Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le CAP : un diplôme du peuple

 | 
Moreau Gilles
, 
Fabienne Maillard
, 
Guy Brucy

Troisième partie. Le cap et son public

Le CAP, quel genre de diplôme ?

Gilles Moreau

Texte intégral

  • 1 Maruani M., Mais qui a peur du travail des femmes ? Paris, Syros, 1995, p. 40.
  • 2 À l’instar par exemple de la campagne « C’est technique, c’est pour elles », initiée par le minist (...)

1Les métiers ont un sexe. Le constat est commun et ne donne plus guère lieu à commentaires, sauf peut-être à l’occasion de l’institutionnelle « journée de la femme » organisée annuellement au printemps. À l’image du marché du travail, les diplômes préparés en lycées professionnels (LP) ou en centres de formation d’apprentis (CFA) n’échappent pas à cet « apartheid »1. Pourtant, depuis les années 1980, des campagnes de « sensibilisation » et de « communication » cherchent à promouvoir plus de mixité dans la formation professionnelle2.

  • 3 Comme les violences faites aux femmes ou la division du travail domestique, si l’on en croit les e (...)
  • 4 Ce chapitre prend appui sur le traitement secondaire, d’une part des données statistiques du minis (...)

2En raison de sa longévité, le CAP offre un bon observatoire des éventuelles transformations qui ont pu s’opérer dans la répartition des filles et des garçons entre ses différentes spécialités. Au final, le bilan est globalement négatif : le plus ancien des diplômes professionnels n’est pas le plus avant-gardiste en matière de mixité et d’égalité, et, si les interdits qui pesaient sur l’accès du « deuxième sexe » à certaines formations professionnelles sont désormais levés, les mobilisations féministes sont loin d’avoir inversé la tendance, comme d’ailleurs dans bien d’autres domaines3. Le CAP a, il faut bien le reconnaître, du genre4.

Les sous-sols de l’histoire

  • 5 Pour 27 000 étudiants. Cf. Baudelot C. et Establet R., Allez les filles !, Paris, Le Seuil, 1992, (...)
  • 6 Cabanel P., « Le certificat d’études et le génie de l’école républicaine », M. Millet et G. Moreau (...)
  • 7 Mosconi N., La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblable ?, Paris, Presses univers (...)
  • 8 Prost A., L’enseignement en France, Paris, Armand Colin, 1968, p. 103.

3L’enseignement ne peut pas s’enorgueillir d’avoir rapidement ouvert ses portes aux jeunes filles : en 1900, la France ne comptait que 624 étudiantes5 et il faudra attendre l’entre-deux-guerres pour voir s’équilibrer le nombre de candidats et de candidates au certificat d’études primaires6. Il est vrai que jusqu’à la moitié du XIXe, la société estime que les filles n’ont pas besoin d’être instruites : « Ce qui [leur] est nécessaire, ce n’est pas l’instruction, mais l’éducation7. » En effet, « les jeunes filles, pensent les français [d’alors], ne sont nulle part mieux qu’auprès de leur mère. Destinées au foyer, elles n’ont besoin que d’apprendre les soins du ménage et l’école est pour elles un luxe inutile et dangereux8 ».

  • 9 Guédez A., Apprentissage et compagnonnage, Paris, Presses universitaires de France, 1994, p. 118. (...)
  • 10 Cocula A.-M., « Contrats d’apprentissage du XVIIIe siècle : quelques enseignements d’une moisson a (...)
  • 11 Cf. Pelpel P. et Troger V., Histoire de l’enseignement technique, op. cit.
  • 12 Pour reprendre le titre éponyme de l’ouvrage de S. Schweitzer, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • 13 Burdy J.-P., Dubesset M. et Zancarini M., « Notes, travaux et métiers de femmes dans une ville ind (...)
  • 14 Charlot B. et Figeat M., Histoire de la formation des ouvriers, 1789-1964, op. cit., p. 212.

4Dans un tel contexte, rien d’étonnant à ce que la formation professionnelle initiale soit un bon camarade de cordée de l’enseignement général et que les prémices de la formation professionnelle des ouvriers et des employés soient marqués du sceau « des garçons d’abord ». Au temps des corporations, la femme était exclue de l’apprentissage, car considérée comme « profane9 ». Les historiens ont néanmoins trouvé quelques cas « d’apprentisses » couturières ou tailleuses et Steven L. Kaplan signale l’utilisation des contrats d’allouage, sorte d’apprentissage parallèle, qui permettent à quelques jeunes filles d’accéder à des métiers conventionnellement masculins10. Dans l’enseignement technique et professionnel qui émerge peu à peu au XIXe siècle11, les verrous de l’accès des filles à la formation sautent très lentement : les réticences exprimées face à la scolarisation des filles incluent en filigrane une opposition à leur professionnalisation et à leur accès à la qualification. Pour comprendre ces résistances, il faut garder à l’esprit la situation du travail féminin à l’époque. En effet, si « les femmes ont toujours travaillé12 », leur activité est souvent à domicile et « n’est presque jamais reconnue explicitement comme travail tant [elle] paraît intégrée aux tâches ménagères dont [elle] est en quelque sorte le prolongement à peine payé13 ». Lorsqu’il n’est pas travail à domicile, l’emploi féminin est considéré comme non-qualifié : « Savoir coudre n’est pas une compétence ouvrière, mais une qualité ménagère14. » Il existe néanmoins au XIXe siècle quelques initiatives qui proposent l’apprentissage d’un métier aux jeunes filles, à l’instar des écoles ouvertes sous l’impulsion de la Société pour l’enseignement professionnel des femmes créée en 1862 par Élisa Lemonier. Mais l’essor des écoles techniques respecte le primat du masculin : au début du XXe siècle encore, les écoles d’apprentis sont presque exclusivement réservées aux garçons, les écoles pratiques de commerce et d’industrie (EPCI) accueillent en 1911 80 % de garçons et les sections professionnelles des écoles primaires supérieures (EPS) 70 %. Quant aux écoles nationales professionnelles (ENP), elles ignorent l’existence des filles jusqu’en 1928, année où s’ouvre la première ENP de filles, à Bourges.

  • 15 Pelpel P. et Troger V., Histoire de l’enseignement technique, op. cit., p. 61.
  • 16 Baudelot C. et Establet R., Allez les filles !, op. cit., p. 9.

5Au regard de cette situation, la loi Astier, qui transforme le certificat de capacité professionnelle (CCP) en certificat d’aptitude professionnelle (CAP), fait figure d’exception voire d’innovation. Son titre V, qui institue l’obligation de cours professionnels gratuits, s’adresse à « tous les jeunes gens et jeunes filles âgés de moins de dix-huit ans, qui sont employés dans le commerce et l’industrie, soit en vertu d’un contrat écrit d’apprentissage, soit sans contrat15 ». L’exigence de formation professionnelle s’adresse désormais aux deux sexes. Sans faire de la loi Astier une loi féministe, force est de constater que la création du CAP est une pierre sur le chemin qui fera que « chaque mois du XXe siècle a compté autant pour la formation des femmes que tous les siècles réunis depuis l’an mil16 ».

  • 17 Moreau G., « La mixité dans l’enseignement professionnel », Revue française de pédagogie, no 110, (...)
  • 18 Brucy G., Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel (1880-1965), op. cit. (...)
  • 19 Mezonnat L., Bujoc N. et Dussard A., Économie familiale et sociale : CAP, nouveaux programmes, Par (...)
  • 20 Fritch P. et Joseph I., « Disciplines à domicile », Recherche, no 28, 1977, p. 1-347.
  • 21 On trouvera le détail de cette analyse dans Moreau G., Filles et garçons au LEP. Les identités fém (...)

6Le CAP devient-il pour autant également accessible aux filles comme aux garçons ? En principe oui, mais la réalité est plus sévère. La force des stéréotypes de sexe constituera un frein puissant à l’accès indifférencié des filles et des garçons aux CAP ; les contenus et les savoirs enseignés aussi. Longtemps en effet, la scolarisation des filles a été conditionnée à l’ajout d’un « appendice ménager17 ». Le CAP n’y échappera pas. En 1949 encore, l’article 1er de la loi du 21 février relative au statut des nouveaux centres d’apprentissage (CA) dispose que la formation au CAP qui y est dispensée « comprend l’enseignement technique, théorique et pratique d’une profession déterminée et un enseignement général comportant la formation physique, intellectuelle, morale, civique et sociale des jeunes gens complétée, pour les jeunes filles, par une formation ménagère ». L’emploi du temps type des sections industrielles appliqué en 1957 dans les CA, en conserve toujours la trace : en plus, pour les filles, trois heures de travaux ménagers hebdomadaires pendant les trois années de formation ; en moins, deux heures de technologie ou d’atelier par semaine, et suivant les années, une heure d’éducation artistique, de français et de calcul/géométrie qui disparaissent. Sur la base de 32 semaines scolaires par année, ce sont 288 heures d’enseignement qui sont détournées vers l’enseignement ménager dont 192 au détriment de la formation professionnelle proprement dite (atelier ou technologie). L’examen lui-même est affecté par ce biais. Guy Brucy rappelle ainsi que le règlement du 21 octobre 1953 des épreuves obligatoires aux CAP industriels prévoit « une épreuve orale d’éducation ménagère et de puériculture [...] pour les jeunes filles18 ». La transformation des centres d’apprentissage en collèges d’enseignement technique (CET) dans les années 1960 mettra fin à cette discrimination de sexe avec la mise en place de cours d’éducation familiale et sociale (EFS) destinés aux filles comme aux garçons. Une victoire relative : la lecture attentive d’un manuel d’EFS destiné aux CAP (nouveaux programmes de 1981)19 montre en effet à quel point l’égalité de contenu, désormais reconnue, camoufle un système de représentation du masculin et du féminin encore bien vivace. Aux conseils volontiers moralistes des chapitres consacrés à l’hygiène, aux exercices physiques et au groupe familial, dignes des « disciplines à domicile20 » du XIXe siècle, s’ajoutent des exemples et des illustrations qui entretiennent l’inégalité des rapports sociaux de sexe : « la femme gère le budget », le travail à temps partiel lui permet de « concilier les tâches ménagères et le travail à l’extérieur » et dans le budget familial, le salaire de monsieur dépasse de 700 francs celui de madame. Les illustrations proposées dans ce manuel vont dans le même sens : celle relative au « travail extérieur » montre le mari en bleu de travail un marteau à la main quand son épouse est devant une machine à écrire ; celle rattachée aux « tâches ménagères » représente un homme sur une échelle, toujours un marteau à la main, tandis que la femme est devant une cuisinière, munie d’une casserole, et se retrouve un peu plus loin tenant cette fois-ci une assiette et un torchon quand l’homme est assis dans un fauteuil et lit son journal, etc.21.

  • 22 Respectivement chap. 7 et 9.
  • 23 Le principe de la mixité générale de l’enseignement primaire n’est arrêté en France qu’en 1969 et (...)
  • 24 L’expression « mixité locale » pourrait faire penser à une territorialisation de la mixité et donc (...)

7Sans préjuger bien sûr des effets sociaux des ces programmes et manuels, dans une société qui de toute façon véhiculait largement ces représentations, force est de constater que le destin social des filles et des garçons dans les formations conduisant au CAP a été longtemps différencié et marqué par une inégalité face à la professionnalisation. « Généreuse » en termes d’égalité entre les filles et les garçons, la loi Astier a dû composer avec son temps, et, si le CAP a fini par être formellement identique dans ses contenus et ses programmes, quel que soit le sexe des candidats, il n’en a pas moins fortement gardé des stigmates genrés. Ainsi, il est souvent agrégé à la figure de l’ouvrier ou présenté comme le premier diplôme de la qualification ouvrière et donc, corrélativement, associé au masculin. Pourtant, très tôt, il a aussi formé des ouvrières ou préparé à des métiers d’employées, comme le rappellent fort justement dans cet ouvrage Nicolas Divert pour la couture et Marianne Thivend pour les emplois de bureau22. L’erreur de perspective tient sans doute au fait que les institutions où l’on préparait ce diplôme ont longtemps été non mixtes, parce que leur offre de formation était composée de spécialités qui regroupaient surtout des garçons ou essentiellement des filles, à l’image de la division du travail en vigueur dans la société. Ainsi en 1958, seuls 13,8 % des centres d’apprentissage sont mixtes, 30 % n’accueillent que des filles et le reste, la majorité, que des garçons23. Cette occultation des filles dans les représentations de la formation professionnelle et de l’accès au CAP impose de distinguer plusieurs niveaux de mixité, à savoir le niveau d’ensemble, appelé ici mixité globale, et celui des spécialités, désigné comme mixité locale24.

Mixité globale

  • 25 Desrosières A., La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, op. cit., et L (...)

8La lente construction de la raison statistique et la fiabilité relative des données scolaires au moins jusqu’au mitan du XXe siècle25 rendent difficile le dénombrement et, a fortiori, l’observation de la répartition des filles et des garçons parmi les candidats ou les reçus au CAP. Ce n’est qu’à partir des années 1950 que la mesure du nombre de CAP délivrés gagne en précision. Le service statistique du ministère de l’Éducation nationale propose en effet à partir de 1953 une recension annuelle systématique des données scolaires, en harmonie avec l’esprit de planification et l’essor de grands organismes de production statistique (INSEE, INED) qui prévalent alors. Néanmoins la différenciation des données par sexe sera plus tardive : il faudra attendre 1964 pour que la répartition par genre des présentés et reçus au CAP soit systématiquement connue.

Sources : ministère de l’Éducation nationale. Les interruptions de lignes ou de pointillés correspondent à des donnés manquantes ou incomplètes.
Graphique 1. – Taux de féminisation des présentés et des reçus au CAP dans la seconde moitié du XXe siècle.

  • 26 Respectivement 39,2 %, 39,1 % et 39,3 %.
  • 27 Cf. Baudelot C. et Establet R., Allez les filles !, op. cit.

9Les résultats (graphique 1) montrent deux grandes stabilités. La première confirme que le CAP est plutôt masculin : qu’il s’agisse des présentés ou des reçus, le taux féminin est toujours inférieur à la moyenne. La seconde relativise ce premier constat et indique que, contrairement à une idée trop répandue, le CAP est aussi un diplôme féminin, puisque sur la longue durée, des années 1960 aux années 1990 tout au moins, la part des filles parmi les aspirants et les reçus au CAP est rarement inférieure à 40 % et oscille entre ce seuil et 45 %. En 1964, les filles représentent 42 % des candidats au CAP, une proportion relativement stable jusqu’au début des années 1980, où s’observe une légère amélioration (42,5 % en 1992). Celle-ci fait suite à une petite dépression, qui entre 1977 et 1979 a fait décroître la part des filles parmi les présentés au CAP aux alentours de 39 %26. La proportion des jeunes filles est à peu près la même parmi les présentés et les reçus, mais un écart commence à se creuser au milieu des années 1970 et surtout dans les années 1980 où la part des jeunes filles reçues atteint un maximum de 45 % en 1985. Pendant cette période, et même après, les résultats indiquent un plus grand succès des filles que des garçons au CAP, lesquels ont corrélativement une proportion de reçus inférieure à celle des présentés. Même en CAP, la meilleure réussite des filles27 se vérifie. Elle peut aussi s’expliquer par la pratique que développe alors le ministère de l’Éducation nationale de « jumelage » du BEP et du CAP, qui autorise les élèves préparant le premier à se présenter aux épreuves du second. Or, les BEP du secteur tertiaire représentant des flux plus importants que ceux de l’industrie, les candidats au CAP inscrits en BEP, qui sont d’un meilleur niveau scolaire de par leur orientation en BEP, sont surtout des jeunes filles.

  • 28 Cf. Maillard F., « Politique éducative et diplômes professionnels : le CAP entre déclin et relance (...)
  • 29 Maillard F., « Politique éducative et diplômes professionnels : le CAP entre déclin et relance », (...)
  • 30 Cf. Moreau G., Le monde apprenti, op. cit.

10Une rupture assez brutale s’observe en 1996. La part des filles parmi les candidats et les reçus au CAP chute soudainement et se stabilise ensuite à 36 %. De plutôt masculin mais néanmoins largement ouvert aux filles, le CAP devient un diplôme aux deux tiers réservé aux garçons. Cette cassure, contraire à la promotion de la mixité et de l’égalité entre les sexes voulue par la société, n’est pas le fruit du hasard. Elle correspond aux transformations des politiques éducatives qui s’opèrent dans ces années-là et qui vont, sans qu’elles en aient explicitement la finalité, écarter les jeunes filles du CAP. Plusieurs facteurs y contribuent. Le premier renvoie à la politique de « refondation » du CAP, décrite par Fabienne Maillard28. Depuis la création du baccalauréat en 1985, l’accès au CAP par la voie scolaire était maintenu un peu artificiellement par l’Éducation nationale, en diminuant les formations qui préparaient spécifiquement à ce diplôme tout en favorisant l’obtention « jumelée » du CAP et du BEP par les élèves inscrits dans ces dernières formations. Ainsi en 1991, alors qu’il n’y a plus que 142 000 élèves inscrits dans des sections scolaires conduisant au CAP exclusivement, l’Éducation nationale présente 248 000 candidats issus de ses rangs. L’association du BEP et du CAP va néanmoins porter ombrage à ce dernier : elle affiche son infériorité. Cette politique est « l’expression d’un projet, jamais officiellement exprimé, d’éviction passive du CAP hors des lycées professionnels29 », laquelle s’articule avec une déconsidération « externe » de ce diplôme en termes d’insertion sur le marché du travail. Ce dernier élément est le second facteur qui contribuera à la rupture observée dans les années 1990. Les CAP du secteur tertiaire sont en effet largement touchés par le discrédit du fait de la montée en puissance des autres diplômes, BEP, baccalauréat professionnel, mais aussi BTS, dans le recrutement des employés de bureau et de service. Or, qui dit tertiaire dit plutôt féminin et donc CAP accueillant majoritairement des jeunes filles. Enfin, et ce troisième facteur est en partie corrélatif au premier, les années 1990 sont aussi celles de la relance, en France, de l’apprentissage en entreprise, suite à la réforme Séguin de 1987. C’est à cette période que s’entame une inversion des voies d’accès au CAP, jusque là dominées à plus de 70 % par l’école. La part des apprentis reçus au CAP en entreprise commence alors une lente remontée dans l’attribution des CAP, passant de 19,7 % des reçus en 1995 à 30,1 % l’année suivante. L’apprentissage rassemblera 42,2 % des admis en 2004, première année où il devance l’école (36 %), établissant ainsi sa suprématie sur le CAP alors que celui-ci est en déclin : près de 300 000 CAP étaient délivrés annuellement dans les années 1980, mais ce nombre passe sous la barre des 200 000 dix ans plus tard et atteint son étiage historique en 2006 (128 070), au moment où l’apprentissage vient d’en prendre les commandes. Or, les CAP préparés par apprentissage n’ont pas le même profil que ceux proposés par les lycées professionnels. Les premiers sont beaucoup plus fréquemment liés aux métiers de l’artisanat, du bâtiment ou de l’industrie, quand les seconds intégraient plus fortement le secteur tertiaire. Ce qui a fait de l’apprentissage en entreprise un domaine beaucoup plus masculin que les voies scolaires30. Le renforcement progressif de l’accès au CAP par l’apprentissage salarié consolide considérablement cette tendance au détriment des filles.

Mixité locale

11Si, globalement, dans la seconde moitié du XXe siècle, le sex-ratio du CAP a évolué défavorablement, qu’en est-il des différentes spécialités auxquelles il conduit ? L’appréciation de la mixité en CAP ne peut faire l’économie de voir comment, localement, pour les différentes spécialités qu’il propose, elle se décline.

12Sur une telle durée, la mesure par spécialité n’est pas facile. La catégorisation des CAP par les statisticiens du ministère de l’Éducation nationale est loin d’être un long fleuve tranquille : cinq nomenclatures différentes ont été mises en place entre 1953 et 2010 pour classer les CAP ; de plus, les intitulés des spécialités n’ont cessé de changer au fil des travaux des commissions professionnelles consultatives (CPC) dont la mission est justement de réformer les programmes et les contenus pour tenter d’adapter l’offre de formation professionnelle au marché de l’emploi. Si dans certains cas, il est facile d’établir des filiations et une généalogie entre tel et tel CAP, l’exercice n’est pas toujours réalisable : que dire par exemple du CAP « arts ménagers », CAP par excellence féminin, qui disparaît soudainement des statistiques en 1975 ? Difficile de considérer sans précautions qu’il se réincarne plus tard en CAP « employé de collectivité » qui existait déjà en 1964, ou en CAP « petite enfance » créé bien plus tardivement en 1991. Force a donc été de se rabattre sur des CAP et des métiers durables et facilement identifiables, à l’instar des CAP « mécanique automobile » et « coiffure ».

Sources : ministère de l’Éducation nationale. Les interruptions de lignes correspondent à des donnés manquantes ou incomplètes.
Graphique 2. – Taux de féminisation des reçus aux CAP « moteurs et mécanique automobile » dans la seconde moitié du XXe siècle.

  • 31 Moreau G., « Devenir mécanicien. Affiliation et désaffiliation des apprentis aux métiers de la méc (...)
  • 32 Cette arrivée soudaine de filles en 1983 est essentiellement due à des candidats en provenance de (...)

13L’automobile est un continent masculin. Nul besoin d’être diplômé en sociologie pour s’en rendre compte : il suffit d’observer les garages, les publicités, les revues ou les routes et autoroutes. La formation aux métiers de l’automobile épouse cette caractéristique31 et les CAP du secteur n’y dérogent pas (graphique 2). L’encéphalogramme est plat et nul. À l’instar de l’eau sur les plumes du canard, ces CAP ont laissé glisser sur eux les volontés sociétales favorables à la mixité et à l’égalité d’accès des garçons et des filles aux différents métiers. L’alliage mécanique/masculin est ici profond et durable. Certes, des esprits optimistes pourront toujours y voir quelques « évolutions ». Il est vrai que d’exclusivement masculins, les CAP des métiers de l’automobile se sont convertis en presqu’exclusivement masculins. Une première fille se présente au CAP en 1969. Elle est seule face à 15 148 garçons et échouera à l’examen. Une autre pionnière tente sa chance en 1972, là encore sans succès, mais l’année d’après, l’unique candidate sera reçue à son CAP. Elles sont deux à se présenter en 1974, sept l’année suivante. La cloison de verre se fissure. Désormais, chaque année, des jeunes filles se présentent – et réussissent – au CAP dans le secteur de l’automobile. Mais leur poids reste dérisoire : 0,30 % en 1978 (66 présentées, 29 admises). Leur nombre restera inférieur à 100 candidates et 50 reçues jusqu’en 1982. En 1983, par contre, elles sont 504 à se présenter et 326 à être reçues : un record en forme de « bosse de dromadaire » difficile à interpréter32 et sans lendemain. Le soufflé retombe très vite : en 1990, les jeunes filles ne sont plus que 82 à se présenter et que 35 à obtenir le diplôme. Les chiffres oscillent ensuite entre 100 et 150 candidates par an, soit une proportion toujours inférieure à 1 %.

  • 33 Cf. Dubernet A.-C., « Des métiers “traditionnels” aux vrais métiers », F. Piotet, La révolution de (...)

14Le secteur de la coiffure a, quant à lui, une image plutôt féminine, même si, comme dans la cuisine ou la couture, ce sont parfois des hommes qui tiennent le haut du pavé commercial et médiatique, surtout lorsqu’il s’agit de salons franchisés33. Les CAP du secteur reflètent cette domination, tout au moins pour la fin du XXe siècle, car les années 1960 étaient beaucoup plus équilibrées : les garçons représentaient alors près de 40 % de ceux qui accédaient aux CAP « coiffure » (graphique 3). C’est donc un phénomène de féminisation qui s’observe ici, sur le long terme.

Sources : ministère de l’Éducation nationale. Les interruptions de lignes correspondent à des donnés manquantes ou incomplètes.
Graphique 3. – Taux de féminisation des reçus aux CAP « coiffure et esthétique » dans la seconde moitié du XXe siècle.

  • 34 Les chiffres portent ici sur les inscrits en formation et non plus les présentés ou les reçus.

15Cette prise de pouvoir des femmes sur les CAP « coiffure » va à contresens de la mixité. Les jeunes filles se renforcent dans un secteur où elles étaient déjà dominantes mais sans être en situation monopolistique. Les garçons sont en fait progressivement éliminés de ces CAP, à un rythme soutenu. Alors qu’ils représentent encore 38 % des reçus en 1964, ils perdent régulièrement du poids au fil des années. En 1968, ils passent sous la barre des 30 %, puis sous celles des 20 % en 1973 pour finir à moins de 10 % en 1979. Le léger regain observé entre 1986 et 1992 (ils sont 13 % des admis en 1990) tiendra plus du chant du cygne que de l’inversion de tendance : en 2001, ils sont moins de 5 % à décrocher un CAP « coiffure » (graphique 3). Pourtant, dans les années 1960, les hommes occupaient des positions quasi inexpugnables. Le CAP d’alors distinguait en effet trois sections : la « coiffure mixte », la « coiffure messieurs » et la « coiffure dames ». En 1960, les deux premiers CAP étaient strictement masculins alors que le dernier accueillait plus de 75 % de jeunes filles34. Autrement dit, les hommes pouvaient coiffer les deux sexes alors que les femmes n’étaient pas autorisées à coiffer les hommes. La levée de cet « interdit sexuel » a causé la perte des hommes et l’essor du CAP « coiffure mixte », au détriment des deux autres, a fait le reste. En se brisant, le tabou qui protégeait le masculin de la concurrence féminine a ouvert les vannes vers un quasi-monopole des femmes sur les CAP « coiffure ». Mais il a fait plus : il a aussi mis fin à une singularité initiale : la meilleure réussite des garçons (graphique 4). En effet, en début de période, le taux de réussite des garçons est nettement supérieur à celui des filles. L’écart entre les deux pourcentages oscille jusqu’en 1968 entre 8 et 13 points au profit des hommes. Il décline en 1969 à 5,7 pour ensuite varier entre 0,5 et 2 points jusqu’en 1978. En 1979 a lieu un coup de semonce : pour la première fois, cet écart est négatif, signe que les filles réussissent mieux que les garçons aux CAP « coiffure ». Il redevient légèrement positif jusqu’en 1985 pour repasser sous la barre du zéro l’année suivant sans jamais y revenir. Dès lors, l’écart entre les deux taux s’accroit régulièrement et frôle ou dépasse à partir de 1995 la valeur 5 au profit des filles. En quarante ans, le monde s’est inversé. Encore fortement présents dans la « coiffure » et surtout plus souvent reçus que les filles, les garçons se sont fait doublement évincés : ils sont aujourd’hui rares et moins souvent admis. Dans ce cas singulier, et comparativement aux garçons, le renforcement de la féminisation a été de pair avec une meilleure réussite des filles.

Sources : ministère de l’Éducation nationale. Les interruptions de lignes ou de pointillés correspondent à des donnés manquantes ou incomplètes.
Graphique 4. – Taux de réussite féminin et masculin aux CAP « coiffure et esthétique » dans la seconde moitié du XXe siècle.

L’échec des politiques favorables à la mixité

  • 35 Yvette Roudy lancera une campagne de communication sur ce thème en 1984 avec pour slogan « Les mét (...)
  • 36 Mosconi N., La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblable ?, op. cit., respectiveme (...)

16Le taux de féminisation des CAP de la mécanique automobile étudié supra indiquait une entrée, certes très modeste, des filles dans ces spécialités à partir des années 1970 et surtout 1980. Cette timide ouverture est sans doute liée aux effets des politiques publiques visant à réduire les monopoles de genre fréquents dans la formation professionnelle et particulièrement en CAP. En effet, dès la fin des années 1970, mais surtout avec l’arrivée d’Yvette Roudy au ministère des Droits de la femme en 1981, des mesures incitatives invitent les jeunes filles à investir des formations essentiellement masculines35. Nourri par une volonté d’égalité entre les sexes, de promotion de la mixité pensée comme ayant une fonction « civilisatrice » ou « répressive » en direction des garçons36, mais également par le différentiel persistant entre le chômage des hommes et celui des femmes au détriment de ces dernières, l’État, relayé plus tard par les Régions et certaines branches professionnelles, a tenté d’atténuer la non mixité des apprentissages professionnels par des campagnes de communication et des mesures de soutien financier. Plusieurs initiatives ont été régulièrement prises en ce sens au cours des trente dernières années. Parmi elles, la loi sur l’égalité de l’homme et de la femme de 1983, la création en 1986 d’une mission « Égalité filles/garçons » dans chaque académie et d’un prix de la vocation scientifique et technique, la convention interministérielle, initiée par Nicole Péry en 1998 et mise en œuvre en février 2000, qui définit une politique globale d’égalité des chances entre les filles et les garçons dans le système éducatif, ou encore la nouvelle convention interministérielle de 2006 qui fait de l’égalité entre les filles et les garçons une obligation légale et une mission de l’Éducation nationale.

17Quels ont été les effets de ces mesures sur le CAP ? Dans l’ensemble, la mixité du CAP a plutôt régressé puisque comme indiqué supra, c’est à partir de 1996, au moment où ces politiques battaient leur plein, que la mixité globale du CAP bascule dans encore plus de masculin. Qu’en est-il au niveau local des spécialités ? Les exemples des CAP de la « coiffure » et de la « mécanique automobile » laissent présager que le résultat sera également négatif. Mais il ne s’agit là que de deux exemples.

  • 37 « agro-alimentaire, alimentation, cuisine », « coiffure, esthétique », « bâtiment : finitions », « (...)
  • 38 Les données utilisées sont désormais celles de la base « Reflet » du Céreq. Elles concernent les é (...)

18En mobilisant la nomenclature des spécialités de formation (NSF), en vigueur depuis 1994, il est possible d’avoir une vision plus large de l’état de la mixité en CAP par groupes de spécialités. Cette nomenclature, qui a vocation à répertorier l’ensemble des formations professionnelles, techniques ou généralistes, classe les CAP en 37 catégories de poids inégaux : en 2009, il suffit de six groupes de spécialités pour réunir les deux tiers des élèves et des apprentis en formation (64,9 %)37, quand les vingt plus petits atteignent ensemble à peine 5 %38.

  • 39 Il est sensiblement plus élevé que parmi les présentés ou reçus à l’examen. Cette petite différenc (...)
  • 40 Moreau G., Le monde apprenti, op. cit., notamment chap. VII.

19Une vue d’ensemble des résultats (graphique 5) confirme que la rupture de 1996 n’a pas été compensée par les politiques publiques favorables à la mixité. Le taux de féminisation des CAP parmi les élèves et apprentis en formation n’atteint pas 40 %39 et est même inférieur à 30 % dans le cas des jeunes formés en CFA. Les sections de CAP de lycée professionnel ont un sex-ratio plus équilibré qui tend même à s’améliorer, peut-être parce que, du fait des modalités de recrutement dans ces établissements, les pouvoirs publics peuvent plus facilement y imposer leurs visées politiques. Les CFA, dont les conditions de recrutement sont plus difficilement contrôlables40, font par contre le chemin inverse, si bien que dans l’ensemble la mixité en CAP évolue peu. Nonobstant le léger mieux observé dans l’apprentissage dans la première moitié des années 2000, sans doute lié aux campagnes de promotion auprès des filles conduites alors par le secteur du bâtiment, le taux de féminisation des formations initiales conduisant au CAP est resté inchangé entre 1988 et 2009, avec respectivement 35,9 et 35,6 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq.
Graphique 5. – Taux de féminisation des CAP parmi les élèves et apprentis en formation (1988-2009).

  • 41 Ne seront retenus ici que les groupes de formation dont les effectifs pèsent plus de 2 % des élève (...)
  • 42 C’est essentiellement un CAP, celui préparant à la peinture, vitrerie et au revêtement qui capte l (...)
  • 43 Moreau G., « La mixité dans l’enseignement professionnel », art. cit., p. 21.
  • 44 Conseil national de l’information statistique, Nomenclature des spécialités de formation. Guide d’ (...)

20L’analyse par groupes de spécialités confirme ce résultat. Les principales catégories définies par la nomenclature des spécialités de formation (NSF) affichent des univers masculins ou féminins relativement stables41. Les CAP sont masculins dans les secteurs « énergie, génie climatique », « électricité, électronique », « moteurs et mécanique automobile », « structures métalliques », « bois et ameublement » ou encore dans le BTP. Il faut beaucoup de bonne volonté pour y voir des transformations, tout juste quelques frémissements en « bois et ameublement » et en « peinture et finitions ». (cf. graphiques en annexe). Dans ce dernier cas, ce sont essentiellement la peinture et la décoration d’intérieur qui sont concernées42. Sans surprise, les CAP de « coiffure et esthétique » sont féminins, tout comme ceux, nés pourtant récemment (1992), du « travail social ». Ceux de la catégorie « commerce et vente » sont aussi nettement marqués par le féminin, même si le masculin y gagne un peu du terrain. En fait, dans ce groupe, « c’est le produit vendu qui fait le sexe du vendeur43 ». Parmi les principales catégories de la nomenclature des spécialités de formation, seul le groupe intitulé « accueil, hôtellerie et tourisme » offre une mixité raisonnable, encore que teintée de féminin (près de 70 % de filles en 2009). L’hétérogénéité des métiers de ces secteurs explique peut-être cette situation, tant le diable se cache parfois dans les détails : il existe souvent des « effets de nomenclature » qui donnent l’illusion d’une mixité de groupe, quand dans le détail des spécialités et options les sections de CAP sont fortement marquées par l’unicité de genre. C’est la limite du recours à une nomenclature qui regroupe les CAP davantage sur « les propriétés internes des systèmes techniques44 » que sur les secteurs d’activités susceptibles de recruter ceux et celles qui en sont titulaires. Mettre deux individus dans une même case, chose indispensable à la compréhension des choses, reste un coup de force théorique.

  • 45 Baudelot C. et Establet R., Allez les filles !, op. cit., p. 187.
  • 46 Hoggart R., 33 Newport Street, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1991, p. 270.

21Le résultat est sans appel : le CAP a plutôt évolué vers le masculin et est resté profondément hermétique aux politiques publiques visant à rééquilibrer le sex-ratio dans les formations professionnelles. Faut-il lui en vouloir ? Si en matière d’égalité entre les sexes et de mixité, l’école et la formation restent « en avance sur la famille et l’entreprise45 », le CAP n’est pas l’avant-garde de ce mouvement. Il persiste à proposer des diplômes masculins ou féminins. C’est à peine s’il accepte désormais quelques jeunes filles dans des spécialités qui longtemps n’en toléraient aucune (et vice-versa). C’est sans doute la seule concession de ce vieux diplôme aux temps modernes, car parallèlement, le CAP a été capable de prendre parfois un chemin inverse à l’air du temps, comme dans le secteur de la coiffure où progressivement les filles ont installé un quasi-monopole dans un domaine qu’elles partageaient dans les années soixante avec les garçons. En un mot, « nous bougeons, c’est vrai, mais lentement, avec la légèreté d’un hippopotame constipé46 ».

Annexes

Annexes. Taux de féminisation des CAP parmi les élèves et les apprentis en formation entre 1988 et 2009 (nomenclature des spécialités de formation, principaux groupes)

1. CAP plutôt « masculins »

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 2,9 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 3,9 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 4,3 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 5,2 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 6,9 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 7,8 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 9,9 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 19,9 %.

2. CAP plutôt « féminins »

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 2,1 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 8,8 %.

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 14,5 %.

3. CAP plutôt « mixtes »

Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 6 %.

Notes

1 Maruani M., Mais qui a peur du travail des femmes ? Paris, Syros, 1995, p. 40.

2 À l’instar par exemple de la campagne « C’est technique, c’est pour elles », initiée par le ministère des Droits de la femme en 1993.

3 Comme les violences faites aux femmes ou la division du travail domestique, si l’on en croit les enquêtes récentes Cf. Jaspart M., Les violences envers les femmes en France, une enquête nationale, Paris, La Documentation française, 2003 et Barrère-Maurisson M.-A., Partage des temps et des tâches dans les ménages, Paris, La Documentation française, 2001.

4 Ce chapitre prend appui sur le traitement secondaire, d’une part des données statistiques du ministère de l’Éducation nationale, notamment celles disponibles sur le site Aca’doc, et d’autre part, des données plus récentes accessibles sur la base Reflet du Céreq. Il s’inscrit dans le cadre de recherches financées par la DGESCO (ministère de l’Éducation nationale) et par la région Poitou-Charentes, réalisées en collaboration avec Claire Lemêtre de l’université de Paris VIII.

5 Pour 27 000 étudiants. Cf. Baudelot C. et Establet R., Allez les filles !, Paris, Le Seuil, 1992, p. 9.

6 Cabanel P., « Le certificat d’études et le génie de l’école républicaine », M. Millet et G. Moreau, La société des diplômes, op. cit., p. 103.

7 Mosconi N., La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblable ?, Paris, Presses universitaires de France, 1989, p. 26.

8 Prost A., L’enseignement en France, Paris, Armand Colin, 1968, p. 103.

9 Guédez A., Apprentissage et compagnonnage, Paris, Presses universitaires de France, 1994, p. 118. En 1980, l’un des trois Devoirs héritiers des corporations, l’Union compagnonnique, a rompu la tradition en recevant la première femme compagnon, « mais son attitude est loin de lui avoir valu encouragements et félicitations de la part des deux autres sociétés », Ibid., p. 119.

10 Cocula A.-M., « Contrats d’apprentissage du XVIIIe siècle : quelques enseignements d’une moisson aquitaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 40-3, 1993, p. 428-429 et Kaplan S.-L., « L’apprentissage au XVIIIe : le cas de Paris », Ibidem, p. 463.

11 Cf. Pelpel P. et Troger V., Histoire de l’enseignement technique, op. cit.

12 Pour reprendre le titre éponyme de l’ouvrage de S. Schweitzer, Paris, Odile Jacob, 2002.

13 Burdy J.-P., Dubesset M. et Zancarini M., « Notes, travaux et métiers de femmes dans une ville industrielle : Saint-Étienne », Le Mouvement social, no 140, 1987, p. 33.

14 Charlot B. et Figeat M., Histoire de la formation des ouvriers, 1789-1964, op. cit., p. 212.

15 Pelpel P. et Troger V., Histoire de l’enseignement technique, op. cit., p. 61.

16 Baudelot C. et Establet R., Allez les filles !, op. cit., p. 9.

17 Moreau G., « La mixité dans l’enseignement professionnel », Revue française de pédagogie, no 110, 1995, p. 17-25. Sur la façon dont l’enseignement à destination des filles a été longtemps différencié de celui des garçons, Cf. Mayeur F., L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la 3e république, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977.

18 Brucy G., Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel (1880-1965), op. cit., p. 158.

19 Mezonnat L., Bujoc N. et Dussard A., Économie familiale et sociale : CAP, nouveaux programmes, Paris, Édition Foucher, 1981.

20 Fritch P. et Joseph I., « Disciplines à domicile », Recherche, no 28, 1977, p. 1-347.

21 On trouvera le détail de cette analyse dans Moreau G., Filles et garçons au LEP. Les identités féminines et masculines dans les apprentissages professionnels et sociaux, Thèse de sociologie, université de Nantes, 1991, p. 103-104.

22 Respectivement chap. 7 et 9.

23 Le principe de la mixité générale de l’enseignement primaire n’est arrêté en France qu’en 1969 et la décision de ne construire désormais que des lycées mixtes est prise en 1959. Néanmoins, des configurations spécifiques, comme l’absence de locaux, avaient déjà permis un léger essor de la mixité scolaire avant ces dates. Sur ces questions : Mayeur F., L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la 3e république, op. cit. ; Mosconi N., La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblable ?, op. cit. ; Moreau G., Filles et garçons au LEP. Les identités féminines et masculines dans les apprentissages professionnels et sociaux, op. cit.

24 L’expression « mixité locale » pourrait faire penser à une territorialisation de la mixité et donc ici des spécialités. Il n’en est rien. L’expression désigne bien des éléments communs qui réunissent, à l’instar d’un territoire ou d’un terroir, mais qui dans le cas présent fonctionnent hors-sol. Il s’agit ici d’un réseau (les spécialités) compris au sens d’espace social et non pas d’espace géographique.

25 Desrosières A., La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, op. cit., et Luc J.N., La statistique de l’enseignement primaire, XIXe-XXe siècles, op. cit.

26 Respectivement 39,2 %, 39,1 % et 39,3 %.

27 Cf. Baudelot C. et Establet R., Allez les filles !, op. cit.

28 Cf. Maillard F., « Politique éducative et diplômes professionnels : le CAP entre déclin et relance », art. cit. et Maillard F., « L’ambivalence de la politique éducative : le CAP entre déclin et relance », art. cit.

29 Maillard F., « Politique éducative et diplômes professionnels : le CAP entre déclin et relance », art. cit., p. 29.

30 Cf. Moreau G., Le monde apprenti, op. cit.

31 Moreau G., « Devenir mécanicien. Affiliation et désaffiliation des apprentis aux métiers de la mécanique automobile », Swiss Journal of Sociology, no 36-1, 2010, p. 73-90.

32 Cette arrivée soudaine de filles en 1983 est essentiellement due à des candidats en provenance de BEP et d’établissements privés, qui n’apparaissent ni en 1982 ni en 1984 ou après. Il faut donc être très prudent dans son interprétation, d’une part parce que l’intégration des statistiques du privé à celles du public a souvent été conflictuelle et d’autre part parce que la production de chiffres reste une activité humaine, donc susceptible d’erreurs.

33 Cf. Dubernet A.-C., « Des métiers “traditionnels” aux vrais métiers », F. Piotet, La révolution des métiers, Paris, Presses universitaires de France, 2002, notamment p. 27-34.

34 Les chiffres portent ici sur les inscrits en formation et non plus les présentés ou les reçus.

35 Yvette Roudy lancera une campagne de communication sur ce thème en 1984 avec pour slogan « Les métiers n’ont pas de sexe, orientons-nous dans toutes des directions ».

36 Mosconi N., La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblable ?, op. cit., respectivement p. 142 et p. 59.

37 « agro-alimentaire, alimentation, cuisine », « coiffure, esthétique », « bâtiment : finitions », « commerce : vente », « bâtiment : construction et couverture » et « travail du bois ».

38 Les données utilisées sont désormais celles de la base « Reflet » du Céreq. Elles concernent les élèves et les apprentis inscrits en CAP et non plus les présentés et reçus à ce diplôme. Bien que la nomenclature n’ait été mise ne place qu’en 1994, le Céreq a reconstitué les séries statistiques en amont, depuis 1988 pour le CAP, soit quelques années après le début de ces nouvelles politiques publiques en faveur de la mixité, ce qui permet d’en voir les éventuels effets. Le traitement secondaire de ces données a été effectué par nos soins.

39 Il est sensiblement plus élevé que parmi les présentés ou reçus à l’examen. Cette petite différence s’explique d’une part par les abandons en cours de formation, plus souvent masculins, et d’autre part par la contribution des « candidats libres » au CAP, adultes relevant de la formation continue ou de la validation des acquis, plus souvent qu’à leur tour des hommes.

40 Moreau G., Le monde apprenti, op. cit., notamment chap. VII.

41 Ne seront retenus ici que les groupes de formation dont les effectifs pèsent plus de 2 % des élèves ou des apprentis en formation.

42 C’est essentiellement un CAP, celui préparant à la peinture, vitrerie et au revêtement qui capte les jeunes filles inscrites dans l’ensemble du groupe de formation « bâtiment : finitions ».

43 Moreau G., « La mixité dans l’enseignement professionnel », art. cit., p. 21.

44 Conseil national de l’information statistique, Nomenclature des spécialités de formation. Guide d’utilisation, Paris, Direction des journaux officiels, 1994, p. 10.

45 Baudelot C. et Establet R., Allez les filles !, op. cit., p. 187.

46 Hoggart R., 33 Newport Street, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1991, p. 270.

Table des illustrations

Légende Sources : ministère de l’Éducation nationale. Les interruptions de lignes ou de pointillés correspondent à des donnés manquantes ou incomplètes.Graphique 1. – Taux de féminisation des présentés et des reçus au CAP dans la seconde moitié du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Sources : ministère de l’Éducation nationale. Les interruptions de lignes correspondent à des donnés manquantes ou incomplètes.Graphique 2. – Taux de féminisation des reçus aux CAP « moteurs et mécanique automobile » dans la seconde moitié du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Sources : ministère de l’Éducation nationale. Les interruptions de lignes correspondent à des donnés manquantes ou incomplètes.Graphique 3. – Taux de féminisation des reçus aux CAP « coiffure et esthétique » dans la seconde moitié du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Sources : ministère de l’Éducation nationale. Les interruptions de lignes ou de pointillés correspondent à des donnés manquantes ou incomplètes.Graphique 4. – Taux de réussite féminin et masculin aux CAP « coiffure et esthétique » dans la seconde moitié du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq.Graphique 5. – Taux de féminisation des CAP parmi les élèves et apprentis en formation (1988-2009).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 2,9 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 3,9 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 4,3 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 5,2 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 6,9 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 7,8 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 9,9 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 19,9 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 2,1 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 8,8 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 14,5 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Sources : base de données Reflet, Céreq. Poids en 2009 : 6 %.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118253/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Auteur

Sociologue, professeur de sociologie, Groupe d’études et de recherches sociologiques du Centre-Ouest (GRESCO), EA 3815, université de Poitiers.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540