Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le CAP : un diplôme du peuple

 | 
Moreau Gilles
, 
Fabienne Maillard
, 
Guy Brucy

Deuxième partie. Le cap fac e au marché du travail

Le CAP de l’habillement : la fin d’un diplôme ouvrier emblématique ?

Nicolas Divert

Texte intégral

  • 1 Castel R., Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 2 Zylberberg-Hocquard M.-H., « L’aiguille, outil du féminin », D. Chabaud-Rychter et D. Gardey (dir. (...)

1Jusqu’au XVIIIe siècle, dans les villes où l’artisanat dominait, les activités professionnelles étaient organisées en corporations autonomes de métiers qui disposaient du monopole de la production1. Chacune d’entre elles définissait ses statuts, lesquels établissaient les conditions d’accès au métier par l’apprentissage. La très grande majorité des corporations était dirigée par des hommes, y compris la couture, pourtant considérée dans le cadre domestique comme un attribut féminin. Une division sexuée du travail très stricte séparait les activités des femmes de celles des hommes. Ainsi, si des corporations exclusivement féminines furent créées, notamment à Paris, dans des domaines construits comme féminins, elles s’inscrivaient dans une chaîne de métiers dominée par des corporations masculines. Mais progressivement, à partir du XIXe siècle, l’industrialisation de la production des textiles puis des vêtements donne une visibilité importante aux femmes sur le marché du travail. La figure de la couturière, chargée d’assembler les étoffes coupées, apparaît alors et se confond avec l’image de la femme salariée2. Parallèlement, loin de s’extraire des différences sexuées fortement présentes dans ce secteur d’activité, le système de formation qui se met en place entre la fin du XIXe siècle et le début du siècle suivant est intimement lié à la représentation des différences socioprofessionnelles en termes de métiers dits masculins et métiers dits féminins. Aussi, parce que la formation professionnelle est liée à l’emploi, c’est « naturellement » que le premier enseignement professionnel proposé aux femmes fut celui de la couture.

  • 3 Les filles étant les plus nombreuses dans les diplômes professionnels de la couture, le féminin a (...)

2Avec la création du certificat de capacité professionnelle (CCP) en 1911, puis du certificat d’aptitude professionnelle (CAP) en 1919, la présence des filles dans la couture est confirmée. Les premiers CAP destinés aux femmes sont ceux des métiers du vêtement. Déclinés en de nombreuses spécialités, ces diplômes connaissent un succès important. Le nombre de cours préparant ces CAP augmente jusqu’à la Seconde Guerre mondiale alors même que l’emploi offert dans la couture se réduit et que les femmes investissent d’autres secteurs de l’économie. Cette diminution de l’emploi est continue et s’inscrit dans la durée (en 1906, la population active travaillant dans l’habillement était de 1 274 000 personnes, 457 000 personnes en 1954, pour atteindre seulement un peu plus de 54 000 en 2010). Pour autant, le nombre de jeunes diplômées3 d’un des CAP de couture s’accroît jusque dans les années 1960. Apparaissent alors les premières contradictions qui vont marquer durablement l’élaboration de l’offre de formation aux métiers ouvriers de la couture.

3La construction de la filière de formation aux métiers de l’habillement reprend les contours hiérarchisés de cette activité. Outre la place spécifique et marginale de la production de vêtements pour homme désignée sous l’appellation « tailleur homme », les institutions de formation et les diplômes des métiers du vêtement sont destinés, en priorité, à former des filles suivant une division sexuée élaborée de longue date et organisée autour de deux filières distinctes que constituent l’industrie et l’artisanat.

  • 4 Ce chapitre est issu d’une thèse de sociologie réalisée sous la direction de Lucie Tanguy et intit (...)

4Diplôme emblématique du monde ouvrier dans le secteur de l’habillement, le CAP a connu de profondes transformations en quelques décennies4. Il a favorisé l’accès des femmes à la formation professionnelle, laquelle leur est restée pendant longtemps peu accessible. Comment a émergé l’offre de formation ouvrière dans la couture ? Par qui a-t-elle été portée ? Comment a-t-elle évolué au fur et à mesure des transformations du marché du travail ? De ces questions il ressort que l’émergence d’une formation ouvrière dans la couture, tout en constituant une véritable innovation au regard de la construction historique de l’offre de formation professionnelle, a favorisé la concentration des filles dans les filières liées aux vêtements, identifiant la couture comme la principale spécialité professionnelle qui leur soit légitimement accessible. D’autre part, il apparaît que dans un contexte caractérisé par la dégradation de l’emploi ouvrier dans l’habillement et la tertiarisation de l’économie, les CAP de l’habillement ont concentré les critiques et constituent désormais des diplômes disqualifiés sur le marché du travail, qui n’attirent plus de jeunes. Autrement dit, en un siècle, la valeur associée aux CAP de couture a été profondément modifiée.

L’émergence d’une formation ouvrière dans la couture

  • 5 Selon le recensement de 1851, le textile employait 908 443 ouvriers dont 431 380 hommes et celui d (...)
  • 6 En 1851, sur un total de 969 863 personnes travaillant dans le textile, on dénombrait 477 063 femm (...)
  • 7 Charlot B. et Figeat M., Histoire de la formation des ouvriers, 1789-1984, Paris, Minerve, 1985, p (...)

5Le textile, qui, avec le charbon et le fer, a constitué l’un des secteurs clés du développement économique au XIXe siècle, a fait émerger une nouvelle figure sur la scène sociale et politique : l’ouvrière. C’est là en effet, que l’activité féminine rémunérée s’impose aux côtés du travail des enfants. Ainsi, le textile va être identifié comme une industrie féminine alors que les hommes représentent pourtant près de la moitié de la population active qui y travaille5. En revanche, dans l’industrie naissante de l’habillement, où la mécanisation fait son entrée, les femmes ont toujours été beaucoup plus nombreuses que les hommes6. Elles sont alors couturières et constituent, au XIXe siècle « la seconde grande masse ouvrière féminine »7. Dès lors, la couture est associée à une activité de main-d’œuvre féminine et sera largement apprise par les femmes dans le cadre d’une éducation professionnelle naissante.

L’accès des femmes à la formation par la couture

  • 8 Ibidem, p. 210.

6Dans le cadre des corporations l’apprentissage durait environ cinq ans et était payant, de sorte que les familles les plus modestes en étaient exclues. Mais avec la fin des corporations décidée par les révolutionnaires, la possibilité, pour les femmes, d’accéder à une éducation professionnelle est encore plus réduite. Seules quelques institutions religieuses dispensent, dans le cadre des ouvroirs, une instruction rudimentaire en même temps qu’un apprentissage, principalement dans la couture. Ces ouvroirs deviennent en 1838 « établissements d’enseignement primaire ». Toutefois, en imposant une productivité importante aux jeunes filles, les religieuses apparaissent, selon Bernard Charlot et Madeleine Figeat, « sinon [à la pointe] de la charité chrétienne, du moins du progrès industriel et de l’exploitation des femmes8 ».

  • 9 Cunningham Croly J., « La formation professionnelle des jeunes filles », R. Bellais, S. Boutillier (...)
  • 10 Divert N., De la couturière au grand couturier. Du lycée professionnel aux écoles de stylisme, Thè (...)

7L’entrée des femmes dans l’enseignement technique par la couture s’observe dans tous les pays occidentaux. Aux États-Unis, par exemple, « lorsque la question de la formation professionnelle des filles est étudiée [...], les hommes ne peuvent penser à rien d’autre qu’à la couture ou à la cuisine9 », alors que les garçons ont un choix plus vaste. En France, il faut attendre 1862 et la démarche politique mise en œuvre par Élisa Lemonnier pour voir se développer l’ébauche d’un enseignement technique destiné aux filles. Cette femme issue de la bourgeoisie et fortement influencée par les idées saint-simoniennes souhaite permettre aux filles d’acquérir des savoirs et savoir-faire professionnels. Pour cela, elle fonde la Société pour l’enseignement professionnel pour femmes et ouvre, en 1863, une première école où les ateliers étaient principalement centrés sur la couture. Ce n’est donc pas par une politique d’État que les filles accèdent à l’enseignement technique, mais suite à des initiatives privées ou à celles de municipalités telles que Paris ou Roubaix10.

  • 11 Verdier Y., Façons de dire, façons de faire, Paris, Gallimard, 1979.

8Activité de socialisation féminine dans l’univers domestique11, la couture s’inscrit progressivement comme un savoir fondamental à acquérir pour les filles au sein de l’école, et cela bien au-delà de l’orientation professionnelle de l’enseignement dispensé. Dans l’enseignement non mixte et hiérarchisé qui se met en place, « les travaux d’aiguille », réservés uniquement aux filles, constituent, à tous les niveaux scolaires, un élément fondamental de différenciation de l’enseignement dispensé aux jeunes des deux sexes. Ce faisant, la relation entre les femmes et la couture s’ancre durablement dans les représentations sociales. La situation des femmes dans la sphère éducative fait donc écho à leur concentration dans quelques secteurs d’activité sur le marché du travail.

La mise en place des CAP de l’habillement

9L’offre de formation professionnelle à destination des filles privilégie, au début du XXe siècle, les spécialités liées aux vêtements. Avec la création du CCP en 1911, puis du CAP en 1919, la concentration des filles dans ces spécialités est confirmée. Se dessine alors le rôle déterminant de l’offre d’éducation sur la demande.

  • 12 Léon A., Histoire de l’éducation technique, Paris, Presses universitaires de France [1961], 1968, (...)
  • 13 Omnès C., Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au XXe siècle (...)

10L’adoption en 1919 de la loi Astier envisageant « concrètement l’organisation de cours professionnels12 », a pour conséquence immédiate de développer très rapidement le nombre d’établissements proposant des cours professionnels pour les femmes en dehors des heures de travail, le soir et le samedi après-midi. C’est, de nouveau, dans la couture que les créations de cours sont les plus nombreuses, notamment par les initiatives des syndicats féminins, principalement chrétiens, appartenant à la CFTC. Ces derniers reçoivent le financement de la chambre syndicale de la couture parisienne, organisation patronale de la haute couture13, et dispensent alors des cours de couture, de coupe et de mode. Dans ce cadre, l’Union des syndicats professionnels féminins, à partir de 1921, la Fédération française des syndicats féminins, en 1922, et l’Association féminine pour l’étude et l’action sociale, se montrent particulièrement actives. Ces cours, très liés au travail des vêtements, concourent à la propagation d’une image assez restreinte des activités professionnelles exercées par les femmes, mais ont une influence déterminante dans la nature des CAP proposés.

  • 14 Veillon D., « Les ouvrières parisiennes de la couture », D. Peschanski et J.-L. Robert, Les ouvrie (...)
  • 15 En autres, on peut citer : le CAP « corsetière » créé en 1921 dans le département de la Meuse, le (...)

11Les premiers CAP destinés aux femmes sont les CAP des métiers du vêtement. Dans chaque département, ces CAP se multiplient mais ils ne sont souvent que des variantes locales d’un même métier. Le département de la Seine, là où l’artisanat de luxe est important et les écoles professionnelles de la Ville de Paris très dynamiques, est le premier département à créer, en 1921, un CAP dans cette spécialité14. D’autres créations dans d’autres départements suivent tout au long des années 192015, mais le patronat des industries du vêtement s’engage peu sur la question de la formation. Celui de la haute couture, par exemple, privilégie la réponse à un besoin immédiat et n’incite pas les apprenties placées dans ses entreprises à passer le CAP en trois ans, privilégiant la seule préparation en deux ans du titre « maison ».

  • 16 Les cahiers de l’artisane, 1947, cités par Veillon D., op. cit., p. 173.
  • 17 Fourastié J., Migrations professionnelles. Données statistiques sur leur évolution dans divers pay (...)

12Dans le département de la Seine, le CAP « couture » connaît un succès important car il représente l’une des seules opportunités de formation offerte aux filles. Or les jeunes femmes sont animées par la volonté de suivre un enseignement professionnel lorsqu’elles ne sont pas contraintes de travailler, comme l’illustre le quasi-quadruplement du nombre de candidates au CAP – passant de 300 à 1 141 – entre 1938 et 194416. Cette augmentation s’accompagne d’une croissance considérable du nombre d’écoles préparant ce diplôme. Dix-sept établissements publics, privés ou associatifs le proposent en 1938 dans le département de la Seine, et 100 en 1946. Un tel dynamisme surprend car les emplois diminuent dans l’industrie du vêtement17, à l’exception de la haute couture qui, à partir de 1935, et à la faveur de la reprise du commerce international interrompu suite à la crise de 1929, voit son nombre de maisons augmenter jusque dans les années 1950, maisons qui eurent alors besoin de main-d’œuvre. C’est pour cette raison que l’enseignement est principalement orienté vers la production artisanale de luxe, qui demeure toujours une référence régulièrement mobilisée dans les lycées professionnels.

  • 18 Chapoulie J.-M., « Mutations de l’institution “Éducation nationale” et inégalités à l’école : une (...)

13Le succès de la spécialité couture est donc moins le signe d’une adhésion à un secteur d’activité que la manifestation du souhait des filles et de leurs familles d’accéder, elles aussi, à la formation professionnelle. D’ailleurs, cette dynamique s’observe depuis la fin du XIXe siècle puisque les écoles d’Élisa Lemonnier puis les écoles professionnelles de la Ville de Paris ont connu un développement important, comme le souligne Jean-Michel Chapoulie : « l’offre scolaire a, en revanche, et contrairement aux attentes de ses fondateurs, rencontré plus facilement sa clientèle pour les filles que pour les garçons, en ce sens que les établissements de filles manquent rarement de candidates »18.

La confrontation de deux modèles productifs

14À partir des années 1930 se développe en France une industrie du vêtement masculin, tandis que la production artisanale de vêtements féminins résiste malgré la diminution régulière du nombre de couturières indépendantes. Aux États-Unis en revanche, la situation est différente car une industrie du vêtement puissante s’est imposée depuis plusieurs décennies. Dès les années 1900 – 1910, les industriels américains réunissent, sur le modèle des ateliers militaires, dans de grandes unités de production, des ouvrières postées qui fabriquent en série des vêtements dont le montage est décomposé et pensé par le bureau des méthodes. Ils standardisent tous les vêtements de sorte que les États-Unis apparaissent comme un modèle en matière d’industrialisation de la mode.

  • 19 Boulat R., Jean Fourastié, la productivité et la modernisation de la France (années trente-années (...)

15Après la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre du Plan Marshall et des missions de productivité, des voyages d’études sont organisés aux États-Unis afin d’importer de nouvelles méthodes de travail et moderniser ainsi l’économie française19. Sous l’égide du Commissariat général du Plan mis en place en 1946, est institué, en 1947, le plan de modernisation et d’équipement de la France. Les industriels français de l’habillement n’échappent pas à cette dynamique et, avec le soutien de hauts fonctionnaires chargés de l’industrie, ils souhaitent développer une industrie de consommation pensée comme pourvoyeuse d’emplois. En 1948 est organisée par deux industriels français, Lempereur et Weil, une première mission de productivité à l’issue de laquelle sont importées les infrastructures et les méthodes de travail utilisées par les entreprises américaines de « prêt-à-porter », introduisant, par là même, ce terme qui n’existait pas en France.

16Pour s’imposer sur ce marché du vêtement de série, les industriels souhaitent s’appuyer sur une offre de formation inédite, pourvoyeuse d’une image dynamique, valorisant la technologie employée et scellant la rupture avec le passé caractérisé par la production artisanale. Les moyens leur en seront donnés par l’État, qui créé en 1948 des Commissions nationales professionnelles consultatives (CNPC) chargées d’élaborer les programmes, les règlements d’examen et de définir les contenus des diplômes professionnels, participant ainsi à l’édification d’une formation professionnelle au service du développement économique. Entre 1948 et 1960, vingt-cinq CNPC voient le jour dont les CNPC « vêtements sur mesure et création », « habillement », « pelleterie et fourrure » et « cuirs et peaux », signe de l’importance de la production de vêtements dans l’économie nationale mais également de la prégnance des divisions du travail.

  • 20 Les CAP « couture tailleur » ; « couture flou » et « corset sur mesure ».
  • 21 Les CAP « tailleur industriel » ; « confection de vestons et gilets pour hommes et garçonnets » et (...)

17Les CNPC participent à la construction d’une offre nationale de diplômes. Le 27 décembre 1952, trois CAP nationaux sont créés dans la CNPC « vêtements sur mesure et création »20 représentant l’artisanat et la haute couture, et trois autres le sont par la CNPC « habillement »21 portée par les industriels. La concomitance de ce calendrier constitue un élément de la concurrence que se sont livrées ces deux CNPC, via les représentants des organisations professionnelles y siégeant, la chambre syndicale de la couture parisienne pour la haute couture et l’artisanat de luxe et la Fédération française du prêt-à-porter pour l’industrie, afin de s’imposer grâce à la formation.

  • 22 Les CAP « lingerie chemiserie industrielle » ; « culottière giletière industrielle » ; « corset in (...)

18Les premiers CAP industriels de l’habillement instaurés en 1952 sont le début d’une série puisqu’après la mise en place du centre technique des industries de l’habillement (CETIH) au milieu des années 1950, de nombreuses créations s’observent. Entre 1954 et 1962, six CAP sont institués22 dont certains avec une durée de vie très courte, comme par exemple le CAP « industrie de l’habillement vêtement petite série », créé en 1962 et supprimé en 1966. Pourtant, ce CAP était celui qui, pour la première fois, s’écartait de toute allusion à l’artisanat dans son intitulé. Il introduisait néanmoins une confusion par la terminologie employée. Parler de vêtements produits en petites séries quand l’industrie développe une production de masse ne rendait pas lisible l’offre de formation.

19Ces CAP sont conçus en fonction d’une division du travail très précise, ce qui explique leur nombre et donne une vision très parcellisée du marché du travail. Le patronat des industries de l’habillement trouve dans le CETIH un allié pour convertir un enseignement professionnel fortement imprégné de références artisanales. Toutefois, dans cette industrie nouvelle que constitue l’industrie de l’habillement, les repères manquent pour désigner les activités, c’est pourquoi les dénominations des spécialités artisanales sont reprises en y accolant le mot « industriel ».

  • 23 Brucy G., Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel (1880-1965), op. cit.

20En quelques années, les CAP à orientation industrielle s’imposent et vont être fréquentés par de nombreux élèves puisqu’en 1955, près de 15 % des candidats au CAP sont inscrits dans l’une des spécialités de l’habillement. Ces données ne faisant pas la distinction entre les sexes des élèves, il est fort probable, au vu de l’histoire, que pour les filles ce pourcentage soit bien plus élevé. Mais ce succès va être de courte durée. Bien que le CAP soit au milieu des années 1950 un diplôme encore rare puisque seuls 6 % de la population active le détiennent23, l’image de progrès associée aux spécialités de la couture va être fortement ébranlée.

La stigmatisation progressive d’un diplôme

21Malgré d’importantes et régulières destructions d’emplois depuis le début du XXe siècle, l’offre de formation dans la couture s’est néanmoins élargie jusqu’aux années 1970 et les filles y ont massivement été orientées. Un décalage a ainsi été produit entre leurs aspirations, celles de leur famille et la nature des emplois proposés. Terreau de la remise en cause de cette spécialité, cette situation a abouti à stigmatiser ces formations ouvrières. Alors que les CAP de l’habillement ont constitué une véritable innovation lors de leur instauration, c’est une autre image qui les désigne depuis quelques décennies.

Une orientation massivement féminine critiquée

  • 24 Naville P., La formation professionnelle et l’école, Paris, Presses universitaires de France, 1948 (...)

22Les CAP de l’habillement ont représenté une véritable opportunité pour les femmes de suivre une formation professionnelle. Mais la massification de la présence des filles dans ces spécialités s’est faite indépendamment des emplois proposés et des aspirations juvéniles. Dès l’après-guerre, les premières critiques sont formulées à l’encontre de ces CAP qui ne permettent pas à leurs titulaires de s’insérer facilement sur le marché du travail. Ce sont surtout des femmes qui soulignent ce qui apparaît comme un paradoxe, même si ces dernières prolongent les analyses réalisées par Pierre Naville au sortir de la guerre. En effet, cet auteur soulignait, à partir du faible accès des filles à l’enseignement technique et de leur concentration dans les diplômes liés au travail des vêtements, que « encore moins que pour le jeune garçon, l’école n’est actuellement pour la jeune fille la préparation à la vie professionnelle »24. Pour établir ce constat, il compare la répartition de la population active féminine par secteurs d’activité et les spécialités qui leur sont proposées à l’école, et insiste sur le décalage ainsi produit :

« Tous les métiers [qu’elles apprennent] tournent autour du vêtement et de ses accessoires, alors que la grande majorité des jeunes femmes pratiquent d’autres métiers. »

23Par conséquent, il prône l’élargissement du champ des possibles des femmes en matière d’apprentissage. Néanmoins, il montre que le développement de l’enseignement professionnel pour les femmes se heurte à des considérations économiques :

  • 25 Ibid., p. 101.

« Si les femmes étaient si nombreuses dans la production, c’est que les employeurs les payaient moins cher, même pour un travail semblable à celui des hommes, sous prétexte qu’elles n’avaient pas fait d’apprentissage et ne possédaient la plupart du temps aucune instruction technique. Il y a là un cercle vicieux intéressé, et c’est pourquoi il faut s’attendre à ce que le développement de l’apprentissage pour les jeunes filles, en dehors des métiers de bureau, du commerce ou de la couture, ou des travaux ménagers, ne soit pas accepté sans difficulté25. »

  • 26 Techniques, arts, sciences, no 1, p. 10.

24Quelques rares critiques sont également émises par des enseignants et diffusées dans le cadre des revues de l’enseignement technique, notamment dans un article publié en 1946 dans Technique, arts, sciences dont l’auteur, une professeure de l’enseignement technique déplore que cet enseignement féminin se soit « limité jusqu’à présent aux métiers de l’aiguille26 ». Mais ces points de vue étaient relativement marginaux tant l’accès des filles à l’enseignement technique était perçu comme une avancée.

  • 27 Guilbert M., « Les modes de recrutement de la main-d’œuvre dans quelques industries de la région p (...)
  • 28 Ibid., p. 43.

25Il faut attendre la fin des années 1950 pour que les critiques se fassent récurrentes à l’encontre de l’orientation scolaire des filles vers la couture et cela indépendamment des emplois occupés. Ainsi, en 1958, 22 % des femmes travaillant dans l’industrie sont employées dans une entreprise d’habillement, mais 92 % des filles scolarisées dans les sections industrielles de l’enseignement technique sont formées « pour les métiers de la couture27 ». Cette concentration des formations industrielles dans les spécialités de la couture aboutit à constituer une « réserve importante de main-d’œuvre féminine au niveau des emplois non qualifiés28 ».

  • 29 Maillard F., « Le CAP dans l’offre de formation et de diplômes : un dispositif complexe dominé par (...)

26Le mouvement critique s’amplifie dans les années 1960 et de nombreux discours visant à dénoncer l’archaïsme de certains CAP et l’orientation massive des filles vers la couture se diffusent29, y compris au sein de l’Éducation nationale. En 1966, le Secrétaire général de l’Éducation nationale souligne ainsi « le développement des formations considérées comme “féminines” (couture et industrie textile) sans qu’une corrélation nette soit établie entre l’ampleur de ces formations et l’évolution réelle des possibilités d’emploi dans ces secteurs. »

27Face à cette remise en cause de l’organisation de la formation professionnelle pour les filles, l’Éducation nationale se trouve dans l’obligation de réagir d’autant que les spécialités de l’habillement attirent de moins en moins de jeunes tandis que les emplois du tertiaire se développent et font appel, eux aussi, à une main-d’œuvre féminine.

L’hallali d’un diplôme ouvrier emblématique ?

  • 30 Céreq, base de données Reflet.

28Depuis une quarantaine d’années, la part des spécialités de l’habillement dans les CAP préparés par les filles baisse, passant d’environ 25 % en 1965 à 5 % en 200730. Face à cette diminution continue de fréquentation, les CNPC puis les CPC ont mis en œuvre différentes mesures qui n’ont cependant pas permis de freiner l’érosion des effectifs.

  • 31 Bulletin officiel de l’Éducation nationale du 10 octobre 1974.

29Depuis les années 1970, la réorganisation de l’offre de formation est perçue comme le principal moyen de réaction à la baisse du nombre d’élèves. Entre 1971 et 1974, tous les CAP de l’industrie de l’habillement sont rénovés, à l’exception de ceux relatifs à la bonneterie qui changent de nom, mais dont les contenus demeurent identiques. On passe ainsi de sept CAP à un seul : le CAP « habillement fabrications industrielles ». En revanche, les CAP artisanaux, dépendant de la CNPC « vêtements sur mesure et création », en écho à la tradition dont se prévalent ces diplômes, gardent leur intitulé pendant trente-sept ans. Cette réorganisation s’observe également dans les instances chargées de l’enseignement professionnel puisqu’en 1972, il est décidé de ne constituer qu’une seule CPC et, en 1974, les CAP locaux sont définitivement abrogés31.

  • 32 Maillard F., « Un système de formation et de certification en évolution continue », art. cit.

30Fabienne Maillard remarque qu’on assiste, à partir du milieu des années 1980, à un « mouvement permanent de suppression et de rénovation » des diplômes32. Les spécialités de la couture n’échappent pas à cette tendance générale puisqu’entre 1989 et 2008, les CAP de l’artisanat de l’habillement ont changé trois fois d’appellation, contrastant avec la stabilité précédente, et les CAP de l’industrie deux fois. La différenciation entre l’industrie et l’artisanat demeure malgré la chute des effectifs et les très grandes difficultés d’insertion. Il existe deux CAP pour l’artisanat, « tailleur dame » et « couture flou », et un pour l’industrie, le CAP « prêt-à-porter ». La suppression, dans les intitulés des diplômes, de toute référence à l’industrie, et le maintien, dans les spécialités artisanales, d’une terminologie peu explicite comme la « couture flou » participent de la méconnaissance des contenus de formation et de la diffusion d’informations erronées au moment de l’orientation scolaire.

  • 33 Divert N., « L’offre de formation dans les métiers de la mode : une réponse à des emplois qui se r (...)
  • 34 Brucy G., « CAP et certificats de spécialité : les enjeux de la formation au lendemain de la Deuxi (...)

31Désormais, les CAP de l’habillement accueillent peu de jeunes (631 élèves étaient inscrites en 2009 dans un CAP identifié aux vêtements) et, au regard des effectifs formés, la spécialité industrielle comme la spécialité artisanale apparaissent en sursis. Mais loin de se réduire aux seuls CAP, cette faible attractivité touche également le BEP et les baccalauréats professionnels de ce secteur : en 2009, ces diplômes scolarisaient respectivement 3 645 et 1 616 jeunes. Pourtant, une offre de places existe et la création de ces diplômes manifeste une volonté de créer une filière, portée principalement par des enseignants et des membres de l’inspection générale de l’Éducation nationale33, les organisations patronales de l’habillement s’investissant peu dans la formation professionnelle34. Le maintien de diplômes ouvriers, notamment à orientation artisanale, ne relève donc pas d’une demande du marché du travail mais de l’initiative de certains enseignants, principalement des femmes, anciennes ouvrières des ateliers de haute couture et elles-mêmes titulaires de ce diplôme. Ce faisant, elles souhaitent préserver une tradition et des savoirs et savoir-faire ayant fait la renommée et le prestige de la couture française.

  • 35 Divert N., « Les formations aux métiers de la couture. Des stéréotypes de sexe aux stéréotypes de (...)

32En 2011, les spécialités ouvrières de l’habillement demeurent des spécialités féminines. Le lycée professionnel de couture est aujourd’hui un lycée féminin « réservé » à des filles (environ 97 % des élèves sont des filles) en grande difficulté scolaire, et les CAP concentrent les élèves les plus en marge puisque, dans l’académie de Paris, ils réunissent de nombreuses primo-arrivantes. Les garçons sont, eux, très peu nombreux et leur orientation est toujours présentée comme un choix par les représentants de l’institution scolaire35. En revanche, une grande majorité des filles scolarisées dans ce diplôme emblématique de la formation ouvrière a été orientée faute de places dans les spécialités les plus demandées et parce qu’elles sont des filles avant tout. Autrement dit les CAP de la couture sont devenus des diplômes permettant la gestion des flux scolaires indépendamment des vœux des élèves. Et pour les filles comme pour les garçons, les possibilités d’emploi pour les titulaires d’un CAP sont très peu nombreuses. Ce qui était déjà repéré dans les années 1960 reste d’actualité.

  • 36 Céreq, L’avenir du niveau V (CAP-BEP). Filières de formation et d’emploi, Paris, Céreq, Collection (...)
  • 37 Arrighi J.-J., Gasquet C. et Joseph O., « L’insertion des sortants de l’enseignement secondaire. D (...)

33En 1990, le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) montre ainsi qu’entre 1980 et 1988, à l’issue des « formations industrielles et tertiaires essentiellement féminines » auxquelles appartient l’habillement, les délais d’obtention du premier emploi sont longs et le taux de chômage élevé36. Les tendances plus récentes sont identiques. Issus de l’enquête « Génération 2004 » du Céreq, les résultats opposent « les difficultés professionnelles des jeunes issus des spécialités de secrétariat, comptabilité, habillement, services à la comptabilité ou des spécialités industrielles des transformations » aux « bonnes conditions d’insertion des jeunes issus des spécialités de la santé et du travail social37 ». De telles données sont considérées comme le signe de l’inadaptation de ces formations face aux besoins exprimés par le marché du travail et servent d’argument au redéploiement de l’offre de formation.

  • 38 Chardon O. et Estrade M.-A., Les métiers en 2015, Paris, Centre d’analyse stratégique/Dares, 2007.

34En Île-de-France par exemple, suivant une logique d’adéquation entre la formation et l’emploi, le Conseil régional, qui a en charge les lycées et l’apprentissage, souhaite voir baisser le nombre de places offertes dans l’habillement et développer, à partir des travaux engagés par le Centre d’analyse stratégique et la Dares38, la filière sanitaire et sociale. Si une telle évolution tend à s’ajuster aux demandes de travail, elle aboutit également à maintenir la division sexuée des filières de formation. Les filles ne seront plus orientées vers l’habillement mais vers la spécialité sanitaire et sociale.

35Si l’État s’est fait éducateur en France et a centralisé le système scolaire, la mise en place d’une offre de formation propre aux métiers du vêtement a été au départ, pour partie, l’œuvre d’initiatives individuelles et de municipalités et non de l’administration étatique, qui ne s’est investie que tardivement dans l’éducation des filles. Dans le domaine de la couture, les premières formations étaient destinées aux futures ouvrières, c’est-à-dire à des emplois situés au bas de la hiérarchie professionnelle. Le CAP, dans ce cadre, introduit une rupture décisive. Outre le fait que ce diplôme sanctionne les cours suivis, il a permis aux femmes d’intégrer un enseignement duquel elles ont été longtemps exclues.

36En un siècle, le CAP s’est imposé comme un diplôme associé à l’identité ouvrière. Mais, dans le secteur de l’habillement, sa reconnaissance a été variable dans le temps et en fonction des segments de l’activité. Dès les années 1950, la chute des effectifs travaillant dans cette industrie fait de la couture un domaine peu attractif. Pour autant, la population formée croît de façon régulière et la variété des spécialités s’étend. Un fossé se creuse avec les possibilités d’insertion offertes par le marché du travail, ce qui tend à prouver que la construction institutionnelle de l’offre de formation a donc très tôt d’autres ambitions que l’adéquation formation – emploi.

  • 39 Guilbert M., « Les modes de recrutement de la main-d’œuvre dans quelques industries de la région p (...)
  • 40 Mosconi N., « Des rapports entre division sexuelle du travail et inégalités des chances entre les (...)

37À ce titre, les différents CAP de l’habillement permettent d’appréhender les multiples enjeux dont sont porteurs les diplômes de l’enseignement professionnel. On ne peut, en effet, les réduire à leur rôle de signal de maîtrise de savoirs, savoir-faire et savoir-être. Ils donnent à voir la manière dont s’opère, à l’école comme sur le marché du travail, le confinement des femmes dans certains secteurs de la réalité sociale, comme l’avait déjà souligné Madeleine Guilbert39 ou Nicole Mosconi40. Les formations aux emplois ouvriers des métiers de la mode sont, historiquement, plutôt fréquentées par des jeunes filles issues de milieu populaire. C’est parmi cette population également que sont recrutées les lycéennes des diplômes de la filière sanitaire et sociale qui remplacent, parfois, ceux de l’habillement. Les diplômes professionnels œuvrent ainsi à perpétuer une certaine reproduction sociale, de sorte que le projet de l’Éducation nationale d’être un instrument d’émancipation ne se réalise pas toujours.

Notes

1 Castel R., Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995, p. 114.

2 Zylberberg-Hocquard M.-H., « L’aiguille, outil du féminin », D. Chabaud-Rychter et D. Gardey (dir.), L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2002, p. 173-190.

3 Les filles étant les plus nombreuses dans les diplômes professionnels de la couture, le féminin a été systématiquement adopté dans ce texte pour évoquer les élèves.

4 Ce chapitre est issu d’une thèse de sociologie réalisée sous la direction de Lucie Tanguy et intitulée De la couturière au grand couturier. Du lycée professionnel aux écoles de stylisme, soutenue en juin 2010 à l’université Paris Ouest Nanterre la Défense. La méthodologie adoptée mêle la réalisation de plus de cent entretiens, dont certains réalisés avec des acteurs et actrices historiques des CPC durant les années 1970 et l’analyse, notamment, des revues de l’enseignement technique.

5 Selon le recensement de 1851, le textile employait 908 443 ouvriers dont 431 380 hommes et celui de 1866 indique que 825 829 personnels ouvriers y travaillaient dont 404 683 hommes. Voir Chanut J.-M., Heffer J., Mairesse J. et Postel-Vinay G., L’industrie française au milieu du XIXe siècle. Les enquêtes de la Statistique générale de la France, Paris, Ehess, 2000, p. 63 pour le recensement de 1851 et p. 68 pour celui de 1866.

6 En 1851, sur un total de 969 863 personnes travaillant dans le textile, on dénombrait 477 063 femmes, mais elles étaient 1 150 130 à travailler dans l’habillement sur un total de 1 917 286. Dewerpe A., Le monde du travail en France 1800-1950, Paris, Armand Colin, [1989] 1998, p. 13.

7 Charlot B. et Figeat M., Histoire de la formation des ouvriers, 1789-1984, Paris, Minerve, 1985, p. 210.

8 Ibidem, p. 210.

9 Cunningham Croly J., « La formation professionnelle des jeunes filles », R. Bellais, S. Boutillier, B. Laperche et D. Uzundis (dir.), La femme et l’industriel, Paris, L’Harmattan [1987], 2000, p. 62.

10 Divert N., De la couturière au grand couturier. Du lycée professionnel aux écoles de stylisme, Thèse de sociologie, op. cit.

11 Verdier Y., Façons de dire, façons de faire, Paris, Gallimard, 1979.

12 Léon A., Histoire de l’éducation technique, Paris, Presses universitaires de France [1961], 1968, p. 97.

13 Omnès C., Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au XXe siècle, Paris, Ehess, 1997, p. 115.

14 Veillon D., « Les ouvrières parisiennes de la couture », D. Peschanski et J.-L. Robert, Les ouvriers pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Cnrs/Ihtp/Centre de recherche d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme, 1992, p. 169-178.

15 En autres, on peut citer : le CAP « corsetière » créé en 1921 dans le département de la Meuse, le CAP « lingerie/lingère » créé en 1922 dans les Bouches-du-Rhône et en Indre et Loire ou le CAP « couture » en 1925 dans le département de la Loire. [L’enseignement technique, no 83, 1974].

16 Les cahiers de l’artisane, 1947, cités par Veillon D., op. cit., p. 173.

17 Fourastié J., Migrations professionnelles. Données statistiques sur leur évolution dans divers pays de 1900 à 1955, Paris, INED, 1957, p. 156.

18 Chapoulie J.-M., « Mutations de l’institution “Éducation nationale” et inégalités à l’école : une perspective historique », Les Temps modernes, no 637-639, 2006, p. 8-83.

19 Boulat R., Jean Fourastié, la productivité et la modernisation de la France (années trente-années cinquante), Thèse d’histoire, Besançon, Université de Franche-Comté, 2006.

20 Les CAP « couture tailleur » ; « couture flou » et « corset sur mesure ».

21 Les CAP « tailleur industriel » ; « confection de vestons et gilets pour hommes et garçonnets » et « flou industriel ».

22 Les CAP « lingerie chemiserie industrielle » ; « culottière giletière industrielle » ; « corset industriel » ; « industrie de l’habillement vêtement petite série » ; « ouvrière complète de confection bonneterie ganterie de tissu » et « ouvrière de bonneterie sous et sur-vêtements ».

23 Brucy G., Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel (1880-1965), op. cit.

24 Naville P., La formation professionnelle et l’école, Paris, Presses universitaires de France, 1948, p. 97.

25 Ibid., p. 101.

26 Techniques, arts, sciences, no 1, p. 10.

27 Guilbert M., « Les modes de recrutement de la main-d’œuvre dans quelques industries de la région parisienne ». Revue française de sociologie, vol. 3, no 1, 1962, p. 43 (note no 9).

28 Ibid., p. 43.

29 Maillard F., « Le CAP dans l’offre de formation et de diplômes : un dispositif complexe dominé par l’hétérogénéité », Les cahiers du LIRHE, dossier spécial « Histoire et actualité du CAP », no 9, 2002, p. 54.

30 Céreq, base de données Reflet.

31 Bulletin officiel de l’Éducation nationale du 10 octobre 1974.

32 Maillard F., « Un système de formation et de certification en évolution continue », art. cit.

33 Divert N., « L’offre de formation dans les métiers de la mode : une réponse à des emplois qui se renouvellent ? », F. Maillard (dir.), Former, certifier, insérer. Effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 151-170.

34 Brucy G., « CAP et certificats de spécialité : les enjeux de la formation au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale », Formation Emploi, no 27-28, 1989, p. 131-146.

35 Divert N., « Les formations aux métiers de la couture. Des stéréotypes de sexe aux stéréotypes de sexualité », Y. Guichard-Claudic, D. Kergoat et A. Vilbrod, L’inversion du genre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 71-82.

36 Céreq, L’avenir du niveau V (CAP-BEP). Filières de formation et d’emploi, Paris, Céreq, Collection des études, no 56, 1990, p. 17-18.

37 Arrighi J.-J., Gasquet C. et Joseph O., « L’insertion des sortants de l’enseignement secondaire. Des résultats issus de l’enquête Génération 2004 », Note Emploi Formation, no 42, Marseille, Céreq, 2009, p. 9-10.

38 Chardon O. et Estrade M.-A., Les métiers en 2015, Paris, Centre d’analyse stratégique/Dares, 2007.

39 Guilbert M., « Les modes de recrutement de la main-d’œuvre dans quelques industries de la région parisienne ». Revue française de sociologie, vol. 3, no 1, 1962, p. 37-54.

40 Mosconi N., « Des rapports entre division sexuelle du travail et inégalités des chances entre les sexes à l’école », Revue française de pédagogie, no 62, 1983, p. 41-50.

Auteur

Sociologue, maître de conférences en sciences de l’éducation, Centre interdisciplinaire de recherche culture, éducation, formation, travail (CIRCEFT), EA 4384, université Paris-Est-Créteil.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540