Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Filmer l'acte de création

 | 
Pierre-Henry Frangne
, 
Gilles Mouëllic
, 
Christophe Viart

Quatrième partie

Molière ou la métaphore de la création théâtrale selon Ariane Mnouchkine

Marion Denizot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si Ariane Mnouchkine a une longue pratique de la caméra1, Molière constitue son seul film de fiction, si l’on excepte La Nuit miraculeuse, film de commande pour le Bicentenaire de la Déclaration des droits de l’homme (1988).

À l’issue de la création collective L’Âge d’Or (1975), Ariane Mnouchkine se retire pour écrire le scénario d’un film sur Molière, en s’inspirant « librement du roman de Boulgakov et de l’expérience propre du Théâtre du Soleil2 ». La troupe, fondée en 1964, est totalement engagée et mobilisée pour l’ambitieux projet. Fresque de plus de quatre heures, divisée en deux époques, tournée sur deux ans dans les décors de Guy-Claude François à la Cartoucherie de Vincennes, mais aussi en décors naturels dans les jardins de Versailles et sur le plateau du Larzac, le film est sélectionné pour le festival de Cannes 1978. L’accueil critique est sévère. Ariane Mnouchkine est accusée d’avoir porté atteinte à l’un des mythes du « génie français ». Effectivement, la réalisatrice, ...

Auteur

Marion Denizot est maître de conférences en études théâtrales à l’université Rennes 2. Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris, ses travaux portent, d’une part, sur les héritages du théâtre populaire et, d’autre part, sur l’histoire des politiques et le fonctionnement des institutions théâtrales. Elle est l’auteure de Jeanne Laurent. Une fondatrice du service public pour la culture. 1946-1952 (Paris, La Documentation française, 2005) et de deux articles : « Jeanne Laurent et Jean Dasté : une affinité élective autour du théâtre » (Revue d’Histoire du Théâtre, 2006-2) ; « Stanislas Nordey entre filiation et transmission » (Études théâtrales, n° 40, 2007).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540