Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cluny après Cluny

 | 
Didier Méhu

Deuxième partie. Cluny et la construction du discours scientifique aux XIXe et XXe siècles

Du martyr au monument : les reconstructions romantiques1

Janet T. Marquardt

Texte intégral

  • 1 Je remercie Michael Davis de Mt. Holyoke College pour ses excellentes suggestions et ses encourage (...)

1Quatre chapitres de mon ouvrage sur l’histoire de Cluny après la Révolution, publié en anglais en 2007, sont consacrés à trois des commémorations de l’abbaye qui se sont tenues ici, ainsi qu’au rôle de l’Américain Kenneth John Conant, qui fouilla ce site au XXe siècle. Une synthèse des données concernant Conant a été publiée fin 2005 dans les Cahiers de civilisation médiévale et une analyse plus approfondie sur le phénomène des commémorations doit paraître en 2013 dans un volume intitulé Memory and commemoration in medieval culture (Ashgate). Je me propose ici de développer certains aspects de ces publications et quelques-unes des thèses que j’ai avancées dans un colloque en Suisse en 2007. En faisant retour à la fois sur le cas de Conant et sur les commémorations antérieures, mon objectif est de cerner de plus près le processus de reconstruction de l’histoire de Cluny – comment les images de monuments disparus sont recréées, comment les personnages historiques sont évoqués – pour examiner en quoi ces méthodes relèvent d’un travail scientifique.

  • 2 Emery E., « The Martyred Cathedral : American Attitudes towards Notre-Dame de Reims during the Fir (...)

2Avec la cathédrale de Reims2, la notion romantique donnant au monument en ruine le statut de « martyr » a atteint son apogée au cours de la Première Guerre mondiale. Mais cette notion existait déjà pour Cluny. En effet, alors que tant de sites se trouvaient soit reconstruits soit entièrement rasés, à Cluny l’état de destruction partielle de l’église, dont ne restait debout, une fois le reste mis en pièces pour récupérer les matériaux, qu’un « bras » du transept, faisait penser aux reliques d’un corps supplicié et sanctifié, symbolisant la destruction de l’Église de France sous la Révolution. Un sentiment de regret et une assignation tragique de l’abbatiale en victime prédominent dans la plupart des écrits prochrétiens et antirépublicains pendant tout un siècle. L’Américain qui se consacra à la recréation de la forme originelle du monument ne fit que renforcer ce thème.

3Pour Kenneth Conant et pour nombre d’historiens de l’art nord-américains, l’art européen présentait un attrait particulier ; c’est encore le cas aujourd’hui pour presque tout ce qui est européen : cela tient au sentiment général selon lequel la diaspora dans le Nouveau Monde nous a exilés de nos racines culturelles occidentales. Aux États-Unis, le marketing s’appuie fortement sur cet attrait et attache à une foule de produits alimentaires et cosmétiques le label d’« européen », ou mieux encore de « français », pour connoter une qualité supérieure et un goût plus raffiné. Les Américains ont toujours étudié la « civilisation occidentale » à titre d’héritage personnel et rêvé de vacances en Europe. Ils ont été les premiers à adopter la vision idyllique que les Impressionnistes donnaient de la France. Parvenu aux États-Unis dans les années 1880, le renouveau médiéval est encore aujourd’hui une source d’inspiration majeure pour l’imagerie fantastique. Et les tribuns de l’extrême-droite peuvent bien proclamer le contraire : la France n’en demeure pas moins le haut-lieu de cet imaginaire romantique de l’Europe.

4Conant fréquenta Harvard au moment où l’histoire de l’art et de l’architecture se constituait en discipline. Ses mentors avaient des liens avec des professeurs et des personnages influents tels qu’Howard Edgell et Arthur Kingsley Porter. Limitrophe de Cambridge où Harvard est situé, Boston avait été le point d’entrée du renouveau médiéval aux États-Unis ; les mécènes bostoniens de Conant, les Ralph Adams Cram et Isabella Stewart Gardner témoignaient d’un intérêt aigu pour l’architecture du Moyen Âge. C’est à Boston également que le style néo-roman fut lancé par Henry Hobson Richardson. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la ville ait fait bon accueil à quelqu’un qui s’intéressait aux sources européennes de ce style.

5Les Américains n’étaient pas les seuls attirés par les sites historiques de France. Lors des fêtes commémoratives de 1949 à Cluny, une autre personnalité étrangère partagea la vedette avec Conant : il s’agit de l’érudite anglaise Joan Evans (invariablement appelée « Miss Evans »), la demi-sœur beaucoup plus jeune de Sir Arthur Evans qui conduisit les fouilles du palais de Cnossos en Crète. Fascinée elle aussi par les ruines si évocatrices de Cluny, elle publia des travaux sur la période médiévale du site et fut même candidate pour fouiller le monument. Aujourd’hui, son souvenir est surtout attaché à la chapelle de Berzé-la-Ville, qu’elle acheta pour en faire don à l’Académie de Mâcon.

  • 3 Conant K.J., « Le problème de Cluny d’après les fouilles récentes », La Revue de l’art, t. 60, 193 (...)
  • 4 Conant K.J., Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, Mâcon, Protat Frères, 1968.
  • 5 Branner R., « K.J. Conant, Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre », Art Bulletin, 53, 19 (...)

6Le processus par lequel l’abbatiale de Cluny allait passer de l’état de martyr symbolique à celui de monument historique a commencé au milieu du XIXe siècle avec le classement de l’édifice par les Monuments historiques, qui en dressèrent un état des lieux. On envisagea pour le bâtiment différents emplois, des réparations essentielles furent effectuées et des fouilles archéologiques furent entreprises sous la direction de l’architecte des Monuments historiques, Edmond Malo ; ces fouilles furent interrompues par la Première Guerre mondiale. En 1927, Kenneth Conant sollicita des fonds auprès de la Mediaeval Academy of America afin d’entamer de nouvelles fouilles. La même année, il avait entrepris des relevés aux frais de la fondation Guggenheim et il annonçait son intention de déterminer l’emplacement exact des fondations de l’église avec une précision telle que cela lui permettrait de publier une reconstitution complète et exacte de celle-ci. Il y travailla durant les quatre décennies suivantes. Il mesura l’emprise au sol de l’édifice disparu, creusa des sondages (« pits ») pour retrouver les fondations des murs et des piliers, réassembla des fragments lapidaires et dessina des reconstitutions de l’église sous tous les angles possibles. L’essentiel des fouilles fut terminé vers la fin des années 1930, avec une reprise en 1949/19503. Néanmoins, tout en continuant à publier régulièrement de petites mises à jour sur l’état des travaux dans Speculum, la revue de la Mediaeval Academy, il ne livra qu’en 1968 la publication définitive qu’il promettait depuis 19274. À ce moment-là, les esprits s’étaient lassés, les techniques archéologiques avaient évolué et les critiques furent déçus du résultat, d’autant plus que le plan en grand format que Conant avait passé de longues années à établir avec un assistant ne figurait pas dans la publication5. Et pourtant, c’est l’enthousiasme de Conant qui avait amené des douzaines d’étudiants, de collègues et de touristes à venir visiter Cluny. Il envoyait des informations sur ses théories à tous ceux qui manifestaient le moindre intérêt pour le sujet. Mais que faisait-il exactement ? Pourquoi lui fallut-il si longtemps pour finaliser sa présentation ? Et d’où tira-t-il sa certitude et son autorité pour affirmer que sa reconstitution du monument d’origine était correcte ?

  • 6 Conant K.J., Carolingian and Romanesque Architecture 800-1200, Harmondsworth, The Pelican History (...)

7Conant était à la fois un architecte praticien et un historien américain romantique pour qui Cluny offrait la perspective de retrouver un monument « perdu » du Moyen Âge tel qu’il l’imaginait. De ce monde révolu, il se faisait une image pétrie de piété et d’austérité, de dévotion à la règle et des sonorités du chant grégorien. L’église qu’il reconstitua sur papier répondait bien à cette atmosphère : espace cérémoniel grandiose et solennel, construit dans un style roman austère, dont les modules répétés de colonnes et d’arcs invitaient aux processions régulières, sous une massive voûte en berceau qui, à l’en croire, assurait la meilleure acoustique (ill. 1)6.

Ill. 1 : Dessin reconstituant les élévations de la nef de l’abbatiale de Cluny effectué par Turpin C. Bannister sur des mesures de K.J. Conant (Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University).
Publié dans K.J. Conant, Carolingian and Romanesque Architecture 800-1200, Harmondsworth, Penguin, coll. « The Pelican History of Art », 1959, fig. 66 ; Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, Mâcon, Protat Frères, 1968, pl. XLIV, fig. 82.

  • 7 Conant K.J., Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, op. cit., planche 2, fig. 2.

8Conant entreprit une série de sondages le long du périmètre de l’ancienne abbatiale7. À l’époque, cela voulait dire travailler dans les rues de la ville, la cour des écuries des haras nationaux, sous le garage de l’Hôtel de Bourgogne et dans d’autres lieux publics (ill. 2). Il estimait accumuler ainsi suffisamment d’informations pour restituer le plan de l’église au sol. Pour les élévations, c’était une autre affaire.

Ill. 2 : K.J. Conant, plan et coupe du pit III des fouilles de l’abbatiale de Cluny, vers 1930.
(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.) Publié dans Bulletin monumental, LXXXVIII, 1929, p. 117.

  • 8 Conant K.J., Carolingian and Romanesque Architecture, op. cit. Voir en particulier le chapitre 10. (...)

9C’est dans son ouvrage le plus célèbre, Carolingian and Romanesque architecture 800-1200, publié dans la prestigieuse collection Pelican sur l’histoire de l’art, qu’il formula ses idées sur la reconstitution des élévations8. L’histoire de l’architecture médiévale jusqu’en l’an 1200 y est articulée autour des merveilles de Cluny : autrement dit, tout mène à l’abbatiale de Cluny et tout ce qui s’est construit depuis l’a été sur son modèle. Cette approche lui permettait de concevoir les structures antérieures comme des modèles pour Cluny III, tandis que tout ce qui venait après (il datait la plupart des structures semblables comme postérieures à Cluny III) était traité comme un pur reflet des innovations clunisiennes. Sa méthode est présentée dans ses dessins non publiés et dans les cartes postales qu’il envoyait à sa famille (ill. 3). On constate qu’il fit quelques voyages en France et ailleurs, en quête d’églises clunisiennes qu’il analysait en détail. Mais cette étude n’avait rien d’exhaustif : Conant ne savait pas conduire (contrairement à sa première épouse, qui ne l’accompagna que rarement à Cluny), et les sites un peu éloignés du chemin de fer lui étaient sans doute d’un accès malaisé. Surtout, il ne prenait en compte que les éléments d’architecture qui cadraient avec ce qu’il cherchait, la plupart du temps hors contexte, et reléguait tous les autres exemples d’architecture contemporaine au rang de matériel de comparaison.

Ill. 3 : K.J. Conant, dessin intitulé « Payerne, Souvigny, Poitiers, and early architecture of Cluny all at the same scale; sketch plans ».
Conant a ajouté ces mots: « his early architecture is in part hypothetical, but, as presented, it represents long and careful study based on various excavations. » Dessin inédit, 8” x 14” (photocopie envoyée par Kenneth Conant à Otto-Karl Werckmeister vers 1978, qui m’a été donnée par ce dernier).

  • 9 Au cours des années 1920 et 1930, Conant voyagea à travers toute la France et dans certaines régio (...)
  • 10 Conant K.J., Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, op. cit., fig. 67.

10On commence donc à saisir le raisonnement circulaire adopté par Conant pour dessiner ses reconstitutions d’élévations. Outre le bras de transept subsistant, Conant a fondé l’essentiel de ses informations sur les comparaisons qu’il effectuait sur une sélection d’autres églises romanes9. Il utilisait différentes parties de chaque lieu, ici une tour, là l’élévation d’un mur, un porche, une abside et il leur donnait forme en fonction de ce qu’il trouvait dans les fondations et dans les murs du transept subsistant à Cluny. À partir de là, il s’agissait de tout faire tenir, comme les pièces d’un puzzle, dans un modèle idéal de la basilique romane, capable de fournir le plan précurseur pour toutes les églises romanes ultérieures. C’est ce qu’il appelle, dans une version de son dessin, « le plan de Cluny III dans sa perfection10 » (ill. 4). Il y règne une symétrie et une cohésion pratiquement impossibles à réaliser dans les faits, mais faciles à dessiner sur papier.

  • 11 Guerreau A., « Espace social, espace symbolique : à Cluny au XIe siècle », dans Revel J. et Schmit (...)
  • 12 Les trois plans des églises apparaissent ensemble dans une image simple reproduite dans Conant K.J (...)
  • 13 Cette méthode de restitution se trouve dans la planche 147 de l’édition de poche (1974) de Carolin (...)

11Conant avait le désir profond de faire revivre aux yeux de ses contemporains l’abbaye de Cluny telle qu’elle avait existé en trois dimensions (ill. 5). Il exécuta des douzaines de versions du plan, ainsi que des relevés d’élévations, des coupes, des vues cavalières et des maquettes, avec des détails qu’il imaginait autant à partir des vestiges subsistants que des gravures anciennes de l’abbaye, des descriptions de l’église qui en furent données avant sa destruction et des comparaisons avec d’autres édifices romans. Les coupes et les maquettes présentent l’intérieur et l’extérieur des différentes parties de l’édifice au milieu du XIIe siècle, les vues cavalières et les plans le présentent à différentes époques, depuis le XIIe jusqu’au XVIIIe siècle. Conant effectua de nombreux relevés de mesures au sol et dans les parties subsistantes de l’église, à partir desquelles il restitua les mesures de l’ensemble de l’édifice, en plan comme en élévation11. L’un de ses dessins inédits compare les dimensions de Cluny III à celles de Saint-Pierre de Rome et du transatlantique Queen Mary ; il fut sans doute exécuté après son voyage à bord du navire en 1950 (ill. 6, 7). Il alla jusqu’à mettre sur le même dessin, à des fins de comparaison, les abbatiales de Cluny II et Cluny III12 (ill. 8). Conant a également utilisé des photographies de l’intérieur et de l’extérieur des parties conservées de l’abbatiale comme point de départ pour élaborer des reconstitutions. Il dessinait à l’encre, en prolongement des parties photographiées, les parties manquantes qu’il imaginait. Une telle articulation entre la photographie et le dessin contribue fortement à souligner l’effet de réalisme de la restitution, mais aussi son caractère romantique, puisque les pertes apparaissent plus nettement13 (ill. 9).

Ill. 4 : K.J. Conant, épreuve du « Plan de Cluny III dans sa perfection », pl. XXXVII, fig. 67 de son livre publié en 1968.
(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)

Ill. 5 : Kenneth J. Conant, vue cavalière reconstituant les élévations de Cluny III, prise de l’est (Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University). Dessin inédit.
Détail entièrement réalisé d’un dessin appelé par Conant « Bird’s-eye view from southeast in 1157 » dans l’édition de poche de 1974 de Carolingian and Romanesque Architecture 800-1200, fig. 148.

Ill. 6 : Kenneth J. Conant, dessin comparant les dimensions de Saint-Pierre de Rome, du navire de ligne Queen Mary et de la troisième abbatiale de Cluny. Dessin inédit.
(Photocopie envoyée par Kenneth Conant à Otto-Karl Werckmeister vers 1978, qui m’a été donnée par ce dernier.)

Ill. 7 : Photographie de Kenneth J. Conant et Isabel Pope (sa deuxième épouse) sur le Queen Mary en 1950.
(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)

Ill. 8 : Kenneth J. Conant, dessin intitulé Cluny II and Cluny III, qui présente une vue cavalière des parties romanes de Cluny III, du palais de l’abbé Hugues et, en arrière-plan, des clochers de Cluny II.
(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.) Dessin inédit d’une série dont d’autres variantes ont été publiées, notamment les fig. 2 et 3 dans « The History of Romanesque Cluny as Clarified by Excavation and Comparisons », Monumentum, 75, 1971.

12Le procédé adopté par Conant montre bien qu’en réalité ses connaissances réelles de l’ancienne abbatiale étaient très fragmentaires. Pour recréer l’ensemble, il s’appuyait largement sur des analyses comparatives et sur sa vive imagination d’architecte. À suivre ses écrits et ses conférences au fil des années, on s’aperçoit qu’après avoir utilisé des modèles pour construire son Cluny III idéalisé, il commença à démontrer les relations entre l’abbatiale de Cluny et les églises des prieurés qui en dépendaient, voire même celles relevant d’autres traditions monastiques, en renversant l’argument : il montrait alors quels traits particuliers d’un monument se conformaient à la formule architecturale de l’ordre, puisqu’ils ressemblaient à la basilique principale, celle qu’il avait précisément reconstituée en s’inspirant des plans des prieurés. Ce raisonnement circulaire est un procédé familier aux historiens de l’art médiéval qui doivent souvent travailler à partir d’une ruine partielle, quelques documents d’époque et de rares reproductions graphiques. Conant fit un usage systématique de ce raisonnement en boucle. Il pouvait toujours reconstituer les caractéristiques vraisemblables de Cluny III en recourant aux modèles clunisiens des environs sachant que cet emploi commun des mêmes éléments architecturaux lui servait ensuite à prouver que ces mêmes églises étaient inspirées du modèle de Cluny III.

Ill. 9 : Kenneth J. Conant, dessin reconstituant les élévations du grand transept de l’abbatiale de Cluny, élaboré en prolongement d’une photographie des vestiges conservés.
(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.) Publié dans Journal of the Society of Architectural Historians, XXXIII/II, 1974, p. 98.

  • 14 Le liber tramitis aeui Odilonis est le coutumier de Cluny composé dans les années 1030 conservé da (...)
  • 15 Voir l’examen des expositions de ses dessins dans Marquardt J., op. cit., p. 158-159.
  • 16 Henderson A., Glastonbury Abbey: Then and Now, London, SPCK, 1950.
  • 17 « A great east window has been drawn in. This is consistent, as it is well known that Abbot Walter (...)
  • 18 « Autun Cathedral, with apse windows redrawn in hypothetical original form », Conant K.J., Carolin (...)

13Pour la reconstitution de Cluny II, pour laquelle il ne disposait pas de vestiges d’élévation à analyser, Conant coordonna ce qu’il trouva dans les fouilles avec la description de l’abbaye composée vers 1030 dans le Liber tramitis14. À son époque, cette manière de procéder était dans l’ensemble tout à fait acceptable. Ses contemporains ne savaient d’ailleurs pas entièrement comment il s’y prenait. À mon avis, avant la publication en 1968 de son ouvrage de synthèse dans lequel il présente sa méthode déductive et comparative, la plupart des spécialistes pensaient que Conant fondait ses reconstructions essentiellement sur ce qu’il avait trouvé dans ses fouilles à Cluny. Sa formation d’architecte lui avait appris à faire des dessins extrêmement fouillés – on lui en faisait le reproche lorsqu’il exposait ses croquis de paysage, mais cela lui fut d’une grande utilité pour ses reconstitutions de plans, de coupes, de vues cavalières et d’élévations15. La technique était bien établie et employée par d’autres, comme en témoigne l’œuvre de l’architecte anglais Arthur E. Henderson. Ses dessins de reconstitution de l’abbaye de Glastonbury composés vers 193516 parurent en 1950, précisément au moment où Conant préparait sa publication pour la collection Pelican, avec de nombreux dessins de ce type (la cathédrale de Spire, par exemple, p. 132). Il faut bien voir qu’Henderson procédait essentiellement comme Conant et justifiait de façon arbitraire des éléments imaginés : « On a dessiné une grande fenêtre côté est. Cela est cohérent, car il est bien connu que l’Abbé Walter de Monington était résolu à avoir un bâtiment aussi beau que celui de Gloucester17. » L’illustration qui accompagne cette phrase présente en vis-à-vis les ruines de l’abbatiale et la reconstitution hypothétique d’Henderson (ill. 10.) Dans Carolingian and Romanesque Architecture 800-1200, Conant a présenté une photographie de l’intérieur de la cathédrale romane d’Autun sur laquelle il a reconstitué à l’encre les parties perdues et indiqué la légende suivante : « La cathédrale d’Autun avec les fenêtres de l’apside redessinées sous leur forme originale hypothétique (détails sujets à un nouvel examen et à révision), v. 1120-113018. »

14Le travail de Conant reçut immédiatement un accueil extraordinaire en Bourgogne. En attirant l’attention sur Cluny à Harvard et à Paris, grâce à ses dessins évocateurs et à ses maquettes, il suscitait l’intérêt pour un site que les Monuments historiques avaient négligé. Selon l’opinion populaire, Conant avait « ressuscité » l’abbaye à une époque où elle risquait fort de tomber dans l’oubli.

Ill. 10 : « Crossing Screen and Sanctuary as in 1539, Interior » dans Arthur E. Henderson, Glastonbury Abbey : Then and Now, London, SPCK, 1950, n. p.

  • 19 Assmann A., Erinnerungsräume: Formen und Wandlungen des Kulturellen Gedächtnisses, München, C. H. (...)
  • 20 A. Kingsley Porter reprenait lui-même une hypothèse initiale d’Eugène Viollet-le-Duc : voir la con (...)
  • 21 Conant K.J., Cluny. Les églises, op. cit., 1968, p. 105-106 ; Trachtenberg M., « Suger’s Miracles, (...)

15Voyons donc comment les efforts de Conant ont contribué à construire notre « mémoire fonctionnelle » de Cluny (j’emploie ici le terme de Funktions-gedächtnis proposé par Aleida Assmann) et quel intérêt ils présentent pour ceux qui s’essaient à reconstituer comme un tout ce qui n’en est pas moins irrémédiablement fragmentaire19. Les fouilles de Conant ont eu un impact considérable et durable, non seulement sur la recherche scientifique mais aussi sur le tourisme local. Pour notre génération, ses reconstitutions sont devenues le modèle le plus vivant de l’abbatiale disparue et la nomenclature qu’il a donnée aux églises abbatiales (Cluny I, Cluny II, Cluny III) est entrée dans le vocabulaire de l’histoire de l’art. Suivant en cela son maître Arthur Kingsley Porter, Conant affirmait que Cluny était à l’origine de l’art roman classique et qu’en faisant venir les meilleurs ouvriers de toute l’Europe, les moines avaient suscité une remarquable renaissance de l’architecture monumentale en Bourgogne20. C’est grâce à lui que Cluny III a été considérée comme le monument précurseur de l’art roman de l’an 1100, étalon de tous les autres, le monument parfait dont il dressa le plan idéal intitulé « Cluny dans toute sa perfection ». Il alla jusqu’à affirmer que des réparations de la voûte effondrée avaient amené à concevoir à Cluny les premiers arcs-boutants, laissant entendre que cette église était à l’origine d’un élément clé de l’architecture « gothique » (ou du « modernisme médiéval » selon l’expression de Marvin Trachtenberg) qui allait remplacer le style roman ; cette interprétation est toujours en vigueur21. Le plan de la dernière abbatiale de Cluny était sans aucun doute l’un des plus grands et des plus accomplis de cette nouvelle formule, dite « plan de pèlerinage », même si Cluny n’a pas attiré de pèlerins. Avec la cohérence de son projet architectural (hormis l’avant-nef terminée à la fin du XIIe siècle) et ses splendides échantillons d’art sculptural, elle incarnait parfaitement la puissance et la richesse de l’ordre monastique. La nouvelle basilique de Cluny a-t-elle fixé la norme pour tout ce qui s’est construit en Europe après 1100, ou bien est-ce là une vue de l’esprit de Conant ? Ce dernier a-t-il redonné à Cluny sa place de premier rang dans l’histoire et les pratiques architecturales, ou bien lui en a-t-il prêté une qu’elle n’aurait jamais occupée dans les faits ?

  • 22 Alexandre Lenoir, visitant Cluny en 1800, fut notamment frappé par la grandeur du monument et lanç (...)
  • 23 Armi C. E., Masons and Sculptors in Romanesque Burgundy: The New Aesthetic of Cluny III, Universit (...)

16L’idée selon laquelle Cluny III a été le modèle architectural de la plupart des monuments de l’art roman a été largement abandonnée. Mais le rayonnement de l’ordre clunisien et l’effet de cette basilique grandiose construite par la maison mère ont très bien pu conférer à ce monument une importance qui va bien au-delà de sa forme particulière. Mieux vaut concevoir que Cluny III a attiré les curieux par sa taille et par son audace, plutôt que par son caractère novateur. On sait en tout cas qu’à la fin du XVIIIe siècle, sous la Révolution, alors que les différents arts du Moyen Âge étaient tombés en défaveur, l’ampleur et la qualité de Cluny III continuaient d’impressionner les visiteurs22. Que cette œuvre monumentale du deuxième art roman ait pu en venir à être associée à la puissance et à la taille de l’ordre clunisien, à son rayonnement à la fois religieux et séculier en Europe, voilà qui est certainement possible. Ainsi, après le Moyen Âge, l’importance de l’abbatiale de Cluny a pu sembler plus grande qu’elle ne l’avait été en son temps. Et l’on peut pardonner à des historiens de l’art comme Porter et Conant, considérant le phénomène global de l’art roman, d’avoir supposé qu’une organisation aussi vaste que l’ordre clunisien n’ait voulu employer que les meilleurs architectes et artisans plutôt que de recourir à des ateliers locaux qui se groupaient pour proposer leurs meilleures idées pour cette énorme commande, cas de figure qui nous paraît aujourd’hui plus vraisemblable23.

Ill. 11 : Kenneth J. Conant avec les travailleurs pendant l’installation de la maquette du chevet de Cluny III dans le Fogg Museum, Harvard University, juin 1933.
(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)

17Conant a peut-être simplement transposé dans le passé la position prééminente accordée plus tard à Cluny par l’histoire, en déplaçant l’admiration et le regret portés par les générations postérieures à la démolition de l’église vers le XIIe siècle, période du boom architectural de l’Europe. Ce faisant, il aurait été bien de son temps, attribuant une valeur romantique à des monuments disparus et réduisant l’appréciation moderne pour la richesse et la variété des monuments médiévaux à un petit nombre d’icônes admises par le canon ; démarche dont le corollaire est souvent d’écarter d’autres sites aussi dignes d’intérêt au profit d’une prise de conscience du public pour des projets de conservation à haute visibilité.

18Un dévouement à la tâche tel que celui de Conant peut donc exercer une forte influence sur la mémoire culturelle d’un monument. Même avec des conclusions inexactes, les théories entraînent d’autres contributions savantes et font progresser le savoir. De même, les reconstitutions visuelles d’un site détruit fournissent aux cartes postales, affiches et brochures les images dont les autorités locales ont besoin pour attirer les visiteurs vers leur site, qui devient dès lors un souvenir plus fort que la réalité. Dans l’imaginaire populaire international, le monument français de Cluny III dessiné par l’américain Conant est manifestement devenu la quintessence de l’architecture romane. Il est même reproduit sur une tasse bon marché fabriquée en Chine et vendue au Canada, sur laquelle figure une copie de la vue cavalière de l’abbatiale imaginée par Conant (ill. 12).

Ill. 12 : Tasse en céramique fabriquée en Chine et vendue au Canada, représentant la vue cavalière de l’église abbatiale de Cluny prise de l’est, d’après K.J. Conant.
(Photographie J. Marquardt, 2007.)

19L’histoire des célébrations anniversaires à Cluny nous offre un autre exemple de la puissance de l’imagination populaire. La première commémoration, en 1898, prit la forme religieuse d’un jubilé. Le thème central était l’introduction par l’abbé Odilon de la « commémoraison de tous les fidèles trépassés », devenue par la suite une fête annuelle le 1er novembre. La région tout entière y participa avec des pèlerinages, signalant des lieux de ferveur catholique dans une période de forte tension entre les tenants de la laïcité républicaine et ceux du catholicisme en France. L’évêque d’Autun donnait ainsi la réplique à une manifestation similaire tenue à Lourdes l’année précédente (1897). Quant au maire socialiste de Cluny, Julien Simyan, il ne voyait pas d’un bon œil cet afflux de pèlerins dans sa ville. Il fit placer des affiches rappelant aux participants que les processions dans les rues, hors des limites des deux églises paroissiales, n’étaient pas autorisées.

Ill. 13 : Affiche des célébrations du Millénaire de Cluny, 10, 11, 12 septembre 1910.
(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)

20La deuxième fête anniversaire majeure eut lieu en 1910. Beaucoup plus importante, elle constituait le premier millénaire célébré en France et commémorait, comme nous le faisons aujourd’hui, la fondation de l’abbaye en 910. Dans ce contexte nouveau, les divisions politiques s’étaient effacées au profit d’un effort pour attirer à Cluny de nombreux touristes, dans un esprit dénué de sectarisme. Au programme figuraient non seulement les cérémonies religieuses mais aussi une foire artisanale et des représentations sur tréteaux, sans compter le somptueux et légendaire cortège du roi Louis IX et du pape Innocent IV, avec la participation exotique de l’empereur et de l’impératrice de Byzance, et d’une race de chiens créée au Moyen Âge (ill. 13).

21La troisième commémoration eut lieu en 1949 et reproduisit plusieurs aspects de celle de 1910, mais sans le cortège. Les communications savantes y furent plus nombreuses. Il y eut une visite des lieux menée par Kenneth Conant et un grand banquet inauguré par François Mitterrand (ill. 14). Ce que je trouve remarquable dans ces trois cas, c’est l’usage plein d’imagination que firent du passé les différents organisateurs : édiles municipaux, commerçants, clergé local et diocésain, administration publique. Tout le monde n’approuva pas de tels efforts. En témoigne le livret particulièrement caustique publié en 1899 par Alfred Forest, qui se moque abondamment des manifestations de 1898, exprimant avec virulence son opposition radicale à l’appropriation par l’Église du passé de Cluny (ill. 15). Mais en 1910, il se rallia à l’enthousiasme général et prépara à l’intention des organisateurs des textes officiels qui flattaient le goût populaire.

22Quelle différence d’accent en effet entre les commémorations de 1898 et de 1910 ! Et quelle nostalgie pour celle de 1910 chez les participants de 1949, dont beaucoup avaient survécu à deux guerres mondiales ! Quels changements ensuite pour les rencontres de 1968, 1972, 1988 ! Et nous voici en 2010, plongés une nouvelle fois dans l’exercice de la commémoration. En quoi cela est-il un reflet fidèle de la réalité de la vie à Cluny au Moyen Âge ? Et quelle importance ? Nos recherches savantes, qui s’efforcent de cerner le passé aussi soigneusement et fidèlement que possible, sont-elles plus utiles que cette mémoire collective dont les couches se sont superposées au cours du temps, mémoire parfois influencée par des courants romantiques, mais qui donne à Cluny son actualité et sa présence ?

23Il se peut que tout usage du passé soit valide. Quoi qu’il en soit, la façon dont ont pesé sur la mémoire collective ou culturelle de Cluny l’histoire si vivace mais fabriquée par ces mises en scène et les représentations se voulant plus scientifiques de Conant devraient nous inciter à examiner les reconstructions convaincantes et séduisantes que nous continuons de produire. Il est facile de railler les costumes ridicules et les concoctions dramatiques de 1910, qui donnaient à Cluny des allures de décor d’Hollywood. Quant aux dessins de Conant, certains chercheurs estiment qu’à long terme leur force d’évocation a desservi la mémoire fonctionnelle de Cluny, en l’orientant abusivement vers les théories imaginaires du chercheur américain et en permettant aux historiens de l’art de se livrer auprès de deux générations d’étudiants à des extrapolations faciles sur la base de données mal fondées. D’autres sont moins sévères : de leur point de vue, cette approche nourrie par l’imagination et les interventions visant à la corriger ont entraîné de nouvelles recherches et soutenu les efforts de conservation. Quoi qu’il en soit, il importe de tirer la leçon de ces développements.

Ill. 14 : Kenneth J. Conant avec des participants au colloque de Cluny en 1949. (Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)

Ill. 15 : Couverture de l’ouvrage d’Alfred Forest, Histoire d’un jubilé, Paris, V. Giard et E. Brière, 1898.

  • 24 Le compte rendu du livre de 1968 par Francis Salet est édifiant : Salet F., « Kenneth John Conant, (...)

24Tout d’abord, il ne suffit pas d’affirmer que ces contributions ont ranimé l’intérêt pour Cluny en France et qu’elles ont reconstitué la forme originelle de la dernière abbatiale. Il faut aussi mettre en évidence, pour mieux s’en méfier, l’attrait séducteur du passé – attrait dont aucun d’entre nous n’est exempt, car nous avons consacré notre carrière à son étude. Il faut bien voir que Conant avait adopté une méthodologie à la fois romantique et hypothétique, qui lui permettait de présenter ses reconstitutions comme des faits avérés. Il était aidé en cela par l’autorité attachée à son association avec Harvard, par sa profonde conviction personnelle d’être dans le vrai face aux mises en cause émanant de savants aussi réputés que Francis Salet24, et enfin par sa personnalité charismatique qui donnait un réel élan à ses présentations. On voit bien comment des personnalités françaises et étrangères ont pu se sentir captivées par le Moyen Âge, mais leurs visions du passé ne devraient pas dominer l’état du savoir historique actuel, quelle que soit la position académique occupée par ces personnalités.

25De même, l’attrait populaire pour les réalisations encore plus alléchantes dont la technologie digitale est capable en matière de reconstitution historique devrait nous faire tirer la sonnette d’alarme. De nombreuses reconstitutions de ce genre ont été réalisées pour Cluny, mais aussi pour d’autres monuments célèbres, comme les modèles du Media Center de l’université Columbia pour Amiens. Mais pour déterminer les dimensions, pour supprimer les couches d’adjonctions plus tardives, pour « revenir au passé », il importe de choisir un moment dans ce passé en constante évolution, de saisir tous les détails dans un programme informatique et, ainsi, de sonder les données strictement scientifiques par la colle des hypothèses. Une fois le projet achevé, la distinction entre les deux s’est estompée et l’on veut croire à ce que l’on a configuré. À Cluny, il existe un projet de scanner exhaustivement tous les fragments de pierre provenant de l’ancienne abbatiale [http://cluny-numerique.fr]. Ce projet est louable pour sa valeur historique, mais il ne faut jamais perdre de vue que toute image complète s’appuie nécessairement sur une information incomplète. Dans notre désir de convaincre les autres, il nous faut veiller à ne pas nous convaincre nous-mêmes et demeurer critiques vis-à-vis de nos données et de nos suppositions. Souhaitons que toute présentation des résultats du projet Gunzo offre des vues alternatives et reconnaisse pleinement l’ambiguïté de l’entreprise.

26J’ai par ailleurs mis en chantier une étude approfondie de la revue et de la collection Zodiaque produites par l’abbaye de la Pierre-qui-Vire dans la seconde moitié du XXe siècle. Dans ces publications, la présentation d’œuvres d’art anciennes, particulièrement l’architecture et la sculpture romanes, a été soigneusement cadrée pour captiver l’attention des lecteurs et susciter un renouveau d’intérêt pour l’étude de ces œuvres. Zodiaque a connu un immense succès commercial aux États-Unis. Il y a à cela plusieurs raisons, notamment la qualité graphique remarquable des héliogravures visant à intéresser un public moderne, sans compter le côté « primitif » des formes prégothiques ou l’accès visuel à des sites peu accessibles et dans l’ensemble peu connus. Mais, surtout, les images de Zodiaque tablent sur un attrait romantique pour le passé européen. Dans cette présentation de monuments historiques, la photographie est utilisée avec autant de talent artistique que celui mis en œuvre par Émile Sagot dans ses dessins et lithographies de Cluny au XIXe siècle. Tout porte à croire que les reconstitutions virtuelles sont une version de la même tendance au XXIe siècle. Comme pour les dessins et les photographies des périodes précédentes, ce qui est en jeu est la maîtrise d’une technique, mais aussi la façon dont les produits artistiques sont reçus ; et cela dépasse largement les considérations scientifiques. Tant que l’on est conscient de cela, que l’on veille à ne pas confondre les résultats avec le savoir, que l’on évite de se cramponner à ses convictions en refusant toute alternative, comme Conant vis-à-vis de Salet, rien n’est irrémédiable. Comme tout un chacun, je prends plaisir à imaginer le passé, j’apprécie les images que nous en créons et je suis aussi sensible que quiconque au pittoresque. Ce que je souhaite garder à l’esprit, c’est que Conant n’a pas été le seul à adopter pour ses reconstitutions cette sorte de « méthodologie romantique » ; tous nous participons de cette approche, d’une manière ou d’une autre, lorsque nous redonnons vie à ces monuments dans notre imaginaire.

Notes

1 Je remercie Michael Davis de Mt. Holyoke College pour ses excellentes suggestions et ses encouragements (je lui ai emprunté ici quelques expressions particulièrement heureuses). Cet article reprend en les développant des idées exprimées dans les chapitres 5 et 6 de mon ouvrage paru en 2007 : Marquardt J., From Martyr to Monument : The Abbey of Cluny as Cultural Patrimony, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing. Une version antérieure de certains aspects de cette communication a été donnée au Basilika Kolloquium, Einsiedeln, Suisse, 20-23 septembre 2007. Je voudrais aussi remercier Didier Méhu pour ses efforts dans l’édition de ce texte.

2 Emery E., « The Martyred Cathedral : American Attitudes towards Notre-Dame de Reims during the First World War », Marquardt J. et Jordan A. (dir.), Medieval Art and Architecture after the Middle Ages, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2009, p. 312-339.

3 Conant K.J., « Le problème de Cluny d’après les fouilles récentes », La Revue de l’art, t. 60, 1931, p. 141-154, 189-204; id., « Medieval Academy Excavations at Cluny : VIII Final Stages for the Project », Speculum, t. 29, 1954, p. 1-43 ; id., « Medieval Academy Excavations at Cluny, IX : Systematic Dimensions in the Buildings », Speculum, t. 38, 1963, p. 1-45 ; id., « The History of Romanesque Cluny as Clarified by Excavation and Comparisons », Monumentum, t. 75, 1971, p. 10-33. Anne Baud a analysé les méthodes de fouilles de Conant : Baud A., Cluny, un grand chantier médiéval au cœur de l’Europe, Paris, Picard, 2003 ; ead., « Les plans de l’abbaye de Cluny d’après K.J. Conant. Des fouilles à l’interprétation », Annales de Bourgogne, t. 80, 2008, p. 243-273.

4 Conant K.J., Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, Mâcon, Protat Frères, 1968.

5 Branner R., « K.J. Conant, Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre », Art Bulletin, 53, 1973, p. 246-248 ; Salet F., « Kenneth John Conant, Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre », Bulletin Monumental, t. 127/2, 1969, p. 183-186.

6 Conant K.J., Carolingian and Romanesque Architecture 800-1200, Harmondsworth, The Pelican History of Art, Penguin, 1959, 2e edition, 1966, édition de poche, 1974, p. 200-207.

7 Conant K.J., Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, op. cit., planche 2, fig. 2.

8 Conant K.J., Carolingian and Romanesque Architecture, op. cit. Voir en particulier le chapitre 10. La photo en couverture de l’édition de poche (1974) représente l’abbaye de Cluny.

9 Au cours des années 1920 et 1930, Conant voyagea à travers toute la France et dans certaines régions d’Allemagne et de Suisse, d’où il envoyait des lettres et des séries de cartes postales à ses parents, avec ses observations sur les nombreux sites visités. Beaucoup de ces séries ont été dispersées entre différentes boîtes et entre deux fonds d’archives, la « Cluny Collection » de la Bibliothèque Francis Loeb et les Archives de Harvard.

10 Conant K.J., Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, op. cit., fig. 67.

11 Guerreau A., « Espace social, espace symbolique : à Cluny au XIe siècle », dans Revel J. et Schmitt J.-C. (dir.), L’ogre historien. Autour de Jacques Le Goff, Paris, Gallimard, 1998, p. 167-191.

12 Les trois plans des églises apparaissent ensemble dans une image simple reproduite dans Conant K.J., « The Enigma of Abbot Berno’s Tomb at Cluny », The Ampleforth Journal, t. 79/2, 1974, frontispice, n. p.

13 Cette méthode de restitution se trouve dans la planche 147 de l’édition de poche (1974) de Carolingian and Romanesque architecture et dans la planche CXV, fig. 265 de son livre de 1968, Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre. Sur une photo aérienne du site de l’ancienne abbatiale, Conant a également tracé à la peinture blanche les contours des murs extérieurs de l’église (photographie inédite conservée dans la « Cluny Collection » de la Francis Loeb Library, à l’université Harvard).

14 Le liber tramitis aeui Odilonis est le coutumier de Cluny composé dans les années 1030 conservé dans un manuscrit de l’abbaye de Farfa : Liber tramitis aevi Odilonis abbatis, éd. Dinter P., Siegburg, F. Schmitt successeurs, 1980, « Corpus Consuetudinum Monasticarum », X. Avant cette édition critique, le coutumier était généralement appelé « coutumier de Farfa » ; c’est ainsi que Conant le nomme dans son ouvrage, Cluny. Les églises, op. cit., 1968, p. 42-45. Les interprétations des vestiges de Cluny II mis au jour par Conant ont été réévaluées par Sapin C., « Cluny II et l’interprétation archéologique de son plan », Iogna-Prat D. et Picard J.-Ch. (dir.), Religion et culture autour de l’an mil. Royaume capétien et Lotharingie, Paris, Picard, 1990, p. 85-89 ; id., « L’abbatiale de Cluny II sous saint Hugues », Le gouvernement d’Hugues de Semur à Cluny, Actes du Colloque scientifique international, Cluny, ville de Cluny/musée Ochier, 1990, p. 435-460. Des fouilles exhaustives à l’emplacement du chevet de Cluny II ont été menées par Christian Sapin et Anne Baud entre 2006 et 2010 ; dans l’attente de leur publication, elles sont documentées par les comptes-rendus en ligne du Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, 2006-2011.

15 Voir l’examen des expositions de ses dessins dans Marquardt J., op. cit., p. 158-159.

16 Henderson A., Glastonbury Abbey: Then and Now, London, SPCK, 1950.

17 « A great east window has been drawn in. This is consistent, as it is well known that Abbot Walter of Monington was determined to have as fine a structure as that of Gloucester… » Ibid., « Crossing Screen and Sanctuary as in 1539, Interior », n. p.

18 « Autun Cathedral, with apse windows redrawn in hypothetical original form », Conant K.J., Carolingian and Romanesque architecture, op. cit., 1959, fig. 69. Dans l’édition de poche (1974), p. 214, il a ajouté les mots suivants « (details subject to re-study and revision), c. 1120-1130 ».

19 Assmann A., Erinnerungsräume: Formen und Wandlungen des Kulturellen Gedächtnisses, München, C. H. Beck, 1999.

20 A. Kingsley Porter reprenait lui-même une hypothèse initiale d’Eugène Viollet-le-Duc : voir la contribution de Didier Méhu et Laurent Baridon dans ce volume.

21 Conant K.J., Cluny. Les églises, op. cit., 1968, p. 105-106 ; Trachtenberg M., « Suger’s Miracles, Branner’s Bourges : Reflections on ‘ Gothic Architecture’as Medieval Modernism », Gesta, t. 39/2, 2000, p. 183-205 ; Timbert A., « L’abbatiale de Cluny III et l’architecture gothique. Hypothèses sur l’effondrement de 1126 », Annales de Bourgogne, t. 78, 2006, p. 255-277.

22 Alexandre Lenoir, visitant Cluny en 1800, fut notamment frappé par la grandeur du monument et lança un appel pour sa conservation. Voir une transcription de sa lettre dans Conant K.J., Cluny. Les églises, op. cit., 1968, p. 11.

23 Armi C. E., Masons and Sculptors in Romanesque Burgundy: The New Aesthetic of Cluny III, University Park, PA, Penn State Press, 1983.

24 Le compte rendu du livre de 1968 par Francis Salet est édifiant : Salet F., « Kenneth John Conant, Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre », Bulletin Monumental, t. 127/2, 1969, p. 183-186. L’article de Conant K.J., « The History of Romanesque Cluny », op. cit., contient des réponses directes aux critiques de Salet.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Dessin reconstituant les élévations de la nef de l’abbatiale de Cluny effectué par Turpin C. Bannister sur des mesures de K.J. Conant (Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University).Publié dans K.J. Conant, Carolingian and Romanesque Architecture 800-1200, Harmondsworth, Penguin, coll. « The Pelican History of Art », 1959, fig. 66 ; Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, Mâcon, Protat Frères, 1968, pl. XLIV, fig. 82.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende Ill. 2 : K.J. Conant, plan et coupe du pit III des fouilles de l’abbatiale de Cluny, vers 1930.(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.) Publié dans Bulletin monumental, LXXXVIII, 1929, p. 117.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Ill. 3 : K.J. Conant, dessin intitulé « Payerne, Souvigny, Poitiers, and early architecture of Cluny all at the same scale; sketch plans ».Conant a ajouté ces mots: « his early architecture is in part hypothetical, but, as presented, it represents long and careful study based on various excavations. » Dessin inédit, 8” x 14” (photocopie envoyée par Kenneth Conant à Otto-Karl Werckmeister vers 1978, qui m’a été donnée par ce dernier).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Ill. 4 : K.J. Conant, épreuve du « Plan de Cluny III dans sa perfection », pl. XXXVII, fig. 67 de son livre publié en 1968.(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Ill. 5 : Kenneth J. Conant, vue cavalière reconstituant les élévations de Cluny III, prise de l’est (Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University). Dessin inédit.Détail entièrement réalisé d’un dessin appelé par Conant « Bird’s-eye view from southeast in 1157 » dans l’édition de poche de 1974 de Carolingian and Romanesque Architecture 800-1200, fig. 148.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende Ill. 6 : Kenneth J. Conant, dessin comparant les dimensions de Saint-Pierre de Rome, du navire de ligne Queen Mary et de la troisième abbatiale de Cluny. Dessin inédit.(Photocopie envoyée par Kenneth Conant à Otto-Karl Werckmeister vers 1978, qui m’a été donnée par ce dernier.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Ill. 7 : Photographie de Kenneth J. Conant et Isabel Pope (sa deuxième épouse) sur le Queen Mary en 1950.(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Ill. 8 : Kenneth J. Conant, dessin intitulé Cluny II and Cluny III, qui présente une vue cavalière des parties romanes de Cluny III, du palais de l’abbé Hugues et, en arrière-plan, des clochers de Cluny II.(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.) Dessin inédit d’une série dont d’autres variantes ont été publiées, notamment les fig. 2 et 3 dans « The History of Romanesque Cluny as Clarified by Excavation and Comparisons », Monumentum, 75, 1971.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Ill. 9 : Kenneth J. Conant, dessin reconstituant les élévations du grand transept de l’abbatiale de Cluny, élaboré en prolongement d’une photographie des vestiges conservés.(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.) Publié dans Journal of the Society of Architectural Historians, XXXIII/II, 1974, p. 98.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Ill. 10 : « Crossing Screen and Sanctuary as in 1539, Interior » dans Arthur E. Henderson, Glastonbury Abbey : Then and Now, London, SPCK, 1950, n. p.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Ill. 11 : Kenneth J. Conant avec les travailleurs pendant l’installation de la maquette du chevet de Cluny III dans le Fogg Museum, Harvard University, juin 1933.(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Ill. 12 : Tasse en céramique fabriquée en Chine et vendue au Canada, représentant la vue cavalière de l’église abbatiale de Cluny prise de l’est, d’après K.J. Conant.(Photographie J. Marquardt, 2007.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Ill. 13 : Affiche des célébrations du Millénaire de Cluny, 10, 11, 12 septembre 1910.(Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Ill. 14 : Kenneth J. Conant avec des participants au colloque de Cluny en 1949. (Cluny Collection, Francis Loeb Library, Harvard University.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Ill. 15 : Couverture de l’ouvrage d’Alfred Forest, Histoire d’un jubilé, Paris, V. Giard et E. Brière, 1898.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117753/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 582k

Auteur

Professeur d’histoire de l’art et d’études féministes, Eastern Illinois University

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540