Version classiqueVersion mobile

Le CAP : un diplôme du peuple

 | 
Moreau Gilles
, 
Fabienne Maillard
, 
Guy Brucy

Deuxième partie. Le cap fac e au marché du travail

Les CAP des métiers du livre de la belle époque aux années 1970

Marie-Cécile Bouju

Texte intégral

  • 1 En 1539, les typographes parisiens se mirent en grève, réclamant entre autres la diminution du nom (...)

1La formation professionnelle est une question omniprésente dans les débats qui agitent les industries graphiques depuis le XVIe siècle1. Elle constitue en effet le socle sur lequel reposent une culture professionnelle et le niveau des salaires. Alors que la profession, patrons et ouvriers, a longtemps combattu l’intervention des pouvoirs publics dans ce domaine, elle s’est accaparé avec une étonnante facilité une de ses créations, le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), au point que l’éventualité de sa disparition est considérée aujourd’hui comme un symbole de l’effondrement économique de l’imprimerie. Quelles sont les raisons de ce succès improbable ?

1870-1919 : la formation, une question économique, sociale et culturelle

  • 2 Les apprentis représentaient au XIXe siècle entre 3 % et 10 % des salariés.

2Pendant l’Ancien Régime puis entre 1810 et 1870, les imprimeurs, graveurs, libraires, etc. ne pouvaient s’installer sans autorisation du pouvoir. Outil essentiel du régime de censure, le système dit des brevets limitait le nombre d’entreprises sur le territoire, et par conséquent le nombre de salariés, ce qui permettait de leur garantir a priori un niveau élevé de revenu. La suppression de ce système en 1881 débloque l’accès au métier : en 1865 cette branche employait 18 500 ouvriers, 56 000 en 1896. Le discours sur le nécessaire contrôle des entrants, pour des raisons culturelles et économiques, explique des prises de positions dures sur l’exclusion des femmes et la limitation du nombre d’apprentis2 – deux catégories accusées de faire mécaniquement baisser les salaires. Cette position est maintenue en dépit des innovations technologiques (rotatives, emploi de l’énergie à vapeur puis électrique, composition mécanique, reliure industrielle). De manière constante, les organisations professionnelles revendiquent la limitation du nombre d’apprentis et le contrat d’apprentissage obligatoire. Un accord paritaire est finalement ratifié en 1899 qui établit une durée d’apprentissage de cinq ans, l’obligation du contrat écrit d’apprentissage et la limitation du nombre d’apprentis à 1 pour 5 salariés. Il souligne aussi le rôle des cours professionnels. Mais ce texte reste lettre morte.

  • 3 Cela fut moins le cas, curieusement, pour l’École Baggio à Lille. Bouju M.-C., « L’École Estienne (...)
  • 4 Parmi les plus célèbres à la Belle Époque : Claye J., Manuel de l’apprenti compositeur, Paris, Lef (...)

3Les syndicats patronaux et ouvriers revendiquent donc un apprentissage régulé et contrôlé, mais rejettent la formation dans un cadre exclusivement scolaire et dans des établissements qui ne soient pas entièrement sous contrôle professionnel. Ce cadre de formation existe pourtant dès le milieu du XIXe siècle : dans les « usines à livres », ces grandes imprimeries qui emploient plusieurs centaines d’ouvriers et qui ont leurs propres écoles internes (comme l’école Chaix fondée en 1863), et dans les écoles à vocation charitable, comme l’École d’Alembert. Ce rejet général n’empêche pas non plus la création de l’École Estienne par la Ville de Paris en 1889. Le net rejet exprimé par les ouvriers et les patrons des industries du livre à l’égard de cet établissement3 s’explique par le refus de laisser des profanes s’occuper d’un sujet éminemment professionnel et l’incrédulité face à l’hypothèse d’une formation hors de l’atelier. Surtout, pour les syndicats ouvriers, cette école bat en brèche la possibilité du contrôle du nombre d’apprentis par la profession elle-même : une formation professionnelle vertueuse repose nécessairement sur la limitation du nombre d’apprentis. Néanmoins, le principe d’une formation théorique hors de l’atelier est toléré dans les faits, avec les « cours professionnels » appelés aussi « écoles » constitués par les syndicats patronaux et ouvriers pendant la Belle Époque. Autre méthode de formation, la presse syndicale est inondée d’articles qui visent à améliorer la culture technique des ouvriers. Cette littérature professionnelle se développe au point de paraître sous forme de manuels4.

4Dans ce contexte, la loi de 1911 sur le certificat de capacité professionnelle (CCP) ne provoque pas d’émotions particulières. La profession a repoussé, pense-t-elle, la menace d’une formation professionnelle scolarisée. Elle se concentre sur la question du contrat, la durée de la formation et le nombre d’apprentis. Le reste lui paraît secondaire.

  • 5 Jusqu’aux années 1970, la région parisienne accueille plus de la moitié des entreprises et des sal (...)

5Ces positions corporatistes masquent cependant une réalité économique et sociale très variable selon les lieux et les spécialités. Le monde dit de la Presse (qui travaille exclusivement pour la presse quotidienne) est surtout concentré à Paris et verse les salaires les plus élevés de la profession ; le monde du Labeur (de la presse hebdomadaire à l’emballage en passant par le livre) est beaucoup moins concentré géographiquement et très divers, avec une majorité de petits ateliers. Le niveau de qualification et de salaire y est moindre que dans la Presse. Enfin, dans tous les cas, Paris a un poids numérique, technologique et économique écrasant5.

1919-1945 : le succès d’estime du CAP

6Cette période ne constitue pas une rupture économique et technique pour le monde du Livre. En revanche, en matière d’apprentissage, elle inaugure une nouvelle stratégie possible pour les partenaires sociaux.

La Loi Astier : des pouvoirs publics instrumentalisés

  • 6 À la fin des années trente, les industries du Livre rassemblent environ 6 300 entreprises et emplo (...)

7En 1919, si la rareté d’une main-d’œuvre qualifiée reste chronique6, aucun partenaire social n’a changé de position. La loi Astier, en rendant obligatoire une formation professionnelle, dans une école ou dans des cours, est mal reçue par les patrons car ces derniers, acculés sur d’autres domaines, pensent perdre leur liberté d’action en matière de formation. Pour la Fédération française des travailleurs du livre (FFTL), affiliée à la Confédération générale du Travail (CGT), même si les pouvoirs publics s’insèrent de facto sur un terrain où ils ne sont traditionnellement pas les bienvenus, cette loi, renforcée par la taxe d’apprentissage en 1925, est jugée acceptable car instrumentalisable. En siégeant dans les comités départementaux de l’enseignement technique, les représentants syndicaux espèrent peser sur la formation des ouvriers, y compris dans les écoles patronales. De plus, les cours de la FFTL peuvent bénéficier de subventions. Désormais, les pouvoirs publics ne sont plus considérés comme des ennemis mais comme des alliés. En revanche, ce ne sont jamais des partenaires : les syndicaux patronaux et ouvriers les utilisent si nécessaire dans leurs conflits intra professionnels.

8En 1923, les syndicats patronaux et ouvriers révisent le règlement sur l’apprentissage de 1899. Dans le nouveau texte, le quota d’apprentis est toujours limité à 20 %. La formation dure quatre ans et est soumise à un contrat établi entre l’employeur et le chef de famille. De plus, non seulement l’apprenti doit suivre des cours professionnels, mais, au terme de sa formation, il doit aussi subir un examen de fin d’apprentissage (article 9). Cet accord n’a cependant aucun caractère obligatoire... jusqu’au vote de la loi du 20 mars 1928 qui, en rendant obligatoire le contrat écrit, permet au règlement de 1923 de s’imposer à tous.

9Finalement, le CAP ne pose pas de problèmes aux syndicats ouvriers puisque l’essentiel, pour la FFTL, est acquis grâce aux lois de 1919 et de 1928. Pour le patronat en revanche, le contrat écrit et le maintien du quota d’apprentis sont perçus comme bien plus contraignants.

Les premiers CAP des industries graphiques

  • 7 Archives nationales (AN), 19771332/30 (F17 bis 14379) : CAP départementaux, 1920-1942 : Seine. CAC (...)

10Le 8 juin 1931, le sous-secrétariat d’État à l’enseignement technique crée par arrêté deux CAP pour le département de la Seine, celui de « compositeur typographe » et d’« imprimeur typographe », et l’année suivante, le 30 avril 1932, celui d’« imprimeur lithographe7 ». Ces premiers diplômes correspondent au cœur du métier, même si l’industrie lithographique est économiquement en perte de vitesse. Ces CAP écornent toutefois l’un des principes fondamentaux de la profession en donnant la possibilité de passer l’examen au bout de trois ans et non quatre, comme il est dit dans le règlement de 1923.

11La première session d’examen a lieu en juillet 1932 à l’École Estienne à Paris. Le jury est composé d’un inspecteur départemental de l’Enseignement technique, d’un professeur de l’École Estienne et d’un nombre égal de patrons et d’ouvriers. Une quarantaine de candidats se présente à la session de 1933. L’événement est présenté par la presse professionnelle, mais sans émotion particulière.

  • 8 En particulier : Breton V., Cours élémentaire de composition typographique à l’usage des élèves de (...)
  • 9 Valette G., Typographie : cours de perfectionnement à l’usage des candidats au certificat d’aptitu (...)
  • 10 Témoignage de Maurice Ruffin.

12Qui dit examen dit programme. C’est celui de l’École Estienne tant décriée qui est repris. En effet, cette institution accueillait aussi à la demande de patrons parisiens des apprentis dans le cadre de cours professionnels depuis la Première Guerre mondiale. Certains de ses enseignants écrivaient dans la presse professionnelle des articles techniques et certains diffusaient leurs cours sous forme de brochures8. Par la suite, dès 1933, ils publient des manuels à destination des candidats au CAP9. Les premiers CAP sont aussi les héritiers des concours d’apprentis, qui existaient depuis le XIXe siècle. Le concours des apprentis parisiens se déroulait à Estienne, devant un jury. Maurice Ruffin en rend compte dans son témoignage. Il passa ce concours en 1928 à 18 ans en tant qu’apprenti compositeur, et le considérait comme un « diplôme de fin d’apprentissage », même s’il « n’intéressait guère les patrons imprimeurs » : « J’ai simplement passé ce concours sous l’impulsion de mon maître d’apprentissage qui voulait mettre son poulain en face de ceux de son ami Valette, alors professeur de typo à Estienne. » Surtout, le diplôme « permettait d’accéder au tarif syndical de l’ouvrier qualifié10 ».

  • 11 AN, 19771332/30 (F17bis 14379) : CAP départementaux, 1920-1942 : Seine. Arrêté du 27 mars 1934, cr (...)

13D’autres demandes de création de CAP sont déposées, mais peu aboutissent11. En province, la faiblesse des infrastructures permettant à des apprentis de suivre correctement un programme de formation l’explique en partie : il n’y a pas plus de trente cours professionnels pendant l’entre-deux-guerres. Mais ce n’est pas la seule explication.

L’INIAG ou la crise du paritarisme

  • 12 « Institut national des industries et arts graphiques », Technologie de l’imprimerie, no 44, mars (...)
  • 13 « Institut national des industries et arts graphiques », Bulletin officiel de l’Union syndicale et (...)
  • 14 « INIAG », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de Fr (...)
  • 15 Brucy G., Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel, op. cit., p. 105-125

14Au milieu des années trente, une nouvelle « alliance » se forme, cette fois entre la direction de l’enseignement technique (DET) et le patronat de l’imprimerie. En 1937 est fondé l’Institut national des industries et arts graphiques (INIAG), association loi 1901, sous le patronage officiel de la DET. L’INIAG est chargé d’organiser l’enseignement professionnel au niveau national en prenant pour modèle les réalisations du syndicat patronal parisien12. Les groupes de travail qui composent l’Institut ont pour mission d’établir des programmes pour chaque spécialité de CAP, ainsi que ceux des brevets professionnels et des brevets de maîtrise13. À la fin de l’année 1938, l’INIAG est habilité à bénéficier du produit de la taxe d’apprentissage14. Pour la DET, l’INIAG permet de mieux organiser l’apprentissage dans les industries du Livre en évitant sa balkanisation et de mettre en place des qualifications de niveau intermédiaire et supérieur15.

  • 16 « Les travaux de l’Institut national des industries et arts graphiques », Technologie de l’imprime (...)
  • 17 « Convention collective du Travail dans l’imprimerie », L’Imprimerie française, 1er novembre 1936, (...)

15Mais l’INIAG a un défaut rédhibitoire, que la DET refuse de voir : ce n’est pas un organisme paritaire. Sur les trente membres de son conseil d’administration, deux seulement sont des délégués ouvriers16. Pour la FFTL, la création de l’INIAG est un casus belli mais le Front populaire a donné à l’institut les armes pour se défendre : la loi du 11-12 juin 1936 impose l’élaboration d’une convention collective et celle du 24 juin 1936 oblige le patronat et les ouvriers à inclure la formation professionnelle dans ces conventions. Ces deux textes font de l’INIAG une coquille vide. Ainsi, les conventions collectives de la Presse (2 août 1936) et du Labeur (7 septembre) précisent que les accords de 1923 restaient valables jusqu’à leur révision17.

  • 18 « Bulletin de la quinzaine », L’Imprimerie française, no 404, 2 mai 1937, p. 1.
  • 19 « Institut national des industries et arts graphiques. Son organisation et ses travaux », Bulletin (...)
  • 20 « Comité central de l’Union. Séance du 9 mai 1938. Travaux de l’INIAG », Bulletin officiel de l’Un (...)
  • 21 « Institut national des industries et arts graphiques », Bulletin officiel de l’Union syndicale et (...)

16Les négociations sur la révision des accords de 1923 commencent en mai 193718. L’arbitrage est confié à la Commission nationale professionnelle de l’apprentissage, qui a fonctionné de 1922 à 1923 puis entre 1928 et 1932. Elle est composée de représentants de l’État, du patronat, de la FFTL et des cadres. Sa mission est que tout apprenti puisse « trouver sur le sol où il vit les moyens d’étudier le programme du certificat d’apprentissage de sa profession, et, par conséquent, de recevoir la même instruction que son camarade le plus éloigné. » Ainsi, le CAP est clairement reconnu comme l’unique moyen de valider un apprentissage19. Le 9 mai 1938, le projet de règlement général est achevé20, suivi au printemps 1939 par deux projets de formation à la photogravure et à l’héliogravure, compétences récentes dont l’industrie a besoin en urgence. Mais en cette fin de Front populaire, les tensions sociales sont telles – les syndicats patronaux revendiquent la seule autorité de l’INIAG et la réduction de l’apprentissage à deux ans – qu’en avril 1939, le règlement général n’est toujours pas validé par la FFTL21.

  • 22 Institut national des industries et arts graphiques. Règlement général concernant la formation pro (...)
  • 23 « Communications du comité fédéral », L’Imprimerie française, no 469, 16 janvier 1940, p. 2.
  • 24 Institut national des industries et arts graphiques. Règlement général concernant la formation pro (...)
  • 25 Institut national des industries et arts graphiques, Annexe VIII du règlement général. Série de br (...)
  • 26 Pour la reliure, brochure et dorure, on distingue les certificats d’aptitude pour l’artisanat (dit (...)

17Pendant la guerre l’INIAG obtient sa revanche, en devenant le cadre exclusif dans lequel l’apprentissage professionnel doit être règlementé22. Les négociations entre l’INIAG et la FFTL débutent pendant l’hiver 1939-194023. Le règlement général est achevé en juin 1940 et homologué par la DET le 24 mars 1941. Il est notamment notifié que s’il n’existe pas de cours professionnels à proximité, l’apprenti doit se référer aux manuels édités par l’INIAG. Le CAP obtenu, le jeune ouvrier doit se soumettre à deux années probatoires avant de pouvoir être payé au tarif. Le nombre d’apprentis est toujours limité mais calculé non plus sur le nombre d’employés de l’entreprise mais sur celui des ouvriers ayant leur CAP ou exerçant leur métier depuis plus de deux ans. Les écoles professionnelles, intégrées dans ce dispositif, ont « pour mission d’assurer et d’élargir les connaissances générales de l’apprenti24 ». Le contenu du règlement général montre que des revendications patronales de 1938 ont été intégrées, notamment le rétablissement des deux années d’essai au lieu d’une. Les circonstances politiques leur étaient alors favorables. Des règlements spécifiques par branches sont mis au point entre 1941 et 1944, la plupart des CAP sont homologués par la DET en 194425 : « procédés photomécaniques (photogravure) » ; lithographie (reporteur et conducteur) » ; « imprimeur héliograveur » ; « compositeur typographe » ; « imprimeur typographe » ; « brochure-reliure-dorure »26.

18Des débats des années 1937-1939, il ressort l’image d’une profession toujours unie sur le principe d’une règlementation nationale et générale sur l’apprentissage, dont le CAP est l’incarnation. Ce sont toujours les mêmes questions qui crispent les positions : la limitation du nombre d’apprentis et la durée de la formation. Enfin, se confirme la stratégie du balancier utilisée par les organisations professionnelles – la fédération ouvrière dans les années 1920 puis le patronat dans les années 1930 – pour jouer avec opportunisme d’une alliance avec l’État. Mais celui-ci n’est pas passif : l’instrumentalisation dont il est l’objet est visiblement assumée, d’autant qu’il n’oublie jamais ses propres objectifs, ce que les industries graphiques ne perçoivent probablement pas, convaincues de la force de la culture du métier.

1945-1970 : forces et faiblesses du CAP

19Dès 1939, les premiers enseignants de l’École Estienne titulaires d’un CAP apparaissent, le CAP n’est plus une curiosité. Et il devient courant de voir des élèves de cette école se présenter à l’examen du CAP après avoir quitté l’établissement. Le CAP est ainsi devenu « le » diplôme de l’ouvrier du Livre, qui lui garantit un niveau de salaire correct. Mais la formation professionnelle demeure un sujet brûlant.

Retour aux négociations

  • 27 « CAP de la région parisienne », Industries et techniques graphiques, novembre-décembre 1948, p. 3 (...)

20La profession « reconstitue » l’INIAG en 1946, faisant mine de considérer que depuis 1939 il avait cessé de fonctionner. Toutefois les sessions d’examens des nouveaux CAP, dont les programmes avaient été élaborés pendant la guerre, se tiennent comme prévues à Paris, depuis 1941 pour la photogravure et 1944 pour la reliure et la dorure27.

  • 28 Pelpel P. et Troger V., op. cit., p. 88-90.
  • 29 « Comité fédéral », L’Imprimerie nationale, no 491, août 1946, p. 3.
  • 30 Fédération française des travailleurs du Livre, Dix-septième congrès national tenu à Bordeaux du 1 (...)
  • 31 « Au comité fédéral », L’Imprimerie française, no 498, juin 1947, p. 2.
  • 32 « Au comité fédéral », L’Imprimerie française, no 500 ; août 1947, p. 3.

21Aux yeux des gouvernements, l’INIAG n’a plus d’intérêt politique. À l’inverse, pour la profession, reconstituer l’INIAG permet de se protéger du zèle de l’État28. Le 22 juin 1946, l’INIAG est rétabli et devient réellement paritaire avec des représentants patronaux, ouvriers et cadres29. Il est prévu d’y « limiter, dans la plus large mesure possible, sinon même de supprimer, l’ingérence de l’Enseignement technique dans cet organisme30 ». L’ennemi est clairement désigné. En 1947, le conflit entre la corporation et la DET se transforme en rupture. Le conseil d’administration de l’INIAG refuse que la DET y soit représentée31, ce qui empêche les décisions de l’Institut d’être reconnues par le ministère de l’Éducation nationale. De son côté la DET constitue une Commission nationale consultative d’apprentissage du papier, carton et arts graphiques. La FFTL refuse d’y siéger, annonçant qu’elle « ne répondrait plus à ses convocations tant qu’un accord n’aura pas été réalisé » à propos du statut de l’INIAG32.

  • 33 « Le conseil national des 24 et 25 octobre 1947 », L’Imprimerie française, no 503, novembre-décemb (...)
  • 34 INIAG, Statut modifié par les assemblées générales extraordinaires du 25 avril 1939 et du 16 décem (...)
  • 35 « Rapport sur la gestion du Comité fédéral », L’Imprimerie française, no 532, octobre 1950, p. 6.

22L’INIAG est finalement reconnu officiellement par l’État33, et son nouveau statut voté le 16 décembre 1947. Le Conseil d’administration est composé de douze membres : six délégués de la Fédération française des syndicats patronaux de l’imprimerie et des industries graphiques, quatre désignés par la FFTL, un par le Syndicat national des cadres (CGT), un par le Syndicat national des Cadres de direction et de maîtrise. L’INIAG est placé sous le patronage de la DET34. De la Commission nationale, il n’est plus question. Mais les relations demeurent exécrables avec les « fonctionnaires de ces services qui veulent tout connaître et tout enseigner35 ».

  • 36 « La nouvelle convention collective du Labeur », L’Imprimerie française, no 594, mai 1956, p. 3.

23En 1949, l’INIAG remet au ministère un nouveau règlement général. La DET exige l’introduction de nouveaux éléments, qualifiés d’« inadmissibles » par la profession, sur la durée de l’apprentissage (trois contre les quatre années revendiquées), les lieux d’apprentissage (exclusion des écoles) et la limitation du nombre d’apprentis. L’INIAG est obligé de céder. Le règlement général est homologué le 1er septembre 1950 puis révisé en 1960 (arrêté ministériel du 28 mars). Néanmoins, par le biais des conventions collectives, les syndicats ouvriers imposent l’interdiction de l’emploi d’apprentis dans le secteur de la Presse et limitent à 20 % le nombre d’apprentis dans le Labeur36.

  • 37 « Rapport sur la gestion du Comité fédéral », L’Imprimerie française, no 542, septembre 1951, p. 6
  • 38 « Règlement général de la formation professionnelle et de l’apprentissage », Bulletin d’informatio (...)

24Neuf spécialités sont homologuées en 1953 : « compositeur typographe », « imprimeur typographe », « imprimeur lithographe offset », « clicheur », « héliograveur », « photomécanique », « reliure », « brochure » et « dorure37 ». Puis trente CAP sont approuvés par les arrêtés du 27 février 1954 et du 2 mai 195538. En dépit de relations difficiles avec les pouvoirs publics, les industries du Livre ont accompli un travail de normalisation des programmes de formation et des épreuves, ceux de Paris étant la référence. L’INIAG propose aux candidats au CAP douze manuels de formation en 1961.

Combien de spécialités, de candidats, d’élèves, d’apprentis... ?

  • 39 Leur taux de réussite au CAP est plus faible (entre 52 et 62 %). Statistique de la formation profe (...)
  • 40 Composition typographique ; impression typographique ; impression lithographique ; photogravure ; (...)
  • 41 Composition typographique ; impression typographique ; impression lithographique ; photogravure ty (...)

25Entre 1960 et 1963, le ministère estime le nombre de candidats aux CAP des métiers du livre entre 250 et 400 par an, hors région parisienne. En moyenne, 63 % ont suivi des cours dans des structures de type « cours Astier », 8 % dans des centres d’apprentissage, 12 % dans des écoles privées, 3 % dans des collèges techniques. Les taux de réussite varient entre 67 et 71 %. Plus surprenante est la part des candidats (16 %) qui n’ont pas suivi de cours dans ces structures : est-ce faute de place39 ? Les chiffres concernant les apprentis de la région parisienne ne sont connus que pour la période de 1933 à 1950 : on passe de 42 candidats environ pour trois CAP en 193340 à 531 en 1950 pour treize spécialités41. Le taux de réussite varie entre 58 et 82 %.

  • 42 En 1956, la profession emploie 85 000 salariés ; en 1966 elle dépasse les 100 000 salariés. La par (...)
  • 43 Pierre Mayeux, « Le problème de la carte scolaire », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de (...)

26Par extrapolation42, il y aurait environ un millier de diplômés par an à la fin des années 1950. En 1963, la profession estime qu’elle forme 1 500 apprentis (soit 2,5 % des salariés), trois quarts en ateliers et un quart dans des établissements scolaires43. Nous sommes loin de 20 % d’apprentis maximum tolérés : ce faible nombre en part relative s’explique-t-il par le malthusianisme de la profession ou par la difficulté d’organiser un apprentissage « méthodique et complet » ?

  • 44 « Chronique de l’INIAG », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres i (...)
  • 45 « Chronique de l’INIAG », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres i (...)
  • 46 « Chronique de l’INIAG », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres i (...)
  • 47 « Les cours professionnels de Toulon », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération (...)

27En région parisienne, l’INIAG, qui y coordonne les cours professionnels hors écoles, déclare accueillir entre 600 et 700 apprentis à la fin des années 1940. À Bordeaux en 1953, les cours Astier sont co-organisés par la ville et par la Chambre syndicale patronale. Sur 1 100 ouvriers, 220 apprentis sont formés dont 90 % suivent des cours44. À Reims, la situation est plus difficile. Si les ouvriers du Livre sont beaucoup moins nombreux (480), la part des apprentis (32 soit 6 %) est encore plus faible. Ils sont accueillis par le collège technique pour une partie des formations. Son équipement étant considéré comme inadapté en lithographie, les apprentis lithographes sont envoyés à l’Imprimerie lithographique de Reims45. À Troyes46 et Toulon47 les représentants syndicaux tentent d’organiser au mieux une formation professionnelle, quitte à s’adresser au centre d’apprentissage ou au collège technique local.

28La situation d’un apprenti varie donc grandement d’un territoire à l’autre. Si l’INIAG joue un rôle moteur en matière de normalisation des formations et des examens, en province les moyens manquent. Par pragmatisme, les principes corporatistes, qui rejettent la formation scolaire, sont donc écornés.

La primauté du CAP remise en cause

29Le CAP est devenu après-guerre le symbole d’un savoir faire d’une branche professionnelle à la culture corporative forte. Dans les années 1960, cette domination se heurte cependant à une nouvelle politique. La réforme Berthoin en 1959 et le décret de 1965 refondent l’arborescence des diplômes professionnels, ce qui bouleverse la place du CAP et impose la formation scolarisée.

  • 48 « Rapport sur la gestion du comité fédéral », L’Imprimerie française, no 662, septembre 1962, p. 2 (...)
  • 49 « Vie fédérale », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeur (...)
  • 50 « Vie fédérale », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeur (...)

30Depuis les années 1920, le ministère de l’Éducation nationale lutte contre le localisme des diplômes, ce qui n’a jamais posé problème à cette profession très normalisatrice. Ce qui n’est pas le cas d’autres points. En 1958, la FFTL cède sur les quatre années de formation, mais exige trois années au lieu des deux ans imposés par le ministère. Idem pour la simplification de l’offre de diplômes : bien que la profession ait toujours insisté sur l’importance d’une bonne culture générale de l’apprenti, les syndicats ouvriers s’inquiètent de la polyvalence théorique des futurs diplômés, qui risque « d’amenuiser la véritable qualification professionnelle48 ». Finalement, à partir de 196749, l’INIAG simplifie la grille des CAP, abandonnant les titres par spécialités au profit d’une logique d’organisation. Désormais, les CAP sont classés selon trois catégories : préparation (puis prépresse), impression, finition50. Cette nouvelle nomenclature est validée en 1970-1971.

  • 51 « Les débats du congrès », L’Imprimerie française, no 616, mai 1958, p. 4.
  • 52 « Rapport sur la gestion du Comité fédéral », L’Imprimerie française, no 673, septembre 1963, p. 3

31Jusqu’aux années 1960, le modèle scolaire était considéré comme marginal dans la profession. Cette hostilité de principe était d’autant plus facile à défendre que la rareté des écoles professionnelles rendait leur existence inoffensive. Les « cours Astier », organisés par des syndicats ou associations professionnelles, étaient la norme. La situation s’est progressivement modifiée à la Libération, avec les centres d’apprentissage, les collèges puis les lycées techniques. Si, après avoir longtemps résisté, la FFTL reconnaît qu’elle ne peut pas matériellement contrôler l’ensemble de l’apprentissage sur le territoire51, ses représentants déclarent toujours préférer « la formule sur le tas » et affirment : « Nous entendons fermement contrôler le nombre d’apprentis qui seront formés par ces collèges en fonction des besoins de la profession, car nous avons à former des ouvriers et non des chômeurs52. »

  • 53 « L’apprentissage dans les ateliers isolés », Bulletin d’information de la Fédération française de (...)

32Au début des Trente Glorieuses, le patronat commence à douter « à haute voix » de la capacité de la profession d’organiser elle-même la formation des apprentis. Efficaces dans les grandes agglomérations, les moyens humains et techniques sont trop médiocres dans les petites villes pour l’être pareillement53. De plus, le nombre de diplômés est jugé insuffisant. En 1963, le patronat estime en avoir besoin de 2 000 par an, contre les 1 500 apprentis formés ; et comme l’organisation de l’apprentissage ne permet pas de répondre à sa demande, il est convaincu que seule la multiplication des établissements scolaires permettra d’augmenter le nombre de jeunes en formation. Face au patronat et au ministère, les organisations ouvrières se résignent finalement à la multiplication d’écoles professionnelles publiques, donnant leur avis, symbolique, sur la carte scolaire.

  • 54 Les cadres, employés et agents de maîtrise représentent entre 20 et 25 % des effectifs, dans les a (...)
  • 55 « Le Collège technique Estienne », Recueil des actes administratifs. Bulletin officiel d’informati (...)
  • 56 « Conclusions générales de la table ronde sur la formation professionnelle », Bulletin officiel de (...)

33Le patronat obtient aussi le soutien de l’Éducation nationale lorsqu’il réclame la mise en place d’un Brevet d’études professionnelles (BEP) et la création d’un Brevet de technicien supérieur (BTS). La volonté de créer des diplômes supérieurs, présente dès les années trente, s’impose dans les années 1940 à la suite de voyages d’études aux États-Unis : les cadres sont considérés désormais comme une catégorie clé dans une imprimerie moderne54. À l’École Estienne, une cinquième année est instituée en octobre 1957 pour « préparer aux fonctions de maîtrise55 ». En 1962, elle prépare aux premiers brevets de techniciens (BT). Pour la FFTL, ces nouveaux diplômes ébranlent l’édifice « formation » des ouvriers du livre. Outre les effets sur les salaires, les BEP, les brevets de techniciens et BTS favorisent de jeunes diplômés au détriment d’ouvriers, y compris titulaires d’un CAP, qui pouvaient jusqu’alors accéder à des postes d’encadrement par l’ancienneté. Seul point de relative convergence avec la CGT : le patronat réclame aussi une formation au CAP en trois ans au lieu de deux56.

  • 57 « Pourquoi une CNPC ? », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres im (...)
  • 58 Enderlé R., « Parlons d’apprentissage », L’Imprimerie française, no 523, novembre 1949, p. 3 ; Vie (...)
  • 59 « Vie fédérale », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeur (...)
  • 60 « La vie fédérale : le comité directeur. Procès verbal de la réunion du 7 avril 71 », Bulletin off (...)

34En 1969, le patronat demande au ministère la création d’une commission nationale professionnelle consultative, que la profession avait pourtant rejetée en 1947. Ainsi, « l’Administration pourra être complètement éclairée sur les aspects particuliers de la formation professionnelle dans nos métiers » et de même la profession « pourr[a] être fixé[e] sur les intentions des Pouvoirs publics quant aux incidences de la réforme de l’enseignement technique » et entretenir des « liaisons fructueuses » avec un nouvel acteur, les représentants des parents d’élèves57. Le dialogue avec ces derniers répond à la crainte croissante d’une désaffection des jeunes pour les métiers du livre, ce qui conduirait la profession à se contenter des candidats les moins brillants58. La mission de la CNPC est de « définir une doctrine en matière de formation professionnelle scolarisée », ce qui est clairement, bien que les syndicats patronaux s’en défendent, une rétrogradation des missions de l’INIAG, qui est désormais limité à une fonction purement technique59. La commission entérine la mise en place des BEP en 197160 et la création du BTS en 1973.

  • 61 « Convention nationale pour le personnel des imprimeries de labeur et des industries graphiques »,(...)
  • 62 « Nouvelles dispositions concernant l’apprentissage », Bulletin officiel de l’Union syndicale et d (...)

35Du côté ouvrier, cette nouvelle doctrine passe mal. Dans la convention nationale du Labeur révisée en 1971, il est dit que les titulaires d’un CAP seront recrutés en priorité aux titulaires du BEP61. Mais c’est un combat d’arrière garde. La loi du 16 juillet 1971, en réformant l’apprentissage, défait l’esprit de la loi Astier. Si est maintenu à la demande de la CNPC le principe d’une formation en trois ans, pour le CAP et le BEP, l’employeur a désormais l’obligation d’envoyer son apprenti suivre des cours dans un centre de formation d’apprentis, et non dans le cours de son choix. Avec la fin des « cours Astier », la profession abandonne un moyen important de contrôle62.

  • 63 « Bilan des activités de l’INIAG, à mi-mai 1973 », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la (...)
  • 64 Châtellerault, Colombes, Lisieux, Troyes, Reims, Marseille et Boulogne. 4 collèges étaient prévus  (...)
  • 65 Le Labeur emploie alors environ 110 000 salariés. La moitié travaille en région parisienne.

36En 1973, les candidats au CAP sont toujours majoritaires (87 %). Mais 45 % des jeunes se destinant à l’imprimerie se forment dans le cadre scolaire, contre 25 % dix ans plus tôt63. En 1963, sept collèges techniques et deux lycées (Estienne et Baggio) formaient à ces métiers64. Au début des années 1970, ce sont vingt-cinq lycées d’enseignement professionnel (LEP) et quinze centres de formation d’apprentis (CFA). Les 4 200 jeunes en formation représentaient 3,7 % des actifs du Labeur65.

37Le CAP a été facilement accepté par la profession car il répondait à un besoin de contrôle et de normalisation. Dans sa mise en place, le rôle des acteurs économiques et sociaux était essentiel, ce qui correspondait parfaitement à la culture corporatiste du Livre. Le CAP était moins un diplôme symbole de la formation scolarisée, que la sanction d’une formation « sur le tas ». Pendant les années 1950, la profession, les syndicats ouvriers en particulier, a le sentiment de contrôler avec ce diplôme la formation professionnelle de bout en bout. Mais cette perception est tronquée : les structures d’accueil pour les apprentis sont d’inégales qualités sur le territoire ; le système des quotas est à la fois mal compris par les familles, bloquant pour les entrepreneurs et inappliqué dans les écoles publiques ; le besoin de personnels d’encadrement entraîne la création de nouveaux diplômes (BEP, BT, BTS) qui abaissent la valeur économique et symbolique du CAP.

38Dans les années 1960, le CAP devient paradoxalement le symbole des anciens contre les modernes. Les « anciens » sont représentés par la FFTL, qui lutte pour préserver le principe d’une formation en trois ans, sur le tas, et d’une population limitée en nombre, sous le contrôle de la profession. Le CAP doit être la porte d’entrée unique dans la carrière, à partir de laquelle l’ouvrier peut s’il le souhaite gravir les échelons. Les « modernes » sont le ministère de l’Éducation nationale et les organisations patronales, qui veulent une main-d’œuvre qualifiée en nombre suffisant pour faire face à la demande et des cadres pour une industrie moderne.

Notes

1 En 1539, les typographes parisiens se mirent en grève, réclamant entre autres la diminution du nombre des apprentis dans les ateliers.

2 Les apprentis représentaient au XIXe siècle entre 3 % et 10 % des salariés.

3 Cela fut moins le cas, curieusement, pour l’École Baggio à Lille. Bouju M.-C., « L’École Estienne de 1889 à 1913 : les enjeux d’un nouveau modèle d’apprentissage », Revue française d’histoire du livre, 3e et 4e trimestre 1999, no 104-105, p. 329-348 ; du même auteur, L’École Estienne, 1889-1949, Thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, sous la direction d’Élisabeth Parinet, École nationale des Chartes, 1998, 389 p. En ligne : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00157091/fr/

4 Parmi les plus célèbres à la Belle Époque : Claye J., Manuel de l’apprenti compositeur, Paris, Lefèvre, 4 éditions entre 1870 et 1891 ; Muller A., Nouveau Manuel de typographie, Paris, Imprimerie des Beaux Arts, 1913.

5 Jusqu’aux années 1970, la région parisienne accueille plus de la moitié des entreprises et des salariés.

6 À la fin des années trente, les industries du Livre rassemblent environ 6 300 entreprises et emploieraient environ 110 000 personnes, le secteur Presse compris (un tiers des salariés).

7 Archives nationales (AN), 19771332/30 (F17 bis 14379) : CAP départementaux, 1920-1942 : Seine. CAC Fontainebleau.

8 En particulier : Breton V., Cours élémentaire de composition typographique à l’usage des élèves de première année (année d’essai préparatoire), École municipale Estienne, 1904.

9 Valette G., Typographie : cours de perfectionnement à l’usage des candidats au certificat d’aptitude professionnelle, Typographie de l’école Estienne, 1933.

10 Témoignage de Maurice Ruffin.

11 AN, 19771332/30 (F17bis 14379) : CAP départementaux, 1920-1942 : Seine. Arrêté du 27 mars 1934, création du CAP de graveur (imprimerie), CAC Fontainebleau.

12 « Institut national des industries et arts graphiques », Technologie de l’imprimerie, no 44, mars 1937, p. 1103-1104.

13 « Institut national des industries et arts graphiques », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, février 1938, p. 25-27.

14 « INIAG », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, février 1939, p. 24-25.

15 Brucy G., Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel, op. cit., p. 105-125.

16 « Les travaux de l’Institut national des industries et arts graphiques », Technologie de l’imprimerie, no 46, mais 1937, p. 1147-1150.

17 « Convention collective du Travail dans l’imprimerie », L’Imprimerie française, 1er novembre 1936, p. 1-4.

18 « Bulletin de la quinzaine », L’Imprimerie française, no 404, 2 mai 1937, p. 1.

19 « Institut national des industries et arts graphiques. Son organisation et ses travaux », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, février 1938, p. 25-27.

20 « Comité central de l’Union. Séance du 9 mai 1938. Travaux de l’INIAG », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, mai 1938, p. 97-98.

21 « Institut national des industries et arts graphiques », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, mai 1939, p. 99-100.

22 Institut national des industries et arts graphiques. Règlement général concernant la formation professionnelle et l’apprentissage dans les industries du Livre, juin 1940 (homologation de l’Enseignement technique le 24 mars 1941), Imprimerie Maulde et Renou, 1941, p. 3.

23 « Communications du comité fédéral », L’Imprimerie française, no 469, 16 janvier 1940, p. 2.

24 Institut national des industries et arts graphiques. Règlement général concernant la formation professionnelle et l’apprentissage dans les industries du Livre, op. cit.

25 Institut national des industries et arts graphiques, Annexe VIII du règlement général. Série de brochures, pagination et datation diverses.

26 Pour la reliure, brochure et dorure, on distingue les certificats d’aptitude pour l’artisanat (dits aussi reliure-main) et l’industrie, et également les certificats spécifiques aux filles et garçons. Cette séparation entre les diplômes de filles et de garçons a été maintenue jusqu’aux années 1980.

27 « CAP de la région parisienne », Industries et techniques graphiques, novembre-décembre 1948, p. 36-37.

28 Pelpel P. et Troger V., op. cit., p. 88-90.

29 « Comité fédéral », L’Imprimerie nationale, no 491, août 1946, p. 3.

30 Fédération française des travailleurs du Livre, Dix-septième congrès national tenu à Bordeaux du 15 au 18 avril 1949, Imprimerie centrale de la Presse, p. 36-37. Souligné par nous.

31 « Au comité fédéral », L’Imprimerie française, no 498, juin 1947, p. 2.

32 « Au comité fédéral », L’Imprimerie française, no 500 ; août 1947, p. 3.

33 « Le conseil national des 24 et 25 octobre 1947 », L’Imprimerie française, no 503, novembre-décembre 1947, p. 3-5.

34 INIAG, Statut modifié par les assemblées générales extraordinaires du 25 avril 1939 et du 16 décembre 1947, 1947, Paris.

35 « Rapport sur la gestion du Comité fédéral », L’Imprimerie française, no 532, octobre 1950, p. 6.

36 « La nouvelle convention collective du Labeur », L’Imprimerie française, no 594, mai 1956, p. 3.

37 « Rapport sur la gestion du Comité fédéral », L’Imprimerie française, no 542, septembre 1951, p. 6.

38 « Règlement général de la formation professionnelle et de l’apprentissage », Bulletin d’information de la fédération française des syndicats patronaux de l ‘ imprimerie et des industries graphiques, no 87, août-septembre 1960, p. 21.

39 Leur taux de réussite au CAP est plus faible (entre 52 et 62 %). Statistique de la formation professionnelle, état récapitulatif par académie, 1959-1963, Éducation nationale, Bureau statistique, 19770453/186-188, CAC Fontainebleau.

40 Composition typographique ; impression typographique ; impression lithographique ; photogravure ; reliure ; dorure.

41 Composition typographique ; impression typographique ; impression lithographique ; photogravure typographique ; photogravure offset ; photogravure héliogravure ; clicherie ; reliure main (garçons) ; reliure main (filles) ; reliure industrielle (garçons) ; reliure industrielle (filles) ; brochure ; dorure.

42 En 1956, la profession emploie 85 000 salariés ; en 1966 elle dépasse les 100 000 salariés. La part des parisiens varie peu (54 % des professionnels).

43 Pierre Mayeux, « Le problème de la carte scolaire », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 116, juin-juillet 1963, p. 17-18.

44 « Chronique de l’INIAG », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 11, janvier 1953, p. 5.

45 « Chronique de l’INIAG », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 13, mars 1953, p. 52.

46 « Chronique de l’INIAG », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 17, août-septembre 1953, p. 211.

47 « Les cours professionnels de Toulon », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 70, décembre 1958, p. 7-12.

48 « Rapport sur la gestion du comité fédéral », L’Imprimerie française, no 662, septembre 1962, p. 2-3.

49 « Vie fédérale », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 158, octobre 1967, p. 10.

50 « Vie fédérale », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 175, mai 1969, p. 3.

51 « Les débats du congrès », L’Imprimerie française, no 616, mai 1958, p. 4.

52 « Rapport sur la gestion du Comité fédéral », L’Imprimerie française, no 673, septembre 1963, p. 3.

53 « L’apprentissage dans les ateliers isolés », Bulletin d’information de la Fédération française des syndicats patronaux de l’imprimerie et des industries graphiques, no 8, octobre 1952, p. 229-331 ; « Institut national des industries et arts graphiques : Assemblée générale du 5 mars 1951 », Caractère, no 7, juin 1951, p. 112 et suiv.

54 Les cadres, employés et agents de maîtrise représentent entre 20 et 25 % des effectifs, dans les années 1950-1960.

55 « Le Collège technique Estienne », Recueil des actes administratifs. Bulletin officiel d’information de la préfecture de la Seine et de la Préfecture de police, no 17, 20 juin 1958, p. 405-406.

56 « Conclusions générales de la table ronde sur la formation professionnelle », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 141, janvier 1966, p. 9-12.

57 « Pourquoi une CNPC ? », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 178, octobre 1969, p. 1-3.

58 Enderlé R., « Parlons d’apprentissage », L’Imprimerie française, no 523, novembre 1949, p. 3 ; Vie fédérale, no 175, mai 1969, p. 3.

59 « Vie fédérale », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 180, décembre 1969, p. 4. La première séance de la CNPC se déroule le 18 novembre 1969.

60 « La vie fédérale : le comité directeur. Procès verbal de la réunion du 7 avril 71 », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 194, avril 1971, p. 6-7.

61 « Convention nationale pour le personnel des imprimeries de labeur et des industries graphiques », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 196, juin-juillet 1971, p. 4.

62 « Nouvelles dispositions concernant l’apprentissage », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 203, mars 1972, p. 21.

63 « Bilan des activités de l’INIAG, à mi-mai 1973 », Bulletin officiel de l’Union syndicale et de la Fédération des maîtres imprimeurs de France, no 216, juin-juillet 1973, p. 59. On notera cependant la résistance remarquable du modèle traditionnel de l’apprentissage par rapport aux autres secteurs : Brucy G. et Troger V., « Un siècle de formation professionnelle en France : la parenthèse scolaire ? » Revue française de pédagogie, no 131, avril-juin 2000, p. 9-21.

64 Châtellerault, Colombes, Lisieux, Troyes, Reims, Marseille et Boulogne. 4 collèges étaient prévus : Aulnay, Montereau, Bordeaux et Strasbourg.

65 Le Labeur emploie alors environ 110 000 salariés. La moitié travaille en région parisienne.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search