire, ou au moins à celui de « oral history7 ».

  • 8 Après l’étude sur l’histoire iatmul proposée par Wassmann, 1984, qui se fonde sur la distinction e (...)

10Mais, par ailleurs, la tentation est grande de faire coïncider la ligne chronologique et l’ordre de succession indigènes, ainsi que la causalité qui en découle, avec la logique de notre propre histoire. Nombreux sont donc les essais récents de reconstruire l’histoire des peuples et des villages du Sépik à partir des récits de fondation indigènes et sur la base de leurs différentes narrations généalogiques. En l’absence de documents écrits, la confirmation et la vérification requises par la méthode empirique et scientifique occidentale se fondent sur des indices archéologiques ou linguistiques. La reconstruction par analogies et coïncidences interposées est d’autant plus tentante que l’histoire indigène est souvent marquée par le passage, par divisions successives, de l’un au multiple, du simple au différencié ; elle suit donc le modèle de la différenciation progressive du monde et de la communauté en un parcours de définition et d’appropriation progressives de l’espace. Ainsi les Nyara (devenus les Iatmul) rendent compte de leur établissement en différents villages sur les deux rives du Sépik par un « mythe » cosmogonique de création et de fondation : à partir du crocodile surgi de l’eau primordiale, le processus narratif divise le monde entre le ciel et la terre avant de faire apparaître les deux frères ancêtres des fondateurs des clans appelés à s’établir de part et d’autre du fleuve. L’étude moderne et scientifique des tessons de céramique et celle de l’onomastique permettraient apparemment à ce « passé » (past/Vergangenheits-Konzeption) de devenir « histoire » (history/Geschichte)8. Par de nouvelles mises en discours du temps raconté, elles contribuent ainsi à insérer dans notre propre « régime d’historicité » et dans notre propre paradigme académique le modèle indigène d’explication de l’advenir historique par différenciations spatiales successives.

  • 9 On pourra se référer ici aux travaux d’Affergan, 1991 : 198-214, de Borutti, 1993 : 133-148, et de (...)

11Pour contestables qu’elles soient, ces différentes tentatives de concilier, sinon d’intégrer conception indigène du passé et appréhension occidentale de l’histoire s’inscrivent à l’évidence dans les efforts contemporains de l’anthropologie culturelle et sociale à devenir dialogique9. L’anthropologie poststructurale est en effet marquée par la volonté critique de réduire la relation asymétrique en quelque sorte constitutive entre sociétés exotiques et société dominante. La tendance est donc de réagir aussi bien contre l’idéologie implicite de l’appropriation et du rapatriement (qui a maintenant pris la forme du repli sur soi incarné par exemple dans l’ethnologie du métro parisien) que contre la réduction et l’élimination pure et simple du différent par le moyen, fort efficace, de son intégration au marché mondial. La leçon de ces tentatives de rapports critiques aux cultures traditionnelles, historiques ou modernes, et au différent en général marquera aussi la nouvelle orientation que doit prendre l’anthropologie historique des mondes anciens.

  • 10 Voir par exemple la perspective adamique défendue dès le début du XVIIIe siècle par le Père jésuit (...)
  • 11 Ce processus d’assimilation locale par le biais de la mondialisation économiste est décrit par exe (...)

12Du point de vue de la construction du passé et de la configuration de l’histoire, l’appropriation européenne s’est opérée il y a presque trois siècles par l’inscription des coutumes des « sauvages » comparées à celles des Anciens dans la ligne historique et évolutive que dessine l’Ancien Testament. À partir du double postulat christianocentré de l’universalité du sentiment religieux et d’une origine adamique partagée par tous les hommes, l’exotique devient le « primitif » qui préfigure les révélations de la vérité biblique10 : les sauvages trouvent ainsi leur place dans le régime d’historicité du Siècle des Lumières. Mais à l’époque contemporaine, plus besoin d’Adam ! Pour revenir à la Papouasie-Nouvelle Guinée, on assiste à l’abandon définitif de la mémoire orale du temps complexe de la communauté ; s’y substitue l’histoire occidentale dont l’introduction est soigneusement préparée par le travail biblique des missionnaires avant que de grands projets miniers tels que celui d’Ok Tedi n’intègrent physiquement et économiquement les tribus voisines dans un temps et dans un espace modelés par l’idéologie économiste et productiviste qui est la nôtre11. L’intégration à l’histoire occidentale ne se fait plus de l’extérieur, par des procédures savantes, mais de l’intérieur, par la dissolution effective de la communauté indigène et de sa mémoire propre dans le système économique mondial, avec son idéologie néo-libérale de la motivation de l’action humaine par le profit financier.

  • 12 Segalen, 1907/1977 : 211.
  • 13 Somare, 1975 : 148. On pense ici en particulier au projet formulé par Ch. Kaufmann, directeur du Mu (...)

13« Homme sans mémoire ! Térii qui a perdu les Mots ! » s’écrie dans une interpellation pathétique le vieil homme face au récitant, chrétiennement rebaptisé Iakoba et métamorphosé en diacre, qui s’apprête à bâtir la Maison du Seigneur. Ainsi s’achèvent Les Immémoriaux de Victor Segalen12. Il appartient désormais aux ONG européennes de reconstruire, comme en Vanuatu, la mémoire indigène effacée pour la montrer sous forme muséographique à défaut de la restituer à la vie. Moyen de résistance probable pour combattre le « mad spirit of competition characteristic of the Western World », pour reprendre les termes concluant le récit autobiographique de Michael Somare ; le jeune Premier ministre ne manque pas de se réclamer à cette occasion de la tradition Sana à laquelle il fut rituellement initié au terme de son éducation à l’européenne13.

14Mais le volontarisme animé soit par la mauvaise conscience occidentale, soit par le dynamisme nationaliste d’États neufs est-il suffisant pour réactiver et remodeler la mémoire indigène ? À l’écart de tout « Great Divide » n’y a-t-il pas incompatibilité entre la logique d’un régime d’historicité ancré dans un événement fondateur et basé sur le développement généalogique, et la logique arithmétique et narrative de l’histoire événementielle et politique contemporaine ? N’y a-t-il pas une contradiction constitutive entre la tradition orale sur laquelle repose le régime d’historicité indigène et les moyens historiographiques et documentaires « modernes » par lesquels on compte rendre le passé à la vie ?

Regard indigène grec sur l’Égypte : temporalités hérodotéennes

15Michael Somare raconte encore qu’en 1971, avant même d’avoir passé le stade ultime de l’initiation, les anciens de Darapap consentirent à exposer à la photographie les kakars qu’ils détenaient encore, indices matériels de la mémoire historique de la communauté dans son itinéraire de fondation. Ils autorisaient donc l’établissement de répliques également accessibles aux non-initiés. Ce faisant, non seulement ils rompaient le secret strict qui entourait ces épées porteuses des figures ancestrales, mais surtout, dans leur fonction de prophète et de prêtre, ils renonçaient à leur pouvoir sur la tradition. L’insertion dans le comput chronologique occidental semble marquer la rupture de fait entre la représentation indigène du passé et la conception européenne de l’histoire. Faut-il en conséquence accorder à l’évident déséquilibre du rapport de forces les effets d’une fatalité ?

  • 14 Quant aux paramètres qui permettent de qualifier l’enquête spatio-temporelle d’Hérodote comme une (...)

16Sans vouloir conférer la valeur d’un modèle à une Grèce antique que la comparaison anthropologique doit précisément nous empêcher d’idéaliser, il est possible d’affirmer qu’il n’en a pas toujours été ainsi. Certes, le contact entre cultures et systèmes sociaux différents s’est toujours accompagné de réorientations des traditions propres. Cela ne signifie pas néanmoins que le changement dans la représentation du passé d’une communauté donnée s’effectue fatalement au bénéfice de la mémoire de l’autre et au détriment du régime d’historicité propre. En ce qui concerne en particulier la construction et l’écriture de l’histoire, l’Enquête d’Hérodote, conduite en interaction avec de nombreuses cultures voisines, peut apparaître comme particulièrement significative. Si l’on suit le déroulement de ce qui se présente dans son mode narratif autant que dans la configuration d’une temporalité comme une historiopo(i) étique plutôt que comme une historiographie, on pourra identifier une conception du temps et de l’espace historiques qui se construit et se déploie au moins en trois étapes ; la plus développée, de fait est comparative14.

L’espace historique grec : « temps des dieux » et « temps des hommes » ?

  • 15 La visée de glorification et d’héroïsation du passé qui traverse l’Enquête, indépendamment de l’in (...)
  • 16 Hérodote, I, 1-6. Les différents modes d’attestation et d’arbitrage juridique que présente le disco (...)

17Tout en inscrivant d’emblée son enquête dans la visée mémoriale de la poésie épique pour empêcher que les traces des hauts faits des hommes ne soient « privés de gloire » (áklea)15, Hérodote – on se le rappelle – commence son histoire des guerres médiques qui viennent d’affronter les Grecs aux Perses en soulevant la question de leurs causes. Et de résumer la séquence des rapts successifs et réciproques qui d’Iô à Europé et de Médée à Hélène conduisent à l’affrontement de la guerre de Troie ; il est préfiguration du conflit entre Europe et Asie, entre Grecs et Perses. Mais, soucieux d’arbitrer un conflit jugé selon le système juridique du tort subi et de sa compensation, Hérodote n’hésite pas à placer dans la bouche des lógioi, des maîtres de la narration des Perses ces histoires héroïques d’enlèvement ; il décentre ainsi du point de vue énonciatif des récits qui sont pourtant au cœur de la tradition épique hellène. En effet, par le rapt de Médée, les Grecs se mettent dans un tort que seul peut compenser l’enlèvement par le troyen Pâris d’Hélène, la belle Hellène. Pour avoir posé le pied eux les premiers sur sol asiatique, les Grecs sont donc cause, et par conséquent responsables (aítioi), de la guerre de Troie et de l’inimitié qui s’en suivit entre gens d’Asie et gens d’Europe16. Ainsi, dans une perspective énonciative prudemment focalisée sur la Perse, les Grecs seraient les premiers à avoir transgressé les limites territoriales assignées à chaque peuple : l’historiopoétique d’Hérodote est à la fois scandée et motivée par ces franchissements rompant l’équilibre de la justice incarné dans la part territoriale assignée à chaque peuple.

  • 17 À ce propos et en contraste avec le chant épique de l’aède inspiré par la Muse, cf. Hartog, 2005 : (...)

18À l’issue de ce récit introductif, dans un passage bien marqué du « récit » au « discours » et dans une intervention énonciative particulièrement développée, Hérodote manifeste son intention explicite de ne point se prononcer sur l’histoire rapportée par Perses et Phéniciens. Par une assertion tout à fait inhabituelle chez un narrateur qui, si souvent, refuse de se prononcer, l’enquêteur d’Halicarnasse, sur le mode de l’énonciation énoncée, affiche son savoir : « Je vais avancer (probésomai) dans mon récit (lógos) en indiquant (seménas, du verbe semaínein qui désigne la pratique d’indication des oracles17) qui le premier, à ce que je sais (oîda), a commis à l’égard des Hellènes des actes injustes. » Par cet acte de parole marqué par l’usage d’une forme du « futur performatif », la perspective du droit est renversée et immédiatement le premier coupable est nommé : ce ne sont plus les Grecs comme dans le récit initial, mais c’est Crésus, le souverain (túrannos) de Lydie. C’est lui qui, le premier parmi les barbares, a asservi les Grecs d’Ionie.

  • 18 Exemples chez Calame, 2006a : 96-100.
  • 19 Formulée en particulier par Pohlenz, 1937 : 6-7 (l’intitulé de son ouvrage qui désigne Hérodote co (...)

19L’action de Crésus assume, dans la perspective judiciaire qui traverse toute l’enquête spatio-temporelle en lui donnant son sens, une fonction d’origine. Dans cette mesure, le discours historiographique d’Hérodote s’inscrit dans une préoccupation constante de la narration étiologique grecque ; déjà sensible dans les Hymnes homériques ou dans le récit des cinq générations d’hommes dans les Travaux d’Hésiode, ce souci répond à la nécessité de poser une arkhé d’ordre causal18. Dans l’Enquête, la mention de ce commencement non seulement s’accompagne d’un repérage dans la continuité du temps raconté (« le premier ») ; mais ce moment axial du récit est référé, par le passage au niveau du « discours », au temps de l’énonciation énoncée. Par conséquent, par l’intervention forte de l’instance d’énonciation, la désignation temporelle de Crésus comme coupable est référée à l’acte même de l’énonciation/narration. On n’a pas manqué de voir dans cette séparation apparemment nette entre le temps de la guerre de Troie et le temps de Crésus, institué en origine récente, l’acte de fondation de l’historiographie : séparation sans appel entre le « temps des dieux » et le « temps des hommes », opposition tranchée entre la « mythologie » et l’« histoire humaine », dichotomie entre spatium mythicum et spatium historicum19.

  • 20 On comparera donc Hérodote, I, 122, 2 à Thucydide, I, 4 ; et on verra à ce sujet le commentaire et (...)

20La distinction a bénéficié d’une canonisation d’autant plus rapide que, non contente de répondre à la logique binaire chère au rassurant paradigme structuraliste, elle semble recevoir une confirmation dans une autre intervention énonciative forte du narrateur. À propos d’une autre question d’origine, portant sur la volonté des souverains de dominer non plus les terres, mais la mer, Hérodote fait à nouveau appel à son propre savoir. Dans un nouveau passage énonciatif du « récit » au « discours », le narrateur et locuteur-je attribue l’origine de la thalassocratie au tyran de Samos, Polycrate. Délibérément l’enquêteur renonce à faire remonter les premières tentatives d’impérialisme maritime jusqu’à Minos, le roi légendaire de Crète. C’est pourtant ce que n’hésite pas à faire, pour sa part, Thucydide, le logographe qu’on a régulièrement fait passer pour le fondateur de l’historiographie moderne20 !

21La séparation nette chez Hérodote entre spatium mythicum et spatium historicum semble donc s’imposer. Aux yeux des historiens modernes, elle s’appuierait non seulement sur l’usage linguistique du lógos hérodotéen lui-même qui situe explicitement la figure de Polycrate dans « la génération appelée humaine » (he anthropeíe legoméne geneé) ; mais elle semble également confirmée par convergence temporelle du règne de Polycrate avec celui, initial, de Crésus, dans la seconde moitié du VIe siècle avant notre ère selon notre étrange manière chrétienne de compter le temps historique. La simultanéité de ces deux règnes semble s’affirmer avec d’autant plus de vigueur que, sur le plan politique, Polycrate le tyran grec avec ses visées maritimes sur la côte d’Ionie et ses îles, apparaît comme l’homologue de Crésus, le roi de Lydie qui est présenté dans sa volonté de soumettre à son pouvoir tous les Grecs d’Asie Mineure.

L’âge des héros : continuité et non pas rupture

  • 21 L’enquête généalogique est constitutive des premières formes d’historiographie : on se référera à (...)
  • 22 Hérodote, I, 7, 1-4. Ce n’est à vrai dire que par une série de recoupements avec d’autres récits d’ (...)

22Néanmoins, à l’issue du récit initial de la séquence des rapts légendaires attribuée aux lógioi des Perses et à peine posée la référence (assumée par le je du narrateur), à un règne de Crésus qui est ramené au temps de l’énonciation, l’apparente distinction entre « temps des dieux » et « temps des hommes » est brouillée. Dès qu’il est évoqué, le nom du roi de Lydie déclenche une spectaculaire ascension dans le temps ; ceci grâce au fil chronologique qu’offre l’ascendance généalogique21. En effet, dès la mention du tribut imposé par Crésus aux Grecs d’Asie, l’intérêt se porte sur le génos du roi de Lydie, sur sa famille : par l’anecdote de la substitution de Gygès à Candaule auprès de l’épouse de ce dernier, le récit d’Hérodote prend une tournure généalogique pour tracer l’ascendance de Crésus jusqu’aux Héraclides ; et des Héraclides on remonte jusqu’à Héraclès par le mariage du héros grec avec une esclave de Iardanos, probablement un dieu-fleuve. Cette remontée dans le temps historique en suivant le fil généalogique jusqu’au temps héroïque d’Héraclès est l’objet d’un comput : de Crésus à Gygès, on compte quatre ancêtres ; de Candaule à Agron, le premier roi de Lydie, on calcule vingt-deux générations correspondant à une durée de 505 années ; et d’Agron, le descendant d’Héraclès, au héros lui-même (le fils d’Alcmène et de Zeus) s’ajoutent les quatre premières générations – des générations d’hommes (geneaì ándron) précise Hérodote, avec soin22.

  • 23 Hérodote, I, 173, 2 ; cf. aussi I, 171, 2-3 (à propos des Cariens, sujets de Minos dans un « temps (...)
  • 24 Cf. Thucydide, I, 4 (Minos comme initiateur de la thalassocratie). Quant à la désignation du passé (...)
  • 25 En réaction à la distinction entre « temps des dieux » et « temps des hommes » que Vidal-Naquet (s (...)

23Ainsi le « temps des hommes » s’inscrit, sans la moindre solution de continuité, dans la ligne temporelle qui traverse ce que l’on pourrait appeler le « temps des héros » pour toucher au « temps des dieux » ! Reconduite à notre manière européocentrique de compter le temps historique, le temps généalogique raconté par Hérodote remonte progressivement de 550 environ à 1350 avant la naissance de Jésus-Christ. Et de même que la figure d’Héraclès n’est pas présentée comme moins historique que celle de Crésus, de même Minos, dont l’action de thalassocratie est pourtant distinguée de celle de Polycrate de Samos, apparaît dans d’autres passages de l’Enquête en tant que sujet d’actions qui s’insèrent dans ce que nous appellerions l’histoire. Ainsi en va-t-il par exemple de la rivalité de Minos et de Sarpédon, tous deux fils de la légendaire Europe ; la jeune femme est précisément une héroïne victime de l’un de ces rapts pourtant relégués, dans le prélude de l’Enquête, dans le temps épique dont la narration est mise à distance pour être placée dans la bouche des maîtres de parole perses23 ! De même que pour Thucydide, Minos appartient simplement pour Hérodote à tò palaión, le temps ancien qui est aussi désigné en tant que arkhaîon et qui correspond à l’âge des héros : pour nous le temps du « mythe24 ». Le roi légendaire de Crète bénéficie d’une historicité, et donc d’une créance aussi assurées que le tyran de Samos ; son règne d’inscrit dans une ligne chronologique qui se déroule de manière continue jusqu’à l’époque représentant pour Hérodote le début des guerres médiques. Mais la figure et les actions de Minos relèvent d’un temps reculé pour lequel il n’est pas possible, par exemple, de chiffrer l’étendue d’un règne (comme Hérodote le fait pour les quatre prédécesseurs de Crésus) ; la durée du règne est, pour ce temps ancien, confondue avec celle d’une génération25. Entre le « temps des dieux » et le « temps des hommes », il y a, sans coupure, un « temps des héros », contrairement à ce que l’on a si souvent affirmé.

24Ce qui compte pour le narrateur quand il allègue son propre savoir pour introduire la figure de Crésus, ce n’est pas de tracer une distinction irrécusable entre mythe et histoire ; ce qui lui importe, c’est de montrer qui « le premier a entrepris des actes injustes envers les Grecs », c’est de dénoncer le premier dynaste à avoir eu une visée hégémonique susceptible de priver les Hellènes de leur liberté. L’intention d’Hérodote n’est donc pas historiciste, elle est étiologique. Comme on l’a signalé, tout en inscrivant l’Enquête avec sa fonction d’attestation dans la perspective de la mémoire glorifiante qui est celle de la poésie homérique, Hérodote d’Halicarnasse entend indiquer les causes et par conséquent identifier les responsabilités dans l’enquête spatio-temporelle qu’il conduit, en je, sur l’origine des guerres médiques.

Comput grec et comput égyptien en confrontation

  • 26 Selon une proposition orale de Francis Affergan.

25Mais ce n’est pas tout. La recherche des causes conduit donc Hérodote en Lydie, puis la soumission par Cyrus du royaume de Crésus l’amène jusqu’à Babylone, aux sources des premières conquêtes des Perses ; celles-ci se poursuivent sous le règne de Cambyse dont l’expédition contre l’Égypte amène l’historien à étendre son enquête sur les bords du Nil pour y récolter témoignages visuels ou auditifs. Parcours historiographique et parcours géographique sont étroitement mêlés. Si l’anthropologie contribue bien à spatialiser les cultures26, l’historiopoétique avec sa contribution à la mémoire collective de la communauté les « temporalise » tout en se fondant sur une représentation de leur espace de déploiement. De là le caractère indispensable du dialogue désormais engagé entre historiens et anthropologues modernes dans l’enquête sur les régimes d’historicité d’autres cultures.

  • 27 Sur la dialectique de la vue et de l’ouïe dans l’Enquête d’Hérodote, voir en particulier Hartog 19 (...)
  • 28 Hérodote, II, 99, 1-100, 1 ; l’enquêteur appuie son récit sur les lógoi des prêtres d’Héphaïstos/Pt (...)

26Or, en se portant sur l’histoire de l’Égypte, la poursuite de la recherche confronte subitement son auteur à une nouvelle conception du temps passé. Après avoir exploré et décrit l’Égypte en anthropologue, Hérodote conclut l’enquête fondée sur la vue (ópsis) pour se tourner vers l’ouïe (akoé) ; et de rapporter désormais les lógoi entendus de la bouche des Égyptiens27. Marqué par une brève intervention énonciative, ce passage de la vue à l’ouïe signifie un passage de l’exposition des coutumes des Égyptiens à la narration de leur histoire. Le récit entendu de la bouche des prêtres d’Héphaïstos-Ptah à Memphis et reformulé par Hérodote débute avec le règne du premier roi du pays, Mîn ; on identifie volontiers cette figure avec Narmer, le premier pharaon de la première Dynastie. À partir de ce point d’origine, l’histoire de l’Égypte prend la forme du catalogue (katélegon) qu’induit le fil conducteur offert par le « livre » (búblon : le rouleau de papyrus) énumérant les 330 noms des successeurs de Mîn. Pour Hérodote ces règnes, dans leur succession linéaire, représentent des « générations d’hommes28 ».

  • 29 Hérodote, II, 147, 1-2 ; voir à ce propos les remarques de Lloyd 1988a : 114-118. La distinction de (...)

27De ce catalogue l’historiographe Hérodote ne retient que les figures auxquelles sont attachés hauts faits ou anecdotes. Son récit catalogal les répartit en trois espaces temporels : la période des rois divins, puis la période des rois humains qui se subdivise elle-même en une période qui va de Mîn à Séthôn (ou Séthôs), puis une période des douze rois conduisant jusqu’à Amasis et Psammnitos. Le premier long développement de la narration en catalogue conduit l’auditeur des récits rapportés par Hérodote jusqu’à Séthôn, le prêtre-roi victime de l’invasion des Arabes et des Assyriens ; inséré dans notre chronologie, son règne date du début du VIIe siècle avant notre ère. Si la fin du règne de Séthôn marque dans le temps de la narration historiographique une pause remarquable, c’est que ce règne est attaché à un tournant décisif autant dans l’histoire de l’Égypte elle-même que dans l’enquête de l’historien et conteur. Au terme de cette longue interruption dans le récit, le narrateur indique que l’enquête sera désormais fondée non plus uniquement sur les lógoi présents (nun) des Égyptiens et de leurs prêtres ainsi que sur le témoignage concordant des « autres hommes », mais surtout sur celui, complémentaire, issu de l’observation du locuteur-je lui-même (he emè opsis) ; cette combinaison testimoniale a pour conséquence énonciative un acte de parole fort : « je vais montrer » (phráso), par une forme du « futur performatif29 ». Ainsi quand la narration du temps historique se rapproche du moment de son énonciation (énoncée), quand le « récit » appelle le « discours », quand l’histoire d’une succession linéaire de rois-prêtres nous conduit à l’institution de douze rois élus, le narrateur-je est à nouveau porté à intervenir dans son lógos notamment pour ajouter au témoignage auditif présent, fondé sur un catalogue écrit, ses impressions propres, basées sur le témoignage visuel.

  • 30 Hérodote, II, 142, 1-3. Sur l’arithmétique hérodotéenne quant à la durée d’une génération, on verra (...)

28Or de la fin de cette longue pause énonciative dans le récit, il convient de se reporter en son début. En effet, cette intervention du je du narrateur, relative aux conditions de l’enquête et à son énonciation, est elle-même introduite par un important développement sur la manière égyptienne de compter et d’enregistrer le temps historique. La narration (lógos) des prêtres de Memphis sur laquelle Hérodote va fonder son récit de l’histoire d’Égypte déroule le passé du pays linéairement, du premier roi Mîn jusqu’au prêtre-pharaon Séthôn. Or le lógos des prêtres égyptiens est non seulement représenté en tant que démonstration publique et argumentée (apodeíknuntes) à l’instar de l’enquête même du narrateur grec en son prélude : historíes apódexis, démonstration publique et efficace de l’enquête dans le geste de deixis verbale (héde) qui la réfère au hic et nunc de l’énonciation et qui est assorti de la « signature » qui d’emblée identifie le je du locuteur avec Hérodote d’Halicarnasse. Mais ce récit égyptien s’appuie aussi sur un comput chronologique : 341 générations d’hommes qu’Hérodote s’empresse de convertir en un nombre d’années sur la base de l’équivalence tant discutée qu’il pose entre trois générations et une durée de cent ans. L’historiographe mathématicien fait donc remonter le règne du premier roi à 11340 ans tout en prenant bien soin de préciser que cet espace historique n’est occupé que par des hommes, à l’exclusion de toute divinité qui aurait pris une forme humaine30 !

  • 31 Hérodote, II, 143, 1-4. La polémique voilée d’Hérodote à l’égard d’Hécatée dans ce passage a été l’ (...)

29De plus, conformément à la méthode annoncée dès le début du développement consacré à l’Égypte, Hérodote cherche auprès des prêtres du temple de Zeus Ammon à Thèbes la confirmation d’un espace historique à l’étendue tout à fait remarquable. Contrairement à son prédécesseur Hécatée qui n’avait pu opposer à cette longue histoire de l’Égypte qu’une ascendance généalogique ionienne de seize générations avant de parvenir à une divinité, Hérodote s’abstient de toute comparaison avec sa propre généalogie. Mais, dans une nouvelle intervention énonciative prolongée, il substitue au témoignage auditif l’expérience visuelle offerte par les prêtres de Thèbes. Ceux-ci appuient en effet l’énumération des grands prêtres qui, de père en fils, se sont succédé à la direction du sanctuaire sur la succession de leurs statues de bois, entreposées à l’intérieur du temple. La combinaison du comput et de l’exposition (arithméontes kaì deíknuntes) devient, comme l’enquête d’Hérodote, démonstration argumentée (apedeíknusan). La succession matérielle des statues qui fonde le comput de la généalogie conduit au nombre de 345 générations sans l’intervention ni d’un dieu, ni d’un héros31. Si l’on retranche les générations qui comblent l’espace entre le règne de Séthôn et le règne d’Amasis, sinon le moment de la présence d’Hécatée à Thèbes, on parvient aisément au nombre de 341 règnes/générations énumérés dans le catalogue des prêtres de Memphis !

  • 32 Sur la question de la situation de la guerre de Troie dans la chronologie relative d’Hérodote, on (...)
  • 33 Hérodote, II, 144, 1-146, 1 et 2, 43, 4. Pour harmoniser les chiffres grecs on a proposé de corrige (...)

30Enfin si Hérodote renonce à suivre l’exemple d’Hécatée, s’il renonce à confronter la généalogie grecque à celle que lui démontrent les prêtres d’Égypte en évoquant comme les anciens des Murik les figures des ancêtres, en revanche il reste préoccupé par la question de l’arkhé, par le problème du commencement. Face au déploiement chiffré de la chronologie humaine des Égyptiens et face au vaste espace historique qu’elle mesure, Hérodote ne peut qu’alléguer le nombre des années qui séparent l’apparition des dieux grecs les plus jeunes et son propre temps (es emé) qui correspond au temps de l’énonciation énoncée – soit 1600 ans depuis la naissance de Dionysos, environ 900 ans depuis celle d’Héraclès, enfin 800 années depuis l’apparition de Pan, né après la guerre de Troie (soit environ en 1250 avant notre ère selon notre propre comput chronologique32). À ces chiffres s’opposent une fois encore, dans la procédure de confrontation engagée par l’enquêteur d’Halicarnasse, ceux donnés par les prêtres d’Égypte : faisant d’Osiris/Dionysos un dieu au contraire jeune et attribuant à son fils Horus/Apollon le dernier règne divin sur le pays, les prêtres égyptiens calculent (logízontai) un espace de 15 000 ans entre Dionysos et le pharaon Amasis, le contemporain de Crésus et de Polycrate de Samos. Et pour dater leur propre Héraclès, qui appartient à un groupe de dieux plus anciens, les Égyptiens, en remontant dans le temps à partir du même règne récent d’Amasis, compteraient jusqu’à 17 000 années33.

L’orientation des espaces chronologiques

31Les incontestables divergences que présentent ces chiffres quand on s’efforce de les réduire à une chronologie synchronique et homogène n’ont pas manqué de soulever les controverses que l’on peut attendre des philologues et des historiens. En revanche, on a rarement interrogé l’attitude d’Hérodote, le maître de l’historiopoétique, confronté dans un ailleurs très exotique à un régime d’historicité et à un espace de déploiement temporel bien différents de ceux qu’il construit lui-même à travers les conceptions grecques (et donc indigènes) du temps et de l’espace. Cette confrontation, sans démarche comparative explicite, appelle pourtant au moins trois remarques.

  • 34 Darbo-Peschanski, 1987 : 33, note avec raison que chez Hérodote, « il n’y a donc pas de partage a p (...)
  • 35 La chronologie hérodotéenne du temps récent avec les inconséquences qu’elle présente a été analysé (...)

32Pour le Grec Hérodote comme pour les prêtres égyptiens l’espace de l’histoire, objet de la démonstration argumentée et publique (apódeixis), coïncide avec le temps occupé par les générations des hommes. De ce temps la limite supérieure est marquée par le moment où les dieux ont progressivement cessé de vivre avec les humains ; il s’étend de manière linéaire jusqu’au présent, c’est-à-dire jusqu’au moment où le temps raconté, par le rythme de la narration, vient coïncider avec l’énoncé du temps de l’énonciation, avec son corollaire extra-discursif : le temps de l’acte d’énonciation34. Dans la pratique de l’enquête hérodotéenne, il s’agit d’un temps continu qui, contrairement à ce qu’on a voulu trop souvent affirmer sous l’effet de la mode structuraliste de l’opposition binaire, inclut le temps des héros. Il faut simplement constater que la mesure chronologique se précise et s’affine à mesure que l’enquête temporelle s’approche du présent ; et il convient d’ajouter que l’enquêteur dépend de la diversité de ses sources – traditions locales, grecques ou étrangères qui ne se fondent pas sur un système homogène de comput du temps historique et dont l’utilisation simultanée favorise les anachronismes35.

  • 36 Hérodote, II, 146, 1-2 ; cf. aussi II, 143, 1. La liberté laissée au narrataire et par conséquent à (...)

33Par ailleurs, on n’insistera jamais assez sur l’importance d’un développement énonciatif inhabituellement étendu ; il signifie aussi bien le passage de la période de l’histoire d’Égypte dominée par la succession des pharaons uniques à l’institution de douze rois élus et à la division territoriale correspondante du pays que la transition d’une narration fondée exclusivement sur les lógoi des prêtres, sur le mode du « récit » et de la description, à une narration corroborée par des éléments d’observation directe, ponctuée de quelques interventions énonciatives relevant du « discours ». Ce long développement de transition à caractère énonciatif s’achève donc sur la réflexion provoquée par la confrontation étendue entre chronologie égyptienne et chronologie grecque que l’on vient de mentionner. Dans un premier temps, comme il le fait souvent, le narrateur-je laisse à son narrataire – auditeur/lecteur hypothétique ou « idéal » – le soin de se laisser convaincre par l’un ou l’autre des deux régimes d’historicité représentés : « Entre ces deux versions il est possible d’utiliser celle que l’on trouvera plus persuasive ; quant à moi j’ai désormais fait la démonstration argumentée (apodédektai) de mon opinion à leur sujet. » Mais, dans un second moment, par l’une de ces déductions quelque peu alambiquées à partir de prémisses formulées à l’irréel, l’enquêteur d’Halicarnasse tire argument du fait que, de même qu’Héraclés est fils d’Amphitryon, Dionysos est quant à lui fils de Sémélé et Pan fils de Pénélope ; en conséquence, par cette focalisation sur leur ascendance mortelle, on pourrait affirmer que tous trois sont en fait des hommes et qu’ils auraient reçu leur « noms » (onómata), c’est-à-dire leur identité en tant que divinités, de dieux qui auraient vécu avant eux ! Mais puisqu’en réalité les Grecs racontent que Zeus a cousu Dionysos dès sa naissance dans sa propre cuisse pour le porter en Éthiopie et qu’ils ignorent l’origine géographique de Pan, l’enquêteur et narrateur en tire la conclusion, une fois encore, que les Grecs ont été informés de l’identité de ces dieux tardivement : en conséquence les Grecs font remonter leur naissance (d’héroïnes mortelles) au moment tardif où ils les ont adoptés36.

  • 37 L’origine égyptienne des « noms » des dieux et leur adoption par les Grecs est au centre du dévelo (...)
  • 38 Hérodote, II, 145, 3. Darbo-Peschanski, 1987 : 179-183, a fort bien montré qu’en complément du cham (...)

34La coïncidence entre le moment où les Grecs ont connu et « dénommé » des dieux dont il s’est employé à montrer l’origine égyptienne et la place chronologique qu’il leur attribue dans le passé grec permet à Hérodote de surmonter l’énorme différence arithmétique qui sépare l’espace historique des Égyptiens de celui reconnu par les Hellènes37. Ainsi l’enquêteur finit par inscrire le développement de l’histoire de la culture théologique grecque dans celui de la civilisation égyptienne qui en représente l’origine. Mais il se garde bien d’assimiler, par le moyen de cette correspondance, la chronologie hellène à la chronologie reconnue et démontrée par les prêtres d’Égypte ; une chronologie dont il réaffirme l’exactitude (atrekéos), fondée qu’elle est sur le calcul et sur l’enregistrement écrit régulier de la succession linéaire des années (logizómenoi kaì aieí apographómenoi)38. Comparaison finalement, mais dans une démarche comparative implicite qui, tout en tissant un lien génétique entre la culture autre et la culture propre à partir des ressemblances entre divinités aux mêmes fonctions, reste néanmoins différentielle.

  • 39 Benveniste, 1974 : 67-78, avec les remarques complémentaires de Ricœur, 1985 : 154-160.

35Enfin, on relèvera qu’Hérodote semble trouver dans l’histoire égyptienne telle que peuvent la dérouler les prêtres d’Égypte le modèle de ce que Benveniste a appelé de manière ambiguë le « temps calendaire39 ». On y repère en effet tous les traits distinctifs de ce « temps du calendrier » qui apparait comme une manière « d’objectiver le temps chronique » : moment axial qui, avec le roi Mîn, fournit le début du comput représenté par la séquence écrite de ses 330 successeurs ; axe de référence qui, par l’ordre de succession des rois, permet à Hérodote de parcourir dans une direction précise l’histoire de l’Égypte ; comput autorisant la traduction d’une succession de règnes de pharaons en un nombre précis d’années. Néanmoins l’historiographe n’en prend pas le prétexte pour subordonner la chronologie hellène, reposant en grande partie sur une tradition orale, à la longue chronologie égyptienne, fondée sur le document écrit ; il ne procède pas comme nous le faisons quant à nous en sens inverse, par habitude européocentrique et coloniale, avec les chronologies en général catalogales et généalogiques des peuples de tradition orale. Son attitude historiographique se distingue aussi de celle de Somare qui inscrivait sa propre généalogie, mesurée selon le comput européen, dans l’histoire de la fondation de son village et de l’origine de son peuple signifiée par les transferts ancestraux des kakars. Mais pourquoi chez Hérodote ce refus de fait d’insérer pleinement un espace historique propre, plus restreint, dans un régime d’historicité autre, aux dimensions beaucoup plus vastes et mieux attesté du point de vue documentaire ? Pourquoi cette résistance à l’acculturation historiopoétique inverse ?

Temporalités énoncées et « acculturation » pragmatique

  • 40 Comme je l’ai suggéré en 2006a : 27-40, à partir de l’étude de 2000c consacrée à un poème narratif (...)

36En fait, chez Hérodote, l’adéquation de la chronologie au modèle du « temps calendaire » dessiné par Benveniste est loin d’être entière. En effet, dans son orientation, l’axe de référence de la chronologie égyptienne revue par Hérodote est moins déterminée par son point d’origine que par son point d’aboutissement : le présent, qui n’est autre que le temps de l’acte d’énonciation. Ce temps de la narration, ce temps du raconter du temps raconté égyptien est donc inscrit dans le temps de l’énonciation de l’Enquête par l’intermédiaire de plusieurs indications et repérages d’énonciation énoncée. Il en va exactement de même pour la narration du temps raconté grec que le narrateur-je conduit, ponctuellement, à « mon temps » (es éme), hic et nunc : temps (discursif) de l’énonciation énoncée qui réfère au temps (historique) de la mise en discours et de l’acte d’énonciation, avec sa démonstration publique efficace. De manière générale, la conception grecque du temps et de l’espace de l’histoire produit des régimes d’historicité qui sont en tension constante entre un point axial d’origine et le présent de leur énonciation ; le discours qui les configure y trouve sa pragmatique. De ce point de vue, en tenant compte aussi bien de l’orientation pragmatique sur le présent du discours historiographique que de l’idée de récurrence cyclique (des fêtes) également impliquée par l’idée de calendrier, la notion de « temps calendaire » doit être entièrement revisitée40.

  • 41 Hérodote, II, 99, 1 (cf. supra note 28), II, 112, 1 et II, 147, 1 (cf. supra note 27). Quant au rôl (...)

37Ainsi, l’ensemble du récit de l’histoire ancienne d’Égypte jusqu’au moment de l’élection des douze rois est encadré par deux interventions énonciatives marquantes. On a déjà signalé l’intervention initiale où le narrateur-je affirme sa volonté de compléter les récits entendus des Égyptiens par le témoignage de son propre regard, de sa propre réflexion et de sa propre enquête. Par ce procédé, Hérodote va référer certains événements de l’histoire d’Égypte aux traces qu’ils ont laissées dans le présent de l’énonciation du discours. C’est ce que l’enquêteur fera avec abondance en particulier à propos du récit du passage d’Hélène en Égypte, à la cour de Protée dont il voit à Memphis le sanctuaire. De plus, ce long développement de la première histoire pharaonique s’achève sur l’affirmation autoriale, également commentée plus haut, d’ajouter aux lógoi des Égyptiens et aux discours concordants d’autres hommes quelques témoignages visuels propres ; cette déclaration énonciative forte ouvre, dans un nouveau passage du « discours » au « récit », le développement consacré à l’histoire plus récente, marquée par la division du royaume d’Égypte entre douze rois et par conséquent en douze unités politiques autonomes41.

  • 42 Hérodote, II, 141, 6 et II, 145, 4.

38La clôture de ce développement en structure annulaire par l’appel énonciatif au témoignage présent du narrateur est encore accentuée par les effets énonciatifs des considérations sur la mesure généalogique du temps historique qui le concluent. En effet, la séquence de ces réflexions sur l’étendue de la chronologie égyptienne et du temps humain est annoncée par la référence au présent de l’énonciation que constitue la citation de l’inscription ornant la statue du dernier roi d’Égypte, le prêtre-pharaon Séthôn ; appel à la piété pour qui la regarde, cette statue s’élève « aujourd’hui encore » (kaì nûn) dans le sanctuaire d’Héphaïstos-Ptah, comme l’un des kakars des Murik – ajoutera-t-on à nouveau ; et cette statue possède sa propre pragmatique, relative au présent de l’énonciation, puisqu’elle offre une inscription libellée ainsi : « qui me voit soit pieux ». Or, ce temple consacré à Héphaïstos-Ptah est précisément celui où Hérodote enregistre le récit des prêtres égyptiens ! La relation est à l’évidence étroite entre la mémoire du passé et le lieu où elle est évoquée. En écho avec cette allusion au présent des conditions d’élaboration du discours historiographique, l’enquêteur d’Halicarnasse ne manque donc pas de référer à son propre temps (es emé – on l’a signalé), mais aussi au lieu où il conduit son attestation, la distance chronologique qui sépare du présent la naissance des derniers dieux hellènes42.

  • 43 Hérodote, II, 1, 1 et II, 182, 1-2 ; voir aussi III, 1, 1 ; sur la structure narrative de cette par (...)

39Il convient ici de rappeler que tout le livre qu’Hérodote consacre à l’Égypte, si souvent considéré comme un long excursus historico-ethnographique, s’inscrit en réalité dans la séquence chronologique qui traverse l’ensemble de l’œuvre. L’exposé sur l’Égypte est engagé par l’intention de Cambyse, le roi des Perses, d’entreprendre une expédition contre le pays, à laquelle il associe d’ailleurs des Grecs – Ioniens et Éoliens soumis par son père Cyrus. Et le livre se termine, en structure en quelque sorte annulaire, par la présentation de l’adversaire égyptien de Cambyse, Amasis, qui entretenait au contraire avec les Grecs de nombreux liens d’hospitalité, notamment marqués par des offrandes dans plusieurs sanctuaires hellènes. « C’est contre cet Amasis que Cambyse faisait campagne en emmenant de nombreux sujets, parmi lesquels, de Grèce, des Ioniens et des Éoliens ; et ceci pour le motif suivant » – c’est ainsi qu’est engagée la suite de la narration d’Hérodote ; elle est destinée à nous conduire jusqu’aux guerres médiques43.

  • 44 Hérodote, II, 43, 4 ; II, 145, 2-5 et I, 6, 1-3. Pour de bonnes réflexions sur la combinaison des d (...)

40Or, la relative proximité dans les rapports de bon voisinage culturel entre Grecs et Égyptiens finit par trouver son correspondant chronologique. Il s’avère en effet que le règne d’Amasis constitue le point axial d’aboutissement à la fois du comput chronologique de 17 000 ans qui a pour point d’origine l’Héraclès égyptien et du comput de 15 000 ans qui remonte à Osiris/Dionysos et à son fils Horus/Apollon. En regard, Hérodote conduit le comput grec correspondant (1 600 ans depuis la naissance de Dionysos) jusqu’à son propre temps tout en le référant à son propre espace de l’énonciation. D’autre part, Amasis d’Égypte se trouve être le contemporain de Crésus de Lydie qui est indiqué par le narrateur, arbitre et juge de l’histoire, comme le premier responsable et coupable ; c’est par ce dernier que l’historiographe entend commencer sa propre enquête spatio-temporelle44. Il y a donc une sorte de correspondance entre d’une part le début chronologique de l’histoire grecque telle que la conçoit et la configure Hérodote à partir du règne de Crésus et d’autre part le point d’aboutissement spatio-temporel de l’orientation conférée à l’histoire de l’Égypte avec le règne d’Amasis : en dépit de la disparité entre la chronologie égyptienne dans toute son énorme étendue et la chronologie héroïque hellène dans sa brièveté, le régime d’historicité configuré et mis en discours par Hérodote finit par s’inscrire dans la suite de la profonde histoire égyptienne ; ceci à d’autant plus forte raison que ce n’est qu’à partir de Crésus que l’histoire d’Hérodote suit une chronologie mesurée en années. Dans la mesure même où l’historiopoète présente, dans cette ligne de temps chronique, les dieux grecs comme les descendants des divinités égyptiennes, il offre à son auditeur/lecteur un savoir transculturel qui acquiert une valeur « universelle », tout en gardant au régime de temporalité hellène sa spécificité.

  • 45 Quant à l’influence énonciative du point de vue qui est induit dans le discours par le moment et l (...)
  • 46 La question délicate de la publication et de la destination de l’Enquête d’Hérodote a été intellig (...)

41Aussi bien temporellement que spatialement, la narration historiographique conduite et exposée par Hérodote est donc mise en relation avec le présent de la Grèce, et en particulier avec celui de l’Ionie, dont l’enquêteur est lui-même originaire45. Du point de vue temporel aussi bien que du point de vue spatial, par les moyens énonciatifs énumérés, le temps raconté est référé moins à un moment axial, début objectif et immuable d’un temps régulièrement mesuré, qu’au moment de la narration et donc aux circonstances politiques et sociales de l’énonciation du discours historiographique ; il est référé au temps et à l’espace de la communauté de croyance à qui est destinée une œuvre communiquée par oral à différentes occasions festives46. C’est par cette orientation énonciative vers ses circonstances de mise en discours que la narration historiopoétique d’Hérodote acquiert sa dimension pragmatique : par la démonstration argumentée et publique, il institue son enquête sur le passé des Grecs dans leurs relations avec les barbares en mémoire collective, active et agissante.

42Quand la généalogie du passé de sa propre culture est confrontée à une succession chronologique exotique qui permet d’en faire remonter le point d’origine de plusieurs milliers d’années, Hérodote laisse le soin à son auditeur/lecteur d’user de la version qui lui semblera la plus convaincante. Quant à lui, comme le Papou, il vise en définitive le présent, son présent où histoire exotique et histoire propre se rejoignent et trouvent, pour la communauté de croyance à laquelle elles sont destinées, leur fonction : par les moyens discursifs de l’énonciation (énoncée), le régime d’historicité configuré dans le discours historiographique est constitué en régime de vérité. Traversant une construction historiopoétique animée par l’idée du rétablissement de l’équilibre historique et spatial de la justice, cette visée assure à l’Enquête sa cohérence tout en lui conférant le statut d’une mémoire collective, faite de la rencontre de plusieurs représentations du passé.

Retour comparatif sur notre présent de l’énonciation

  • 47 L’intégration par les Papous de l’histoire généalogique des Blancs sur la base de l’échange récipr (...)

43Dans le retour critique sur notre propre paradigme qu’implique toute démarche comparative triangulaire, on remarquera en conclusion que, centrée avec la naissance du Christ sur un point d’origine non seulement fixe, mais surtout sacré, la chronologie de l’historiographie occidentale nous entraîne dans la direction opposée à la rencontre spatio-temporelle proposée par l’Enquête d’Hérodote. Marque supplémentaire d’européocentrisme, accentué depuis une trentaine d’années par la forme de néo-colonialisme que constitue la mondialisation économiste et financière. Si, en intégrant le Blanc à l’histoire de ses ancêtres, le Papou montre son désir d’allonger et d’enrichir la chronologie de son propre passé comme Hérodote le fait avec ses voisins Égyptiens47, les différents pouvoirs coloniaux quant à eux, en s’appuyant sur l’activité missionnaire, ont toujours présenté l’histoire judéo-chrétienne comme exclusive de toute autre ; et ce sont désormais les idéologues du néo-libéralisme anglo-saxon et les partisans du « choc des civilisations » qui ont pris le relais de cette intégration des autres dans notre propre logique spatio-temporelle (et culturelle).

  • 48 Pour l’engagement de l’anthropologie dans un « temps intersubjectif », voir les propositions formu (...)

44Conséquence pratique de la démarche comparative triangulaire : le contact avec les tentatives exotiques, papoues ou grecques, de concilier une spatio-temporalité indigène avec un régime de temporalité différent mais plus étendu devrait constituer une incitation, pour une anthropologie historique critique et engagée, à promouvoir une mémoire plurielle de la « résistance culturelle ». Tendant autant à recueillir l’histoire défaillante d’une tradition indigène qu’à la concilier avec les formes occidentales de l’historiopoétique, cette mémoire aurait une fonction de maintien de la diversité culturelle, garante d’un relativisme critique. Il s’agirait là de l’institution d’un nouveau régime d’historicité, marqué non pas par l’intersubjectivité abstraite des philosophes, mais par un partage social susceptible par exemple de condamner à l’incohérence fiduciaire l’histoire révisionniste ; un espace historique délimité et défini par l’expérience de la relation dialogique avec d’autres cultures et orienté sur un présent où il réaliserait sa dimension pragmatique ; une mémoire historiopoétique multifocale fondée sur une instance d’énonciation plurielle et assumée collectivement, rompant avec la pensée unique de l’idéologie économiste et productiviste, et de la temporalité orientée et animée par des règles du marché largement naturalisées48.

45Ce contact avec d’autres régimes de temporalité doit aussi fournir à l’anthropologie culturelle et sociale elle-même l’occasion d’approfondir son indispensable dimension critique. La rencontre doit donc inviter l’anthropologue du monde moderne comme celui du monde antique à assortir le retour du terrain au cabinet académique, avec le risque d’enfermement intellectuel que comporte ce rapatriement, d’une ouverture pratique sur son propre monde ; notamment par la confrontation avec des formes de mémoire historiographique orientées sur le présent, et par conséquent actives dans ce présent. Par une mise en discours forcément repérée dans le temps et dans l’espace, tout régime d’historicité – ne l’oublions pas – est par nécessité, dans sa configuration et dans son énonciation mêmes, fils de son temps et de son lieu.

Bibliographie

Bibliographie

Affergan F., Exotisme et altérité. Essais sur les fondements d’une critique de l’anthropologie, Paris, PUF, 1987 : 260-280.

Affergan F., Critiques anthropologiques, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991 : 198-214.

Asheri D., Erodoto. Le Storie. Libro I, Milano, Mondadori, 1988.

Asheri D. et Medaglia S. M., Erodoto. Le Storie. Libro III, Milano, Mondadori, 1990.

Bakker E.J., « The Making of History: Herodotus’Histories Apodexis », in Bakker, de Jong, van Wees (éd.), 2002: 3-32

Bakker E.J., de Jong I.J.F., van Wees H. (éd.), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden-Boston-Köln, Brill, 2002.

Bloch M., « Mémoire autobiographique et mémoire historique du passé éloigné », Enquête 2, 1995 : 59-76 ; trad. it. dans Borutti et Fabietti (éd.), 1998 : 40-55.

Benveniste E., Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966.

Benveniste E., Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard, 1974.

Den Boer W., « Herodot und die Systeme der Chronologie », Mnemosyne IV. 20, 1967 : 30-60.

Borgeaud Ph., « Le problème du comparatisme en histoire des religions », Revue européenne des sciences sociales 72, 1986 : 59-75.

Borutti S., Per un etica del discorso antropologico, Milano, Guerini e Associati, 1993.

Borutti S. et Fabietti U. (éd.), Fra antropologia e storia, Milano, Mursia, 1998.

Burkert W., « Herodot über die Namen der Götter : Polytheismus als historisches Problem », Museum Helveticum 42, 1985 : 121-132 = Kleine Schriften VII. Tragica et Historica, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2007 : 140-160.

Burkert W., « Lydia between East and West or How to Date the Trojan War: A Study in Herodotus », dans J. B. Carter et S. P. Morris (éd.), The Ages of Homer. A Tribute to Emily Townsend Vermeule, Austin, University of Texas Press, 1995: 139-148 = Kleine Schriften I. Homerica, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001: 218-232.

Calame C., « Nature humaine et environnement : le racisme bien tempéré d’Hippocrate », dans Sciences et racisme, Lausanne, Payot, 1986 : 75-99 ; repris dans Masques d’autorité. Fiction et pragmatique dans la poétique grecque antique, Paris, Les Belles Lettres, 2005 : 237-273.

Calame C., « Le récit généalogique spartiate : la représentation mythologique d’une organisation spatiale », Quaderni di Storia 26, 1987 : 43-91.

Calame C., Le Récit en Grèce ancienne. Énonciations et représentations de poètes, Paris, Belin, 2000a (2e éd.).

Calame C., Poétique des mythes dans la Grèce antique, Paris, Hachette, 2000b.

Calame C., « Temps du récit et temps du rituel dans la poétique grecque : Bacchylide entre mythe, histoire et culte », dans C. Darbo-Peschanki (éd.), Constructions du temps dans le monde grec ancien, Paris, CNRS Éditions, 2000c : 395-412.

Calame C., Pratiques poétiques de la mémoire. Représentations de l’espace-temps en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 2006a.

Calame C., « La fabrication historiographique d’un passé héroïque en Grèce classique : Arkhaîa et palaiá chez Hérodote », Ktèma 31, 2006b : 39-49.

Calame C., « Héros grecs et romains pour recomposer une identité de soi. Les approches comparatives de Lafitau et Vico », dans D. Foucault et P. Payen (éd.), Les Autorités. Dynamiques et mutations d’une figure de référence à l’Antiquité, Grenoble, Jérôme Millon, 2007 : 251-267.

Calame C., Mythe et histoire dans l’Antiquité grecque. La narration symbolique d’une colonie, Paris, Les Belles Lettres, 2011a (2e éd.).

Calame C., « Hérodote, précurseur du comparatisme en histoire des religions ? Retour sur la dénomination et l’identification des dieux en régime polythéiste », dans F. Prescendi et Y. Volokhine (éd.), Dans le laboratoire de l’historien des religions. Mélanges offerts à Philippe Borgeaud, Genève, Labor & Fides, 2011b : 263-274.

Calame C., « Comparatisme en histoire anthropologique des religions et regard transversal : le triangle comparatif », dans C. Calame et B. Lincoln, Comparer en histoire des religions antiques, Liège, Presses universitaires de Liège, 2012 : 35-51.

Canfora L., « Storici e società ateniese », Rendiconti dell’Istituto Lombardo 107, 1973 : 1136-1173.

Carrière J.-C., « Du mythe à l’histoire. Généalogies héroïques, chronologies légendaires et historicisation des mythes », dans D. Auger et S. Saïd (éd.), Généalogies Mythiques, Paris, Centre de recherches mythologiques de l’université de Paris X-Nanterre, 1998 : 47-85.

Cobet J., « The Organization of Time in the Histories », dans Bakker, de Jong, van Wees (éd.), 2002: 387-412.

Crosby A.W., The Measure of Reality. Quantifications and Western Society, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

Darbo-Peschanski C., Le discours du particulier. Essai sur l’enquête hérodotéenne, Paris, Le Seuil, 1987.

Darbo-Peschanski C., « Juger sur paroles : oralité et écriture dans les Histoires d’Hérodote », L’inactuel 3, 1994 : 161-182.

Dewald C., « “I didn’t give my own genealogy”: Herodotus and the authorial persona », dans Bakker, de Jong, van Wees (éd.), 2002: 267-289.

Fabian J., Time and the Other. How Anthropology makes its Object, New York, Columbia University Press, 1983: 23-35.

Finley M.I., The Use and Abuse of History, New York, The Viking Press, 1975.

Fritz (von) K., « Herodotus and the Growth of Greek Historiography », Transactions of the American Philological Association 67, 1936: 315-340.

Fritz (von) K., Die Geschichtsschreibung der Griechen, I : Von den Anfängen bis Thukydides, Berlin, de Gruyter, 1967.

Genette G., Figures III, Paris, Le Seuil, 1972.

Gondicas D. et Boëldieu-Trévet J., Lire Hérodote, Paris, Bréal, 2005.

Goody J., The Domestication of the Savage Mind, Cambridge, Cambridge University Press, 1977.

Jacob Ch., « L’ordre généalogique entre le mythe et l’histoire », dans M. Detienne (éd.), Transcrire les mythologies. Tradition, écriture, historicité, Paris, Albin Michel, 1994 : 169-202.

Hartog F., Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, 1992 (2e éd.).

Hartog F., Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil, 2003.

Hartog F., Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005.

Hunter V., Past and Process in Herodotus and Thucydides, Princeton, Princeton University Press, 1982.

Kamber P. et Moser R. (éd.), Diachronica (Ethnologica Helvetica 8), Bern, SGE/SSE, 1984.

Kaufmann Ch., « Von den mündlich überlieferten Geschichten zu den Unrissen einer Geschichte des Sepiks-Gebietes (Papua-Neuguinea) », dans Kamber et Moser (éd.), 1984 : 137-152.

Kilani M., L’invention de l’autre. Essai sur le discours anthropologique, Lausanne, Payot, 1994.

Kilani M., « Les anthropologues et leur savoir : du terrain au texte », dans J.-M. Adam, M.-J. Borel, C. Calame, M. Kilani, Le discours anthropologique. Description, narration, savoir, Lausanne, Payot, 1995 (2e éd.) : 65-100.

Lafitau J.-F., Mœurs des sauvages amériquains comparées aux mœurs des premiers temps, Paris, Saugrain/Hochereau, 1724.

Lateiner D., The Historical Method of Herodotus, Toronto-Buffalo-London, University of Toronto Press, 1989.

Leyden (von) W., « Spatium Historicum: The Historical Past as Viewed by Hecataeus, Herodotus, and Thucydides », Durham University Journal 42, 1950: 89-104.

Lloyd A.B., Herodotus. Book II. Introduction, Leiden, Brill, 1975.

Lloyd A.B., Herodotus. Book II. Commentary 99-182, Leiden, Brill, 1988a.

Lloyd A.B., « Herodotus’Account of Pharaonic History », Historia 37,1988b: 22-53.

Lévi-Strauss C., La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962.

Michel Th., « Geschichtsüberlieferung bei den Nalumin (Star Mountains, Papua-Neuguinea) », dans B. Hauser-Schäublin (éd.), Geschichte und mündliche Überlieferung in Ozeanien, Basel, Ethnologisches Seminar der Universität – Museum für Völkerkunde, 1994 : 129-159.

Mitchel F., « Herodotus’Use of Genealogical Chronology », Phoenix 10, 1956: 48-69.

Müller G., Morphologische Poetik. Gesammelte Aufsätze, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1968.

Nagy G., Pindar’s Homer. The Lyric Possession of an Epic Past, Baltimore-London, The Johns Hopkins University Press, 1990.

Olender M., « L’Europe ou comment échapper à Babel », L’Infini 44, 1993 : 106-123.

Payen P., « Discours historique et structures narratives chez Hérodote », Annales ESC 45, 1990 : 527-550.

Payen P., « Logos, muthos, ainos : de l’intrigue chez Hérodote », Quaderni di Storia 39, 1994 : 43-77.

Payen P., Les îles nomades. Conquérir et résister dans l’Enquête d’Hérodote, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997.

Payen P., « Historia et intrigue : les ressources “mimétiques” de l’Enquête d’Hérodote », dans M.-R. Guelfucci (éd.), Jeux et enjeux de la mise en forme de l’histoire. Recherches sur le genre historique en Grèce et à Rome, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2011 : 239-260.

Plumb J.H., The Death of the Past, London, MacMillan, 1969.

Pohlenz M., Herodot. Der Erste Geschichtsschreiber des Abendlandes, Leipzig, Teubner, 1937.

Ricœur P., Temps et récit III. Le temps raconté, Paris, Le Seuil, 1985.

Schindlbeck M., « Über den mythischen Ursprungsort der Sawos und Iatmul (Papua-Neuguinea) », dans Kamber et Moser (éd.), 1984 : 153-160.

Schuster M., « Zu Konstruktion der Geschichte in Kulturen ohne Schrift », dans J. von Ungern-Sternberg et M. Reinau (éd.), Vergangenheit in mündlicher Ueberlieferung, Stuttgart, Teubner, 1988 : 57-71.

Schuster M., « Aspects ot the Aibom Concept of History », dans N. Lutkehaus (éd.), Sepik Heritage. Tradition and Change in Papua New Guinea, Durham NC, Carolina Academic Press, 1990: 7-19.

Segalen V., Les Immémoriaux, Paris, Plon, 1977 (1re éd., sous le pseudonyme de Max Alény : Paris, Mercure de France, 1907).

Severi C., « Protée, ou la propagation d’une forme : art primitif et mémoire », dans Th. W. Gaehtgens (éd.), Künstlerischer Austausch. Artistic Exchange, Berlin, Akademie Verlag, 1995 : 121-138.

Somare M., Sana. An Autobiography, Port Moresby, Niugini Press, 1975.

Strasburger H., « Herodots Zeitrechnung », Historia 5, 1956 : 129-161 ; repris dans W. Marg (éd.), Herodot. Eine Auswahl der neueren Forschung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1966 (2e éd.) : 688-736.

Thomas R., « Performance and Written Publication in Herodotus and the Sophistic Generation », dans W. Kullmann et J. Althoff (éd.), Vermittllung und Tradierung in der griechischen Kultur, Tübingen, G. Narr, 1991 : 224-244.

Valeri V., « Costruzioni sociali del tempo. Le forme della società. Tempo cronologico e tempo soggettivo, tempo mitico e tempo storico a Huaulu (Indonesia orientale) », dans Borutti et Fabietti (éd.), 1998 : 96-116.

Vandiver E., Heroes in Herodotus. The Interaction of Myth and History, Frankfurt-am-Main-Bern-New York-Paris, Lang, 1991.

Vidal-Naquet P., Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, La Découverte/Maspero, 1983 (2e éd.).

Wassmann J., « Die Vergangenheits-Konzeption der Nyaura (Papua-Neuguinea) », dans Kamber et Moser (éd.), 1984 : 117-135.

Notes

1 Somare, 1975 : 15-17. La présente étude constitue une version mise à jour et revisitée de « Réciprocité dans la mémoire collective : temporalités en contact (Somare et Hérodote) », Revue de l’histoire des religions 215, 1998 : 341-367 ; trad. it. dans Borutti et Fabietti (éd.), 1998 : 75-95.

2 Bloch, 1995 : 61-65.

3 Définition du concept de « régime d’historicité » chez Hartog, 2003 : 22-30 ; pour la démarche du « triangle comparatif », à développer en éventuel polygone, cf. Calame, 2012 : 42-46.

4 À propos de la distinction entre Erzählzeit et Erzählte Zeit on verra les réflexions formulées par Ricœur, 1984 : 113-130, qui se fonde sur les études de Müller, 1968 : 269-286 et de Genette, 1972 : 71-78 et 128-130 ; pour la distinction entre « récit » et « discours » (caractérisé par « l’appareil formel de l’énonciation »), voir les études classiques de Benveniste, 1966 : 237-250 et 251-257, ainsi que 1974 : 79-88. On pourra se référer aux précisions opératoires que j’ai proposées à ce sujet d’abord dans l’étude de 2000c : 399-403, à l’exemple d’un poème narratif de Bacchylide, puis dans la monographie de 2006a : 31-40.

5 Kilani, 1992 : 219-244 ; voir aussi, pour l’historiographie grecque classique, Calame, 2006a : 46-61.

6 La distinction entre « sociétés froides » et « sociétés chaudes » a été élaborée de manière critique par Lévi-Strauss, 1962 : 28-33, 309-310 et 321-323, qui la fonde notamment sur les oppositions de type structural abstrait/concret, pensée mythique/pensée scientifique, atemporalité/histoire ; on verra le commentaire qu’en fait Goody, 1977 : 1-8 et 146-148.

7 On verra à ce propos, par exemple, les réflexions générales présentées dans l’étude de Schuster, 1988, et illustrées dans celle de 1990, à l’exemple d’Aibom.

8 Après l’étude sur l’histoire iatmul proposée par Wassmann, 1984, qui se fonde sur la distinction entre past et history tracée par Plumb, 1969 : 11-17, il faut lire celle de Kaufmann, 1984 ; voir également Schindlbeck, 1984. Pour une procédure analogue de différenciation historique et spatiale par la combinaison entre récit de fondation et narration généalogique, je me permets de renvoyer à l’étude que j’ai consacrée en 1987 au récit de la fondation généalogique de Sparte.

9 On pourra se référer ici aux travaux d’Affergan, 1991 : 198-214, de Borutti, 1993 : 133-148, et de Kilani, 1995 ainsi que 1994 : 46-60 et 247-258.

10 Voir par exemple la perspective adamique défendue dès le début du XVIIIe siècle par le Père jésuite Joseph François Lafitau, 1724 : I, 3-18 et 32-46, avec le commentaire qu’en donne Borgeaud, 1986 : 59-64, et la comparaison que j’en ai proposée dans l’étude de 2007 avec l’histoire de l’humanité formulée au même moment par Giambattista Vico. Olender, 1993, montre comment durant tout le XIXe siècle on a cherché, en particulier par le biais de la dérivation linguistique, à faire de tous les peuples de la terre les descendants hébraïques et bibliques d’Adam, puis des fils de Noé.

11 Ce processus d’assimilation locale par le biais de la mondialisation économiste est décrit par exemple par Michel, 1994.

12 Segalen, 1907/1977 : 211.

13 Somare, 1975 : 148. On pense ici en particulier au projet formulé par Ch. Kaufmann, directeur du Museum für Völkerkunde de Bâle, pour restituer, avec l’appui de l’ONG Helvetas, sa mémoire au peuple de Vanuatu ; voir aussi les propositions avancées par Severi, 1995.

14 Quant aux paramètres qui permettent de qualifier l’enquête spatio-temporelle d’Hérodote comme une « historiopoiésis », voir mon étude de 2006a : 31-32 et 42-46 ; quant à l’intrigue de sa narration, cf. Payen, 2011.

15 La visée de glorification et d’héroïsation du passé qui traverse l’Enquête, indépendamment de l’inspiration par la Muse, est explicitée par Nagy, 1990 : 217-229, et par Hartog, 2005 : 55-65 ; voir aussi Calame, 2000a : 125-131.

16 Hérodote, I, 1-6. Les différents modes d’attestation et d’arbitrage juridique que présente le discours historiopoétique d’Hérodote sont analysés par Darbo-Peschanski, 1987 : 43-74 et 1994 : 171-82 ; voir aussi les pages clairvoyantes de Nagy, 1990 : 228-249 et 250-273, avec les compléments proposés par Bakker, 2002 : 13-19, sur historíe comme enquête. Sur le rôle énonciatif et juridique du récit qui ouvre l’Enquête d’Hérodote, voir encore Calame, 2000b : 151-153 (avec d’autres références d’ordre bibliographique), en parallèle avec les considérations sur la position énonciative et autoriale affichée par Hérodote d’Halicarnasse dans son lógos, dans l’ouvrage de 2000a : 115-125 ; voir aussi à ce propos la bonne mise au point de Dewald, 2002.

17 À ce propos et en contraste avec le chant épique de l’aède inspiré par la Muse, cf. Hartog, 2005 : 55-62 ; voir aussi Calame, 2000a : 129-131.

18 Exemples chez Calame, 2006a : 96-100.

19 Formulée en particulier par Pohlenz, 1937 : 6-7 (l’intitulé de son ouvrage qui désigne Hérodote comme le premier historiographe de l’Occident représente à lui seul tout un programme), la distinction a été reprise par Vidal-Naquet, 1983 : 69-94 (dans un chapitre qui, correspondant à une étude de 1960, porte lui-même le titre de « Temps des dieux et temps des hommes ») ; voir aussi Finley, 1975 : 18, ainsi que les remarques critiques essentielles de Darbo-Peschanski, 1987 : 25-38.

20 On comparera donc Hérodote, I, 122, 2 à Thucydide, I, 4 ; et on verra à ce sujet le commentaire et les références bibliographiques données par Asheri, 1988 : XXXVII-IX, et par Asheri et Medaglia, 1990 : 338.

21 L’enquête généalogique est constitutive des premières formes d’historiographie : on se référera à ce sujet à la bonne étude de Jacob, 1994.

22 Hérodote, I, 7, 1-4. Ce n’est à vrai dire que par une série de recoupements avec d’autres récits d’ordre généalogique que l’on parvient à insérer dans notre propre chronologie à double orientation et à dater le règne de Crésus qui, dans la chronologie hérodotéenne, « flotte ». Le calcul est d’autant plus délicat que la durée des générations alléguées par Hérodote ne correspond pas toujours aux vingt-cinq années que l’on peut déduire des nombres donnés pour la descendance d’Héraclès ; dans ce cas en effet la durée d’une génération coïncide avec celle d’un règne alors qu’en II, 142, 2 Hérodote se livre à un calcul chronologique qu’il fonde sur une durée de cent ans pour trois générations (cf. infra note 30) ! Sur la question des chronologies hérodotéennes reste fondamentale l’étude Strasburger, 1956 ; voir aussi den Boer, 1967, ainsi que l’utile tableau donné par Cobet, 2002 : 394, des synchronies qu’il est possible d’établit entre les différentes chronologies alléguées au couts de l’Enquête (voir encore van Wees, 2002 : 329).

23 Hérodote, I, 173, 2 ; cf. aussi I, 171, 2-3 (à propos des Cariens, sujets de Minos dans un « temps ancien ») et VII, 169, 2-170,1 (Minos cité par la Pythie en relation avec l’enlèvement d’Hélène et avec la guerre de Troie). À ce propos, Vandiver, 1991 : 144-151, montre qu’il convient de distinguer entre héros et âge héroïque d’une part, considérés comme différents des hommes et du temps humain, et d’autre part l’existence historique des héros et de leur âge qui, pour Hérodote, ne fait pas le moindre doute.

24 Cf. Thucydide, I, 4 (Minos comme initiateur de la thalassocratie). Quant à la désignation du passé héroïque chez les historiographes classiques comme arkhaîa et palaiá, sans la moindre connotation rappelant la notion moderne de « mythe », voir mes études de 2006b et de 2011a : 49-66. Dans une perspective de très rapide comparaison anthropologique on remarquera que les sociétés traditionnelles réservent volontiers un terme spécifique pour désigner un passé communautaire ancien, à nos yeux « mythique » : cf. Valeri, 1998 : 106-110 (à l’exemple des Huaulu d’Indonésie orientale).

25 En réaction à la distinction entre « temps des dieux » et « temps des hommes » que Vidal-Naquet (supra note 17) projette sur l’Enquête d’Hérodote, Vandiver, 1982 : 86-90 et 103-107 a fort bien montré que ni Hérodote, ni Thucydide ne tracent de limite nette entre une période mythique et une période historique (voir les références qu’à ce sujet donne l’auteure page 104 note 9). Une telle continuité avait déjà été affirmée dans l’étude de von Leyden, 1950 ; voir aussi Carrière, 1998 : 49-54. Sur les raisons du flou qui règne chez Hérodote sur la chronologie des temps anciens, voir en particulier Lateiner, 1989 : 114-125, ainsi que Payen, 1997 : 249-270, et Cobet, 2002 : 404-411 (notamment à propos du « floating gap ») ; quant à la question de l’exactitude dans la mesure des temps plus récents, cf. infra note 38.

26 Selon une proposition orale de Francis Affergan.

27 Sur la dialectique de la vue et de l’ouïe dans l’Enquête d’Hérodote, voir en particulier Hartog 1992 : 272-297, ainsi que Calame, 2000a : 120-121.

28 Hérodote, II, 99, 1-100, 1 ; l’enquêteur appuie son récit sur les lógoi des prêtres d’Héphaïstos/Ptah, la divinité principale de Memphis, après vérification auprès des prêtres de Thèbes (au temps de Zeus Ammon) et d’Héliopolis : II, 3, 1-2 ; cf. Lloyd, 1988a : 1-16 ; la question des sources égyptiennes d’Hérodote est abordée dans son étude de 1988b (voir aussi 1975 : 89-100).

29 Hérodote, II, 147, 1-2 ; voir à ce propos les remarques de Lloyd 1988a : 114-118. La distinction de trois périodes dans le récit catalogal d’Hérodote est le résultat des études de Lloyd 1975 : 185-193, ainsi que 1988b.

30 Hérodote, II, 142, 1-3. Sur l’arithmétique hérodotéenne quant à la durée d’une génération, on verra en particulier l’étude de von Fritz, 1936, avec les références complémentaires données par Lloyd, 1975 : 176-178 et par Darbo-Peschanski, 1987 : 30-32 et 201. Pour le sens d’apóde(i)xis comme présentation (et démonstration) publiques, cf. Nagy, 1990 : 217-227, et comme « recording accomplishment » : Bakker, 2002 : 23-28.

31 Hérodote, II, 143, 1-4. La polémique voilée d’Hérodote à l’égard d’Hécatée dans ce passage a été l’objet de la controverse entre historiens que l’on peut s’imaginer, cf. von Fritz, 1967 : 407-411, ainsi que Lloyd, 1988a : 107-110.

32 Sur la question de la situation de la guerre de Troie dans la chronologie relative d’Hérodote, on pourra se référer à l’étude de Burkert, 1995.

33 Hérodote, II, 144, 1-146, 1 et 2, 43, 4. Pour harmoniser les chiffres grecs on a proposé de corriger le texte d’Hérodote pour y lire 1 000 au lieu de 1 600 ans : cf. Mitchel, 1956, ainsi que Lloyd, 1988a : 112.

34 Darbo-Peschanski, 1987 : 33, note avec raison que chez Hérodote, « il n’y a donc pas de partage a priori entre le divin et l’humain » ; en commentant le fameux passage de II, 3, 2 où l’enquêteur affiche sa volonté de ne pas rapporter les récits relatifs aux affaires divines (tà theîa), elle ajoute qu’on n’assiste pas à un refus de traiter l’histoire légendaire, mais qu’on présuppose chez l’auditeur un « savoir partagé » qui rend superflu son inclusion dans l’enquête (1987 : 35-38) ; voir aussi Vandiver, 1991 : 133-151.

35 La chronologie hérodotéenne du temps récent avec les inconséquences qu’elle présente a été analysée dans l’étude insurpassée de Strasburger, 1956 ; voir aussi les études de den Boer, 1967, et de Canfora, 1973, ainsi que la bonne synthèse offerte par Gondicas et Boëldieu-Trévet, 2005 : 123-137. Les incohérences de la chronologie de l’Enquête sont mises en relation avec les lógoi des autres par Mitchel, 1956 : 51-61, alors qu’on trouvera chez Cobet, 2002 : 394, le tableau synchronique déjà signalé (supra, note 21).

36 Hérodote, II, 146, 1-2 ; cf. aussi II, 143, 1. La liberté laissée au narrataire et par conséquent à l’auditeur/lecteur de choisir entre plusieurs versions est exprimée par Hérodote dans les autres passages que j’ai mentionnés dans l’ouvrage de 2000a : 118-125 ; voir également Darbo-Peschanski, 1987 : 123-126 et 188 (sur les déductions à partir de propositions hypothétiques, cf. 152-153) ainsi que Lateiner, 1989 : 76-90.

37 L’origine égyptienne des « noms » des dieux et leur adoption par les Grecs est au centre du développement célèbre de II, 50-53 ; sur le sens de onómata comme des désignations renvoyant à une identité divine avec un domaine d’intervention, des compétences et des fonctions singulières, on verra mon étude de 2011b, appuyée en partie sur celle de Burkert, 1985.

38 Hérodote, II, 145, 3. Darbo-Peschanski, 1987 : 179-183, a fort bien montré qu’en complément du champs de l’alétheia, qui correspond à celui de la vérité révélée, l’atrékeia dessine chez Hérodote le domaine de ce qu’il est possible d’énumérer et de compter avec exactitude.

39 Benveniste, 1974 : 67-78, avec les remarques complémentaires de Ricœur, 1985 : 154-160.

40 Comme je l’ai suggéré en 2006a : 27-40, à partir de l’étude de 2000c consacrée à un poème narratif de Bacchylide.

41 Hérodote, II, 99, 1 (cf. supra note 28), II, 112, 1 et II, 147, 1 (cf. supra note 27). Quant au rôle joué dans l’enquête étiologique sur les causes des guerres entre Grecs et barbares par la version égyptienne de l’épisode troyen d’Hélène, je renvoie la lectrice et le lecteur à la monographie de 2000b : 146-153.

42 Hérodote, II, 141, 6 et II, 145, 4.

43 Hérodote, II, 1, 1 et II, 182, 1-2 ; voir aussi III, 1, 1 ; sur la structure narrative de cette partie de l’Enquête, voir Payen, 1990.

44 Hérodote, II, 43, 4 ; II, 145, 2-5 et I, 6, 1-3. Pour de bonnes réflexions sur la combinaison des dimensions temporelle et spatiale dans l’Enquête, voir les études de Payen, 1994, ainsi que 1997 : 271-280.

45 Quant à l’influence énonciative du point de vue qui est induit dans le discours par le moment et le lieu de l’énonciation chez un médecin hippocratique contemporain d’Hérodote, voir mon étude de 1986/2005.

46 La question délicate de la publication et de la destination de l’Enquête d’Hérodote a été intelligemment reprise par Thomas, 1993.

47 L’intégration par les Papous de l’histoire généalogique des Blancs sur la base de l’échange réciproque a été étudiée par Kilani, 1994 : 125-132.

48 Pour l’engagement de l’anthropologie dans un « temps intersubjectif », voir les propositions formulées par Fabian, 1983 : 23-35, avec la mise en garde qu’il faut émettre à partir des réflexions d’Affergan, 1987 : 260-280.

Auteur

Directeur d’études à l’Ecole de Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris avec un enseignement d’anthropologie des formes poétiques grecques, a publié récemment Pratiques poétiques de la mémoire. Représentations de l’espace-temps en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 2006, L’Éros dans la Grèce antique, Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 2009 (3e éd.), Prométhée généticien. Profits techniques et usages de métaphores, Paris, Encre Marine – Les Belles Lettres, 2010, Mythe et histoire dans l’Antiquité grecque. La création symbolique d’une colonie, Paris, Les Belles Lettres, 2011 (2e éd. révisée et augmentée).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540