Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le CAP : un diplôme du peuple

 | 
Moreau Gilles
, 
Fabienne Maillard
, 
Guy Brucy

Deuxième partie. Le cap fac e au marché du travail

Les CAP et le marché de l’emploi dans le Nord et le Pas-de-Calais (1919-1939)

Stéphane Lembré

Texte intégral

  • 1 Dormard S., L’économie du Nord-Pas-de-Calais. Histoire et bilan d’un demi-siècle de transformation (...)

1D’études en rapports, d’année en année, se décline le constat de la fréquentation supérieure à la moyenne nationale des filières professionnalisantes courtes dans la région du Nord. Depuis les années 1950, la composition socio-professionnelle de la population du Nord-Pas-de-Calais est identifiée comme la clé d’interprétation, mais la plupart des travaux signalent qu’à catégorie sociale équivalente, les jeunes du Nord-Pas-de-Calais privilégient des études courtes et des certifications professionnalisantes1. Que l’on privilégie la structure socio-économique régionale ou les logiques socio-culturelles, les origines de ce décalage sont en partie de nature historique et le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) y joue un rôle central.

  • 2 Prost A., « Le CAP fait de la résistance », repris dans Regards historiques sur l’éducation en Fra (...)
  • 3 Brucy G., Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel, 1880-1965, op. cit.

2Le certificat de capacité professionnelle (CCP), première mouture née en 1911 de ce qui deviendra le CAP en 1919, permet entre autres de s’interroger sur les origines de ces caractéristiques régionales et plus largement sur les rapports entre le CAP et le marché du travail. Pour des populations ouvrières nombreuses, en particulier dans les secteurs minier et textile, il offrait une qualification potentiellement utile, étant la « seule qualification accessible » pour certaines, et pour d’autres une « certification pratique » complétée d’un autre diplôme pratique2. Sans revenir sur les débats qui ont eu lieu avant la Grande Guerre quant à l’utilité et à la forme du certificat de capacité, tout juste peut-on relever, après d’autres, que des professeurs d’écoles pratiques de commerce et d’industrie (EPCI) – non concernées initialement par le certificat de capacité professionnelle – ont des avis opposés sur l’opportunité de ce diplôme3. Avant les années 1930, les principaux intéressés connaissent inégalement ce diplôme. L’hypothèse selon laquelle l’obtention d’un CAP serait privilégiée par rapport aux enseignements professionnels plus longs et, plus encore, par rapport aux enseignements classiques, invite à se pencher sur l’appropriation régionale de cette certification, à travers la croissance des effectifs présentés et des effectifs reçus aux CAP, mais également à travers la diversification d’un diplôme dont l’éclatement constitue une caractéristique historique majeure. On s’appuiera bien évidemment sur les précieux éléments fournis par Guy Brucy, en se proposant d’envisager la manière dont le CAP s’insère dans la trajectoire nordiste d’institutionnalisation de la formation au travail. Avoir recours à des archives départementales et municipales pour compléter les perspectives initiées par le dépouillement des fonds de l’administration centrale vise à mettre en exergue certaines structures durables de la formation professionnelle nordiste. Le département du Nord, qui fonctionne souvent comme un modèle pour l’administration de l’enseignement technique dans les années 1920 et notamment pour la mise en place des CAP, comme celui du Pas-de-Calais moins souvent étudié, permettent de bien repérer les appropriations et les reconnaissances différenciées selon les secteurs, les métiers et les communes.

  • 4 Chapoulie J.-M., « Représentations de la main-d’œuvre, actions parlementaires et administratives. (...)

3Le renforcement de la certification des formations professionnelles repose d’abord sur le certificat d’aptitude professionnelle, défini dans la loi Astier du 25 juillet 1919 (articles 47 et 48) en modifiant le certificat de capacité professionnelle. Le changement lexical et l’évolution du certificat tiennent compte des critiques (notamment patronales). À partir de 1919, le CAP devient donc la sanction de la formation dans les cours professionnels et sur le lieu de travail ou dans les écoles techniques, mais le recours à des mesures quantitatives s’impose pour apprécier son usage réel, d’autant que le diplôme institué connaît des mutations qui accompagnent le développement volontariste de l’enseignement technique dans les années 1920 et 19304.

Les conquêtes du CAP

4La progression, quantitative et qualitative, du CAP dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais est indéniable. Elle prend la forme d’une diversification qui confirme le besoin de diplôme tout en fragilisant sa portée certificatrice.

Vers l’affirmation du diplôme

  • 5 Cf. Brucy G., op. cit., p. 86.

5Il faut d’emblée faire montre de prudence au moment de fournir un aperçu quantitatif, dans la mesure où le chiffrage des CAP est tributaire de plusieurs biais, dont le principal est le décalage entre les bilans de l’administration de l’enseignement technique et les pratiques des collectivités locales5. D’après les chiffres réunis pour les années 1920 et 1930, toutefois, les progressions du nombre de CAP délivrés et de CAP créés (mesurés par les arrêtés de création des CAP) sont lentes mais indéniables. Dans le département du Pas-de-Calais, 269 CAP sont distribués en 1924-1925 aux élèves des cours professionnels, 696 douze ans plus tard. Le nombre de titulaires de CAP suit la croissance des effectifs : on passe entre ces deux années scolaires de 1 785 à 5 291 élèves, soit quasiment un triplement. La progression du nombre d’élèves s’accélère surtout à la fin des années 1920 (+ 762 de 1926-1927 à 1927-1928) et trouve sa conclusion logique dans l’élévation du nombre de CAP à partir de 1931-1932, au terme des trois années requises pour se présenter à l’examen. En réalité, une décennie est nécessaire après la loi Astier de juillet 1919 pour le développement des cours professionnels puis l’affirmation du rôle du CAP. Ce développement s’appuie sur le renforcement des cours professionnels obligatoires et la présentation de plus en plus systématique de leurs élèves aux épreuves du CAP. En 1932, 28 villes du département du Nord disposent de cours professionnels obligatoires qui présentent des élèves aux examens du CAP. Entre-temps l’administration de l’enseignement technique a pourtant dû imposer le lien financier entre cours professionnels et présentation du CAP pour conforter ce dernier, de sorte qu’il s’agit là d’une progression contrôlée. Ce contrôle devient plus évident encore une fois le CAP inclus dans les conventions collectives relancées par le Front populaire en 1936.

6Parallèlement, à la différence du certificat imaginé en 1911 et malgré les avis très partagés des principaux intéressés (représentants professionnels, corps enseignant et administration de l’enseignement technique), le CAP devient aussi un objectif des jeunes scolarisés dans les EPCI. Les élèves des EPCI du département du Nord sont deux fois plus nombreux à décrocher le CAP en 1937 qu’en 1930, même si les chiffres restent modestes : 160 filles et 353 garçons scolarisés dans les EPCI obtiennent leur CAP en 1930, 397 et 652 en 1937. La plupart de ces élèves présentent aussi d’autres concours et examens, comme le certificat d’études commerciales, le certificat d’études techniques complémentaires, le concours d’agent mécanicien des PTT ou le certificat d’enseignement ménager. Cependant, autant pour les effectifs présentés que pour les effectifs reçus, le CAP tend à devenir le diplôme le plus recherché quantitativement par les élèves des EPCI, sans qu’il soit une certification exclusive d’autres diplômes.

Source : AD Nord, 2T1440.
Tableau 1. – Résultats au CAP des élèves des EPCI du département du Nord.

  • 6 Archives départementales (désormais AD) Pas-de-Calais T397 : cours professionnels.

7Au-delà des catégories statistiques, la distinction des élèves des EPCI parmi les candidats aux CAP paraît d’autant moins pertinente qu’on observe la cohabitation très large des élèves des cours professionnels et de ceux des EPCI, réunis symboliquement dans l’examen du CAP : à Boulogne-sur-Mer, les cours professionnels fonctionnent d’octobre 1935 à mai 1936 dans les locaux de l’EPCI et de mécaniciens de marine et dans l’école pratique de jeunes filles. Pour les garçons, 310 élèves ont fréquenté ces cours, 158 ont obtenu le CAP, tandis que pour les filles, sur 404 élèves, 133 ont été diplômées6. Cette cohabitation suggère de ne pas postuler de séparation nette entre élèves des cours professionnels et élèves des EPCI, même si les cours suivis et la scolarisation, à temps plein ou en parallèle à une activité salariée, diffèrent profondément, ce qui conditionnait les chances de réussite. En revanche, la place de l’examen dans leurs cursus et carrières respectifs est effectivement différente : là où les élèves des cours professionnels conjuguent emploi et formation avant le diplôme, les élèves des EPCI suivent le parcours, appelé à devenir la norme, qui fait se succéder la formation, le diplôme et l’emploi.

  • 7 AD Pas-de-Calais 1 W 18917 : liste des CAP institués dans le département du Pas-de-Calais, 1922-19 (...)

8Les CAP sont en outre institués progressivement, en s’additionnant les uns aux autres. À Arras, par exemple, un examen de CAP pour les sténodactylographes est décidé le 20 juin 1925, pour les aides-comptables le 26 mai 1926, et la liste est longue jusqu’aux dessinateurs industriels, concernés par un arrêté du 11 avril 1939, mais sans doute déjà visés par des arrêtés précédents puisque, on le sait, certaines professions sont concernées par un grand nombre de CAP différents et les arrêtés parfois modifiés. De nombreuses communes de moindre importance instituent un ou deux CAP, mais la corrélation entre la taille de la commune et le nombre de CAP ne se vérifie pas toujours. Ainsi, à Isbergues, petite commune du Pas-de-Calais, les CAP de « mouleur », « ajusteur », « modeleur », « tourneur », « menuisier », « chaudronnier », « électricien » (21 juillet 1932), de « dessinateur-calqueur », « lamineur de tôles », « outilleur de laminoir », « tourneur en cylindres », « chaudronnier-soudeur » (18 avril 1936) peuvent être obtenus. À travers cet inventaire, la difficulté à percevoir la nature exacte du métier préparé est patente, sans parler du métier réellement exercé une fois le diplôme obtenu : d’autres sources doivent être mobilisées pour préciser l’analyse. Les spécialisations industrielles locales apparaissent néanmoins clairement, à l’image du CAP de « papetier » institué le 2 mai 1928 à Lumbres ou de celui de « décorateur sur faïence » créé à Desvres le 17 juillet 19337. L’ensemble signale la force du lien entre formation et marché de l’emploi local.

La diversification des CAP

  • 8 Surdez M., Diplômes et nation. La constitution d’un espace suisse des professions avocate et artis (...)

9Ces spécialisations territorialisées posent la question centrale de la « portée » du diplôme, entre certification nationale et diplôme local. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit pour la direction de l’enseignement technique (DET) de fournir aux salariés un diplôme reconnu ailleurs que dans le lieu de son obtention, qui puisse leur garantir une mobilité professionnelle sans remise en cause de leur capacité professionnelle. Créer un diplôme, en effet, ne suffit nullement à définir les frontières de sa validité8.

  • 9 Conférence de Joseph Dupin, « Le certificat d’aptitude professionnelle et le certificat d’études p (...)

10Lorsque l’inspecteur général adjoint de l’enseignement technique et directeur de l’Institut Colbert de Tourcoing Joseph Dupin, futur inspecteur général dans le Rhône, s’exprime sur le CAP à l’occasion de la Semaine du travail manuel organisée à l’automne 1925, il choisit de recourir à l’humour pour évoquer l’organisation complexe des examens pour l’obtention du CAP. Imposer l’idée d’une épreuve commune dans toute la France permettrait de « dire alors que tous les apprentis de France font, à la même heure, les mêmes efforts musculaires ». Derrière cette version pratique et physique de la phrase célèbre prêtée à Hippolyte Fortoul, le fonctionnaire n’est pas sans savoir que se cache le débat complexe entre centralisation et localisation du diplôme. Cette centralisation serait certes contraire à la loi du 25 juillet 1919, mais en revanche la coordination est requise pour contrarier l’impression d’éparpillement largement ressentie par les enseignants et par les responsables économiques9. La conscience de cette nécessité ne suffit pas à régler la question, et jusqu’à la fin des années 1930, malgré les efforts de l’administration de l’enseignement technique, la tendance à l’éclatement du diplôme l’emporte, au point de devenir le principal critère de définition et d’appréciation du CAP.

Les marchés locaux de l’emploi

11L’enjeu de la diversification du CAP et de son adaptation locale consiste à assurer une coïncidence entre les formations professionnelles dispensées, le diplôme proposé et le marché local de l’emploi. Dans le Nord et le Pas-de-Calais – mais la situation n’est probablement pas isolée –, cet ajustement paraît constamment à réaffirmer et à garantir.

Spécialisations locales et adaptations des CAP

  • 10 Bode G. et Savoie P. (dir.), L’offre locale d’enseignement. Les formations techniques et intermédi (...)

12L’offre locale d’enseignement technique, objet d’études depuis une vingtaine d’années, a bien montré à quel point l’hétérogénéité des formations professionnelles est intrinsèquement liée aux caractéristiques économiques locales10. La fonction « nationalisante » d’un examen et d’un diplôme comme le CAP s’inscrirait donc en rupture, en nécessitant d’envisager autrement l’enseignement technique et professionnel, sous peine d’un échec patent. En ce sens, le développement du CAP est inséparable de la démarche volontariste de l’administration de l’enseignement technique, qui, grâce à la taxe d’apprentissage, entend mobiliser les parties intéressées autour de la formation des producteurs. Dans le droit fil des critiques énoncées dès le début du siècle, les responsables de l’enseignement technique sont mis au défi de trouver l’équilibre incertain entre un examen national et les conditions locales, afin de rapprocher les diplômés des « besoins » exprimés par les employeurs locaux, et donc de faciliter l’insertion sociale et professionnelle de ces élèves. Cette tension entre reconnaissance nationale du diplôme et localisme de l’emploi, entre diplôme générique et spécialisation, est la caractéristique principale de la diffusion des CAP, et le Nord de la France ne déroge pas à la règle. Elle reflète plus largement l’instabilité du centre de gravité entre l’école et l’entreprise.

  • 11 Capillier T., Pêches et pêcheurs à Boulogne-sur-Mer (1870-1980), thèse pour le doctorat d’histoire (...)

13La création des CAP et l’effort plus vaste d’organisation de la certification doivent permettre de distinguer les différentes spécialités nécessaires sans les multiplier à l’infini. Cela implique l’examen des spécificités professionnelles et l’observation ininterrompue des marchés du travail. Ainsi, lorsque le ministre de l’Instruction publique décide, en février 1929, la réorganisation de l’enseignement professionnel maritime, il inclut la certification des compétences : le sénateur de Boulogne-sur-Mer, Roger Farjon, également inspecteur départemental de l’enseignement technique comme son père avant lui, préside en avril 1923 une commission qui examine la question des brevets de commandement à la pêche et de l’équipage. On prévoit finalement deux brevets pour le commandement, l’un de capitaine de pêche, l’autre de patron de pêche, et un brevet de mécanicien requis selon la puissance du moteur11. L’institutionnalisation des CAP, la légitimité des formations et le développement des besoins se renforcent mutuellement.

De l’indifférence à l’acceptation des CAP

14Ces adaptations et cette plasticité des CAP ont pu parfois – souvent ? – se retourner contre le diplôme. En effet, le CAP est bien souvent un diplôme concurrencé, lorsqu’il ne laisse pas plutôt indifférents jusqu’aux responsables des institutions d’enseignement technique.

  • 12 AD Pas-de-Calais, T4372 : rapport de la fin d’année scolaire 1922-1923 de la direction de l’EPCI d (...)

15À l’école pratique de commerce de filles de Boulogne-sur-Mer, le CAP est délivré pour la première fois à la fin de l’année scolaire 1922-1923 à des sténodactylographes et des couturières12. Dans ces écoles, le certificat d’études pratiques commerciales ou industrielles reste privilégié : 14 des 15 candidates de la même école l’obtiennent en juillet 1923. Le diplôme ne paraît indispensable ni aux familles, ni à la direction des établissements. La directrice de l’EPCI de Boulogne l’indique avec franchise à l’inspecteur d’académie en 1928 :

  • 13 AD Pas-de-Calais, T4372 : rapport trimestriel de la directrice de l’EPCI de jeunes filles de Boulo (...)

« Ce qu’il y a de nouveau et qui est une conséquence de la cherté de la vie c’est l’acceptation par les familles, trois mois avant l’examen de fin d’études (certificat d’études pratiques commerciales), des places offertes à nos élèves par l’intermédiaire de l’École que des chefs de maisons de commerce, toujours très satisfaits de nos élèves, ont pris la flatteuse habitude de s’adresser en premier à notre École pratique et de ne recourir à la publicité que lorsque nous n’avons pas de sujets à leur céder. Nous aurons, par suite de ces placements anticipés, moins de succès à faire ressortir à notre bilan de fin d’année mais nous ne pouvons oublier que nous entraînons nos élèves en vue du placement et qu’en août les demandes seront moins fréquentes que présentement13. »

  • 14 AD Pas-de-Calais, T609 : réunion du comité départemental de l’enseignement technique du Pas-de-Cal (...)

16La hiérarchie des priorités est bien établie : l’insertion professionnelle prime sans même l’expression d’un doute sur l’obtention du diplôme. Loin d’être isolée, la directrice reflète dans ses propos une distance aux diplômes assez générale chez les responsables locaux des formations. L’inspecteur départemental de l’enseignement technique, qui rend compte devant le comité départemental des cours professionnels organisés par les compagnies houillères du Pas-de-Calais en mars 1928, estime qu’il faut « attirer les élèves », et constate que les compagnies « ont prévu des sanctions (billets de tombola, diplômes, feuilles d’absence signées par les parents, prix consistant en livres ou en nomination des chefs de coupe)14 ». Que le diplôme soit mis au même rang que des billets de tombola en dit long sur son utilité réelle ou présumée. Il ne remplace pas, en tout cas, l’expérience, comme pourraient l’attester la plupart des professeurs d’enseignement agricole et technique de l’époque, eux-mêmes souvent recrutés parmi les salariés des entreprises locales. Ainsi, et pour s’en tenir à un seul exemple, le professeur de menuiserie Léon-Augustin Dubois, en introduction à son cours dispensé à l’École du Bâtiment de Roubaix, ne fonde pas son jugement de la compétence des élèves et anciens élèves sur l’obtention d’un diplôme :

  • 15 Dubois L.-A., Cours à l’usage des élèves et apprentis-menuisiers dressé pour l’École du bâtiment d (...)

« Le certificat obtenu à l’âge de douze ans donne une instruction suffisante pour entrer à l’école des apprentis, et permet de suivre en même temps les cours de dessin et de modelage qui donneront le vernis nécessaire pour compléter les études et rendre apte à comprendre le travail le plus difficile. Un élève bien doué, après dix années de pratique, peut espérer obtenir une place de chef d’atelier ou de gérant dans une société15. »

  • 16 Circulaire de la chambre des houillères du Nord et du Pas-de-Calais, 13 juin 1930, Centre historiq (...)
  • 17 Correspondance, Centre historique minier de Lewarde, C3/124.

17L’éclatement du CAP en de multiples spécialisations atténue son caractère générique et le rapproche des multiples diplômes spécifiques aux métiers. Cela n’exclut pas toutefois de véritables résistances, dont témoignent parfaitement deux industries majeures du Nord, dans les mines et le textile. Même si les cours professionnels d’Anzin, près de Valenciennes, sont créés dès le 21 mai 1920, la croissance des effectifs est très nette encore dans les années 1930. Or, ce sont des contingents d’élèves importants qui sont peu à peu présentés à l’examen pour le CAP : 210 en 1939, pour 147 reçus. De ce rapport dominant des compagnies minières au CAP, la chambre des houillères du Nord et du Pas-de-Calais se fait l’interprète dans la circulaire adressée aux compagnies minières en juin 1930 : l’organisation de l’enseignement professionnel est manifestement liée aux exonérations de la taxe d’apprentissage souhaitées, et cet enseignement, en vertu de la loi du 20 mars 1928, débouche sur un examen de fin d’apprentissage qui n’est pas nécessairement le CAP. La chambre prévient néanmoins que le programme du CAP est appelé à être étendu, et appelle chacune des compagnies à prendre ses dispositions16. Le projet d’uniformisation de l’examen pour l’obtention du certificat de fin d’apprentissage rédigé et transmis par l’inspecteur départemental de l’enseignement technique et ingénieur en chef des mines Schneider, en octobre 1938, souligne à quel point les compagnies suivent ce dossier avec attention : les réponses sont d’ailleurs nombreuses, argumentées, le débat est vif sur le niveau des examens, sur la place à accorder à la pratique : les professionnels et chefs d’ateliers craignent une dérive « théorique », alors que les professeurs souhaitent généralement un véritable examen, susceptible de stimuler les élèves durant les cours. Si l’on n’évoque pas spécifiquement le CAP, la nécessité d’une formation et d’un examen paraît admise17.

  • 18 Rapport des inspecteurs départementaux des cours professionnels de jeunes gens, Boulogne-sur-Mer, (...)

18À la fin des années 1930, le CAP semble le plus souvent entré dans les habitudes, au même titre que les cours professionnels désormais plus nombreux. C’est le cas à Boulogne-sur-Mer, où dix-huit sections de cours professionnels obligatoires fonctionnent en 1938 pour six groupes de professions différentes, avec un effectif total de 424 élèves en novembre. Parallèlement, selon le rapport de l’inspecteur départemental de l’enseignement technique, 293 apprentis ont été recensés à partir de 287 déclarations patronales envoyées à la mairie, et il y aurait eu au 20 octobre « 172 apprentis récalcitrants » qui ne fréquentent pas les cours. À l’issue de l’année scolaire précédente, les examens du CAP organisés les 2 et 3 juin 1938 réunissent 204 candidats relevant de quinze professions différentes ; 176 jeunes apprentis ont été reçus. Et le rapport souligne à cet égard les progrès : 98 reçus en 1934, 124 en 1935, 158 en 1936, 163 en 193718. D’autres circonscriptions semblent certes moins dynamiques, mais dans l’ensemble les progrès sont notables au plan quantitatif – nombre de CAP présentés et obtenus – et au niveau qualitatif : mieux défini, l’examen débouche sur un diplôme mieux connu.

Les stratégies du CAP

19Si la complexité de ce « papier plié en deux » qu’est le diplôme est désormais bien connue, les stratégies d’institutionnalisation de l’enseignement technique dont le CAP apparaît comme le bras armé le sont moins. Les évaluations quantitatives auxquelles l’historien doit recourir pour tracer cette histoire en donnent une première preuve indiscutable : le CAP fonctionne en même temps comme un outil de renforcement de l’administration et d’administration de l’enseignement.

Un outil d’administration de l’enseignement

  • 19 Moreau G., op. cit., p. 26.
  • 20 Hardy-Hémery O., « Les milieux patronaux du Nord et la question de la taxe d’apprentissage dans le (...)

20Le CAP est d’abord un outil d’administration de l’enseignement technique, dans la mesure où il accompagne les principaux axes de la politique menée par la direction de l’enseignement technique dans les années 1920 et 1930. Les responsables de l’enseignement technique, à commencer par Edmond Labbé, directeur général de 1920 à 1933, sont bien conscients que la loi Astier définit un cadre et des modalités (notamment les cours professionnels prévus dans le titre V de la loi et objets d’une propagande intense) sans pour autant garantir le développement de l’enseignement technique. Il y a en réalité deux instruments qui doivent permettre une action et un contrôle, au service de la mutation importante qui fait passer la relation maître/apprenti du domaine privé à la sphère publique19 : la taxe d’apprentissage, insérée dans le projet de budget pour 1925, et le CAP. Il n’est pas inutile de constater qu’à la différence de l’affrontement entre les représentants de l’enseignement technique et les représentants patronaux que provoque dans le Nord l’application de la taxe d’apprentissage, le CAP ne déclenche pas de polémique majeure20. Mais ce n’est pas là un gage de succès, bien plutôt le signe d’une certaine indifférence, attitude abandonnée plus ou moins rapidement lorsque la pression financière et institutionnelle y oblige.

  • 21 Fonds Pratte déposé en AD Nord, 154 J.

21Si certaines professions adoptent assez vite le CAP (ajusteurs-mécaniciens, menuisiers-charpentiers ou aides-comptables par exemple), d’autres s’en détournent durablement (dans les mines ou le textile en particulier). Encore faudrait-il nuancer selon les lieux. L’école Pratte, créée à la sortie de la Première Guerre mondiale pour former des sténodactylographes et des secrétaires, adopte une position médiane21. Son directeur, André Pratte, met en place un double système de certification des compétences. L’un lui est propre, l’autre est fondé sur le CAP. Dans le premier, trois degrés de certification existent selon les résultats aux examens. Ceux-ci, au début des années 1930, prennent la forme d’un examen pratique portant sur dix disciplines, qui se tient chaque année au mois de juillet. Les connaissances des jeunes filles sont ainsi évaluées en sténodactylographie (courrier et rapport), comptabilité, correspondance commerciale, commerce et documents commerciaux, calcul commercial, calligraphie commerciale, mécanographie, téléphonie, géographie commerciale. Le diplôme d’enseignement commercial obtenu est « élémentaire », « pratique » ou « supérieur » et donne le titre respectivement de « dactylographe auxiliaire », « sténodactylographe » ou « secrétaire commerciale ».

Promotions

1931

1932

1933

1939

Premier degré (dactylographe auxiliaire)

10

9

7

7

Deuxième degré (sténodactylographe)

4

20

16

42

Troisième degré (secrétaire commerciale)

7

10

8

6

Source : AD Nord, 154 J.
Tableau 2. – Distribution des diplômes Pratte.

  • 22 Fontaine J., La scolarisation et la formation professionnelle des filles au pays de Schneider (184 (...)

22C’est très logiquement que la valeur des diplômes est garantie par l’Association sténographique professionnelle (ASP) : produit du système associatif, André Pratte reste très actif dans les principales associations sténographiques nationales ou régionales, et préside cette association. Qu’une association professionnelle atteste la compétence, et non l’institution de formation seule, paraît à première vue cohérent et gage de crédibilité. Mais à la fois juge et partie dans un système de certification fermé sur lui-même, André Pratte reproduit la dévalorisation de certains diplômes trop facilement délivrés, et relativise nettement la portée certificatrice des diplômes Pratte. Le grand nombre de sections spéciales, mentions et diplômes spécifiques décerné lors des examens de juillet 1939 incite à considérer que le diplôme Pratte reste peu valorisé et surtout utilisé comme un instrument pédagogique. La présentation des élèves au CAP superpose à ce système une certification mieux reconnue sur le marché du travail. On trouve là un système différent de celui mis en place par l’entreprise Schneider au Creusot, dont la formation du personnel de bureau est intégrée. L’école professionnelle féminine créée en 1916 fonctionne comme une salle d’attente pour l’emploi dans l’entreprise22. Avec l’école Pratte, la certification est nécessaire pour l’insertion professionnelle, d’où l’introduction des examens du CAP.

  • 23 Bulletin de la chambre syndicale des fabricants de tulle de Calais, no 18, août 1928, AD Pas-de-Cal (...)
  • 24 L’Institut d’apprentissage mécanique et industriel Saint-Joseph, Boulogne-sur-Mer, brochure, 1939.

23Les résultats obtenus aux examens pour le CAP fonctionnent aussi comme instruments de légitimation des formations et des dépenses engagées. L’article 4 du décret du 24 octobre 1911 prévoit de conditionner l’attribution des subventions aux cours professionnels par les résultats obtenus aux examens du CCP, conformément à l’exposé des motifs de ce décret, mais il semble que l’application soit plus stricte par la suite. La chambre syndicale des fabricants de tulle de Calais, lors de la cérémonie de distribution des prix aux élèves de l’école municipale d’apprentissage de la dentelle mécanique effectuée en août 1928, se félicite par la voix de son directeur de la réussite de l’établissement (réformé l’année précédente et municipalisé), dont le meilleur signe est le « succès remarquable aux examens du CAP (section des tullistes) », annonciateur d’autres réussites puisque l’année suivante, l’école présente aussi des candidats au CAP dans la section des metteurs en carte23. De la même manière, dans les brochures de présentation des établissements, les réussites aux CAP sont un argument de publicité et une preuve de la qualité de la formation dispensée. Ainsi la présentation de l’institut d’apprentissage mécanique et industriel Saint-Joseph, à Boulogne-sur-Mer, mentionne des « résultats obtenus toujours plus nombreux et variés », avec notamment, dès 1918, 19 reçus au CCP pour 23 présentés24.

24Comme cela avait été envisagé dès les premiers projets de certification, notamment lors du congrès de Roubaix de 1911, le CAP trouve l’une de ses fonctions dans la mise en ordre des dispositifs de formation. Les établissements s’en saisissent comme d’un témoin discriminant de la qualité des formations proposées. L’administration de l’enseignement technique, par l’observation et le retour d’expérience qu’elle tente d’instaurer, en fait un levier d’action. Ce rôle institutionnel est étroitement associé au rôle proprement certificateur à l’égard des lauréats, traduction de l’acception territorialisée du diplôme.

La construction territoriale des systèmes de formation

25Le développement des effectifs du CAP s’effectue sous étroit contrôle. L’administration de l’enseignement technique conditionne en effet à deux niveaux l’octroi de récompenses et de subventions au CAP. C’est d’abord le cas pour les lauréats des concours d’apprentis pour les métiers d’artisanat rural et les élèves ayant obtenu les meilleures notes aux examens du CAP, pour lesquels sont prévues des boîtes d’outillage correspondant à leur métier (circulaire du 24 août 1926).

26Un principe comparable est imposé en ce qui concerne les cours professionnels, pour lesquels le CAP doit faire figure, d’après une circulaire du sous-secrétaire d’État de l’enseignement technique datée de novembre 1929, de « consécration officielle ». À la suite des textes réglementaires précédents, les termes de la circulaire sont très clairs :

  • 25 Circulaire évoquée dans la séance du comité départemental de l’enseignement technique du Pas-de-Ca (...)

« La loi du 25 juillet 1919 est entrée en application depuis un temps suffisamment long pour qu’aucune raison sérieuse puisse maintenant s’opposer à l’organisation de sessions régulières de cet examen. Le montant des subventions sollicitées annuellement par les cours professionnels dépasse les crédits mis à ma disposition par le Parlement : des demandes devront donc être réduites et, systématiquement, ces réductions porteront sur les cours qui ne préparent pas au CAP25. »

27Cette disposition vaut toujours en 1935, ce qui témoigne soit de son efficacité, soit, à l’inverse, de quelque difficulté à promouvoir le CAP... Comme en écho à cette politique, de bons résultats – ou jugés tels – sont censés appuyer les demandes de subvention, à l’image des cours professionnels de Calais, fréquentés en 1925 par un millier de jeunes gens, dont 105 se sont présentés en juin et juillet 1925 aux examens du CAP, pour 48 admis, et qui demandent que la subvention de l’État qui s’élevait à 15 000 francs en 1925 soit portée à 26 954 francs en 1926.

  • 26 Rapport des inspecteurs départementaux sur les cours professionnels des usines métallurgiques de M (...)

28Le paysage des cours professionnels dans le Pas-de-Calais en 1934-1935 fournit plusieurs indications, aussi bien sur le nombre d’élèves, sur le budget des cours organisés dans vingt municipalités, y compris les subventions versées par l’État, que sur les CAP obtenus. Il permet de confirmer que le nombre d’habitants (qu’il faudrait préciser par le nombre de jeunes garçons et filles en âge et situation de fréquenter les cours professionnels selon les dispositions de la loi Astier) ne détermine pas le nombre d’élèves. Le classement ne serait pas non plus exactement identique si l’on prenait comme critère principal le nombre de CAP délivrés. Des rapprochements seraient possibles, même s’ils doivent être prudents, avec le dynamisme économique local, à l’image de Saint-Omer, ville d’environ 18 000 habitants dans les années 1930, peu investie dans les cours professionnels, et qui n’obtient que huit CAP en 1935, alors que Béthune (environ 20 000 habitants), compte environ quatre fois plus d’élèves et obtient 22 CAP la même année – l’ensemble reste cependant, on le constate, relativement modeste. Lorsque les sources le permettent, les efforts au sein même des entreprises peuvent être mesurés. Aux usines métallurgiques de Marquise, près de Boulogne-sur-Mer, où des cours professionnels (publics, gratuits et organisés pendant les heures de travail) créés en 1910 ont été réorganisés dès 1918 puis reconnus par l’arrêté ministériel du 13 novembre 1920, la formation d’apprentis sur trois années est prévue pour des mouleurs, des modeleurs, des ajusteurs mécaniciens et des tourneurs sur métaux, plus ponctuellement pour des dessinateurs, électriciens-monteurs et d’entretien, chaudronniers en fer. Cette formation s’adresse à des jeunes gens qui ont été employés aux usines métallurgiques de Marquise « comme petites mains pendant un an » puis sélectionnés selon leurs dispositions, d’après le rapport des inspecteurs départementaux. En 1937-1938, on dénombre 42 apprentis, dont 18 en troisième année ont vocation à être candidats au CAP en fin d’année. Les examens du CAP de l’année précédente ont vu 17 candidats se présenter à ces examens, dont douze admis, lesquels en plus du diplôme « ont reçu comme récompense des livrets de caisse d’épargne, de l’outillage et des ouvrages techniques26 ».

Source : comité départemental de l’enseignement technique, AD Pas-de-Calais T394.
Tableau 3. – Les cours professionnels du Pas-de-Calais, 1934-1935.

29Ce tableau, qui reprend les chiffres collectés auprès des commissions locales professionnelles et des municipalités, permet globalement de constater que, malgré la crise industrielle et commerciale et le chômage, le fonctionnement des cours professionnels publics n’a pas été notablement ralenti. Le nombre des apprentis fréquentant les cours qui était de 4 284 en 1934 est passé à 4 719 l’année suivante. Il faut néanmoins souligner, pour la plupart des communes, une tendance à réduire les frais de fonctionnement des cours professionnels. C’est ainsi que le montant total des dépenses de 1935, pour l’ensemble des cours, fait apparaître une diminution de plus de 15 % par rapport à l’année précédente. D’autre part, en raison de l’augmentation du nombre de centres d’examen pour la délivrance du CAP et par suite de l’approbation de règlements et de programmes pour de nouvelles professions, le nombre des jeunes gens qui ont pu obtenir la « sanction officielle » de l’enseignement donné aux cours professionnels s’est accru nettement.

  • 27 Lascoumes P. et Le Galès P. (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, (...)

30Le CAP peut donc être utilisé comme un indicateur de l’engagement local dans l’enseignement technique, mais il doit être envisagé avec d’autres indicateurs si l’on veut pouvoir comparer des dynamiques. Il permet non seulement à l’historien, mais surtout et initialement aux administrateurs de l’enseignement technique, de mesurer localement les évolutions de cet ordre d’enseignement, et s’inscrit à ce titre dans la problématique du « gouvernement par les instruments » abordée avec profit par la science politique27. Si sa progression, aussi bien au niveau numérique que dans sa reconnaissance, est incontestable, les hésitations des responsables nationaux, départementaux et locaux sont durables. Plutôt qu’une adhésion de principe au CAP, c’est à une appropriation encadrée que l’on assiste, selon un processus étroitement intégré dans l’institutionnalisation inachevée de l’enseignement technique dans les années 1920 et 1930.

31Il reste néanmoins, au-delà de ces conclusions, le regret de ne pas disposer en l’état actuel de la documentation pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais de sources qui permettraient de repérer les conditions effectives de passage de l’examen, dont le caractère pratique permettrait de pénétrer dans des ateliers, de faire la sociologie des jurys et des candidats, de mieux apprécier les capacités techniques de ces derniers.

Notes

1 Dormard S., L’économie du Nord-Pas-de-Calais. Histoire et bilan d’un demi-siècle de transformations, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001.

2 Prost A., « Le CAP fait de la résistance », repris dans Regards historiques sur l’éducation en France XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 2007, p. 247-250.

3 Brucy G., Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel, 1880-1965, op. cit.

4 Chapoulie J.-M., « Représentations de la main-d’œuvre, actions parlementaires et administratives. Le développement de l’enseignement technique entre les deux guerres », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 88, octobre-décembre 2005, p. 23-47 ; Lembre S., L’école des producteurs. Activités économiques et institutionnalisation de la formation au travail dans la région du Nord des années 1860 aux années 1930, thèse pour le doctorat en histoire, sous la direction de Jean-François Chanet, Université Charles-de-Gaulle Lille 3, 2011.

5 Cf. Brucy G., op. cit., p. 86.

6 Archives départementales (désormais AD) Pas-de-Calais T397 : cours professionnels.

7 AD Pas-de-Calais 1 W 18917 : liste des CAP institués dans le département du Pas-de-Calais, 1922-1951.

8 Surdez M., Diplômes et nation. La constitution d’un espace suisse des professions avocate et artisanale (1880-1930), Berne, Peter Lang, 2005.

9 Conférence de Joseph Dupin, « Le certificat d’aptitude professionnelle et le certificat d’études pratiques industrielles », A. Druot (dir.), Apprentissage. Compte rendu de la Semaine du Travail manuel (27 au 31 octobre 1925), premier volume : section des industries mécaniques, Paris, Eyrolles, 1926, p. 153-186. Il fait ici allusion à la phrase prêtée à Hippolyte Fortoul, ministre de l’Instruction publique sous le Second Empire : « cette admirable précision qui permettait au ministre de dire, en regardant sa montre : à l’heure qu’il est, tous mes professeurs de sixième achèvent d’expliquer la grammaire et vont dicter un thème ; tous mes professeurs de physique décrivent le baromètre », cf. Charles Douniol, « Le gouvernement personnel dans l’instruction publique », Le Correspondant, t. XLIV, 6e livre, 25 décembre 1869, p. 988.

10 Bode G. et Savoie P. (dir.), L’offre locale d’enseignement. Les formations techniques et intermédiaires, XIXe-XXe siècles, Histoire de l’éducation, numéro spécial, 1995.

11 Capillier T., Pêches et pêcheurs à Boulogne-sur-Mer (1870-1980), thèse pour le doctorat d’histoire, Université de Lille 3, 1996, p. 439.

12 AD Pas-de-Calais, T4372 : rapport de la fin d’année scolaire 1922-1923 de la direction de l’EPCI de jeunes filles de Boulogne-sur-Mer.

13 AD Pas-de-Calais, T4372 : rapport trimestriel de la directrice de l’EPCI de jeunes filles de Boulogne-sur-Mer, 2 mai 1928.

14 AD Pas-de-Calais, T609 : réunion du comité départemental de l’enseignement technique du Pas-de-Calais, 19 mars 1928. Rapport de l’ingénieur en chef des mines et inspecteur départemental de l’enseignement technique Paul George.

15 Dubois L.-A., Cours à l’usage des élèves et apprentis-menuisiers dressé pour l’École du bâtiment de la ville de Roubaix, 1915.

16 Circulaire de la chambre des houillères du Nord et du Pas-de-Calais, 13 juin 1930, Centre historique minier de Lewarde, 84W61.

17 Correspondance, Centre historique minier de Lewarde, C3/124.

18 Rapport des inspecteurs départementaux des cours professionnels de jeunes gens, Boulogne-sur-Mer, 16 janvier 1939. AD Pas-de-Calais T 4550.

19 Moreau G., op. cit., p. 26.

20 Hardy-Hémery O., « Les milieux patronaux du Nord et la question de la taxe d’apprentissage dans les années 1920 », G. Bodé et P. Marchand (dir.), Formation professionnelle et apprentissage XVIIIe-XXe siècles, Revue du Nord-INRP, 2003, p. 233-249.

21 Fonds Pratte déposé en AD Nord, 154 J.

22 Fontaine J., La scolarisation et la formation professionnelle des filles au pays de Schneider (1844-1942), Paris, L’Harmattan, 2010, p. 154-165.

23 Bulletin de la chambre syndicale des fabricants de tulle de Calais, no 18, août 1928, AD Pas-de-Calais, PD17/2.

24 L’Institut d’apprentissage mécanique et industriel Saint-Joseph, Boulogne-sur-Mer, brochure, 1939.

25 Circulaire évoquée dans la séance du comité départemental de l’enseignement technique du Pas-de-Calais du 8 mars 1930. AD Pas-de-Calais T611.

26 Rapport des inspecteurs départementaux sur les cours professionnels des usines métallurgiques de Marquise, Boulogne-sur-Mer, 16 janvier 1939. AD Pas-de-Calais T 4550.

27 Lascoumes P. et Le Galès P. (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

Table des illustrations

Légende Source : AD Nord, 2T1440.Tableau 1. – Résultats au CAP des élèves des EPCI du département du Nord.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Source : comité départemental de l’enseignement technique, AD Pas-de-Calais T394.Tableau 3. – Les cours professionnels du Pas-de-Calais, 1934-1935.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540