Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le CAP : un diplôme du peuple

 | 
Moreau Gilles
, 
Fabienne Maillard
, 
Guy Brucy

Deuxième partie. Le cap fac e au marché du travail

Le genre des CAP « commerciaux » dans les années 1950

Marianne Thivend

Testo integrale

  • 1 Données CERDET, Résultats aux examens, CAP, session 1953. Les statistiques nationales sur les CAP (...)

1Les résultats aux examens du CAP de la session 1953 ne mentionnent pas le sexe des admis, comme si ce dernier allait de soi1. En effet, il ne fait aucun doute que la totalité des 9 533 lauréats du CAP « couture flou » sont des filles, quand les 10 823 lauréats du CAP « ajusteur » sont des garçons. En revanche, qu’en est-il des CAP « commerciaux », des 6 642 élèves ou apprentis ayant obtenu un CAP « aide-comptable », des 6 944 CAP « employé de bureau » ou des 4 285 titulaires du CAP « sténodactylographe » ? Un « non-dit » du genre des CAP commerciaux existe, au moins jusqu’en 1963, date à partir de laquelle les statistiques du ministère de l’Éducation nationale mentionnent désormais le sexe des candidats aux CAP. Cette année-là, les filles représentent 67 % des reçus aux CAP commerciaux, les garçons 33 %.

  • 2 Par ailleurs, l’histoire de l’enseignement des filles est souvent plus attentive à la formation de (...)
  • 3 Arrêté du 21 janvier 1946 portant règlement général des CAP commerciaux, Bodé G., L’enseignement t (...)

2Ces CAP sont méconnus, peu intégrés dans l’histoire de l’enseignement technique et professionnel, qui demeure surtout une histoire d’hommes, celle de la formation des ouvriers qualifiés de l’industrie2. Or dès l’entre-deux-guerres, l’enseignement commercial est la seule filière mixte de l’enseignement technique et professionnel, marqué à tous les niveaux par une ouverture aux garçons et aux filles, aussi bien dans des sections séparées (les sections commerciales des écoles pratiques de commerce et d’industrie (EPCI), non mixtes, accueillent en nombre presque égal des filles et des garçons) que mixtes (onze des quatorze écoles supérieures de commerce de province sont mixtes en 1939, tout comme le sont de nombreux cours professionnels commerciaux nés de la loi Astier de 1919). Les CAP commerciaux sont mixtes, répartis en deux groupes de spécialités, « commerce » (employé de banque, employé d’assurances, aide-vendeur étalagiste) et « emplois de bureaux » (employé de bureau, aide-comptable, sténodactylographe, employé de bourse, mécanographe)3. Dès la fin des années 1930, ils connaissent un fort succès et entre 1953 et 1963, le nombre de leurs certifiés double, passant de 20 464 à 44 651. Ils forment alors presque le tiers de l’ensemble des reçus aux CAP.

  • 4 Pelpel P. et Troger V., op. cit., p. 93 et suiv.
  • 5 Les données statistiques établies par le ministère de l’Éducation nationale sur les CAP et les éta (...)
  • 6 Sur l’insertion des CAP dans les conventions collectives, voir Brucy G., op. cit. et du même auteu (...)
  • 7 Sur le travail de bureau, voir Gardey D., La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des empl (...)

3D’où l’intérêt d’un état des lieux de ces CAP commerciaux au cours des années 1950, dans un contexte de développement spectaculaire de l’enseignement technique à tous ses niveaux4. Sera ainsi évaluée la contribution spécifique de ces CAP mixtes au mouvement de prolongation des scolarités, féminines avant tout5. L’offre de formation mise en place, ainsi que les modalités de préparation aux CAP, seront ensuite examinées à la loupe, à l’échelle d’une grande agglomération industrielle et commerciale, Lyon. Enfin, l’étude de l’organisation de la mixité du diplôme mettra en évidence les hiérarchisations qui se construisent entre les diverses spécialités de formation, hiérarchies notamment façonnées par le genre, à l’école et sur le marché du travail. Une étude de la place des CAP commerciaux au sein des classifications professionnelles des conventions collectives signées dès 19366 permettra alors d’envisager le rôle d’un diplôme mixte dans la construction d’un marché du travail tertiaire de bureau non mixte, divisé sexuellement, assignant les femmes aux machines du bureau, les hommes à l’encadrement et aux comptes7.

Un CAP mixte très féminisé

  • 8 Castets J., « Genre et mixité des formations professionnelles, d’une guerre à l’autre », CLIO, no (...)
  • 9 Archives nationales (AN), CAC, 771328-36 : organisation dans le département de la Seine des examen (...)
  • 10 « La formation professionnelle dans le département du Rhône », L’enseignement technique, revue de (...)

4Dès la fin des années 1930 dans le Rhône, les réussites aux CAP « sténodactylographe » et « comptable » dépassent très largement en nombre celles des CAP « ajusteur » et « tourneur8 ». Après leur effondrement pendant les années d’Occupation, les CAP commerciaux connaissent à nouveau un véritable succès dès les lendemains de la guerre. Dans le département de la Seine, le nombre de candidats aux CAP commerciaux a quasiment triplé entre 1945 et 19519. Dans le Rhône en 1952, les 1 745 candidats aux CAP commerciaux forment jusqu’à 31 % du total des candidats aux CAP et 26 % du total des admis10. Dans ce département très industrialisé, les métiers du commerce et bureau représentent donc le plus gros secteur de certification professionnelle, avec les métiers de la métallurgie dont les CAP représentent 33 % du total (présentés et reçus). Suivent ensuite, loin derrière, les certifiés de l’industrie du vêtement et de la mode. À l’échelle du pays, cette importance n’est pas démentie. En 1953, 20 493 élèves sont reçus aux CAP commerciaux, ce qui représente 28 % des CAP obtenus. En 1963, ils sont deux fois plus nombreux à l’obtenir et représentent 31,6 % de l’ensemble des reçus aux CAP.

  • 11 Le CERDET ne fournit pas, pour les années 1950, de statistiques concernant les scolarisations dans (...)
  • 12 En 1963, 11 116 CAP du groupe couture, mode, lingerie, vêtement ont été obtenus, dont 11 038 par d (...)

5Les filles sont très largement majoritaires. En 1953, elles forment 79 % des effectifs scolarisés dans les formations publiques qui préparent à ces CAP, sections commerciales des centres d’apprentissage (CA), des collèges techniques (CT) et sections techniques des collèges modernes11. Dix ans plus tard, elles représentent 86 % des effectifs des sections commerciales du technique, secteurs public et privé cumulés cette fois. Cette forte féminisation s’explique par l’éventail des choix d’orientation, large pour les garçons, étroit pour les filles. En 1953, la quasi-totalité des CAP industriels sont implicitement réservés aux garçons, les filles étant cantonnées à la préparation aux métiers du groupe « couture, mode, lingerie », à certaines spécialités du groupe « textile » et du groupe « services » (arts ménagers et aide maternelle). Elles commencent certes à avoir accès à des filières industrielles « masculines » (formations d’« ajusteur » ou de « dessin industriel » par exemple au sein de CA féminins), mais il s’agit ici de segments de formations aux très faibles effectifs par rapport à l’ensemble. Ainsi cent treize spécialités industrielles sont préparées dans les CA de garçons en 1953 et seulement cinquante-six le sont dans les CA féminins. Les élèves filles de l’enseignement technique se répartissent donc de manière plus ou moins équilibrée entre les filières industrielles (41 % des effectifs féminins des CA, CT et sections techniques des collèges modernes) et les filières commerciales (59 %). Quant aux garçons scolarisés dans le technique, ils ne sont que 5,4 % à être inscrits en section commerciale. Dix ans plus tard, les filles confirment leur forte présence dans la filière commerciale, devant les préparations aux métiers industriels de la confection dont le nombre de lauréats aux CAP stagne12, et encore loin devant les autres métiers du tertiaire, comme ceux du groupe « services » et « services sociaux » en développement. En revanche, il n’y a toujours qu’une petite minorité de garçons en section commerciale (6,4 % de ceux scolarisés dans les CET et sections professionnelles des CEG).

6Dans ces conditions, si les garçons forment 60 % des reçus aux CAP nationaux en 1963, ils ne sont que 17 % à obtenir un CAP commercial, alors que les filles, qui représentent 40 % des reçus aux CAP nationaux, obtiennent pour 54 % d’entre elles un CAP commercial. Choix marginal pour les garçons, choix majoritaire pour les filles, il n’en demeure pas moins que les CAP commerciaux demeurent les seuls CAP véritablement « mixtes » avec, en 1963, 33 % de garçons parmi les admis.

Où et comment préparer un CAP commercial ?

  • 13 AN, CARAN, F/17/15651, Statistiques des établissements publics d’enseignement technique, au 15 nov (...)
  • 14 Archives du diocèse de Lyon, Enquête sur l’enseignement technique à Lyon, 1954. Sur l’insuffisance (...)

7Les CA commerciaux publics, voie royale pour obtenir un CAP, n’offrent que très peu de places aux garçons. Dans le Rhône en 1959, un seul CA, mixte, prépare les garçons aux CAP commerciaux, mais de manière marginale puisque seulement six garçons en sortent certifiés cette année-là13. Les garçons qui souhaitent préparer un CAP commercial s’adressent donc aux formations privées, nombreuses et non sélectives. Quant aux filles qui ne trouvent pas place dans les sections commerciales des CA et des CT féminins, elles doivent se rabattre sur les sections industrielles les moins demandées des CA, le textile et la confection14. Pour échapper à cette dernière orientation, contrainte, elles ont également recours de façon massive à l’offre privée de formation.

8En 1953, les élèves présentés aux CAP commerciaux proviennent ainsi à 40 % de l’enseignement public et à 60 % de l’enseignement privé (où sont classés les écoles privées mais également les cours professionnels qu’ils soient municipaux ou privés). À l’inverse, les candidats au diplôme supérieur alors préparé dans les CT, le brevet d’enseignement commercial (BEC), viennent pour 89 % du public et 11 % du privé. En 1963, l’écart s’est sensiblement resserré pour les préparations aux CAP (47 % des candidats proviennent du public, 53 % du privé). Le secteur privé se positionne donc fortement sur les préparations aux CAP commerciaux, celles des filles surtout (elles forment 74 % des effectifs du privé commercial en 1963), sans exclure pour autant les garçons. L’exemple du privé lyonnais permet de mieux évaluer cette contribution spécifique, qu’il s’agisse des publics accueillis ou des modalités de préparation aux CAP.

  • 15 Thivend M., « Les formations techniques et professionnelles de filles. Le cas lyonnais aux XIXe et (...)
  • 16 AN, CARAN, F/17/15675, Établissements privés d’enseignement technique du Rhône, 1963.

9Implanté dès la fin du XIXe siècle à Lyon, développé pendant l’entre-deux-guerres à l’échelle de l’agglomération15, le secteur privé commercial connaît un nouvel essor après la Seconde Guerre mondiale : entre 1945 et 1963, vingt et une formations commerciales privées sont fondées et trente-quatre au total fonctionnent en 1963. Elles préparent une large majorité de filles aux CAP mais également un nombre non négligeable de garçons (sur les 698 élèves du secteur privé qui ont réussi leur CAP commercial en 1963, on compte 541 filles et 157 garçons)16. Les conditions d’accueil de ces établissements sont très variées et les conditions de réussite aux CAP très inégales. Trois ensembles d’écoles se détachent.

  • 17 Pour les écoles techniques privées et cours professionnels de l’agglomération lyonnaise au XXe siè (...)

10Le premier, fort de vingt-sept établissements, est formé par les sociétés à but lucratif, les particuliers et les associations professionnelles. La succursale lyonnaise des cours Pigier inscrit ainsi 400 élèves en 1963, les cours Jamet-Buffereau 200. L’Institut comptable Pitiot, fondé en 1939, connaît un fort succès, avec 30 garçons inscrits en 1949 puis 390 garçons et 316 filles en 196317. Aux côtés de ces grands établissements, existent de nombreuses petites structures (moins de 100 inscrits), souvent peu pérennes. Que ces formations soient mixtes ou non, les filles y forment le public majoritaire, ces vingt-sept établissements regroupant 74 % des effectifs féminins du privé commercial. Par ailleurs, les garçons du privé sont quasiment tous scolarisés dans ce type d’établissements.

  • 18 Thivend M., « Les formations techniques et professionnelles entre l’État, la ville et le patronat  (...)
  • 19 AN, CAC 771328/034, directrice d’un CT de filles de Clermont-Ferrand, au directeur général de l’en (...)

11Une seule de ces formations tertiaires perçoit dans les années 1950 des subventions au titre de la taxe d’apprentissage18. Cette exclusion des subventions publiques a deux conséquences. D’une part, ces formations fonctionnent sur fonds propres et affichent donc des frais de scolarité élevés, sans que l’on puisse savoir néanmoins s’ils freinent l’accès des classes populaires à ces formations. D’autre part, placées hors du contrôle de l’État car non subventionnées, elles peuvent s’écarter de la norme scolaire. Ainsi, la souplesse des conditions d’accès proposées participe de leur succès. Ces écoles recrutent en effet un public d’élèves très diversifié : des jeunes gens et surtout des jeunes filles à partir de 13-14 ans en scolarité à temps plein, sans diplôme à l’entrée ; des jeunes de 16 ans et plus qui viennent compléter une formation initiale générale, avec un brevet d’études du premier cycle (BEPC) en poche par exemple ; des employés adultes qui assistent aux cours du soir. Les formules de cours s’adaptent et sont également diversifiées. D’une part, ces « maisons de machines à écrire19 » offrent des formations rapides aux techniques rudimentaires des métiers de bureau, menant aux diplômes maison ou aux certificats de sténographie et dactylographie. D’autre part, sont proposées des formations plus longues, sur deux ou trois ans, préparant aux CAP. Un peu plus du tiers de leurs effectifs féminins et le quart de leurs effectifs masculins y sont préparés.

  • 20 AN, F/17/15675, Établissements privés d’enseignement technique du Rhône, 1963.

12Les résultats aux CAP sont de fait très inégaux d’une école à l’autre et à l’intérieur d’une même école. Chez Pigier, 15 des 28 jeunes filles préparées au CAP sténodactylographe réussissent mais seulement quatre des 65 jeunes gens préparés au CAP aide-comptable ! Á l’Institut comptable Pitiot, qui regroupe l’essentiel des effectifs masculins des formations tertiaires privées, 74 garçons sont reçus sur 152 présentés au CAP aide-comptable en 1963, soit un taux de réussite de 48 %, c’est-à-dire bien en dessous des 70 % de réussite affichés cette année-là par les très sélectifs CET publics20.

  • 21 Archives départementales du Rhône (ADR), 3624 W 52, contrôle financier des établissements percevan (...)

13À cet égard, les écoles privées catholiques, qui constituent le deuxième ensemble, affichent de meilleurs résultats. Ces écoles, sept en 1963, sont exclusivement féminines et regroupent 26 % des effectifs féminins du privé dans le Rhône. Contrairement au premier ensemble « laïque », ce groupe d’écoles catholiques a été très tôt soutenu par les élites économiques locales représentées au sein de la chambre de commerce. Mais seule l’école commerciale Sainte-Marie, la plus ancienne (1916), est toutefois habilitée dans ces années 1950 à percevoir la taxe d’apprentissage, habilitation qui entraîne un contrôle de l’État sur la qualité de la formation offerte, évaluée à l’aune des réussites aux CAP. Cette école abandonne ainsi au sortir de la guerre ses préparations au certificat maison pour se concentrer, avec succès, sur les CAP. En dix ans, la progression est rapide et en 1963, l’école affiche 70 % de réussite au CAP « employé de bureau », 97 % pour le CAP « sténodactylographe », 100 % pour le CAP « aide-comptable ». Ces excellents résultats s’expliquent par l’assiduité d’élèves scolarisées à temps plein, pour lesquelles le CAP est soit le premier des diplômes (elles sont entrées en formation à 13-14 ans), soit un « complément » à leur premier diplôme, généralement le brevet élémentaire (BE) ou le BEPC (elles sont entrées à 16 ans)21.

  • 22 AML, 1101 WP et archives de la chambre de commerce de Lyon, série enseignement.
  • 23 ADR, 3624 W 46, contrôle financier des établissements percevant la taxe d’apprentissage.
  • 24 Ibid.

14Enfin, un dernier ensemble de formations est constitué par les cours professionnels organisés à Lyon par la Société d’Enseignement Professionnel du Rhône (SEPR). Au sortir de la guerre, les cours commerciaux proposés, tous mixtes sauf quatre réservés aux hommes en comptabilité, se sont très largement féminisés22. Ils accueillent deux publics, celui, minoritaire, des cours obligatoires prévus par la loi Astier, apprentis filles et garçons âgés de 14 à 18 ans, en cours d’emploi (565 inscrits en 1949), et celui, majoritaire, des cours facultatifs, personnes de plus de 18 ans, employés qui viennent chercher un complément de formation (1 179 inscrits). Sur cet ensemble, seulement 162 auditeurs ont été présentés aux CAP commerciaux23. Les apprentis y sont peu entraînés. En sténodactylographie par exemple, seuls huit candidats se présentent au CAP sur un total de 230 inscrits en cours obligatoire. Et les résultats sont mauvais, avec 19 % de reçus seulement en 194924. La formule des cours professionnels semble donc très peu adaptée à la préparation aux CAP commerciaux : les horaires sont trop restreints pour développer une véritable formation pratique et une assiduité sur trois années consécutives en cours du soir est difficile à obtenir. De fait, celles et ceux qui peuvent s’en accommoder disposent déjà du baccalauréat ou du BE, ou sont déjà en poste dans le commerce munis d’un certain bagage scolaire. Mais pour le public cible des cours professionnels obligatoires, à savoir les jeunes apprentis sortis de l’école à 14 ans, les chances de réussite au CAP, diplôme difficile d’accès, sont très faibles.

  • 25 Les statistiques du CAP mentionnent pour le secteur privé « autres candidats » : formant, en 1953, (...)

15L’offre privée de préparation aux CAP commerciaux se construit ainsi en complémentarité et non pas seulement en concurrence avec l’offre publique. En effet, ces formations, non sélectives en comparaison aux CA ou CT publics où il est si difficile d’entrer, accueillent des publics plus diversifiés, notamment cette frange de population en deçà de de l’âge de fin de scolarité obligatoire qui, munie d’un savoir général de niveau BE ou BEPC, recherche une formation complémentaire ou mieux, un second diplôme25. Pour quels métiers ?

Des CAP mixtes pour des métiers féminins et mixtes

  • 26 Circulaire du 8 avril 1927, Bodé G., op. cit., p 108-110.
  • 27 Bode G., op. cit., p. 331-333.
  • 28 Ces annexes ne sont pas publiées dans le JO. Pour le règlement des CAP, voir les brochures publiée (...)

16La circulaire du 8 avril 1927 établissait huit fonctions au sein de l’entreprise pouvant faire l’objet d’un CAP dans le domaine commercial : employés de commerce non spécialisés, commis de comptabilité, commis de banque, commis d’assurances, commis de transport, aides-vendeurs, sténographes-dactylographes, calculateurs-dactylographes26. Des fonctions étaient d’emblée écartées du CAP, rangées au niveau des brevets professionnels (BP) – donc à un niveau supérieur, réservé en outre à la promotion sociale – comme celles de comptables, teneurs de livres et secrétaires sténodactylographes. L’arrêté du 21 janvier 1946 relatif aux fonctions relevant du commerce et du travail de bureau conserve ces huit CAP, désormais nationaux, mais revalorise les termes désignant les emplois27. Les intitulés sont refondus : « employé de commerce non spécialisé » devient « employé de bureau » ; « commis de comptabilité » devient « aide-comptable » ; les commis de banque et d’assurances deviennent « employés de banque, employés d’assurances » auxquels il faut désormais ajouter les employés de bourse ; seul le CAP « sténodactylographe » demeure inchangé. Enfin apparaissent deux spécialisations, celles de « mécanographe » et d’« aide-vendeur étalagiste », qui témoignent de la prise en compte des évolutions techniques de travail, notamment du travail comptable sur machine, ainsi que de la forte demande pour la vente dont les qualifications sont à déterminer. Les annexes à l’arrêté précisent la nature, la durée et le coefficient de chaque épreuve pour chaque CAP28.

  • 29 Données CERDET, 1953-1954.
  • 30 AN, CARAN, F/17/15 660.
  • 31 AN, CAC 771328-34.

17Si huit CAP commerciaux nationaux sont donc proposés, le choix est en réalité beaucoup plus restreint : trois spécialités dominent, – « employé de bureau » (35 % des reçus aux CAP commerciaux en 1953), « aide-comptable » (33 %), « sténodactylographe » (21 %) –, suivies de loin par les CAP « employé de banque » (8 %) et « aide-vendeur étalagiste » (2 %)29. À Lyon, les CA publics et privés n’offrent que les trois premières formations et il faut attendre 1956 pour que soit créée une section de vendeur aide-étalagiste dans un CA public30. Par ailleurs, ce n’est qu’à la fin des années 1950 que s’ouvrent, mais uniquement dans la région parisienne, des sections de perforatrices-vérificatrices sur machines à carte perforées, de mécanographes sur machines à calculer et machines comptables, sections qui mènent au CAP « mécanographe31 ». Dix ans plus tard, la hiérarchie est la même.

18Ces CAP « emplois de bureau » et « employé de commerce » s’avèrent très marqués du point de vue du genre.

Graphique 1. – Reçus aux principaux CAP commerciaux, 1963.

  • 32 Nous n’évoquerons pas ici le cas des « petits » CAP même si la sexuation y est également remarquab (...)

19Si les filles se répartissent de manière plutôt équilibrée entre les trois grandes spécialités, les garçons, très minoritaires, font des choix plus ciblés et se concentrent en aide-comptabilité. Le CAP « aide-comptable » est alors le plus mixte de ces diplômes, le seul qui ne soit pas déserté par l’un ou l’autre sexe. En revanche, le CAP « sténodactylographe » est quasiment exclusivement féminin, du fait de l’absence des garçons. Quant au CAP « employé de bureau », il demeure très féminisé sans pour autant exclure les garçons. Cette sexuation des CAP prend racine dans une naturalisation des compétences professionnelles forgée depuis la fin du XIXe siècle, au fur et à mesure de l’expansion des métiers de bureau, de la multiplication des tâches et de leur parcellisation32. Les classifications professionnelles des conventions collectives des années 1930-1940 prennent acte de cette complexification de l’organisation du travail de bureau et font correspondre CAP et postes de travail selon une hiérarchie en partie façonnée par le genre.

Le CAP sténodactylographe et les métiers féminins du secrétariat

  • 33 Avenirs, no 53-54, mai 1953. Et pour la filière féminine du secrétariat, voir Gardey D., La dactyl (...)
  • 34 Circulaire du 8 avril 1927, Bodé G., op. cit., p. 108-110 et grille de classification et de fixati (...)
  • 35 Circulaire du 8 avril 1927, Bodé G., op. cit., p. 108-110.

20Les trois grands CAP commerciaux constituent une porte d’entrée aux métiers très diversifiés du « secrétariat », qui se déclinent pour une large part au féminin. Ils accueillent donc chacun un nombre important et équilibré de filles. La revue d’orientation scolaire et professionnelle Avenirs, publiée par le Bureau Universitaire de la Statistique (BUS), consacre en 1953 un numéro aux carrières féminines. Il est alors indiqué que « ces carrières conviennent en effet particulièrement à leurs goûts et à leurs aptitudes et leur permettent de faire valoir leur qualité d’ordre, de précision, de finesse, de dévouement33 ». Ces compétences naturalisées ne sont pas inscrites dans les programmes des CAP, qui apportent quant à eux le détail des compétences techniques nécessaires. Si toute secrétaire doit savoir compter et régler les problèmes quotidiens de la vie commerciale, sa principale compétence est de savoir taper à la machine, compétence qui s’apprécie à l’aune de critères de productivité. Le CAP « sténodactylographe » constitue la voie royale d’accès à ces métiers car il est le plus exigeant en la matière. En 1927, il faut pour l’obtenir, être capable de copier un texte sur machine à une vitesse minimum de 20 mots/minute, puis 40 mots minute en 1945, compétences auxquelles s’ajoutent les 100 mots minute en sténographie et « une orthographe et une présentation parfaites34 ». Si ce CAP semble renforcer l’assignation des femmes aux machines du bureau, il offre aussi des possibilités de promotion professionnelle : sténodactylographe pour devenir secrétaire-sténodactylographe, sténodactylographe bilingue, et pourquoi pas secrétaire puis secrétaire de direction. Tout dépend de la taille de l’entreprise et du degré de spécialisation des tâches au sein des services. C’est d’ailleurs pour les petites entreprises que le CAP « employé de bureau » est créé, pour former des employés, « amenés à faire toutes les opérations que comporte la vie de la maison, c’est-à-dire celles qui vont de la réception des marchandises à la comptabilité, en passant par la vente, l’emballage, l’étalage, le service de caisse, etc.35 ». Dans une France où les PME forment une bonne part du tissu économique, cette polyvalence est recherchée.

  • 36 AN, CAC 771328/34, motions déposées par l’union professionnelle des sténographes, dactylographes e (...)
  • 37 Règlements des examens, CAP employé de bureau, Arrêté du 16 décembre 1953.

21Toutefois, cette moindre exigence technique (n’exige-t-on pas que 20 mots minute en dactylo ?), à l’heure où le travail de bureau se complexifie, le dévalorise au regard des autres CAP36. En témoigne sa position de « second CAP » : pour les candidats aux CAP commerciaux spécialisés, se présenter simultanément aux épreuves du CAP « employé de bureau » ne rajoute pas de difficultés particulières car les épreuves de ce dernier reprennent l’ensemble des exigences demandées pour les aides-comptables et les sténodactylographes, mais déclinées à un niveau inférieur37. Deux CAP en poche permettent alors d’élargir les débouchés professionnels. Pour revaloriser ce CAP, les inspecteurs de l’enseignement commercial tentent alors de le spécialiser pour coller de plus près aux évolutions du travail de bureau : création de cours de classement, d’organisation des bureaux et procédés de duplication. Par ailleurs, l’arrêté du 5 mars 1952 interdit désormais de se présenter en même temps aux épreuves de deux CAP.

  • 38 Congrès international de l’enseignement technique commercial et industriel, Bordeaux, 16-21 septem (...)
  • 39 Thivend M., « Les filles dans les écoles supérieures de commerce en France pendant l’entre-deux-gu (...)

22On connaît mal la situation des rares garçons qui s’aventurent sur ces terres du secrétariat, tant les guides d’orientation des années 1950 restent muets sur ce point, adoptant pour les guides mixtes comme Avenirs un discours décliné au masculin neutre. Au début du siècle, la sténodactylographie pouvait être recommandée pour les garçons de « santé délicate et fragile », ou pour ceux « non privilégiés par la naissance et la fortune », ceux-là même qui deviendraient employés de bureau38. Surtout, être capable de taper à la machine pouvait être considéré comme un moyen, pour les jeunes hommes, de progresser dans l’entreprise, selon cette idée qu’il faut savoir exécuter soi-même ce que l’on demandera ensuite aux autres d’exécuter39.

  • 40 Beau A.-S., Un siècle d’emplois précaires, op. cit., p. 117-189. Voir également Castets J., op. ci (...)
  • 41 Beau A.-S., op. cit, p. 127-128.
  • 42 Ibid., p. 132-137.
  • 43 Le BEC est créé par l’arrêté du 27 janvier 1934, Bode G., op. cit., p. 184-187.

23Le CAP « sténodactylographe » qui mène aux machines du bureau et plus largement aux métiers du secrétariat est inclus dans les premières conventions collectives de 1936. À Lyon, les syndicats d’employés de bureau et de commerce négocient avec le patronat pour intégrer le CAP commercial dans les premières grilles de classification professionnelle40. La chambre syndicale des secrétaires sténodactylographes de Lyon et de la région, syndicat mixte, conclut un accord salarial, le 21 juin 1936, avec l’union des chambres syndicales patronales de Lyon41. Le barème des salaires « garantis aux employés des deux sexes » prend en compte l’ancienneté dans le métier ou le diplôme : les titulaires d’un CAP « sténodactylographe » sont placés au sommet de la hiérarchie des postes de secrétariat, au même niveau que les titulaires d’un CAP « commis comptable » ou d’un BP, et au-dessus des titulaires d’autres diplômes « sanctionnant les études dans une école professionnelle ou dans une école technique », des EPS ou du secondaire42. Les autres diplômes du technique ne sont ici pas mentionnés, et notamment le brevet d’enseignement commercial (BEC) pourtant créé deux ans plus tôt et de niveau scolaire supérieur43.

  • 44 Nouveau barème des traitements, 10 février 1938, Beau A.-S., op. cit., p. 128.

24En 1938, l’accord est renégocié et le CAP connaît un premier déclassement dans la classification44. D’une part, le nouveau barème fait primer l’expérience sur le diplôme : un CAP sténodactylographe, comme celui de commis comptable, équivaut désormais à une seule année d’expérience (au lieu de deux auparavant). D’autre part, le BP se place désormais au-dessus du CAP, dont les titulaires sont intégrés à la catégorie inférieure.

  • 45 Beau A.-S., op. cit., p. 158-161 et Journal Officiel (JO) des 19 mai 1945, 28 mai 1945 et 12 juin (...)
  • 46 Beau A.-S., op. cit., p. 169-171. et JO du 17 juillet 1947.

25Les classifications professionnelles adoptées entre 1945 et 1947 dans les « Accords Parodi-Croizat » marquent une étape fondamentale dans le processus de qualification et de protection des ouvriers et des employés. Elles font par ailleurs une place particulière aux emplois de bureau en établissant, le 16 mai 1945, une grille de classification et de fixation des salaires propre à ces emplois, applicable dans la quasi-totalité des secteurs économiques45. La grille des salaires est alors modifiée, distinguant les « aides-comptables » des « sténodactylographes simples », placés désormais en-dessous. Force est de constater que tous les CAP commerciaux ne se valent pas sur le marché du travail, les classifications professionnelles induisant de fait une hiérarchie entre un CAP « aide-comptable » plus rémunérateur qu’un CAP « sténodactylographe, » le premier faisant accéder à un poste de coefficient 150 quand le second débouche sur poste de coefficient 135. La décision du 1er juillet 1947 portant sur « la classification des emplois de bureaux et services annexes dont la fonction présente un caractère interprofessionnel », confirme le déclassement des dactylographes et des sténodactylographes par rapport aux aides-comptables et aux mécanographes placés en haut de l’échelle des salaires46. Cette hiérarchie des fonctions recoupe en outre une hiérarchie de genre explicite puisque désormais les postes de dactylographes et de sténodactylographes sont déclinés au féminin tandis que ceux d’employés et d’aides-comptables le sont au masculin neutre.

Le CAP aide-comptable : vers un métier mixte ?

  • 47 AN, CAC, 771332, réunion des inspecteurs commerciaux, 10 et 11 avril 1951.

26Seul CAP cité dans la classification des métiers de bureau de 1947, le CAP « aide-comptable » est donc aussi le plus rémunérateur. Cette valorisation au sein des classifications professionnelles explique-t-elle l’attrait qu’exerce ce CAP auprès des garçons comme des filles ? Pour les inspecteurs commerciaux, ce CAP est le plus exigeant de tous les CAP commerciaux, le plus spécialisé, dont la préparation même dispensée en CA est discutée car elle s’approcherait plus d’une formation dispensée en collège technique (CT)47. Les qualifications des aides-comptables sont précisées dans la classification du 16 mai 1945, à savoir une personne « ayant des notions élémentaires de comptabilité qui leur permettent de tenir les journaux comptables simples, d’effectuer des reports aux comptes, d’établir des factures, des fiches de stocks comptables, etc. ». Il permet donc l’accès au secrétariat commercial et aux comptes de l’entreprise.

  • 48 Gardey D., La dactylographe..., op. cit., p. 184-195.
  • 49 Chiffres donnés par Avenirs, numéro spécial sur les carrières féminines, no 53-54, mai 1953.

27À la fin du XIXe siècle, la comptabilité est une filière ouverte aux élèves des deux sexes, mais pour des finalités professionnelles différentes : aux hommes la gestion-surveillance des comptes de l’entreprise (comptable, expert-comptable), aux femmes la tenue au quotidien des comptes de la boutique ou de la petite entreprise familiale. Pendant l’entre-deux-guerres, les services comptables des entreprises s’étoffent et sont majoritairement occupés par les hommes, aux postes de caissiers, aides-comptables et comptables48. Les femmes y sont pourtant de plus en plus nombreuses, assignées aux machines à compter et aux tâches fractionnées (commandes, factures, feuilles de paie...). Au sortir de la Seconde Guerre, la division sexuée du travail de comptable demeure, avec en bas de l’échelle les dactylo-facturières, toutes des femmes, et en haut l’expert-comptable, dont l’emploi est tenu principalement par des hommes (en 1952, 72 femmes faisaient leur stage en expertise comptabilité sur un total de 1 035 stagiaires)49. Comment est alors pensée la mixité du CAP dans le cadre d’un marché du travail comptable divisé sexuellement ?

  • 50 Avenirs, no 53-54, mai 1953.
  • 51 Avenirs, no 63-64, octobre 1954.

28Les guides d’orientation apportent un élément de réponse. Dans le numéro spécial que la revue Avenirs consacre aux « carrières féminines », celles du secrétariat y sont rangées dans la rubrique des « métiers féminins » quand les professions comptables apparaissent dans la rubrique « la femme joue un rôle important dans de nombreuses activités »50. Ainsi, le CAP « aide-comptable » est présenté comme le premier des diplômes qui permet aux jeunes filles d’entrer dans les services de comptabilité des entreprises, aux postes de dactylo-facturière et de dactylo aide-comptable, aux machines donc. En revanche l’année suivante, le BUS publie un numéro spécial d’Avenirs, mixte cette fois, consacré aux « carrières commerciales51 ». Les métiers de la comptabilité y sont déclinés au masculin neutre. Le CAP aide-comptable classe alors ses titulaires dans la catégorie des « techniciens », « agents d’exécution ou de conception », c’est-à-dire au-dessus des simples « agents d’exécution », où l’on trouve justement classée la dactylo-facturière !

29Adossés aux conventions collectives dès 1936, les CAP commerciaux permettent de distinguer, dans des proportions qui restent à mesurer, une « petite élite » des employés de bureau, petite par sa taille puisque rappelons-le, seulement 7 % de la population active en 1963 détient un CAP. Si le diplôme devient classant, indépendamment du sexe de la personne qui le détient, le classement établit toutefois une hiérarchie des CAP commerciaux, que le genre contribue à façonner.

30Ainsi, les CAP commerciaux mixtes consolident dans ces années 1950 les métiers féminins du bureau, éparpillés en une multitude de tâches mais dont la principale demeure centrée autour de la machine à écrire. De fait, ces CAP forment un outil essentiel de promotion scolaire pour les filles, loin devant les CAP de l’habillement en terme d’effectifs et également loin devant les diplômes de niveau scolaire supérieur, brevets d’enseignement commercial et brevets supérieurs d’études commerciales (BEC et BSEC) déjà très féminisés. Le succès que ces CAP rencontrent témoigne bien de la vitalité d’un secteur tertiaire en pleine expansion mais aussi de l’adéquation entre les besoins du marché du travail et le mouvement de démocratisation scolaire.

31Ces CAP commerciaux favorisent également le développement de métiers mixtes. Ainsi, le CAP « aide-comptable » est le seul diplôme professionnel de ce niveau à se voir disputer autant par les filles que par les garçons. Il contribue ainsi sans doute à transformer un métier, défini d’abord au masculin, en un métier mixte. À qualifications égales attestées par un même diplôme, les jeunes femmes des bureaux peuvent en effet commencer à réfléchir sur la mixité de leur poste de travail, sur l’égalité salariale et professionnelle.

Note

1 Données CERDET, Résultats aux examens, CAP, session 1953. Les statistiques nationales sur les CAP ainsi que les statistiques d’inscrits dans les établissements d’enseignement technique, pour les années 1953 et 1963, sont toutes issues des données publiées par le CERDET, consultables en ligne sur le site Ac’adoc de l’Éducation nationale.

2 Par ailleurs, l’histoire de l’enseignement des filles est souvent plus attentive à la formation de ses « élites », à l’accès des filles issues des classes moyennes et supérieures au lycée et à l’université qu’à l’accès des filles issues des milieux populaires aux formations professionnelles. Voir Rogers R., « L’éducation des filles : un siècle et demi d’historiographie », Histoire de l’Éducation, no 115-116, septembre 2007, p. 37-80. On trouvera des approches générales sur la scolarisation des filles dans les filières techniques et professionnelles dans Pelpel P. et Troger V., Histoire de l’enseignement technique, op. cit., p. 182-204 et Chapoulie J.-M., L’École d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 399-421.

3 Arrêté du 21 janvier 1946 portant règlement général des CAP commerciaux, Bodé G., L’enseignement technique de la révolution à nos jours, t. 2 : 1926-1958, Paris, INRP Économica, 2002, p. 331-333.

4 Pelpel P. et Troger V., op. cit., p. 93 et suiv.

5 Les données statistiques établies par le ministère de l’Éducation nationale sur les CAP et les établissements qui les préparent, les rapports des inspecteurs de l’enseignement commercial sur les formations et ses diplômes, ont formé le matériau premier de cette recherche, complété par une approche de l’organisation concrète des CAP au niveau local, fondé sur les sources nombreuses émanant de l’important pôle industriel et commercial de Lyon et son agglomération.

6 Sur l’insertion des CAP dans les conventions collectives, voir Brucy G., op. cit. et du même auteur, « Du diplôme comme aspiration au diplôme comme injonction », M. Millet et G. Moreau G., La société des diplômes, op. cit., p. 23-36. Pour les conventions collectives concernant les employés de bureau et employés du commerce, voir Beau A.-S., Un siècle d’emplois précaires, Paris, Payot, 2004, p. 117-189.

7 Sur le travail de bureau, voir Gardey D., La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau. 1830-1930, Paris, Belin, 2001. Et pour une synthèse sur le travail des femmes et la division sexuée du travail, Schweitzer S., Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes, XIXe-XXe siècles, Paris, Odile Jacob, 2002, notamment chap. VI et VII.

8 Castets J., « Genre et mixité des formations professionnelles, d’une guerre à l’autre », CLIO, no 18, « Coéducation et mixité », 2003, p. 149-150.

9 Archives nationales (AN), CAC, 771328-36 : organisation dans le département de la Seine des examens commerciaux de 1945 à 1952. Ce nombre passe de 5 429 à 14 679.

10 « La formation professionnelle dans le département du Rhône », L’enseignement technique, revue de l’AFDET, juillet-août-septembre 1954.

11 Le CERDET ne fournit pas, pour les années 1950, de statistiques concernant les scolarisations dans le secteur privé de formation, et pour le début des années 1960, ne donne les effectifs des formations privées que pour les cours à temps plein seulement (1963-1964). Cela entraîne l’exclusion des apprentis de ces statistiques puisque les cours professionnels qu’ils sont tenus de fréquenter (loi Astier de 1919) sont classés au sein du secteur privé. Les effectifs des cours professionnels n’apparaissent que dans les statistiques des CAP, sans mentionner toutefois la part respective qu’y tiennent les apprentis (14-18 ans) et les adultes en cours d’emploi.

12 En 1963, 11 116 CAP du groupe couture, mode, lingerie, vêtement ont été obtenus, dont 11 038 par des filles, soit même une légère baisse par rapport à 1953 où ces CAP étaient au nombre de 12 680.

13 AN, CARAN, F/17/15651, Statistiques des établissements publics d’enseignement technique, au 15 novembre 1959.

14 Archives du diocèse de Lyon, Enquête sur l’enseignement technique à Lyon, 1954. Sur l’insuffisance de places dans les CA en général, voir notamment L’enseignement technique, revue de l’AFDET, janvier-mars 1955, no 5.

15 Thivend M., « Les formations techniques et professionnelles de filles. Le cas lyonnais aux XIXe et XXe siècles », Cahiers Pierre Léon, no 6, 2005, p. 25-42 et Claire J. et Schweitzer S., « Des formations initiales pour des métiers : l’enseignement féminin à Lyon, mi-XIXe-mi-XXe siècles », G. Bode et P. Marchand (dir.), Formation professionnelle et apprentissage, XVIIIe-XXe siècles, Revue du Nord, no 17, 2003, p. 175-192.

16 AN, CARAN, F/17/15675, Établissements privés d’enseignement technique du Rhône, 1963.

17 Pour les écoles techniques privées et cours professionnels de l’agglomération lyonnaise au XXe siècle, Schweitzer S. et Thivend M. (dir.), État des lieux des formations techniques et professionnelles dans l’agglomération lyonnaise. XIXe siècle-années 1960, rapport de recherche pour le programme Éducation et formation : disparités territoriales et régionales, 2005.

18 Thivend M., « Les formations techniques et professionnelles entre l’État, la ville et le patronat : l’emploi de la taxe d’apprentissage à Lyon dans l’entre-deux-guerres », Le Mouvement Social, no 232, 2010/3, p. 9-27. En 1966, huit formations tertiaires privées qui préparent aux CAP perçoivent désormais des subventions au titre de la taxe d’apprentissage (Archives municipales de Lyon (AML), 1101 WP 142 et 148).

19 AN, CAC 771328/034, directrice d’un CT de filles de Clermont-Ferrand, au directeur général de l’enseignement technique, 13 février 1958.

20 AN, F/17/15675, Établissements privés d’enseignement technique du Rhône, 1963.

21 Archives départementales du Rhône (ADR), 3624 W 52, contrôle financier des établissements percevant la taxe d’apprentissage.

22 AML, 1101 WP et archives de la chambre de commerce de Lyon, série enseignement.

23 ADR, 3624 W 46, contrôle financier des établissements percevant la taxe d’apprentissage.

24 Ibid.

25 Les statistiques du CAP mentionnent pour le secteur privé « autres candidats » : formant, en 1953, 7 % des reçus, ce sont peut-être les candidatures « libres », adultes préparant le CAP sans être inscrits à un cours.

26 Circulaire du 8 avril 1927, Bodé G., op. cit., p 108-110.

27 Bode G., op. cit., p. 331-333.

28 Ces annexes ne sont pas publiées dans le JO. Pour le règlement des CAP, voir les brochures publiées par la Direction de l’enseignement technique à partir des arrêtés de 1949.

29 Données CERDET, 1953-1954.

30 AN, CARAN, F/17/15 660.

31 AN, CAC 771328-34.

32 Nous n’évoquerons pas ici le cas des « petits » CAP même si la sexuation y est également remarquable, celui d’employé de banque étant dominé par les garçons, et celui de « vendeur » par les filles. Ce dernier secteur de formation est encore peu développé, tant fut longtemps prégnante l’idée que ce métier ne s’apprenait pas. Les premières formations de niveau CAP s’ouvrent dans les écoles ménagères, privées, avant d’intégrer les CA publics, féminins, à la fin des années 1950. Les compétences requises pour ce métier sont très vite naturalisées du côté du féminin. En 1954, la revue Avenirs affirme que « si fatigant qu’il apparaisse dans certains cas, le métier de la vente met en jeu des qualités psychologiques que l’on s’accorde à rencontrer dans le personnel féminin » (Avenirs, no 63-64, octobre 1954).

33 Avenirs, no 53-54, mai 1953. Et pour la filière féminine du secrétariat, voir Gardey D., La dactylographe..., op. cit., p. 175-184 et du même auteur « Mécaniser l’écriture et photographier la parole. Des utopies au monde du bureau, histoires de genre et de techniques », Annales. Histoire, Sciences Sociales, no 3, 1999, p. 587-614.

34 Circulaire du 8 avril 1927, Bodé G., op. cit., p. 108-110 et grille de classification et de fixation des salaires pour les emplois de bureau, citée par Beau A.-S., op. cit., p. 158-161 et Journal Officiel (JO) des 19 mai 1945, 28 mai 1945 et 12 juin 1945.

35 Circulaire du 8 avril 1927, Bodé G., op. cit., p. 108-110.

36 AN, CAC 771328/34, motions déposées par l’union professionnelle des sténographes, dactylographes et comptables de France, octobre 1954.

37 Règlements des examens, CAP employé de bureau, Arrêté du 16 décembre 1953.

38 Congrès international de l’enseignement technique commercial et industriel, Bordeaux, 16-21 septembre 1895.

39 Thivend M., « Les filles dans les écoles supérieures de commerce en France pendant l’entre-deux-guerres », Travail, genre et sociétés, 2011/2, no 26, p. 140.

40 Beau A.-S., Un siècle d’emplois précaires, op. cit., p. 117-189. Voir également Castets J., op. cit., p. 150-151. Pour le texte des conventions, ADR, 10 M 518.

41 Beau A.-S., op. cit, p. 127-128.

42 Ibid., p. 132-137.

43 Le BEC est créé par l’arrêté du 27 janvier 1934, Bode G., op. cit., p. 184-187.

44 Nouveau barème des traitements, 10 février 1938, Beau A.-S., op. cit., p. 128.

45 Beau A.-S., op. cit., p. 158-161 et Journal Officiel (JO) des 19 mai 1945, 28 mai 1945 et 12 juin 1945.

46 Beau A.-S., op. cit., p. 169-171. et JO du 17 juillet 1947.

47 AN, CAC, 771332, réunion des inspecteurs commerciaux, 10 et 11 avril 1951.

48 Gardey D., La dactylographe..., op. cit., p. 184-195.

49 Chiffres donnés par Avenirs, numéro spécial sur les carrières féminines, no 53-54, mai 1953.

50 Avenirs, no 53-54, mai 1953.

51 Avenirs, no 63-64, octobre 1954.

Indice delle illustrazioni

Legenda Graphique 1. – Reçus aux principaux CAP commerciaux, 1963.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/118238/img-1.jpg
File image/jpeg, 55k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540