Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cluny après Cluny

 | 
Didier Méhu

Troisième partie. Cluny reconstruit, Cluny fantasmé

François Cucherat, l’autre fils de Semur

Nicolas Reveyron

Texte intégral

  • 1 Sur le triptyque de Marcigny (XVIe siècle), par exemple, il a voulu voir dans le petit paysage, re (...)
  • 2 Aubray Abbé, M. l’abbé Cucherat, aumônier de l’Hôtel-Dieu de Paray-le-Monial, Notice biographique,(...)
  • 3 de Vigny A., Servitude et grandeur militaires, Paris, 1835, Livre I, chap. 1.

1Historien de l’art et archéologue à l’imagination fertile1, attentif à recueillir les vestiges même les plus ténus de la gloire clunisienne, attaché personnellement à la figure d’Hugues de Semur, sixième abbé de Cluny, François Cucherat, natif de Semur-en-Brionnais, a été une figure majeure de l’histoire de l’art en Bourgogne du sud au XIXe siècle. Il a profondément marqué la recherche médiévale et la vie religieuse dans le Brionnais-Charolais, à telle enseigne que huit ans après sa mort, le vitrail de saint Hugues de Semur, créé en 1896 pour l’église néogothique de Poisson, au sud de Paray-le-Monial, lui a été dédié (ill. 1) ; d’ailleurs, la représentation du sixième abbé de Cluny a reçu les traits du défunt : « M. Cucherat était de taille moyenne, son front large et découvert était un des traits caractéristiques de sa physionomie2. » Né en 1812, l’abbé Cucherat appartient à cette génération de Français dont l’enfance et les années d’apprentissage n’ont été marquées ni par l’Ancien Régime, ni par la Révolution, ni par l’Empire ; contrairement à la génération de Châteaubriand, qui, ayant connu l’Ancien Régime, a été à même de transmettre aux nouvelles générations la réalité prérévolutionnaire de la religion chrétienne ; contrairement aussi à celle d’Alfred de Vigny, dont l’enfance avait été éblouie par l’épopée napoléonienne et qui a décrit le spleen consécutif à la disparition des fastes de l’Empire, cette sorte de retour à la banalité du réel et d’impuissance à changer les choses : « J’appartiens à cette génération née avec le siècle, qui, nourrie de bulletins par l’Empereur, avait toujours devant les yeux une épée nue, et vint la prendre au moment même où la France la remettait dans le fourreau des Bourbons3. »

Ill. 1 : Église de Poisson (Saône-et-Loire) : vitrail de saint Hugues de Semur (1896) dédié « en souvenir de M. l’Abbé Cucherat ». Cliché J.-P. Gobillot.

2On comprend dès lors pourquoi la génération de Cucherat, pour qui le romantisme a été le substitut d’un vécu inaccessible, a cherché à puiser dans le passé des raisons d’agir et de refonder le présent. De là vient l’importance prise par des qualités sensibles comme l’imagination, dont, à l’échelle de la société, la peinture d’histoire et la peinture troubadour ont donné corps aux rêveries. De là vient aussi la place occupée dans la littérature et la recherche par les « transmetteurs de passés », les témoins survivants des temps prérévolutionnaires aussi bien que les monuments, rites ou objets légués par le Moyen Âge. La présente communication a pour seule ambition de replacer le travail de l’abbé Cucherat dans la recherche sur Cluny au cours du XIXe siècle. On ne saurait toutefois en comprendre les enjeux sans tenir compte de son contexte spécifique, c’est-à-dire les évolutions contradictoires du catholicisme, du renouveau bénédictin à l’ultramontanisme et au catholicisme intransigeant, qui transparaît parfois entre les lignes. Mais ce contexte n’avait rien non plus d’un huis clos et l’on retrouve chez l’autre fils de Semur des tendances culturelles lourdes de l’époque, comme une rhétorique de conviction ou une sensibilité romantique. Le goût de l’archéologie, la puissance évocatrice des choses du passé, l’attrait du surnaturel, l’attente eschatologique, le poids de l’enfance…, tout cela a été vécu en partage par les acteurs de la recherche en Brionnais-Charolais, l’abbé Cucherat, les membres des sociétés savantes, l’abbé Devoucoux, Dom Pitra, et d’autres encore.

L’abbé Cucherat

  • 4 Cucherat Abbé F., S. E. le cardinal Dom Pitra de l’ordre de saint Benoît et le R. P. Rouaillard de (...)
  • 5 Il s’agit de la « Notice nécrologique » publiée dans le numéro 11 du Pèlerin de Paray-le-Monial (1 (...)
  • 6 En 1890, l’abbé Aubray, curé de Saint-Yan (S.-et-L.), faisait paraître une longue notice biographi (...)
  • 7 Conservées principalement à la Société éduenne d’Autun, pour le fonds historique, à l’évêché d’Aut (...)

3Nos connaissances sur la vie de l’abbé Cucherat proviennent principalement des textes où il a évoqué son amitié avec des personnages importants comme Dom Pitra4 ou le comte Charles de Montalembert (qu’il reçut à Paray-le-Monial en 1853), des notices nécrologiques publiées à sa mort par les sociétés savantes de la Bourgogne méridionale5, de biographies plus tardives6 et plus substantielles, et d’archives personnelles7, notamment une abondante correspondance, mise à profit par l’abbé Aubray.

  • 8 Aubray Abbé, M. l’abbé Cucherat, op. cit., 1890, p. 135.

4François Cucherat naquit à Semur-en-Brionnais, le 7 décembre 1812, dans une famille modeste et très religieuse. Sa mère, née Françoise Bachelet, mourut en 1813. Son père, Denis Cucherat, d’abord cordonnier, puis garde-champêtre, prit une nouvelle épouse en 1814. François Cucherat fit ses études au petit séminaire de Semur-en-Brionnais, puis à celui d’Autun, où il se lia d’amitié avec celui qui deviendra le cardinal Pitra, né aussi en 1812. Il fut ordonné prêtre en 1836 et nommé vicaire dès 1837 à Buxy, puis à Saint-Vincent-de-Mâcon. Il retourna bientôt dans le Brionnais, d’abord comme vicaire à Marcigny (1848), puis comme curé de Saint-Martindu-Lac (1852). L’année suivante, il succéda à l’un de ses frères, Antoine, mort prématurément, comme aumônier de l’hôpital de Paray-le-Monial. En 1864, il fut nommé chanoine honoraire de Saint-Lazare d’Autun. Il mourut à Paray-le-Monial en 1887, alors qu’il allait publier son travail sur Semur-en-Brionnais : « À onze heures du soir, on pouvait voir de la lumière dans sa chambre, ce qui donne à croire qu’il travaillait et priait encore. Le lendemain, 16 avril, le bruit se répandait, dès le matin, que M. l’abbé Cucherat venait d’être trouvé mort dans son lit, frappé d’une attaque d’apoplexie foudroyante8. »

  • 9 Chaline J. -P., Sociabilité et érudition, Les sociétés savantes en France, Paris, Éd. du CTHS, 199 (...)
  • 10 Cucherat Abbé F., Notice historique sur les synodes dans les diocèses d’Autun, Chalon, Mâcon et ac (...)
  • 11 Cucherat Abbé F., « L’abbaye de Saint-Rigaud dans l’ancien diocèse de Mâcon ; ses premiers temps, (...)
  • 12 Cucherat Abbé F., Romay et Sancenay, ou les Traditions et les monuments du culte de la Vierge dans (...)
  • 13 Cucherat Abbé F., Premières origines de Paray-le-Monial, Paray-le-Monial, Succursale de Veuve Lamb (...)
  • 14 Cucherat Abbé F., Notice historique sur la béatification de la vénérable Marguerite-Marie, Mâcon, (...)

5L’enseignement, dans la décennie 1838-1848, et la recherche, menée opiniâtrement jusqu’à sa mort, l’ont très inégalement occupé. En 1838, il devint professeur au petit séminaire de Semur-en-Brionnais. En 1846, il fut autorisé par son évêque à accepter la charge de précepteur dans une famille de la bourgeoisie lyonnaise. Ce fut pour lui l’occasion de se familiariser avec les bibliothèques et les éditeurs de Lyon et de se lier avec des membres des sociétés savantes, dont on sait le rôle essentiel qu’elles ont joué dans la recherche locale9. Au cours de sa vie, il fut membre titulaire de la Société éduenne d’Autun, correspond de l’Académie de Mâcon, de la Société littéraire de Lyon et de la Commission de topographie des Gaules, dépendant du ministère de l’Instruction publique. Ses recherches ont porté principalement sur la vie religieuse au Moyen Âge10, les institutions régionales11 et des pèlerinages locaux12. Ses nombreuses publications sur Paray-le-Monial ont concerné la basilique du Sacré-Cœur et Notre-Dame de Romay13, et sainte Marguerite-Marie Alacoque14.

  • 15 Voir Lecuir-nemo G., Anne-Marie Javouhey : fondatrice de la congrégation des sœurs de Saint-Joseph (...)
  • 16 Voir Multon H., « Prophétesses et prophétie dans la seconde moitié du pontificat de Pie IX (1859-1 (...)
  • 17 Voir Maître J., Mystique et féminité, Essai de psychanalyse socio-historique, Paris, Le Cerf, 1997
  • 18 Curicque Abbé J. -M., Voix prophétiques ou signes, apparitions et prédictions recueillis principal (...)
  • 19 Cucherat Abbé F., Prophétie de saint Malachie sur la succession des papes, Seychalles, Chez Tourne (...)

6Comme ses condisciples, Dom Pitra, entré à Solesmes, ou le père Souaillard, devenu dominicain, il fut vivement attiré par la vie monastique dans les années 1844-1845, sous l’influence du père jésuite qui dirigeait les deux retraites qu’il fit à Notre-Dame de Fourvière, à Lyon. Mais il renonça à cette vocation naissante pour pouvoir subvenir aux besoins d’un père indigent. L’intérêt pour le monachisme clunisien, l’attachement personnel à Hugues de Semur comme saint tutélaire, la confiance dans le renouveau bénédictin initié par Dom Guéranger à Solesmes, toutes ces positions se comprennent aussi à la lumière de cet épisode douloureux. Légitimiste et ultramontain, lecteur de l’Univers, il conçut son ministère d’abord dans une exacte obéissance à son évêque et à Rome. En 1842, à la demande de Mgr Héricourt, il accepta même la pénible mission de surveiller secrètement, en tant qu’aumônier en second, les sœurs de Saint-Joseph de Cluny, vouées à l’évangélisation des populations des îles françaises d’outre-mer et bientôt favorables à l’abolition de l’esclavage15. La défaite de 1870, la Commune et la prise de Rome par les Piémontais le touchèrent profondément. Il se laissa prendre dans le climat irrationnel qu’entretinrent les catholiques intransigeants16, dont les manifestations extrêmes furent une exaltation du surnaturel, un mysticisme hystérique17 et l’entrée dans une attente eschatologique, climat illustré par les cinq éditions, en deux ans seulement, des Voix prophétiques de l’abbé Jean-Marie Curicque18. Il travailla à son tour sur les prophéties de saint Malachie, de saint Martin et de Joachim de Flore. Il fit éditer dès 1871 sa Prophétie de saint Malachie sur la succession des papes19. Mais devant les remarques formulées par ses amis à la réception de l’ouvrage, il renonça à publier ses autres travaux. Son dernier ouvrage, dont il corrigeait les épreuves au moment de sa mort, est consacré à Semur-en-Brionnais. Ce fut une sorte de retour aux sources après les bouleversements des années 1870, un moment d’apaisement, une synthèse aussi plus solidement scientifique et un travail minutieux sur un site dont il partageait la mémoire avec Hugues de Cluny.

François Cucherat, historien de l’art et archéologue

  • 20 Outre les monographies sur l’ancienne priorale de Paray-le-Monial et les considérations sur l’art (...)
  • 21 Cucherat Abbé F., Notice sur un cercle de fer trouvé dans un tombeau, à Charolles, Mâcon, Emile Pr (...)
  • 22 Président Bulliot, « Notice nécrologique de François Cucherat », Mémoires de la Société éduenne, t (...)
  • 23 L’abbé Aubray (M. l’abbé Cucherat, op. cit., 1890, p. 63-64) a croqué sur le vif ces « charretiers (...)
  • 24 Cucherat Abbé F., Cluny au XIe siècle, op. cit., 1851, p. 75.

7François Cucherat a publié un nombre notable de travaux en histoire de l’art20. Il n’est pas resté indifférent à l’archéologie de terrain. Dans son étude sur un cercle de fer découvert à Charolles, dans la fouille d’un tombeau médiéval, il montra qu’il s’agissait d’un mode d’expiation pénitentielle pour meurtre, en usage au Moyen Âge21. Toutefois, pour ce bibliophile passionné qui « glane de tous côtés les vieux titres, les épaves des archives saccagées par la Révolution, et y trouve la substance de ses travaux »22, l’archéologie fut d’abord la récolte des archives en déshérence et le terrain, les sacristies, les greniers, les brocantes23 … François Cucherat a évoqué avec fougue le martyre des documents anciens, à propos de Marcigny : « Tel fut, jusque dans les derniers temps, l’éclat du monastère de Marcigny, que, par une faveur exceptionnelle, les immortels auteurs du Gallia Christiana s’apprêtaient à en rédiger l’intéressante histoire, quand l’orage éclata, quand le souffle de la tempête vint disperser à jamais les titres, les feuilles éparses qui recelaient le dernier mot de nos pères et méritaient, comme les institutions elles-mêmes, un meilleur sort24 ! » L’autre terrain de sa pratique archéologique, ce fut les monuments romans du Brionnais-Charolais, soumis à l’observation du bâti, aux comparaisons stylistiques, aux analyses iconographiques, démarche naturelle que les Antiquaires de Normandie commençaient à répandre.

  • 25 L’archéologue chrétien ou cours élémentaire d’archéologie catholique à l’usage du clergé, Nîmes, S (...)
  • 26 Cours d’archéologie sacrée : à l’usage des séminaires et de MM. les curés, Paris, Librairie de Mme(...)

8Les travaux de l’abbé Cucherat s’inscrivent dans cette archéologie et cette histoire de l’art d’orientation catholique, pratiquées par des ecclésiastiques aussi bien que des laïcs, avec la spontanéité des défricheurs des premiers temps, avant que Joseph Bard, en 1844, n’édite, à Lyon, une méthode spécifique et que n’apparaissent, en France, les premiers manuels d’archéologie chrétienne, comme celui de l’abbé J. G., professeur au séminaire de Nîmes25 ou de l’abbé Godard, professeur d’histoire ecclésiastique et d’archéologie au Grand séminaire de Langres26.

  • 27 Gueranger Dom P., Mémoires autobiographiques (1805-1833), Éd. de Solesmes, 2005, p. 86.

« En France, à cette époque [les années 1830], notait Dom Guéranger, on en était réduit comme notion, au chapitre si faible que Chateaubriand a intitulé Des églises gothiques, dans le Génie du christianisme, et il faut convenir que si cela était admiratif et respectueux, cela n’était pas fort. Avec le mot gothique, on pensait avoir tout exprimé ; mais si le goût n’était pas éclairé, je dois dire du moins que le sentiment de la poésie n’était pas absent27. »

  • 28 L’album est conservé à la Société éduenne d’Autun. Prêtre formé aux séminaires de Lyon, puis d’Aut (...)

9Dans la lignée des Gaignères et des Mabillon, des prêtres s’attachaient alors, dans leur paroisse ou leur diocèse, d’abord à documenter, textuellement et graphiquement, leur église paroissiale ou, dans une démarche élargie, les églises menacées de disparition, comme le fit, pour le diocèse d’Autun, l’abbé Devoucoux (1804-1870), qui a laissé un précieux album de dessins archéologiques réalisés vers le milieu du XIXe siècle28.

  • 29 Sur l’analyse morpho-spatiale en archéologie du bâti, voir Reveyron N., « La lecture de l’invisibl (...)
  • 30 Analyse présentée à l’occasion de son ordination, à Tours, le 7 octobre 1827. Gueranger Dom P.,(...)
  • 31 Dans la magnifique narration de sa visite à Marmoutier, Dom Guéranger rappelle le bruit des martea (...)

10La sensibilité archéologique à l’architecture a d’abord été, dans la mouvance catholique du premier tiers du XIXe siècle, une sensibilité aux ruines héritées de la Révolution et qui laissaient deviner dans leurs tristes difformités l’état ancien des édifices et leur splendeur disparue. Visitant en 1827 l’abbaye détruite de Marmoutier, Dom Guéranger fit une véritable analyse morpho-spatiale29 avant la lettre : « Il n’y avait que des décombres partout ; mais on distinguait encore la situation d’un grand cloître dont les murs avaient été rasés presque jusqu’au sol. L’enceinte des lieux réguliers se reconnaissait aussi par les débris des murs non entièrement arrachés30. » Les ruines ont pris une dimension de reliques, pour les « souffrances » qu’elles ont subies31, pour leur valeur intrinsèque de « restes monumentaux », mais aussi pour les morts qui reposent dans leur sol :

  • 32 Cucherat Abbé F., S. E. le cardinal Dom Pitra, op. cit., 1863, p. 32.

« Votre frère, écrivait Dom Pitra à François Cucherat le 18 janvier 1843, entrera dans la sainte et vénérable religion bénédictine, et ce sera le 10 février, à la fête de notre excellente mère, la bien aimée sœur de notre patriarche, sainte Scholastique. Invoquez-la d’avance pour moi ; priez tous nos saints de Cluny, vous qui foulez la terre où ils ont prié, afin que leurs ossements refleurissent, et que leur dernier rejeton ne soit pas indigne d’eux32. »

  • 33 Le texte, tiré du cartulaire de l’abbaye de Saint-Chaffre au Monastier-sur-Gazeille, fait état des (...)

11Vision ecclésiologique qu’Hugues de Semur avait formulée déjà à propos de la reconstruction de l’abbaye du Monastier-sur-Gazeilles, lorsqu’il conseilla aux moines de ne pas reconstruire leur église dans un autre site « propter antiquam videlicet hujus loci sanctificationem et multorum ibidem quiescentium corpora fidelium »33.

  • 34 Bouche J.-B., Voyage en Bourgogne, suivi de mélanges littéraires, Paris, Martinon, 1845, p. 246-24 (...)

12Ces reliques monumentales sont susceptibles de « parler » aux visiteurs attentifs, ou plutôt sensibles : « Que dire de toutes les émotions qui m’assaillirent à la vue de ces murs d’où semblaient sortir des voix du passé ? », se demande Jean-Baptiste Bouché, en revisitant les ruines du Cluny de son enfance34. Cette « voix des monuments » a pu prendre, dans les évocations religieuses, une forte charge émotionnelle, s’étoffant de connotations spirituelles, voire prophétiques :

  • 35 Cucherat Abbé F., S. E. le cardinal Dom Pitra, op. cit., 1863, p. 11-12.

« Si vous entendez toujours cette voix qui m’a parlé dès mon enfance, écrivait Dom Pitra à François Cucherat le 20 mai 1843, ces mots qu’à dix ans je déchiffrai à l’aide d’un vieux bénédictin de Cluny sur un portrait de saint Benoît Ducam eum in solitudinem et loquar ad cor ejus, si vous entendez toujours cette voix sortir des ruines de Cluny, ouvrez votre cœur et levez votre tête, frère. Les temps approchent, l’heure de la délivrance sonne, les ailes de la colombe se déploient et vous prendrez votre essor35. »

  • 36 Voir l’article programmatique de Palazzo É., « Art, Liturgy and the Five Senses in the Early Middl (...)

13Ne nous y trompons pas. Cette puissante image appartient au fonds romantique de l’époque et Baudelaire l’a développée suivant la même orientation prophétique dans les Correspondances (1857) : « La Nature est un temple où de vivants piliers/Laissent parfois sortir de confuses paroles. » Il est remarquable que l’histoire de l’art ait tout récemment pris pour objet d’étude le rôle majeur joué par les cinq sens dans la genèse de l’art médiéval, comme dans sa compréhension36.

  • 37 En cela, cette « archéologie primitive » est à l’opposé de la vision intellectuelle et cartésienne (...)
  • 38 Voir Multon H., « Faire la politique du miracle. L’abbé Jean-Marie Curicque (diocèse de Metz, 1827 (...)
  • 39 « J’assistais à son enterrement, et je me rappelle encore la sensation profonde et visible que cet (...)
  • 40 « M. Heurtebize [jeune professeur au Grand séminaire] me parlait souvent des bénédictins de l’abba (...)

14La force de l’émotion vient de l’expérience typiquement romantique d’une perception enfantine qui engage tout le corps dans une relation pré-rationnelle avec l’objet perçu et avec la personne qui transmet, le « transmetteur »37. Celle précisément qu’Alfred de Vigny a suggérée d’une phrase, dans l’introduction des Servitude et grandeur militaires : « J’aimai toujours à écouter et, quand j’étais tout enfant, je pris de bonne heure ce goût sur les genoux blessés de mon vieux père. » Cette « voix des monuments » parle donc à tout le corps, en mêlant les souvenirs, les réminiscences et les sensations, distinctement ou indistinctement, dans une synesthésie dont Baudelaire, encore, a fait un moteur de la création poétique. C’est donc dans l’enfance que cette sensibilité puise son acuité et sa puissance. Dom Guéranger a restauré à Solesmes l’église médiévale de son enfance où il a réinstallé une communauté bénédictine en 1833. L’abbé Jean-Marie Curicque, nommé curé à Haute-Kontz (Moselle) en 1866, dans le pays de son enfance, s’est efforcé de reconstruire l’abbaye de Rettel et d’y installer une communauté38. L’abbé Cucherat a reconstruit l’histoire des institutions médiévales et des monuments du Brionnais de son enfance et de cette Bourgogne méridionale qu’il n’a pratiquement jamais quittée, et ce n’est pas sans raison s’il a achevé ses recherches – et sa vie – sur une étude de Semur-en-Brionnais, le village qui l’avait vu naître. Dans ce contexte, le transmetteur, très présent dans la littérature de l’époque – on songe au père d’Hugo ou à celui de Vigny –, fonde, par-delà la Révolution, la légitimité d’une continuité. Dom Guéranger a laissé le portrait de deux transmetteurs, M. Lefebvre, ancien curé de Solesmes39, et Dom Barbier40, dépeints justement comme les saints d’un vitrail.

  • 41 Natif de Beaune, Joseph Bard (1803-1862) fit des études de médecine, avant de se lancer dans la po (...)
  • 42 Bard J., Manuel général d’Archéologie sacrée burgondo-lyonnaise (monuments ecclésiastiques) pour l (...)
  • 43 Sur le rôle de l’archéologie dans la mise en place d’une histoire de l’art médiéval dans la premiè (...)
  • 44 « Je peux m’être trompé complètement aussi dans l’explication que j’ai donnée de l’Ecclesia vetus (...)

15Avec Joseph Bard (1803-1862), l’archéologie est entrée dans une nouvelle phase, qui intègre les questions de liturgie et de spiritualité. L’œuvre de ce natif de Beaune reste encore largement méconnue41. En 1844, cet inspecteur des Monuments historiques publia à Lyon un Manuel général d’Archéologie sacrée qui proposait une méthode originale, rompant avec les exigences d’une recherche laïque42. Comme les antiquaires de Normandie, ses contemporains, Joseph Bard associait l’histoire de l’art à une nécessaire approche archéologique, reconnaissant dans les qualités stylistiques et techniques de l’architecture des critères de datation43. Mais sa démarche innovait sur deux points précis, deux impératifs méthodologiques que l’archéologie contemporaine a tout récemment redécouverts : étudier l’édifice dans son état actuel, en déconstruisant en quelque sorte le bâtiment, et contextualiser la recherche grâce à une connaissance solide des questions de spiritualité (herméneutique des formes) et de liturgie (usages et finalités). La méthode n’excluait pas les surinterprétations, mais ce défaut, encore courant au milieu de ce XIXe siècle romantique, était le revers des manques d’audace d’une recherche purement descriptive. Joseph Bard avait parfaitement conscience de cette difficulté. Il en tira, avec une modestie très inhabituelle dans ce milieu, deux enseignements d’une étonnante modernité, à savoir que l’erreur ne peut être exclue du champ de la recherche et que le fond du travail, l’analyse technique de l’architecture, conserve toute sa pertinence, l’erreur ne pouvant se glisser que dans l’interprétation des faits44.

L’abbé Cucherat et Cluny

  • 45 Le chanoine Jardet, par exemple, reprit l’expression à la fin du XIXe siècle, en désignant Cluny c (...)
  • 46 Dans sa longue conclusion, François Cucherat fait le point sur son travail, montrant comment l’ouv (...)

16On sait que l’abbé Cucherat a été l’un des premiers historiens à donner une histoire solidement documentée de l’abbaye de Cluny à l’époque d’Odilon et d’Hugues de Semur. Elle a été publiée à Mâcon, en 1851, sous le titre Cluny au XIe siècle, son influence religieuse, intellectuelle et politique. On sait aussi que l’ouvrage a d’abord été un mémoire répondant à la question formulée par l’Académie de Mâcon dans sa séance de novembre 1849 : « Quelle fut, pendant toute la durée du onzième siècle, l’influence de l’abbaye de Cluny sur le mouvement religieux, intellectuel et politique, etc. à cette époque ? » Remis à l’Académie le 28 octobre 1850, le mémoire de François Cucherat fut primé à la séance du 26 décembre 1850. Si Cluny au XIe siècle n’est plus guère lu, aujourd’hui, que des littéraires et des dix-neuviémistes, des épistémologues et des historiographes, il a marqué suffisamment les esprits, pour fournir encore au XXe siècle le célèbre slogan touristique : Cluny, phare de l’Occident, issu, par voie directe ou indirecte45, de l’affirmation donnée en conclusion de l’ouvrage : « Cluny a été le phare lumineux au milieu des ténèbres46. »

  • 47 Sur l’historiographie de Cluny au XIXe siècle, voir Marquardt J. T., From Martyr to Monument. The (...)
  • 48 Sur la généalogie de l’ouvrage, voir Aubray Abbé, M. l’abbé Cucherat, op. cit., 1890, p. 54-55.

17Les dates fournies par les archives de l’Académie de Mâcon sont trompeuses. L’intérêt de Cucherat pour la grande abbaye bourguignonne était bien antérieur au concours de l’Académie de Mâcon47. Un intérêt certes plus diffus, plus général, moins spécialisé, qui s’était manifesté dès la fin des années 1830, avec la parution de l’ouvrage de Prosper Lorain, Essai historique sur l’abbaye de Cluny, suivi des pièces justificatives et de divers fragments de la correspondance de Pierre-le-Vénérable avec saint Bernard, publié à Dijon, chez Popelain, en 1839. De fait, le sujet faisait partie des préoccupations régionalistes. En outre, l’abbé Cucherat s’était mis depuis 1846 à une synthèse sur Hugues de Semur. Il y travailla durant tout son séjour lyonnais et ses années de vicariat à Marcigny. Le texte avait pris la forme d’un discours48. Dans une réponse élogieuse à l’envoi qu’il lui avait fait du manuscrit, le comte de Montalembert lui fit toutefois reproche de ce choix rhétorique :

« Cette forme [le discours] se rapproche trop du panégyrique, et je ne connais rien qui serve moins les intérêts sacrés de la vérité et cette entreprise de réhabilitation des siècles catholiques par l’histoire que le panégyrique. Un récit aussi simple que possible, où le bien et le mal se trouvent également à leur juste place, me semble le meilleur tribut à apporter à cette cause. »

18L’historien ne fit jamais imprimer ce premier travail. Mais il en tira un matériau abondant pour son mémoire.

19Cluny au XIe siècle propose une profonde réévaluation du rôle des moines dans la renaissance de la civilisation chrétienne à la fin du Xe siècle, présentée comme la naissance d’un nouveau monde, encore débile, mais riche de promesses : « Nous sommes loin, sans doute, de songer à exalter bien haut l’état des sciences et des lettres au XIe siècle […]. Au Moyen Âge, la vieillesse et l’enfance du monde se touchent ; l’ancien monde est décrépit, le monde moderne est enfant : mais le monde n’est pas mort ; c’est le phénix sur son bûcher. » (P. 89.) L’image du phénix n’est pas seulement affaire de rhétorique. D’emblée apparaît entre les lignes de l’ouvrage une forme de millénarisme : comme les faibles moines de la petite abbaye de Cluny au sortir du sombre Xe siècle, les bénédictins du XIXe siècle, sortis presque anéantis de l’incendie révolutionnaire, vont régénérer la France. Est en effet prégnante l’idée d’une histoire cyclique, dont l’unité de lieu fait une tragédie rédemptrice : « C’est à Worms qu’avait eu lieu, en 1049, l’élection de Brunon de Toul, occasion du premier éclat ; c’est à Worms, en 1122, que la grande bataille se termine à l’avantage de l’Église, au profit de la société catholique, c’est-à-dire la civilisation européenne. » (P. 176.) Ainsi, les événements du XIe siècle préfigurent le renouveau espéré d’un catholicisme violemment soumis à l’épreuve de la Révolution, comme le suggère l’auteur, lorsqu’il rappelle comment l’empereur Henri V avait amené le pape Pascal II « par la ruse et la violence, à un acte de faiblesse, dont le second exemple, dans des circonstances tout à fait semblables, devait être arraché, de nos jours, à un pontife qui n’a cessé d’être grand, pour avoir, lui aussi, dans une heure bien critique, trop laissé paraître notre fragilité humaine. Mais Pascal II fut aussi prompt à se relever que le glorieux Pie VII » (p. 174).

  • 49 Dans sa Vie de saint Hugues, sixième abbé de Cluny, Solesmes, 1888, Dom L’Huillier fait de Dom Gué (...)

20Le plus souvent implicites, les parallèles entre les deux époques ont valeur programmatique, quand on les met en rapport avec les orientations religieuses et politiques de l’auteur. Le catholique ultramontain interprète sans doute les relations nouées entre Rome et Cluny au XIe siècle à la lumière de son temps où, en France, l’épiscopalisme commence à le céder au centralisme romain : « Aussi, voyez comme Rome affectionne Cluny ! Dès le commencement, elle a les yeux sur lui ; elle le protège ; elle le cultive ; elle l’excite à faire le bien, comme l’aigle excite son aiglon à prendre son vol […]. De son côté, combien Cluny se montre reconnaissant, docile et fidèle ! » (P. 12.) L’ami de Dom Pitra laisse sans doute deviner sous Cluny l’abbaye de Solesmes49, source du renouveau bénédictin en France, lorsqu’il affirme : « Ainsi Cluny a rallumé partout le feu sacré de la perfection monastique par la sagesse de sa réforme. Il a conservé les dernières lueurs de la science, des lettres et des arts, par la force et la renommée de ses écoles. Il a sauvé le monde par l’élévation et la suite de ses conceptions politiques. » (P. 178.) L’historien de l’art ne manque pas de rappeler le rôle de l’architecture dans l’entreprise clunisienne de rénovation, lorsqu’il confère une dimension universelle à l’aura émanant de l’immense abbatiale : « L’Espagne, de son côté, invoquait avec amour le grand nom de Cluny, multipliait ses dons et ses tributs ; et l’univers, il y a cinquante ans, contemplait encore avec admiration le monument… hélas ! nous allions dire impérissable, de ses royales largesses. » (P. 59.) Mieux, il fait de Cluny III la mesure de toute chose : « Si le XIe siècle tout entier est le grand siècle de Cluny, on peut dire que la première moitié est à la seconde, sous le rapport de l’éclat, de l’influence et des services, ce qu’était, dans la grande basilique de St. Hugues, la première église à la seconde. » (P. 19.) Mais à l’abbatiale se sont substituées des ruines et l’agitation populaire à la vie prestigieuse du XIe siècle : « Qu’on ne se figure pas néanmoins cette animation mondaine et mercantile qui hurle aujourd’hui, ou qui jure sous les beaux arceaux de Cluny désolé. » (P. 79.) Les reliques monumentales de l’abbaye demandent d’être protégées, à défaut d’être restaurées.

L’abbé Cucherat et Hugues de Semur

  • 50 Reveyron N., « Hugues de Semur dans ses images », Hugues de Semur : Lumières clunisiennes, Catalog (...)
  • 51 L’Huillier Dom A., Vie de Saint Hugues abbé de Cluny, Solesmes, 1888.
  • 52 Kohnle A., Abt Hugo von Cluny, Sigmaringen, Thorbecke (Beihefte der Francia ; 32), 1993.
  • 53 Pour les œuvres, voir les notices de D. Dendraël, Fl. Margo, C. Marion, N.-Ch. Rebichon et N. Reve (...)

21La disgrâce subie par Cluny dans l’historiographie du XIXe siècle a touché aussi Hugues de Semur, concurrencé par Pierre-le-vénérable, dont les écrits, notamment les échanges avec saint Bernard, fournissaient aux historiens une matière plus abondante et plus immédiatement exploitable que les rares écrits spirituels de son prédécesseur du XIe siècle50. La première biographie d’envergure, celle, très orientée, de Dom L’Huillier51, n’est parue qu’à la fin du XIXe siècle et il a fallu attendre encore un siècle pour disposer, avec le livre d’Armin Kohnle52, d’un ouvrage scientifique de référence. Le sixième abbé de Cluny a connu une éclipse similaire dans le domaine des arts. Certes il apparaît dans la peinture d’histoire en Allemagne et en Italie, mais comme figurant dans l’épisode de Canossa (1077), à l’instar de la comtesse Mathilde : dans le contexte de la construction des deux jeunes nations, l’empereur Henri IV, champion de l’Allemagne, et le pape Grégoire VII, représentant l’Italie, concentraient, en première ligne, toute la signification politique des œuvres53. Le rôle européen de Cluny était ignoré et l’identité bourguignonne d’Hugues de Semur n’offrait aucune signification dans la confrontation.

  • 54 On ne peut citer que le curieux tableau du peintre orientaliste Prosper Baccuet (Paris, 1798-1854) (...)
  • 55 Hugues de Semur : Lumières clunisiennes, op. cit., 2009, p. 44-57.
  • 56 Cette dimension religieuse a persisté jusqu’à notre époque, avec le retable de Michel Bouillot et (...)
  • 57 L’aménagement de la chapelle a été offert par la comtesse de Croix et Mademoiselle Alice de Tourno (...)
  • 58 Le pèlerinage à la basilique du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial a été impulsé par le père jésuite Dr (...)

22Paradoxalement, la Bourgogne a été aussi oublieuse que la France54 : Les gloires de la Bourgogne, par exemple, toile peinte en 1894 par Henri-Léopold Lévy (1840-1904) pour l’hôtel de ville de Dijon, présente les grands saints de Bourgogne, Germain d’Auxerre, Bernard de Clairvaux, Robert de Molesme et Jeanne de Chantal, à l’exclusion surprenante d’Hugues de Cluny, né dans le sud de la Bourgogne et abbé d’une abbaye bourguignonne qu’il a dimensionnée à l’échelle du monde occidental. Dans ces conditions, le renouveau des images de saint Hugues dans le Brionnais-Charolais55, entre le dernier quart du XIXe siècle et le premier tiers du siècle suivant, apparaît lié aux recherches de l’abbé Cucherat, qui ont fait prendre conscience aux élites locales de leur héritage historique, et avec ses efforts pour promouvoir le culte du saint abbé56. Les œuvres les plus anciennes, celles de la chapelle Saint-Hugues (1874) dans l’église Notre-Dame-de-la-Providence de Digoin, relèvent de l’histoire familiale des donateurs (ill. 3 et 4)57. La verrière de Poisson (1896) a été explicitement dédiée à l’abbé Cucherat (ill. 1). Celles de Semur-en-Brionnais (1889), de Marcigny (1925) et de Paray-le-Monial (1929) ont été installées dans des édifices intimement liés à l’histoire du grand abbé. Et dans la basilique du Sacré-Cœur, copie et substitut d’un Cluny disparu, la statue-reliquaire de 1884 entrait dans le projet d’un renouveau du culte hugonien ; mais l’emprise du Sacré-Cœur était trop forte pour laisser une place au saint de Semur58.

Ill. 2 : Semur-en-Brionnais, prieuré Saint-Hugues : statue de saint Hugues par Pascal Beauvais (2005). Cliché N. Reveyron.

Ill. 3 : Digoin (Saône-et-Loire), église Notre-Dame de l’Espérance, chapelle Saint-Hugues (1874) : vitrail de la charité de saint Hugues. Cliché J.-P. Gobillot.

  • 59 Cuivre, émaux, verre, papier, tissus, ossement. H. 7,5 cm ; L. 4,5 cm ; ép. 2 cm. XIXe siècle.

23Toutefois, l’attrait exercé par Hugues de Semur sur François Cucherat fut d’abord religieux. L’évêché d’Autun conserve le médaillon-reliquaire59 de saint Hugues que portait l’abbé Cucherat. Un petit phylactère de papier collé sur un bandeau doré porte la mention imprimée : S. Hugonis abb. L’authentique du 8 janvier 1883 précise qu’il s’agit d’un « morceau d’un vêtement de laine, de couleur noire, et d’un os de saint Hugues, abbé de Cluny ». Le revers du document porte un texte autographe de l’abbé Cucherat, tracé à l’encre noire : « Relique que je porte toujours sur moi, dans la petite poche de montre, en ma culotte. » Ce goût des reliques est apparu très tôt :

Ill. 4 : Digoin (Saône-et-Loire), église Notre-Dame de l’Espérance, chapelle Saint-Hugues : statue de saint Hugues (1874). Cliché N. Reveyron.

  • 60 Cucherat Abbé F., S. E. le cardinal Dom Pitra, op. cit., 1863, p. 36-38. Vers 1872 encore, il fit (...)

24« En 1849, étant vicaire de Marcigny, je reçus la visite de Dom Pitra […]. L’église paroissiale de Marcigny, il le savait, était en possession des reliques précieuses de l’antique prieuré bénédictin, et parmi des dépouilles sacrées, il y en avait des saints abbés de Cluny. Il ambitionnait une petite part de ce trésor pour l’abbaye de Solesmes […]. Une partie de la journée fut employée à l’ouverture et à la visite des chasses (sic), des sceaux et des feuilles d’authenticité, puis au partage des ossements et autres souvenirs, et à la rédaction des autres procès-verbaux à quadruples exemplaires, chacun des assistants ou témoins ayant obtenu quelques fragments de ces gages sacrés […]. Quelques jours après, on célébrait à Solesmes le triduum solennel pour la réception des reliques de Marcigny60. » Dom L’Huillier a décrit cet épisode comme une entrée triomphale de saint Hugues à Solesmes :

  • 61 L’Huillier Dom A., Vie de Saint Hugues, op. cit., 1888, p. 560-561.

« Le culte de saint Hugues refleurit à Solesmes. Dom Guéranger refusa de se faire solidaire du désaveu infligé par le XVIIe siècle à l’antiquité clunisienne et il alla demander à Pierre le Vénérable, à Hildebert, aux disciples immédiats du patriarche, le texte des éloges particuliers qu’il lui était permis de mêler aux formules de l’antiquité romaine. C’était en 1851. Depuis deux ans, Solesmes possédait quelques reliques de saint Hugues. Elles avaient été extraites des anciennes châsses de Marcigny, le 28 avril 1849, en vertu d’une autorisation donnée par S. G. Mgr du Trousset d’Héricourt, évêque d’Autun (procès-verbal signé et scellé à Autun le 19 mai 1849) ; elles consistaient en un fragment de l’os du bras avec un morceau de l’étoffe de la coule. Mais le grand abbé avait voulu, en entrant à Solesmes, affirmer qu’il reprenait possession de son héritage. Celui qui l’y introduisit fut précisément un fils du pays éduen, que le monde savait écouter déjà, le R. P. Dom Jean-Baptite Pitra, aujourd’hui cardinal. Par les souvenirs de son enfance, l’illustre moine se rattachait au prieuré de Marcigny ; c’était à Semur même qu’il avait obtenu la concession de ces reliques61. »

*

  • 62 Dans la préface de sa Vie de saint Hugues, achevée en 1888, c’est-à-dire l’année du huitième cente (...)
  • 63 Cucherat Abbé F., Cluny au XIe siècle, op. cit., 1851, p. 11-12.
  • 64 Cucherat Abbé F., Cluny au XIe siècle, op. cit., 1851, p. 177.
  • 65 Prosologium, Bulletin de l’observatoire de Grignon pour l’avancement des sciences et de la philosop (...)

25Dom L’Huillier, tout imprégné de mysticisme, a voulu faire d’Hugues de Semur le modèle et le guide du renouveau bénédictin en France, à travers Solesmes. Plutôt que d’établir des faits historiques, il puisait dans l’histoire les signes de l’avenir, y compris dans les commémorations implicites62. L’abbé Cucherat, quant à lui, a toujours raisonné et agi en historien. Avec sa très vive intuition de chercheur, il a compris que le sixième abbé de Cluny en avait été le second fondateur : « C’est St. Hugues qui est regardé comme le vrai fondateur de la congrégation de Cluny et qui l’est en effet […]. Aussi est-il appelé Hugues-le-Grand, dans les chroniques contemporaines63. » Et s’il a peut-être chargé le personnage de ses propres attentes, il ne l’a pas exprimé explicitement et l’a laissé à peine deviner : « Arrêtons-nous : l’Église et la société sont sauvées, Saint Hugues est glorifié, le rôle public de Cluny est accompli64. » En 1887, dans la 4e livraison de son Prosologium, Dom Mayeul Lamey, le « dernier grand prieur de Cluny », pour reprendre le titre qu’il avait adopté, résumait le jugement de François Cucherat sur Cluny et l’œuvre d’Hugues de Semur, lorsqu’il demandait leur aide « aux grands saints abbés de Cluny […] qui ont tant aimé la science, ont servi si fidèlement la cause de l’Église et de la papauté, et ont su rendre à Dieu, par la magnificence de leurs églises et la majesté de leurs prières publiques, un culte si pénétré de la grandeur et de la toute-puissance du Père Éternel, créateur du Ciel et de la Terre »65.

Notes

1 Sur le triptyque de Marcigny (XVIe siècle), par exemple, il a voulu voir dans le petit paysage, relativement banal et totalement anonyme, du panneau de la Visitation, une véritable figuration de Cluny : « Le village lui-même est ce que devait être Cluny au XVe siècle vu du côté de Manilly (sic). Les deux portes d’entrée, le clocher octogone, dans le tableau, sont exactement dans les rapports où on les voit encore. Il n’y manque pas même la Grosne coulant sous les murs […]. Ces rochers ne sont autres que ce qu’on appelle dans le Mâconnais les roches de Solutré et de Vergesson (sic), au pied desquels Cluny avait sa célèbre maison de Chevignes (Cavinioe) (sic), toujours debout et toute remplie des souvenirs de Pierre le Vénérable et Abaïlard. » Cucherat Abbé F., Triptyque Notre-Dame Abbesse peint sur bois au XVe siècle par les moines artistes de Cluny, Lyon, Imprimerie d’Aimé Vingtrinier, 1868, p. 11-12.

2 Aubray Abbé, M. l’abbé Cucherat, aumônier de l’Hôtel-Dieu de Paray-le-Monial, Notice biographique, Charolles, Imprimerie et Lithographie Vve Lamborot, 1890, p. 113. L’œuvre a été créée dans cette période de l’art du vitrail où l’on donnait volontiers aux figures de saints les traits de contemporains ayant marqué l’histoire locale.

3 de Vigny A., Servitude et grandeur militaires, Paris, 1835, Livre I, chap. 1.

4 Cucherat Abbé F., S. E. le cardinal Dom Pitra de l’ordre de saint Benoît et le R. P. Rouaillard de l’ordre de saint Dominique, Charolles, Imprimerie Lamborot, 1863.

5 Il s’agit de la « Notice nécrologique » publiée dans le numéro 11 du Pèlerin de Paray-le-Monial (15 mai 1887) et des « Notices nécrologiques » composées par le président J. -G. Bulliot pour les Annales de l’Académie de Mâcon et les Mémoires de la Société éduenne (t. XVI, 1888, p. 385-387), dans le compte rendu de la séance du 2 septembre 1887. Je remercie Jean-Noël Barnoud, spécialiste de Paray-le-Monial, de m’avoir ouvert très aimablement ses archives et sa bibliothèque.

6 En 1890, l’abbé Aubray, curé de Saint-Yan (S.-et-L.), faisait paraître une longue notice biographique éditée à Charolles, par l’Imprimerie Lamborot (cf. note 2). En 1935, l’abbé Décréau publiait une biographie de l’abbé Cucherat dans le Pèlerin de Paray-le-Monial (texte réédité par Jean Sibut et Paul de Montsabert dans Paray-le-Monial au fil des siècles, d’après les études historiques de l’abbé Jean Décréau, Paray-le-Monial, Imprimerie nouvelle, 1973).

7 Conservées principalement à la Société éduenne d’Autun, pour le fonds historique, à l’évêché d’Autun, à Paray-le-Monial et aux Archives départementales de Saône-et-Loire.

8 Aubray Abbé, M. l’abbé Cucherat, op. cit., 1890, p. 135.

9 Chaline J. -P., Sociabilité et érudition, Les sociétés savantes en France, Paris, Éd. du CTHS, 1995.

10 Cucherat Abbé F., Notice historique sur les synodes dans les diocèses d’Autun, Chalon, Mâcon et actes du synode diocésain tenu à Autun du 4 au 8 octobre 1852, Autun, Dejussieu, 1853 ; id., De l’emploi des biens ecclésiastiques au Moyen Âge, Lyon, Imprimerie d’Aimé Vingtrinier, 1860.

11 Cucherat Abbé F., « L’abbaye de Saint-Rigaud dans l’ancien diocèse de Mâcon ; ses premiers temps, son esprit, sa fin, ses abbés », Annales de l’Académie de Mâcon, t. 2,1851 ; id., Cluny au XIe siècle, son influence religieuse, intellectuelle et politique, Mâcon, Imprimerie Protat, 1851 ; id., Le bienheureux Hugues de Poitiers, le prieuré, l’église et les peintures murales d’Anzy-le-Duc, Mâcon, Imprimerie Protat, 1862 ; id., « Semur-en-Brionnais, ses barons, ses établissements civils, judiciaires et ecclésiastiques, depuis l’an 860 jusqu’à nos jours », Mémoires de la Société éduenne, t. 15, 1887, p. 251-313, et t. 16, 1888, p. 95-174.

12 Cucherat Abbé F., Romay et Sancenay, ou les Traditions et les monuments du culte de la Vierge dans le Charolais et le Brionnais, Macon, Imprimerie Protat, 1861 ; id., Album-guide des saints pèlerinages de Paray et de Verosvre, Paris, Victor Palmé, 1877.

13 Cucherat Abbé F., Premières origines de Paray-le-Monial, Paray-le-Monial, Succursale de Veuve Lamborot, 1877 ; id., Fondation du monastère bénédictin de Paray-le-Monial, Paray-le-Monial, Succursale de Veuve Lamborot, 1878 ; id., Notre-Dame de Romay, Paray-le-Monial, J. Antoniazzi-Jeunet, 1878 ; id., Monographie de la basilique du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial, Paray-le-Monial, 1879 ; id., Le guide historique et archéologique du pèlerin à Paray-le-Monial, Paray-le-Monial, Chez Melle Gallo, Magasin N. -D. de la Providence, 1885 ; id., Vie de M. d’Alais, curé de Paray-le-Monial, sa vie, ses derniers moments, Paray-le-Monial, Succursale Veuve Lamborot, 1880.

14 Cucherat Abbé F., Notice historique sur la béatification de la vénérable Marguerite-Marie, Mâcon, Imprimerie Protat, 1864 ; id., Histoire populaire de la bienheureuse Marguerite-Marie Alacoque et du culte du Sacré-Cœur, Autun, Dejussieu, 1865.

15 Voir Lecuir-nemo G., Anne-Marie Javouhey : fondatrice de la congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Cluny (1779-1851), Paris, Éd. Karthala, 2001, p. 286, 306-308.

16 Voir Multon H., « Prophétesses et prophétie dans la seconde moitié du pontificat de Pie IX (1859-1878) : entre défense du pouvoir temporel et Apocalypse hétérodoxe », Dimensione e problemi della ricerca storica, 1-2003, p. 131-160.

17 Voir Maître J., Mystique et féminité, Essai de psychanalyse socio-historique, Paris, Le Cerf, 1997.

18 Curicque Abbé J. -M., Voix prophétiques ou signes, apparitions et prédictions recueillis principalement des Annales de l’Église touchant les grands événements du XIXe siècle et l’approche de la fin des temps, Paris, Victor Palmé, 1870.

19 Cucherat Abbé F., Prophétie de saint Malachie sur la succession des papes, Seychalles, Chez Tournemire, 1871. Attribuée à Malachie, évêque irlandais qui mourut à Clairvaux en 1148 et dont saint Bernard composa la Vie, la Prophetia S. Malachiae, Archiepiscopi, de Summis Pontificibus a été publiée à Venise, en 1595 par Arnold de Wyon, bénédictin de Venise, dans son ouvrage Lignum Vitae, Ornamentum et Decus Ecclesiae. Le texte est une suite de 112 maximes attribuées aux papes élus depuis Célestin II (1143-1144), maximes dont la formulation amphigourique est supposée contenir un message décisif sur chacun. Aucun contemporain de Malachie ne mentionne la Prophetia S. Malachiae. Le texte est vraisemblablement un faux composé au XVIe siècle, sans doute pour favoriser une élection pontificale. L’abbé Cucherat, qui avait affirmé que Malachie avait écrit sa prophétie à Rome, entre 1139 et 1140, s’était attaché à décrypter les messages contenus dans les maximes. Voir par exemple Les textes prophétiques et la prophétie en Occident (XIIe-XVIe siècle), Vauchez A. (dir.), Mélanges de l’École Française de Rome, t. 102-2, 1990.

20 Outre les monographies sur l’ancienne priorale de Paray-le-Monial et les considérations sur l’art à Saint-Rigaud, Cluny, Anzy-le-Duc ou Semur-en-Brionnais, citons Cucherat Abbé F., Triptyque Notre-Dame Abbesse peint sur bois au XVe siècle par les moines artistes de Cluny, Lyon, 1868 ; id., Les origines du Beaujolais et l’autel d’Avenas, Lyon, Imprimerie Mougin-Rusand, 1886.

21 Cucherat Abbé F., Notice sur un cercle de fer trouvé dans un tombeau, à Charolles, Mâcon, Emile Protat, 1856.

22 Président Bulliot, « Notice nécrologique de François Cucherat », Mémoires de la Société éduenne, t. XVI, 1888, p. 335. L’auteur le présente comme un bibliophile insatiable : « Il travaille à se former une bibliothèque qu’il augmentera jusqu’au chiffre de sept à huit mille volumes. »

23 L’abbé Aubray (M. l’abbé Cucherat, op. cit., 1890, p. 63-64) a croqué sur le vif ces « charretiers, venus des pays de Vandales, [qui] déballaient au marché de St-Christophe, sur le champ de foire où se vendent les bœufs gras du Brionnais, des voitures de livres, et les donnaient à 20 centimes le kilo. Des Vandales, plus Vandales encore que les charretiers, les achetaient pour en faire des sacs de poivre ou de tabac. M. Cucherat indigné, court de Marcigny à St-Christophe, et se procure, à bon marché, une quantité de précieux ouvrages dont il enrichit sa bibliothèque […]. Ces livres venaient de la bibliothèque des Minimes de La Guiche auxquels ils appartenaient avant la Révolution ». Ce thème romantique des destinées contraires n’a pas été l’apanage des contre-révolutionnaires. Edmond Rostand en a tiré une scène du Cyrano de Bergerac (II, 2), lorsque Rageneau, l’« aigle des pâtissiers », s’efforce de récupérer les pages déchirées de ses livres de poésies, dont sa femme a fait des cornets pour envelopper les pâtisseries : « Phillis ! Sur ce doux nom, une tache de beurre ! »

24 Cucherat Abbé F., Cluny au XIe siècle, op. cit., 1851, p. 75.

25 L’archéologue chrétien ou cours élémentaire d’archéologie catholique à l’usage du clergé, Nîmes, Soustelle-Goude, 1852.

26 Cours d’archéologie sacrée : à l’usage des séminaires et de MM. les curés, Paris, Librairie de Mme Veuve Poussielgue-Rusand, 1854.

27 Gueranger Dom P., Mémoires autobiographiques (1805-1833), Éd. de Solesmes, 2005, p. 86.

28 L’album est conservé à la Société éduenne d’Autun. Prêtre formé aux séminaires de Lyon, puis d’Autun, condisciple de Dom Pitra, vicaire général d’Autun, puis évêque d’Évreux, l’abbé Devoucoux fonda, avec Jacques-Gabriel Bulliot la Société éduenne, à Autun, en 1833. Versé dans l’ésotérisme, la numérologie et le cabalisme, il s’intéressa fortement à la symbolique de l’architecture médiévale, notamment celle des nombres. Voir Bulliot J.-G., « Notice sur la vie et l’œuvre de Monseigneur Devoucoux, évêque d’Evreux », Mémoires de la Société éduenne, t. I, 1872, p. 107-132 ; James M. F., Esotérisme, occultisme, franc-maçonnerie et christianisme aux XIXe et XXe siècles, vol. 2, Paris, Éd. Lanore, 2008, chapitre : « Monseigneur Devoucoux, l’abbé Lacuria », p. 82 sq.

29 Sur l’analyse morpho-spatiale en archéologie du bâti, voir Reveyron N., « La lecture de l’invisible en archéologie du bâti. Le rôle de l’analyse morpho-spatiale dans la restitution des édifices disparus et des projets inaboutis. Exemples de Saint-Paul de Lyon et de Cluny », L’archéologie des bâtiments en question. Étudier nos bâtiments, un outil pour les connaître, les conserver et les restaurer, Actes du colloque consacré à l’archéologie globale (Liège, 9-10 novembre 2010), à paraître.

30 Analyse présentée à l’occasion de son ordination, à Tours, le 7 octobre 1827. Gueranger Dom P., Mémoires autobiographiques, op. cit., 2005, p. 73.

31 Dans la magnifique narration de sa visite à Marmoutier, Dom Guéranger rappelle le bruit des marteaux des vandales, évoquant implicitement le crucifiement du Christ : « Au sortir de la chapelle [de Marmoutier], je trouvai une vieille femme à la porte […]. Elle me dit entre autres choses que les dévastateurs démolirent à grands coups de marteau les verrières du chœur de la grande église ; ils ne se donnèrent pas la peine de les descendre. On entendait, me dit-elle, ce bruit horrible de l’autre côté de la Loire, et les coups de marteau nous retentissaient jusqu’au cœur. » Gueranger Dom P., Mémoires autobiographiques, op. cit., 2005, p. 76.

32 Cucherat Abbé F., S. E. le cardinal Dom Pitra, op. cit., 1863, p. 32.

33 Le texte, tiré du cartulaire de l’abbaye de Saint-Chaffre au Monastier-sur-Gazeille, fait état des conseils donnés par Hugues de Cluny à Guillaume III, abbé de 1074 à 1086, qui souhaitait reconstruire l’abbaye dans un site plus sûr. Mortet V., Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècle), Paris, 1911, p. 234-235. Sur les moines du Monastier : Les bénédictins de Saint-Chaffre du Monastier, Histoire et archéologie d’une congrégation, Actes du colloque (7-9 novembre 1997), de Framond M., Lauranson-rosaz C. et Sanial B. (dir.), Le Monastier-sur-Gazeille, Mémoires de la Jeune Loire et du Mézenc, 1998.

34 Bouche J.-B., Voyage en Bourgogne, suivi de mélanges littéraires, Paris, Martinon, 1845, p. 246-247. Texte cité par Méhu D., « Cluny dans l’historiographie française de la première moitié du XIXe siècle », dans le présent volume. Jean-Baptiste Bouché a véritablement abusé dans son livre de cette forme de prosopopée, et du pathos ainsi suscité. La « voix des monuments » a été, au XIXe siècle, un topos de la littérature d’histoire de l’art et d’archéologie. L’expression a été employée jusque dans les années 1930 encore, par G. de Gerphanion, qui en a fait le titre de son recueil de travaux. Voir Gerphanion G. de, La voix des monuments, Paris, G. van Œst, 1930.

35 Cucherat Abbé F., S. E. le cardinal Dom Pitra, op. cit., 1863, p. 11-12.

36 Voir l’article programmatique de Palazzo É., « Art, Liturgy and the Five Senses in the Early Middle Ages », Viator, 41, 2010, p. 25-56. Jacques Pycke a donné en 2004 une brillante démonstration de la pertinence de cette nouvelle approche de l’architecture : Pycke J., Sons, couleurs, odeurs dans la cathédrale de Tournai au XVe siècle, Tournai, 2004. La question de la lumière et de la vision a, récemment aussi, permis de renouveler l’analyse de l’architecture. Voir notamment Reveyron N., « Esthétique et symbolique de la lumière dans l’aménagement du sanctuaire médiéval », Le sanctuaire et ses aménagements, Actes du 15e colloque international de Motovun (5-8 juin 2008), Hortus Artium Medievalium, 15, 2009, p. 241-156. L’université François-Rabelais de Tours a consacré un colloque à cette orientation méthodologique en mai 2011 : Les cinq sens de la ville du Moyen Âge à nos jours (actes à paraître).

37 En cela, cette « archéologie primitive » est à l’opposé de la vision intellectuelle et cartésienne de l’histoire officielle, dont les métaphores privilégiaient alors plutôt l’écriture et la lecture, modes d’appréhension typiquement historien et universitaire. Ainsi, le 4 mars 1841, à propos de la conservation des Monuments historiques, Pérignon déclarait à la Chambre que les monuments « sont de précieux témoins à interroger. La mémoire ne leur manque jamais ; ils n’ont pas d’intérêt à mentir et peut-être y a-t-il plus de foi à accorder à l’histoire écrite en architecture [souligné par nous] qu’à toute autre ». Cité par Leon P., La vie des monuments français. Destruction, restauration, Paris, 1951, p. 117.

38 Voir Multon H., « Faire la politique du miracle. L’abbé Jean-Marie Curicque (diocèse de Metz, 1827-1892), restaurateur de sites religieux et compilateur de prophéties », Chrétiens et sociétés, XVIe-XXIe siècles, 12, 2005, p. 59-70, en ligne : [http://chretienssocietes.revues.org/index2205.html].

39 « J’assistais à son enterrement, et je me rappelle encore la sensation profonde et visible que cette fonction funèbre fit sur la paroisse qui y assistait tout entière. Il avait été curé de Solesmes dès le temps des bénédictins, et après dix ans d’exil en Espagne, il était venu reprendre sa paroisse. Octogénaire, c’était le plus vénérable et le plus beau vieillard que j’aie vu de ma vie. » Gueranger Dom P., Mémoires autobiographiques, op. cit., p. 24 (année 1819).

40 « M. Heurtebize [jeune professeur au Grand séminaire] me parlait souvent des bénédictins de l’abbaye d’Evron, lieu de sa naissance. Il avait été élevé par Dom Barbier, dernier Prieur de ce monastère, homme vénérable et vraiment bénédictin, ami de Dom Verneuil qui avait compté sur lui pour le rétablissement de la Congrégation à Senlis, en 1817. » Ibid., p. 42 (année 1823).

41 Natif de Beaune, Joseph Bard (1803-1862) fit des études de médecine, avant de se lancer dans la poésie et la littérature, puis l’archéologie du Moyen Âge, s’installant d’abord à Chalon-sur-Saône, ensuite à Lyon où il travailla sur les rapports entre l’architecture religieuse du Moyen Âge et la liturgie. Ami de Prosper Mérimée, il fut nommé en 1834 inspecteur des Monuments historiques pour l’Ain, le Rhône et l’Isère. Après avoir longtemps combattu le développement des chemins de fer, il devint l’apologiste du tourisme ferroviaire. Sur le personnage, voir Joseph Bard, 1803-1861, Un romantique bourguignon qui aimait les églises et détestait les chemins de fer, Chalon-sur-Saône, université pour Tous de Bourgogne, 2009 (je remercie Alain Rauwel d’avoir attiré mon attention sur cet ouvrage). Voir aussi Reveyron N., « Architecture, liturgie et organisation de l’espace ecclésial », Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, XXXIV, 2003, p. 161-177 ; id., « Le dandy marchand de fer et la vulgate de l’art moyenâgeux », Restaurer au XIXe siècle, Actes de la Journée d’étude de Clermont-Ferrand (16 février 2010), Centre d’Histoire Espaces et cultures, Clermont-Ferrand II (à paraître en 2011).

42 Bard J., Manuel général d’Archéologie sacrée burgondo-lyonnaise (monuments ecclésiastiques) pour la ville et la province de Lyon, Rome des Gaules, une partie de la province de Besançon et quelques anciens diocèses du Comtat, de la Provence et du Languedoc, suivi du dictionnaire et de la bibliographie moderne de l’archéologie sacrée et de la monographie de la basilique de Tournus, Lyon, Guyot Père et Fils, 1844. Du même auteur, citons aussi : Statistique monumentale de Ravenne, Lyon, 1840 ; Statistique générale des basiliques et du culte, dans la ville, la province ecclésiastique de Lyon et une partie de la province ecclésiastique de Besançon, Lyon, 1842 ; Monographie de la basilique abbatiale Saint-Philibert de Tournus au diocèse d’Autun, Lyon, Guyot, 1845.

43 Sur le rôle de l’archéologie dans la mise en place d’une histoire de l’art médiéval dans la première moitié du XIXe siècle sous l’impulsion d’Arcisse de Caumont, voir Nayrolles J., L’invention de l’art roman à l’époque moderne (XVIIIe-XIXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

44 « Je peux m’être trompé complètement aussi dans l’explication que j’ai donnée de l’Ecclesia vetus [avant-nef de Saint-Philibert de Tournus], et le pénitenciaire actuel pourrait rigoureusement avoir été élevé dans un but direct ; heureusement, qu’il y ait méprise ou vérité dans mon interprétation des faits monumentaires qui, il est vrai, n’accusent aucune différence d’âge, ma monographie n’en sera pas moins fidèle, comme statistique de l’édifice. » Joseph Bard, 1803-1861, op. cit., 2010, p. 195.

45 Le chanoine Jardet, par exemple, reprit l’expression à la fin du XIXe siècle, en désignant Cluny comme un « phare lumineux au sein d’une époque de ténèbres ». Jardet Abbé P., Saint Odilon, abbé de Cluny, sa vie, son temps, ses œuvres, Lyon, Imprimerie Emmanuel Vitte, 1898, p. 10.

46 Dans sa longue conclusion, François Cucherat fait le point sur son travail, montrant comment l’ouvrage avait répondu à l’exergue, appelée « épigraphe », qu’il avait tirée du préambule de la bulle d’Urbain II de 1098 : Cluniacensis congregatio, divino charismate coeteris imbuta plenius, ut alter sol enitet in terris, adeo ut his nunc temporibus ipsi potius conveniat quod a domino dictum est : Vos estis lux mundi. C’est de cette dernière phrase – « Vous, vous êtes la lumière du monde » – qu’il tire la métaphore du « phare », une architecture destinée à porter la lumière au loin, plutôt que de la conserver sous le boisseau, et à guider les voyageurs : « Nous avons justifié, par l’affirmation des faits, l’affirmation contenue dans notre épigraphe […]. Cluny a été le phare lumineux au milieu des ténèbres, un levain sacré des vertus au milieu des vices et de la corruption ; une terre ferme contre laquelle devaient venir s’assouplir et se briser les vagues mugissantes de l’anarchie. »

47 Sur l’historiographie de Cluny au XIXe siècle, voir Marquardt J. T., From Martyr to Monument. The Abbey of Cluny as Cultural Patrimony, Newcastle, Cambrigde Scholar’s Publishing, 2008 et l’article de Méhu D., « Cluny dans l’historiographie française de la première moitié du XIXe siècle », dans le présent volume.

48 Sur la généalogie de l’ouvrage, voir Aubray Abbé, M. l’abbé Cucherat, op. cit., 1890, p. 54-55.

49 Dans sa Vie de saint Hugues, sixième abbé de Cluny, Solesmes, 1888, Dom L’Huillier fait de Dom Guéranger, fondateur de l’abbaye de Solesmes et promoteur du renouveau bénédictin en France, un second saint Hugues : « Saint Hugues ne trouvait là [à Solesmes] rien qui rappelât les splendeurs dont ses ossements sacrés avaient jadis été entourés ; mais il y trouvait certainement les hommages de véritables fils. Plus d’un signe fit comprendre qu’il agréait ce culte ; et lorsque Dieu voulut que Dom Guéranger entrât à son tour dans la lignée des patriarches en devenant le père d’une double postérité, saint Hugues eut en cela une influence décisive, qu’il ne nous appartient pas de faire connaître encore. » (P. 561.) Selon Dom Thierry Barbeau, Dom L’Huillier ferait ici allusion à la fondation de l’abbaye de moniales de Sainte-Cécile, équivalent pour Solesmes du prieuré de moniales clunisiennes de Marcigny pour Cluny. L’auteur rappelle en outre qu’en 1851, Dom Guéranger a réintroduit pour l’office liturgique de saint Hugues, le 29 avril, les pièces anciennes, exclues du bréviaire de Cluny en 1686. Barbeau Dom T., « Le neuvième centenaire de la mort de saint Hugues, abbé de Cluny », Lettre aux amis de Solesmes, 2009-4, p. 10-32 (23).

50 Reveyron N., « Hugues de Semur dans ses images », Hugues de Semur : Lumières clunisiennes, Catalogue de l’exposition de Paray-le-Monial (11 juillet-11 octobre 2009), Reveyron N. (dir.), avec la collaboration de Rollier G., Paray-le-Monial, Éd. Doyen, 2009, p. 14-17.

51 L’Huillier Dom A., Vie de Saint Hugues abbé de Cluny, Solesmes, 1888.

52 Kohnle A., Abt Hugo von Cluny, Sigmaringen, Thorbecke (Beihefte der Francia ; 32), 1993.

53 Pour les œuvres, voir les notices de D. Dendraël, Fl. Margo, C. Marion, N.-Ch. Rebichon et N. Reveyron dans Hugues de Semur : Lumières clunisiennes, op. cit., 2009, p. 18-61. Pour la bibliographie des œuvres présentées, voir p. 177-184.

54 On ne peut citer que le curieux tableau du peintre orientaliste Prosper Baccuet (Paris, 1798-1854), Saint Hugues, abbé de Cluny en prière dans les forêts de Cluny (tableau exposé au Salon de 1849, localisation actuelle inconnue). Bellier de la chavignerie E., Dictionnaire des artistes de l’École Française depuis l’origine des arts du dessin jusqu’à nos jours, Paris, 1868, p. 32-33.

55 Hugues de Semur : Lumières clunisiennes, op. cit., 2009, p. 44-57.

56 Cette dimension religieuse a persisté jusqu’à notre époque, avec le retable de Michel Bouillot et la statue de Pascal Beauvais confectionnée en 2005 (ill. 4).

57 L’aménagement de la chapelle a été offert par la comtesse de Croix et Mademoiselle Alice de Tournon, sa fille, descendantes des Maynaud de Bizefranc, en hommage au grand-père de la comtesse, Hugues Mayneaud de Bizefranc (1716-1786), receveur des traites et fermes du roi et bienfaiteur de la ville.

58 Le pèlerinage à la basilique du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial a été impulsé par le père jésuite Drevon en 1870. Le grand pèlerinage de 1873 a compté environ 200 000 pèlerins. Boutry P., Cinquin P., Deux pèlerinages au XIXe siècle, Ars et Paray-le-Monial, Paris, Éd. Beauchesne, 1980.

59 Cuivre, émaux, verre, papier, tissus, ossement. H. 7,5 cm ; L. 4,5 cm ; ép. 2 cm. XIXe siècle.

60 Cucherat Abbé F., S. E. le cardinal Dom Pitra, op. cit., 1863, p. 36-38. Vers 1872 encore, il fit aménager une chambre des reliques dans le nouvel hôpital de Paray-le-Monial. Le tropisme clunisien a été une constante de la spiritualité de l’abbé Cucherat. Dans une lettre écrite le 12 février 1858 à Mgr de Marguerie et conservée à l’évêché d’Autun, il demandait à l’évêque des authentiques pour les reliques de trente-trois saintes et saints, dont la liste, qui commence par les quatre saints abbés de Cluny, mentionne des fragments du vêtement et du bras de saint Hugues : « De ossibus Sti Odonis, abbatis Cluniacensis, de vestimento Sti Mayoli, de veste et brachio Sti Hugonis, de vestimento Sti Odilonis, de vestimento Sti Petri vener. » L’abbé Cucherat a noté, au revers de sa lettre qui portait la réponse de l’évêque, la mention « Grand cadre d’or, avec ste. famille en ivoire ».

61 L’Huillier Dom A., Vie de Saint Hugues, op. cit., 1888, p. 560-561.

62 Dans la préface de sa Vie de saint Hugues, achevée en 1888, c’est-à-dire l’année du huitième centenaire de la fondation de Cluny III, Dom L’Huillier précise que « par suite de circonstances imprévues, le travail que nous présentons aujourd’hui n’a été mené à terme qu’à cette heureuse date, quoiqu’il eût été commencé depuis huit ans déjà ».

63 Cucherat Abbé F., Cluny au XIe siècle, op. cit., 1851, p. 11-12.

64 Cucherat Abbé F., Cluny au XIe siècle, op. cit., 1851, p. 177.

65 Prosologium, Bulletin de l’observatoire de Grignon pour l’avancement des sciences et de la philosophie de la nature, Grignon, 1887, I-4, p. 132. Cité par Chaussy Dom Y., « Dom Mayeul Lamey (1842-1903) et sa fondation bénédictine pour l’étude des sciences (I) », Revue Mabillon, 1979, p. 321-372. Sur Dom Lamey, voir l’article d’A. Rauwel dans le présent volume et Hurel O et Riche D., Cluny. De l’abbaye à l’irdre clunisien, Xe-XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 2010, p. 286-290.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Église de Poisson (Saône-et-Loire) : vitrail de saint Hugues de Semur (1896) dédié « en souvenir de M. l’Abbé Cucherat ». Cliché J.-P. Gobillot.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Ill. 2 : Semur-en-Brionnais, prieuré Saint-Hugues : statue de saint Hugues par Pascal Beauvais (2005). Cliché N. Reveyron.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117771/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Ill. 3 : Digoin (Saône-et-Loire), église Notre-Dame de l’Espérance, chapelle Saint-Hugues (1874) : vitrail de la charité de saint Hugues. Cliché J.-P. Gobillot.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117771/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Ill. 4 : Digoin (Saône-et-Loire), église Notre-Dame de l’Espérance, chapelle Saint-Hugues : statue de saint Hugues (1874). Cliché N. Reveyron.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117771/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540