Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le CAP : un diplôme du peuple

 | 
Moreau Gilles
, 
Fabienne Maillard
, 
Guy Brucy

Deuxième partie. Le cap fac e au marché du travail

Les artisans du bâtiment et le CAP (1920-2000)

Marc Suteau

Texte intégral

1Le secteur du bâtiment est partagé aujourd’hui entre quelques grandes entreprises de plus de cinquante salariés, en particulier dans le gros œuvre, et beaucoup de petites qui font intervenir de nombreux métiers (maçon, charpentier, plâtrier, peintre, plombier, électricien, etc.). Les premières relèvent de l’industrie, quand les autres sont associées à l’artisanat. Cette distinction n’a en réalité pris tout son sens que dans les années 1920, lorsque les artisans ont décidé de s’organiser et de défendre leurs intérêts contre les grandes entreprises et l’État, accusés de vouloir imposer leurs vues, aussi bien en matière économique que dans le domaine de la formation. Dans ce nouveau contexte, les questions de l’apprentissage, de l’intérêt d’un diplôme comme le CAP se sont rapidement imposées. Fallait-il préparer les apprentis à se présenter au CAP, comme le faisaient très bien les écoles pratiques de commerce et d’industrie (EPCI), ou fallait-il maintenir au contraire une définition corporatiste de l’apprentissage ? Et qui, des syndicats du bâtiment, de l’État, des chambres de métiers, allait se montrer décisif dans la définition d’un modèle de formation de la main-d’œuvre ?

  • 1 Suteau M., « Un non-diplôme. L’examen de fin d’apprentissage artisanal », M. Millet et G. Moreau ( (...)

2L’histoire des relations des artisans du bâtiment (qui représentent plus de 90 % des entreprises du secteur) avec les grandes entreprises et avec l’État permet de comprendre ce décalage entre ce qui était souhaité par les uns (l’État et les grandes entreprises) et ce qui fut mis en œuvre concrètement par les autres (les artisans). Pendant de longues années, c’est en effet la méfiance qui l’emporta chez les artisans, ceux-ci préférant défendre leur examen de fin d’apprentissage artisanal (EFAA) ou leur diplôme (le brevet de maîtrise), préparés dans le cadre des chambres de métiers, plutôt que d’adopter le modèle du CAP qui était promu par leurs concurrents, soucieux de simplifier et d’harmoniser les formations1. Ce n’est que lorsque le CAP commença à être vraiment menacé au milieu des années 1980 que les artisans devinrent de fervents défenseurs de cette certification de base, considérée comme la première étape dans l’accès à la maîtrise d’un métier.

3Pour rendre compte de l’évolution du point de vue des artisans du bâtiment vis-à-vis du CAP, trois périodes ont été retenues. La première correspond au rejet rapide de ce diplôme au motif que les épreuves théoriques sont trop difficiles et que l’expérience est le seul vrai critère pour juger des qualités d’un homme de métier. La deuxième période est celle de l’imposition progressive de la norme scolaire aux artisans, via les centres d’apprentissage, mais également avec l’appui des grandes entreprises du secteur, réunies dans le Comité central de coordination de l’apprentissage (CCCA). Enfin, la troisième période est celle d’une défense de ce diplôme, alors même que l’élévation générale du niveau de formation et la création du baccalauréat professionnel semblent le condamner. La documentation sur laquelle s’appuie cette étude est constituée de la presse professionnelle du secteur du bâtiment ainsi que des archives de la chambre de métiers de Loire-Atlantique, un département qui s’est toujours montré actif en matière d’apprentissage artisanal.

Un intérêt initial, vite abandonné, pour le CAP

4La loi Astier de 1919 se proposait de régler la crise de l’apprentissage en organisant des cours professionnels obligatoires pour tous les jeunes de 13 à 18 ans employés dans le commerce et l’industrie et en les préparant à un diplôme qualifiant, le CAP. Des commissions locales professionnelles, où l’on trouvait des chefs d’entreprises, furent créées pour définir le nombre et la forme des CAP à inventer, avec le concours de représentants de l’État réunis dans les comités départementaux de l’enseignement technique. Financés au moyen de la taxe d’apprentissage (1925), ces cours professionnels furent plus ou moins soutenus par les syndicats patronaux du commerce et de l’industrie. Souvent, ils avaient lieu le soir dans les locaux des écoles techniques, qui mettaient à leur disposition une partie de leur personnel. C’est également dans ces écoles que se déroulaient les épreuves du CAP, qui devint un titre recherché par les élèves inscrits à temps plein.

  • 2 Bâtiment et travaux publics de l’Ouest (BTPO), no 5, mai 1922, no 10, octobre 1922. Sur la définiti (...)
  • 3 BTPO, no 9, septembre 1923. Eugène Bégarie (1869-1955) est un ancien élève de l’école Livet, une éc (...)

5Dans le secteur du bâtiment, le CAP n’est pas accueilli de manière défavorable au début des années 1920. La revue Bâtiment et travaux publics de l’Ouest, que publie tous les mois la Fédération des syndicats patronaux du bâtiment, indique que le CAP pourrait trouver sa place à côté des concours d’apprentissage. Dotés de récompenses, ces concours sont une vitrine de l’apprentissage. Ouverts aux jeunes ouvriers aussi bien qu’aux apprentis, ils constituent un moyen de créer de l’émulation entre les concurrents. Régulièrement organisés à Nantes depuis 1909, à l’initiative de l’Union des syndicats patronaux du Bâtiment, ils se déroulent à l’EPCI de garçons, avec l’accord de son directeur. À Angers, le concours a lieu à l’école des Beaux-Arts, sous les auspices de la chambre de métiers d’Anjou, qui a été créée en 1914 avec l’appui de la chambre de commerce locale. En 1922, le concours de Nantes réunit 174 concurrents dans les métiers du bâtiment, et celui d’Angers 331, dont près de la moitié pour les seules professions du secteur. Comme pour le CAP, les épreuves sont alors essentiellement pratiques : une épreuve de travail manuel, une épreuve de dessin (« un croquis côté ou reporté à la planchette ») ou un problème d’arithmétique et un examen oral ou écrit sur la technologie de la profession2. Par contre, les jurys, composés « d’architectes, de patrons et d’ouvriers de chaque spécialité » ne comportent ici aucun enseignant. Pourtant, à l’occasion de l’organisation du premier CAP à Nantes dans les métiers du bâtiment en 1923, c’est tout naturellement qu’Eugène Bégarie, le patron de la fédération, propose l’idée suivante : les « épreuves officielles d’aptitude professionnelle [autrement dit la partie pratique], seraient jointes aux épreuves de l’habituel concours annuel d’apprentissage [avec l’accord du sous-secrétaire d’État à l’enseignement technique]3 ».

  • 4 BTPO, no 9, septembre 1923.
  • 5 Ibidem.
  • 6 BTPO, no 7 et 8, juillet et août 1924.
  • 7 BTPO, no 1, janvier 1935.

6Mais l’expérience est jugée décevante. Le nombre des candidats est moins important qu’au concours d’apprentissage et les résultats sont insuffisants, en particulier pour la partie théorique. Alors que la définition du CAP reste pourtant largement dépendante des besoins locaux, avec une place importante accordée aux épreuves pratiques, les professionnels du bâtiment considèrent que le programme des épreuves écrites reste trop élevé : « un jury serait-il dans l’erreur parce qu’il aurait déclaré apte à exercer son métier l’ouvrier actif et adroit, mais insuffisamment instruit de certaines matières du programme, comme la géométrie descriptive, la technologie, les styles, le calcul des surfaces et des volumes, etc. ? Dire que ceux qui ne connaissent pas bien toutes ces matières n’ont pas l’aptitude professionnelle, ce serait prétendre que plus de la moitié des ouvriers travaillant dans nos ateliers et chantiers sont inaptes à exercer leur métier, ce qui serait absurde et inexact4 ». Dès la première année, le CAP est donc l’objet de critiques, aussi bien pour son intérêt qu’en raison des prétentions qu’il affiche. Comment en effet statuer en jury sur la capacité d’un jeune à exécuter à l’âge d’homme « dans un temps normal et avec la perfection d’exécution requise les travaux courants de la profession » ? Pour Eugène Bégarie, le CAP ne garantit donc pas « des qualités bien déterminées et suffisamment développées chez son titulaire ». À la place du CAP, il faudrait créer un certificat de « préparation professionnelle » qui pourrait lui-même se décliner en plusieurs étapes (préparation élémentaire, complète ou supérieure)5. Cette critique de la valeur du CAP, et plus largement de l’intérêt des diplômes dans le secteur (les professionnels préfèrent les expositions, les concours, aujourd’hui les olympiades des métiers, où sont présentés les travaux des apprentis), sera un leitmotiv du discours patronal. Contre les cours et examens d’État jugés trop théoriques, les chefs d’entreprise préfèrent valoriser leurs formations pratiques. En juillet 1924, Eugène Bégarie défend l’idée que « les entrepreneurs ne sont pas toujours diplômés, mais l’expérience leur tient lieu de diplômes et leurs connaissances pratiques valent bien certaine science abstraite qui devient dangereuse lorsqu’elle perd tout contact avec le réel ». Dans le numéro suivant, un élu de Niort note que « les cours professionnels de l’État produisent un effet très fâcheux sur l’esprit des parents et de leurs enfants, en favorisant la théorie au détriment de la pratique6 ». Ce sont donc les professions qui sont les plus compétentes pour décider de ce qui compte pour elles, et la formation doit être assurée par la profession, pour la profession, avec l’aide des instituteurs pour les cours d’enseignement général, mais en se méfiant des personnels des écoles techniques. Cette défiance vis-à-vis de l’État prend différentes formes, mais elle est toujours présente dans les périodes suivantes. Dès les années 1930, les patrons du bâtiment s’inquiètent du développement des enseignements primaire supérieur et technique, qui vont conduire la France à être peuplée de fonctionnaires, de professions libérales ou, pire encore, de « chômeurs intellectuels », quand eux-mêmes peinent à faire la preuve, faute de posséder les codes de l’administration, de leur capacité à délivrer un apprentissage méthodique et complet7.

7Si les sujets de discorde avec les grandes entreprises du secteur ne manquent pas (les chambres de commerce et d’industrie sont opposées au projet d’un artisanat autonome), les artisans du bâtiment partagent avec elles cette idée que la formation doit se réaliser au plus près du maître, et ils vont même revendiquer rapidement la responsabilité de l’apprentissage artisanal. Après la création des chambres de métiers en 1925, la question de l’apprentissage occupe bientôt le devant de la scène. La loi Walter Paulin en 1937 consacre cette volonté d’autonomie de l’artisanat en confiant son organisation aux chambres de métiers (en créant des cours et/ou en subventionnant ceux qui existent déjà), mais également en fixant le règlement des épreuves que les apprentis doivent subir. Près de vingt ans après le vote de la loi Astier, et avec une certaine continuité à la tête de l’État dans le traitement des questions d’enseignement technique (Edmond Labbé, Hippolyte Luc occupent successivement la direction de l’enseignement technique), le CAP aurait pu alors servir de référence et devenir l’objectif des artisans en matière de formation professionnelle. Mais l’artisanat hésite, avant de chercher à se singulariser, aussi bien contre les prétentions des patrons de l’industrie réunis dans les chambres de commerce que contre le développement de l’appareil scolaire, et donc contre l’État. Au final, la loi Walter-Paulin instaure de fait un cadre spécifique pour les apprentis de l’artisanat, avec l’examen de fin d’apprentissage artisanal d’une part (EFAA), le certificat de compagnon d’autre part, délivré deux ans après.

  • 8 L’atelier artisanal. Journal des artisans de Loire-Inférieure (1949-1960), no 3, avril 1949.
  • 9 BTPO, no 1, janvier 1927.

8Quelle que soit la taille des entreprises, c’est donc une définition corporatiste de l’apprentissage qui est retenue avant guerre avec une formation sur le tas, le plus souvent auprès d’un maître d’apprentissage. Le diplôme est une notion qui ne convient pas beaucoup aux professionnels, qu’ils soient industriels ou artisans, avec une exception cependant pour le brevet de maîtrise, « consécration des connaissances professionnelles et générales indispensables pour faire un artisan complet8 ». Les grandes entreprises du bâtiment, qui plaidaient pourtant dès les années 1920 pour la définition d’un programme national d’apprentissage, considèrent au fond que les qualités nécessaires pour être un bon travailleur sont les suivantes : « l’adresse, l’intelligence, la justesse du coup d’œil et le goût des belles choses. [...] L’instruction complémentaire de l’apprentissage manuel comprend surtout le dessin, un peu de calcul, l’étude des matériaux à mettre en œuvre, celle de l’outillage et aussi l’étude des belles œuvres déjà réalisées9 ».

Le modèle du CCCA et la réaction des artisans

  • 10 BTPO, no 7, juillet 1942.
  • 11 BTPO, no 8, août 1942.
  • 12 Ibidem. En février 1943, le président de la fédération du bâtiment relève cependant que les problè (...)
  • 13 Sur l’histoire du CCCA, voir Casella P., Tanguy L. et Tripier P., « Le paritarisme contre les expe (...)
  • 14 BTPO, no 5, mai 1943.

9La formation dans les métiers du bâtiment va connaître une évolution majeure au cours des années 1940, avec à terme une meilleure reconnaissance du CAP. Celle-ci se déroule en plusieurs étapes. Dès 1940, les grandes entreprises du secteur ont conçu un plan, dans le cadre du Comité d’organisation du bâtiment et des travaux publics (COBTP), créé par décret le 5 décembre 1940. Ces comités ont été créés par le régime de Vichy sur une base corporatiste avec l’objectif de faire disparaître les organisations syndicales ouvrières. À côté d’opérations de propagande, leur plan prévoit de soutenir toute initiative visant à développer l’apprentissage, quelle que soit la structure initiatrice (entreprises, artisans, ateliers-écoles, centres de formation professionnelle du secrétariat d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse, centres de reclassement ou de promotion ouvrière). En 1942, le COBTP prévoit « la création d’un système de cours par correspondance destiné à tous les apprentis qui ne peuvent suivre les cours théoriques prévus par la loi du 25 juillet 1919 », ainsi que « l’établissement d’un CAP d’un niveau uniforme spécialisé pour chaque métier et d’un CAP rural10 ». Pour les professionnels du bâtiment, seule une grande organisation interprofessionnelle peut atteindre cet objectif de relancer l’apprentissage qui requiert des moyens puissants. La pénurie de main-d’œuvre touche apparemment principalement les maçons (il en faudrait 15 000 de plus chaque année). En août 1942, les syndicats du bâtiment précisent que c’est le modèle de l’industrie qui a été retenu. Chalvet, chef d’atelier à l’école d’apprentissage de la chambre de commerce de Paris, préconise ainsi que l’apprenti, après un stage de familiarisation après l’école primaire, se rapproche « de plus en plus des méthodes employées dans l’industrie afin qu’il se trouve automatiquement adapté et familiarisé aux ateliers de production et à leur débit normal11 ». La référence au CAP est également présente et il est désormais doté d’une certaine valeur. Il est question par exemple de mieux penser les programmes d’arithmétique en relation avec les problèmes « posés dans les concours de CAP12 ». C’est également à cette époque que le CCCA (Comité central de coordination de l’apprentissage) est créé, sur décision du COBTP, et chargé de mettre en œuvre cette politique13. Dumont, son président, peut bien se défendre de vouloir remettre en cause les structures existantes, la définition de la formation dans les entreprises du bâtiment, et son financement, vont désormais être contrôlés par le CCCA14.

  • 15 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 5 novembre 1942.
  • 16 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV des séances du 10 mars et du 2 avril 1942.
  • 17 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV des séances des 2 août, 6 septembre et 6 décembre 1943.

10Dans le département de Loire-Inférieure, une véritable offensive est alors menée par la Fédération du bâtiment et des travaux publics de l’Ouest contre la chambre de métiers. François Bernard, son président, adresse fin 1942 une lettre à « tous les maires du département voulant établir des cours-écoles pour les apprentis du bâtiment et spécialement pour les couvreurs-plombiers et maçons-charpentiers », indiquant que le syndicat prendra à sa charge les frais d’hébergement et de nourriture des apprentis lors des regroupements à Nantes15. Pour mieux soustraire les directeurs de cours artisanaux ruraux à l’autorité de la chambre de métiers, la fédération leur adresse directement une partie du produit de la taxe d’apprentissage, en fonction des apprentis qui relèvent du bâtiment16. En 1943, un protocole d’accord est signé entre la chambre et la fédération du bâtiment qui prévoit que celle-ci se chargera de l’organisation des cours urbains et laissera à la chambre de métiers, moyennant finances, la charge d’organiser les cours ruraux, à condition que les apprentis suivent les cours par correspondance produits par le CCCA17.

  • 18 Bonnet B., « Une contribution majeure à la qualification des ouvriers du Bâtiment : la formation p (...)
  • 19 Troger V., Histoire des centres d’apprentissage 1939-1959. Les enjeux économiques, politiques et c (...)
  • 20 Moreau J., « L’apprentissage dans les entreprises du bâtiment et des travaux publics », P. Bacon, (...)
  • 21 CNPC du bâtiment, PV de la séance du 13 décembre 1950, cité dans Troger V., op. cit, p. 208.

11D’autres éléments vont jouer en faveur de la reconnaissance du CAP dans l’immédiat après-guerre. Les spécialités en manque de main-d’œuvre qualifiée après 1945 sont alors les métiers du bâtiment, de la mécanique. Pour satisfaire les besoins dans ces deux secteurs, deux conceptions s’imposent rapidement, en partie concurrentes, en partie complémentaires. La formation professionnelle accélérée (FPA), portée d’abord par le ministère du Travail et la CGT pour « gagner la bataille de la production » (Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT), se propose de former en quelques mois des spécialistes au moyen de stages accélérés18. L’apprentissage à temps plein, dans les centres d’apprentissage, est la formule préconisée par le ministère de l’Éducation nationale, et des centres s’ouvrent progressivement avec des sections dans de nombreuses spécialités (bâtiment, mécanique, textile). C’est cette deuxième conception de la formation qui va s’imposer progressivement, même s’il existe un décalage temporel entre les intentions de l’État et les réalisations (les demandes d’inscription dans les centres d’apprentissage dépassent souvent le nombre de places disponibles). Dès le début des années 1950, les apprentis du bâtiment représentent plus du tiers des effectifs masculins des centres d’apprentissage (35,6 % en 1952, 34,6 % en 1960)19. La qualification est désormais associée à une sanction scolaire qui se matérialise dans un diplôme, le CAP. Cela ne va pas bien sûr sans quelque résistance, y compris du côté du CCCA. Dans le volume de L’Encyclopédie générale de l’éducation française paru en 1954 et consacré à la formation professionnelle, son délégué souligne que 55 % des apprentis sont formés dans les entreprises (dont près des 2/3 par correspondance), près de 40 % dans les écoles de l’État (principalement dans les centres d’apprentissage), et 5 % dans des écoles privées. Il observe également que si les taux de réussite au CAP sont meilleurs dans les centres d’apprentissage que dans les entreprises (64,5 % contre 52 %), cela est un effet de la sélection des candidats dans les CA et non de la faiblesse de l’apprentissage en entreprise, qui « n’est pas un vestige d’habitudes déplorables du passé, condamné à disparaître. Il est, au contraire, toujours vivant et efficace, il s’adapte et se perfectionne, il est intimement lié à la vie de la profession20 ». Enfin, il se montre plus que réservé sur l’importance du CAP aux yeux des apprentis et souligne qu’ils ne se rendent pas tous aux épreuves, soit parce qu’ils doutent de l’intérêt du diplôme, soit parce qu’ils trouvent l’affaire bien coûteuse. Pour le dire autrement, au début des années 1950, certains patrons du bâtiment estiment que « les employeurs sont organisés et peuvent se passer des CAP de l’enseignement technique21 ».

  • 22 Suteau M., « Le coût des formations artisanales (1945-1970) : l’exemple de la Loire-Atlantique », (...)
  • 23 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 2 juillet 1952.
  • 24 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 9 juillet 1958.
  • 25 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 11 octobre 1960.

12Les réserves des artisans du bâtiment vis-à-vis des centres d’apprentissage sont plus fortes que celles des délégués du CCCA. Ces centres sont d’abord jugés beaucoup trop coûteux pour l’économie française pour un rendement discutable22. Ensuite, ils font une plus grande place à la manipulation de la machine-outil, quand les artisans restent attachés au langage de l’œil. Enfin, les cours dispensés sont encore trop abstraits pour les artisans. Cette critique s’applique aussi aux cours par correspondance diffusés par le CCCA, jugés trop difficiles. Plus largement, les relations des artisans avec les grandes entreprises du secteur se détériorent. La fédération du bâtiment est ainsi accusée de n’avoir jamais vraiment voulu reconnaître l’autonomie artisanale. Les responsables de la chambre de métiers ne manquent pas non plus une occasion de relever la réussite de certains de leurs apprentis au CAP dans la concurrence qu’ils livrent aux apprentis de l’école du bâtiment, créée à Nantes avec des financements du CCCA : « On relève de nets progrès dans les succès aux divers CAP du bâtiment où les premiers reçus pour la peinture et la charpente sont des apprentis artisanaux23. » Ils obtiennent même en 1958 un assouplissement de l’accord sur les cours par correspondance24. Ils peuvent enfin s’exaspérer d’apprendre la création en 1960 d’un CAP national de plâtrerie « comportant nécessairement une option maçonnerie ou une option peinture. Ces modalités ne correspondent absolument pas aux nécessités professionnelles régionales et le bureau demande le maintien du CAP départemental traditionnel de plâtrerie25 ».

  • 26 L’atelier artisanal, no 21, novembre 1950.

13Les professionnels du bâtiment, avec les personnels de l’enseignement technique, vont pourtant progressivement imposer l’idée que la formation doit être plus technique, avec des enseignants à temps plein et l’obtention du CAP comme objectif. Les résistances des artisans du bâtiment vont ainsi tomber petit à petit à partir des années 1950. Les emplois ruraux sont de moins en moins assurés et la nécessité d’aller travailler en ville donne tout son sens à la possession d’un diplôme comme le CAP. La montée du salariat favorise également le modèle de l’industrie contre celui de l’artisanat (sujet de plainte récurrent chez les artisans qui considèrent qu’ils forment mieux les jeunes qu’à l’école, fût-elle une école d’entreprise), et assure là encore la promotion du CAP. Faute de valoriser clairement ce diplôme, les artisans s’exposent aussi aux ruptures de contrat d’apprentissage. Dans les années 1950, L’atelier artisanal rapporte ainsi l’histoire suivante : un père, après avoir insisté auprès d’un menuisier pour qu’il prenne son fils en apprentissage, vient contester six mois plus tard les termes du contrat (car le fils du voisin gagne plus à l’usine). « Comment, lui répond l’artisan, croyez-vous que votre fils soit déjà devenu un as du métier ? Même quand il aura passé son CAP, il lui restera encore beaucoup à apprendre26. »

14Un autre élément va contribuer à une meilleure reconnaissance du CAP par les artisans du bâtiment : l’obligation qui leur est faite de se moderniser. La première fois que cette idée est formulée dans la presse syndicale, en 1950, elle émane de Robert Bisson, délégué fédéral du CCCA. S’affichant comme un défenseur de l’apprentissage artisanal, de la formation « sur le tas », il est malgré tout très critique vis-à-vis d’une certaine conception de l’apprentissage :

  • 27 L’atelier artisanal, no 14, avril 1950.

« Autrefois le métier était enseigné par des méthodes empiriques de répétitions, car le temps passé à l’apprentissage et au perfectionnement comptait peu, il n’en est plus de même de nos jours. [...] On ne peut plus envisager l’apprentissage comme il y a cinquante ans, exclusivement autour de l’établi ou sur le chantier, à une époque où l’évolution économique et sociale était lente et les méthodes plutôt routinières, encore que bonnes et éprouvées par le temps. Un métier en plein essor il y a vingt ans peut être de nos jours en voie de régression, par suite de l’introduction de méthodes nouvelles ou de matériaux nouveaux. Que deviendront les apprentis que l’on s’obstine à former encore dans ces métiers (sabotiers, bourreliers, cordonniers, etc.)27 ? »

15Un autre problème justifie à ses yeux cette position : l’évolution démographique. La natalité dans les campagnes (de l’Ouest notamment) ne pourra pas être absorbée par l’agriculture et l’artisanat rural. Il faut préparer dans de bonnes conditions la formation de ceux qui devront chercher fortune ailleurs. La conclusion de Robert Bisson est sans appel : « On ne saurait plus prétendre aujourd’hui que la formation totale d’un ouvrier puisse être acquise dans un atelier d’artisan, sauf exception. »

  • 28 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 4 juillet 1956.
  • 29 La loi du 16 juillet 1971 relative à l’apprentissage ne le mentionne plus. Dans le secteur du bâti (...)

16Cette obligation de se mettre au niveau est également admise par le président de la chambre de métiers en 1956 : « on assiste depuis quelques années à une évolution des métiers par suite de l’évolution des techniques. Les jeunes qui, ayant bénéficié d’une formation professionnelle méthodique peuvent étendre l’éventail de leurs connaissances, s’adapteront assez facilement à cette évolution. Par contre, le reclassement d’artisans plus âgés qui ne peuvent ou ne veulent évoluer pose un problème quasi-insoluble28 ». La rentabilité des entreprises passe par une meilleure gestion de celles-ci et donc une organisation plus rationnelle, plus moderne. L’évolution des techniques appelle également une nouvelle conception de l’apprentissage, sans doute plus proche de celle qui est enseignée dans les écoles techniques que dans les vieux ateliers. Les apprentis ne pourront pas se tenir indéfiniment à l’écart de l’école et l’EFAA est petit à petit condamné à disparaître29. Le CAP prend dans ces conditions une autre valeur.

De la défiance à la défense du CAP

17Pourquoi les artisans du bâtiment, après avoir longtemps hésité à le défendre, sont-ils restés attachés au CAP, alors que les conditions de la formation des travailleurs étaient en train de changer, avec la promotion des études longues, et que se poursuivait l’intégration de l’enseignement professionnel dans le système scolaire ? Pour commencer, on pourrait dire avec Pierre Laurent, secrétaire général de l’Éducation nationale de 1963 à 1968, que dès la fin des années 1960, les artisans pouvaient tirer avantage de la défense de ce seul diplôme de base :

  • 30 Entretien réalisé le 14 décembre 2001 par Daniel Blondet, disponible sur le site consacré aux 30 a (...)

« À cette époque [les années 1960], les chambres de métiers dominaient les structures de concertation. Or ces représentants de la petite entreprise et de l’artisanat étaient très conservateurs : pour eux, une formation plus étendue, une qualification plus haute était synonyme d’un coût salarial plus élevé ! Il y avait ainsi une complicité objective entre les enseignants qui ne voulaient pas bousculer les structures de l’enseignement technique et l’artisan qui ne voulait pas payer plus cher sa main-d’œuvre30. »

  • 31 Depuis 1998, le CAP a fait l’objet d’une politique de « relance » par le ministère de l’Éducation (...)
  • 32 Maillard F., « La fin du BEP ? », M. Millet et G. Moreau (dir.), op. cit., p. 143. Dans les lycées (...)
  • 33 Moreau G., « Apprentissage : une singulière métamorphose », Formation Emploi, no 101, 2008, p. 119 (...)
  • 34 Repères et références statistiques, 2011, p. 150.

18Mais tenir cette position devenait plus difficile pour les artisans à partir des années 1980, à une période où le CAP était menacé par l’objectif de conduire 80 % d’une classe d’âge au baccalauréat, objectif rendu possible par la création du baccalauréat professionnel. Alors qu’il y avait plus de 500 000 inscrits en CAP dans la voie scolaire en 1970, on n’en comptait plus que 150 000 en 1990 et un peu plus de 70 000 en 200031. Le nombre d’apprentis en CAP connaissait lui-même un déclin sur cette période : 230 000 en 1970, 195 000 en 1990, 185 000 en 200032. Pour continuer à défendre ce titre, il fallait en proposer d’autres. Après les lois de décentralisation (1982-83) qui lui avaient permis de trouver de nouveaux relais là où il était bien implanté, la loi Séguin étendit la palette des diplômes préparés en alternance, et offrit à l’apprentissage de nouvelles perspectives de développement. Il disposait à nouveau des moyens d’apparaître comme une alternative acceptable au modèle scolaire33. Au final, alors qu’elle apparaissait moribonde au début des années 1970, cette voie de formation connaît depuis une quinzaine d’années un nouveau développement, avec près de 425 000 apprentis en 2010, soit 200 000 de plus qu’au début des années 197034.

  • 35 Note d’information 98-43, p. 3, pour 1997, Repères et références statistiques, p. 159, pour 2011. E (...)
  • 36 En 2011, sur la population des élèves des lycées professionnels inscrits à un diplôme de niveau IV (...)

19Dans les faits, cette renaissance s’est effectuée sans disqualifier le CAP préparé en apprentissage dans les métiers du bâtiment, même avec une offre de formation élargie. En 2011, plus de 75 % des apprentis du secteur étaient inscrits dans un diplôme de niveau V contre 87 % en 1997 (la proportion des inscrits dans un diplôme de niveau IV s’élève aujourd’hui à 19 % contre 12 % en 1997)35. En maintenant leur attachement au CAP dans ces conditions, les artisans du bâtiment réunis dans la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) ont résisté à ce mouvement général d’élévation du niveau de formation quand les patrons de la Fédération française du bâtiment (FFB) se montraient plus ouverts à cette perspective, en soutenant l’ouverture de sections de baccalauréat professionnel dans le secteur36. La contribution des artisans à la défense du CAP a donc été constante dans la période récente. Elle tranche avec leurs positions antérieures, sans pour autant être complètement en décalage avec leurs conceptions de l’apprentissage d’un métier.

20Dans la presse professionnelle, les artisans réutilisent à partir des années 1990 les arguments qui avaient été les leurs dans la défense des formations artisanales contre le CAP : un bon artisan doit savoir tout faire et donc s’adapter aux différentes situations qui se présentent dans le cadre du travail. C’est par exemple le point de vue exprimé dans Le Bâtiment artisanal qui défend en 1995 le CAP comme titre attestant une formation de base au métier contre la tendance à la spécialisation :

  • 37 Le bâtiment artisanal, no 436, novembre 1995.

« Cette spécialisation, si elle correspond au travail segmenté parfois demandé aux ouvriers dans les grandes entreprises, ne répond pas tout à fait aux travaux réalisés dans les entreprises artisanales du bâtiment. De plus, la forme des entreprises, le plus souvent un artisan avec quelques compagnons, nécessite de la part de chacun une grande autonomie : les compagnons doivent pouvoir travailler sans que l’artisan soit présent. [...] La CAPEB milite pour que le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) ne perde pas sa vocation à former à un métier incluant des savoir-faire de base tout en prenant en compte les évolutions techniques37. »

21Pour les artisans, les besoins de spécialisation ne doivent pas conduire à remettre en cause le principe même de la formation à un métier, surtout si cette spécialisation peut s’apprendre en un an. Pour ce cas de figure, il existe les mentions complémentaires.

  • 38 Maillard F., « La fin du BEP ? », op. cit., p. 131.

22Les artisans du bâtiment ont pu d’autant mieux défendre cette conception du CAP que les pouvoirs publics devenaient plus réceptifs aux qualités des « entreprises formatrices », qui avaient été contestées aux artisans dans les années 1970, souvent accusés d’exploiter les jeunes. Si la définition des diplômes de l’enseignement professionnel associe depuis 1948 représentants des employeurs et représentants de l’État dans le cadre des commissions professionnelles consultatives (CPC), elle a aussi toujours été mise au service de politiques éducatives qui n’avaient pas forcément l’agrément des organisations professionnelles38. Après une longue période de standardisation des diplômes au niveau national, une nouvelle tendance s’observe, celle d’une meilleure prise en compte du point de vue des employeurs, qu’illustrent bien les propos tenus en 1993 aux artisans du bâtiment par Benoît Bouyx, secrétaire général des CPC au ministère de l’Éducation nationale :

  • 39 Le bâtiment artisanal no 411, octobre 1993.

« Les examens doivent vérifier des compétences correspondant à des situations réelles de travail. C’est à partir du chantier, de la vie du chantier, que l’on doit pouvoir vérifier que les compétences sont acquises39. »

  • 40 Le bâtiment artisanal, no 501, décembre 2001.
  • 41 Caillaud P. « Diplômes et conventions collectives : un lien en voie de délitement », M. Millet et (...)

23Pour Le bâtiment artisanal, une autre forme de validation des diplômes se trouve ici encouragée, « qui s’appuierait sur le travail en entreprise, et sur le comportement du jeune ». C’est dans cet état d’esprit que les artisans ont participé au début des années 2000 à la « rénovation » des CAP et des BEP dans les professions du bâtiment40. Ce mouvement est d’autant plus conforme aux intérêts des artisans qu’il a été suivi d’une remise en cause de la relation qui existait entre diplômes et conventions collectives41. En d’autres termes, la définition du diplôme s’éloigne de ce que le titre étant censé garantir.

24L’attachement des artisans du bâtiment au CAP doit être interprété enfin comme une résistance à l’allongement de la durée des études, en particulier vis-à-vis du baccalauréat professionnel. Le brevet professionnel, qui est préparé en formation continue ou par la voie de l’apprentissage, présente à leurs yeux de meilleures garanties de formation, avec le brevet de maîtrise. En 2001, Le Bâtiment artisanal renouvelle ainsi sa défense du CAP comme premier élément d’une formation au métier, avec le brevet professionnel, car c’est un diplôme professionnel qui assure à son titulaire des bases solides et élargies :

  • 42 Le bâtiment artisanal, no 494, février 2001.

« Quel que soit le niveau d’accès à la formation, un jeune qui a choisi un BEP, en espérant aller vers le bac pro, et qui constate qu’il n’y parviendra pas, doit pouvoir facilement changer de voie et poursuivre son parcours par l’obtention d’un CAP. Il faut voir le diplôme comme un objectif minimal pour mesurer ses progrès personnels. C’est aussi l’échelon qui permet d’envisager une évolution des qualifications dans l’entreprise42. »

  • 43 Le bâtiment artisanal, no 501, décembre 2001.

25Dans ces conditions, le CAP occupe une position semblable à celle qui était attribuée à l’examen de fin d’apprentissage artisanal, celle d’un titre professionnel « qui correspond à un premier niveau de qualification (ouvrier professionnel)43 ». Autrement dit, c’est le départ du métier.

26Dans les métiers du bâtiment, comme dans l’ensemble des métiers de l’artisanat, de nombreux petits patrons se sont montrés durablement réticents vis-à-vis du CAP, considérant que la formation devait se faire sur le tas. L’école était trop théorique à leurs yeux, dangereuse pour la formation des apprentis, devenus des élèves. Ils craignaient sans doute aussi que le développement du CAP amène les salariés des entreprises artisanales à négocier une reconnaissance financière de ce diplôme. Le titre qu’ils valorisent, c’est le brevet de maîtrise ou le brevet professionnel. Ils restent attachés à la maîtrise de leur formation, et leur rapport au CAP se définit dans ce cadre là. Pour autant, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, la concurrence est très forte avec les centres d’apprentissage, dont les effectifs d’élèves dans le bâtiment ne cessent de croître. La politique du CCCA, qui continue de valoriser la formation en entreprise mais qui œuvre parallèlement à une uniformisation des parcours (au moyen notamment des cours par correspondance), favorise l’adoption du CAP par les artisans du bâtiment. La création des CFA dans les années 1970, en condamnant les formations maison, ne va faire qu’accélérer ce processus et les obliger à introduire davantage de temps de cours dans la formation. On pourrait dire alors qu’ils ont à leur façon été emportés par la vague de scolarisation. Pour autant, sur la période récente, alors même que le niveau général des diplômes ne cesse de s’élever, les artisans sont restés des défenseurs de ce diplôme qui, sur des bases rénovées, est devenu plus conforme à l’idée qu’ils se font d’un début de formation professionnelle.

Notes

1 Suteau M., « Un non-diplôme. L’examen de fin d’apprentissage artisanal », M. Millet et G. Moreau (dir.), La société des diplômes, op. cit., 2011, p. 207-220.

2 Bâtiment et travaux publics de l’Ouest (BTPO), no 5, mai 1922, no 10, octobre 1922. Sur la définition locale du CAP, voir Brucy G., Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel (1880-1965), op. cit.

3 BTPO, no 9, septembre 1923. Eugène Bégarie (1869-1955) est un ancien élève de l’école Livet, une école privée technique de Nantes assez réputée qui a été transformée en école nationale professionnelle (ENP) en 1898. Devenu entrepreneur en menuiserie, il intègre assez rapidement la commission locale professionnelle de la ville, en 1920, puis le comité départemental de l’enseignement technique. Il est également élu à la chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes de 1921 à 1937.

4 BTPO, no 9, septembre 1923.

5 Ibidem.

6 BTPO, no 7 et 8, juillet et août 1924.

7 BTPO, no 1, janvier 1935.

8 L’atelier artisanal. Journal des artisans de Loire-Inférieure (1949-1960), no 3, avril 1949.

9 BTPO, no 1, janvier 1927.

10 BTPO, no 7, juillet 1942.

11 BTPO, no 8, août 1942.

12 Ibidem. En février 1943, le président de la fédération du bâtiment relève cependant que les problèmes de l’apprentissage ne seront réglés que lorsque la question des salaires aura été traitée, car le recrutement des apprentis ne pourra pas se faire dans de bonnes conditions s’ils jugent le métier « sale », « pénible », « dangereux », mais surtout « mal payé », BTPO, no 2, février 1943.

13 Sur l’histoire du CCCA, voir Casella P., Tanguy L. et Tripier P., « Le paritarisme contre les experts. L’exemple du Comité central de coordination de l’apprentissage du bâtiment et des travaux publics », Revue française de sociologie, vol. 29, no 1, 1988, p. 55-79. Un des points forts du CCCA en matière d’apprentissage, c’est qu’il dispose immédiatement de ressources importantes (toutes les entreprises du secteur doivent verser une contribution qui s’élève en 1942 à 0,3 % de la masse salariale, portée à 3 % en 1945), Benoist P., La formation professionnelle dans le bâtiment et les travaux publics 1950-1990, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 61-62.

14 BTPO, no 5, mai 1943.

15 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 5 novembre 1942.

16 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV des séances du 10 mars et du 2 avril 1942.

17 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV des séances des 2 août, 6 septembre et 6 décembre 1943.

18 Bonnet B., « Une contribution majeure à la qualification des ouvriers du Bâtiment : la formation professionnelle accélérée 1945-1949 », J.-F. Crola et A. Guillermé (dir.), Histoire des métiers du bâtiment au XIXe et XXe siècles, Paris, ministère de l’équipement, du logement et de l’espace, 1991, p. 287-301.

19 Troger V., Histoire des centres d’apprentissage 1939-1959. Les enjeux économiques, politiques et culturels de la scolarisation de la formation ouvrière, Thèse d’histoire, Paris IV-Sorbonne, 1990, p. 48.

20 Moreau J., « L’apprentissage dans les entreprises du bâtiment et des travaux publics », P. Bacon, A. Rosier et P. Ramadier (dir.), La formation professionnelle, volume 3 de L’Encyclopédie générale de l’éducation française, Paris, Rombaldi, 1954, p. 17-24.

21 CNPC du bâtiment, PV de la séance du 13 décembre 1950, cité dans Troger V., op. cit, p. 208.

22 Suteau M., « Le coût des formations artisanales (1945-1970) : l’exemple de la Loire-Atlantique », J.-F. Condette, Le coût des études, ses implications scolaires, sociales et politiques (XVIe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 223-241. Dans le département de Loire-Inférieure, les métiers du bâtiment regroupent toujours le groupe le plus important des apprentis de l’artisanat (1/3 de l’effectif total) de la fin des années 1940 (1948) à la fin des années 1960 (1967), devant les apprentis des métiers de la mécanique, du fer, de l’électricité (entre 20 et 25 %).

23 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 2 juillet 1952.

24 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 9 juillet 1958.

25 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 11 octobre 1960.

26 L’atelier artisanal, no 21, novembre 1950.

27 L’atelier artisanal, no 14, avril 1950.

28 Chambre de métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 4 juillet 1956.

29 La loi du 16 juillet 1971 relative à l’apprentissage ne le mentionne plus. Dans le secteur du bâtiment, ce n’est pourtant qu’au cours de la réunion de la CNPC du 11 janvier 1978 que fut examinée la liste des CAP nécessaires pour remplacer les EFAA à partir du 1er juillet 1978. Cf Benoist P., La formation professionnelle dans le bâtiment et les travaux publics..., op. cit., p. 103.

30 Entretien réalisé le 14 décembre 2001 par Daniel Blondet, disponible sur le site consacré aux 30 ans du Céreq.

31 Depuis 1998, le CAP a fait l’objet d’une politique de « relance » par le ministère de l’Éducation nationale, avec l’accord de nombreuses branches professionnelles, et regagné des élèves, Maillard F., « L’ambivalence de la politique éducative : le CAP entre déclin et relance », article cité.

32 Maillard F., « La fin du BEP ? », M. Millet et G. Moreau (dir.), op. cit., p. 143. Dans les lycées professionnels, le BEP est progressivement devenu la référence pour les diplômes de niveau V, avant d’être transformé en une sorte de « propédeutique » au baccalauréat professionnel, puis d’être condamné à disparaître à partir de 2009 avec la mise en place du baccalauréat professionnel en trois ans.

33 Moreau G., « Apprentissage : une singulière métamorphose », Formation Emploi, no 101, 2008, p. 119-133.

34 Repères et références statistiques, 2011, p. 150.

35 Note d’information 98-43, p. 3, pour 1997, Repères et références statistiques, p. 159, pour 2011. En 2009, dans les 103 CFA du réseau CCCA-BTP, ce sont également trois apprentis sur quatre qui préparent un diplôme de niveau V, Les apprentis du réseau CCCA-BTP. Principales données chiffrées 2009-2010, p. 4.

36 En 2011, sur la population des élèves des lycées professionnels inscrits à un diplôme de niveau IV et V dans les métiers du bâtiment, plus de 60 % des élèves préparent un baccalauréat professionnel, Repères et références statistiques, 2011, p. 111. La FFB reste cependant attachée au CAP. Ainsi, la loi de simplification du droit, adoptée le 29 février 2012, qui n’implique pas de contrôle effectif de la qualification lors de la création d’une entreprise artisanale, a été perçue par la FFB comme une remise en cause de la qualité d’artisan qui ne peut de son point de vue n’être reconnue qu’aux « titulaires d’un CAP/BEP ou les personnes disposant d’une expérience de six ans dans leur métier » (dépêche AFP du 12 mars 2012).

37 Le bâtiment artisanal, no 436, novembre 1995.

38 Maillard F., « La fin du BEP ? », op. cit., p. 131.

39 Le bâtiment artisanal no 411, octobre 1993.

40 Le bâtiment artisanal, no 501, décembre 2001.

41 Caillaud P. « Diplômes et conventions collectives : un lien en voie de délitement », M. Millet et G. Moreau (dir.), op. cit., p. 247-260. Conséquence de la loi de modernisation sociale de 2002, les conventions collectives de branche ne tiennent plus nécessairement compte des diplômes depuis la loi de 2008 portant modernisation du marché du travail.

42 Le bâtiment artisanal, no 494, février 2001.

43 Le bâtiment artisanal, no 501, décembre 2001.

Auteur

Sociologue, maître de conférences en sociologie, chercheur associé au Service d’histoire de l’éducation (Institut français de l’éducation), université de Nantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540