Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cluny après Cluny

 | 
Didier Méhu

Première partie. Commémorations clunisiennes, XIXe-XXIe siècle

La Fédération européenne des sites clunisiens et la célébration du 11e centenaire de l’abbaye de Cluny

Christophe Voros

Texte intégral

Gigny-sur-Suran (Jura), mercredi 12 septembre 2007

1De cette petite salle, on peut aller par une porte-fenêtre dans un jardin en terrasse, tout contre le chevet de l’église abbatiale. Depuis plusieurs heures, sept personnes y discutent avec gravité. Elles constituent ce qui est alors appelé le « groupe 2010 » de la Fédération des Sites clunisiens : son président, son directeur, quatre de ses administrateurs et la propriétaire d’un site de Cluny (ill. 1). La réflexion qu’ils mènent depuis de nombreux mois déjà (fin de l’année 2006) tourne autour d’une même question : 2010 étant une date anniversaire majeure pour Cluny – les 1 100 ans de sa fondation – et pour les sites clunisiens – les débuts de leur grande histoire commune –, quelle attitude la Fédération doit-elle adopter face à cette échéance ?

2À Cluny et dans sa région, personne ne s’intéresse à ce moment-là à cet anniversaire. Les institutions locales et régionales ne réagissent pas non plus aux sollicitations de la Fédération… « Cluny 2010 » est un terme que l’on trouve dans le contrat de plan État-Région 2007-2013 : il désigne un vaste chantier de restauration du site de Cluny (appelé « volet Hézelon ») ainsi qu’un ambitieux programme de recherches lié aux nouvelles technologies numériques (volet « Gunzo »), pour une enveloppe globale de 22 millions d’euros environ. Seul le conseil général du Jura a montré son intérêt pour le questionnement de la Fédération, touchant au volet « événementiel ».

3C’est pour cette raison que, ce jour-là, l’enjeu est important pour ces sept personnes. Faut-il, oui ou non, initier quelque chose ? Certains arguent du fait que la Fédération ne bénéficie pas des moyens humains, logistiques et financiers pour organiser une manifestation événementielle à l’échelle internationale. Le risque pris pourrait être fatal à l’association qui, depuis sa création, en 1994, ne bénéficie d’aucun soutien financier public, ni pour son fonctionnement, ni pour ses actions. D’autres rétorquent qu’il faut profiter de cette opportunité pour faire connaître le réseau clunisien au plus grand nombre et jouer la carte de la notoriété pour sensibiliser les partenaires pressentis ; qu’un tel rendez-vous manqué ne se représenterait pas de sitôt… Ne prête-t-on pas qu’aux riches – ou à ceux qui le paraissent ?

4Si la décision finale était de ne rien mettre en œuvre de particulier, la Fédération se contenterait de répercuter dans sa communication habituelle les informations émanant des sites clunisiens à l’initiative de quelque chose – car c’est là une des surprises de cet anniversaire : plus on s’éloignait de Cluny, plus on le préparait ! Si elle lançait une opération générale, l’association prenait trois risques : celui de se tromper et de ne pas arriver à mobiliser ses membres, en Europe ; celui de fêter un anniversaire qui n’intéresserait personne en dehors de son réseau ; celui d’aborder l’année 2011 exsangue… En fin de compte, tout le monde tomba d’accord : il fallait fêter cet anniversaire. L’ensemble des échanges, des notes, des réflexions, des messages allait dans ce sens depuis des mois. On ne pouvait pas ne rien faire, quitte à faire prendre de gros risques au réseau.

Ill. 1. Les membres du « groupe 2010 » de la Fédération, le 12 septembre 2007, à Gigny (Jura) : de g. à dr., Robert De Backer, Bernard Garby, Christophe Voros, Michel Gaudard, Monique Genoux, Jean-Paul Schulé et Armand Genoux.

2007-mars 2008 : un anniversaire clunisien sans Cluny ?

5Pendant plus de deux ans, les responsables de la Fédération des Sites clunisiens (devenue en mai 2010 « Fédération européenne des Sites clunisiens ») ont, par tâtonnements, cherché à construire le programme d’un anniversaire qui s’échelonne sur plusieurs mois. En effet, l’année exacte de la signature de la charte de fondation de l’abbaye de Cluny étant incertaine (11 septembre 909 ? 11 septembre 910 ?), ils pensèrent judicieux de débuter officiellement l’anniversaire en septembre 2009 et de le terminer en 2010. Ce clin d’œil fait à cette incertitude historique leur permettait en outre de se donner le temps nécessaire au développement d’un long événement en trois étapes : une première, prévue aux alentours du 11 septembre 2009, à titre « d’ouverture » de l’année-anniversaire ; une seconde, au printemps 2010, qui en constituerait le cœur ; une dernière, enfin, en septembre 2010, qui en serait le point d’orgue, à Cluny. Les manifestations de septembre se juxtaposeraient aux habituelles « rencontres d’automne » organisées par la Fédération chaque année et la manifestation de printemps coïnciderait avec l’assemblée générale annuelle des Sites clunisiens ; ceci pour profiter du rythme de la vie du réseau et pour en alléger également l’organisation. Alors que le site de Cluny s’imposait pour accueillir les manifestations de septembre 2010 – sous réserve bien évidemment de l’acceptation de cette proposition par les autorités et les institutions clunisoises concernées –, il restait à choisir les villes en mesure d’accueillir et de co-organiser celles de septembre 2009 et du printemps 2010. Un appel à candidatures fut alors lancé auprès de l’ensemble des 130 municipalités clunisiennes à la fin de l’année 2007. Le seul impératif était qu’un des deux événements soit organisé par un site en dehors des frontières nationales afin de garantir à l’anniversaire sa dimension européenne. Mais chacun devait se structurer sur une journée, selon un scénario et une mise en scène dont les maîtres mots étaient le rassemblement des représentants des sites clunisiens d’Europe, l’accueil d’un large public, la découverte de l’histoire et le partage du patrimoine, l’échange sur leur sens aujourd’hui, la convivialité, la fête…

6Afin de donner une densité supplémentaire à ces moments forts, des membres du comité scientifique du réseau ont été sollicités à plusieurs reprises – qui, souvent, à raison, reprochent à la Fédération de ne pas faire suffisamment appel à eux. Mais aucun d’entre eux ne répondit favorablement à l’appel, en tout cas dans la perspective d’une participation allant au-delà de son engagement dans les « grands » colloques, dont la Fédération avait fait des fers de lance de sa pré-programmation générale.

7Le résultat de cet appel à candidatures fut proclamé à l’occasion des rencontres d’automne de Gevrey-Chambertin, en octobre 2008. Les trois événements « européens », organisés directement par la Fédération, devaient scander une période de douze mois, elle-même constituée d’événements proposés et portés par les sites clunisiens membres qui le souhaitaient. Carte blanche était laissée aux élus et aux responsables de leurs associations culturelles et touristiques d’en déterminer la nature et la composition. La seule condition à leur labellisation – qui leur donnait le droit d’intégrer une programmation et une communication communes – était qu’ils présentent un lien avec l’histoire de Cluny et qu’ils constituent ainsi pour tous les publics autant de portes ouvertes sur le patrimoine des sites clunisiens.

8Ce cahier des charges laissait place à des projets de toutes natures (scientifiques, culturels, touristiques, spirituels, pédagogiques, éditoriaux, créations de spectacles vivants, etc.) dont le contenu était laissé à l’entière responsabilité des membres de la Fédération, de facto responsables et garants de leurs programmations. L’objet de cette démarche visait à créer un cadre programmatique dans lequel venaient prendre place les événements locaux et régionaux portés par les sites clunisiens.

9Ainsi, au mois de mars 2008, veille des élections municipales françaises, la Fédération s’acheminait vers la construction d’un programme événementiel de douze mois, avec un week-end d’ouverture en septembre 2009, un de clôture un an plus tard à Cluny et une extraordinaire assemblée générale au printemps 2010. À une échelle plus locale, des événements en préparation, portés par des sites ou des associations membres du réseau, intégreraient une programmation commune. La grande inconnue était alors le rôle que voulait y jouer la ville de Cluny qui, jusqu’alors, n’avait manifesté aucun intérêt spécifique à cet anniversaire.

Mars 2008-septembre 2009 : une fête clunisoise et clunisienne

10Le 16 mars 2008, les habitants de Cluny se choisirent une nouvelle équipe municipale. Jean-Luc Delpeuch succéda à Robert Rolland, maire depuis 19 ans. Avec Colette Xavier-Rolai, son adjointe pour la Culture, ils manifestèrent très vite leur intérêt pour cet anniversaire ainsi que pour les travaux déjà réalisés par la Fédération. La ville invita rapidement autour d’une même table les institutions concernées (Centre des monuments nationaux, haras national, Arts et Métiers ParisTech, office de tourisme…) pour faire le point sur leurs actions prévues en 2010 et essayer de coordonner un ensemble dont bien peu de personnes avaient à l’époque une vue globale. Il s’avéra alors que peu de projets événementiels avaient été envisagés pour cette circonstance. S’imposa pour la ville et la Fédération la nécessité d’une association étroite au sein d’une maîtrise d’ouvrage commune, afin de donner une cohérence, un sens et une visibilité la moins confuse possible à l’ensemble des événements « Cluny 2010 », clunisois ou non, qui constituerait le volet « événementiel ». La programmation commune des sites clunisiens s’enrichit alors d’une nécessaire dimension clunisoise dans une démarche qui fut appelée « volet Bernon » (en complément des « Hézelon » et « Gunzo » évoqués ci-dessus).

11La commune lança un appel à projet général auprès des associations et des citoyens de Cluny, ainsi que des villages voisins, dans la perspective de bâtir une programmation locale qui fasse le pendant à la démarche clunisienne de la Fédération. Tout un chacun eut la possibilité de proposer des manifestations de son choix, répondant néanmoins à un cahier des charges édité pour la circonstance. Deux salariés furent embauchés : un pour la coordination de ces projets et l’autre pour en assurer la communication. Une seule et même programmation se fit ainsi jour en un temps record. En effet, il fallait en quelques mois mettre sur pied un événement qui aurait nécessité plusieurs années de conception, du projet à la mise en place, en passant par la recherche de financements et le plan de communication… C’est le concept des « douze portes de Cluny » qui paracheva le rapprochement, voire la coïncidence, des dimensions clunisoise et clunisienne. Douze portes du bourg, réelles et imaginaires, furent identifiées, chacune ouvrant dans une direction lointaine. Dans le rayon de chacune d’elles : des sites clunisiens à découvrir, du plus proche au plus lointain, et leurs habitants à rencontrer. Afin de favoriser le processus d’identification à une porte et/ou à une direction, une couleur fut aléatoirement attribuée à chacune d’elles. Ce schéma ainsi conçu, il fut présenté et expliqué aux populations concernées, ainsi sensibilisées, au cours de grandes réunions spéciales qui rassemblèrent un nombre de participants toujours plus grand, se comptant par centaines. Dans la foulée se mirent en place des « comités de porte », composés d’habitants, d’élus et d’associations de Cluny et du Clunisois. Leur rôle : animer le rayon de leur porte et faire le lien entre l’organisation générale et le territoire concerné. Se dessina alors très rapidement l’événement « Ouvrez les portes ! », prévu le 13 septembre 2009, qui consistait à mobiliser tous les acteurs de la région pour les préparer à recevoir, une année après, « Toute l’Europe à Cluny », en septembre 2010.

Cluny 2010 : quinze mois de manifestations en Europe

12C’est le 9 mai, jour de la fête de l’Europe, qui fut choisi pour présenter au public – et aux Clunisois impatients – un aperçu de l’immense programmation en 2009. Cette journée donna également aux quelque 2 000 personnes présentes – pour l’illumination de la façade du palais du pape Gélase (ill. 2) – un extrait de la saveur de cet anniversaire : rassemblement populaire, esprit de rencontre et de fête, émotion de la découverte de l’autre, et des sites clunisiens… La programmation, encore en évolution à ce moment-là, fut présentée sur une banderole longue de près de 30 mètres déroulée dans la salle des écuries de l’ancienne hôtellerie Saint-Hugues. Elle donnait à lire au public ce qui constituerait désormais les grands moments de cette année « Cluny 2010 » :

  • le lancement de l’année commémorative, les 10-13 septembre 2009. Les 3 premiers jours, coordonnés par le Conseil général du Jura, allieraient spectacles, expositions, conférences universitaires et moments politiques, principalement à Baume-les-Messieurs et Gigny. Le dernier jour serait clunisois : « Ouvrez les portes ! » Finalement, il rassembla plus de 5000 personnes ;
  • le premier grand accueil des représentants des sites clunisiens par la ville de Moissac (Tarn-et-Garonne), les 16-18 octobre 2009, avec, pour programme, la rencontre d’automne des sites clunisiens et le grand spectacle son et lumière de Marcel Pérès dans le cloître de l’abbaye ;
  • le grand tour clunisien d’Angleterre, les 25-29 avril 2010, organisé en partenariat avec English Heritage, qui permettrait de (re)découvrir six sites clunisiens du Sud-Est de l’Angleterre méconnus et pourtant d’un grand intérêt (ill. 3).
  • l’accueil, par le gouvernement d’Ecosse, d’une délégation des représentants des sites clunisiens, les 14-16 mai 2010, qui permettrait de rencontrer les représentants et les habitants des sites de Crossraguel et de Paisley, dans le cadre d’un week-end culturel et festif (ill. 4) ;
  • le rassemblement des membres du réseau clunisien en Suisse, les 28-30 mai 2010, à l’occasion de l’extraordinaire assemblée générale de Payerne (Vaud), au cours de laquelle serait présentée une création originale son et lumière d’une très grande qualité (ill. 5) ;
  • le week-end intitulé « Cluny-Hirsau, les Jumelles en fête », organisé par la ville de Calw à Hirsau (en Allemagne), les 26 et 27 juin 2010. La question de l’avenir d’un réseau patrimonial tel que celui de la Fédération y fut posée, tout comme celle d’un réseau « Hirsauvien » ;
  • la « Fête des bâtisseurs », du 29 juin au 4 juillet 2010, ouvrirait, à Cluny, la haute-saison touristique avec un programme très dense axé sur la découverte, en plus de l’abbaye, du patrimoine civil, sous des formes différentes ;
  • « Toute l’Europe à Cluny », les 9-12 septembre. L’événement rassembla durant quatre jours plusieurs milliers de personnes, principalement autour d’une création de spectacle vivant (« Les villes invisibles ») impliquant les associations et les habitants de la ville et de la région. Le point d’orgue fut le rassemblement dans le parc de l’abbaye de plus de 10 000 personnes, le soir du 11 septembre 2010, qui entonnèrent l’hymne européen avant de découvrir le nouveau film Maior Ecclesia sur écran géant (ill. 5-6).

Ill. 2. À l’occasion de la présentation de la programmation « Cluny 2010 », le 9 mai 2009, la façade du palais du pape Gélase de Cluny est illuminée par l’éclairagiste P. Warrener.

Ill.3. C’est au cours du « grand tour » des sites d’Angleterre que la délégation clunisienne est accueillie dans le site de l’ancien prieuré de Thetford (Norfolk), par l’un des directeurs d’English Heritage, Edward Impey.

13La mobilisation autour de ce qui était désormais appelé simplement « Cluny 2010 » fut telle que les institutions qui étaient jusqu’alors en retrait de cette démarche entrèrent dans la danse, comme le haras national, qui réfléchit à un grand spectacle équestre, ou le Centre des monuments nationaux, qui travailla à une exposition relative au monde clunisien… Autant d’événements complémentaires qui vinrent par la suite enrichir cette extraordinaire programmation.

Ill. 4. Un des très nombreux clichés pris, les 14-15 mai 2010, à l’occasion de l’événement « l’Écosse accueille Cluny ». Ici, dans l’abbatiale de Paisley, au second rang derrière les musiciens : Derek Mackay, ministre du gouvernement local d’Écosse ; Jean-Luc Delpeuch, maire de Cluny ; Amanda Moulson, provost du Renfrewshire ; Michel Gaudard, président des Sites clunisiens (la deuxième personne à gauche n’est pas identifiée).

Ill. 5. C’est avec une grande création son et lumière, Métamorphoses, que le site de Payerne (Vaud, Suisse), fêta l’anniversaire de la fondation de l’abbaye de Cluny, le 28 mai 2010, à l’occasion de l’extraordinaire assemblée des sites clunisiens.

Ill. 6. Les Villes invisibles, spectacle coordonné par le Teatro Potlach, troupe italienne de Fara Sabina (au nord de Rome), permit de découvrir le bourg et l’abbaye de Cluny sous un angle encore inédit, à l’occasion du grand week-end « Toute l’Europe à Cluny » (9-12 septembre 2010). Ici, le début du spectacle, dans l’avant-nef de l’ancienne abbatiale de Cluny.

  • 1 « Constructions, reconstructions et commémorations clunisiennes, 1790-2010 », du 13 au 15 mai 2010 (...)

14La composition exacte de chacun des événements a été largement diffusée, en France et ailleurs par le biais des divers programmes, papier et électronique. Elle avait pour particularité d’être faite d’événements de toute nature, en intégrant, c’est là une donnée importante qu’il convient de souligner, certains qui ne furent pas des réponses spécifiques aux appels à projets lancés par la Fédération et la ville de Cluny. Ce fut le cas des activités élaborées par le diocèse d’Autun et l’Église réformée suisse, par exemple, ou conçues par les chercheurs universitaires faisant autorité en matière clunisienne – ce que nous appelions les « grands colloques1 ». Ces derniers souhaitèrent bénéficier de la couverture médiatique de l’anniversaire et de la logistique mise à disposition par la ville de Cluny et par la Fédération tout en gardant leur distance vis-à-vis de cette commémoration qui se présentait sous un jour bien particulier… Bien évidemment, cela ne posa aucun problème à la maîtrise d’ouvrage, qui considérait qu’événements religieux – ou pilotés par des instances ecclésiastiques – et colloques à portée internationale avaient toute leur place dans cet anniversaire, et qui fit tout son possible pour leur laisser leur juste place.

Ill. 7. L’avant-nef de « Cluny III » avec, au fond, les portes d’honneur, le soir du 11 septembre 2010.

Commémorer et construire l’histoire

15Parmi ces colloques, l’un d’eux m’intéressait tout particulièrement depuis longtemps : celui qui s’interrogerait, qui interrogerait, sur les enjeux de la commémoration « Cluny 2010 » en ce début du XXIe siècle. Cette analyse s’avérait d’autant plus pertinente qu’un engouement grandissant était perceptible, au début de cette année 2010, aussi bien de la part des médias que du public, et aussi des instances politiques… Que pouvait révéler ce qui se passait ? Comment inciter certains acteurs de l’événement à participer à cette réflexion afin qu’ils soient en mesure de livrer, à vif, des éléments d’explication, des analyses et des témoignages, qui la nourrissent ? Aménager dans cette année mouvementée un temps au cours duquel chercheurs universitaires, acteurs politiques et techniciens échangeraient, critiqueraient, débattraient et proposeraient des grilles de lecture qui permettraient d’appréhender le fait commémoratif clunisien me semblait séduisant, voire nécessaire, en tout cas enrichissant. Cette démarche prenait une dimension d’autant plus passionnante que la commémoration du premier millénaire s’était déroulée à Cluny, en 1910 ! C’est ainsi au titre des responsabilités que j’exerçais au sein de la Fédération des sites clunisiens que j’étais invité, depuis plusieurs mois déjà, à intervenir au cours de ce colloque, avec Michel Gaudard, le président.

16Deux raisons majeures firent que nous en fûmes absents. La première fut un malencontreux télescopage de calendrier – et celui de « Cluny 2010 » en fut émaillé de plus d’un ! C’est ce même week-end de l’Ascension que choisit le gouvernement d’Écosse pour accueillir les représentants de la Fédération et de Cluny… D’autre part, il s’avéra au cours des semaines qui précédèrent le colloque que ses objectifs consistaient davantage en la présentation d’une analyse critique du phénomène commémoratif en général, et clunisien en particulier, plutôt qu’en un échange, des débats, une confrontation avec les organisateurs, qui auraient permis de bâtir des conclusions. Notre apport nous semblait en effet se restreindre à une prestation publique, en fin de colloque, consistant à illustrer des interventions précédentes dont, bien entendu, nous ne connaissions pas la teneur, mais dont nous pressentions la dimension fortement critique, voire accusatoire.

17D’observés, nous ne nous sentions pas en mesure de passer au statut d’observateurs de nous-mêmes : nous courrions le risque et le ridicule d’offrir de nous le spectacle de patients en travail d’analyse, à défaut de nourrir sérieusement un débat… À cela s’est ajoutée l’évidence que nous ne pouvions considérer « Cluny 2010 » comme un fait historique, contrairement aux manifestations s’étant déroulé à Cluny un siècle avant, puisqu’il était un événement de notre présent. Le recul du temps, nécessaire à la démarche de l’historien, étant inexistant, nous n’arrivions pas à concevoir comment cette approche pourrait porter ses fruits, maintenant, au sujet de « Cluny 2010 ».

*

18Le fait historique n’a pas d’existence intrinsèque (il n’existe pas « en soi ») ; ce sont les historiens qui le fabriquent – c’est leur rôle et leur responsabilité –, à l’aide de tous les éléments de témoignage dont ils disposent. C’est ainsi que se construira un jour le fait historique « commémoration des 1 100 ans de la fondation de l’abbaye de Cluny », tout comme les historiens construisirent le millénaire de Cluny de 1910. D’autres historiens se réuniront, peut-être à Cluny, en 2110, pour envisager cette année 2010 et en proposer leur relation et leur interprétation. Ils disposeront alors d’un ensemble de documents, y compris les actes de ce colloque. Et ils trouveront peut-être également pertinent de s’intéresser à la date et au lieu de cette réunion présentée, en début d’article, comme « fondatrice » de cette année commémorative : « Gigny-sur-Suran (Jura), mercredi 12 septembre 2007 ». Comme tout le monde le sait, les moines qui fondèrent Cluny sous la houlette de l’abbé Bernon partirent du monastère de Gigny, et la charte fut signée par Guillaume un 11 septembre… Ces sept personnes – qui auraient pu être douze – inscrivirent sans doute leur démarche et leur réflexion dans le sillage de l’histoire monastique de Cluny ; elles s’identifièrent même sûrement aux fondateurs, consciemment ou non… En effet, pour fêter un tel événement, il faut s’en sentir redevable, non ? Il faut être animé de certaines intentions pour lancer une telle démarche, qui est bien révélatrice d’un courant de pensée ou d’une certaine idéologie. Cette date très symbolique a été utilisée comme caution d’événements de natures diverses et cette récupération mérite que l’on s’y attarde…

19Même si Gigny, située à mi-chemin de la Bourgogne et de la Suisse, fut choisie en raison du lieu de résidence des personnes qui composaient cette petite commission, même si j’ai sciemment choisi l’exemple de cette réunion parmi une dizaine d’autres en raison notamment de sa date, à titre de clin d’œil, même si à l’origine des événements on trouve bien souvent de simples raisons pratiques, et d’autres encore, qui échapperont à la postérité, l’historien choisira, en toute liberté.

Notes

1 « Constructions, reconstructions et commémorations clunisiennes, 1790-2010 », du 13 au 15 mai 2010, à Cluny ; « Cluny, le monachisme et l’Église », du 24 au 26 juin 2010, à Romainmôtier ; « Cluny, le monachisme et l’émergence d’une société seigneuriale », du 9 au 11 septembre 2010, à Cluny. Ces trois colloques ont été coordonnés par le Centre d’études médiévales d’Auxerre.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Les membres du « groupe 2010 » de la Fédération, le 12 septembre 2007, à Gigny (Jura) : de g. à dr., Robert De Backer, Bernard Garby, Christophe Voros, Michel Gaudard, Monique Genoux, Jean-Paul Schulé et Armand Genoux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Ill. 2. À l’occasion de la présentation de la programmation « Cluny 2010 », le 9 mai 2009, la façade du palais du pape Gélase de Cluny est illuminée par l’éclairagiste P. Warrener.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Ill.3. C’est au cours du « grand tour » des sites d’Angleterre que la délégation clunisienne est accueillie dans le site de l’ancien prieuré de Thetford (Norfolk), par l’un des directeurs d’English Heritage, Edward Impey.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117714/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Ill. 4. Un des très nombreux clichés pris, les 14-15 mai 2010, à l’occasion de l’événement « l’Écosse accueille Cluny ». Ici, dans l’abbatiale de Paisley, au second rang derrière les musiciens : Derek Mackay, ministre du gouvernement local d’Écosse ; Jean-Luc Delpeuch, maire de Cluny ; Amanda Moulson, provost du Renfrewshire ; Michel Gaudard, président des Sites clunisiens (la deuxième personne à gauche n’est pas identifiée).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117714/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Ill. 5. C’est avec une grande création son et lumière, Métamorphoses, que le site de Payerne (Vaud, Suisse), fêta l’anniversaire de la fondation de l’abbaye de Cluny, le 28 mai 2010, à l’occasion de l’extraordinaire assemblée des sites clunisiens.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117714/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Ill. 6. Les Villes invisibles, spectacle coordonné par le Teatro Potlach, troupe italienne de Fara Sabina (au nord de Rome), permit de découvrir le bourg et l’abbaye de Cluny sous un angle encore inédit, à l’occasion du grand week-end « Toute l’Europe à Cluny » (9-12 septembre 2010). Ici, le début du spectacle, dans l’avant-nef de l’ancienne abbatiale de Cluny.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117714/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Ill. 7. L’avant-nef de « Cluny III » avec, au fond, les portes d’honneur, le soir du 11 septembre 2010.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/117714/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteur

Directeur de la Fédération européenne des Sites clunisiens

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540