Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cluny après Cluny

 | 
Didier Méhu

Troisième partie. Cluny reconstruit, Cluny fantasmé

Conclusion. L’héritage culturel entre discours de la mémoire et recherche historienne. Le cas de Cluny

Anita Guerreau-Jalabert

Texte intégral

  • 1 Nora P., Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1992, p. 977-1012.

1En 1992, Pierre Nora conclut sa grande entreprise des Lieux de mémoire par un texte dans lequel il déplore le détournement et la « récupération » de son projet d’historien en un outil mis au service d’une machine à commémorer dont il relève l’emballement tout en tentant d’en analyser le sens1. Durant les vingt dernières années, on observe à la fois la vitalité sans faille des pratiques commémoratives et le développement, parmi les historiens (et certains de leurs collègues ethnologues et sociologues), des interrogations amorcées par Pierre Nora. Très nombreux en effet ont été, au cours des années récentes, les ouvrages et colloques consacrés à la signification sociale et historique de l’inflation des pratiques commémoratives, des revendications et débats mémoriels, des discours sur le patrimoine. Au point que l’on pourrait s’inquiéter de ce qui s’apparente un peu à un effet de mode. Un examen plus précis de ces publications montre néanmoins leur apport. Outre le fait que l’engagement de chercheurs en sciences sociales, notamment historiens, apparaît particulièrement nécessaire tant est grande la confusion qui règne aujourd’hui tant dans le langage commun que dans celui des historiens professionnels, universitaires et conservateurs, ces publications ont permis de mieux cerner le cadre général et les propriétés globales des pratiques et discours mémoriels ; elles ont également révélé, à partir d’études ponctuelles, la grande variabilité des phénomènes, de l’environnement dans lequel ils s’insèrent et de leur sens.

2C’est dans ce contexte que trouvent place à la fois la commémoration du 1 100e anniversaire de la fondation de l’abbaye de Cluny et l’invitation de D. Méhu à inscrire au cœur même de cette manifestation un temps de réflexion critique. La commémoration clunisienne de 2010 aurait sans doute justifié une série d’observations précises, de nature sociologique et ethnographique, qui n’ont pas été réalisées. La perspective ici retenue, plus strictement historienne, est axée sur la diachronie, entre le XIXe et le début du XXIe siècle. Mais le cas de Cluny fournit précisément à l’historien un riche matériau et présente un double intérêt : avoir suscité très tôt et de manière régulière des manifestations commémoratives ; et illustrer le traitement actuel d’un objet médiéval, alors même que le Moyen Âge fait un peu figure de parent pauvre dans les débats récents, ce qui se traduit par sa présence plutôt discrète dans la somme des publications mentionnées ci-dessus. De plus, le choix d’une analyse critique conjointe des constructions de type mémoriel et des parcours de l’histoire savante aura permis d’examiner de près, sur un exemple certes particulier mais significatif, la complexité des relations entre deux formes de rapport au passé, l’histoire et la mémoire.

Commémorations à Cluny : 1910-20102

  • 2 Sur la série des commémorations, voir la contribution de D. Iogna-Prat dans ce volume. Pour 1910, (...)
  • 3 Le programme de Cluny 2010 est accessible sur le site de la Fédération européenne des sites clunis (...)

3L’examen du programme de Cluny 2010 ne réserve aucune surprise3 : on y retrouve des éléments d’ordre général déjà bien identifiés.

  • 4 Hartog F., Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil, 2003. On tr (...)

4Mettant en scène une relation au temps passé qui relève du registre de la mémoire, la commémoration fait appel à des ressorts d’ordre psychologique et moral, non à ceux de la réflexion et de la mise à distance : l’émotion, la nostalgie, le regret, la dette y coexistent avec le plaisir et la joie de la fête. Elle vise à produire une implication d’ordre personnel dans un mouvement collectif ; commémorer, c’est se remémorer et faire revivre « un monde que nous avons perdu » ; au total, il s’agit moins de se plonger dans le passé que faire advenir ce dernier dans le présent4.

  • 5 Pour une analyse détaillée, voir Goujon P. et Iogna-Prat D., op. cit.

5Le passé dont il est question est peu structuré par une conception chronologique du temps ; quelques grandes articulations à la caractérisation extrêmement vague – Rome, le Moyen Âge – suffisent. De manière un peu paradoxale, dans la commémoration, s’associent la référence à une date précise et une représentation extrêmement floue du temps : le Cluny commémoré s’apparente à une étiquette générique recouvrant une période historique au contenu flou et à l’ambitus indécis. En 2010, on ne décèle guère de référence significative à la période de création de l’abbaye – le Xe siècle. En 1910, le premier millénaire est marqué d’une série de manifestations religieuses qui réactivent un temps de la chrétienté impliquant moins une temporalité définie que l’évocation d’un christianisme pérenne, sinon éternel ; et il s’est accompagné d’une imposante mise en scène où l’on a choisi d’illustrer, par un cortège en costumes (« d’époque » ?), la rencontre de 1243 entre le pape et Saint Louis. Un choix à la fois précis et fortement décalé, qui trouve très probablement ses raisons dans la conception même du millénaire. Il offrait en effet la possibilité de faire mieux valoir la place de « centre du monde » ainsi implicitement attribuée à Cluny par la rencontre de deux personnages éminents : le pape, figure centrale de la chrétienté, alors même que la commémoration de 1910 est affectée d’une coloration néocatholique marquée, et Saint Louis, en qui se retrouvent certes les valeurs néocatholiques et monarchistes, mais pas uniquement ; car Saint Louis est aussi l’une des grandes figures du roman national tel que la République de la fin du XIXe siècle et ses manuels d’histoire l’ont construit ; il offre ainsi un point de convergence et d’accord entre des participants aux convictions qui pouvaient être fort différentes5.

6Or c’est bien aussi le rôle des commémorations que de créer du lien social et de mettre en œuvre l’idée d’unité, celle du peuple ou d’une fraction du peuple (dont la définition reste elle aussi parfaitement indécise) en gommant les aspects conflictuels et négatifs des sociétés présentes comme de celles du passé. La commémoration sert à construire un discours unanimiste, à produire un collectif actuel positif, subsumé par l’idée de fête, dans l’évocation plus ou moins nostalgique d’un passé qui fait l’objet d’une reconstruction sélective et dont le sens est transformé subrepticement et profondément par cette sélection même.

  • 6 Il conviendrait d’apporter de très sérieuses nuances aux notions d’Europe et de réseau européen qu (...)
  • 7 Le programme officiel comporte un colloque scientifique à Romainmôtier (Suisse) ; mais aussi une a (...)
  • 8 Cette formule est utilisée dans le programme pour décrire la manifestation « Ouvrez les portes », (...)
  • 9 Voir le texte de C. Voros dans ce volume. Plus globalement, on ne peut que relever la récurrence, (...)

7Aux côtés des grandes figures du roman national, des édifices subsistants jouent ici un rôle important comme points d’appui à des représentations par ailleurs totalement imprécises. À Cluny, ce sont bien évidemment les vestiges de l’abbaye détruite qui servent de soubassement au discours, suscitant ou accentuant par son aspect ruineux le thème du regret, de la déploration, sinon même de la repentance – non contradictoire du reste avec l’évocation discrète d’une grandeur passée dont peut s’enorgueillir une cité qui a désormais toutes les allures d’une bourgade : c’était aussi le temps où Cluny (l’abbaye servant ici de métonymie pour la ville) était au centre d’un réseau couvrant l’espace européen6. Par rapport à ce qui s’est passé en 1910, le système des vestiges et des lieux (« de mémoire ») connaît une dilatation considérable en 2010, du fait du rôle assumé par la Fédération des sites clunisiens ; le réseau, qui est à la fois signe de la grandeur de Cluny et support d’une forme de lien « naturel » et d’« identité » commune pour tous les sites, n’est plus seulement évoqué, il est matérialisé par des déplacements divers7 ; et par « la journée festive organisée autour des 12 portes du bourg monastique »8, projection virtuelle, dans l’espace, du rayonnement à courte et longue distance de l’abbaye, tentative pour donner corps à l’idée abstraite du lien que recèle la notion de réseau (celui que dessinent les implantations clunisiennes tant au Moyen Âge qu’à l’heure actuelle – et qui justifie et soustend l’existence même de la Fédération). L’imaginaire est ici revendiqué : « douze portes du bourg, réelles ou imaginaires, furent identifiées » selon C. Voros9. On décèle évidemment le biais de valorisation identitaire (même si le terme n’est pas prononcé) que recèle la perception du réseau : Cluny est gratifié d’un rôle majeur dans la construction de l’Europe, (« Cluny a été l’une des matrices de l’idée d’Europe »), parce qu’elle avait des maisons partout – en oubliant que l’on pourrait en dire autant de n’importe quel ordre, puisqu’il s’agit d’une propriété fondamentale du fonctionnement de l’ecclesia médiévale et du sens même du mot « catholique ».

  • 10 La forte présence du médiévalisme festif paraît liée à celle des très nombreux vestiges médiévaux  (...)
  • 11 L’organisation du cortège de 1910 a été confiée par l’Académie de Mâcon au comte de Murard, l’un d (...)
  • 12 Quelques exemples, parmi d’autres, présentés parmi les manifestations majeures du programme : à Pa (...)

8On accorde ordinairement un faible intérêt à la pratique du déguisement, que certaines commémorations partagent avec toutes les « fêtes médiévales » qu’abritent, parfois à l’occasion d’un événement calendaire utilisable à cette fin, les lieux dotés de restes d’édifices médiévaux, quelle que soit leur importance et leur nature10. L’historien regarde aisément ces manifestations comme des pratiques « folkloriques », soit avec indulgence soit avec agacement. Mais elles ont peut-être une signification plus sérieuse. Car elles concentrent une bonne part des caractéristiques que l’on a évoquées plus haut : le déguisement traduit un imaginaire du passé sans réelle référence historique ou archéologique, s’accommodant de l’incohérence chronologique (la plupart du temps les costumes sont composites, et décalés) ; il est le signe de l’esprit festif dans lequel tout le monde peut se reconnaître, il permet d’endosser, au sens propre du terme, cette actualisation d’un passé rêvé auquel la commémoration sert de support. Il est intéressant de noter qu’en 2010 comme en 1910, alors même que le contenu idéologique des deux manifestations est assez différent, et même si c’est avec une ampleur moindre en 2010, le déguisement est présent au plus haut niveau. En 1910, le cortège qui avait traversé la ville avait permis notamment à une partie des hobereaux locaux de figurer le personnage d’un ancêtre – ce qui n’interdisait pas à d’autres d’y participer11. En 2010, les deux maires de Cluny et Tournus ont cru bon de mettre en scène un serment de réconciliation entre les deux cités dans un jeu costumé qui n’avait pas grand’chose à voir avec une reconstruction historique, mais tout à voir avec l’idée d’un moment festif. Ce qui était aussi le cas des multiples « spectacles », son et lumières, théâtre de rue, visiblement censés donner accès à l’histoire de Cluny12.

9Si toutes les activités que l’on a évoquées sont estimables, leur légitimité ne vaut que dans l’ordre où elles s’inscrivent : celui du divertissement et de l’animation touristico-culturelle, non celui de la connaissance historique. Or la confusion apparaît totale dans les esprits entre les deux registres : la commémoration est présentée et probablement sentie, dans le public, comme la « représentation » de l’histoire, elle produit un spectacle « véridique », alors qu’elle ne fait qu’enregistrer et donner corps à une vision faussée, à des fantasmes ordinaires que véhicule en tout lieu une tradition de ouï-dire et de récits fantaisistes fondés en partie sur un imaginaire commun et en partie sur les assertions de semi-savants locaux.

10Comme l’a montré la communication de D. Iogna Prat, Cluny fournit un matériau particulièrement abondant pour une analyse des pratiques commémoratives ; on voudrait ici revenir brièvement sur les écarts perceptibles entre 1910 et 2010. Ce ne peut être qu’un truisme que de noter que le contexte, les acteurs, le sens sont différents.

  • 13 Sur ce personnage, fondateur de la Revue Mabillon, mais aussi représentant d’un catholicisme antim (...)
  • 14 La lecture des discours et toasts (Millénaire de Cluny, t. I, p. 3-123) fait apparaître le nationa (...)

11En 1910, l’Académie de Mâcon semble avoir joué un rôle moteur. Comme sans doute la plupart des sociétés savantes à cette époque, elle réunit autour de préoccupations et d’activités d’ordre scientifique un milieu de notables cultivés, parmi lesquels on trouve tant des professionnels de l’histoire que des propriétaires terriens. C’est cette institution qui suscite la présence du milieu académique national (les trois Académies liées au domaine de l’histoire sont bien représentées), mais qui donne aussi une place importante aux ecclésiastiques, notamment en la personne de Dom Besse13. On note le retrait de la municipalité radicale-socialiste, et du ministre de même obédience. La participation des habitants n’est pas aisée à mesurer, mais ils sont tout de même là, et actifs, puisque les comptes rendus font état d’une ample décoration des rues et des maisons. Si le congrès scientifique apparaît comme le « volet principal du programme officiel » (D. Iogna-Prat), on observe également le poids du catholicisme (la présence de treize évêques et archevêques, de huit abbés bénédictins s’accompagne de messes pontificales et processions), partiellement renforcé par le cortège qui met en scène le pape et le roi très chrétien. Selon D. Iogna-Prat, la recherche d’un consensus de façade ne dissimule pas complètement de fortes tensions, exprimées notamment dans la presse : le contexte est bien celui des rapports exécrables entre la République et l’Église. Cette dernière a visiblement saisi la commémoration comme le cadre d’une manifestation de force, soutenue en cela par les hobereaux et sans doute une bonne part des notables locaux ; cette tonalité ne gênait pas non plus une partie des savants. La revendication catholique se double d’une coloration monarchiste, mais aussi nationaliste. Et là se marque bien l’ambiguïté du rite commémoratif. Car le nationalisme fournit un point de rencontre à des participants venus d’horizons idéologiques divers : Cluny est inscrit dans le grand parcours de la construction de la France par l’Église et la royauté chrétienne, que l’histoire républicaine a repris à son compte et à son profit14. Le cortège qui parcourt les rues de Cluny réunit l’essentiel de ces significations, sous une forme festive qui permet à l’unanimisme de se déployer largement, notamment au travers du personnage de Saint Louis – en qui se retrouvent les imaginaires catholiques, monarchistes, nationalistes et militaristes.

  • 15 Ce sont les membres de la Fédération qui ont ressenti cet impératif de commémoration, certes bien (...)
  • 16 Le programme semble multiplier ces allusions discrètes, mêlées de considérations plus neutres sur (...)

12En 2010, la tonalité est bien différente, comme le sont du reste les acteurs, au premier rang desquels la Fédération des sites clunisiens et la municipalité de Cluny (élue en 2008). La commémoration de l’anniversaire semble s’imposer (mais on ne nous dit pas pourquoi)15 ; alors qu’elle connaît une dilatation à la mesure de l’inflation commémorative (plus d’une année, contre trois jours en 1910 ou en 1949), son contenu est plutôt flou, puisqu’il s’agit avant tout de remplir un calendrier « événementiel » avec l’organisation d’« événements » dont le choix est laissé libre, pourvu qu’ils aient un vague rapport avec Cluny, entendu ici comme le réseau des sites « clunisiens ». Outre la notion d’événements, les maîtres-mots sont la fête, le rêve, l’émotion de la rencontre, la découverte de l’autre et l’Europe ; le patrimoine y figure aussi, mais de manière finalement assez ténue, comme sous-entendue, les références historiques sont quasiment absentes. Tout comme est désormais absent le catholicisme agressif de 1910, remplacé par une spiritualité plus ou moins œcuménique qui transparaît non seulement dans les manifestations proprement religieuses qui ont eu lieu en divers sites ou encore dans le colloque sur « L’Europe de l’homme » qui figure parmi les « événements de clôture » ; mais également dans l’évocation diffuse de « l’esprit de Cluny », porteur d’un message de paix, d’union et d’harmonie, auquel fait écho « l’esprit de vie qui habite la commune »16. Le considérable succès public revendiqué pour les manifestations qui ont eu lieu à Cluny même n’implique nullement une adhésion pleine et consciente des centaines (ou milliers) de participants aux présupposés de ce discours ; mais il traduit son efficacité idéologique dans le cadre commémoratif/festif où il s’insère.

  • 17 Sur les positions prudentes de l’épiscopat et des catholiques français à propos de Clovis et de Je (...)

13Il se confirme ainsi que, dans le paysage mémoriel du début du XXIe siècle, traversé de fortes tensions, le Moyen Âge – un Moyen Âge totalement indécis, dépourvu de consistance, sinon même « onirique » – est un objet consensuel : les transformations de l’institution ecclésiastique et de son discours après Vatican II y contribuent fortement, tout comme son considérable affaiblissement au sein de la société17. Les transformations d’ordre sociologique ne sont pas moindres : les notables anciens, propriétaires terriens et hobereaux, de 1910 ne semblent plus guère jouer de rôle dans la société locale ; ils ont été remplacés par et se sont fondus dans une bourgeoisie aux convictions plutôt libérales, plus ou moins fortement teintées de catholicisme, dont les liens d’origine avec la région sont sans doute plus ténus, et dont une partie est agrégée, ici comme ailleurs, dans des associations culturelles de composition variée, mais unies autour de la notion de patrimoine. Mais précisément, ces évolutions traduisent l’inscription dans le temps des commémorations clunisiennes. Il serait intéressant de reprendre toute la série évoquée par D. Iogna-Prat. Néanmoins, la simple comparaison entre 1910 et 2010 est suggestive.

14Malgré sa forte coloration néocatholique, le premier millénaire confère une place majeure à l’histoire, et notamment à l’histoire savante. C’est une société savante, présidée alors par Jean Virey, chartiste et auteur d’une étude novatrice sur les églises romanes du Mâconnais, qui y joue le rôle d’animateur, le congrès historique et archéologique qu’elle organise est une pièce maîtresse du programme et il réunit des savants de réputation nationale et internationale. Les nombreux discours prononcés par des membres éminents des Académies rendent un hommage appuyé à Léopold Delisle, « bénédictin laïc » et surtout grand érudit et historien, figure phare de la mise en place des pratiques de conservation. Et plusieurs de ces discours présentent Cluny comme un monument, à tous les sens du terme, de l’histoire nationale, un de ces symboles autour desquels la nation peut et doit s’unir. Quelles que soient les arrière-pensées et les positions idéologiques des uns et des autres, l’esprit qui domine est celui que construit l’histoire savante de la fin du XIXe siècle, à la fois nationale et érudite (du reste, le cortège lui-même est une évocation d’un moment précis de l’histoire de Cluny, documenté dans les textes).

  • 18 On relève avec intérêt l’idée que les quatre jours qui clôturent la commémoration « marqueront l’h (...)

15Rien de tel en 2010 : certes trois colloques et deux expositions de grande qualité ont eu lieu – et les universitaires ont bien été sollicités par les organisateurs. Mais le programme général évoque moins l’histoire que le patrimoine, plutôt succinctement ; et, de manière étonnante, le texte de C. Voros accorde aux « événements scientifiques » et aux « événements religieux » la même place, officiellement marginale : ils seront acceptés si le souhait en est formulé, mais pas plus. Non seulement l’activité historienne est considérée comme superflue, mais elle est même déligitimée, comme le sont du reste, dans la société actuelle, toutes les activités scientifiques, au nom de la liberté d’avis et de parole du citoyen (certes tout à faire recommandable en démocratie, mais mal interprétée). On est bien désormais dans un autre contexte, dans un autre régime d’historicité : c’est le règne d’un discours de la mémoire particulièrement inconsistant dans le cas du Moyen Âge, pour lequel, on l’a dit, les enjeux sont à peu près nuls. Mais la référence au « passé », dans sa vacuité même, a bien un rôle à jouer ; dépourvu de tout sens objectif, le passé est présenté – et présentisé ? – comme préfiguration de la société présente : Cluny est précurseur de l’Europe, il nous dit le sens qu’il faut donner à certaines évolutions actuelles, en nous incitant à la paix et à l’ouverture à l’autre ; Cluny 2010 est « exceptionnel par ce qu’il nous révèle : des liens qui ont traversé les siècles et qui fédèrent les énergies, aujourd’hui encore, dans un grand élan de citoyenneté » (éditorial du programme)18.

16La resémantisation du passé qu’opère la commémoration porte évidemment la marque du présent. En 1910, on a à la fois l’idée de la construction d’une France éternelle et, pour une partie des participants au moins, l’idée que la rupture de la Révolution a détruit un modèle social auquel il conviendrait de revenir ; pour les autres, le régime républicain est pensé comme l’aboutissement d’un mouvement millénaire de lutte pour la liberté et l’égalité qui a trouvé son terme avec la Révolution. Il y donc bien alors une notion d’évolution des sociétés dans le temps, donc une notion d’histoire. Dans le contexte actuel, cette notion n’est plus utile et, de fait, elle a disparu. À la place, on trouve une forte orientation européenne, mâtinée d’une spiritualité qui ne dit pas toujours clairement son nom. Cluny, préfigurateur de la construction européenne, évoque un passé présent ; aucune épaisseur chronologique, même inexacte, n’articule le rapport perçu entre les « racines » clunisiennes de l’Europe et ce qu’est l’Europe d’aujourd’hui, tous les amalgames sont permis dans un mode de pensée qui procède par contiguïté et non par raisonnement : l’esprit de Cluny pourrait et devrait « inspirer les hommes d’État qui cherchent, parfois désespérément, à bâtir l’union dans l’harmonie » (thème de l’éditorial que l’on retrouve dans les propos de V. Havel). Mais la promotion de l’Europe est aussi le signe d’une évolution profonde : en 1910, la commémoration a un ancrage local ; toutefois, ce niveau local est pensé dans un rapport à la nation, visiblement très présente dans les esprits des participants dont on entend la voix ; en 2010, toute référence nationale a disparu, au profit d’une somme d’ancrages locaux (tous les sites clunisiens qui sont invités à concevoir leur propre programme) articulés à une référence européenne ; dispositif qui traduit non la prise en compte des structures de l’Occident médiéval, mais de celle d’une « Europe des régions » que véhicule depuis vingt ans le discours politique et à laquelle adhèrent apparemment les organisateurs.

La reconstruction historienne

17L’observation de l’historiographie clunisienne était un des objets du colloque et plusieurs des communications se sont efforcées de mettre en évidence les éléments qui ont présidé à l’abandon de perceptions essentiellement littéraires et impressionnistes et à la mise en place d’une histoire savante de Cluny, à partir du dernier tiers du XIXe siècle. Trois aspects semblent ici particulièrement significatifs, car ils continuent à être des points de distinction entre approche mémorielle et approche historienne : l’utilisation des documents textuels, le souci de la chronologie, le souci de contextualisation.

18Le travail historien se déploie en faisant une place de choix aux documents écrits, dont il faut assurer la conservation, puis la publication. Si aucun document ne « parle » de lui-même, si aucun ne livre de sens obvie, les textes sont indispensables à la reconstruction historique par leur diversité, par la nature même et la richesse de leur contenu. C’est pourquoi l’histoire de Cluny se construit d’abord avec les textes. Il s’agit en premier lieu de ceux qui ont été publiés de longue date, notamment la Bibliotheca cluniacensis, probablement utilisée par Guizot et Michelet ; puis des inédits : c’est ce qui fait la qualité du travail méconnu de Théodore Chavot. Mais le souci des textes ne s’impose vraiment que vers la fin du XIXe siècle. C’est d’abord celui de leur sauvegarde et de leur conservation, qui contraste avec l’abandon des décennies précédentes ; c’est bien sûr aussi celui de leur publication. Sans être les seuls, Léopold Delisle et Alexandre Bruel ont joué un rôle majeur dans la mise en place des conditions indispensables au développement de l’histoire de Cluny. Car cette dernière repose tout au long du XXe siècle sur les éditions qui résultent de l’action de ces deux savants. En contrepoint, le désintérêt pour les périodes postérieures à 1300 s’accompagne de l’absence d’édition d’une documentation pourtant particulièrement copieuse. Les conceptions nouvelles qui se manifestent dans le traitement des textes ont eu aussi leur effet dans celui de l’édifice : le classement date de 1862, les premiers travaux de restauration de 1872 ; c’est en 1913 qu’E. Malo engage un premier projet de fouilles.

19L’approche historienne confère une place centrale à la mise en place d’une chronologie, qu’il s’agisse de celle des documents ou de celle des phénomènes étudiés. Cette attention portée à la chronologie s’articule à la volonté d’asseoir descriptions et analyses sur le contenu précis des documents. Là encore, les édifices et leurs composantes sont abordés comme les textes, et non dans une vision de nature affective ou essentiellement esthétique. Les travaux de Jean Virey, d’Arthur Kingsley Porter et de Kenneth J. Conant, qui du reste utilisent aussi les textes, traitent l’abbatiale comme un document historique dont il faut rendre compte dans ses composantes et dans ses transformations ; la destruction est dès lors considérée comme un moment d’histoire à analyser comme tel et les ruines servent de base à une part de la reconstitution des différents états de l’édifice. L’examen minutieux du bâti et les fouilles apparaissent comme analogues à la fois aux éditions de textes du siècle précédent – donner un accès au document – et à leur interprétation par les historiens. Une chronologie encore discutée – Cluny I, II, III – se dégage des querelles plus ou moins vives portant sur la datation des éléments d’architecture et de décor.

20Enfin, la reconstruction historienne vise à une approche ample ; il s’agit de mettre au jour, dans la longue durée, une structure sociale : l’abbaye, ses modalités d’organisation, son réseau, ses bases économiques, sa place dans l’institution ecclésiale, ses rapports avec les laïcs, son rôle du niveau local à l’espace de la Chrétienté. S’agissant de l’édifice, la volonté de contextualisation est également sensible : les différentes étapes de construction sont examinées dans un rapport à une étude à la fois locale et générale des constructions : J. Virey tente une mise en relation entre l’abbatiale et les églises romanes du Mâconnais ; la ou plutôt les datations (édifice, décor) sont définies par une inscription dans une chronologie large des développements de l’art roman.

21Au total, on observe un accroissement lent des connaissances, passant par des processus complexes et des débats, et dont on peut dire qu’il n’est pas encore abouti – au fond, au terme de plus d’un siècle de travail historien, des questions centrales sont encore non résolues, des logiques sociales globales qui donnent sens à des éléments importants de l’histoire de Cluny nous échappent.

22Se plaçant dans la saine et nécessaire perspective critique choisie pour ce colloque, plusieurs contributions ont également souligné les faiblesses et les biais de l’historiographie de Cluny, qui coexistent avec les succès d’un long effort de mise en ordre des données.

23La dispersion des approches liées aux dispositifs institutionnels en constitue un aspect : comme l’a noté Alain Guerreau, l’existence de « spécialités » a eu pour effet d’interdire en pratique une analyse conjointe de tous les types de documents qui nous sont parvenus ; or ces documents ont bien été produits par les mêmes moines, une interprétation de chacun des sous-ensembles documentaires taille dans le vif d’une structure qui n’a rien à voir avec les dispositifs universitaires contemporains. Évidemment, il ne s’agit là que d’un cas particulier d’une situation générale qui a pour effet, par exemple, de trancher a priori entre textes en latin et textes en langues vernaculaires, entre textes de la pratique et textes narratifs, ou juridiques, ou théologiques ou liturgiques.

24Les divisions chronologiques et géographiques sont une autre forme de spécialisation. Les premières mènent à un découpage en « périodes » dont seules les premières, considérées comme brillantes, intéressantes, significatives, sont véritablement examinées : alors que l’histoire de l’Église médiévale se caractérise, entre autres, par des créations successives de familles monastiques et d’ordres, le regard est concentré sur les périodes de création et de premiers développements, donnant l’impression d’une série de substitutions, alors qu’il s’agit d’un processus d’accumulation. Or c’est la puissance de l’ecclesia et sa capacité d’encadrement qui est ainsi accrue – comme le montrent notamment les pratiques de transferts de biens par don et testaments (les riches laïcs donnent, non seulement à plusieurs maisons, mais aussi à plusieurs ordres). Dans le cas de Cluny, la richesse subsiste au XIIIe siècle, et encore au XVIIIe, alors même que se produit un effacement progressif du rôle de l’abbaye et de son ordre, devenu patent au XVIIe siècle. La coupure entre histoire médiévale et histoire moderne provoque une myopie qui interdit de considérer avec réalisme la situation du XVIIIe siècle : on laisse le champ libre à la grande déploration des déprédations révolutionnaires et on décourage même par-là la simple édition des documents. Les césures d’ordre géographique sont tout aussi désastreuses : là encore, la concentration du regard sur la seule abbaye de Cluny et son environnement local crée un effet de loupe regrettable. Si certains phénomènes relèvent effectivement d’une conjoncture locale, d’autres devraient imposer le choix d’une autre échelle, régionale ou européenne ; car ils traduisent tout simplement les grandes structures d’organisation de la société médiévale occidentale, notamment le rôle de l’ecclesia, de ses dispositifs pratiques et idéels.

25Partiellement liée à ces configurations disciplinaires apparaît l’inadéquation de l’instrumentarium conceptuel des historiens à la matière dont ils ont à traiter. Les grandes catégories de l’histoire religieuse, économique, sociale, intellectuelle traduisent une configuration intellectuelle et institutionnelle actuelle et elles imposent, dans un même mouvement, un ensemble de notions qui n’ont de sens que dans la société contemporaine – période où précisément, l’histoire savante s’est constituée. On ne peut ici s’attarder sur les origines et les effets des conditions de mise en place et de développement de cette dernière, car il s’agit de phénomènes complexes.

  • 19 On retrouve chez J.-B. Bouché l’imaginaire et la revendication d’une « celtitude » authentique qui (...)

26Néanmoins on identifie un lien entre les phénomènes évoqués ci-dessus et une perméabilité générale de l’histoire savante à son environnement. L’utilisation irréfléchie de concepts inadaptés, car issus directement des structures des sociétés contemporaines, relève en définitive d’une sensibilité au Zeitgeist dont les pratiques des historiens professionnels donnent bien d’autres exemples – qui ont été signalés au cours du colloque. Il en va ainsi des rapports entre positions idéologiques et travaux historiens. Au XIXe siècle, le désintérêt des premiers historiens universitaires pour Cluny traduit une orientation plus générale de leurs préoccupations : la séparation de l’Église et de l’État, l’avènement de la démocratie par l’apparition des libres-penseurs et l’affranchissement des communes orientent leur interprétation de l’histoire monastique ; on retrouve ces préoccupations chez Viollet-le-Duc. Les linéaments de l’histoire de Cluny apparaissent dans un cadre régionaliste et fortement néo-catholique, dans lequel s’inscrivent les ouvrages de P. Lorain et de F. Cucherat. Leurs travaux mettent en avant une opposition explicite entre histoire nationale et histoire régionale, et affichent une visée de retour à un monde perdu, à un ordre social disparu, symbolisé par l’accord entre une terre et le catholicisme ; Th. Chavot échappe à ce cadre, mais justement, son travail n’a pas été reconnu à sa juste valeur. On observe des configurations semblables ailleurs, notamment en Bretagne où s’opposent, dans le cadre de sociétés savantes, les reconstructions issues du mouvement catholique et monarchiste et celles qui émanent de milieux libéraux et républicains – le tout sous-tendu de toute façon par des visions anachroniques et téléologiques19. À la fin du XIXe siècle et durant la première moitié du XXe, le catholicisme, un romantisme persistant et des visions de type littéraire, mais aussi le nationalisme continuent à dicter les interprétations que proposent des travaux d’érudition précis et sérieux. Mais c’est aussi le temps où l’on commence à concevoir clairement une dissociation entre une histoire sociale régionale et l’histoire de l’abbaye comme histoire religieuse, ce qui conduit également à des apories.

27On évoquera, pour terminer, l’ambiguïté des positions des historiens par rapport aux thèmes mémoriels et à la pratique des commémorations, et la difficile question de leur participation à ce type de manifestations. Leur présence ne contribue-t-elle pas à légitimer des manifestations dont la signification réelle à peu à voir avec une activité historienne ? En 1910, il est très probable qu’une partie des historiens professionnels présents adhéraient à l’esprit catholique (et réactionnaire) de la commémoration ; mais d’autres s’en sont sans doute accommodés sans les partager (par exemple, Léonce Lex, conservateur des Archives départementales, franc-maçon et anticlérical). Comme le montre D. Iogna-Prat, la situation était analogue en 1949. À partir de 1972, date tout à fait significative par rapport à l’émergence des thèmes mémoriels, on observe une dérive plus nette, traduisant une forme d’irréflexion sur les enjeux des commémorations : le choix opportuniste d’une date anniversaire pour un colloque scientifique est devenu assez commun, car c’est un moyen de trouver un financement, alors même que les colloques sont encouragés par le dispositif institutionnel. Aujourd’hui, des historiens, mais pas tous, se trouvent dans une position inconfortable, dont D. Méhu a bien fait état. Cependant que s’est opérée, pour certains, une claire prise de conscience du risque d’instrumentalisation de l’histoire universitaire dans le cadre mémoriel, le choix est difficile : entre une légitimation contrainte de manifestations qui mettent en jeu des conceptions fortement biaisées de l’histoire et la volonté de tenter de les combattre sur leur terrain en proposant aux citoyens les outils nécessaires à une compréhension rationnelle de l’histoire et une critique des discours mémoriels et identitaires. Tel était bien le projet de ce colloque ; mais son sort montre que les principaux organisateurs de Cluny 2010 ne l’ont pas compris ainsi et qu’il n’a pas suscité non plus un grand intérêt public. C’est une difficulté qu’affrontent quotidiennement les institutions de conservation.

  • 20 Voir les observations de Hartog F., op. cit. p. 133-136.
  • 21 Guerreau A., L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au XXIe siècle ?, Paris, (...)
  • 22 Nora P., « Mémoire collective », Le Goff J., Chartier R. et Revel J. (dir.), La nouvelle histoire,(...)
  • 23 La mode des biographies a opéré un brouillage analogue, entretenant la confusion entre la recherch (...)

28On devrait plus largement s’interroger sur l’appui qu’ont apporté les historiens au développement des discours mémoriels. La sensibilité à l’air du temps et des stratégies purement universitaires ont en effet abouti, dès les années 1970, à donner une place nouvelle à la mémoire (collective) comme objet d’études, mais aussi comme concept historien. Or il s’agit d’un emprunt revendiqué à M. Halbwachs, qui utilisait cette notion pour dénier aux historiens l’aptitude à travailler sur le contemporain et plus largement pour critiquer les visées même de l’histoire20 ; cette position traduisait, chez un élève de Durkheim, la dissociation des territoires de l’histoire et de la sociologie, qui s’est opérée en France à la fin du XIXe siècle et qui portait tant sur les objets que sur les méthodes des deux disciplines21. Pierre Nora s’est beaucoup exprimé sur ses choix, il est donc malaisé de les commenter en quelques mots. Il est notable toutefois que son intérêt pour la mémoire se manifeste dans un moment où s’affirment, dans un même mouvement, la « nouvelle histoire » et la nécessité de l’interdisciplinarité22 : pour les promoteurs de la première, l’indispensable renouvellement des méthodes et des objets de l’histoire passe par la seconde. Ainsi, J. Le Goff intitule alors son séminaire « sociologie de l’Occident médiéval » (avant de se réclamer de l’anthropologie). Le recours à une notion émanant de l’école sociologique française s’inscrit sans doute dans le projet d’abolir des césures disciplinaires anciennes. Mais on doit aussi noter la concomitance de deux autres phénomènes : dans le champ universitaire, l’émergence d’une « histoire du temps présent » qui doit se chercher une place entre la sociologie, l’ethnologie (qui s’installe désormais aussi comme ethnologie de l’Europe, et singulièrement de la France), et même la géographie ; dans la société, française, les premières manifestations sensibles des thèmes mémoriels. Avec la promotion de la notion de mémoire collective (dont il reconnaît l’ambiguïté sans parvenir vraiment à la circonscrire), P. Nora semble avoir enregistré un phénomène social nouveau et avoir identifié un objet qui fournit des éléments de légitimité aux historiens du contemporain. Car la rémanence du temps passé au sein des structures idéelles des sociétés contemporaines impose de réintroduire dans leur analyse la dimension temporelle, absente des autres sciences sociales, et définit un domaine spécifiquement historien dans cette analyse. Entamée en 1984, la publication des Lieux de mémoire se situe bien dans une perspective d’abord intellectuelle, mais son succès inattendu traduit toute l’ambiguïté d’une entreprise qui a contribué à donner une légitimité académique à un phénomène social dont elle prétendait rendre compte avec les outils de la science historique23.

Quelles perspectives ?

  • 24 On rappellera la création de deux associations nées en 2005, en réaction à un article de loi qui p (...)
  • 25 Les résultats de la mission d’information sont publiés : Accoyer B. (dir.), Rassembler la Nation a (...)

29Les usages politiques ou idéologiques des références à l’histoire se sont multipliés au cours des années récentes, suscitant une réaction parmi les historiens universitaires, qui pour une partie d’entre eux, se sont engagés fermement dans le débat public24. On note que des interrogations se sont fait jour au sein de la représentation nationale : une mission d’information sur les lois mémorielles a abouti à l’idée qu’il convenait désormais d’en suspendre la production25. Mais la situation ne semble guère évoluer dans un sens favorable. Il suffira de rappeler ici les dérapages auxquels a donné lieu le débat sur « l’identité nationale ». Dans son discours de clôture au colloque de l’Institut Montaigne portant sur la question « qu’est-ce qu’être Français » (4 décembre 2009), F. Fillon a accumulé les considérations les plus ineptes et les plus nauséabondes ; le Moyen Âge y fait l’objet de mentions rares, mais stupéfiantes. On découvre en effet, que non seulement le goût de la controverse, de la polémique, de la contradiction serait caractéristique de l’être français, mais qu’en plus « la dissension et la bravade sont inscrites dans nos gènes. Car César disait que le propre des tribus gauloises était d’être toujours en guerre ». « Le fait est, est-il ajouté, que dans la tempête des invasions barbares, il n’y a guère que le petit peuple franc qui ait surnagé. Sans doute parce qu’en contrepoids d’un caractère belliqueux incontestable, la légitimité et le droit étaient déjà deux obsessions françaises. Nos valeurs se cristallisent autour d’eux. » Et on relèvera les réactivations récurrentes d’un roman national dans lequel le baptême de Clovis tient une place de choix : dans son discours dit « du Latran » (20 décembre 2007), N. Sarkozy a cru bon d’affirmer (qui plus est comme un fait indiscutable) que cet épisode a fait de la France la « fille aînée de l’Église », avant d’insister sur les « racines chrétiennes » de notre pays.

30Les historiens ont donc toutes les raisons de se soucier des multiples dérives dont l’inflation des commémorations n’est qu’une manifestation parmi d’autres. Cette situation difficile exige un engagement décisif, tel celui auquel D. Méhu nous a conviés. Or précisément notre colloque lui-même, avec sa double perspective critique, a mis au jour des tensions tant entre historiens qu’entre historiens et non historiens. Face à la complexité des problèmes posés il n’existe pas de solution aisée ; mais des perspectives peuvent être ouvertes.

  • 26 L’usage de la notion de patrimoine pour désigner ce que d’autres langues appellent l’héritage cult (...)

31Il conviendrait d’abord que s’impose aux historiens la nécessité d’une réflexion rigoureuse et systématique, d’ordre abstrait et épistémologique, sur la pratique même de leur discipline. Cela leur permettrait de proposer des schémas interprétatifs plus clairement rationnels des processus d’organisation et de transformation des sociétés dans le temps, ce qui est bien leur objet. Mais cela leur éviterait aussi de se laisser dicter par l’air du temps leurs sujets d’études et plus encore certains de leurs concepts. Certes, les débats récents ont conduit une partie d’entre eux à un salutaire effort de clarification sur le contenu des notions de mémoire et d’histoire. Mais, quand on y regarde de près, cet effort est inabouti et laisse encore trop souvent place à l’ambiguïté, sinon même à la confusion. L’on constate notamment que persiste, dans les prises de parole publique et dans les écrits, un usage irréfléchi de ces notions – et des notions connexes que sont le patrimoine et l’identité, dont la déconstruction devrait faire l’objet d’un effort constant et qui devraient en définitive disparaître du langage des historiens26. Au fond, ce qui fait ici difficulté est moins la définition du domaine de la mémoire que celle de l’histoire comme pratique scientifique.

  • 27 Cette assimilation court du décret de 1979 selon lequel la direction des Archives de France a pour (...)

32Une véritable remise en ordre des conceptions scientifiques contribuerait à asseoir une meilleure articulation entre recherche et diffusion des savoirs. Il s’agit là de la question de la formation des enseignants, mais aussi de celle des personnels scientifiques des institutions de conservation. Non formés à une réflexion de nature historique et sociologique sur ce qu’est l’héritage culturel, ces derniers paraissent fort mal armés pour défendre avec de bons arguments l’idée que leurs activités relèvent d’un transfert des savoirs et non de l’animation culturelle. L’acceptation des notions communes se traduit par l’usage institutionnalisé du terme de patrimoine, mis à toutes les sauces, mais aussi par la référence constante à celui de mémoire. Ainsi, on ne peut que regretter l’assimilation des archives à la mémoire27. Ce choix, là encore bien dans l’air du temps, a probablement été dicté par la volonté de donner un sens, dans un langage compréhensible par tous, à l’existence des services d’archives et de les valoriser dans l’esprit commun. Mais il a pour effet de conforter des représentations qui en nient justement la véritable fonction, il contribue à les mettre en difficulté en limitant leur rôle intellectuel et scientifique et en sapant leurs moyens. Au total, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

33Tout indique qu’il est actuellement malaisé de faire comprendre les ressorts et les objectifs de l’activité scientifique, et ce phénomène n’est pas propre au domaine de l’histoire. Mais l’abandon de l’exigence de rigueur critique et rationnelle ne peut en aucun cas constituer une solution face à celle de la formation et de l’information des citoyens.

Notes

1 Nora P., Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1992, p. 977-1012.

2 Sur la série des commémorations, voir la contribution de D. Iogna-Prat dans ce volume. Pour 1910, voir Goujon P., « Cluny mille ans après », Robert F. et Bayard F. (dir.), L’ouvrier, l’Espagne, la Bourgogne et la vie provinciale, Madrid, Casa de Velázquez, 1994, p. 415-429 ; Iogna-Prat D., « Cluny, 910-1910, ou l’instrumentalisation de la mémoire des origines », Revue Mabillon, t. 11, 2000, p. 161-185 ; Marquardt J., From Martyr to Monument. The Abbey of Cluny as Cultural Patrimony, Cambridge (Mass.), Cambridge Scholars Publishing, 2007, p. 108-136. Deux volumes publiés par l’Académie de Mâcon fournissent un riche éclairage sur la commémoration de 1910 : Millénaire de Cluny. Congrès d’histoire et d’archéologie tenu à Cluny les 10, 11, 12 septembre 1910, Mâcon, Protat, 1910.

3 Le programme de Cluny 2010 est accessible sur le site de la Fédération européenne des sites clunisiens [http://www.sitesclunisiens.org] et en annexe dans le présent volume. Dans la perspective qui nous occupe, ce programme aurait mérité à lui seul une analyse détaillée ; on y retrouve toutes les caractéristiques et tous les poncifs du langage de l’animation culturelle/patrimoniale/mémorielle.

4 Hartog F., Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil, 2003. On trouve dans cet ouvrage non seulement une étude des constructions du rapport au temps dans les sociétés occidentales entre l’Antiquité et la période actuelle, mais aussi pour cette dernière, des analyses pertinentes des usages de la mémoire, de la commémoration, de la notion de patrimoine et de celle d’identité. Il convient de rappeler l’ouvrage pionnier de Koselleck R., Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éd. de l’EHESS, 1990 [éd. originale en allemand 1979].

5 Pour une analyse détaillée, voir Goujon P. et Iogna-Prat D., op. cit.

6 Il conviendrait d’apporter de très sérieuses nuances aux notions d’Europe et de réseau européen qui servent de référence à la Fédération ; c’est ce qu’a tenté de faire D. Méhu dans une conférence donnée pour le 10e anniversaire de la Fédération (« Cluny et l’Europe du Moyen Âge au XXIe siècle », La lettre clunisienne, no 20, juillet 2005, p. 4-5).

7 Le programme officiel comporte un colloque scientifique à Romainmôtier (Suisse) ; mais aussi une assemblée de la Fédération à Payerne (Suisse), des visites des édiles de Cluny et des responsables de la Fédération à Moissac, en Angleterre et en Allemagne, avant que Cluny n’« accueille l’Europe » dans une manifestation de clôture de quatre jours. Les visites mentionnées ci-dessus sont ouvertes à un public large (par le biais de séjours « clef en mains »). Mais ce dernier se voit aussi proposer des randonnées dans divers sites (dont, à Cluny même, une très ambiguë « randonnée autour du ban sacré de Cluny ») ou entre sites.

8 Cette formule est utilisée dans le programme pour décrire la manifestation « Ouvrez les portes », qui a amorcé, à Cluny, l’année commémorative (13 septembre 2009). Marquée notamment par une chaîne humaine autour de la ville (symbole transparent du lien et de l’unité), cette journée est définie comme « ensoleillée, intergénérationnelle, fédératrice et inventive ». L’ouverture des portes a également une signification symbolique comme métaphore, dans le programme officiel, d’un des thèmes majeurs de la commémoration, l’« ouverture aux autres ».

9 Voir le texte de C. Voros dans ce volume. Plus globalement, on ne peut que relever la récurrence, dans le programme, des références à l’imaginaire, à l’onirique, au féérique.

10 La forte présence du médiévalisme festif paraît liée à celle des très nombreux vestiges médiévaux ; on doit aussi souligner l’attrait particulier exercé par les châteaux dans l’imaginaire du Moyen Âge et dans la mise en scène des « fêtes médiévales ». En revanche, à Nîmes, ce sont de « grands jeux romains » qui animent depuis 2010 la Maison carrée, les arènes et d’autres édifices de moindre prestige ; on ne saurait trop recommander une visite sur le site de l’officine (de statut non précisé) chargée d’organiser ces manifestations : « Les voyageurs du temps. L’événement à caractère historique », qui propose notamment un « catalogue des époques disponibles », et offre une rubrique spéciale pour les « fêtes médiévales », signe d’une demande sans doute particulièrement soutenue [http://www.voyageurs-du-temps.com/accueil].

11 L’organisation du cortège de 1910 a été confiée par l’Académie de Mâcon au comte de Murard, l’un des plus gros propriétaires terriens de la région ; parmi les « acteurs », on relève les noms de plusieurs hobereaux ; toutefois, l’empereur et l’impératrice de Constantinople, ainsi que leur écuyer, portent le nom de Simyan, celui du député radical-socialiste dont ils étaient probablement des parents (Millénaire de Cluny, t. I p. cxxv-cxxix). Évidemment, le déguisement n’avait pas exactement le même sens pour les uns et les autres : pour les hobereaux, il permettait de matérialiser la continuité généalogique et la reproduction dans le temps de lignées qui revendiquent leurs « origines » comme marque majeure de leur identité et de leur légitimité sociales.

12 Quelques exemples, parmi d’autres, présentés parmi les manifestations majeures du programme : à Payerne, un son et lumière invitant à « remonter le temps, à la recherche de l’esprit clunisien » et « des tableaux retraçant l’épopée clunisienne » ; à Cluny, un « théâtre d’images et de marionnettes poétique et burlesque […] raconte l’histoire humaine de l’abbaye de Cluny, ses chantiers entre Ciel et terre, la vie d’alors » ; des visites guidées de la ville, où l’on est invité « à venir s’instruire d’une histoire locale mémorablement réécrite » ou encore « une fresque théâtrale sur la vie de Cluny de 910 à 2010 », des créations qui « retracent ce long voyage dans le temps […] et font appel autant à l’Histoire qu’à l’esprit créatif et à l’imaginaire prospectif » ; aux haras nationaux, « un spectacle son et lumière qui balaye les siècles sur les traces du cheval à Cluny ravira petits et grands ». Ces manifestations apparaissent en tête du programme, cependant que les colloques et expositions sont relégués en pages 17 et 18, à l’exception notable d’une exposition de peinture, « Chemins de spiritualité », où « symbolique, cosmogonie et enseignement initiatique de la sculpture romane sont interprétés par l’artiste pour nous transporter au cœur d’un cheminement spirituel ». On imagine bien que la réussite de la commémoration passe par la capacité à rassembler un public nombreux pour toutes ces animations ; mais cet impératif même est parfaitement révélateur du registre dans lequel on se trouve.

13 Sur ce personnage, fondateur de la Revue Mabillon, mais aussi représentant d’un catholicisme antimoderniste, monarchiste et lié à l’Action française, il faut lire les observations de D. Iogna-Prat, op. cit., p. 210-212.

14 La lecture des discours et toasts (Millénaire de Cluny, t. I, p. 3-123) fait apparaître le nationalisme comme un point de convergence des participants. Il s’exprime dans la défense du nécessaire lien entre le passé, le présent et le futur au nom de « l’unité de l’histoire nationale » et de « l’amour de la patrie, une et indivisible » (E. Aynard, membre l’Académie des Beaux-Arts, ibid. p. 60-64) ; cette idée nationale – « Cluny est foncièrement français » – se retrouve tout autant chez P. Imbart de la Tour que chez le ministre Sarraut. Et elle était sans doute plus largement partagée ; elle conduit Dom Besse à stigmatiser le « pangermanisme » des historiens allemands, « les érudits conquérants » étant dénoncés comme les « précurseurs des conquérants militaires » (ibid., p. 41) ; dans le climat de 1910, il n’est pas sûr qu’il ait été le seul à penser ainsi.

15 Ce sont les membres de la Fédération qui ont ressenti cet impératif de commémoration, certes bien dans l’air du temps, mais montrant aussi le lien intrinsèque entre registre mémoriel et activités des associations patrimoniales/culturelles (voir le texte de C. Voros). La conception que la Fédération et la mairie de Cluny ont eue de leur rôle – formuler un appel d’offres et fournir un cadre fourretout –, avait un avantage pratique évident. Toutefois, elle était sans doute aussi bien adaptée aux attentes de publics désireux de mettre en scène leur propre expression de la commémoration.

16 Le programme semble multiplier ces allusions discrètes, mêlées de considérations plus neutres sur la citoyenneté ; on décèle ces ambiguïtés dans l’éditorial (signé du maire de Cluny et du président de la Fédération) et dans le texte de Vaclav Havel, selon qui « la distinction, mais aussi le dialogue et la complémentarité mutuelle entre la politique et l’autorité spirituelle et morale constituent toujours une source d’inspiration et un devoir pour notre époque ». Que dire de l’utilisation du syntagme « faire mémoire » comme synonyme de « commémorer » dans les propos de J.-L. Delpeuch (on ne trouve évidemment rien de tel dans le Trésor de la langue français, qui signale en revanche l’usage catholique de « faire mémoire » ?) et que penser des allusions, à la fin du texte de C. Voros, à une « dette » et aux liens qui unissent tacitement (mystiquement ?) les membres de la Fédération aux moines de Bernon ? Cluny est déjà célébré en 1910, dans un contexte clairement catholique, comme porteur de paix et d’harmonie.

17 Sur les positions prudentes de l’épiscopat et des catholiques français à propos de Clovis et de Jeanne d’Arc, voir Amalvi C., « Usages politiques du Moyen Âge en France de 1970 à 2004 », Crivello M., Garcia P. et Offenstadt N. (dir.), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2006, p. 203-211.

18 On relève avec intérêt l’idée que les quatre jours qui clôturent la commémoration « marqueront l’histoire », ils sont donc présentés en quelque sorte par avance comme « événement mémorable », et « commémorable » ; dans le présentisme, le futur est lui-même envisagé comme prolongement du présent (et réplication du passé) dans la mémoire des générations à venir. Comme l’ont noté nombre d’auteurs, le discours sur le 11 septembre 2001 constitue un modèle du genre ; sa reprise ici met en évidence les tics et les automatismes qui sont à l’œuvre dans le langage mémoriel – et fournit accessoirement une bonne preuve du fait que le ridicule ne tue pas.

19 On retrouve chez J.-B. Bouché l’imaginaire et la revendication d’une « celtitude » authentique qui marque aussi les positions des catholiques et monarchistes bretons.

20 Voir les observations de Hartog F., op. cit. p. 133-136.

21 Guerreau A., L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au XXIe siècle ?, Paris, Le Seuil, 2001, p. 60-63.

22 Nora P., « Mémoire collective », Le Goff J., Chartier R. et Revel J. (dir.), La nouvelle histoire, Paris, Retz, 1978, p. 398-401.

23 La mode des biographies a opéré un brouillage analogue, entretenant la confusion entre la recherche historique et la rédaction, par des polygraphes et des hommes politiques, de textes qui relèvent au mieux de la littérature, au pire de la récupération idéologique des grandes figures du roman national ; les biographies exploitent ainsi une autre forme de confusion entre histoire et mémoire.

24 On rappellera la création de deux associations nées en 2005, en réaction à un article de loi qui prévoyait que devait être enseigné le « rôle positif » de la colonisation (ces deux associations n’étant du reste pas totalement d’accord entre elles) : Liberté pour l’histoire et le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire.

25 Les résultats de la mission d’information sont publiés : Accoyer B. (dir.), Rassembler la Nation autour d’une mémoire partagée. Rapport d’information no 1262, Assemblée nationale, novembre 2008.

26 L’usage de la notion de patrimoine pour désigner ce que d’autres langues appellent l’héritage culturel date de l’extrême fin des années 1970. Il s’installe dans le langage public avec la création d’une Direction du patrimoine au ministère de la Culture (1978) et le lancement d’une Année du patrimoine (novembre 1979). La notion s’est imposée, mais aussi démultipliée, finissant par produire celle « des patrimoines » – cependant que l’Unesco inventait le classement au Patrimoine mondial, puis, à date récente, une liste du Patrimoine immatériel ; voir Rousso H. (dir.), Le regard de l’histoire. L’émergence et l’évolution de la notion de patrimoine au cours du XXe siècle en France. Entretiens du patrimoine (Paris 26, 27 et 28 novembre 2001), Paris, Fayard, 2003. Dans son usage commun, la notion de patrimoine a partie liée avec la mémoire et avec l’identité : voir sur ce point Le Goff J. (dir.), Patrimoine et passions identitaires. Actes des entretiens du patrimoine (Paris, 6, 7 et 8 janvier 1997), Paris, Fayard, 1998.

27 Cette assimilation court du décret de 1979 selon lequel la direction des Archives de France a pour mission « de gérer ou de contrôler les archives publiques qui constituent la mémoire de la nation » à d’innombrables titres d’ouvrages, par ailleurs classiquement consacrés aux archives. La DAF et les Archives nationales continuent à trouver dans ce raccourci une bonne façon de se définir : après l’exposition « La mémoire de la France. Quarante ans d’enrichissement des Archives de France », en 1994, une nouvelle exposition, par ailleurs tout aussi estimable, a été organisée à l’occasion du bicentenaire de l’installation des Archives nationales à l’hôtel de Soubise ; bien conçue, elle vise à informer le public sur des aspects très divers (les objets, les locaux, les pratiques de conservation…) ; mais quelle idée des archives son titre, « Mémoire d’avenir », donne-t-il à ce même public ? On s’interroge sur le sens que ses concepteurs ont prêté à cette formule, qui apparaît en définitive, là encore, comme typique du présentisme (une réplication indéfinie du temps par la mémoire) ; on constate en tout cas qu’elle leur plaît : le nouveau bulletin d’information des Archives nationales, créé en 2010, porte le même titre.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540