Version classiqueVersion mobile

Hérodote

 | 
Jean Alaux

Avant-propos

Jean Alaux

Texte intégral

  • 1 Voir Payen P., « L’historiographie grecque : VIe-IIIe siècles avant J.-C. État des recherches 1987 (...)

1La fortune critique de l’Enquête hérodotéenne pendant les dernières décennies ne témoigne pas seulement de la fécondité sans cesse renouvelée d’une œuvre foisonnante, mais aussi de son aptitude singulière à nourrir les réflexions contemporaines sur le champ et les limites de la recherche historique, comme sur la question fondamentale de l’écriture de l’histoire1, au point que son intérêt et sa richesse semblent naître même de traits longtemps considérés comme des faiblesses au regard d’une historiographie positiviste.

  • 2 Hartog F., op. cit., p. 332-333, à propos d’Hérodote II, 35. Cf. Demont P., Hérodote, Histoires, Te (...)
  • 3 Voir la question, si révélatrice, des coutumes funéraires (consumer ses parents morts, comme le fo (...)

2Œuvre ouverte, qui recoupe d’emblée les domaines qui seront ceux de la géographie, de l’ethnographie, de l’histoire et même de la philosophie de l’histoire, l’Enquête dialogue sans cesse, dans sa vision du monde comme dans les formes de son récit, avec les autres genres et les autres modes de pensée que l’Antiquité nous a légués. Fascinée à la fois par l’altérité et par la diversité des peuples et des coutumes, elle constitue déjà une tentative d’histoire plurielle. S’il est vrai que toute perception de l’altérité suppose un référent et que, pour Hérodote, ce référent est nécessairement grec, au point que l’étrangeté se dit souvent sur le mode de la symétrie2, la diversité saisissante des coutumes, décrites sans parti pris, la juxtaposition dissonante des nomoi invitent le lecteur grec et occidental à un décentrement qui annonce le « regard éloigné », d’abord porté sur les autres, puis retourné sur soi, cher à Claude Lévi-Strauss3.

  • 4 Voir, par exemple, Hérodote, II, 123 et VII, 152.
  • 5 Voir Payen P., « L’historiographie grecque… », art. cit., p. 141 : « La thèse d’un Hérodote jamais (...)
  • 6 Là-dessus, voir Veyne P., préface à Darbo-Peschanski C., Le Discours du particulier…, p. 9-10.

3Par ailleurs, Hérodote est le premier et l’un des rares historiens anciens à ouvrir pour ainsi dire son atelier en laissant transparaître ses procédés d’investigation, de sélection et de mise en récit, en évoquant les perplexités ou même les apories auxquelles l’ont conduit ses recherches, en juxtaposant plusieurs versions ou plusieurs interprétations d’un même événement4. Comme le montrent, à la suite d’autres travaux, certaines des études qu’on va lire, le recours à la fiction et à ses procédés n’apparaît pas incompatible, dans son œuvre, avec la volonté de dire le vrai5, même si, devant l’irréductible complexité du réel, l’historien laisse souvent coexister plusieurs régimes de vérité6.

4Cette fascination pour l’œuvre hérodotéenne, liée aux interrogations contemporaines sur les objets, les méthodes et l’écriture même de l’histoire, a conduit en retour à une réévaluation de l’Enquête elle-même, nourrie des approches issues de l’anthropologie et de l’ethnologie contemporaines, mais aussi, puisqu’il s’agit avant tout d’un texte, de la narratologie.

  • 7 Voir Demont P., « Secours et vengeance : note sur τιμρίη chez Hérodote », Ktèma, no 20, 1995, p. 3 (...)
  • 8 Voir notamment Payen P., Les Revers de la guerre en Grèce ancienne, Paris, Belin, coll. « L’Antiqu (...)

5On a d’abord souligné la cohérence profonde de l’œuvre : même si l’histoire selon Hérodote n’est pas gouvernée par une fin, elle est surveillée par les dieux. D’un épisode à l’autre, d’un figure à l’autre, le cours des événements humains et plus largement naturels répond à un mécanisme de permanent rééquilibrage dans la justice (dikê) et dans la distribution des apanages (timai)7, toujours menacé par l’appétit insatiable des conquérants et par la volonté d’accroissement infini des empires, d’ailleurs voués à l’échec8.

  • 9 Payen P., Les Îles nomades…, op. cit., p. 48.
  • 10 Payen P., ibid., p. 43-49, 95-99. Voir aussi, du même auteur, « Rhétorique, narration, histoire. Di (...)

6Par ailleurs, on s’est avisé qu’une véritable unité organique présidait à la structure d’un texte souvent réputé disparate et composite, mais qui tendait à refléter au plus près, d’une manière cartographique9, une représentation tout à fait cohérente du monde. Ainsi, Pascal Payen a montré que les plus longues digressions (celle qui concerne l’Égypte et qui occupe tout le livre ii, les développements sur les Scythes au livre IV), qui semblent interrompre le cours des événements racontés, manifestaient et même matérialisaient, par leur ampleur même et par l’intérêt qu’elles suscitent chez le lecteur, l’effort de résistance au conquérant (Cambyse dans le premier cas, Darius dans l’autre) des peuples concernés10.

  • 11 Je cite la pagination de l’édition française la plus récente (Paris, Pocket, 2010, p. 128-132).

7L’homologie entre le contenu du récit et la forme prise par le discours historique s’observe également dans le détail du texte hérodotéen. On n’en citera ici que deux exemples, pris au livre ii et qui se trouvent également mentionnés l’un à la suite de l’autre, mais pour d’autres raisons, par Ryszard Kapuściński (auquel Magali Soulatges consacre ici un essai) dans son livre Mes Voyages avec Hérodote11.

  • 12 Demont P., « Figures de l’enquête dans les Enquêtes d’Hérodote », Annali della Scuola Normale Super (...)
  • 13 Hérodote, II, 2.
  • 14 Voir notamment la reprise, à propos des deux enquêteurs, de la même expression (II, 2, êthelêse ei (...)

8Le premier, qui relève d’un procédé de « mise en abyme » plus largement étudié par Paul Demont12, est celui de l’expérience célèbre de Psammétique sur la langue originelle13. Faisant immédiatement suite au rappel de la volonté de conquête et d’asservissement de Cambyse (II, 1), l’histoire des deux enfants élevés à l’écart et dont le premier mot serait d’origine phrygienne et non égyptienne (bekos), montre à la fois le souci de rigueur d’un souverain très proche, dans sa démarche, de la science grecque de son temps et la modestie tolérante d’une civilisation pourtant réputée, de l’aveu même d’Hérodote, comme la plus ancienne à maint égard (II, 4), mais qui accepte ici de céder la préséance à une autre. Or, juste après, dans son commentaire, qui décrit sa démarche d’historien, Hérodote reproduit en quelque sorte l’attitude méthodique qu’il prête au pharaon : après avoir obtenu l’affirmation à Memphis, il la vérifie par une enquête à Thèbes et à Héliopolis, de même que le berger commis à la garde des deux enfants attend la répétition du résultat avant toute conclusion14.

  • 15 Hérodote, II, 32-34. Voir Demont P., « Figures of Inquiry in Herodotus’s Inquiries », p. 196, n. 46
  • 16 Les jeunes gens, partis des côtes habitées, traversent une zone peuplée de bêtes sauvages, puis un (...)
  • 17 Là-dessus, Voir Hartog F., Le Miroir d’Hérodote, op. cit., p. 354-355.

9Le deuxième exemple est plus frappant encore15 (II, 32-34). La question est celle des sources du Nil. Étéarchos, le roi des Ammoniens, raconte à des Cyrénéens rencontrés ensuite par Hérodote à l’oracle d’Ammon un récit (II, 33 : logos) qu’il tient des Nasamons. Au terme d’un périple qui relève largement de l’expérience initiatique16, cinq jeunes gens des leurs arrivent chez des manières de Pygmées au bord d’un fleuve, peuplé de crocodiles, qui coule du couchant au levant… La conjecture d’Étéarchos, reprise à son compte par l’historien, est qu’il s’agit là du Nil, dont le cours irait horizontalement d’ouest en est avant de remonter vers le Delta. Hérodote construit alors une analogie fondée sur une symétrie parfaite entre ce qu’il connaît du cours de l’Istros (le Danube), qui prendrait sa source dans la prétendue ville de Pyréné, et celui du Nil. Or, comme l’attestent plusieurs échos verbaux, une analogie frappante existe entre le périple des jeunes Nasamons, qui vont du connu à l’inconnu, et le raisonnement de l’historien, qui, « conjecturant ce [qu’il] ne connaît pas au moyen de ce qui est manifeste » (II, 33), infère du cours de l’Istros celui du Nil17.

  • 18 Hérodote, II, 32 (tautên de diexelthontas… tên erêmon diexienai… dixelthontas de khôron pollon… kai (...)
  • 19 Hérodote, II, 34 (ep’hoson makrotaton historeonta ên exikesthai). La quête des Nasamons non seuleme (...)
  • 20 Mais pourquoi reprocherait-on à l’œuvre Hérodote la force proprement poétique d’une historiographi (...)

10Il est étonnant que cette analogie se lise jusque dans le jeu des signifiants du texte : après avoir cité la conjecture d’Étéarchos, Hérodote note : « Et justement le raisonnement (ho logos) le démontre (hairheei). [Le Nil] coule, en effet (rheei gar) depuis la Lybie et la coupe par le milieu… » (II, 33). Étrange écho entre deux termes, celui qui dit le cours du raisonnement historique et celui qui décrit le cours du fleuve. Tout se passe comme si le Nil, qui « traverse » (II, 34 : diexionta) la Libye comme les jeunes Nasamons ont « traversé » les différentes zones de leur parcours initiatique18 et comme l’historien « est allé aussi loin que [ses] recherches [lui] ont permis d’atteindre » (II, 34)19, servait de médiateur entre les deux plans du logos ; comme si, plus largement, le contenu du logos comme récit – porteur ou non de « vérité historique » et, sur l’Égypte, on sait que le départ est difficile à faire20 – se construisait en miroir du logos comme discours, c’est-à-dire à la fois comme forme de récit et comme mode de pensée.

11C’est justement sur l’articulation entre la manière dont Hérodote pense le monde qu’il décrit et les modalités de son écriture que portent essentiellement les études qu’on va lire.

  • 21 Voir notamment Calame C., Le Récit en Grèce ancienne, Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent (...)
  • 22 Voir, par exemple, Delattre C., Le Cycle de l’anneau. De Minos à Tolkien, Paris, Belin, coll. « L’ (...)
  • 23 Parmi les écrivains voyageurs contemporains, on citera aussi, bien sûr, J. Lacarrière (En cheminan (...)
  • 24 L’étude de C. Calame sur Hérodote et M. Somare ne prend pas acte d’une influence ou d’une référenc (...)

12L’autre point commun de la quasi-totalité des essais réunis ici est de mettre en relation Hérodote avec d’autres auteurs et d’autres genres littéraires, depuis l’Antiquité jusqu’à la période contemporaine. L’Enquête, on l’a souvent souligné, dialogue déjà avec l’épopée21, avec l’élégie22, avec la pensée ionienne, celle des philosophes, des physiciens ou des médecins (J. Peigney), avec le théâtre athénien qui, à son tour, dialogue avec elle (B. Mezzadri, A. Iriarte), comme le feront Platon (P. Pontier), Xénophon, Plutarque, Lucien (M. Tamiolaki), puis, à la Renaissance, Henri Estienne et son lecteur Montaigne (P. Demont), et, tout près de nous, des auteurs aussi différents que Ryszard Kapuściński23 (M. Soulatges) et Claude Lévi-Strauss (B. Mezzadri, P. Payen)24. La variété des approches et des méthodes dont témoignent les différents essais réunis autour de ce thème commun relève d’une autre forme de dialogue, qui se joue au sein de la critique hérodotéenne elle-même.

13La première partie de l’ouvrage est consacrée à la dialectique de l’identité et de l’altérité telle que l’Enquête la construit, ainsi qu’aux interférences et aux mutations dont témoigne l’histoire des peuples.

  • 25 Vernant J.-P. « Le Dionysos masqué des Bacchantes d’Euripide » [1985], Vernant J.-P. et Vidal-Naque (...)

14À travers le cas de deux figures scythes, Anacharsis et Skylès, punis pour avoir voulu adopter des cultes étrangers (celui de la Grande Mère, celui de Dionysos), Bernard Mezzadri dégage une loi de portée générale – à laquelle C. Lévi-Strauss fait écho dans sa fameuse conférence de 1971 à l’Unesco (« Race et culture ») – qui touche à la part d’exclusion constitutive de l’identité de toute civilisation. La symétrie avec le cas grec dont témoignent les Bacchantes d’Euripide (où le roi Penthée est puni pour son refus d’accueillir dans sa Cité la part nécessaire d’altérité représentée par Dionysos25) conduit à une complexité supplémentaire. Malgré ses origines thébaines, Dionysos, incarne, au sein du panthéon grec, l’étrangeté. Pourquoi donc les Scythes d’Hérodote refusent-ils précisément ce dieu-là ? La réponse est peut-être que son adoption constituerait une sorte de cumul du négatif sous les espèces de l’autre, mais supposerait alors que le regard « englobant » de toute cette histoire soit un regard grec, qui ne peut « tolérer simultanément deux représentations de l’altérité (le Scythe et Dionysos) ».

15L’étude de Paul Demont, qui part de la lecture propre à Montaigne (Essais, I, 23) d’un fameux passage hérodotéen sur la souveraineté du nomos (III, 38), apporte, sur une question analogue, un précieux éclairage. L’allusion de Montaigne infléchit singulièrement le sens de la pensée d’Hérodote, en mettant l’accent sur la fragilité des coutumes humaines. Le passage hérodotéen ne conduit nullement à une profession de « relativisme culturel ». L’anecdote sur les rites funéraires, où Darius tient le rôle de l’enquêteur, insiste certes sur la variété des nomoi, mais marque aussi que le nomos fait loi et foi à l’intérieur d’une société donnée, qu’il est l’objet d’une croyance et d’une adhésion fortes, encore une fois constitutives d’identité. Le passage est par ailleurs étroitement lié à la question de la folie de Cambyse, qui bafoue à la fois les nomoi de son propre peuple et ceux de l’Égypte, qui est pourtant le pays par excellence du nomos.

  • 26 Voir Payen P., « L’historiographie grecque… », art. cit., p. 141.

16Mais les limites constitutives de l’identité d’un peuple ou d’une civilisation n’empêchent ni les interactions dans l’espace ni les continuités dans le temps, et l’on sait que, sur les deux plans, la réciprocité est l’une des lois fondamentales à l’œuvre dans l’Enquête26. À travers une série d’exemples, Jocelyne Peigney étudie la manière dont l’Enquête rend compte de l’histoire des peuples par de vastes « mouvements de déplacements, de contacts, d’échanges », au prix souvent d’une sorte d’acculturation réciproque (ainsi, les Géphyréens transmettent aux Grecs leur alphabet, mais adoptent leur langue). Par ailleurs, la construction hérodotéenne distingue soigneusement « un temps des origines » et « un temps des acquisitions et des adaptations », qui ne coïncident pas, sauf dans le cas des Scythes « pour qui origine et déplacements se confondent ». Les analyses sémantiques qui accompagnent la démonstration confirment la proximité d’Hérodote avec les modes de pensée propres aux cosmogonies ioniennes et aux traités médicaux de son temps.

  • 27 Axe important, on le sait, des études hérodotéennes : Payen P., « L’historiographie grecque… », ar (...)

17C’est aux différents régimes de conception et de construction du temps27 et à leur articulation qu’est consacrée l’étude de Claude Calame, qui confronte l’écriture autobiographique de Michael Somare (à trois reprises premier ministre de Papouasie-Nouvelle Guinée) et celle de l’historiographie hérodotéenne. Dans le cas de Somare, la mémoire individuelle de l’auteur et de sa famille s’enracine dans la mémoire collective de son peuple et dans les signes symboliques qui la garantissent : le récit généalogique se greffe sans heurt sur le récit de fondation. Cette démarche contraste avec les effets croissants de la mondialisation sur les représentations de soi constitutives d’identité des sociétés indigènes (le mal n’est pas tout récent : Claude Calame cite le cri des Immémoriaux de Segalen). La parenté est profonde avec le respect dont témoigne l’œuvre d’Hérodote à l’endroit des peuples qu’il décrit : pour reprendre le cas de l’Égypte, qui confronte les Grecs à un tout autre régime de temporalité, et plus précisément celui de la comparaison et des éventuelles filiations entre dieux égyptiens et dieux grecs, l’historien, tout en tissant un lien génétique entre les deux cultures, préserve la spécificité de chacune des deux constructions temporelles.

18Dans la suite logique de la première, la deuxième partie de ce volume s’intéresse aux formes de communication et de connaissance mises en scène au sein de l’Enquête, mais aussi à l’usage de ses lecteurs.

  • 28 Hérodote, V, 92 (l’apologue des épis de blé et le message bien entendu de Thrasybule à Périandre).

19Partant de la réflexion de Victor Klemperer sur la langue du Troisième Reich, Ana Iriarte montre comment le despote hérodotéen, tandis qu’il intime silence à son peuple, assoit son pouvoir sur l’usage d’un langage à la fois codé et énigmatique28. Mais le lien apparaît alors avec certains aspects ambivalents de la parole féminine, que l’Enquête met également en scène, sur fond d’étroit dialogue avec l’univers tragique, et même d’influence directe – celle des Perses d’Eschyle – dans le cas d’Atossa, la mère de Xerxès. D’autres figures de femmes de pouvoir sont évoquées ici : les mères vengeresses que furent Tomyris et Phérétimé ; Artémise d’Halicarnasse, conseillère à la fois prévoyante et sibylline de Xerxès ; et, pour rejoindre les analyses de Klemperer sur cette forme de « rhétorique muette » chère au pouvoir que représente le goût des monuments, les reines bâtisseuses que furent l’Égyptienne Nitocris et les Babyloniennes Sémiramis et Nitocris.

  • 29 Hérodote, I, 8-12.

20C’est à la « dramaturgie du regard » mise en scène par l’histoire de Gygès29 qu’est consacrée la réflexion de Pierre Pontier. L’étude de cet épisode célèbre et l’analyse sémantique des différents termes de vision employés conduisent à distinguer entre un bon usage du regard, qui invite à « surveiller ses propres affaires » (skopeein tina ta heôutou) et le caractère transgressif d’un voyeurisme qui empiète sur un espace ou un objets interdits. La réécriture platonicienne de l’épisode dans la République (II, 359b-360d) et l’écho à la formule hérodotéenne constitué par la définition de la justice comme « le fait de s’occuper de ses propres affaires » (to ta hautou prattein) (République, IV, 433a, 433b) déplacent les enjeux : la vision, qui vient des sens, doit céder le pas à la contemplation purement intellectuelle, seule source de vérité. À cet égard, la variante de l’anneau, qui est une innovation platonicienne, est éloquente : « Face à la descente du futur tyran dans le gouffre et à sa remontée avec l’anneau d’invisibilité, Platon propose d’abord la sortie de la caverne pour le futur philosophe, puis son retour après qu’il a contemplé l’idée du bien. »

21Les formes de communication entre l’historien et son auditoire, et les moyens qu’il y emploie sont l’un des aspects de la réflexion conduite par Typhaine Haziza sur le rôle des anecdotes dans l’Enquête, et, plus particulièrement, sur le livre ii, fort riche à cet égard. L’intérêt que leur porte la critique est récent et nullement contradictoire avec le souci de prendre en compte la cohérence d’ensemble de l’œuvre, dont elles constituent des « rouages essentiels ». L’anecdote est d’abord, à l’évidence, l’une des sources majeures du plaisir propre au récit : elle met l’accent sur l’inattendu et pique la curiosité. Plus fondamentalement, elle est partie prenante de la polyphonie de l’œuvre dans la mesure où elle se présente souvent comme une parole laissée à d’autres voix (parfois dissonantes) que celle de l’historien lui-même ou de la tradition la plus courante. Enfin, elle se veut par nature porteuse de vérité et, par là même, contribue à dessiner la conception singulière de l’histoire selon Hérodote, pour qui la recherche du vrai, comme on l’a déjà souligné, n’est pas incompatible avec des procédés que l’on dirait aujourd’hui fictionnels.

22Cette question de la vérité dans sa relation au récit fait plus largement l’objet des études réunies dans la troisième partie.

23Elle surgit dès l’Antiquité, comme le montre l’essai de Melina Tamiolaki sur la réception d’Hérodote dans l’Histoire Vraie de Lucien. La critique de Lucien porte sur le goût du merveilleux et de l’exotique (le thôma), au prix d’un effacement des réserves et des distances pourtant fréquentes chez Hérodote, qui tient à rapporter même les versions sur lesquelles il demeure sceptique ; elle porte également sur la méthode et les principes de l’analyse historique (par exemple sur le rôle de la jalousie comme moteur des comportements humains). L’essentiel est que l’œuvre de Lucien témoigne d’une conception stricte et rigide de la vérité, alors qu’il s’agit, chez Hérodote, d’un « concept flou », qui s’accommode d’une pluralité de régimes.

  • 30 Cicéron, Traité des lois, I, 1, 5.

24Aussi n’est-ce pas un hasard si les deux dernières études de ce recueil sont consacrées à deux aspects de la descendance du pater historiae30 qui l’éloignent paradoxalement de la confrérie des historiens.

25Magali Soulatges souligne à quel point la démarche de Ryszard Kapuściński se voulut proche de celle d’Hérodote, dont la lecture l’accompagna pendant ses voyages. Par-delà l’écart chronologique et générique, l’Enquête offre au reporter d’aujourd’hui le modèle même d’une relation à l’autre qui tient la juste mesure entre une distance excessive et une immersion totale, également trompeuses. L’auteur du Shah décèle déjà chez son lointain prédécesseur la volonté de comprendre ce qui relève parfois de l’inconcevable, notamment la folie et la démesure du pouvoir. Il partage sa prédilection pour le détail révélateur ou l’image frappante, qui fonctionnent comme des signes à interpréter, révélateurs de la complexité d’un trait social ou d’un mode de pensée. Il revendique sa méthode même d’écriture, qui conserve la diversité des points de vue rencontrés et l’aspect fragmentaire du réel parcouru. Il n’est pas jusqu’au mode hérodotéen de fonctionnement de l’analogie, dans lequel « l’Autre est rapatrié du champ de son Altérité dans celui de la “différence significative” », dont il n’hérite lorsqu’il reconnaît que c’est sans doute sa « polonité » qui l’a rendu particulièrement sensible au poids du phénomène religieux en Iran.

26Revenant notamment sur le double hommage rendu par Claude Lévi-Strauss à Hérodote et à Jean-Pierre Vernant (« Hérodote en mer de Chine » [1987], repris dans le recueil posthume intitulé L’Autre face de la Lune), Pascal Payen analyse la relation étroite que l’auteur des Mythologiques a entretenue avec la tradition classique en général et avec l’Enquête en particulier. Cette relation se fonde essentiellement sur une série de questions posées par l’entreprise hérodotéenne et toujours valables pour l’ethnologie, notamment dans son dialogue avec les débats actuels de la science historique : celle de la transcription par l’écriture du voyage lui-même et de la constitution d’un savoir à partir d’une expérience ; celle de l’identité des peuples étudiés et de l’effet sur sa propre identité du détour par l’autre ; celle de la valeur heuristique de l’analogie et des éventuels invariants d’une époque à l’autre, d’une civilisation à une autre. Elle conforte aussi la validité et la fécondité du détour par les Anciens, comme le montre le souvenir éclairant de la légende des fils de Crésus, qui vient à l’esprit de l’ethnologue à l’audition d’un chant traditionnel des îles Ryūkyū, tandis qu’il se trouve placé dans des conditions analogues à celles que connut sans doute Hérodote au sein de peuples dont il ignorait la langue et les coutumes.

  • 31 C’est notamment pourquoi nous avons laissé coexister, selon le choix de chaque auteur, la double t (...)
  • 32 Je tiens à remercier très chaleureusement les auteurs qui ont accepté de contribuer à la confectio (...)

27Une continuité se dessine donc entre les différentes études rassemblées ici et les mêmes grands questionnements les parcourent, mais elles témoignent aussi, on le verra, d’une grande variété d’approches et de méthodes. Cette continuité et cette variété assumée sont à l’image même de la poikilia hérodotéenne à laquelle elles rendent hommage31. Il revient maintenant au lecteur de joindre la sienne à cette pluralité de voix et de nouer son propre entretien non seulement avec Hérodote, mais aussi avec tous ceux qui ont déjà dialogué avec lui32.

Notes

1 Voir Payen P., « L’historiographie grecque : VIe-IIIe siècles avant J.-C. État des recherches 1987-2002 », Pallas, no 63, 2003, p. 129-141. Pour ne citer que quelques travaux en langue française (dont certains auteurs ont bien voulu accepter de collaborer à ce volume), voir Hartog F., Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre [1980], nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2001 ; Darbo-Peschanski C., Le Discours du particulier. Essai sur l’Enquête hérodotéenne, Paris, Le Seuil, coll. « Des Travaux », 1987 (voir aussi, plus récemment, L’Historia. Commencements grecs, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 2007) ; Payen P., Les Îles nomades. Conquérir et résister dans l’Enquête d’Hérodote, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997 ; Haziza T., Le Kaléidoscope hérodotéen. Images, imaginaire et représentations de l’Égypte à travers le livre II d’Hérodote, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Études anciennes », 2009. Il faudrait, bien sûr, ajouter à ces monographies un certain nombre de volumes collectifs (Nenci G. et Reverdin O. [éd.], Hérodote et les peuples non grecs, Neuf exposés suivis de discussions, Entretiens sur l’Antiquité classique, t. XXXV, Fondation Hardt, Vandoeuvres-Genève, 1990 ; Hartog F. et Casevitz M., L’Histoire d’Homère à Augustin. Préfaces des historiens et textes sur l’histoire, Paris, Le Seuil, coll. « Points Essais », 1999 ; Mezzadri B. [éd.], Historiens de l’Antiquité, Europe, 2008) ou d’instruments de travail récemment parus (Bakker E. J., de Jong I.J.F., van Wees H. [éd.], Brill’s Companion to Herodotus, Leiden-Boston-Köln, Brill, 2002 ; Dewald C. et Marincola J. [éd.], The Cambridge Companion to Herodotus, Cambridge, Cambridge University Press, 2006 ; Lloyd A.B., Herodotus, Book II, Leiden-Boston-Köln, Brill, 1975-1988, 3 vol. ; Asheri D. et alii [éd.], Erodoto. Le Storie, Milano, Fondazione Lorenzo Valla, A. Mondadori, 1988-2006, 8 vol. ; Asheri D., Lloyd A.B. et Corcella A., A Commentary on Herodotus. Books I-IV, tr. angl. Murray O., Moreno A. [éd.], Oxford, Oxford University Press, 2007).

2 Hartog F., op. cit., p. 332-333, à propos d’Hérodote II, 35. Cf. Demont P., Hérodote, Histoires, Textes choisis et annotés par P. Demont, Préface de J. de Romilly, Traduction de P. Giguet, revue par P. Demont, Paris, Le Livre de Poche, 1987, p. 198.

3 Voir la question, si révélatrice, des coutumes funéraires (consumer ses parents morts, comme le font les Grecs, ou les consommer, comme le font les Indiens Callaties) dans le passage commenté ici même par Paul Demont (Hérodote, III, 38).

4 Voir, par exemple, Hérodote, II, 123 et VII, 152.

5 Voir Payen P., « L’historiographie grecque… », art. cit., p. 141 : « La thèse d’un Hérodote jamais pris en défaut n’est que l’envers de celle d’un Hérodote toujours menteur. » Voir, ici même, les études de T. Haziza et de M. Tamiolaki.

6 Là-dessus, voir Veyne P., préface à Darbo-Peschanski C., Le Discours du particulier…, p. 9-10.

7 Voir Demont P., « Secours et vengeance : note sur τιμρίη chez Hérodote », Ktèma, no 20, 1995, p. 37-45.

8 Voir notamment Payen P., Les Revers de la guerre en Grèce ancienne, Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 2012, p. 281-284.

9 Payen P., Les Îles nomades…, op. cit., p. 48.

10 Payen P., ibid., p. 43-49, 95-99. Voir aussi, du même auteur, « Rhétorique, narration, histoire. Discours historique et structures narratives chez Hérodote », Annales ESC, mai-juin 1990, no 3, p. 527-550, « Logos, muthos, ainos : de l’intrigue chez Hérodote », Quaderni di storia, no 39, gennaio/giugno 1994, p. 43-77, « Historia et intrigue dans l’Enquête d’Hérodote », novembre 2006, http://www.vox-poetica.com/t/payen.html, et, tout récemment, Les Revers de la guerre en Grèce ancienne, op. cit., p. 281-282.

11 Je cite la pagination de l’édition française la plus récente (Paris, Pocket, 2010, p. 128-132).

12 Demont P., « Figures de l’enquête dans les Enquêtes d’Hérodote », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Classe di Lettere e Filosofia, serie IV, vol. VII, 2, 2002, 261-286 (version anglaise revue: « Figures of Inquiry in Herodotus’s Inquiries », Mnemosyne, 2009, 62, 2, p. 179-205).

13 Hérodote, II, 2.

14 Voir notamment la reprise, à propos des deux enquêteurs, de la même expression (II, 2, êthelêse eidenai : le pharaon ; II, 3, ethelôn eidenai : l’historien).

15 Hérodote, II, 32-34. Voir Demont P., « Figures of Inquiry in Herodotus’s Inquiries », p. 196, n. 46.

16 Les jeunes gens, partis des côtes habitées, traversent une zone peuplée de bêtes sauvages, puis un désert (erêmos) au-delà duquel ils rencontrent enfin les petits hommes limitrophes du Nil. Sur ces trois zones, sur ce type de désert (erêmos) où s’arrête le savoir direct de l’historien (voir, ici même, II, 31), où se perdent les conquérants, mais qui, « pour celui qui accepte de le traverser sans hostilité », peut ouvrir sur une vie inconnue, voir Payen P., Les Îles nomades…, op. cit., p. 305-308. Le contexte initiatique peut expliquer une apparente inconséquence du texte : les jeunes Nasamons, à leur départ, sont qualifiés de « téméraires » (II, 32 : hubristas), mais, à la fin de l’épisode, ils rentrent indemnes chez eux (II, 33) ; cette hubris-là n’est pas celle des conquérants. Sur l’opposition entre la figure des Nasamons et celle du conquérant (Cambyse, en l’occurrence), voir Payen P., ibid., p. 307-310.

17 Là-dessus, Voir Hartog F., Le Miroir d’Hérodote, op. cit., p. 354-355.

18 Hérodote, II, 32 (tautên de diexelthontas… tên erêmon diexienai… dixelthontas de khôron pollon… kai diexelthontas tauta…).

19 Hérodote, II, 34 (ep’hoson makrotaton historeonta ên exikesthai). La quête des Nasamons non seulement supplée celle de l’historien (voir l’articulation entre II, 31 et II, 32 : Alla tade men êkousa), mais elle en est la projection dans le récit, au rebours de la folie conquérante d’un Cambyse, contre laquelle se dresse l’immense logos égyptien.

20 Mais pourquoi reprocherait-on à l’œuvre Hérodote la force proprement poétique d’une historiographie qui recrée son objet à mesure même qu’elle l’explore, alors qu’on en crédite, par exemple, celle de Michelet ? Sur le témoignage d’Hérodote à propos de l’Égypte, voir Haziza T., op. cit.

21 Voir notamment Calame C., Le Récit en Grèce ancienne, Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 2000, p. 111-137.

22 Voir, par exemple, Delattre C., Le Cycle de l’anneau. De Minos à Tolkien, Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent », p. 134-137 (sur Solon).

23 Parmi les écrivains voyageurs contemporains, on citera aussi, bien sûr, J. Lacarrière (En cheminant avec Hérodote [1981], suivi de Les plus anciens voyages du monde, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 2011). Toujours au prix d’un anachronisme délibéré, on pourrait également rapprocher de l’entreprise d’Hérodote la quête de B. Chatwin, « cet autre grand rhapsode moderne de l’Altérité », comme l’écrit M. Soulatges à la fin de son étude sur Kapuściński : il est d’ailleurs frappant de constater au passage que, dans le contexte de cette quête, une œuvre comme On the Black Hill (London, J. Cape, 1982 = Les Jumeaux de Black Hill, tr. de G. et M. Scali, Paris, Grasset, 1984), tout entière vouée à la peinture d’un univers clos où règnent la gémellité, la sédentarité, le cumul du même et le refus du temps, constitue un frappant repoussoir et révèle peut-être ce contre quoi se sont construites toutes les autres.

24 L’étude de C. Calame sur Hérodote et M. Somare ne prend pas acte d’une influence ou d’une référence, mais d’une homologie tout aussi fascinante dans la construction et l’ajointement de temporalités hétérogènes.

25 Vernant J.-P. « Le Dionysos masqué des Bacchantes d’Euripide » [1985], Vernant J.-P. et Vidal-Naquet P., La Grèce ancienne 3. Rites de passage et transgressions, Paris, Le Seuil, coll. « Points Essais », p. 254-287.

26 Voir Payen P., « L’historiographie grecque… », art. cit., p. 141.

27 Axe important, on le sait, des études hérodotéennes : Payen P., « L’historiographie grecque… », art. cit., p. 140.

28 Hérodote, V, 92 (l’apologue des épis de blé et le message bien entendu de Thrasybule à Périandre).

29 Hérodote, I, 8-12.

30 Cicéron, Traité des lois, I, 1, 5.

31 C’est notamment pourquoi nous avons laissé coexister, selon le choix de chaque auteur, la double traduction du titre Historiê (l’Enquête ou les Histoires). Pour les revues, les abréviations sont celles de L’Année philologique.

32 Je tiens à remercier très chaleureusement les auteurs qui ont accepté de contribuer à la confection de ce volume, Pierre Corbel et Francis Prost, qui ont bien voulu l’accueillir dans la série « Histoire ancienne » des PUR, Jean-Pierre Montier, qui lui a procuré le soutien financier du Cellam, Jocelyne Peigney, qui m’a fait l’amitié de relire cet avant-propos ainsi que la conclusion, et Benoit Gromellon, qui a assuré la mise en pages de l’ouvrage.

Auteur

Professeur de langue et de littératures grecques à l’université Rennes 2 et membre du Cellam. Il a notamment publié : Le liège et le filet. Filiation et lien familial dans la tragédie athénienne du Ve siècle av. J.-C., Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 1995 ; Lectures tragiques d’Homère, Paris, Belin, coll. « L’Antiquité au présent », 2007 ; Origine et horizon tragiques, Paris, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Intempestives », 2007 ; Les Phéniciennes d’Euripide. La famille d’Œdipe entre mythe et politique (éd.), Belin, coll. « Belin-Sup », 2007. Derniers travaux parus : « La Grèce des marges et des passages. Hommage à Pierre Vidal-Naquet », Chr. Abry, F. Létoublon, Ph. Hameau (éd.), Les Rites de passage. De la Grèce d’Homère à notre XXIe siècle, Grenoble, Musée Dauphinois, coll. « Le Monde alpin et rhodanien », 2011, p. 11-23 ; « Philia et lien familial : l’exemple de l’Éginétique d’Isocrate », J. Peigney (éd.), Amis et ennemis en Grèce ancienne, Paris-Bordeaux, Ausonius, coll. « Scripta Antiqua », 2011, p. 179-191.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search