Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cluny après Cluny

 | 
Didier Méhu

Première partie. Commémorations clunisiennes, XIXe-XXIe siècle

Commémorations clunisiennes, 1898-2010

Dominique Iogna-Prat

Texte intégral

  • 1 Texte liminaire de Didier Méhu au programme de la rencontre des 13-15 mai 2010. Pour une brève ent (...)

1Dans le cadre de cette rencontre qui vise « à questionner la normalité de [l’]activité commémorative », « à objectiver ce que la demande sociale considère comme allant de soi », il me revient de brosser rapidement cent ans de commémorations clunisiennes de 1910 à 20101.

  • 2 Halbswachs M., La mémoire collective, éd. critique établie par G. Naher, Paris, A. Michel, « Bibli (...)
  • 3 Assmann J., La mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisatio (...)
  • 4 Cottret B., Henneton L., « La commémoration, entre mémoire prescrite et mémoire proscrite », dans (...)
  • 5 Margalit A., The Ethics of Memory, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2002, p. 25.
  • 6 Ory P., « Le centenaire de la Révolution française », dans Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, 1 (...)

2Avant d’entrer dans le détail, sans doute n’est-il pas inutile de s’interroger rapidement sur le phénomène de la commémoration et sur sa courte histoire. La commémoration est, dans le sens latin, romain du terme, « l’acte de rappeler, de mentionner » pour le présent et l’avenir ; ainsi Cicéron parlet-il de la commemoratio posteritatis, « la pensée des générations à venir », comme rappel du passé pour les nécessités du présent et celles, projectives, de l’avenir. Ce sens est ensuite investi par la communauté chrétienne avec l’institution de l’Eucharistie, qui fait éternellement mémoire du sacrifice du Christ, et la commémoration des martyrs et des saints auxquels est assuré un éternel retour dans le temps cyclique de la liturgie. C’est cette tradition liturgique de la memoria que Cluny intensifie, aux environs de l’an Mil, avec l’instauration du jour des défunts, le 2 novembre, au lendemain de la Toussaint. La commémoration est une forme de la « mémoire collective » que Maurice Halbwachs a définie comme une « modalité d’existence du passé dans le présent2 ». Parlant lui de « mémoire culturelle », Jan Assmann définit la commémoration comme un artefact herméneutique qui permet aux contemporains « d’interpréter la tradition3 » ; en ce sens, c’est une manière de « dire en acte4 ». On peut aussi penser, avec Avishai Margalit, que, dans les sociétés autonomes modernes de culture chrétienne, la commémoration est « fondamentalement un projet religieux [mais un religieux sécularisé] visant à assurer une certaine forme d’immortalité5 ». D’où « le mélange de rituel et de festif » de la commémoration publique, qui est un véritable « instant cérémoniel6 ».

  • 7 Schmitt J.-C., L’invention de l’anniversaire, Paris, Arkhé, 2010.
  • 8 Nora P., « L’ère de la commémoration », dans Nora P. (dir.), op. cit., 3, p. 4687-4719.

3L’anniversaire personnel apparaît au début du XVIe siècle, mais ne devient une pratique courante qu’au tournant des années 18007. Quant à cette forme d’anniversaire collectif qu’est la commémoration, c’est un usage encore plus récent. Il faut que la notion de « siècle » soit inventée, au XVIIIe siècle, pour que puisse naître le « centenaire », dans les années 1860, puis la série de ses multiples (bicentenaire, tricentenaire, etc.), jusqu’au « millénaire », qui apparaît au tournant du XXe siècle, les premiers millénaires attestés en France (sous réserve d’inventaire) étant le millénaire de la fondation de Cluny (1910) et le millénaire de la Normandie (1911). Selon Pierre Nora, « l’ère de la commémoration » aurait connu en France deux phases distinctes, avec d’abord, pendant un bon siècle (1870-1980), le temps de la mémoire nationale unitaire organisée par une « République conquérante », qui se dote même en fin de course, au milieu des années 1970, d’un organe paragouvernemental, l’Association pour les célébrations nationales8. L’engouement pour le patrimoine et la « ruée vers le passé » marquerait ensuite, au début des années 1980, le passage du « national » au « patrimonial », avec l’émergence de mémoires particulières, atomisées, attachées à des « lieux de mémoire » propres à fixer des souvenirs de groupes plus restreints (la commune, le pays, la vallée, la région…).

4À l’étude des commémorations clunisiennes, nous pourrons éprouver la pertinence de ce cadre d’analyse. L’histoire de ces commémorations n’a encore jamais été tentée. Sous réserve d’inventaire, j’en compte sept : 1898 : neuvième centenaire de l’institution du jour des défunts (998) ; 1910 : millénaire de la fondation de Cluny (910) ; 1949 : millénaire de la mort d’Odon (943) et neuvième centenaire de la mort d’Odilon (1049) ; 1972 : huit cent trentième anniversaire de la mort d’Abélard, « l’ami » de Pierre le Vénérable (1142) ; 1988 : neuvième centenaire de la pose de la première pierre de Cluny III (1088) ; 1994 : millénaire de la mort de Maïeul (994) ; 2010 : onzième centenaire de la fondation de Cluny. On pourrait y ajouter : 1988 : Millénaire de la fondation du prieuré de Saint-André de Rosans ; 2006 : huit cent cinquantième anniversaire de la mort de Pierre le Vénérable, à Sauxillanges ; 2009 : neuvième centenaire de la mort d’Hugues de Semur, à Paray-le-Monial. J’ai choisi d’étudier ces sept commémorations en les regroupant chronologiquement sous trois rubriques : la reconquête catholique du tournant des années 1900 ; les éternels renouveaux (1949 et 1972) ; le temps du patrimoine (1988, 1994, 2010).

La reconquête catholique du tournant des années 1900

  • 9 Iogna-Prat D., « Cluny, 910-1910, ou l’instrumentalisation de la mémoire des origines », Revue Mab (...)
  • 10 Pour une première approche : Marquardt J.T., From Martyr to Monument. The Abbey of Cluny as Cultur (...)

5La première rubrique ne nous retiendra pas longtemps. Dans la mesure où j’ai déjà étudié le Millénaire de 1910, je me contente ici de quelques rappels et de compléments9. Dans mon étude, j’avais curieusement ignoré un fait pourtant évident : le terrain de la commémoration de 1910 a été largement préparé par une célébration antérieure, en 1898, qui permet de mieux saisir le climat de reconquête catholique qui porte le Millénaire de la fondation de Cluny10.

  • 11 Je dois cette notation à Y. Potin, que je remercie.
  • 12 Hurel O., « Épilogue », dans Hurel O. et Riche D., op. cit., p. 286-290.
  • 13 Voir ci-dessous la contribution d’A. Rauwel.
  • 14 Voir ci-dessous la contribution de N. Reveyron.
  • 15 Marquardt J. T., op. cit., p. 92-95.

6Notons tout d’abord que 1898 célèbre implicitement, si l’on peut dire, le centenaire de l’abbaye martyre, l’abbatiale entamant en 1798 une lente agonie appelée à durer jusqu’en 182311. Si l’on identifie la commémoration à un retour de « mémoire proscrite », les trépassés convoqués collectivement en 1898 compteraient ainsi parmi eux le monument en bonne partie disparu. À dire vrai, on ne sait pas très bien d’où est venue l’idée de célébrer, entre le 31 octobre et le 9 novembre 1898, le neuvième centenaire de l’instauration du jour des défunts par Odilon de Cluny. L’initiative est rendue publique par le cardinal Perraud (1874-1906), évêque d’Autun, Chalon, Mâcon, membre de l’Académie française, dans un libelle publié à Autun, en 1898, Le jubilé de Cluny, qui annonce l’érection par autorisation pontificale d’une Archiconfrérie de prières pour les âmes du Purgatoire, le Bref du pape Léon XIII étant annexé au libelle. Mais qui est au départ du jubilé ? Dom Mayeul Lamey (1842-1903), « prieur majeur des Bénédictins de Cluny », et à ce titre refondateur d’une présence monastique à Cluny depuis 1888, figure parmi les membres du comité d’ecclésiastiques et de laïcs de la ville de Cluny responsable de l’organisation du jubilé12. Mais l’initiative dépasse certainement la simple personne de ce refondateur – d’ailleurs controversée –, même si ses écrits laissent deviner un net penchant pour les défunts13. Par un Bref de Grégoire XVI de 1837, l’abbé de Solesmes a été déclaré l’héritier en titre de l’abbé de Cluny et il ne manque pas, tout au long du XIXe siècle de marques d’attachement de Solesmes à Cluny14. Pour autant, on ne voit pas de présence particulière des héritiers de Dom Guéranger à Cluny en 1898. L’horizon de la célébration dépasse d’ailleurs largement Cluny. Tout au long de l’année, le monde catholique, avec l’approbation de Léon XIII, fait mémoire des défunts, remettant ainsi l’abbaye martyre au centre de l’actualité et au cœur des luttes de l’Église présente. Mais pourquoi célébrer l’invention du jour des défunts en 1898, puisque rien n’assure que l’institution d’Odilon date bien de 998 – simple conjecture qui remonte à Mabillon et aux moines savants du XVIIIe siècle, 1030 étant la date généralement retenue par la critique actuelle ? Risquons une réponse prudente : pour ne pas rater une date anniversaire en un temps de lutte farouche entre la tradition catholique et la laïcité des libres-penseurs, où toute marque publique d’affirmation du passé chrétien est la bienvenue. De fait, si l’on en croit la réaction d’Alfred Forest, qui l’année suivante, en 1899, publie à Paris l’Histoire d’un jubilé, violente diatribe contre la tyrannie cléricale et le rapport pathologique des clercs à l’argent, ce coup de projecteur sur « les ruines ou pour mieux dire les reliques d’un monastère autrefois florissant » (pour reprendre les termes du Bref de Léon XIII) n’a pas été du goût des milieux libres-penseurs15. Il faut dire que, dix jours durant, services funèbres et chemins de croix à Notre-Dame et à Saint-Marcel ont ressuscité le passé, en remettant en scène les morts, tous les morts, en plusieurs cercles mémoriels déployés jour après jour : l’ensemble des fidèles trépassés ; les moines de Cluny ; les bienfaiteurs du monastère et des églises de Cluny ; les évêques de Mâcon ; les curés, les prêtres et les fidèles de Cluny ; les Français morts pour la France « dans nos armées » ; les fidèles du diocèse. Cela fait beaucoup de morts dont le souvenir vient massivement rappeler l’utilité sociale des Clunisiens précurseurs du Purgatoire. D’autant que l’Archiconfrérie de prières pour les âmes du Purgatoire a vocation à poursuivre (son bulletin paraît jusque dans les années 1950) et même à essaimer depuis Cluny sous forme d’affiliations, un peu à la manière de l’ancienne Église clunisienne et de ses innombrables ramifications.

7Douze ans après le jubilé de 1898, la célébration de 1910 prend l’allure d’un nouveau retour des moines. La politique anticléricale de la Troisième République a encore un peu plus tendu l’atmosphère avec les lois du 1er juillet 1901 sur les congrégations (désormais soumises à autorisation) et du 7 juillet 1904 sur la suppression de l’enseignement religieux. Le millénaire de septembre 1910, dont l’initiative revient à l’abbé Lauvernier, curé de Notre-Dame de Cluny, à Mgr Villard, évêque d’Autun, Chalon et Mâcon, à l’Académie de Mâcon et, en sous-main, à Dom Besse, grand bénédictin érudit et activiste proche de l’Action française, permet aux moines de l’exil de revenir une nouvelle fois au pays après le bicentenaire de la mort de Mabillon (1907) pour faire revivre la France d’Ancien Régime catholique identifiée à l’abbaye martyre. La commémoration prend la forme d’un triduum avec un congrès, des cérémonies religieuses, et un cortège historique. Le congrès réunit des historiens à l’ancienne, de tradition mauriste et chartiste. Les cérémonies religieuses, qui s’achèvent à Paray-le-Monial, haut lieu du renouveau catholique, permettent de célébrer les anciens moines clunisiens comme « les pionniers de la civilisation », « les héros de l’indépendance de l’Église catholique ». Quant au cortège historique, qui met en scène la rencontre à Cluny, en 1245, du pape Innocent IV et du roi de France, Louis IX (« Saint Louis »), non seulement il offre l’occasion d’une célébration de l’union de l’Église et d’une royauté très chrétienne, mais aussi il permet aux nobles de la région de se mettre en scène dans la profondeur de leur tradition en figurant pour certains leurs propres ancêtres.

Éternels renouveaux (1949 et 1972)

  • 16 À Cluny. Congrès scientifique, fêtes et cérémonies liturgiques en l’honneur des saints abbés Odon e (...)
  • 17 Riché P., Henri-Irénée Marrou, historien engagé, Paris, Le Cerf, 2003, p. 324. Mgr Guimet particip (...)

8Le souvenir de 1910 est encore très fort en 1949, certains acteurs du millénaire, piliers de l’Académie de Mâcon, tel Jean Virey, étant de nouveau de la partie. Il s’agit cette fois de commémorer le millénaire – quelque peu différé du fait de la guerre – de la mort de saint Odon (943) et le neuvième centenaire de la mort de saint Odilon (1049), sous la forme d’un nouveau triduum, du 3 au 10 juillet 1949 : congrès, cérémonies religieuses, fête populaire16. L’impulsion a été donnée par Mgr Lebrun, évêque d’Autun, Chalon, Mâcon, et le Dr Pleindoux, maire de Cluny. Le comité d’honneur permet de panacher les sensibilités. Le monde ecclésiastique est représenté par le cardinal Gerlier, archevêque de Lyon, Primat des Gaules (co-président) ; Dom Cozieu, abbé de Solesme ; Dom Bouillet, abbé visiteur de la Province française de la Congrégation cassinaise de la Primitive observance. Le monde politique compte un poids lourd, Édouard Herriot, président de l’Assemblée nationale (co-président) et une valeur montante, François Mitterrand, secrétaire d’État à l’information, très attaché au Clunisois par sa femme, Danielle, et sa participation à la Résistance. Le monde savant rassemble des intellectuels catholiques, Étienne Gilson, Marcel Aubert, Augustin Fliche, Gabriel le Bras, qui représentent les principales institutions académiques : Académie française, Institut de France, Collège de France, École nationale des chartes et Musée du Louvre. Le comité est doté d’une touche étrangère essentielle, avec Kenneth J. Conant, l’archéologue réinventeur de Cluny, et l’historienne anglaise Joan Evans, autre grande figure du sauvetage clunisien, qui vient, en 1947, de racheter la chapelle de Berzé-la-Ville et d’en faire don à l’Académie de Mâcon. Le congrès est organisé par l’Association bourguignonne des sociétés savantes secondée par l’Académie de Mâcon ; la présidence du comité organisateur est confiée à Marcel Aubert, conservateur au Louvre, professeur d’archéologie à l’École nationale des chartes, membre de l’Institut et président de la Société française d’archéologie ; les secrétaires généraux en sont : Charles Oursel, conservateur honoraire des Bibliothèques municipale et universitaire de Dijon, vice-président de l’Association bourguignonne des sociétés savantes, et Marcel Nicolle, secrétaire perpétuel de l’Académie de Mâcon. Les actes du congrès, publiés dès l’année suivante, associent à l’événement un grand acteur national de la recherche dans l’immédiat après-guerre, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). L’organisation des cérémonies religieuses est confiée à Mgr Fernand Guimet, vicaire général de l’évêché d’Autun, un clerc familier des milieux universitaires catholiques en tant qu’aumônier des enseignants du supérieur à la Paroisse universitaire17.

  • 18 À Cluny, op. cit., p. 22.

9Cette commémoration est d’abord un acte symbolique de réappropriation bénédictine. En fin de journée, le 9 juillet, les bénédictins de la Pierrequi-vire disent complies dans les restes du grand transept. Dans l’allocution qu’il prononce ensuite, Dom Olphe-Gaillard, abbé de Sainte-Marie de Paris, parle de « résurrection de la foi et de la vie qui emplit jadis l’immense nef et rayonna sur le monde18 ». Le lendemain, une messe pontificale est dite par le Père abbé de la Pierre-qui-vire avec les frères du monastère. Mgr Guimet consacre son sermon aux grands abbés fondateurs de l’ordre. Une procession des reliques des saints abbés de Cluny parcourt ensuite les rues de Cluny jusqu’aux galeries du cloître et les jardins de l’abbaye « pour rétablir entre les saints de Cluny et leur monastère un contact rompu depuis plus de cent cinquante ans ». Enfin, un Te Deum retentit sous les voûtes du transept. À ces cérémonies religieuses, il convient d’ajouter une présence massive de l’érudition bénédictine au congrès : Dom Thomas, de l’Institut pontifical de musique sacrée, mais surtout cinq hautes figures des études monastiques, Dom Charvin, Cousin, Hesbert, Hourlier et Leclercq.

  • 19 Ibid., p. 12.
  • 20 Ibid., p. 36.

10En dehors de cet apport bénédictin, notons la forte présence, comme en 1910, de l’érudition locale, soulignée à l’excès par le discours inaugural de Marcel Nicolle sur la contribution de l’Académie de Mâcon à l’histoire de Cluny. En face, le monde universitaire est en manifeste minorité, même si cette minorité est de qualité en la personne de deux jeunes médiévistes qui vont se faire rapidement un nom : Jean-François Lemarignier et Georges Duby. La coloration la plus marquante du congrès tient à la présence d’universitaires et de savants catholiques. Dans son discours d’ouverture, Marcel Aubert n’hésite pas à qualifier Cluny de « luxe pour Dieu », et à rappeler que « la glorieuse abbaye […] sauva l’épiscopat et le clergé, le monachisme et la chrétienté de la simonie et des vices qui les rongeaient19 ». Dans la soirée du 9 juillet, Étienne Gilson, prononce au théâtre une conférence intitulée « Le message de Cluny ». C’est, explique-t-il, un message d’humanisme qui revient à « conduire les hommes à Dieu par les voies de leur petitesse », c’est-à-dire en assumant tout leur poids d’humanité. C’est aussi un message nécessaire de nos jours où se perd le sens de la méditation, « rien de grand, rien de beau, rien même de vraiment utile ne [pouvant] naître de l’action dont les racines ne se nourrissent pas de méditation20 ».

11L’essentiel du congrès et de la commémoration tient à la mise en scène monumentale de l’abbaye. La présidence de Marcel Aubert explique la place de premier choix accordée à l’archéologie dans le cadre du congrès. Le monument et ses restes sauvés de la destruction sont à l’honneur en fin de matinée du 10 juillet avec l’inauguration du musée du Farinier par François Mitterand. Enfin et surtout, la commémoration de 1949 est l’occasion de célébrer le réinventeur de l’abbaye, Kenneth J. Conant, présent à Cluny depuis 1928. L’année précédente, en 1948, une rue de Cluny a été mise à son nom. En lui, on célèbre l’homme du renouveau dans un contexte d’immédiat après-guerre propre à réévoquer le martyre ancien rapporté aux meurtrissures du présent. L’apport de Conant est souligné dès le discours inaugural de Marcel Aubert, et la fin du congrès est pour l’archéologue américain une manière d’apothéose avec la visite de l’abbatiale sous sa direction et une conférence de synthèse sur ses travaux dans l’amphithéâtre de l’École nationale des arts et métiers.

  • 21 Pierre Abélard, Pierre le Vénérable. Les courants philosophiques, littéraires et artistiques en Oc (...)

12La commémoration suivante, en 1972, est plus inattendue. De fait, c’est, si l’on peut dire, un « non-anniversaire » clunisien que l’on célèbre entre les 2 et 9 juillet 1972, avec le huit cent trentième anniversaire de la mort d’Abélard. L’initiative a été prise par deux universitaires, René Louis et Jean Jolivet, dans le cadre officiel des activités du Centre national de la recherche scientifique, et de ses « colloques internationaux », dont le principe est de réunir à parité spécialistes français et étrangers d’un champ de recherche, en l’espèce, l’histoire religieuse et intellectuelle du XIIe siècle21. De 1949 à 1972, les continuités ne manquent pas. Continuités des personnes, d’abord, avec le Dr Pleindoux, ancien maire de Cluny, devenu conseiller général, qui, le 3 juillet à 19 h 45 fait, depuis la Tour des fromages, une présentation d’ensemble de l’abbaye et des divers quartiers de la ville médiévale. Autre acteur de 1949, Mgr Guimet, l’ancien vicaire général de l’évêché d’Autun, désormais conseiller canonique auprès de l’ambassade de France près le Saint-Siège, toujours aussi proche des universitaires catholiques en tant que membre de la revue Les quatre fleuves fondée en 1973, où il côtoie, entre autres, Henri-Irénée Marrou et Charles Pietri. Mgr Guimet représente l’évêque d’Autun, « abbé de Cluny » – titre dont on signale, lors de la séance inaugurale du dimanche 2 juillet, la double attribution : une première fois à l’abbé de Solesmes, puis plus récemment à l’évêque d’Autun, le bref de Jean XXIII (1962) ignorant curieusement celui de Grégoire XVI (1837). Continuité aussi dans la référence à Conant et à la renaissance du monument, évoquée dans l’allocation d’ouverture du maire de Cluny, Gérard Galentucci, puis abondamment commentée lors de la visite de l’abbaye et des fouilles dans la matinée du 6 juillet. Il faut dire que la publication longuement attendue de Conant, Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, n’est parue que quatre ans auparavant (1968) et que ses résultats sont depuis lors abondamment commentés.

  • 22 Ibid., p. 42-45.
  • 23 Ibid., p. 81-86.

13Mais plus que les continuités avec les commémorations antérieures, la rencontre de 1972 est marquée par un grand écart entre des modalités commémoratives qui ont jusque-là fait plutôt bon ménage. Pour l’essentiel, il s’agit d’un grand colloque scientifique, au cours duquel sont débattues de façon passionnée des questions pointues, tels le nominalisme d’Abélard, le dossier controversé de la correspondance d’Héloïse et d’Abélard, ou encore l’unité de la réforme monastique. En conclusion, Dom Zerbi souligne d’ailleurs la nécessité de ce type de rencontre dans un monde scientifique de plus en plus spécialisé. La prédominance du scientifique peut se résumer à la présence de Georges Duby, doctorant en 1949, qui est cette fois invité, en tant que professeur au Collège de France, à partager la séance de conclusions avec Dom Zerbi. Dans son intervention, ce dernier note le décalage entre le ton du colloque et les autres manifestations de type commémoratif, pourtant peu nombreuses : le son et lumière du 7 juillet, et le concert de musique sacrée le 9 au soir dans le Farinier. En fait, le principal écart de ton se trouve entre les propos scientifiques au cœur de l’événement et les discours politiques qui ponctuent la semaine. Deux discours méritent d’être commentés. Le premier est celui, en ouverture, de Gérard Gallentucci, maire communiste de Cluny, qui, après l’inévitable allusion aux pierres et à leur renouveau par la grâce de Conant, évoque les « autres chefs-d’œuvre » de l’histoire clunisienne, suffisamment notables pour susciter l’intérêt du CNRS22. Il note ensuite que la ville créée à l’ombre de l’abbaye ne fait plus que survivre, que la cité peine à grandir et à se reconvertir. Il enchaîne sur la dureté d’un « monde porté par l’argent » et sur la nécessité, dans un souci de justice sociale, d’en revenir à l’esprit de Cluny en replaçant « l’homme au centre des préoccupations de l’activité humaine, l’homme qui ne se conçoit pas sans son passé ». Et de conclure sur les trois nécessités héritées du passé : 1. rien ne se crée sans patience ; 2. rien ne se réalise sans le soutien d’un idéal ; 3. rien ne se perpétue sans le respect des autres, sans amour des hommes. On imagine que cette référence à la solidarité de la part d’un maire communiste s’origine dans l’humanisme de Pierre le Vénérable, accueillant Pierre Abélard, le fugitif, au soir de sa vie. Dans le contexte d’un colloque scientifique de haut niveau, le second discours, prononcé par Mgr Guimet, lors de la séance de clôture, le 9 juillet, est encore plus décalé23. Comme aux plus beaux temps de la martyrologie clunisienne, Mgr Guimet commence par se répandre sur « la perte irréparable de Cluny », « rempart et soutien de l’Église », digne de la lamentation du prophète Jérémie pleurant la destruction de Jérusalem. Cluny, poursuit-il, a été « l’un des échafaudages provisoires grâce auxquels au cours de l’histoire se construit la Cité de Dieu et qui doivent un jour être retirés et disparaître sans que s’arrête cependant l’édification de l’Église, temple spirituel bâti de pierres vivantes ». Mais les travaux du colloque montrent qu’il n’y a pas prescription du passé ; grâce aux savants, Cluny conserve une signification positive, dont la leçon est un « indéfectible attachement à l’Église invisible et au Siège de Pierre » ; à travers l’Histoire, Cluny enseigne le sens de la « fidélité mystique, mais sans flatterie », incarnant, pour reprendre le mot d’Augustin, « le légitime pluralisme des doctrines » – une notation en parfaite consonance avec le vent de pluralisme post-conciliaire du pontificat de Paul VI. Vient alors l’inévitable morceau de bravoure, d’ailleurs alimenté par les travaux scientifiques d’actualité sur Pierre le Vénérable (de Dom Leclercq à Jean-Pierre Torrell) : la légende rose de Pierre, son attitude évangélique à l’écoute d’Abélard, le proscrit, et « l’esprit de réconciliation et de paix » qui règne alors à Cluny, ce lieu de confluence, au point de rencontre de la civilisation méditerranéenne et du monde germanique, où a pris racine « le sens de l’universel et de l’ouverture à l’islam ensuite repris par François d’Assise ». Pour finir ces propos enflammés sur le modèle œcuménique clunisien, Mgr Guimet aborde un autre grand classique de la clunisiomanie commémorative : l’esprit contemplatif de Cluny, incarnation de l’Ecclesia orans, lieu d’excellence de la contemplation trinitaire et du mystère du Verbe incarné.

Cluny à l’heure du « patrimoine » (1988, 1994 et 2010)

  • 24 Le gouvernement d’Hugues de Semur à Cluny, Cluny, musée Ochier, 1990.
  • 25 Les Annales du monastère (ms. Paris, BnF, nal 1497, fo 2 vo) enregistrent à cette date la « fundat (...)
  • 26 Le gouvernement, op. cit., p. 18-21.

14Avec la commémoration des 14-17 septembre 1988, nous entrons dans l’ère du patrimoine24. 1988 marque le neuvième centenaire de la pose de la première pierre de Cluny III (le 30 septembre 1088). Contrairement à 1095 – date de la consécration de l’autel majeur de Cluny III et de la délimitation rituelle du ban sacré de Cluny par le pape Urbain II –, l’événement est peu commenté dans l’historiographie clunisienne, ce qui laisse songeur sur l’importance que le fait commémoratif peut donner à des événements mineurs pour ne pas dire incertains25. La célébration arrive en pleine vague commémorative nationale : un an après le millénaire capétien (1987), qui a fourni l’occasion d’évoquer la France de l’an Mil et la place de ses moines grands seigneurs ; et surtout, un an avant le bicentenaire de la Révolution française. La commémoration consiste en une rencontre scientifique internationale consacrée au « gouvernement d’Hugues de Semur à Cluny », accompagnée d’une exposition, Cluny III, la Maior Ecclesia (du 4 juin-30 septembre 1988), en hommage à Conant décédé quatre ans plus tôt. Cette fois, ni cérémonie religieuse, ni fête populaire, rien qu’un colloque, même si dans son discours inaugural, le doyen Jean Richard (qui préside) se plaint de la multiplication des colloques, avant de préciser que celui-ci est nécessaire compte tenu de l’accélération des travaux sur Cluny ; et d’illustrer ses propos d’un exemple particulièrement malheureux : l’avancée de l’indexation des chartes de Cluny, qui ne sera jamais achevée. De même, dans son discours de clôture, il se réfère à l’avancement impressionnant des connaissances sous l’impulsion de l’École allemande, la « Klunys Mecqua » de Münster-Fribourg, alors en plein essor. Autre fait notable : pas de présence affichée de l’Église. C’est le doyen Richard, intellectuel catholique, qui s’en fait le porte-voix dans son discours de clôture, notant la « présence de l’héritier » en la personne de Mgr Raymond Séguy, évêque d’Autun, Chalon et Mâcon, soulignant la « vitalité de la vie spirituelle » incarnée par Cluny depuis neuf siècles (date de la pose de la première pierre), et même depuis deux siècles (avec la « destruction lamentable » de l’église abbatiale), jusqu’à nos jours, avant d’achever ses propos sur « la qualité de la prière » et sur « l’idéal de contemplation » qui sont la marque historique de Cluny26.

  • 27 Ibid., p. 15-16.
  • 28 Ibid., p. 23-30.

15L’essentiel de la commémoration tient à la participation politique. Le maire, Gérard Galantucci, est toujours en poste ; fidèle à ses convictions communistes, il fait, dans son allocution, la louange de la « modernité des Clunisiens », lesquels dans la pratique de la paix et de la solidarité, spécialement dans l’assistance aux pauvres, ont donné un exemple à notre temps affecté par la faim dans le monde et le déséquilibre entre les peuples27. Mais l’acteur important, en l’occurrence, est une manière de revenant, déjà présent aux cérémonies de 1949 en tant que secrétaire d’État à l’information : François Mitterrand, qui entame son second septennat comme président de la République (1988-1995). Dans son discours de clôture – un discours préparé, de fond, échappant de loin à la seule circonstance, plutôt mineure à cette échelle des responsabilités d’État28 –, Mitterrand commence par rappeler l’esprit de résistance attaché à Cluny et à deux grandes figures célébrées en 1984 (Bertie Albrecht et Jacques Guéritaine), insistant sur « la trace des combats qui font de nous ce que nous sommes : Français et Européens ». Cette amorce émotionnelle bien dans la manière du « président à la rose » prélude à des considérations sur la nécessité d’un devoir de mémoire général – « cette mémoire disponible, menacée par l’usure du temps ou par l’inconscience des hommes, [dont nous] sommes comptables pour nous-mêmes et nos successeurs » –, puis à un long plaidoyer de circonstance sur la politique du patrimoine. Mitterrand rappelle ce qui a été accompli en la matière depuis 1981 : l’élargissement de la notion de patrimoine aux restes industriels ; la création des classes de patrimoine (1982), la mise en place d’une nouvelle Commission nationale de l’inventaire (1985), le développement des dispositifs de sauvegarde et la protection généralisée des « lieux de mémoire » ; dans la dynamique de la politique de décentralisation, il évoque la création, en 1985, des commissions régionales du patrimoine historique, archéologique et ethnologique, avant de noter l’importance économique du patrimoine, grâce au tourisme créateur d’emplois indirects, que génèrent par exemple les « (sans doute) 100 000 visiteurs par an à Cluny ». De la politique patrimoniale, Mitterrand passe, de façon significative, à des propos sur la politique de la recherche menée sous sa présidence, aux crédits, postes de chercheurs, moyens nouveaux pour les laboratoires destinés à aider les historiens et les archéologues qui « représentent dans notre société des éléments indispensables et si précieux », « qui sont capables de l’explorer, de la réinventer avec scrupule scientifique » ; et d’ajouter : « J’aimerais que la place qui leur est faite soit chaque jour améliorée [car on] l’a trop souvent négligée. » Ce discours centré sur la politique du patrimoine s’achève sur une évocation du patrimoine européen, sur la politique du Conseil de l’Europe (sous le patronage duquel a été placé le colloque) et sur les « routes culturelles » qui font l’Europe, tels les chemins de Saint-Jacques.

  • 29 Saint Mayeul et son temps, Dignes-les-Bains, Société scientifique et littéraire des Alpes de Haute (...)

16On commémore, six ans plus tard, en 1994, le millénaire de la mort de saint Maïeul (994)29. À la suite de la célébration de la fondation du prieuré de Saint-André de Rosans en 1988, la commémoration de 1994 marque l’entrée dans une série de millénaires clunisiens (je pense aussi à celui de Lavoûte-Chilhac en 2000), sous la forme d’initiatives locales dans des régions où le tissu associatif est ancien et encore très vivant. Le millénaire de la mort de saint Maïeul en 1994 est ainsi organisé par l’Association des amis du vieux Valensole, le village natal du saint. L’initiative vient du Père Guy Tardivy, originaire de Valensole, dominicain de la Province de Toulouse, lequel donne à l’événement une impulsion à la fois universitaire et ecclésiastique. La contribution monastique au colloque scientifique, « Saint Maïeul et son temps », les 12-14 mai 1994, est notable, avec cinq interventions sur dix-neuf, de la part de Dom Davril, de la Croix Bouton, Clair, et des Pères Amargier et Gy, o.p. La venue du contingent bénédictin est aussi justifiée par la réinstallation, la semaine précédente, de la communauté de Hautecombe au prieuré de Ganagobie, qui donne lieu à une messe solennelle, le dimanche 15 mai. Les actes du colloque parus en 1997 confirment la volonté de départ d’afficher une présence monastique. La préface a été demandée à l’abbé de Solesme, Dom Dupont, « l’héritier de l’abbé de Cluny », qui ressort la rengaine du monastère disparu, jadis confondu avec « l’universel catholique », tout en tension pour assurer « la gloire du Nom de Dieu, la défense et l’honneur de l’Église, l’accroissement de l’ordre monastique ».

  • 30 Cette présentation est tirée du petit dépliant imprimé et diffusé au lancement de la Fédération, d (...)

17Dans l’histoire des commémorations clunisiennes, le millénaire de la mort de saint Maïeul est une date importante dans la mesure où il marque l’acte de naissance de la Fédération des sites clunisiens. En 1990, en vue de cette célébration, une association ad hoc se crée entre trois sites attachés au souvenir de l’abbé : Valensole, Souvigny et Cluny. Cette association de circonstance est au point de départ de la Fédération des sites clunisiens, dont l’objet est de « regrouper les sites qui ont été reliés à l’abbaye de Cluny, à un moment ou à un autre de leur histoire », d’« engager des actions pédagogiques, touristiques et culturelles pour renouer les liens entre les sites clunisiens et les faire connaître », et de « redonner un sens au réseau clunisien disparu en 1790 »30. Regroupement d’associations culturelles et artistiques émanant le plus souvent de municipalités, mais aussi de personnes privées propriétaires de sites clunisiens, la Fédération prend dès le départ une dimension européenne, entérinée par le Conseil de l’Europe avec l’obtention en 2006 du label de « Grand itinéraire culturel européen ». Le qualificatif « culturel » suggère bien toute la distance qu’il peut y avoir entre, d’une part, la mise en valeur du patrimoine, et, d’autre part, l’histoire des sites de référence et de leur réseau, l’ancienne Ecclesia cluniacensis, la Fédération s’étant dotée d’un comité de parrainage international composé d’historiens professionnels qui n’ont jamais été réunis ni même consultés.

  • 31 Ce programme, consultable sur le site de la Fédération des sites clunisiens [http://www.sitescluni (...)

18Une pareille dissociation du patrimonial et de l’historique est aussi frappante dans l’organisation de la commémoration du 1 100e anniversaire de la fondation de l’abbaye de Cluny, en 2010, à l’initiative de la municipalité de Cluny et de la Fédération des sites, que je ne puis évoquer ici que comme un événement vécu, sur la base du programme officiel « Cluny 2010 »31, me contentant de simples notations sur le ton d’ensemble de manifestations d’une ampleur encore jamais atteinte, sur un temps fort long (de septembre 2009 à novembre 2010).

19Première notation : l’absence de véritable initiative officielle, la ville de Cluny ne faisant que coordonner un ensemble de manifestations suscitées par le biais d’un appel à projets, comme si on avait voulu laisser jouer au maximum la spontanéité citoyenne.

  • 32 Bibo I, Misère des petits États d’Europe de l’Est, Paris, A. Michel, 1986.

20Deuxième notation : la dimension européenne de l’événement. Dans le journal de présentation, un mot de soutien a été demandé à Vaclav Havel, ancien président de la République tchèque, qui note que « grâce à Cluny, l’Occident a échappé au césaro-papisme byzantin » – une appréciation typique d’un intellectuel d’Europe centrale éduqué à l’histoire des « trois Europe » (pour reprendre la formule d’István Bibó32). Dans l’éditorial, Jean-Luc Delpeuch, maire de Cluny, et Michel Gaudard, président de la Fédération des sites clunisiens, appellent à « un grand élan de citoyenneté », qu’ils réfèrent à la dimension européenne du réseau clunisien, Cluny ayant été, disent-ils, « l’une des matrices de l’idée d’Europe ». Dans cette logique, le programme offre non seulement des « séjours clés en mains » à travers l’Europe, pour faire « le grand tour d’Angleterre », célébrer Cluny en Écosse, poursuivre en Suisse (Payerne) et en Allemagne (Calw-Hirsau), mais aussi un espace de réflexion sur « l’Europe de l’homme », sous la forme d’un Forum européen de lutte contre la pauvreté. En ce sens, on peut dire que la commémoration de 2010 est dans la logique historique des commémorations clunisiennes qui, depuis 1898, oscillent entre dimension locale ou régionale et horizon « européen », ce dernier qualificatif ayant longtemps été confondu avec celui de « catholique latin ».

  • 33 Sur le passage à l’émotionnel en matière de pratiques religieuses : Champion F., Hervieu-Léger D.,(...)

21Troisième notation : l’inflation d’émotions. Aucune présence ecclésiastique n’est affichée, du moins officiellement, puisque, le 13 juin, dans le cadre du Millénaire de Solesmes (1010-2010), était organisée une cérémonie, en présence de Mgr Rivière, évêque d’Autun, Chalon et Mâcon, de l’abbé Primat de la Confédération bénédictine, et des abbés bénédictins et cisterciens de France, avec à 10 h 30 une messe à Notre-Dame, et à 17 h 30, dans le grand transept de Cluny III, une procession des reliques et les vêpres des saints abbés de Cluny. Mais il est significatif que cette initiative n’ait pas pris place dans le programme officiel « Cluny 2010 ». De fait, à l’âge des appartenances religieuses de moins en moins institutionnalisées et de la recherche du partage émotionnel dans de grandes réunions festives et fusionnelles, la quête de « l’esprit de Cluny » échappe totalement ou presque à l’institution ecclésiale33. Dans une offre multiforme, on trouve :

  • du « spirituel », par exemple dans l’exposition proposée par Véronique Iniesta, « Chemins de spiritualité », l’artiste conviant les visiteurs à un « cheminement spirituel » librement inspiré de la « symbolique, de la cosmogonie et de l’enseignement initiatique de la sculpture romane » ;
  • du passionnel ; ainsi des « passions clunisiennes », qui sont autant de formes de partage (par le cirque, le rugby, le vélo, la botanique, le travail du fil, mais aussi l’histoire comparée du monachisme…) ;
  • surtout, des manifestations festives de solidarité, telles la journée de lancement à Cluny, le 13 septembre 2009, intitulée « Ouvrez les portes », avec une grande chaîne humaine ceinturant les remparts de la ville ; la marche autour du ban sacré, le samedi 11 septembre 2010, et les grands banquets autour de chaque porte de la ville, le dimanche 12 septembre ; sans oublier, bien sûr, la solidarité typiquement clunisienne des vivants et des morts en début et en fin de cycle (2 novembre 2009 et 2010). Information hors programme : sous l’intitulé « Mon Cluny », un concours de lettres a été lancé avec le soutien de la Fondation La Poste, pour recueillir les plus belles déclarations d’amour à Cluny.

22Quatrième et dernière notation : le virtuel. Dans cet ensemble foisonnant, peu d’histoire, les trois rencontres organisées par les scientifiques (malgré une ouverture au « grand public », auquel la journée du 11 était spécialement destinée) faisant figure d’événements à part. C’est que l’histoire a peu à faire avec une conception d’un temps collectif très virtuel – un virtuel quasiment à toutes les étapes du programme annuel, qu’il s’agisse de la fresque théâtrale sur la vie des Clunisois de 910 à 3010 ; des « rêves de lumière » – la mise en lumière de l’abbatiale au cours de l’été 2010 – ; du spectacle des « villes invisibles » inspiré d’Italo Calvino, « qui a[vait] pour objet de faire réémerger une ville jamais vue auparavant à travers les témoignages de ses habitants » ; ou encore de la projection de la simulation virtuelle « Maior Ecclesia », qui, le samedi 11 septembre, a ressuscité la Maior Ecclesia dans les vestiges mêmes de l’église en bonne partie détruite, le virtuel se mettant ainsi « au service du patrimoine ». C’est d’ailleurs de Cluny que le ministre de la Culture, un autre Mitterand – Frédéric : le neveu – a lancé, la semaine suivante, les journées du patrimoine 2010, à l’occasion de la projection de l’émission télévisée Des racines et des ailes.

*

  • 34 Compte-rendu paru dans la Revue de synthèse historique, 40, 1925, p. 73-83.

23L’historien professionnel a beau jeu de soutenir, à la suite de Marc Bloch dans son échange avec Maurice Halbwachs en 1925 (à l’occasion de la publication des Cadres sociaux de la mémoire), que « mémoire » n’est pas « histoire »34. Pour autant, doit-on s’interdire de faire l’histoire des actes de mémoire collective, et même de participer à l’histoire en train de s’écrire de ces actes de mémoire comme c’est le cas pour nous (pour le moins, certains d’entre nous) depuis 1988 ? Bien sûr, les commémorations clunisiennes étudiées, de 1898 à 2010, ont peu à voir avec nos pratiques professionnelles d’historiens de Cluny. Mais je crois qu’elles nous apprennent beaucoup sur les rémanences par lesquelles les sociétés du présent accèdent à elles-mêmes, au risque d’une instrumentalisation du passé sans rapport avec l’histoire « réelle ». Leur étude nous donne, en effet, un regard critique sur nousmêmes en tant qu’acteurs sociaux tout autant pris que d’autres dans l’imaginaire collectif du passé. En bref, l’histoire des commémorations permet d’aborder des moments de particulière intensité de l’histoire de nos sociétés, et, à ce titre, d’éclairer les possibilités sociales qui nous sont offertes de faire de l’histoire pour tenter de donner un sens aux surgissements incontrôlés du passé.

Notes

1 Texte liminaire de Didier Méhu au programme de la rencontre des 13-15 mai 2010. Pour une brève entrée en matière : Hurel O., « Épilogue », dans Hurel O. et Riche D., Cluny. De l’abbaye à l’ordre clunisien Xe-XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 2010, p. 293-295.

2 Halbswachs M., La mémoire collective, éd. critique établie par G. Naher, Paris, A. Michel, « Bibliothèque de L’Évolution de l’Humanité », 1997 [1950].

3 Assmann J., La mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris, Aubier, coll. « Collection historique », 2010 [Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochtkulturen, München, Beck Verlag, 2002 (1992)], p. 16.

4 Cottret B., Henneton L., « La commémoration, entre mémoire prescrite et mémoire proscrite », dans Cottret, B. et Henneton L. (dir.), Du bon usage des commémorations. Histoire, mémoire et identité XVIe-XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 7-24 (p. 8).

5 Margalit A., The Ethics of Memory, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2002, p. 25.

6 Ory P., « Le centenaire de la Révolution française », dans Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, 1, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997, p. 466.

7 Schmitt J.-C., L’invention de l’anniversaire, Paris, Arkhé, 2010.

8 Nora P., « L’ère de la commémoration », dans Nora P. (dir.), op. cit., 3, p. 4687-4719.

9 Iogna-Prat D., « Cluny, 910-1910, ou l’instrumentalisation de la mémoire des origines », Revue Mabillon, nouv. sér., t. 11, 2000, p. 161-185 [repris dans id., Études clunisiennes, Paris, Picard, « Les médiévistes français », 2002, p. 201-224].

10 Pour une première approche : Marquardt J.T., From Martyr to Monument. The Abbey of Cluny as Cultural Patrimony, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 76-79.

11 Je dois cette notation à Y. Potin, que je remercie.

12 Hurel O., « Épilogue », dans Hurel O. et Riche D., op. cit., p. 286-290.

13 Voir ci-dessous la contribution d’A. Rauwel.

14 Voir ci-dessous la contribution de N. Reveyron.

15 Marquardt J. T., op. cit., p. 92-95.

16 À Cluny. Congrès scientifique, fêtes et cérémonies liturgiques en l’honneur des saints abbés Odon et Odilon, 9-11 juillet 1949. Travaux du Congrès Art, Histoire, Liturgie, Société des Amis de Cluny avec l’aide du Centre national de la recherche scientifique, Dijon, 1950. Présentation et analyse de l’événement par Marquardt J. T., op. cit., p. 224-233.

17 Riché P., Henri-Irénée Marrou, historien engagé, Paris, Le Cerf, 2003, p. 324. Mgr Guimet participe par ailleurs à l’enquête sur les pratiques religieuses lancée par G. Le Bras. Le fonds Le Bras conserve un mémoire de lui sur l’agglomération mâconnaise. Je remercie F. Gugelot, qui a efficacement complété mon information sur Mgr F. Guimet.

18 À Cluny, op. cit., p. 22.

19 Ibid., p. 12.

20 Ibid., p. 36.

21 Pierre Abélard, Pierre le Vénérable. Les courants philosophiques, littéraires et artistiques en Occident au milieu du XIIe siècle, Cluny, 2-9 juillet 1972, Paris, Éd. du CNRS, « Colloques internationaux du Centre national de la recherche scientifique », 1975.

22 Ibid., p. 42-45.

23 Ibid., p. 81-86.

24 Le gouvernement d’Hugues de Semur à Cluny, Cluny, musée Ochier, 1990.

25 Les Annales du monastère (ms. Paris, BnF, nal 1497, fo 2 vo) enregistrent à cette date la « fundatio » de l’église ; voir Stratford N., « The Documentary Evidence for the Building of Cluny III », dans Le gouvernement, op. cit., p. 283-312 (p. 283-284 et 302).

26 Le gouvernement, op. cit., p. 18-21.

27 Ibid., p. 15-16.

28 Ibid., p. 23-30.

29 Saint Mayeul et son temps, Dignes-les-Bains, Société scientifique et littéraire des Alpes de Haute-Provence, 1997.

30 Cette présentation est tirée du petit dépliant imprimé et diffusé au lancement de la Fédération, dont la substance est reprise sur le site internet de la Fédération : [http://www.sitesclunisiens.org].

31 Ce programme, consultable sur le site de la Fédération des sites clunisiens [http://www.sitesclunisiens.org] figure en annexe de l’introduction de ce volume.

32 Bibo I, Misère des petits États d’Europe de l’Est, Paris, A. Michel, 1986.

33 Sur le passage à l’émotionnel en matière de pratiques religieuses : Champion F., Hervieu-Léger D., De l’émotion en religion. Renouveaux et traditions, Paris, Bayard, 1990.

34 Compte-rendu paru dans la Revue de synthèse historique, 40, 1925, p. 73-83.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540